Version classiqueVersion mobile

Les Juifs de Rouen au Moyen Âge

 | 
Norman Golb

Sommaire et conclusions

Texte intégral

1Les connaissances sur la communauté juive médiévale de Rouen proviennent de sources en hébreu, latin et français, divisibles en plusieurs catégories.

  • 1 Répertoire des sources, nos 1, 2, 3, 5 (trois MSS), 6 (trois MSS), 9 (trois MSS), 10, 15, 17, 18, 1 (...)
  • 2 Répertoire, nos 4, 7, 8, 11, 12, 13, 14, 19 (deux fois), 23, et 25. Je ne compte pas parmi ces sour (...)

2La première catégorie est constituée de textes hébraïques contenant le terme, ou des variantes apportées par des copistes au terme, Rodom - toponyme caractéristique désignant Rouen pendant le moyen âge en latin et en arabe comme en hébreu. Ces textes sont principalement en forme de manuscrits, dans lesquels l’investigation révèle vingt-cinq occurrences1 du terme même et onze occurrences2 de variantes de copistes sensiblement dérivées du même toponyme. En plus, il y a une occurrence du toponyme Roem (répertoire, no 16).

3La deuxième catégorie de sources se compose de textes hébraïques qui, bien que ne gardant pas le toponyme médiéval signifiant Rouen, sont liés à la ville par de fortes preuves. Ils comptent quatre manuscrits survivants (répertoire, no 29-32) copiés par des scribes, ou dans l’atelier des scribes, connus d’après des sources de la première catégorie comme personnages rouennais ainsi que deux sources (no 27, 28) dont l’hypothèse d’origine rouennaise ne semble pas susceptible de réfutation sérieuse.

4La troisième catégorie de sources comprend quelque soixante-dix textes latins et français écrits au moyen âge (répertoire, no 33-102) décrivant des aspects économiques, sociaux et politiques de la communauté juive rouennaise. A l’exception des no 60, 73, 80, 92 et 100 - lesquels sont publiés en TYR ou ici pour la première fois - tous ces textes ont été imprimés antérieurement, pour la plupart dans diverses publications du XIXe siècle. Etant cependant éparpillés dans une grande variété d’imprimés, ils n’ont jamais été étudiés de manière systématique dans le passé, et n’étaient pas encore réunis en une seule et même publication.

  • 3 Voir en particulier répertoire, no 106 ; les textes postérieurs au XVIIIe siècle ne sont pas répert (...)

5La quatrième catégorie de sources consiste en textes français postérieurs au XVe siècle gardant des descriptions ou des dessins de restes immobiliers de la communauté juive médiévale de Rouen. On y trouve deux plans de la synagogue monumentale (no 104, 105), des descriptions littéraires du même bâtiment et son emplacement3, et la partie du Livre des Fontaines de Jacques Le Lieur montrant la rue aux Juifs en 1525 (no 103).

6Les sources dans ces quatre catégories sont plus abondantes que celles représentant toute autre communauté juive médiévale de la France septentrionale.

7De plus, il y a une catégorie complémentaire de sources, non répertoriée, qui consiste en divers textes en hébreu, latin et français jetant une lumière additionnelle au sujet des juifs de Rouen au moyen âge en raison de leur liaison avec les sources répertoriées. Parmi les textes latins de cette catégorie on trouve, par exemple, la charte de l’année 1201 concernant les libertés des juifs d’Angleterre et de Normandie (voir chap. V), des textes du XIIIe siècle se référant aux juifs de Normandie en général, et les actes des rois français du XIIIe siècle limitant les affaires et les pratiques scolaires et religieuses des juifs partout en France. Les sources en hébreu de cette catégorie comprennent les livres écrits par les érudits juifs rouennais dont les caractéristiques ne sont pas nécessairement localisées ou régionalisées, mais en tout cas révèlent le niveau culturel, religieux ou scolaire de la communauté rouennaise, ainsi que des textes brefs concernant bon nombre d’érudits dont le rapport démontrable avec les maîtres rouennais connus indique une liaison directe de leur part avec cette ville (voir en particulier chap. VI, VIII et XI). Les textes composant cette catégorie additionnelle de sources ayant une importance complémentaire plutôt qu’absolue, ils ne figurent pas dans le répertoire des sources même. Leur valeur pour l’étude du sujet de l’histoire des juifs de Rouen se révèle cependant dans la plupart des chapitres de ce livre, tandis que les textes annexes liés à chacun des autres sujets historiques amplifient et rendent plus compréhensibles les phénomènes auxquels ils se rattachent.

8Les sources en se combinant rendent évidente l’importance de la communauté juive rouennaise au plan culturel ainsi qu’économique. Ils montrent que cette communauté était déjà prestigieuse au XIe siècle ; que le XIIe siècle fut pour elle une période de grande stabilité et de développement culturel, en particulier sous les rois Plantagenêt, et que sa culture scalaire restait puissante même dans la période de persécution religieuse et économique inaugurée en France par les rois capétiens du XIIIe siècle et par l’église. Bien que ne se référant pas à des événements d’avant le XIe siècle, le contenu et la terminologie de ces sources impliquent un long développement antérieur de la communauté dont l’apogée fut atteinte - au moins en ce qui concerne l’organisation communale - pendant l’époque carolingienne. Le nombre élevé de sources sur les juifs de Rouen entre le commencement du deuxième millénaire et l’année 1150, qui contraste avec le très petit nombre de sources sur les autres communautés juives de la France septentrionale à la même période, s’explique par l’importance plus grande de la communauté juive rouennaise à l’époque, phénomène dérivant de la centralité de Rouen dans la Neustrie des IXe-Xe siècles, et de l’importance continue de la ville en Normandie et dans l’Europe du nord-ouest dans les deux siècles suivants.

  • 4 Quelques chercheurs à Paris persévérant à pencher pour l’identification du monument comme synagogue (...)

9Le portrait d’une communauté juive rouennaise puissante et féconde est complété par les découvertes archéologiques de la rue aux Juifs effectuées en 1976 et 1982. Résultats fortuits de travaux de réparation et construction, elles constituent des preuves remarquables de l’historicité des sources littéraires sur les juifs de Rouen. La découverte plus récente, décrite même par les archéologues, sans appui de sources, comme étant la maison d’un très riche négociant juif, se révèle occuper le terrain de Bonnevie, fondateur d’une des plus importantes familles juives de Normandie des XIIe-XIIIe siècles. Quant au monument roman de la cour du Palais de Justice, découvert en 1976, il se trouve précisément là où la documentation française des XIVe-XVe siècles, en dehors de toute preuve archéologique, situe l’« escole as juys » - c’est-à-dire, l’école rabbinique médiévale de la ville4. La distinction évidente entre l’école et la synagogue de Rouen, distinction appuyée par les plans anciens et les découvertes archéologiques, devient ainsi un instrument d’importance décisive pour l’investigation des institutions du judaïsme français du moyen âge.

10L’école, l’hôtel de Bonnevie, les restes de la synagogue monumentale - dans la mesure où ils existent encore dans le sous-sol - et la cave romane de la cour du Palais de Justice, constituent des témoignages archéologiques précieux sur une communauté juive médiévale qui se rangeait, d’après les sources littéraires, parmi les centres du judaïsme européen les plus importants du haut moyen âge.

11De plus, ces restes archéologiques constituent un assemblage de bâtiments hébraïques du haut moyen âge qui est, aujourd’hui, unique en France.

12Ils comprennent surtout, un monument qui doit être légitimement décrit comme le seul bâtiment scolaire du judaïsme dans le monde entier qui ait survécu depuis le moyen âge.

13Pour toutes ces raisons, et étant donnée la richesse des sources au sujet des juifs de Rouen au moyen âge, l’intérêt du monde pour l’ancien vicus Judaeorum de Rouen demeure assuré. L’espérance est donc bien justifiée que les lieux historiques du judaïsme rouennais seront de mieux en mieux sauvegardés et préservés à l’avenir ; qu’on accordera librement, de plus, à chaque voyageur et pèlerin, ainsi qu’à chaque rouennais de notre temps, le droit de visiter ces vestiges tout entiers et de les contempler dans la pleine lumière de leur histoire.

Notes

1 Répertoire des sources, nos 1, 2, 3, 5 (trois MSS), 6 (trois MSS), 9 (trois MSS), 10, 15, 17, 18, 19 (trois occurrences), 20, 21, 22 et 24.

2 Répertoire, nos 4, 7, 8, 11, 12, 13, 14, 19 (deux fois), 23, et 25. Je ne compte pas parmi ces sources les occurrences de variantes de copistes si des manuscrits révèlent le toponyme Rodom aux mêmes endroits.

3 Voir en particulier répertoire, no 106 ; les textes postérieurs au XVIIIe siècle ne sont pas répertoriés ; je les cite ci-dessus, chap. I.

4 Quelques chercheurs à Paris persévérant à pencher pour l’identification du monument comme synagogue (voir ci-dessus, chap. I, notes 49-51, 54-57, 59, 61, 63), je me vois dans l’obligation de répéter ici ce que j’ai constaté en 1981, à la conclusion de mon étude sur la découverte (« Nature et destination », p. 150-152) :
(a) Le bâtiment est un édifice monumental de la juiverie rouennaise du moyen âge.
(b) Le bâtiment n’est pas conforme aux règlements légaux juifs en vigueur au moyen âge en ce qui concerne les synagogues.
(c) Le bâtiment n’est pas conforme dans sa structure architecturale à ce que l’on connaît des synagogues romanes de l’Europe du nord, particulièrement de la France du nord.
(d) Il est bien connu qu’une synagogue monumentale du Rouen médiéval était située sur le côté sud de la rue aux Juifs, près de la rue Massacre d’aujourd’hui.
(e) A en juger par des anciens dessins et par les descriptions littéraires, la synagogue monumentale du côté sud de la rue était de style roman et pourrait être plus ancienne encore que le bâtiment hébraïque de la cour du Palais. Il n’existe aucune raison de penser qu’elle put avoir été érigée à une période postérieure au XIIe siècle.
(f) Toute l’histoire des juifs de Rouen milite contre la possibilité qu’ils aient pu ériger une synagogue, soit monumentale soit de moindre importance, dans la rue aux Juifs pendant le XIVe siècle.
(g) Contrairement au bâtiment de la cour du Palais, la synagogue monumentale du côté sud de la rue est conforme aux règlements juifs en vigueur en France au moyen âge en ce qui concerne la construction des synagogues.
(h) La synagogue monumentale du côté sud de la rue est la seule qui ait été connue des rouennais au cours des siècles comme « la synagogue » par excellence. II n’existe aucune raison de penser qu’il ait pu y avoir en même temps deux synagogues monumentales à Rouen pendant le moyen âge.
(i) Ces faits, en se combinant, rendent totalement insoutenable l’hypothèse selon laquelle le bâtiment roman de la cour du Palais était une synagogue.
(j) Une courte distance de moins de 60 mètres existe entre l’emplacement de la synagogue monumentale du côté sud de la rue et le bâtiment roman de la cour du Palais.
(k) Au temps de Charles de Beaurepaire (fin du XIXe siècle) il existait un document qu’il a examiné, montrant qu’un peu plus loin de la synagogue en se dirigeant vers l’est, se trouvait un bâtiment désigné sous l’appellation d’école des Juifs. La considération de faits connexes nous oblige à localiser cette école côté nord de la rue aux Juifs.
(l) D’après des textes hébraïques du moyen âge, une maison d’études devait être érigée près de la synagogue ; une yeshibah serait installée dans chaque ville principale en France pendant le moyen âge.
(m) L’élégance et la grandeur du bâtiment s’accordent avec l’importance attribuée aux écoles juives de hautes études pendant le moyen âge.
(n) La forme architecturale du rez-de-chaussée du bâtiment ainsi que sa disposition sont très similaires à la construction et à la disposition des bibliothèques monastiques pendant la période d’architecture romane.
(o) La présence d’une importante école talmudique à Rouen pendant le moyen âge est appuyée par des sources littéraires et historiques de l’époque.
Ajoutons maintenant le fait, nouvellement révélé par les recherches d’un savant rouennais (voir ci-dessus, p. 30), qu’un texte de l’année 1363 localise l’école aux juifs précisément là où je l’ai située antérieurement, là où était découvert le monument hébraïque lui-même en 1976. En ce qui concerne les différences tangibles entre schola et sinagoga dans la grande majorité de textes écrits en France au moyen âge, voir mon article, « Les écoles rabbiniques en France pendant le moyen âge », Revue de l’histoire des religions (à paraître).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search