Version classiqueVersion mobile

Les Juifs de Rouen au Moyen Âge

 | 
Norman Golb

Deuxième partie : De la période D'Abraham Ibn Ezra aux expulsions du xive siècle

Chapitre XII. Les dernières décennies du judaïsme rouennais médiéval

Texte intégral

1. Abraham b. Samuel et le débat parisien de 1270

  • 1 Voir Cecil Roth, History of the Jews in England (Oxford, 1964), p. 61-64; J.M. RIGG, Select Pleas, (...)

1A partir de l’époque de Cresbia et de ses collègues jusqu’aux environs de 1280, aucun texte ne nous informe directement sur la nature de l’activité intellectuelle hébraïque à Rouen, ou sur la situation économique et sociale de la communauté juive. Cependant, dans les années 1264-1265, la Guerre Civile en Angleterre avait provoqué de graves persécutions à l’égard des juifs dans plusieurs villes, et beaucoup d’entre eux se réfugièrent en Normandie1. On peut estimer que ce furent les grandes villes normandes, en particulier Rouen et Caen, qui absorbèrent ces réfugiés à une époque de stagnation économique de ces communautés.

2D’autre part, le fait que la tradition culturelle rouennaise continua à être soutenue durant cette période ressort non seulement de l’examen de l’activité qui s’y déroula par la suite (voir p. 385 sqq.) mais du fait que ce fut un érudit rouennais, Abraham b. Samuel, qui fut choisi pour s’opposer à Paul Chrétien dans une disputatio forcée qui eut lieu à Paris peu avant ou peu après la mort de Louis IX en 1270.

  • 2 Le manuscrit dans lequel se trouve ce récit était en possession de l’érudit massorétique S. Baer de (...)
  • 3 L. Delisle, « Notes sur quelques mss. du Musée britannique », Mémoires de la Société de l’Histoire (...)

3On connaît seulement les grandes lignes de ce débat aujourd’hui, car le manuscrit hébraïque duquel quelques extraits concernant l’événement furent publiés n’est plus accessible2, alors que le récit latin ne représente rien de plus que quelques phrases reproduites in-extenso3. En reproduisant environ une page d’extraits de la source hébraïque, Adolph Neubauer déclara que, selon la description, Paul avait parlé en présence de l'évêque de Paris et de son clergé, et il ajouta que « le porte-parole des juifs était R. Abraham, fils de R. Samuel de Dreux », indiquant de surcroît que le toponyme hébraïque représentant cet endroit se présentait comme סורד, DRWS dans le texte.

4Comme nous l’avons vu ci-dessus, cependant, Neubauer ne connut jamais le sens du terme RDWM, רדום, qui, en écriture hébraïque, a un aspect presque semblable aux lettres qu’il avait vues, ou qu’il pensait avoir vues dans le texte. Puisqu’il n’y a aucune indication que les lettres סורד puissent, dans le système de transcription utilisé par les juifs français au moyen âge, vouloir dire Dreux, et comme on n'a jamais vu dans aucun texte autographe hébraïque un tel terme, il apparaît que, comme dans d’autres cas, examinés ci-dessus, le terme original RDWM fut modifié par inadvertance par le copiste du manuscrit en question, ou encore une fois, pris pour DRWS par Neubauer (voir ci-dessus p. 180, 298, etc., pour des lectures erronées identiques de sa part).

5Cet Abraham b. Samuel est indiscutablement la même personne que celle qui, bien des années auparavant, avait participé à la séance de l’atelier de Menahem Vardimas (ci-dessus, chap. x, p. 304). Si cette séance eut lieu aux environs de l’année du décès de Vardimas, c’est-à-dire 1224, à une époque où Abraham était un jeune érudit de vingt-deux ou vingt-trois ans, il devait avoir environ soixante-dix ans à l'époque du débat avec Paul Chrétien. Les juifs de Paris avaient certainement recherché le plus cultivé des maîtres du droit disponible pour faire face à l’habile converti, et il est clair d'après la description conservée dans les extraits du manuscrit que d'autres érudits juifs étaient présents pour aider Abraham à se défendre. Il n’y a ainsi aucune difficulté à avancer que ce dernier est le même que le rouennais Abraham b. Samuel qui apparaît auparavant dans cesiècle. A l’époque du débat, c’était un homme âgé, mais il était à l’évidence considéré comme le maître le plus adéquat, spécialiste du droit, qui fût disponible pour défier l’adversaire, et on espérait certainement qu'avec l’aide d’autres érudits il pourrait dominer la dispute ou, en tout cas, prévenir un autre désastre.

  • 4 Voir Gross, Gallia, p. 531 : « l’école Talmudique de Paris perdit toute importance avec le départ d (...)
  • 5 En plus de l’ordonnance de 1253 (ci-dessus, p. 334) qui eut des effets durables, voir par ex. celle (...)
  • 6 Voir en particulier I. Loeb dans REJ XV (1892) : 1 ff. et F. Baer dans Tarbiz II (1930-1931) : 172- (...)

6Ce dernier débat à Paris eut lieu à une époque où s’exerçait sur les juifs une pression permanente, et Paris était indéniablement au centre du conflit. Yehiel b. Joseph était parti pour la Palestine dix ans auparavant avec ses collègues et ses étudiants, et il n'y a pas de preuve que l’école de Paris occupait un rôle important pendant le XIIIe siècle4. Louis IX fut impitoyable dans son action contre le prêt d’argent par les juifs, dans la confiscation des propriétés des juifs que l’on représentait comme étant le fruit de l’usure, et dans son expulsion des juifs qui s’avéraient insoumis à ses ordres5. Au milieu de cette période angoissante, le converti Paul Chrétien était arrivé à Paris, en 1269 ou peu avant, en provenance du Midi, après s’être mesuré à Moïse Nahmanide dans une disputatio forcée à Barcelone en 12636. A l'époque de son arrivée à Paris, il s’était rendu célèbre par son zèle à s’opposer aux doctrines juives et exerça bientôt son influence à la cour du roi.

  • 7 Voir Ordonnances I, p. 294. Le signe distinctif devait être un cercle jaune en velours ou en toile, (...)
  • 8 Ceci devient clair du fait que, selon une source connue de G. Dubosc (Par-ci, par-là III [Rouen, 19 (...)
  • 9 Voir U. Robert, « Cat. d’actes », REJ III (1881) : p. 216, no 40, se fondant sur Dupuy 532, fol. 79 (...)

7En mentionnant Paul par son nom comme exécuteur de son ordre, Louis décréta le 18 juin 1269 que la rouelle devait être attachée sur les vêtements de dessus des juifs des deux sexes7, ordre qui fut finalement observé à Rouen8 tout autant qu’ailleurs. A la fin du printemps (presqu’à la Pentecôte) de la même année selon la source latine déjà citée (voir la note 3), les juifs furent obligés d’assister à des réunions au cours desquelles ils devaient écouter des sermons du converti dans lesquels il attaquait les dogmes du judaïsme. Il existe des copies d’une lettre du roi, datée du 18 juin 1269, même date que celle du décret concernant la rouelle, dans laquelle le roi, présentant son porteur sous le nom de Paul Chrétien, ordonnait à ses divers représentants auxquels il présenterait la lettre, d’obliger les juifs vivant dans leurs juridictions à se présenter dans les synagogues locales ou d’autres lieux de rencontre dans le même but d’écouter les prêches du Dominicain9, et on peut aussi déduire que son zèle, enflammé par la piété du roi, l'amena les mois suivants également vers d’autres communautés juives de la France septentrionale.

  • 10 Comme mentionné plus haut, p. 344, note 50) le terme min, signifiant littéralement sectaire (à la d (...)
  • 11 Le texte continue par les mots « il vint d’Espagne (Aspamia) pour détruire ce qui reste d’Israël, e (...)
  • 12 L’année A.M. 5032 commençait le 9 septembre 1271 et se terminait le 26 août 1272 ; alors que A.M. 5 (...)

8La source hébraïque présente un récit soit des réunions qui se tinrent à Paris en juin 1269, soit des assemblées forcées qui s'y déroulèrent après. Dans sa courte étude et son édition de portions du texte (voir note 2), Neubauer déclare que le premier passade d’introduction commençait par ces mots : « ce sont les réponses du chrétien (min)10 qui se dressa contre nous l’année (50)3211, alors qu’un autre passage d’introduction commençait comme ceci : « il arriva en l’année (50)33... que le chrétien Paul... envoya (chercher) tous les maîtres (en droit) ». Les années Anno Mundi en question s’étendent de septembre 1271 à septembre 127312, période qui se situe bien après la mort, le 25 août 1270, du roi Louis IX, qui apportait son soutien fervent au Dominicain. On ne peut savoir si Paul fut autorisé à continuer ses activités après la mort du roi ; il est de toute façon possible que le chroniqueur hébraïque anonyme ait eu à sa disposition une date erronée pour les réunions forcées à Paris, sa description en réalité étant celle d’événements qui, selon le chroniqueur latin anonyme, eurent lieu à Paris en 1269. Ou alors, il se peut que le chroniqueur latin, confondant la période d’événements ultérieurs à Paris avec celle du premier ordre du roi contenu dans sa lettre de juin 1269, ait donné la date de façon incorrecte ; les assemblées forcées à Paris ont très bien pu avoir lieu quelque temps après que des réunions de ce type furent exigées par la lettre de Louis IX. Une autre possibilité est que des assemblées forcées séparées à Paris, c’est-à-dire des réunions antérieures en 1269 et d’autres, ultérieures, en 1272 ou 1273, soient prises comme points de référence dans les récits disparates, les conditions dans lesquelles elles se tinrent étant similaires dans tous les cas. On peut seulement avancer avec certitude que ce fut au cours d’une des séries de ces assemblées obligatoires, à peu près à l’époque de la mort de Louis IX, qu’une autorité venue de Rouen fut chargée de répondre aux attaques du Dominicain.

  • 13 Cette expression est semblable à lešōn gallāḥūṯ, « langue de monachisme » c’est-à-dire, latin, voir(...)
  • 14 Les mots qui interviennent ici sont ’ām šeqōrīn BWGDAS, « une nation qu’on appelle BWGDAS ». Neubau (...)

9L’une des déclarations d’introduction du texte hébreu indique que Paul avait requis la présence de « tous les maîtres » à une assemblée. Juste avant cette déclaration l’auteur avait indiqué que Paul fut aidé dans son projet par certains qui avaient soutenu « le premier mīn ayant vécu à l’époque de Maître Yehiel » - c’est-à-dire, Nicolas Donin. Le texte déclare ensuite que la première d'une nouvelle série de réunions se tint en la présence de l’évêque de Paris et d’autres savants ecclésiastiques (rabbāné gallāḥūṯ, lit. « maîtres de monachisme » ou « de doctrine chrétienne »)13, et que Paul informa les érudits juifs rassemblés qu’il prouverait le caractère erroné de leur religion, en jurant vengeance s’ils ne se convertissaient pas au terme de son prêche. « Car je souhaite débattre avec vous (et prouver) que vous êtes sans foi14... et que vous méritez d’être brûlés. Je vais vous soumettre les questions, pour lesquelles, dans chacune d’entre elles, vous méritez d’être mis à mort si vous y répondez mal. Alors écoutez et allez chercher tous vos grands hommes, et répondez-moi sans retard. » La citation par Neubauer des déclarations introductives se termine par les mots d’explication du converti pour montrer qu’il fut chargé par le roi de disposer rapidement des débateurs juifs (lit. « pour vous signifier votre fin »).

10Cependant, Neubauer cite une autre partie du traité qui offre le récit par un témoin oculaire du traitement infligé aux juifs :

  • 15 La phrase initiale de la déclaration semble faire référence à la série complète de débats, alors qu (...)
  • 16 Ici encore, l’auteur utilise le terme hébreu pour désigner les Franciscains, plutôt que « Jacobins  (...)
  • 17 Pour la dernière expression, voir Ps. III, 2. Pour le premier mot, le MS comportait ici, selon la t (...)

Sachez que, à chaque fois15, nous étions à la cour du Roi ou à la cour des ḥōḇlīm16, plus de mille âmes, (nous fûmes) lapidés... mais, loué soit notre Créateur, aucun d’entre nous ne se déroba devant le fléau, la tromperie et les manifestations arrogantes (de leur religion). Quand le jour commença à tirer à sa fin, on nous ordonna de partir et de revenir pour une (autre) journée d'assemblée, et d’envoyer aux sages de notre génération le sceau du Roi, (les forçant) ainsi à venir. Paul en effet désirait de plus en plus discuter les fondements du Talmud... quand vint le temps du rassemblement de tous les sages, alors des foules s’assemblèrent, (beaucoup) se dressèrent contre nous17... mais nous n’abandonnâmes point notre Seigneur ni n’oubliâmes Son nom.

  • 18 Pour des aspects de la biographie de Pablo Christiani, voir les essais cités ci-dessus, p. 373, not (...)

11Les citations du manuscrit par Neubauer comportent une phrase supplémentaire décrivant la détermination de Paul, qui, selon l’auteur, était due au fait qu’il avait été « chassé d’Espagne en grande honte quand nos maîtres (du Droit) l'avaient banni pour avoir abandonné sa religion (juive) »18. L'auteur ajoute « mais il ne parviendra pas » à détruire la semence d'Israël.

  • 19 Le texte hébreu contient les mots lāšūḇ leyōm wa’ad, « de revenir pour une journée d’assemblée », c (...)

12Le texte fut ainsi écrit par un témoin oculaire des événements qui, en fait, décrivait une réunion initiale suivie d’une ou de plusieurs autres. A la première réunion Paul s’adressa à trois maîtres qui n’étaient, à l’évidence, que des personnages locaux n’ayant pas l'éminence de Yehiel, qui était parti avec des collègues et des étudiants de l’école de Paris pour s’installer en Palestine. Paul ordonna donc à ceux qui avaient été entassés lors de la première réunion d’aller chercher « tous vos grands hommes », c’est-à-dire, d’éminents savants qui ne résidaient certainement pas à Paris. On retrouve cette idée plus loin dans le texte écrit par le témoin oculaire décrivant l’événement : les juifs obligés de fréquenter la première réunion partirent à la condition qu’ils reviendraient finalement19 en compagnie des « sages de notre génération » à qui ils devaient envoyer des lettres officielles requérant leur présence et portant le sceau royal.

  • 20 Voir p. ex. les données dans J.A. Montgomery, A Critical and Exegetical Commentary on the Book of D (...)

13Il est clair que la majeure partie du débat eut lieu après que ces autorités rabbiniques aient été rassemblées, mais les parties du texte gardées sous forme imprimée n’indiquent pas combien de jours il dura. Neubauer avait heureusement pris des notes sur d'autres passages du manuscrit qui lui permirent d’affirmer à la fois que « le porte-parole des juifs était R. Abraham, fils de R. Samuel », et que « autour de lui se tenaient quelques-uns des rabbins français », en héb., miqṣaṯ rabbāné ṣārefaṯ, littéralement « certains des maîtres de Ṣarefath », c'est-à-dire, de la France septentrionale en totalité et non pas simplement de Paris. Alors que Neubauer ne publia malheureusement pas d’attaques de Paul ou de réponse d'Abraham ou de ses collègues, il a copié la rubrique précédant une interprétation de Daniel IX, 24 (« on accorde soixante-dix semaines à ces gens... pour mettre un terme à leur péché... et choisir la vision et le prophète, et oindre le Saint des Saints ») - texte qui constitua un élément important dans les débats sur le Messie entre juifs et chrétiens20. Neubauer cite la rubrique : « Cette interprétation suivante (des paroles « Saint des Saints ») est la déclaration du sage (maskīl) R. Abraham b. R. Samuel de DRWS. » D’après la nature de l’interprétation biblique qui suivait cette rubrique dans le manuscrit, Neubauer tira la conclusion qu’Abraham « semble avoir écrit un commentaire sur Daniel » (JQR V, p. 714). On peut déduire de la présence d’une interprétation biblique dans le manuscrit que l’attaque que Paul lança contre le judaïsme à l’assemblée obligatoire comprenait des études non seulement de textes talmudiques mais également de passages bibliques, particulièrement ceux dont une interprétation christologique avait été donnée par des exégètes chrétiens, et auxquelles les juifs s’opposaient invariablement. Alors qu’un nombre de juifs français éminents furent obligés d’assister à la controverse, ce fut Abraham b. Samuel qui fut leur porte-parole. Dans cette fonction, il avait à défendre l'interprétation juive des textes, tant bibliques que talmudiques. On peut donc en déduire que vers les années 1170 ce personnage était considéré comme l’un des grands savants de la juiverie de France septentrionale et l’indication qu'il était un maître rouennais - apparemment directeur de la yeshibah à cette période - est conforme à d’autres témoignages, présentés auparavant, qui montrent que la science rabbinique se maintient à Rouen pendant toute la longue période d’activité anti-juive en France au XIIIe siècle.

2. La politique de Philippe III et Philippe le Bel envers les juifs

14Un certain nombre de contraintes économiques s’atténuèrent pour les juifs sous le règne de Philippe III (1270-1285) mais beaucoup de restrictions introduites par son père continuèrent à être en vigueur, et il ne fait aucun doute que la juiverie normande, dans son ensemble, en souffrit.

  • 21 Voir l’arresta communia de cette année-là, dans L.A. et Th. A. Warnkoenig, Französische Staats- und (...)
  • 22 Une bulle de Grégoire X datée du 1er mars 1273, destinée aux inquisiteurs du Midi, déclare : Quampl (...)
  • 23 Warnkoenig, Französische Staats- und Rechtsgeschichte, p. 121 ; E. Perrot, Arresta communia Scaccar (...)

15En 1276, l’Echiquier normand ordonna aux juifs d’établir leur foyer « in castra » (signifiant apparemment des villes possédant des châteaux) et dans diverses bonnes villes, et non ailleurs21. Il est difficile de savoir si cette loi fut édictée pour empêcher les villageois illettrés d’être attirés par le judaïsme22, ou pour protéger les juifs des attaques dirigées contre eux - ou bien pour toute autre raison. La décision, en tout cas, obligea les juifs normands qui vivaient encore dans les villages à abandonner leurs foyers, et souvent leurs moyens de subsistance, en faveur d’un transfert dans les zones urbaines. Les grandes villes telles que Rouen et Caen ont certainement vu un accroissement de leur population juive à cette époque, mais la ségrégation sociale fut imposée par l’obligation (alors traduite dans les faits) de porter la rouelle (voir ci-dessous, note 36). A Bernay (à 58 km au sud-ouest de Rouen), on fit une tentative pour obliger les juifs à participer au guet de la ville, mais l’Echiquier, au cours de la même réunion en 1276, déclara qu’on ne pouvait les y forcer (judei non guetarent)23 Brussel (Usage des fiefs, p. 601) déclare que la décision de l’Echiquier découlait d'une haine que l’ensemble de la population nourrissait à l’égard des juifs, et pourtant c’étaient à l’évidence des habitants de Bernay eux-mêmes qui avaient cherché à obtenir la participation des juifs à ce guet. La décision fut peut-être uniquement fondée sur une ancienne coutume.

16Il n’existe pas de documents qui décrivent le statut même des juifs de Rouen durant la période de Philippe III. Toutes les déductions les concernant - si elles s’avèrent nécessaires - doivent être tirées de témoignages venant des juifs vivant en Normandie et dans le Nord de la France en général à cette époque, complétés par la connaissance de quelques aspects de leur vie communautaire et culturelle que l’on peut tirer de témoignages postérieurs au règne de ce monarque.

  • 24 Voir U. Robert, « Cat. d’actes », REJ III (1881) : 218, no 56 ; Ch. V. Langlois, Le règne de Philip (...)

17Philippe III ne se contenta pas de maintenir l’obligation de la rouelle et l’interdiction d’employer des serviteurs ou servantes chrétiennes ; il ordonna également que le Talmud et les écrits s’y rapportant soient saisis et brûlés. De plus, dans un langage qui rappelait la décision antérieure de l’Echiquier de Normandie, il ordonna que soit refusé aux juifs de demeurer dans les villages partout en son royaume, et alla plus loin que son père en interdisant la construction de nouvelles synagogues ou la réparation d’anciennes, tout comme l’installation de cimetières juifs supplémentaires. Ces ordonnances prirent effet le 19 avril 1283, mais certaines avaient été promulguées avant (par exemple l’imposition de la rouelle en 1271)24. A part l’ordre de porter cet insigne, impossible de juger précisément de l’efficacité de ces mesures en Normandie ou dans sa capitale. Car lorsque des documents sur les juifs de Rouen commencent à réapparaître vers la fin du siècle, leur statut, tel qu’il y apparaît, peut être considéré comme étant similaire à celui dont ils bénéficiaient antérieurement dans ce siècle. Cette observation s’applique à la fois à leur bien-être économique et à leur vitalité culturelle (voir ci-dessous, p. 385 sqq.) et il est difficile de concilier cette constatation avec la supposition que des bouleversements désastreux affligèrent la communauté juive rouennaise durant le règne de Philippe III.

  • 25 Voir Langlois, ibid., p. 440-441, se fondant sur MS B.N. fonds Doat, vol. CLV, fol. 151. Le documen (...)
  • 26 Voir Lazard, « Les revenus », p. 236 ; Olim III, p. 218, no 45 (où Abraham de Falaise est exempté d (...)
  • 27 Ch. V. Langlois (éd.), Textes relatifs à l’histoire du Parlement depuis les origines jusqu’en 1314 (...)

18Bien qu’au début de son règne Philippe III ait réitéré l’interdiction de Louis IX concernant le prêt d'argent (Ordonnances III, p. 323), en 1282 il atténua la rigueur de l’ancienne interdiction en publiant un document reconnaissant la légitimité des prêts sur gages de la part des juifs et leur offrant une protection juridique en ce domaine25. La même année, la taille levée sur les juifs de France atteignait un total de 60.000 livres, somme qui peut uniquement être envisagée en termes d’un regain d’activité dans les affaires de leur part26. Il existe des indications que le prêt d’argent fonctionna de façon régulière sous l’égide des juifs de l’Ile-de-France dès 127327. Ces faits suggèrent une modification des lois contre l’usure instituée par Louis IX : son héritier et successeur comprit sans doute qu’en permettant aux juifs de reprendre l’activité bancaire, la trésorerie royale en tirerait finalement un gros bénéfice.

  • 28 Voir E. Boutaric, La France sous Philippe le Bel (Paris, 1861), p. 300-304 ; Lazard, « Les revenus  (...)
  • 29 Voir le jugement de l’Echiquier dans Warnkoenig, op. cit., p. 131 : De habendo consilium utrum corp (...)

19Cette politique fut également suivie par Philippe le Bel durant la première décennie de son règne, au cours de laquelle il bénéficia lui aussi d’importants impôts qui les touchaient28. En 1288, conformément aux ordonnances antérieures de Louis IX, l'Echiquier normand décida que les débiteurs ne pouvaient pas être emprisonnés pour des sommes dues aux juifs29, mais l’implication, une fois encore, en fut que le fait de contracter de telles dettes n’était pas illicite en tant que tel - contrairement aux décrets que Louis IX édicta à la fin de son règne. La même année, le Parlement de Paris décida que les ecclésiastiques ne pouvaient emprisonner des juifs sans informer le sénéchal ou le bailli de la région de la plainte portée contre eux (voir Depping, Les Juifs de France, p. 145).

20En 1292, Philippe inversa complètement l'ancienne position du roi en ordonnant à ses administrateurs de prêter leur concours à la perception des sommes dues aux juifs, en spécifiant toutefois que les revenus seraient totalement confisqués par lui s’il pouvait être démontré qu’un taux d’usure excessif figurait dans le contrat (voir G. Saige, Les Juifs de Languedoc, p. 228-229).

  • 30 Sur la position des juifs pendant le règne de Philippe le Bel, voir p. ex. L. Lazard, « Les revenus (...)

21Tout au long de cette période du règne de Philippe le Bel, il y a des récits fiables de confiscation de biens des juifs, d’expulsions, de bannissement et d’emprisonnement de juifs dans divers endroits de France, et même d’une exécution de masse (Troyes, 1288) et d’autres manifestations de grave hostilité contre les juifs30.

  • 31 Voir Ch. de Beaurepaire, De la Vicomté de l’Eau de Rouen (Evreux, 1856), p. 360. Il cite Le Coutumi (...)

22De cette période datent les ordonnances locales selon lesquelles les juifs, à Noël, devaient payer cinq sous aux autorités pour franchir les portes de Rouen, alors que pour traverser la Seine à Harfleur un juif ou une juive devait payer quatre deniers et une juive enceinte huit deniers31.

  • 32 Au sujet de l’expulsion de St. Pierre (S. Petrus), voir Olim II, p. 299, no iii. En ce qui concerne (...)
  • 33 Voir G. Saige, Les juifs de Languedoc antérieurement au XIVe siècle (Paris, 1881), Preuves, no XLII (...)
  • 34 Voir les textes suivants décrits par U. Robert, « Catalogue d’actes », REJ III (1881) : 221-223 : ( (...)

23Une expulsion des juifs de Saint-Pierre-sur-Dives dans le Calvados eut lieu en 1290. L’année d’après le bailli du Cotentin interdit aux juifs de s’établir à Saint-Pair-sur-Mer32. Le fait qu’une grande population juive se maintenait dans les villes et villages de Normandie apparaît, cependant, dans une lettre royale du 4 avril 1291 de Philippe le Bel à ses officiers en France. Il demandait l'expulsion de tous les juifs des « petites villes » et des endroits où ils n'avaient pas séjourné antérieurement et où ne se trouvait pas de commerce, parce qu’il avait « reçu des informations d’une source digne de confiance que grand nombre de juifs se trouvent dans les petites villes et dans beaucoup d’endroits du bailliage de Caen »33. Des lettres royales des années 1291 et 1292 révèlent une hostilité croissante du roi envers les juifs français, hostilité dont la cause paraît être le besoin pressant du roi de trouver des revenus pour financer ses guerres de longue durée contre l'Angleterre et la Flandre, besoin traduit par la création de nouveaux impôts importants sur toute la population34. Cependant il n'y a pas de traces d’actes hostiles particuliers contre les juifs de Rouen ou des principales autres villes de Normandie pendant cette période.

  • 35 Voir G. Dubosc, Par-ci, par-là, 3e série (Rouen, 1923), p. 175. Selon l’auteur, les cinq en questio (...)
  • 36 Voir R. Fawtier, éd., Comptes du Trésor (1296, 1316, 1384, 1477), RHGF, Documents Financiers, Tome (...)

24En 1292 Philippe libéra cinq juifs de Rouen de l’obligation de porter la rouelle, sans doute contre le paiement d’une grosse somme d’argent35. On pourrait penser que d’autres juifs rouennais profitèrent de cette option, mais on ne connaît rien d’autre de cet aspect de leur vie à ce moment-là. En l’année 1296 la somme de la taille payée par les juifs du bailliage de Rouen tout entier était 2.000 livres36.

3. Calot de Rouen, procurateur des juifs de France

  • 37 Voir Fawtier, Comptes du Trésor, p. 14, no 289 : De prédicta finatione Judeorum, per Julianum dicta (...)

25Malgré la rareté de la documentation, un fait singulier nous montre que les juifs rouennais conservaient une position relativement forte jusqu’à la fin du siècle : un juif de Rouen, s’appelant Calot ou Kalot, fut choisi durant la dernière décennie pour servir de principal responsable pour les affaires juives à la cour de Philippe le Bel. Ce Calot se présente d'abord en tant que percepteur important de revenus des juifs en faveur du roi dans les comptes du trésor de 129637. (Sur la présence d'un autre Calot à Rouen au XIIIe siècle, voir plus haut, p. 328, 332).

26Un document de 1297 fait référence à Caloto de Rothomago, procuratore communitatis Judeorum regni (voir note 38 ci-dessous). Calot est la seule personne en France connue pour avoir porté le titre de procurateur des juifs du roi. Ce n’était ni un savant ni une personnalité rabbinique ; à cette époque une division semble s’être produite entre les directions civile et religieuse des juifs dans la France septentrionale.

  • 38 Trésor des Chartes, carton J 227, no 34, publié intégralement par Luce, « Cat. de documents », p. 2 (...)
  • 39 Voir Viard, Journaux du Trésor, articles suivants :
    1104. De eodem monetagio [Parisius], per Kalotum (...)

27Selon le document de 1297, le roi choisit Calot comme arbitre pour aider à décider si quarante-trois juifs appartenaient à lui ou à son frère Charles de Valois (qui, à son tour, fut représenté par Joucet, c’est-à-dire Yossi, de Pontoise)38. Dans les deux années suivantes on trouve Calot en train de percevoir des fonds pour le Trésor. Au début de septembre 1298 il reçut du Trésor à Paris la somme de 230 livres tournois sous l'autorité de Betin Caucinel, maître de la monnaie ; le même jour il emprunta au Trésor la somme de 500 livres « pour les besoins de la communauté des juifs » (pro communitate Judeorum - sans plus de spécification). Il remboursa ce prêt en deux versements en octobre et en novembre de la même année. En tant que percepteur des tailles des juifs, il reçut le 14 juillet de l’année suivante la somme de 400 livres et, le 30 juillet, la somme additionnelle de 60 livres. Le 15 février 1300 il lui fut encore accordé 600 livres pro expensis in negocio Judeorum39. Ces paiements relativement élevés peuvent représenter un pourcentage des tailles perçues par les mandataires travaillant sous la direction de Calot.

  • 40 Voir Inventaire Mignon, p. 267, nos 2142 et 2143 (Rouen) : Inventoriant bonorum Caloti, Judei, de R (...)

28Alors que Calot accomplissait ce travail à Paris et sur une base régionale plutôt que locale, il ne fait aucun doute qu’il résidait à Rouen. Car, lorsqu'il s’éteignit le 16 avril 1300, c’est là qu’on fit un inventaire de ses biens. Des fonctionnaires royaux participèrent à cet inventaire, y compris au moins une fois Pierre Saimel - bailli de Rouen 1298-1302 - Renaud Barbou, Pierre de Bourges et Raoul de Joui40. L’inventaire même est malheureusement perdu ; il ne fut terminé qu'en juin 1300, ce qui tend à indiquer l’importance de son patrimoine au moment de sa mort.

  • 41 Voir Viard, Journaux du Trésor, titres suivants :
    4644. De relicta Caloti Judei, pro quadam fination (...)

29L’année suivante, on retrouve trace du paiement par la veuve de Calot du reliquat du domaine de feu son mari au Trésor. Outre la somme de 4.000 livres tournois qui représente le montant des tailles qu’il avait perçues immédiatement avant sa mort, elle rendait aussi des sommes de 100, 200, 300 et 400 livres en tant qu’impôt sur les biens du défunt41.

30Le choix de Calot de Rouen comme procurateur de la communauté juive de la France royale a-t-il été dû à ses qualités personnelles, ou plutôt à sa position de personnage important dans l'une des plus anciennes et plus considérées communautés juives de l’Europe occidentale ? C’est une question à laquelle on ne peut apporter de réponse certaine. Considéré en tant que tel, il se peut que le choix de Calot pour sa mission n’ait absolument rien eu à voir avec sa ville de résidence.

31Dès 1899, cependant, Isadore Loeb, étudiant de près les témoignages venant de la juiverie rouennaise qui lui étaient connus uniquement de sources très parcellaires, avança que le choix de Calot fut tout autre que fortuit. Voyant que la position de Calot dans la communauté juive de Normandie ou de la France royale était à l’évidence très fortement prisée et mettant cela en rapport avec sa richesse personnelle, et avec le fait que certaines familles importantes, telles que les Qalonimides de Narbonne sont connues pour avoir maintenu à la fois leur influence et leur richesse pendant des générations, Loeb suggéra que Calot était un descendant de la famille du rex judaeorum de Rouen auquel fait allusion, dès avant le milieu du XIIe siècle, Pierre le Vénérable (plus haut, p. 130). Il fut en tout cas possible de déduire de la présence à Rouen de deux personnages tels que ceux-ci dans des siècles différents qu'au cours du moyen âge « la direction et représentation officielle des juifs du nord de la France a eu longtemps son siège à Rouen et... c’est là que se trouvaient les familles juives les plus riches de cette région » (REJ XVIII [1889] : 46). Notons que le nom Calot, comme je l’ai remarqué ci-dessus (chap. v, note 87) ne semble être qu’une simple apocopation du nom Qalonymus (Calonymus) s répandu parmi les rois juifs de Narbonne.

32La déduction de Loeb fut faite sans l’aide du témoignage des manuscrits hébraïques indiquant la pratique à Rouen d’une haute culture juive. La découverte dans la même ville, précisément lorsque l’habitait Calot, de la présence de Simson b. Isaac de Chinon, dernier maître rabbinique éminent de la France septentrionale avant l’expulsion de 1306, met de nouveau l’accent sur l’importance du Rôle de Rouen dans la vie des communautés juives de la France médiévale.

4. Simson b. Isaac de Chinon et son cercle d’érudits

  • 42 Voir Isaac b. Shéshet, Consultations (Lemberg, 1805), no 157 ; Gross, Gallia, p. 583. Isaac fut étu (...)

33Simson de Chinon, à propos duquel une autorité du XIVe siècle écrivit qu'il « était un maître plus grand que tous ceux de sa génération »42, était le descendant d’une famille rabbinique distinguée qui avait d'anciennes attaches dans cette ville importante de la vallée de la Loire. Dans la préface de son ouvrage fondamental sur la méthodologie talmudique, le Séfer keritout, Simson livre sa généalogie comme suit :

Je suis celui dont la langue est pesante (voir Ex. IV, 10), je suis Simson, fils du plus grand des savants le maître R. Isaac, dont la tour de sagesse domine la terre alors que son faîte culmine aux cieux ! Mon grand-père, son (= de mon père) père - défricheur, terrassier et pierre de touche du savoir - fut le maître Isaac r.i.p., et le grand-père de mon père-professeur fut le pieux maître R. Jeqouthiel r.i.p., l’ange rédempteur, fils du maître R. Isaac r.i.p.

  • 43 Gross (Gallia, p. 579) interprète cela comme « Nathanel dirigeait l’école talmudique de Chinon ». D (...)
  • 44 La plupart des données suivantes est incluse dans la section biographique de l’édition de S. et Y. (...)

34Les aïeux de Simson étaient compagnons d'autres savants encore dont on peut retrouver trace à Chinon (voir Gross, Gallia, p. 577-578) comme Joseph b. Isaac fils du Nadib (= bienfaiteur) de Chinon (deuxième moitié du XIIe siècle), et les tossafistes Jacob et Nathanel de la même ville. Ce dernier nommé, selon Salomon Louria (Consultations no 29), « régna » (« mālak ») à Chinon après 1224 (chap. xi plus haut, p. 343) ; l’expression « régna » indique qu’il fut le principal savant de la communauté dans les années qui suivirent43. Pourtant ces derniers personnages ne paraissent pas avoir atteint la stature de la famille de Simson44.

  • 45 Neubauer, REJ XII (1886) : 81, se fondant sur MS Bodl. 2550 (consultations de Ibn Adret et autres), (...)

35Salomon b. Judah de Château Landon, en faisant référence à Simson de Chinon et son frère aîné Mattathias, en fait mention en tant que « fils de notre grand maître Isaac » (Consultations d’Ibn Adret, III, no 7), alors que dans une autre source une pratique rituelle est attribuée au même Isaac b. Isaac de Chinon « et beaucoup (d’autres) grands hommes » (Teshoubot maimuniot, Shoféṭīm no 17). Dans l’Orḥot ḥayyim de Aaron de Lunel (Berāḵōt, no 57) une opinion de Yehiel de Paris est citée au nom d’Isaac b. Isaac, alors que dans une glose présentée par le dernier éditeur (anonyme) des Tossafot à Nazir, le même Isaac est cité comme étant le professeur de ce dernier (voir Urbach, Ba’alé hatossafot, p. 496). Il convient de noter particulièrement que Isaac b. Isaac est mentionné dans deux consultations séparées comme le rōsh hayeshiboth beṣarefath - expression qui, normalement, devrait être traduite par « le directeur des académies talmudiques dans la France septentrionale »45.

  • 46 Neubauer (REJ XII [1886] : 81) ne cite que les mots hébreux du MS Bodleien, sans les traduire. Gros (...)

36Les chercheurs modernes semblent ne pas avoir examiné ce qu’implique cette dernière déclaration, à savoir que durant le dernier tiers du XIIIe siècle, quand la correspondance où elle se trouve fut écrite, le père de Simson de Chinon occupait un poste d’importance inhabituelle dans la juiverie intellectuelle de la France septentrionale. Le peu d’empressement à traiter cette déclaration et à en dégager le sens46 est peut-être dû au fait qu’on pensait que la résidence d'Isaac b. Isaac était Chinon, et qu’il serait apparu peu probable qu’un savant portant un titre de cette sorte eût pu exercer une telle fonction au sein de cette communauté relativement réduite.

  • 47 Ceci est la déclaration du poète hébreu provençal Abraham b. Isaac qui venait à l’origine de Bézier (...)

37Il n’est pas possible de connaître quelles étaient au juste les responsabilités d’Isaac, ainsi que ses prérogatives éventuelles, ou précisément quelles étaient les implications du titre qu’il portait. Comme nous l’avons montré ci-dessus, la culture universitaire des juifs français survécut au déclin de l’école de Paris, et il n’existe aucun témoignage pour montrer que les yeshibot restant se regroupèrent en une seule organisation. Mais à un certain moment au cours des deux ou trois dernières décennies du XIIIe siècle, un messager fut dépêché vers les communautés provençales à partir de la France septentrionale pour s’assurer des contributions aux « dépenses des membres des saintes écoles (bāté midrāšōṯ hamuqdāšīm) dans leur pays, de façon à instruire les enfants pauvres des hébreux »47. Il faudrait comprendre qu’il existait un effort organisé de la part des juifs du Nord de la France, à la suite des reculs souvent désastreux du règne de Louis IX, pour retrouver leur ancienne position dominante dans l'érudition rabbinique. Dans ces circonstances, il est possible qu'Isaac ait été choisi pour mener une entreprise de cette nature. Cependant, l’expression rosh hayeshiboth beṣarefath ne doit signifier, dans l’idiome des juifs français du XIIIe siècle, rien de plus qu’« un directeur (c’est-à-dire parmi plusieurs) des (diverses) académies en France ». La seule conclusion ferme qu'on puisse déduire de cette déclaration est donc que le père de Simson de Chinon était un savant important et le maître d’une institution d’enseignement supérieur dans le Nord.

  • 48 Voir la lettre de Simson à Salomon présentée ci-dessous (Consultations d’Ibn Adret, vol. III, no 3) (...)
  • 49 L’affaire en question concerne un acte dans lequel une grosse somme d’argent fut allouée à Simson a (...)

38Celle-ci n’était toutefois pas nécessairement située à Chinon, car on découvre que Simson ainsi que son frère aîné, qui fut aussi l'un de ses professeurs48, habitaient un autre endroit de la France vers la fin du siècle et vivaient peut-être en fait là depuis bien des années. Ce lieu est mentionné au début de la lettre que Salomon ibn Adret de Barcelone adressa à Simson en 1298 ou peu après, en réponse à la demande de celui-ci pour qu’il prenne une décision sur un point de droit dans lequel Simson était personnellement impliqué49.

  • 50 Ainsi par exemple, éd. Libourne 1778 et éd. Zolkiew 1811, no 3, titre. Ed. Lwow 1811 porte DWDS, םד (...)
  • 51 Quand Adret envoyait des lettres à des villes d’Espagne ou de Provence, il ne mentionnait pas les n (...)
  • 52 Voir p. ex. M. Perles, R. Salomo b. Abraham b. Adereth (Breslau, 1863), p. 11 ; Neubauer, REJ XII ( (...)

39Selon les versions imprimées du troisième volume des consultations d’Ibn Adret, l’endroit où ce dernier envoya sa réponse à Simson n’était pas Chinon, mais plutôt, « RWDS (םדור) qui se trouve en Ṣarefath »50. Or Ṣarefath, dans d’autres écrits d’Ibn Adret (comme ailleurs) signifie la France septentrionale, et non la Provence51. Il aurait donc fallu s’attendre à ce que les érudits cherchassent à situer cette ville quelque part dans le nord. Il n’y a pas de toponyme français septentrional, cependant, dont l’orthographe corresponde à ces quatre lettres. Au lieu de cela, des auteurs expliquèrent que ce nom voulait dire Rodez/Rhodez52, dans le Languedoc (département de l’Aveyron, à 155 km au nord-est de Toulouse). Cette identification, encore largement acceptée aujourd'hui, semble être due particulièrement à Henri Gross, qui y situa Simson, sur la base de l’adresse écrite par Ibn Adret, en déclarant (Gallia, p. 584) que Simson « habitait d'abord Rodez et après l’expulsion des juifs de France en 1306, émigra peut-être en Provence... ». Dans le titre de son article sur Rodez (Gallia, p. 626), Gross reproduisit précisément l'orthographe la plus commune dans les versions imprimées d’Adret, viz. RWDS, , déclarant, sans autre commentaire, que « ben Adret parle d’une consultation qu'il adresse à Simson ben Isaac de Chinon, établi à Rodez ».

  • 53 Les autres mentions (Gallia, p. 626-627) sont RWDYS, רודיש (écrit avec sin, jamais samekh) et (une (...)
  • 54 Voir p. ex. Gross, Gallia, p. 139 : « ... il n’y avait pas de tossafistes dans le sud de France. » (...)

40Cependant, Gross omit d’informer le lecteur que l’adresse en hébreu comportait l'expression supplémentaire ašer beṣarefath « qui est en Sarefath » - expression qui, s’il l’avait traduite, aurait servi d’avertissement contre une acceptation hâtive de son identification. Etant donné que les orthographes apodictiques hébraïques du toponyme Rodez - toutes du XIVe siècle - comprennent la représentation d’un élément e dans la seconde syllabe et n’ont jamais la lettre samekh (ס) en position finale53 et puisqu'en plus, aucun tossafiste n’a jamais été connu pour avoir adopté un lieu de résidence dans le Midi avant l’expulsion de 130 654, l’identification est totalement inacceptable, bien qu’on n’ait jamais mis en doute son bien-fondé.

  • 55 Dans TYR (c’est-à-dire jusqu’en avril 1976) n’étant pas encore au courant du problème posé par l’id (...)

41Le problème de l’identité du lieu de résidence de Simson est maintenant résolu par le fait que le plus ancien manuscrit connu contenant cette lettre d’Ibn Adret (MS British Library, Add. 22089, fol. 294) porte, à l’endroit crucial, les lettres RWDM, רודם, indiquant clairement le toponyme Rodom (voir fig. 47)55.

  • 56 Il est ironique de voir que Neubauer, qui fit une étude spéciale du manuscrit de la British Library (...)

42Comme Rouen se trouva pendant la majeure partie du XIIIe siècle à l’intérieur du royaume Capétien, la désignation de cette ville comme située en Ṣarefath se révèle maintenant concorder complètement avec ce qu’on peut attendre : Ibn Adret envoya sa lettre en « Sarefath » parce qu’elle était en fait destinée à un savant du Nord de la France, région normalement désignée par ce terme hébreu ; et la raison pour laquelle la lettre lui fut adressée à Rodom est que ce fut là, à Rouen, que Simson, tout autant que son frère, habitait, et non dans la ville de Rodez, en Languedoc - où l’on n’a jamais rencontré de tossafistes français. Le toponyme, orthographié correctement par Ibn Adret, fut simplement légèrement changé plus tard, donnant naissance à un phénomène semblable à celui qui se rencontre avec persistance dans les chapitres précédents56.

  • 57 Voir Gross, Gallia, p. 578 se fondant sur Continuatio Guillaume de Nangis, p. 78, voir REJ VI : p.  (...)
  • 58 A la liste des sept noms donnés par Gross, Gallia, p. 578-586, on doit ajouter celui de Yaqar de Ch (...)
  • 59 Selon la correspondance d’Ibn Adret, Eliézer b. Joseph, l’adversaire de Simson dans la querelle jur (...)
  • 60 Ces trois personnes seulement sont désignées par le toponyme « Chinon » ou « Chino » mis en apposit (...)

43Nous pouvons découvrir la raison pour laquelle Simson se trouve à Rouen vers la fin du XIIIe siècle si nous considérons à la fois la situation historique qui régnait dans le nord de la France après 1270 et le rôle culturel ainsi que les traits distinctifs de ce personnage important. Rien n’indique que la ville de Chinon fut un centre très important de la culture juive comme le furent, par exemple, Paris, Troyes, Reims ou Rouen. Bien qu’on rapporte un massacre des juifs de Chinon en l’année 132157, au cours d’une période où ils furent une fois de plus autorisés à résider dans le royaume de France, et alors qu’une « rue de la juiverie » et un cimetière y furent situés, comme dans beaucoup de villes du nord de taille moyenne, aucun document latin ou hébreu du XIe, XIIe ou XIIIe siècle ne révèle le moindre aspect de la vie de la communauté juive qui s’y trouvait. Nombre de savants éminents venaient sans aucun doute de Chinon (voir p. 385 sqq. ci-dessus)58 et certains d’entre eux y résidèrent sûrement aux XIIe et XIIIe siècles59, mais on ne peut en dire autant avec certitude en ce qui concerne Simson, son frère Mattathias, ou leur père Isaac b. Issac60. En tant que savant hautement confirmé, Isaac aurait cherché à établir sa résidence dans un centre important du judaïsme français, ou été appelé à y occuper un poste important. Alors qu’une école talmudique a peut-être fonctionné à Chinon au cours du XIIIe siècle, sur le modèle des institutions qui sont connues sous le nom personnel de leurs maîtres, les centres importants les plus proches vers le nord étaient Paris et Rouen.

44Avec le déclin de l’école parisienne vers 1260, cependant, la région à l’ouest de Paris était à l’évidence dominée de plus en plus par Rouen, grand centre de haute culture juive, et c’est ainsi que Isaac b. Isaac de Chinon peut, en tant que « Directeur des Yeshibot en Ṣarefath », y être le mieux situé dans les années 1280, c’est-à-dire après que le vieil Abraham b. Samuel ait pris sa retraite ou cessé de vivre. Peut-être Isaac y est-il venu pour s’établir plusieurs années avant le début de cette décennie, de façon à étudier à l’académie ou servir de maître pour l’école, accédant à sa direction uniquement dans les dix ou vingt dernières années de sa vie. (Pour la situation géographique de Chinon vis-à-vis de Paris et Rouen, voir fig. 31).

45Quand le fils d’Isaac, Simson, entama sa correspondance avec Ibn Adret en 1298 ou 1299, c’était déjà un savant à la réputation bien assise, et pourtant il ne devait guère avoir plus de cinquante ans. Son frère aîné Mattathias vivait encore à cette époque, alors qu’il se peut que son père ait vécu jusqu’aux alentours des dix dernières années du siècle, à en juger par les dates des vies de ceux avec qui il était en relation, ou qui le mentionnent dans leurs écrits (voir Sofer, Séfer keritout, section biographique p. 16-21).

  • 61 Voir Hist, littéraire de France XXVII, p. 463, « Le Sepher Keritouth a été presque un livre classiq (...)
  • 62 Voir les citations dans Y. et B. Sofer, éds., Séfer keritout, partie biographique.
  • 63 Voir son Sha’aré şion, dans Magazin IV (1877), partie héb., p. 76.

46En tant que fils d'un des premiers savants de cette époque qui dirigeait lui-même une école talmudique, en tant qu’étudiant du judaïsme et de la culture hébraïque vivant dans un centre qui nourrissait cette foi et cette culture depuis des siècles, et en tant que personnage doté d’un esprit de logique hors du commun alors que le nord de la France pullulait d'esprits talmudiques zélés, Simson était en mesure de faire progresser la cause du savoir juif de façon inattendue. Il écrivit probablement son Séfer keritout, œuvre qui pendant des siècles allait servir en Occident de modèle de méthodologie talmudique61, alors qu’il s'occupait d’autres projets, car il y écrit, à propos d’un problème d’extrapolation logique, que « dans (un commentaire ou traité sur) ‘Erubin, j’en dirai plus à ce sujet ». Il fait une déclaration similaire en ce qui concerne un de ses commentaires du traité Menahot, alors qu’ailleurs dans l’œuvre, il fait référence au commentaire qu’il avait déjà écrit sur Abodah Zarah et à un « manuel » (quntres) de sa plume où il avait étudié un problème dans l’interprétation d’un passage d’Erubin62. L’auteur provençal du XIVe siècle Isaac de Lattes parle des nombreux élèves que forma Simson, et ajoute que ce dernier avait composé, en plus du Séfer keritout, « de beaux commentaires sur une partie du Talmud »63. On voit donc se préciser l’image d’un savant plongé dans l’exégèse des textes rabbiniques et responsable des progrès universitaires de bon nombre d’étudiants qui ressentaient la nécessité d’établir d’une manière systématique les règles de l’induction et de la déduction logiques, sur lesquelles se fonde le discours talmudique.

47Le Séfer keritout est divisé en cinq parties, la première traitant des treize règles herméneutiques du Rabbin Ishmael, et la seconde des règles de la déduction analogique et de la conclusion a fortiori. Un autre groupe de principes herméneutiques, appelé les « trente-deux règles d’Eliézer b. José le galiléen », forment le sujet du troisième traité, alors que le quatrième a trait aux générations de savants de la Mishnah et du Talmud de Babylone, et au degré comparatif d'autorité des principaux d’entre eux, la cinquième partie étant consacrée à l’interprétation de divers arrêtés juridiques figurant dans cette dernière œuvre.

48Simson écrit, comme l’ont fait remarquer Renan et Neubauer (Hist. Litt. de France XXVII, p. 463), que son traitement du sujet était rapide de façon à aider les étudiants à se familiariser avec les méthodes adaptées à l’étude talmudique, et indique à certains endroits qu’il a traité le sujet en discussion de façon plus détaillée « dans mon manuel » ou « ailleurs ». Cela indique que le Séfer keritout était un guide pour les étudiants, accompagnant une œuvre plus vaste sur le même sujet, mais qui ne nous est pas parvenue.

  • 64 Voir M. Banitt, « Le renouvellement lexical de la Version Vulgate des juifs de France au moyen âge (...)

49Ce qui semble, en tout cas, être au centre de l’activité littéraire de Simson, c’est son souci de former un cadre d’étudiants possédant parfaitement les méthodes appropriées d’investigation des textes traditionnels. C'est ce même objectif qui semble l'avoir motivé pour une recherche littéraire encore inattendue, qui fut - si les conclusions d'une autorité éminente sur la traduction juive de la Bible au moyen âge s’avèrent correctes - la traduction systématique et l’interprétation, de passages difficiles de la Bible. Le Professeur M. Banitt a montré que le célèbre « Glossaire » conservé à la bibliothèque de l’Université de Leipzig renfermant colonnes après colonnes en écriture hébraïque fine et élégante des passages bibliques hébreux accompagnés des lignes correspondantes de traduction judéo-française, est à l'évidence l’œuvre de Simson de Chinon64.

50Cette œuvre prodigieuse, à laquelle des auteurs ont consacré de longues études (voir plus haut, p. 245, note 72), cite avec insistance les opinions des exégètes bibliques en rapport avec l'école de Rouen, tels que Rashbam, Ibn Ezra, Benjamin, Eliézer de Beaugency, Berakhiah et Cresbia. A la vérité, ce sont presque uniquement leurs idées qui figurent dans le glossaire ; son compilateur avait visiblement à sa disposition une vaste bibliothèque exégétique contenant, entre autres, les divers écrits de ces personnages.

51C’est comme si ce dernier savant juif rouennais de premier plan, qui écrivait à un moment si rapproché de la période de l’expulsion, avait eu un pressentiment de ce qui allait arriver ; l’apogée du savoir juif français tirait à sa fin, et ce qui restait alors à faire était de rassembler les idées principales des maîtres sous une forme qui pourrait survivre à leurs livres individuels et divers.

5. Le travail culminant des tossafistes

  • 65 Les mots dans l’édition d’Amsterdam : talmidé rabbi eli’ezer mitük, « les étudiants du maître Eliéz (...)

52Ce sentiment d’apogée et de fin imminente semble inspirer un autre grand projet de Simson de Chinon. L’italien du XVIe siècle Guedaliah ibn Yahya dans son ouvrage historiographique Shalshelet haqabbalah (« Chaîne de la tradition », éd. d’Amsterdam) déclare que Simson « écrivit les tossafot avec l’aide des (littéralement « par les mains des ») étudiants de maître Eliézer de Touques65, raison pour laquelle (les tossafot) sont (seulement) désignés de son nom, c’est-à-dire les tossafot de Touques. Ce fut lui (Simson de Chinon) qui écrivit le livre Keritout. »

53Selon la tradition conservée par Guedaliah, Simson, travaillant avec des étudiants d’un savant originaire de la ville normande de Touques - qui lui-même fut à l’origine de la formation d’une grande partie des tossafot du Talmud de Babylone rassemblés et édités (voir Gross, Gallia, p. 209-210 ; Urbach, Ba'alé hatossafot, p. 458) - entreprit une activité semblable bien évidemment après la mort d’Eliézer. Comme ce dernier semble s’être éteint peu avant ou pendant le dernier quart du XIIIe siècle, il est raisonnable de conclure que cette activité fut poursuivie par Eliézer, voire par son frère aîné et son père peu de temps avant lui, à Rouen, durant les dernières années de cesiècle et les toutes premières années du suivant.

54Il convient d’évaluer la signification de l’activité tossafistique de Simson par rapport à celle d’Eliézer de Touques qui est, de par la déclaration de Guedaliah, lié avec Simson à l’intérieur de leur groupe commun d’étudiants et par leurs intérêts scientifiques identiques. Etant donné qu’Eliézer venait d’une ville du Calvados située à seulement 87 km à l’ouest de Rouen et que maintenant, de plus, nous l’associons à un savant dont le lieu d’activité était indubitablement Rouen, il est raisonnable de déduire que durant sa période estudiantine, Eliézer, comme d’autres juifs normands aux XIIe et XIIIe siècles, était lié à l’école rouennaise. Alors qu'il se peut qu’il ait fait progresser ses recherches en voyageant dans d’autres centres culturels de France et d’Allemagne, il est très probable qu’il revint ou, en tout cas, qu’il demeurait à Rouen au milieu du XIIIe siècle.

  • 66 Voir p. ex. H. Gross dans REJ VI (1882) : 177-179 ; S. Krauss dans REJ LXXXII (1926) : 333-343 ; Ur (...)

55Simson de Sens (fin de XIIe - commencement de XIIIe siècle) avait déjà commencé, en un lieu, que l’on ne peut définir précisément, le projet d’une rédaction d’une version unifiée des tossafot du Talmud de Babylone entier. Il avait inclus dans son œuvre de multiples opinions de Rabbenou Tarn, de son propre maître Isaac b. Samuel de Dampierre, et bien d’autres interprètes du XIIe siècle et du début du XIIIe, particulièrement ceux des écoles de Troyes et de Paris (voir e.g. Urbach, Ba'alé hatossafot, p. 236-246). Il avait quitté la France pour la Palestine en 121166, en laissant derrière lui des collections tossafistiques complètes, écrites de sa plume, qui répondirent aux besoins des étudiants des yeshibot françaises pendant la plus grande partie de la première moitié du XIIIe siècle.

  • 67 Urbach, Ba’alé hatossafot, p. 395-399 non seulement situe l’activité tossafistique de ces frères à (...)
  • 68 Pareillement à Isaac b. Isaac, Eliézer semble aussi avoir porté le titre de « directeur de l’académ (...)

56Le décor commence alors à se déplacer de plus en plus vers la Normandie. A la fin de cette période, on fit de nouveaux efforts pour synthétiser les collections tossafistiques et améliorer les méthodes d’investigation analytique du Talmud à travers l’œuvre d’Isaac, de Samuel et particulièrement de Moïse, trois des fils de Sénior d’Evreux. (Cette ville de Normandie se touve à 50 km seulement au sud de Rouen.)67 Vers 1260 ou 1270, cependant, les commentaires individuels des maîtres du XIIIe siècle s’étaient multipliés, malgré les actes d'hostilité du gouvernement - rendant nécessaire une nouvelle édition des « tossafot de Sens » qui non seulement supprimait toute information superflue, mais introduisait les contributions marquantes des maîtres d’Evreux et des interprétations nouvelles des difficultés du texte talmudique, et substituait même à ces tossafot de Sens des écrits totalement différents - tels que, par exemple, le commentaire de Samuel de Falaise sur Abodah Zarah - lorsque cela était jugé souhaitable. Ce fut la tâche entreprise par Eliézer de Touques et ses élèves68.

  • 69 Voir Israel Isserlin, Teroumat hadeshen (Venise, 1546), no 19 ; Urbach, Ba’alé hatossafot, p. 458.
  • 70 Voir p. ex. Tos. Qiddoushin 41 a (probablement l’œuvre d’un étudiant d’Isaac d’Evreux)... « car jou (...)
  • 71 Pour les références aux tossafot d’Eliezer de Touques dans les écrits de Haim Or Zarou’a, dans les (...)

57Bien qu’un savant du XVIe siècle ait finalement dit qu'« aux sources des tossafot de Sens que M(aître) E(liézer) de Touques a abrégées, nous nous abreuvons »69, d’autres courants s’y mélangèrent réellement, canalisés par l’énergie du maître normand, alors qu’un nuage d’intolérance menaçait constamment70. Les tossafot d’Eliézer, éditées, à l'évidence, avec l’aide de ses étudiants de Rouen entre 1270 et 1275, ne furent pas, à en juger par la déclaration de Guedaliah, terminés durant son existence ; c’est plutôt à Simson, travaillant avec ces mêmes étudiants, qu’il appartint d’ajouter, et de terminer, l’ensemble des écrits laissés par Eliézer. Ce fut certainement sous cette forme que ces « tossafot de Touques », comme on les appela par la suite, furent largement diffusées en France, en Allemagne et dans d’autres pays dans les décennies qui suivirent71.

  • 72 Voir la description des différences inhérentes à ces deux « éditions » des tossafot de Touques dans(...)

58Le fait que l’œuvre de Simson ait été interrompue par l’expulsion de 1306 est démontré, cependant, par l’inégalité des Tossafot de Touques qui sont parvenus jusqu’à nous. Alors que quelques-uns des commentaires ont une forme plus élaborée et qu’ils ont été revus (tels que les tossafoth des traités Yebamoth, Guittin, Baba Meṣi'a et Shebu'oth), d’autres sont plus grossiers, comme si le travail de mise au point avait soudain été interrompu (par ex. les tossafot des traités B. Bathra, Shabbat, Pesaḥim et Ketubboth)72. Il n’est pas difficile de voir que, bien que l’objectif n’ait pas été totalement atteint, l’intention d’Eliézer et, par la suite, de Simson, avait été de rassembler un corpus aussi complet et riche que possible d'interprétations talmudiques, en utilisant toutes les ressources manuscrites disponibles dans le but d’enregistrer à l’usage des futures générations d’étudiants les opinions les plus importantes et les plus décisives tirées des maîtres de France sur une période de presque deux siècles.

  • 73 On connaît cela grâce au fait que les autorités rabbiniques françaises du XIIe siècle, par ex. Rabb (...)

59En tant que dernier rédacteur des éditions normandes des tossafot du Talmud de Babylone, et ayant accès à la collection de manuscrits conservés à l’école de Rouen, Simson s’était trouvé dans une position unique pour enregistrer les meilleures lectures accessibles du Talmud lui-même. Cet ouvrage, pendant des siècles, avait circulé en Occident en fascicules séparés plutôt que rassemblés dans un volume unique, sans jamais avoir été mis sous la forme d’une édition faisant autorité73. On ne peut prétendre que l’objectif de Simson était de produire une telle édition : comme d’autres maîtres français, il était trop docte pour entretenir une ambition aussi orgueilleuse. Il semblerait cependant que son espoir ou celui des étudiants qui l’entouraient avait été de rassembler les traités séparés en un seul volume et, ce faisant, de chercher les meilleures lectures des textes, ne serait-ce que pour en faire profiter les futurs étudiants de la yeshibah rouennaise. (Il est toujours possible qu’il y ait eu des projets similaires ailleurs en France septentrionale à l’époque ou même avant, mais il n’existe aucune preuve de tels efforts).

  • 74 Deux dates différentes sont données par le scribe, l’une (à la fin de Qodashim) étant 12 Kisléw (5) (...)

60Cette œuvre fut certainement terminée avant l’expulsion, qui mena les juifs rouennais, en compagnie de leurs coreligionnaires, dans divers endroits de l’Europe, y compris les lieux non touchés en Provence, Italie, Allemagne et Espagne. A l’évidence, c’est un exemplaire tiré de cette œuvre qui fut terminé à la fin de l’année 1342 dans un lieu inconnu par le scribe Salomon b. Simson, qui, semble-t-il, l’écrivit pour un certain Yehosafya Benjamin, élève et parent de Simson de Chinon74.

  • 75 Cette longue déclaration, dont un certain nombre de détails restent obscurs, a été l’objet de discu (...)

61Ce manuscrit se trouve maintenant à Munich (MS héb. 95) et reste aujourd’hui le seul manuscrit complet existant du Talmud de Babylone qui nous soit parvenu depuis le moyen âge. Yehosafya, qui révèle son identité dans plusieurs endroits du manuscrit, y ajouta un grand nombre de variantes, et, en plus, y inscrivit une généalogie (fol. 576a) dans laquelle il mentionne Simson en tant que « mon professeur (et) maître »75. On peut avancer qu’avec l’expulsion de 1306, Simson, en compagnie de ses étudiants, quitta Rouen et la France septentrionale et qu’ils emportèrent avec eux leurs plus précieuses possessions littéraires. Celles-ci auraient compris sa rédaction des tossafot de Touques, des écrits personnels, et également une copie du Talmud unifié avec ses annotations, peut-être sous la forme de carnets de notes (qounṭresim) sur les textes des divers traités auxquels il se réfère dans son Séfer keritout (ci-dessus, p. 392). Yehosafyah accompagna Simson au départ de Rouen, ou étudia en sa compagnie après qu’il se fût réinstallé ailleurs.

  • 76 Voir l’introduction au commentaire de Mosconi sur Ibn Ezra intitulé Eben ha’ezer, dans Magazin (Oza (...)

62A un certain moment entre 1363 et 1375, Judah Mosconi découvrit à Perpignan un commentaire du commentaire d’Ibn Ezra du Pentateuque « attribué à Simson Chino(n) de Marseille »76. Par cette observation découlant du hasard, la résidence de Simson après l'expulsion est située dans le comté de Provence, qui ne se trouvait pas dans le Domaine Royal à cette période, et duquel les juifs ne furent pas expulsés.

  • 77 Le MS du Talmud de Munich (voir l’édition fac-similé de H. Strack) possède des caractéristiques pal (...)

63C'est là que Simson continua très probablement son œuvre, se concentrant sur des aspects inachevés de ses projets antérieurs et assumant la charge de tâches supplémentaires dans le domaine de l’exégèse biblique ; ce fut à juste titre que celles-ci eurent trait à des écrits de l’Andalou distingué qui avait séjourné à Rouen près de deux siècles auparavant. Alors qu’on ne peut aller au-delà de l’hypothèse que dans cette dernière période de sa vie Simson n’ajouta que peu d'éléments à la tradition normande du savoir talmudique rédigée par lui et ses étudiants auparavant à Rouen, on peut pourtant percevoir que ce qui fut tiré de l’ancien centre de culture fut sans doute recopié et même augmenté au début par Simson lui-même et ensuite par les disciples qui lui survécurent77. Et c’est cette tradition du savoir qui est visiblement à la base de l’unique manuscrit du Talmud qui se trouve à présent à Munich.

  • 78 Voir la préface à son édition du Mikhlol de David Qimhi (Constantinople, 1532) ; republié par Rabbi (...)

64Cependant, il est clair que les tossafot de l'école d’Eliézer de Touques, très recherchées et admirées dans les générations postérieures, voyagèrent avec Simson et ses étudiants au-delà des confins de la France royale. On découvrit plus tard en Savoie des textes manuscrits de ces tossafot, dans une région qui était, comme le Dauphiné et la Provence, ouverte aux exilés du domaine de Philippe le Bel. Ce fut là, plusieurs années avant 1490, que Guershon Soncino, membre de la famille d’éditeurs qui publièrent d’abord des parties du Talmud de Babylone, partit à la recherche des tossafot de Touques : car il écrit78 que dans sa jeunesse

  • 79 Soncino pensait évidemment que ces savants étaient les auteurs principaux des tossafot de Touques. (...)
  • 80 Viz. Kmbry (Gross, Gallia, p. 597) et ZYNYBRH, avec la lettre hébraïque zayin servant à représenter (...)
  • 81 A la suite de cette déclaration Soncino se plaint du fait que des imprimeurs concurrents à Venise ( (...)

Je me suis efforcé, à grande peine, de trouver des livres qui étaient entassés et scellés depuis les temps anciens ; je les ai portés dans cette lumière (qui est la nôtre) pour qu'ils puissent resplendir tel l’éclat du firmament. Tel fut le cas des tossafot de Touques, de Maître Isaac et Rabbénou Tam79. Je suis allé en Ṣarefath, à Chambéry et à Genève également80, dans les salles où ils furent conçus (el ḥadré horātām), pour pouvoir en vanter les mérites à la population (lit. « la foule »). Car en Espagne, en Italie et dans tous les (autres) pays, nous avons seulement entendu parler (des tossafot) de Sens, de Maître Pereç et Maître Simson et de leurs collègues. J’ai imprimé, sans discontinuer, des livres concernant notre sainte Torah, en plus (des) vingt-trois traités (du Talmud) qui sont habituellement utilisés dans les yeshiboth avec le commentaire de Rashi et les tossafot81.

  • 82 Voir R. Rabbinovicz, Diqduqé soferim I, Introduction, p. 41-49.

65A partir de 1483, la famille Soncino commença à imprimer des traités individuels du Talmud de Babylone82 avec les commentaires de Rashi et les tossafot qu'ils pouvaient trouver. Beaucoup de ces traités furent imprimés à Pisare par Guershon Soncino entre 1509 et 1520. La forme définitive du Talmud de Babylone imprimé fut par la suite établi par la presse de Bomberg, les tossafot rassemblées antérieurement grâce aux initiatives de la famille Soncino étant imprimées de façon uniforme dans la marge extérieure de chaque page du texte.

  • 83 Il s’agit des tossafot de Shabbat,’Erubin, Pesahim, Yebamot, Ketubbot, Guiṭṭin, B. Meṣia, B. Bathra (...)
  • 84 Les seules tossafot d’origine allemande imprimées au même endroit que ceux de Touques sont ceux des (...)
  • 85 Voir p. ex. JE XII, p. 202-207. D’autres commentaires, anonymes en règle générale, furent imprimés (...)

66La recherche moderne a établi que les tossafot de Touques furent publiées avec douze des traités les plus étudiés83, alors que d’autres traités furent imprimés avec les tossafot de diverses écoles, la grande majorité d’entre eux étant français ou normands84. Ces tossafot étaient, dans les éditions du Talmud de Babylone de Soncino, Bomberg et celles qui furent imprimées plus tard, accompagnées invariablement, dans la marge intérieure, du commentaire de Rashi de Troyes, à l’exception des traités pour lesquels il n’existait pas85. De cette façon, avec le développement de l’imprimerie, le savoir talmudique monumental des juifs de Normandie et de France vint à exercer et à conserver une position dominante dans les écoles de l’Europe centrale et orientale et, finalement, dans tous les centres culturels où l’on encourageait l’étude du corpus des textes de l'ancien judaïsme rabbinique.

6. L'expulsion de 1306 et ses suites

  • 86 Les juifs furent expulsés d’Angleterre en 1290 ; on cite le chiffre d’environ 15.000 pour la popula (...)

67Poursuivant leur œuvre dans la capitale normande, Simson de Chinon et ses disciples ignoraient le dédale de chemins qui mènerait un jour à une connaissance mondiale de leurs écrits. Comme leurs prédécesseurs en Normandie et partout en France septentrionale, ils s’absorbaient dans les richesses du savoir tandis que leur communauté subissait sans relâche le fardeau d’une malveillance sanctionnée par l’Etat. Bourré d’expulsés venus des villages et peut-être d’Angleterre86, le quartier juif de Rouen ne pouvait mener une vie heureuse à la fin du siècle. Bien qu’allégés de quelques-unes des mesures de répression économique imposées plus tôt par Louis IX, les juifs de France devaient ressentir ce que leur situation offrait d’aléatoire. A cette époque les juifs de Rouen, comme les autres, se virent obligés de porter la rouelle détestée. Seuls certains d’entre eux, à de rares intervalles, se libérèrent de cette ignominie, en payant de grosses sommes.

  • 87 Le 6 juin 1299 Philippe ordonna aux justiciers du royaume de punir les juifs qui attiraient des chr (...)
  • 88 Voir Ch. V. Langlois, Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, XXXIV (Paris (...)
  • 89 Voir Viard, Journaux du Trésor, Introduction, p. xvi. Les journaux font référence à la recette de t (...)

68On ne peut pas savoir précisément dans quelle mesure les ordonnances générales du roi envers les juifs furent appliquées à Rouen ou ailleurs en Normandie87. Nous manquons de renseignements sur la vie économique et sociale du judaïsme normand dans les années précédant l'expulsion de 1306. La pénétration croissante de la Normandie dans les affaires politiques et économiques du royaume français amène à penser cependant que ces ordonnances auraient causé des problèmes supplémentaires pour les juifs qui y habitaient. Fait sans précédent en France, Philippe le Bel vers 1300 intima l’ordre au bailli de Rouen d’emprisonner et de dépouiller les juifs Samuel et Yossi pour exercice illégal de la médecine. Ces deux individus étaient probablement des médecins de bonne foi qui avaient prescrit des remèdes non seulement aux juifs mais à des chrétiens au mépris des interdictions répétées de l’Eglise88. Le zèle du roi en poursuivant une telle contravention à Rouen rend assez certain que là aussi, comme ailleurs en France, il percevait des taxes auprès des juifs pour le privilège d’être dispensés de porter la rouelle89.

  • 90 Voir Boutaric, La France sous Philippe le Bel, p. 301 ; Lazard, « Les revenus », p. 236 ; Viard, Jo (...)
  • 91 Voir Journaux du Trésor, col. 277, no 1745 : Johannes, dominus Haricurie, miles, pro restitutione s (...)
  • 92 Voir Viard, Journaux du Trésor, col. 582, no 3963 : De Samuele Viole, Judeo quem Rex emit a domino (...)
  • 93 Voir Journaux du Trésor, col. 113, no 707 : De residuo subvencionis xiiiime Judeorum, ratione exerc (...)

69Quant aux tailles et aux impôts tels que ceux que le roi continuait de percevoir sur la population tout entière, il est évident que les juifs rouennais n'y échappaient plus. Les Journaux du Trésor de Philippe le Bel montrent que le roi leva de telles tailles sur les juifs de France pendant les années 1298-130 190. Le 18 décembre 1298 le Trésor restitua à Jean d’Harcourt la somme de 270 livres tournois qu’une juive de Rouen nommée Manora (= Menorah) avait payée pour sa taille ; la somme en question devait revenir à Jean d’Harcourt en raison du fils de Manora, Manasser de Brionne, qui lui appartenait91. Le 17 décembre 1299 les journaux font mention d'un versement de trois cents livres par le rouennais Samuel Viole, juif que Philippe le Bel acheta à son frère Charles de Valois. La même somme fut encore payée par Samuel le 19 février 130092. En plus des tailles, les juifs du bailliage de Rouen ont participé à un « quatorzième des juifs » pour des buts militaires, dont le reliquat à Rouen, payé en juin 1298, était 32 livres 7 sous93.

  • 94 Voir Inventaire Mignon, p. 174, no 1389 : Compotus seu recepta Henrici Louvel de tallia Judeorum, d (...)

70Pendant la période 1301-1306, le roi leva des tailles similaires sur les juifs de Rouen comme d'ailleurs en France94. La guerre contre les Flamands recommença en 1302, ce qui fut la cause de nouveaux impôts sur la population tout entière (Boutaric, La France sous Philippe le Bel, p. 266 sqq.). Les besoins monétaires pressants du royaume avaient déjà conduit dès 1295 à une dépréciation des monnaies, dépréciation qui s’aggrava progressivement dans les années suivantes (Boutaric, ibid., p. 309 sqq.)-Les monnaies d’argent et d’or furent altérées jusqu’à valoir moins du tiers de leur valeur nominale (ibid., p. 311). De la bonne monnaie fut frappée finalement en 1303, mais seulement pour une période de quatre mois. L'affaiblissement continuait dès l'automne de la même année. Le prix du marc d’argent au printemps 1304 était six livres, en mars 1305 sept livres cinq sous, et en 1306 sept livres dix sous (ibid., p. 314). Cette dégradation des affaires monétaires était cause de grande privation parmi la population ; à Rouen en 1304, par exemple, « ... les bleds estoient s’y chiers/ que la mine de bonne fourment/ Valoit quatre livres d’argent/ La mine de mesteil sextante/ Et la mine de pois chinquante... Trois oes valoient deux tournoys/ Et un harenc en valoit trois... » (Chéruel, Hist, de Rouen, p. 304-305). Le roi annonça finalement, le 8 juin 1306, que la bonne monnaie courrait à partir du 8 septembre de la même année, ce qui n’empêcha pas cependant des désordres violents à Paris et en province (Boutaric, op. cit., p. 315).

  • 95 Voir Luce, « Cat. de documents », p. 33, no XXI ; Saige, Les juifs de Languedoc, p. 243-244 (l’exem (...)
  • 96 Voir Georg Caro, Social und Wirtschaftsgeschichte der Juden in Mittelalter und in der Neuzeit II (L (...)

71La saisie des biens des juifs, leur détention, et leur expulsion de toute la France royale pendant l’été de 1306 sont des événements manifestement liés à cette situation. Le 21 juin, à peine deux semaines avant son annonce sur la bonne monnaie, le roi envoya des lettres à ses officiers partout en France leur enjoignant secrètement « l’accomplissement de la mission dont le roi les a chargés de vive voix »95. Le mois suivant vinrent l’emprisonnement des juifs et la saisie de leurs biens. L’un des chroniqueurs contemporains écrit que les confiscateurs ne laissaient aux juifs que les vêtements qu’ils portaient ; que leurs habillements et leurs meubles furent vendus pour peu de sous, et qu’on menait au roi jour et nuit des voitures pleines d'argent et d’or pris chez eux (voir Seemüller, Ottokars Osterreichische Rheimchronik, p. 1189, lignes 91505 sqq.). Le 17 août, le roi ordonna que si l’on trouvait des trésors dans les maisons des juifs, « ces trésors appartiendront au roi », menaçant également des peines usitées « en tel cas ceux qui, ayant trouvé lesdits trésors, n’en feraient pas la déclaration » (Luce, « Cat. de documents », p. 33, no XXII). De cette manière méprisable le roi remplissait son trésor pour frapper encore la bonne monnaie... jusqu’à la recrudescence du même problème financier cinq années après ces tristes événements !96.

72Le même mois d’août 1306 voyait l’expulsion des juifs de tous les domaines du roi et le commencement de la vente de leurs immeubles. Le cas d’Estori Parḥi (voir note 96) était celui de milliers de jeunes partout en France :

« A la maison d'étude on m’a arraché, nu on m’a forcé dans ma jeunesse de délaisser la maison de mon père, errant de pays en pays, d’une nation à une autre dont les langues m’étaient étrangères... Et maintenant je dis la date de la destruction du ‘petit sanctuaire’, c'est-à-dire des écoles et des synagogues en France et une partie de la Provence, dans mes jours ; de cette bataille j’ai pris la fuite. Cela était par nos péchés dans l’année 5066, au mois de rétribution... »

73Dépouillés de leurs biens, exilés de leurs maisons et de leurs terres natales, les juifs de Rouen rejoignaient leurs frères de Normandie dans les chemins menant au sud et à l’est. Ils se mêlaient tous ensemble aux masses de leurs coreligionnaires de tout le domaine qui fuyaient dans les territoires accessibles au-delà de la France. Nous n’avons pas de documents relatant leurs souffrances.

  • 97 Voir ces mots dans le document du 30 déc. 1307 publié par Saige, Les juifs de Languedoc, p. 256-257
  • 98 Voir Luce, « Cat. des documents », p. 17 sqq. Dans le catalogue lui-même, Luce décrivait ou publiai (...)

74En France elle-même, la main des inquisiteurs fut finalement arrêtée, et les officiers-vendeurs du roi jouaient maintenant le rôle principal. En chaque grande ville, en chaque bourgade où les juifs avaient habité, on vendait leurs immeubles et d’autres biens aux enchères « ou par tout autre moyen »97. Parmi les renseignements se trouvant dans les quelques documents à ce sujet qui ont survécu jusqu'à nos jours, on constate par exemple la vente d'une maison juive à Provins au prix de 400 livres tournois, d’une grande maison à Carcassonne (300 livres tournois de forte monnaie), de la synagogue de Yenville (50 livres parisis), des « petites écoles » (350 l.t.) et des « écoles antiques » (620 l.t.) à Narbonne, de la petite école (140 l.p. de faible monnaie) et de la grande école (340 1.) d’Orléans, de l’école de Toulouse et de six ouvroirs (700 l.t.), et des cimetières des juifs de Sens (400 l.t.) et de Paris (1.000 l.t.)98. La vente des immeubles des juifs et les inventaires des sommes perçues continuèrent pendant plus de vingt ans. Dans la sénéchaussée de Toulouse en l’année 1310, par exemple, les officiers du roi consignaient la somme de 8.634 livres comme produit de la vente de leurs biens (Luce, « Cat. de documents », p. 63, no XCII). Le produit total de la vente des biens des juifs dans la sénéchaussée d’Orléans était de 33.700 livres (Depping, Les juifs dans le moyen âge, p. 229).

  • 99 Voir Inventaire Mignon, p. 267-268, nos 2144-2145 :
    2144. Compotus magistri P. de Latilliaco, canoni (...)

75Quant au bailliage de Rouen, il y a une brève description par Robert Mignon d’un compte de produit de la vente des biens des juifs rendu par le chanoine de Paris Pierre de Lagni en avril 1312, et d’un autre compte rendu par le dit Pierre et par Pierre d’Hangest, « de tous les biens des juifs du dit bailliage » montant à la somme de plus de 16.787 livres tournois, lequel compte fut vérifié en mars de l’année 132399. La description de Mignon, malgré sa brièveté, montre effectivement que dans le bailliage de Rouen, ainsi qu’ailleurs en Normandie, les officiers du roi confisquèrent les biens des juifs au moment de l’expulsion et les vendirent à des particuliers pour des sommes considérables, comme ailleurs en France.

76D’un autre côté, les Archives Nationales gardent une copie faite au XIVe siècle, d’une charte royale de février 1307, d’après laquelle le roi octroyait à la ville pour la somme de trois cents livres de petits tournois d'annuel et perpétuel revenu au roi et ses successeurs toutes les possessions immeubles des juifs qui y avaient habité (voir l’Appendice à ce chapitre). Un résumé en français de cette charte, du XVIe siècle, se trouve à la Bibliothèque municipale de Rouen. L’acte d’aliénation perpétuelle, maintenant disparu, spécifiait que ces propriétés avaient compris les « maisons, cours, jardins, cimetière, terres, biens et toutes possessions immeubles que possédaient les juifs... à Rouen et dans sa banlieue ». Remarquons que Siméon Luce n’a malheureusement ni rédigé ni discuté cette charte dans son « Catalogue des documents du Trésor des chartes ».

77Il est évident que, d’après la charte, les immeubles des juifs de Rouen et de sa banlieue ne furent pas l’objet des comptes des officiers royaux dans le bailliage de Rouen pendant les années suivant l’expulsion de 1306. Ainsi les textes vus par Mignon doivent être des comptes du produit de la vente des biens des juifs du bailliage de Rouen - grand territoire qui comprenait environ un sixième de toute la Normandie - mais seulement au-delà de Rouen et de sa banlieue. Dans la ville elle-même le sort des immeubles expropriés des juifs était entièrement différent. Ils restaient dans les mains des autorités municipales (dans la charte, les « maire, jurés et commune » de Rouen). En outre, la somme spécifiée pour la vente est surprenante.

78En effet, malgré son besoin pressant de gros revenus en 1306 et les années suivantes, le roi était de toute apparence obligé, à cause de raisons ne paraissant nulle part dans les textes de cette période, de vendre tous les immeubles des juifs de Rouen pour peu d’argent : si, en accord avec les termes de la charte, la ville de Rouen rendait la somme de trois cents livres tournois chaque année, le montant total gagné par le roi pendant sa vie ne fut que 2.400 livres ; s’il avait vécu, disons, dix ans de plus, jusqu’en 1324, la somme aurait été de 5.400 livres. A l’opposé de ce petit chiffre, on trouve par exemple que dans la sénéchaussée de Beaucaire en une seule année (1308), le montant des revenus des biens des juifs fut 10.000 livres (Luce, « Cat. des documents », no LXXI, p. 58) - somme qui pourrait être seulement une fraction, à peine plus d'un dixième, des sommes ainsi perçues à Beaucaire pendant la période de Philippe le Bel et la décennie suivant sa mort. Etant donné que l’intention du roi en expulsant les juifs et en saisissant leurs biens était la satisfaction immédiate des besoins pressants de son trésor, et non pas l'enrichissement de ses héritiers, la vente de tous les immeubles des juifs de Rouen et de sa banlieue, à la ville et sous les conditions décrites ci-dessus, est un événement anormal et remarquable, demandant une explication concordant avec des conditions connues ailleurs en France à l’époque.

79La clef de ce problème se trouve cachée parmi les documents du Trésor des Chartes décrivant la vente des biens des juifs partout en France. En février 1307 l’évêque de Maguelone réclamait le produit de la vente des biens des juifs de Sauve ; on lui accorda par conséquent la somme de 40 livres de petits tournois « de rente annuelle et perpétuelle sur le produit de la dite vente » (Luce, ibid., nos XXXIX et XL, p. 39 ; Fawtier, RTC, no 1044). En avril 1309 eut lieu à Paris un procès entre le roi et l’évêque de Mende

qui revendiquait pour lui seul le produit de la vente des biens des juifs demeurant dans la cité de Mende et sur les domaines de l’évêché au moment de leur expulsion et originaires pour la plupart de la dite cité de Mende. En vertu de cette transaction, le roi abandonne à l'évêché le tiers du produit de la dite vente et en outre une maison qu’habitait à Mende avant son expulsion un juif nommé Ferrier (Luce, « Cat. des documents », no LXXVII ; Fawtier, RTC, no 541).

80En 1311 fut accordé à l’abbé d’Alet la somme de 500 livres en tant qu’indemnisation « des biens des juifs de ses terres, qui furent confisquées par les gens du roi, au temps de l’expulsion générale des juifs bien qu’ils eussent été reconnus propriété de l’abbé par sentence de la Cour de Carcassonne, longtemps avant cette expulsion » (Fawtier, RTC, no 1310). En août 1314, à Paris, Philippe le Bel donna à l’évêque de Chalons le cimetière des juifs de la dite ville « au cours d’un procès pendant en Parlement... au sujet des dits juifs que l’évêque prétendait être ses hommes et dont à ce titre il revendiquait les biens confisqués au profit du trésor royal » (Luce, ibid., no CIV).

81Le fait que les prétentions de ces ecclésiastiques ne furent pas rejetées catégoriquement par le Parlement mais au contraire reconnues, indique qu’ils possédaient des preuves, en forme soit de chartes soit de témoignages d'anciennes coutumes, montrant qu’ils exerçaient de longue date des droits de propriété envers les communautés juives de ces villes.

  • 100 Voir en part. J. Régné, Etude sur la condition des Juifs de Narbonne du Ve au XIVe siècles (Narbonn (...)

82Parmi les textes conservés au Trésor des Chartes, il y a deux comptes rendus d’une transaction en Parlement formant un parallèle important à ces actions des évêques. Le 13 janvier 1309 y fut rendu un arrêt « qui met provisoirement en la main du roi les biens immeubles des juifs qui habitaient Narbonne au moment de leur expulsion, biens... disputés au... roi par l’archevêque et le vicomte de Narbonne » (Luce, ibid., no XXIV ; Fawtier, RTC, nos 759, 835). Là aussi, la transaction concernait les prétentions de pouvoirs locaux, pas régionaux. Ensuite, le 5 juin de la même année, le roi céda au vicomte Amauri de Narbonne 5.000 livres de petits tournois de forte monnaie, une maison antérieurement possédée par un juif et attenant au palais du vicomte ainsi qu’une autre maison ayant appartenu à un certain Astruc, et cinq parcelles de terre dans la banlieue de Narbonne « qui n’ont pas encore été vendues par les gens du roi » (Luce, ibid., no LXXVIII). D’autre part, l'archevêque n’a rien obtenu par ses efforts100. C’est l’ancienne autorité séculaire de Narbonne qui fut reconnue par le Parlement en ce qui concerne ses prétendus droits aux immeubles des juifs de cette ville.

83Bien qu’aucun document original sur la vente des biens des juifs en Normandie n’ait survécu parmi les documents du Trésor des Chartes, il est clair d'après les preuves citées ci-dessus (p. 406) que les méandres de ce vaste processus n’y auraient pu être très différents de ceux du reste de la France. Il est manifeste qu’à Rouen - la seule ville en France médiévale autre que Narbonne où on trouve trace d’un « roi juif » - le statut des juifs vis-à-vis des autorités séculaires de la ville était similaire sinon identique à celui des juifs du grand centre du Midi.

84Une fois examinées à la lumière des événements décrits dans les documents du Trésor des Chartes, les conditions figurant dans la charte de février 1307 sur les immeubles des juifs rouennais peuvent se comprendre sans difficulté. Il est clair que, comme à Narbonne, on n’est arrivé à un arrangement entre le roi et les autorités municipales de Rouen à propos des immeubles des juifs qu’après de longues négociations entre les deux parties. La transaction concernant Rouen, cependant, dut commencer presque immédiatement après l’expulsion.

85Le maire et les jurés de la ville, en s’opposant à l’expropriation des biens des juifs exclusivement au bénéfice du royaume, auraient eux aussi porté plainte au Parlement à Paris. Ils auraient insisté sur le fait que les immeubles des juifs rouennais appartenaient à la ville et non pas directement au roi, citant comme témoignage en faveur de leur position des usages coutumiers (consuetudines) ou d’anciennes chartes sur les juifs de Rouen.

86Les détails de la charte de 1307 n’indiquent qu’un compromis entre le roi et la ville. Il garda sa position comme souverain suprême, alors qu’elle resta en possession d’un quartier et de propriétés importantes dont les rentes annuelles auraient surpassé de beaucoup la somme symbolique de 300 livres payable au roi chaque année. On ne sait pas pendant combien d'années ce paiement au royaume fut effectué, ni si les successeurs de Philippe le Bel firent valoir leurs droits sur l’ancien quartier.

  • 101 Voir les indications suivantes fournies par Luce dans son « Cat. des documents » : (1) Jardin de l’ (...)
  • 102 Voir les témoignages suivants cités par Luce, ibid. : (1) Vergers à Béziers (no XXXVI) et à Carcass (...)

87En ce qui concerne la terminologie de la charte perdue, il faut dire qu’elle est conforme dans tous ses détails à la réalité historique de l’époque. En plus des maisons des juifs, le texte fait mention quatre fois du cimetière juif (voir chap. i, p. 9 sqq.), lieu qui garda son appellation au moins jusqu’au XVe siècle. Il fait mention aussi de jardins, signifiant des jardins privés mais aussi, peut-être, des jardins connexes aux institutions communautaires, ainsi que nous en trouvons ailleurs en France à l’époque101. Quant aux « terres », mentionnées elles aussi quatre fois dans la charte, il s’agit sans doute des terres agricoles possédées par des juifs rouennais au moment de l’expulsion, telles que celles qu’ont cultivées les membres de la famille de Reuben b. Isaac pendant la première moitié du XIe siècle (chap. iii). On a constaté que le fils de Mar Reuben fut tué en forêt sur la route du travail menant aux champs de son père. Or, les forêts étaient situées entre la ville elle-même et les faubourgs à l'entour. Les champs de Mar Reuben étaient donc bien au-delà de la ville, par opposition à son domicile qui se situait dans la ville, sans doute dans le quartier juif. De la même façon, il est légitime de présumer que les terres mentionnées dans la charte de 1307 se trouvaient aussi, pour la plupart, en banlieue et dans les bourgades entourant la ville, et qu’elles avaient été cultivées par les juifs depuis une époque ancienne comme de multiples terres, champs, vignobles et vergers des juifs de toute la France mentionnés dans les sources102.

88La charte ne cite pas explicitement l’école ou la synagogue, qui furent apparemment incluses dans le terme « maisons ». On ne connaît pas le destin de ces bâtiments communautaires immédiatement après qu’ils soient tombés entre les mains de la ville. Il est raisonnable de penser qu’elle les utilisa pour des buts communautaires ou civils, mais leur transformation en maisons privées n’est pas exclue.

89La charte de 1307, en tout cas, signale la dissolution finale du judaïsme rouennais médiéval en tant que communauté. Expulsés de la ville, les juifs rouennais avaient perdu à jamais leurs droits de propriété sur le quartier juif et leurs terres disséminées dans toute la banlieue.

  • 103 Voir l’indication de ce fait dans Registre JJ 42A, fol. 124-124 verso, no 145 (Fawtier, RTC, no 893 (...)
  • 104 Voir tout particulièrement I. LOEB, « Les expulsions des juifs de France au XIVe siècle », Jubelsch (...)
  • 105 Voir G. Bessin, Concilia Rotomagensis provinciae (Rouen, 1717), p. 175 ; G.-D. Mansi, Sacrorum conc (...)
  • 106 Voir Ch. de Beaurepaire dans Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine Inférieure IX (18 (...)

90Des juifs semblent être retournés en France à titre individuel entre 1307 et 1311103. Ensuite, Louis X leur permit, pendant la période 1315-1321, de revenir de manière ouverte104. La seule preuve de leur présence alors à Rouen demeure la décision d’un concile ecclésiastique de la province de Rouen interdisant à la communauté chrétienne d’accepter des médicaments d’un juif105. La nouvelle expulsion de 1321 dura jusqu’en 1360, date après laquelle ils purent venir pendant une période de trente-quatre ans. Un rôle d’amende de l’année 1380 indique encore leur présence à Rouen pendant cette période106.

  • 107 Au sujet de la compétition entre Rouen et Paris sur le plan économique, voir par ex. A. Chéruel, «  (...)

91Rien ne nous laisse croire, cependant, à un renouveau de l’école de Rouen ou d’études hébraïques par l’action de ceux qui revinrent. Parmi les grandes villes de la France septentrionale, c’est seulement à Paris qu’on trouve trace d’une école rabbinique à cette époque (voir Gross, Gallia, p. 532-534), développement dû à la position de plus en plus centrale de cette ville dans la vie politique et culturelle de la France107.

Annexes

APPENDICE

A. COPIE D’UNE CHARTE DE PHILIPPE LE BEL, ACCORDANT A LA VILLE DE ROUEN LES POSSESSIONS IMMEUBLES DES JUIFS APRES LEUR EXPULSION DE 1306108 (Voir fig. 48)

Texte

Traduction

Quoddam decretum pro Majore, jurâtes et communitate ville Rothomagensis.
Philippus, Dei gratia Francorum rex. Notum facimus universis, tam presentibus quam futuris, quod nos, facta subastatione seu proclamatione solempni, ut moris est in traditione rerum et possessionum immobilium nostrarum, que ad inchrementa perpetuo traduntur, super traducione109 perpetuo facienda de domibus, ortis, jardinis, cimiterio, terris, bonis et possessionibus quibuscumque immobilibus que et quas habebant Judey Rothomagenses Rothomagi et infra banleucam tempore quo eosdem Judeos de regno nostro expelli fecimus, dictas terras, domos, ortos, jardina, cimiterium, bona et possessiones immobiles quascumque, Maiori, juratis et communie Rothomagensibus tanquam plus offerentibus, tradimus, concedimus tenore presencium et quitamus pro trecentis libris turonensium parvorum annui et perpetui redditus, nobis et successoribus nostris, solvendis perpetuo, annis singulis ad duo scacarios Rothomagenses, medietate in scacario Paschae et alia medietate in scascario sancti Michaellis a Majore juratis et communie supradictis ; volentes et concedentes eisdem quod ipsi in terris, domibus, ortis, cimiterio, jardinis, bonis et possessionibus immobilibus predictis et in personis morantibus et moraturis in ipsis, justitiam habebant110 perpetuo et exerceant pacifice et quiete, prout habent et exercent in aliis locis sitis in villa Rothomagensi et infra banleucam predictam et in personis morantibus et moraturis ibidem ; salvo et retento nobis et successoribus nostris perpetuo quod in terris, domibus, ortis, cimiterio, jardinis, bonis et possessionibus immobilibus predictis eisdem majori, juratis et communie per présentes litteras traditis et concessis et in personis morantibus et moraturis de cetera in eisdem justitiam habebamus et exerce - [b]amus, quemadmodum habemus et exercemus in aliis locis, rebus et possessionibus dicte communie existentibus infra banleucam antedictam, et salvo in aliis jure nostro et in omnibus, alieno.
Quod ut fermum et stabile perseveret, presentibus litteris nostrum fecimus apponi sigillum111.
Datum apud Pisciat. Anno Domini M.CCC sexto, menso Februario112.

Edit pour le maire, les jurés, et la commune de la ville de Rouen.
Philippe, par la grâce de Dieu, roi de France. Faisons savoir à tous, présents et à venir, que nous, ayant fait procéder à une vente aux enchères (comme il est de coutume quand il s’agit de céder de nos objets et possessions immeubles, qui sont transférés pour toujours) à propos de la cession pour toujours des maisons, cours, jardins, cimetière, terres, biens et toutes possessions immeubles que possédaient les juifs de Rouen à Rouen et dans sa banlieue, à l’époque où nous avons fait expulser ces dits juifs de notre royaume. Ces dites terres, maisons, cours, jardins, cimetière, biens et possessions immeubles quelconques, nous les cédons au Maire, aux jurés et à la commune de Rouen, comme aux plus offrants, nous les leurs cédons par la teneur des présentes et nous les leur quittons, pour la somme de trois cent livres de petits tournois de revenu annuel, pour nous et nos successeurs, qui doivent être payés perpétuellement aux deux échiquiers de Rouen, la moitié à l’échiquier de Pâques, la moitié à l'échiquier de la St Michel, par les dits maire, jurés et commune ; voulant et concédant aux dits que, dans les dites terres, maisons, cours, cimetière, jardins, biens et possessions immeubles et sur les personnes qui y demeurent et y demeureront, ils aient pour toujours la justice, et l’exercent en paix et en repos, comme ils l'ont et l'exercent dans les autres lieux situés dans la ville de Rouen et dans sa dite banlieue, et sur les personnes qui y demeurent et y demeureront, sauf et retenu pour nous-même et nos successeurs à toujours, ce que, dans les dites terres, maisons, cours, cimetière, jardins, biens et possessions immeubles, passés et cédés aux dits maire, jurés et commune par ces présents et ce que sur les personnes qui y demeurent et y demeureront, nous avions et exercions comme justice, comme nous l'avons et l’exerçons dans les autres lieux, choses et possessions de la dite commune, dans le périmètre de ladite banlieue, sauf, pour les autres choses notre droit, et en toutes, celui d’autrui.
Pour que ceci demeure ferme et établi nous avons fait apposer aux présentes notre sceau. Donné à Poissy l’an du Seigneur 1306, mois de février.

B. VIDIMUS DE LA MEME CHARTE (XVIe SIECLE)113

Chartre en latin sur double queue en las de soye et cyre verd du roy Philippe, donnée à Pacy114, l’an de nostre Seigneur mil troys cens et six, au moys de février ; comme le diet seigneur faisoit sçavoir à tous présens et advenir, que, après par luy avoir faict faire subhastation et proclamation solempnelle, comme il estoit de coustume en la tradition ou alliénation de ses choses et possessions immeubles, lesquelles à enchérissemens perpétuellement se bailloient, sur le faict de la tradition ou alliénation perpétuellement à faire des maisons, jardins, cymetière115, terres, biens et possessions quelsconques immeubles, que avoient les juifs de Rouen en la ville de Rouen et en la banllieue, au temps que les dicts juifs il avoit faict deschasser de son royaume les dictes terres, maisons, jardins, cymitière, biens et possessions immeubles quelsconques aux maire, jurés et commune de Rouen, comme aux plus offrant, les avoir baillés et délaissés, par la teneur de ces présentes, perpétuellement, et les avoit quictés pour troys cens livres tournoys petis d’annuel et perpétuel revenu à luy et ses successeurs paiables perpétuellement par chacun an, à deux Eschiquiers de Rouen, moitié à l’Eschiquier de Pasques et l’autre moitié à l’Eschiquier de sainct Michel, par les diets maire, jurés et commune dessus diets, voullant et concédant aux dessus diets qu’ils, aux terres, maisons, cours, cymitières116, jardins, biens et possessions immeubles devant diets et aux personnes demourans et qui demourront en iceulx, aient justice ou juridiction ou cohercition perpétuelle et exercent paisiblement et en paix, ainsi comme ils l’avoient et exercent à autres lieux assis en la ville de Rouen et en la banllieue devant dicte et aux personnes demourans aux diets lieux, sauf et retenu à luy et à ses successeurs perpétuellement que aux terres, maisons, cours, cymitière, jardins, biens et possessions immeubles prédicts, aux diets maire, jurés et commune par les présentes lettres baillés et délaissés et aux personnes demourans et qui demourrent pour l’advenir aus diets lieux, à avoir et exercer sa justice, ainsi que il avoit et exerçoit aux autres lieux, choses et possessions de la dicte communaulté existentes dedens la banlieue devant dicte, sauf en autres choses son droit et l’autruy en toutes, et, affin que ce demourast aprouvé et perseverast en stabilité, aux présentes lettres il avoit faict apposer son scel.

Notes

1 Voir Cecil Roth, History of the Jews in England (Oxford, 1964), p. 61-64; J.M. RIGG, Select Pleas, Starrs and other Records from the Exchequer of the Jews, 1220-1284 (Londres, 1902), p. 75.

2 Le manuscrit dans lequel se trouve ce récit était en possession de l’érudit massorétique S. Baer de Biebrich-sur-le-Rhin, où il fut examiné par A. Neubauer ; il publia ensuite un article de deux pages (JQR V [1892-1893] : 713-714) en décrivant le contenu qui inclut (ou incluait) un total de trois traités hébreux sur les débats judéo-chrétiens au moyen âge, le troisième étant le récit hébreu du débat entre Paul Chrétien et les juifs à Paris dont nous parlons, alors que le reste est inconnu. Le MS de toute évidence se trouve maintenant à Moscou (MS Günzberg 560) ; j’ai essayé sans succès d’en obtenir une photocopie.

3 L. Delisle, « Notes sur quelques mss. du Musée britannique », Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris IV (1877) : 189.

4 Voir Gross, Gallia, p. 531 : « l’école Talmudique de Paris perdit toute importance avec le départ de Yehiel, et pendant longtemps il n’est plus question de savants juifs de Paris. » Au sujet du séjour de Yehiel dans la Terre Sainte, à Acre, voir plus récemment B.Z. Kedar dans Shalem II (1976) : 349-354 et les sources citées. Remarquons qu’il y avait encore une école élémentaire et une école supérieure à Paris à la période d’expulsion de 1306, voir le document de décembre 1307 cité par Luce, « Cat. des documents », REJ II (1881) : 47 : « Donation par Philippe IV... d’une maison située à Paris, en la rue de la Thacherie... maison où les juifs avaient coutume de tenir leurs écoles. » Quant à la réouverture d’une école à Paris pendant le XIVe siècle, voir Gross, Gallia, p. 532-533.

5 En plus de l’ordonnance de 1253 (ci-dessus, p. 334) qui eut des effets durables, voir par ex. celle de 1257 (Ordonnances I, p. 85), dans laquelle la restitution de l’usure fut ordonnée une fois de plus et permission donnée de confisquer la propriété foncière des juifs à l’exception des vieilles synagogues (veteres synagogas) et des produits sans lesquels les offices dans la synagogue seraient impossibles, aussi bien que des cimetières. Il est curieux que cette ordonnance fasse référence à des « juifs de notre pays » en même temps qu’à « certains usuriers de Normandie » (voir ci-dessus, p. 336, note 38). Dans ce texte, on ne peut voir avec précision si ces usuriers de Normandie étaient des juifs ou d’autres, c’est-à-dire, des marchands Lombards.

6 Voir en particulier I. Loeb dans REJ XV (1892) : 1 ff. et F. Baer dans Tarbiz II (1930-1931) : 172-187.

7 Voir Ordonnances I, p. 294. Le signe distinctif devait être un cercle jaune en velours ou en toile, la taille d’une paume, et devait être porté à la fois sur le devant et sur le dos du vêtement. La confiscation du vêtement de dessus et une amende attendaient les juifs qui n’obéissaient pas à cet ordre.

8 Ceci devient clair du fait que, selon une source connue de G. Dubosc (Par-ci, par-là III [Rouen, 1923], p. 175), en 1292 Philippe libéra cinq juifs de Rouen de l’obligation de porter la rouelle. Voir ci-dessous, note 35.

9 Voir U. Robert, « Cat. d’actes », REJ III (1881) : p. 216, no 40, se fondant sur Dupuy 532, fol. 79 a et fonds Duchesne 56, fol. 214 ; R. Chazan, Medieval Jewry in Northern France, p. 150-151. La lettre originale donnée au Dominicain a, bien sûr, disparu.

10 Comme mentionné plus haut, p. 344, note 50) le terme min, signifiant littéralement sectaire (à la différence d’un non-croyant, héb. kōfér) était le mot usuel dans la France septentrionale au moyen âge pour définir un chrétien.

11 Le texte continue par les mots « il vint d’Espagne (Aspamia) pour détruire ce qui reste d’Israël, et son nom était Paul le ḥōbél ». Ce dernier terme, d’après la racine ḥbl comme le terme ḥebel, « corde », est utilisé parfois en hébreu médiéval pour désigner les Franciscains (« cordeliers ») en les opposant aux Dominicains qui étaient désignés, comme en français, par le terme « Jacobins » ou « Prédicateurs », voir Zunz, ZGL, p. 181. Ainsi, alors que d’autres sources, à la fois hébraïques et latines, parlent explicitement de Paul Chrétien comme Dominicain, la présente fait référence à lui en tant que Franciscain. Cela représente probablement une erreur de fait ou une mauvaise perception de la part de l’auteur qui était témoin oculaire des événements.

12 L’année A.M. 5032 commençait le 9 septembre 1271 et se terminait le 26 août 1272 ; alors que A.M. 5033 commençait le 27 août 1272 et se terminait le 13 septembre 1273. Voir E. Mahler, Handbuch der jüdischen Chronologie (Leipzig, 1916), p. 566.

13 Cette expression est semblable à lešōn gallāḥūṯ, « langue de monachisme » c’est-à-dire, latin, voir Zunz, ZGL, p. 181, note c. ; ou rāšé gallāhūt, « les chefs de monachisme », utilisées dans l’introduction du récit hébreu de la controverse entre Yehiel et Donin.

14 Les mots qui interviennent ici sont ’ām šeqōrīn BWGDAS, « une nation qu’on appelle BWGDAS ». Neubauer émit l’idée d’interpréter ce dernier mot comme étant la ville de Bourges, impliquant ainsi une substitution d’écriture de R (ר) pour D (ﬢ) - sans expliquer cependant si en français du XIIIe siècle une telle expression pouvait être utilisée péjorativement ou pour un autre but. L’explication de Dinur (Yisra’el bagolah II ii, p. 583) est préférable : il interprète BWGDAS comme développement scribal de Bougres<Bulgarus dont la connotation en latin médiéval était sectaire ou hérétique, Albigeois ou Cathars en particulier. Voir Du Cange, Gloss., I, p. 772, s.v. Bulgari.

15 La phrase initiale de la déclaration semble faire référence à la série complète de débats, alors que la suivante ne décrit que le premier jour. Le récit fut écrit à la hâte et, de plus, le MS utilisé par Neubauer n’était clairement qu’une copie du texte original, renfermant de nombreuses erreurs scribales.

16 Ici encore, l’auteur utilise le terme hébreu pour désigner les Franciscains, plutôt que « Jacobins » ou « frères prêcheurs ». Voir ci-dessus, note 11. Pour cette raison, Neubauer pensa que le sujet de ce texte n’est pas identique avec le Paul Chrétien qui débattait contre Nahmanide, mais un autre Paul qui était Franciscain. La présence, attestée dans trois sources latines, de Paul Chrétien à Paris à la fin des années 1260-1270 rend douteuse la distinction entre les deux personnages.

17 Pour la dernière expression, voir Ps. III, 2. Pour le premier mot, le MS comportait ici, selon la transcription de Neubauer, la graphie sans signification WLB au lieu du terme RBYM qui se trouve à cet endroit dans le passage biblique en question.

18 Pour des aspects de la biographie de Pablo Christiani, voir les essais cités ci-dessus, p. 373, note 6 ; Hist. Littéraire de France XXVII, p. 563-569 ; et les sources citées dans ces études.

19 Le texte hébreu contient les mots lāšūḇ leyōm wa’ad, « de revenir pour une journée d’assemblée », c’est-à-dire après que des autorités rabbiniques de premier rang aient été rassemblées à Paris. Si l’auteur avait simplement souhaité dire « de revenir le jour suivant » il aurait pu exprimer cette idée directement en déclarant lāšūḇ lemoḥorat, qui signifie précisément cela.

20 Voir p. ex. les données dans J.A. Montgomery, A Critical and Exegetical Commentary on the Book of Daniel (Edimbourg, 1927), p. 390-401.

21 Voir l’arresta communia de cette année-là, dans L.A. et Th. A. Warnkoenig, Französische Staats- und Rechtsgeschichte 2e éd., II (Bâle, 1875), p. 120; Brussel, Usage des fiefs I, p. 600-601. La source n’indique pas si cette réunion de l’Echiquier se tint à Rouen ou à Caen.

22 Une bulle de Grégoire X datée du 1er mars 1273, destinée aux inquisiteurs du Midi, déclare : Quamplurimi christiani, veritatem catholice fidei abnegantes, se dampnabiliter ad ritum Judaicum transtulerunt ; voir G. Saige, Les juifs du Languedoc, p. 232. Il est toujours possible que des situations similaires à cette époque, aient été courantes ailleurs en France.

23 Warnkoenig, Französische Staats- und Rechtsgeschichte, p. 121 ; E. Perrot, Arresta communia Scaccarii (Caen, 1910), no 6. Pour un incident plus ancien impliquant les juifs de Bernay, voir plus haut, chap. xi, p. 320.

24 Voir U. Robert, « Cat. d’actes », REJ III (1881) : 218, no 56 ; Ch. V. Langlois, Le règne de Philippe III te Hardi (Paris, 1887), p. 298-299. L’interdiction d’employer des serviteurs chrétiens fut aussi l’objet d’un acte du Parlement réuni à la Pentecôte 1280 ; voir Langlois, ibid., p. 298.

25 Voir Langlois, ibid., p. 440-441, se fondant sur MS B.N. fonds Doat, vol. CLV, fol. 151. Le document, établi à Béziers le 11 août 1282, concernait cette ville ainsi que Carcassonne, et il est plus que possible que Philippe ne dédirait pas le voir appliqué à tous les juifs de France. Cependant, il n’indique pas, en tout cas, qu’il avait changé d’avis au sujet des activités de prêt d’argent par les juifs.

26 Voir Lazard, « Les revenus », p. 236 ; Olim III, p. 218, no 45 (où Abraham de Falaise est exempté de cet impôt).

27 Ch. V. Langlois (éd.), Textes relatifs à l’histoire du Parlement depuis les origines jusqu’en 1314 (Paris, 1888), p. 89 (procédure contre des juifs d’Orléans à cause d’une usure excessive, impliquant que le prêt à un intérêt qui n’était pas excessif était permis).

28 Voir E. Boutaric, La France sous Philippe le Bel (Paris, 1861), p. 300-304 ; Lazard, « Les revenus », p. 236. Pendant la première décennie du règne de Philippe le Bel, on connaît des tailles sur les juifs dans les années 1285, 1288, 1291, 1293, et 1295-1296.

29 Voir le jugement de l’Echiquier dans Warnkoenig, op. cit., p. 131 : De habendo consilium utrum corpora fidelium capientur pro executione litterarum debiti judeorum secularium, quia per curiam ecclesiasticam excommunicatio pro debitis ipsorum judeorum capiuntur et corpora detinentur concordatum fuit et preceptum a magistris, quod pro debitis judeorum corpora fidelium non incarcerentur.

30 Sur la position des juifs pendant le règne de Philippe le Bel, voir p. ex. L. Lazard, « Les revenus », REJ XV (1887) : 233-261 ; G. Nahon, « Contribution à l’histoire des juifs en France sous Philippe le Bel », REJ CXXI (1962) : 59-80.

31 Voir Ch. de Beaurepaire, De la Vicomté de l’Eau de Rouen (Evreux, 1856), p. 360. Il cite Le Coutumier de la Vicomté de l’Eau de Rouen où se trouve le règlement que « les juis de Rouen doivent v. s[ols] à Noel, por tout l’an as portes ». Quant à la coutume à Harfleur, voir ibid., p. 269.

32 Au sujet de l’expulsion de St. Pierre (S. Petrus), voir Olim II, p. 299, no iii. En ce qui concerne l’expulsion de St-Pair (Paterne, Paternus), voir Delisle, « Chronologie des baillis et des sénéchaux royals », RHGF XXIV, p. 152. Il écrit que « Vincent Tanquerai décida que les juifs ne pouvaient point s’établir à Saint-Pair », en se référant (note 5) à une « Charte dont une copie est insérée dans les papiers de feu M. Gerville ». Une erreur d’interprétation (Petrus/Paternus) n’est donc pas vraisemblable.

33 Voir G. Saige, Les juifs de Languedoc antérieurement au XIVe siècle (Paris, 1881), Preuves, no XLIII, 10, p. 223.

34 Voir les textes suivants décrits par U. Robert, « Catalogue d’actes », REJ III (1881) : 221-223 : (a) no 77 (25 sept. 1291) : « Lettres de Philippe le Bel par lesquelles il mande aux sénéchaux de Toulouse, Carcassonne, Rouergue, Beaucaire et autres, de supprimer tous les juges particuliers des Juifs et de les contraindre à répondre par devant eux comme les chrétiens. » (b) no 81 (21 mai 1292) : « Philippe le Bel interdit aux juifs de la sénéchaussée de Carcassonne la jouissance de leurs privilèges s’ils ne veulent contribuer aux tailles. » (c) no 84 (26 sept. 1292) : « Mandement de Philippe le Bel enjoignant au sénéchal de Carcassonne de faire lever la taille des juifs aux termes accoutumés et d’envoyer prisonniers à Paris ceux qui, devant la somme de 10 livres, n’auraient pas de bien pour payer. » (d) no 86 (2 mai 1293) : « Mandement de Philippe IV ordonnant aux sénéchaux, baillis et autres officiers de son royaume d’empêcher que les juifs ne soient inquiétés en leurs personnes ni en leur commerce par l’exécution de divers droits que les seigneurs et autres particuliers levaient sur eux. » - Quant aux divers tailles et impôts extraordinaires levés par Philippe sur la population en général pendant la période 1292-1314, voir en part. E. Boutaric, La France sous Philippe le Bel (Paris, 1861), p. 253 sqq.

35 Voir G. Dubosc, Par-ci, par-là, 3e série (Rouen, 1923), p. 175. Selon l’auteur, les cinq en question étaient « Manasses de Chomaco [= Cherniaco]... Manasses de Vezon... son gendre Johannes... ses fils Mathatias et Abraham. » Les toponymes Chornaco/Cherniaco et Vezon sont difficiles à expliquer. Peut-être qu’il s’agit de Gournai et de Vezontio (= Besançon).

36 Voir R. Fawtier, éd., Comptes du Trésor (1296, 1316, 1384, 1477), RHGF, Documents Financiers, Tome II (Paris, 1930), p. 14, no 288 : De finatione Judaeorum in ballivia Rothomagensi, per Baldouinum Poutrel : 2,000 l. (A la période de Philippe le Bel le bailliage de Rouen incluait les vicomtés de Rouen, de Pont-Audemer, et d’Auge.) Suit une liste d’autres versements de cette taille ailleurs en Normandie et en France. Dans les bailliages de Caen et du Cotentin, par exemple, les juifs ont payé tous ensemble 2.307 livres, alors que dans le bailliage de Bourges ils ont rendu la somme de 1.691 livres et dans le bailliage d’Orléans la somme de 2.200 livres. D’autres sommes mentionnées dans la liste sont moins grandes.

37 Voir Fawtier, Comptes du Trésor, p. 14, no 289 : De prédicta finatione Judeorum, per Julianum dictam Ami Diu, pro Kaloto, judeo : 150 l. ; et per Guillelmum Perrerium, pro eodem Kaloto : 1.562 l. 10 s. ; et per Vietum d’Aupegart, judeum, pro eodem Kaloto : 97 l. 10 s. ; voir Lazard, « Les revenus », p. 239, note 2.

38 Trésor des Chartes, carton J 227, no 34, publié intégralement par Luce, « Cat. de documents », p. 24-26 ; voir Lazard, « Les revenus », p. 239. Les arbitres décidèrent d’accorder douze juifs au roi et le reste à Charles.

39 Voir Viard, Journaux du Trésor, articles suivants :
1104. De eodem monetagio [Parisius], per Kalotum, Judeum, 230 l.t. cont., pro eodem Betino, super Regem, valent 184 l.p. (ler sept. 1298).
1107. [Expense] Kalotus, Judeus, pro mutuo sibi facto pro communitate Judeorum, 500 l.t. cont. per se, super Regem, redditas ad proximum scacarium (1er sept. 1298).
1387.
De Kaloto Judeo ; de summa de 500 l.t. sibi mutuo tradita per Luparam, prima die Septembris, pro communitate Judeorum, 450 l.t. cont. in eodem scacario, xxiia Octobris, super Regem (6 nov. 1298).
1662.
De Caloto, Judeo, pro toto residuo de 500 l.t. sibi mutuo traditis per Luparam, prima die Septembris, pro communitate Judeorum, 50 l.t. cont. per dominum Odardum de Chambli, militem, gui debebat eidem Judeo, super Regem, cum alio, via die Novembris (9 déc. 1298).
3066.
Kalotus Judeus, pro expensis suis in negociis Judeorum, ex mutuo, 400 l.t. cont. per se, super Regem (14 juillet 1299).
3127. [Expense]
Kalotus, Judeus, pro negociis Judeorum expediendis, 600 l.t. cont. per se, super Regem, in expensis Judeorum (30 juillet 1299).
4323.
Magister Petrus La Reue et Guillelmus de Hangest, thesaurarii, pro denariis de mandato eorum traditis Caloto, Judeo, pro expensis in negocio Judeorum, 600 l.t. cont. per Jacobum Lucie, super expensas Judeorum. (15 fév. 1300).
Voir Lazard, « Les revenus », p. 239, 246, 247, 249, 256, 258 ; TYR, p. 158. Quant à des subventions versées à certains juifs pour leurs services dans l’encaissement des tailles, voir Lazard, « Les revenus », p. 240 :
« Parmi les Juifs qui reçoivent du trésor des subventions, comme chargés des affaires des Juifs de France, figurent, en 1298 et en 1299, Mosset des Fourneaux et Savouret de Saint-Denis, et, en 1299 et 1300, Abraham de Falaise et ses associés. Enfin, conformément à l’ordonnance de 1288, dans chaque bailliage, on trouve un ou deux juifs qui versent entre les mains des fonctionnaires royaux le produit des tailles de la baillie. On peut dresser pour un certain nombre de bailliages la liste de ces intermédiaires ; ils durent disparaître d’ailleurs vers 1301, car ils ne figurent pas dans les comptes du trésor pour cette année. »

40 Voir Inventaire Mignon, p. 267, nos 2142 et 2143 (Rouen) : Inventoriant bonorum Caloti, Judei, de Rothomago, qui obiit sabbato post Pascha m°ccc°, ; factum per R. Barbou et P. Saymel, baillivum ibi, magistrum P. de Bituris et Radulphum de Joyaco.
Compotus magistri P. de Bituris et Radulphi de Joyaco de explectis bonorum dicti inventarii, auditus sexta Junii
m°cc°iiiixxxvi°. Debent viixx lib., xxiiii sol., viii den. tur., et signantur ibi aliqua recuperanda.
Voir Lazard, « Les revenus », p. 239 ; Delisle, RHGF XXIV, Préface, p. 106-107. - La deuxième date figurant dans l’inventaire de Mignon est évidemment une erreur pour 1300.

41 Voir Viard, Journaux du Trésor, titres suivants :
4644. De relicta Caloti Judei, pro quadam finatione de 4.000 l.t., ut dicit, 100 l.t., xviia Aprilis, per se ; et xxia Aprilis per Hermandum de Suessione commorantem apud Rothomagum, 200 l.t. (9 mai 1301).
5377. De relicta Kaloti Judei, de Rothomago, per Hermandum de Suessione commorantem apud Rothomagum, 300 l.t. xviiia Octobris ; et xxva Octobris, 400 l.t., super Regem (5 nov. 1301).
Voir Lazard, « Les revenus », p. 258.

42 Voir Isaac b. Shéshet, Consultations (Lemberg, 1805), no 157 ; Gross, Gallia, p. 583. Isaac fut étudiant de Pereç Kohen Gerundi qui avait été autrefois en contact personnel avec Simson et avait attribué à celui-ci l’une de ses opinions. Isaac déclare également (ibid.), « De plus, je me le rappelle, même si je ne l’ai pas vu de mes propres yeux ».

43 Gross (Gallia, p. 579) interprète cela comme « Nathanel dirigeait l’école talmudique de Chinon ». De la même façon, à chaque fois que Louria écrit qu’un certain maître a « régné » dans une ville particulière, Gross en déduit que cela signifie qu’il dirigeait l’école talmudique à cet endroit. Cette interprétation de Gross n’a jamais été mise en question, et, à la vérité, on peut s’attendre à trouver dans des communautés juives de taille respectable de telles écoles dont le nom était généralement associé au maître qui les dirigeait. C’est seulement dans les plus grandes villes, cependant, que des écoles d’enseignement supérieur, soutenues par des institutions obligatoires de toute la communauté juive, furent nécessairement établies en vertu d’une coutume et d’un statut ancien.

44 La plupart des données suivantes est incluse dans la section biographique de l’édition de S. et Y. Sofer du Séfer keritout de Simson (Jérusalem, 1965) qui suit l’édition elle-même avec une pagination séparée ; et aussi dans Gross, Gallia, p. 580 sqq.

45 Neubauer, REJ XII (1886) : 81, se fondant sur MS Bodl. 2550 (consultations de Ibn Adret et autres), no 57 : « Voici la déclaration verbatim de maître Isaac Chino(n), rosh hayeshibot besṣarefath » (voir Gross, Gallia, p. 580) ; et S. et Y. Sofer, Séfer keritout, section biographique, p. 18 (citation du MS de l’Alliance Israélite contenant des échanges de consultations avec des maîtres provençaux). Les lettres d’Isaac furent écrites durant le dernier tiers du XIIIe siècle, comme cela est démontré par le fait que David b. Levi de Narbonne, auteur d’une œuvre connue sous le nom du Mikhtam, et qui vivait alors (Gross, Gallia, p. 425), est nommé avec d’autres savants dans la seconde épître.

46 Neubauer (REJ XII [1886] : 81) ne cite que les mots hébreux du MS Bodleien, sans les traduire. Gross (Gallia, p. 580) traduit ces mots, mais ne commente pas l’expression. Urbach fait mention de Isaac b. Isaac en trois occasions (Ba’alé hatossafot, p. 482, 496, 557), mais ne cite pas cette expression qualificative et n’en parle nulle part dans son livre. S. et Y. Sofer citent les deux passages où intervient cette expression, mais ils s’abstiennent également de commenter l’implication possible de cette déclaration.

47 Ceci est la déclaration du poète hébreu provençal Abraham b. Isaac qui venait à l’origine de Béziers et s’installa plus tard à Perpignan (Gross, Gallia, p. 100-101) ; voir son poème Ḥereb hamithapeḥet imprimé dans Ḥotam tokhnit (éd. Polak, Amsterdam, 1865), p. 24.

48 Voir la lettre de Simson à Salomon présentée ci-dessous (Consultations d’Ibn Adret, vol. III, no 3) dans laquelle Simson déclare avoir envoyé des lettres sur l’aspect juridique en discussion à quatre savants dans d’autres communautés (Salomon b. Judah de Château Landon, Baroukh de BWZNYANY (?), Eliézer Kohen, et un certain Isaac), afin qu’ils répondent positivement à son interprétation et que, après cela, « également mon professeur et maître, mon frère Maître Mattathias, longue vie à lui, rassemble d’importantes preuves soutenant mes déclarations ». Simson ne fait aucune mention d’une lettre envoyée à son frère, mais il est clair d’après le contexte que tous deux avaient des discussions personnelles sur la question dans une seule et unique résidence. De plus, ils sont associés par Salomon b. Judah de Château Landon dans la consultation qu’il écrivit sur cette même question juridique (Consultations d’Adret III, no 7).

49 L’affaire en question concerne un acte dans lequel une grosse somme d’argent fut allouée à Simson au temps du mariage de ce dernier avec la fille d’Eliezer b. Joseph de Chinon. En rédigeant l’acte, le scribe se trompa, inscrivant l’année 5057 A.M. au lieu de 5058 A.M. (équivalentes à 19 septembre 1297 et 7 septembre 1298). C’était apparemment un deuxième mariage pour Simson, qui avait alors à peu près cinquante ans. Cependant, son épouse mourut peut-être peu de temps après (voir Sofer, Séfer keritout, section biographique, p. 22) ; son père contesta l’acte, de toute façon, prétendant qu’il était nul et non avenu étant donné qu’il avait été antidaté. Simson, maintenant qu’un tel acte n’était en fait pas nul pour ce qui concernait le paiement, écrivit d’abord à des savants du nord de la France sur le sujet, mais quand il vit que le Maître Nathanel et ses disciples contredisaient l’interprétation de son frère et de lui-même, il envoya une lettre à Ibn Adret sur ce problème. La correspondance, avec la décision d’Adret favorisant la requête de Simson, est présentée dans le vol. III des Consultations d’Ibn Adret, no 3-7, et fut étudiée encore par Joseph Caro dans son Bét Yoséf à Ḥoshen mishpat, Halwā’ōt 43.

50 Ainsi par exemple, éd. Libourne 1778 et éd. Zolkiew 1811, no 3, titre. Ed. Lwow 1811 porte DWDS, םדור, alors que l’éd. New York, 1965 porte DWD, la lettre suivante S se joignant au mot qui apparaît aussitôt après.

51 Quand Adret envoyait des lettres à des villes d’Espagne ou de Provence, il ne mentionnait pas les noms des pays, mais seulement ceux des villes elles-mêmes, alors que lorsqu’il envoyait des lettres dans le Nord de la France, en Allemagne et ailleurs, il ajoutait toujours le nom du pays.

52 Voir p. ex. M. Perles, R. Salomo b. Abraham b. Adereth (Breslau, 1863), p. 11 ; Neubauer, REJ XII (1886) : 91, et tout particulièrement Histoire littéraire de France XXVII, p. 522-523 : « ...nous allons insérer ici la liste des rabbins français que (Ibn Adret) mentionne dans ses consultations comme étant ses contemporains... Samson ben Isaac ben Jequthiel, a Rhodez... » ; voir B. Blumenkranz et al., Auteurs juifs en France médiévale (Toulouse, 1975), p. 220 : « Simson ben Isaac de Chinon, s’établit à Rodez. »

53 Les autres mentions (Gallia, p. 626-627) sont RWDYS, רודיש (écrit avec sin, jamais samekh) et (une fois) RWDY, רורי. Voir aussi plus haut, chap. iii, note 3, et chap. vii, note 29.

54 Voir p. ex. Gross, Gallia, p. 139 : « ... il n’y avait pas de tossafistes dans le sud de France. » Dans son article sur Rodez (p. 626-627), Gross n’explique pas comment il se faisait que malgré la déclaration antérieure, Simson de Chinon ait pu être situé dans une ville du Midi, plusieurs années avant l’expulsion des juifs de France.

55 Dans TYR (c’est-à-dire jusqu’en avril 1976) n’étant pas encore au courant du problème posé par l’identification de Gross, je n’avais pas en conséquence recherché la lecture dans le texte du manuscrit de la British Library. Je parvins à l’identification en août 1976, juste avant la découverte des restes de l’école à Rouen, et en présentai le témoignage dans la Section VII de mon rapport au Conservateur régional des Bâtiments de France (30 septembre 1976), et, par la suite, dans REJ CXXXVI (1977) : p. 545-549. Dans TYR, cependant, j’avais émis l’hypothèse que la forme RWDM, indiquant un transfert d’accent sur la première syllabe, figurait comme fondation de la forme scribale RWDNW (רודנו), qui apparaît dans trois exemplaires du colophon du commentaire des Psaumes d’Ibn Ezra, voir ibid., p. 24, 51 ; et plus haut, chap. vii, p. 187. Le copiste du texte qui servit comme base à ces trois MSS interpréta le mem final (ם) comme un nun et waw (ונ). La prononciation Ródom était peut-être un développement provençal et espagnol.

56 Il est ironique de voir que Neubauer, qui fit une étude spéciale du manuscrit de la British Library, à la recherche, inter alia, de l’orthographe des toponymes contenus dans cette ancienne copie de la correspondance d’Ibn Adret (voir son article dans REJ XII [1886] * : 80-91), manqua ce point important, écrivant en lieu et place (ibid., p. 91) « lettre adressée à Samson de Rhodes ». En étudiant le MS Paris 168, qui renferme la référence à Joseph (Bekhor Shor) de Rodom, il avait - comme je l’ai remarqué plus haut, p. 226 - commis une erreur similaire, lisant la dernière lettre une nouvelle Fois comme un samekh plutôt qu’un mem et interprétant le terme RDWS qui en découlait comme une erreur du scribe pour DRWS, pour lui « Dreux ». A la fois dans le manuscrit de la British Library étudié et dans le MS Paris 168, cependant, il existe une distinction très claire entre le mem final (ם) qui dans ces MSS a une base ronde, sans embellissements, et le samekh (ס) qui comme dans beaucoup de MSS copiés par des scribes sephardiques a un crochet distinctif en bas à gauche. Voir un tel samekh dans le nom Yoséf se trouvant dans le même MS de la British Library, fig. 46 b.

57 Voir Gross, Gallia, p. 578 se fondant sur Continuatio Guillaume de Nangis, p. 78, voir REJ VI : p. 314. On dit que cent soixante juifs, et un grand nombre de leurs enfants y ont été brûlés vifs, mais on a prétendu (voir Gross, Gallia, ibid.) qu’ils venaient de diverses villes du Poitou et de la Touraine.

58 A la liste des sept noms donnés par Gross, Gallia, p. 578-586, on doit ajouter celui de Yaqar de Chinon, Urbach, Ba’alé hatossafot, p. 452-453.

59 Selon la correspondance d’Ibn Adret, Eliézer b. Joseph, l’adversaire de Simson dans la querelle juridique décrite ci-dessus, et lui-même savant de renom, semble avoir résidé à Chinon à l’époque de la controverse. Louria, d’autre part, déclare que Nathanel y était le personnage rabbinique le plus important après 1224, comme mentionné ci-dessus. Le terme Gynwn qui apparaît chez Ibn Adret n’est pas une forme altérée ou incorrecte comme le déclare Gross (Gallia, p. 577) mais visiblement une représentation du toponyme Chinon avec un g initial doux (comme en arabe ou judéo-arabe) pour représenter le ch français. Mon ami le professeur Menahem Banitt m’a fait remarquer que dans le Nord de la France ce son était représenté par la lettre qof avec une marque diacritique supplémentaire, mais ce procédé semble avoir été inconnu ou inutilisé en Espagne.

60 Ces trois personnes seulement sont désignées par le toponyme « Chinon » ou « Chino » mis en apposition à la suite de leurs noms, viz. « Maître Isaac Chino » (Gross, Gallia, p. 580) ; « Mattathias b. Isaac Chino » (ibid., p. 581) ; et « Simson Chinon » ou « Simson Chino » (ibid., p. 582), indiquant qu’ils portaient cette désignation comme un appellatif familial ne montrant que le lieu d’origine d’Isaac et de ses enfants.

61 Voir Hist, littéraire de France XXVII, p. 463, « Le Sepher Keritouth a été presque un livre classique dans les écoles rabbiniques. » Ils dressent une liste de quatre impressions de l’œuvre entre 1515 (à Constantinople) et 1709 (à Amsterdam).

62 Voir les citations dans Y. et B. Sofer, éds., Séfer keritout, partie biographique.

63 Voir son Sha’aré şion, dans Magazin IV (1877), partie héb., p. 76.

64 Voir M. Banitt, « Le renouvellement lexical de la Version Vulgate des juifs de France au moyen âge dans le Glossaire de Leipzig », Romania CII (1981) : 433-455. On ne peut qu’attendre avec impatience la publication complète par Banitt du MS et de l’analyse qu’il en fait.

65 Les mots dans l’édition d’Amsterdam : talmidé rabbi eli’ezer mitük, « les étudiants du maître Eliézer de Touques », sont donnés sous la forme talmidō r. eliezer mituk, « son étudiant maître E. de T. » dans l’édition 1587 de Venise (fol. 536), voir Gross, Gallia, p. 584. Comme le fait remarquer Gross, cependant, cette dernière transcription situerait Simson dans la génération précédant celle d’Eliézer plutôt que dans celle qui suivit. Puisque tous les autres témoignages connus convergent pour démontrer que Simson vécut une génération après Eliézer, il n’y a aucune raison d’accepter cette dernière transcription ou de l’utiliser en tant que moyen pour rejeter l’authenticité du jugement de Guedaliah, comme le fait Urbach, Ba’alé hatossafot, p. 557. Quand Guedaliah, d’autre part, déclare (ibid.) que Jacob de Courson était étudiant de Simson, il n’a pas de raison de croire qu’il a fait une confusion entre Simson de Chinon et Simson de Sens, voir Gross, Gallia, p. 575, et Urbach, op. cit., p. 242, 263. Même cette question doit cependant être réexaminée, étant donné que la ville de Courson, d’où venait Jacob, peut être le Courson situé dans le Calvados.

66 Voir p. ex. H. Gross dans REJ VI (1882) : 177-179 ; S. Krauss dans REJ LXXXII (1926) : 333-343 ; Urbach, Ba’alé hatossafot, p. 230-231.

67 Urbach, Ba’alé hatossafot, p. 395-399 non seulement situe l’activité tossafistique de ces frères à Evreux, mais parle plusieurs fois d’une école qu’ils y dirigeaient (voir aussi Gross, Gallia, p. 41, « l’école d’Evreux »). Cependant, à l’appui de son jugement selon lequel des étudiants espagnols vinrent dans cette école (ibid., p. 395), il cite les paroles de Nahmanide dans l’un de ses sermons (ibid., p. 396) que « j’ai formulé cette affaire (= explication) dans mon enfance (= jeunesse) et porté l’affaire devant les maîtres de Sarefath, devant Maître Moïse b. Senior et son frère Maître Samuel et Maître Yehiel à Paris, avec l’aide de mon parent, Maître Jonas, qui y étudiait... » Le texte ne parle en aucune façon d’Evreux, mais seulement de Paris, et il est possible que les frères aient été pendant longtemps rattachés à l’école de Paris sous la direction de Yehiel ou alors maîtres dans leur propre école jusqu’à ce que les événements les obligent à revenir en Normandie. De plus, un autre savant venant d’Evreux, Samuel b. Judah, fut à l’évidence la personne qui recopia le récit de la séance de l’atelier rouennais de Vardimas (plus haut, p. 304) et une version suivie de son nom comporte la déclaration que cet exemplaire « vient de Paris ». Or une autre version du récit déclare que « cette transcription vient de Paris<i>, de l’école (midrash) de Maître Samuel b. Elie d’Evreux » (voir Gross, Gallia, p. 43 qui ajoute « cette leçon paraît plus exacte... Cependant le nom de Samuel ben Elia semble devoir être remplacé par celui de Samuel ben Yehuda »). C’est une indication supplémentaire que les savants d’Evreux enseignaient pendant la première moitié du XIIIe siècle à Paris, et les étudiants connus de ces maîtres d’Evreux ont peut-être tous étudié sous leur direction dans la capitale. Alors que les conditions qui y régnaient les obligèrent très probablement à rejoindre leur foyer ancestral entre 1240 et 1250, la proximité d’Evreux par rapport à Rouen rend douteuse l’existence d’une véritable yeshibah à Evreux durant les années qui suivirent. - Quant au nom Sénior (SNY’WR) on le trouve parfois parmi les juifs français et allemands ; maintenant on le prononce shnéour.

68 Pareillement à Isaac b. Isaac, Eliézer semble aussi avoir porté le titre de « directeur de l’académie ». C’est le terme par lequel le Provençal Isaac de Lattes le décrit dans son ouvrage généalogique Sha’aré ṣion, écrit en 1371. Dans un seul mouvement il fait l’éloge de Meïr de Rothembourg, l’appelant également « directeur de l’académie », et d’Bliézer, mais selon les versions imprimées (voir p. ex. Magazin IV, 1877, section hébraïque, p. 72), on fait de Meïr de Rothembourg le directeur de l’académie « de tout le pays de France » et d’Eliézer le « Directeur de l’académie du pays d’Allemagne »... exactement l’opposé des fonctions attendues. De la même façon, Wellesch (REJ LIX : 48), et par la suite Urbach (Ba’alé hatossafot, p. 455) proposent des corrections au texte sous forme d’une permutation des deux fonctions, bien qu’Urbach croit qu’Eliézer de Touques est la même personne qu’un certain Eliézer b. Salomon qui était un contemporain de Meïr de Rothembourg et qui vivait plutôt en Allemagne qu’en France. Urbach avance l’idée qu’Eliézer était simplement originaire de Touques mais qu’il était installé en Allemagne ; ou bien qu’il vivait à Touques « après être venu d’Allemagne en France » (Ba’alé hatossafot, p. 458). Mais il n’est pas fait mention dans les tossafot d’Eliézer de Touques, qu’il ait jamais vécu en Allemagne.

69 Voir Israel Isserlin, Teroumat hadeshen (Venise, 1546), no 19 ; Urbach, Ba’alé hatossafot, p. 458.

70 Voir p. ex. Tos. Qiddoushin 41 a (probablement l’œuvre d’un étudiant d’Isaac d’Evreux)... « car jour après jour (cet) exil devient de plus en plus difficile pour nous (mitgabbér’alénü)... » cité par Urbach, op. cit., p. 494.

71 Pour les références aux tossafot d’Eliezer de Touques dans les écrits de Haim Or Zarou’a, dans les Hagahot maimuniot (œuvre d’un étudiant de Meir de Rothembourg) et ailleurs, voir Urbach, BT, p. 458.

72 Voir la description des différences inhérentes à ces deux « éditions » des tossafot de Touques dans Urbach, Ba’alé hatossafot, p. 470 suiv., 475, 476 suiv., 485 suiv., 490, 494, 498 suiv., 501 suiv., 503 suiv., 510.

73 On connaît cela grâce au fait que les autorités rabbiniques françaises du XIIe siècle, par ex. Rabbénou Tam, parlent souvent des fascicules différents du Talmud portant des variae lectiones qu’ils adoptèrent librement. Les nombreux fragments du Talmud se trouvant à la guenizah du Caire montrent les mêmes caractéristiques : ils sont toujours en forme de fascicules, et comportent grand nombre de lectures variantes.

74 Deux dates différentes sont données par le scribe, l’une (à la fin de Qodashim) étant 12 Kisléw (5)103 et l’autre (à la fin de Johorot) étant 17 Tébeth de la même année. La première date correspond au 17 novembre 1342 et la seconde au 15 décembre 1342. C’est l’opinion de R. Rabbinovicz, Diqduqé soferim I (Munich, 1867), p. 29 et suivantes, que le nom de la personne pour laquelle le MS fut écrit à l’origine fut gratté et que celui d’un propriétaire ultérieur, Mattathias b. Joseph, fut substitué à celui-ci. Rabbinovicz prétend de façon convaincante qu’étant donné que le MS fut écrit une année durant laquelle tous les étudiants de Simson étaient certainement déjà d’un âge avancé, il y a peu de possibilités pour que Yehosafyah l’ait acquis d’un autre possesseur antérieur, car la date d’une telle acquisition aurait très probablement correspondu à une génération postérieure à 1342, date à laquelle le premier auteur s’était éteint, et dans les années 1370 Yehosafyah aurait fort probablement déjà été décédé.

75 Cette longue déclaration, dont un certain nombre de détails restent obscurs, a été l’objet de discussions considérables. Elle fut publiée par Rabbinovicz (ibid.) aussi bien que par Steinschneider dans Hamazkir VI : 140, et par Gross, Gallia, p. 353-354 ; voir aussi REJ XVI : 280. La généalogie ne précise malheureusement pas le degré de parenté entre Simson et Yehosafiah.

76 Voir l’introduction au commentaire de Mosconi sur Ibn Ezra intitulé Eben ha’ezer, dans Magazin (Ozar tob) III : 8 ; Gross, Gallia, p. 584.

77 Le MS du Talmud de Munich (voir l’édition fac-similé de H. Strack) possède des caractéristiques paléographiques particulières aux MSS de la France septentrionale ; il aurait donc été copié par des étudiants qui avaient émigré de cette région mais non par leurs successeurs des générations suivantes, dont on peut penser que l’écriture aurait finalement perdu ses caractéristiques du nord.

78 Voir la préface à son édition du Mikhlol de David Qimhi (Constantinople, 1532) ; republié par Rabbinovicz dans Diqduqé soferim I, p. 48.

79 Soncino pensait évidemment que ces savants étaient les auteurs principaux des tossafot de Touques. Le brin de vérité dans cette croyance est que Tam et Isaac de Dampierre sont les deux autorités les plus citées qui apparaissent dans ces tossafot.

80 Viz. Kmbry (Gross, Gallia, p. 597) et ZYNYBRH, avec la lettre hébraïque zayin servant à représenter le g doux (zh). Azulai, en étudiant les tossafot (Shém hagedolim, « Sefarim », fol. 54 a de l’édition de Libourne), écrit ce nom GYNYBRY, avec un g initial, qui ne laisse aucun doute quant à l’identité de ce toponyme. Il existait des communautés juives à la fois à Chambéry et à Genève aux XIVe et XVe siècles, voir JE III (1902) p. 664 et V (1903), p. 611.

81 A la suite de cette déclaration Soncino se plaint du fait que des imprimeurs concurrents à Venise (viz. l’entreprise de Daniel Bomberg) « copièrent mon imprimé » et l’ont obligé à abandonner son activité. L’entreprise de Daniel Bomberg produisit la première édition du Talmud de Babylone entre 1520 et la fin de Tannée 1522.

82 Voir R. Rabbinovicz, Diqduqé soferim I, Introduction, p. 41-49.

83 Il s’agit des tossafot de Shabbat,’Erubin, Pesahim, Yebamot, Ketubbot, Guiṭṭin, B. Meṣia, B. Bathra, Shebu’ot, Ḥullin, et Niddah, voir en particulier pour ceci et l’information dans la note suivante Urbach, op. cit., p. 470 et suivantes ; JE XII, p. 203-204.

84 Les seules tossafot d’origine allemande imprimées au même endroit que ceux de Touques sont ceux des traités Yoma (Meïr de Rothembourg), Soṭah (étudiant de Meïr b. Qalonymus et son frère Judah), Horayoth et Qinnim (anonyme) et Zebaḥim (Baroukh b. Isaac de Worms). Les tossafot françaises sont ceux de Berakhot et Meguillah (Judah Sire Léon), Sukkah, Rosh Hashanah, Makkot, Menaḥot et Bekhorot (Simson de Sens), Béṣah, Nedarim, Nazir, Sanhedrin et Me’ilah (étudiants de Pereç de Corbeil), Mo’éd Qatan (Samuel b. Elhanan), et Keritout (étudiant d’Isaac de Dampierre et Haim Kohen). D’autres tossafot normandes en plus de ceux de Touques comprennent Qiddoushin, ‘Arakhin, Temourah, et Ḥagigah (par les frères d’Evreux et leurs étudiants) et ‘Abodah Zarah (Samuel de Falaise). L’auteur des tossafot de Ta’anit, ainsi que l’endroit où elles furent rédigées, reste indéterminé. Urbach (op. cit., p. 470) pense que les tossafot de Berakhot furent éditées « apparemment par un juif allemand » étant donné que déclaration est faite dans le fol. 116 que « les français (= Ṣarefatīm) avaient l’habitude (suivante)... ». Ce fut, cependant, plus probablement le commentaire d’un savant normand encore au fait des vieilles différences rituelles entre les juifs de Normandie et ceux de l’Ile-de-France. Elie ben Berakhiah de Rouen fait une déclaration similaire dans le Pentateuque du Vatican, voir plus haut, p. 342.

85 Voir p. ex. JE XII, p. 202-207. D’autres commentaires, anonymes en règle générale, furent imprimés dans la marge intérieure où n’existait pas encore celui de Rashi.

86 Les juifs furent expulsés d’Angleterre en 1290 ; on cite le chiffre d’environ 15.000 pour la population juive d’Angleterre à ce moment-là (voir p. ex. Joseph Jacobs, Jewish Ideals and other Essays [Londres, 1896], p. 179). Matthieu de Westminster écrit dans son histoire (ad an. 1290) que le chiffre était 16.511. En février 1291 Philippe le Bel ordonna l’expulsion de ces réfugiés de ses domaines (voir Olim II, p. 299) mais, puisqu’il s’agit de juifs anglais dans les sources françaises après cette date, il est légitime de considérer que ce mandement n’était pas complètement appliqué.

87 Le 6 juin 1299 Philippe ordonna aux justiciers du royaume de punir les juifs qui attiraient des chrétiens au judaïsme et les circoncisaient, et qui « se faisaient donner l’eucharistie pour la profaner, donnaient des refuges aux hérétiques, faisaient de nouvelles synagogues, où ils chantaient hautement et se servaient du Talmud » (Robert, « cat. d’actes », p. 223, no 91). Le 6 juillet 1303 il mandait au sénéchal de Beaucaire « de faire exécuter étroitement l’ordonnance rendue par St. Louis pour la répression de l’usure et toutes les autres ordonnances qu’il a lui-même rendues naguère à ce sujet ». (Luce, « Cat. de documents », p. 31, no XVII). Les éléments de sa politique envers les juifs n’étaient pas compatibles les uns avec les autres, à cause de leurs buts contradictoires. On trouve ainsi qu’en poursuivant son but de séparer les affaires et les prérogatives royales de celles de l’Eglise, il interdisait le 30 juin 1302 « d’arrêter ou de faire arrêter les juifs du royaume à la requête des inquisiteurs et notamment les Juifs de Carcassonne, Limoux, Pamiers, Saverdun et Mazères, pour usures, sortilèges et autres choses qui ne regardent que le roi » (Luce, « Cat. de documents », p. 31, no XV).

88 Voir Ch. V. Langlois, Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, XXXIV (Paris, 1891), p. 19 : Baillivo Rothomagensi, salutem. Intelleximus quod Josses et Samuel, Judei apud Rothomagum commorantes, post et contra prohibitionem nostram generaliter factatn, plures potationes sub colore medicinarum quibusdam christianis et Judeis dederunt qui ex eo decississe dicuntur ; unde tibi mandamus quatinus, vocatis evocandis, super hoc diligenter veritatem inquiras (et, si inveneris) ita esse, dictis Judeis expresse inhibeas ne se ulterius in talibus aliquatenus intromittant, et ipsos pro premissis juxta suorum qualitatem delictorum taliter punias quod pena corum sit aliis in exemplum. Interim vero de dictis Judeis juri parituris et omnibus bonis suis sic te securum teneas et saisitum quod de ipsis possit justicia (Bib. Nat., MS lat. 4763, fol. 9).
On trouve de telles interdictions dans les actes des conciles ecclésiastiques de Trêves (1227), Béziers (1246), et Albi (1254), voir p. ex. Grayzel, Church, p. 318, 332, et 336 ; voir ibid., p. 74-75.
La pratique de la médecine en soi, cependant, n’était pas prohibée parmi les juifs français à l’époque ; voir les nombreux exemples de médecins juifs et dans le Nord et dans le Midi, donnés par Luce, « Cat. de documents », p. 18-19..

89 Voir Viard, Journaux du Trésor, Introduction, p. xvi. Les journaux font référence à la recette de tels paiements dans la Champagne, à Paris, et ailleurs, mais il n’existe aucun registre à Rouen sur cette mauvaise affaire.

90 Voir Boutaric, La France sous Philippe le Bel, p. 301 ; Lazard, « Les revenus », p. 236 ; Viard, Journaux du Trésor, p. xvii.

91 Voir Journaux du Trésor, col. 277, no 1745 : Johannes, dominus Haricurie, miles, pro restitutione sibi de medietate de 540 l.t. solutis Régi, anno xcv°, per puellam Manoram, Judeam de Rothomago, pro finatione sua, per Guillelmum de Haricuria, militem, 210 l.t. cont., quos ipse dominus Haricurie debebat habere ratione Manasseri de Briona, Judei sui et filii dicte Judee, ex relatione Renaudi Barbou qui tunc fecit super hoc inquestam, super Regem, deducendo de finatione Judeorum, valent 216 l.p. - Rénaud Barbou était bailli à Rouen de 1294 à 1297.
Quant au fils de Jean, Guillaume, voir la note de Viard, Journaux du Trésor, col. 133, note 1. - Je ne connais le nom personnel Manora ou Menorah parmi les juifs qu’ici dans ce texte.

92 Voir Viard, Journaux du Trésor, col. 582, no 3963 : De Samuele Viole, Judeo quem Rex emit a domino Karolo fratre suo, 300 l.t. cont. per eundem Thomam [ = Thomas Feret], super Regem ; ibid., col. 638, no 4365 : De Samuele Viole, Judeo de Rothomago empto a domino Karolo fratre Regis, 300 l.t. cont. per Thomam clericum Balduini Poutrel, super Regem. Voir Lazard, « Les revenus », p. 252, 254. Thomas Feret était le clerc de Baudoin Poutrel, « receptor » ou bailli de Rouen à l’époque.

93 Voir Journaux du Trésor, col. 113, no 707 : De residuo subvencionis xiiiime Judeorum, ratione exercitus et armorum ballivie Trecensis... De ballivia Arvernie... pro dicto residuo, 13 l.t. De ballivia Rothomagensi, per Balduinum Poutrel, pro eodem residuo, 32 l. 7 s. t. De ballivia Gisorcii... pro eodem 12 l.t.

94 Voir Inventaire Mignon, p. 174, no 1389 : Compotus seu recepta Henrici Louvel de tallia Judeorum, décima et donis villarum de quibus alias non computavit, non tentus in Camera, ut videtur. Videntur tamen deberi per finem ejusdem IIIIe IIIIxx lib., xxxv sol., vi den. par. Cette référence est la dernière d’une série de cinq ayant trait aux comptes de Rouen (ibid., p. 173 au-dessous). Elle ne porte pas de date, mais la date de l’inscription précédente est 1301. - Les journaux du Trésor des années 1302-1306 n’ont malheureusement pas survécu.

95 Voir Luce, « Cat. de documents », p. 33, no XXI ; Saige, Les juifs de Languedoc, p. 243-244 (l’exemple conservé est celui envoyé à la sénéchaussée de Toulouse). Voir la description des lettres secrètes dans la chronique rimée d’Ottokar von Homeck : J. Seemüller, éd., Ottokars Osterreichische reimchronik II (Hannover, 1893), p. 1188-1189.

96 Voir Georg Caro, Social und Wirtschaftsgeschichte der Juden in Mittelalter und in der Neuzeit II (Leipzig, 1920), p. 86 sqq. ; S. Schwarzfuchs dans The Seventy-Fifth Anniversary Volume of the Jewish Quarterly Review (Philadelphie, 1967), p. 487. (Il est surprenant que Boutaric, malgré les faits multiples rassemblés dans son livre, ne perçoit pas la liaison évidente entre ces événements.) Quant aux bénéfices que Philippe le Bel réalisa par ces actes, voir les paroles de Lazard, « Les revenus », p. 241 : « ... la vente de leurs biens fut loin de représenter un capital équivalent à celui que le roi perdait. Philippe-le-Bel avait fait, en les expulsant, une mauvaise action et, ce qui dut lui être plus sensible, une mauvaise affaire. »
Abba Mari de Lunel écrit (Minḥat qena’oth, lettre 100) que les événements ont commencé le 10 Ab 5066 = 22 juillet 1306, alors que Estori Parhi (Kaftor wafer ah, Introduction et Chap. LI) parle plus généralement de l’expulsion pendant le mois d’Ab, c’est-à-dire 13 juillet-11 août. Le continuateur de Guillaume de Nangis, pour sa part, insiste sur le fait que l’expulsion tomba au mois d’août. Il faut distinguer entre la période de la saisie des juifs et de leurs biens d’une part et la période de l’expulsion elle-même d’autre part : la première commença de toute évidence en juillet, la dernière pas avant août. - Quant à l’altération des monnaies en 1311-1313, voir Boutaric, op. cit., p. 316-319.

97 Voir ces mots dans le document du 30 déc. 1307 publié par Saige, Les juifs de Languedoc, p. 256-257.

98 Voir Luce, « Cat. des documents », p. 17 sqq. Dans le catalogue lui-même, Luce décrivait ou publiait intégralement un total de 104 documents dont la grande majorité sont documents de vente des immeubles des juifs. Le document le plus grand est celui donnant des sommes perçues pour la vente des immeubles des juifs à Narbonne. (Luce, « Cat. des documents », no LXI ; Fawtier, RTC, no 1015.)

99 Voir Inventaire Mignon, p. 267-268, nos 2144-2145 :
2144. Compotus magistri P. de Latilliaco, canonici Parisiensis, de hiis que recepit de bonis Judeorum predictorum in dicta baillivia, auditus lune nona Aprilis m°ccc°xii°. Finis est correctus ; et sunt plura corrigenda per ipsum.
Sciatur qui debuit levare in aliis bailliviis Normanie, qua non habeo compotos penes me.
2145. Alius compotus ejusdem magistri P. et Petri de Hangesto, baillivi Rothomagensis, de omnibus bonis Judeorum dicte baillivie Rothomagensis, minutus pariter in quodam alio rotulo, quern non vidi. Debet xvim viiie iiiixx vii lib., xix sol., vii den. tur. debit. Signantur aliqua corrigenda et recuperanda. Auditus ultima Mardi m°ccc°xxiii°.

100 Voir en part. J. Régné, Etude sur la condition des Juifs de Narbonne du Ve au XIVe siècles (Narbonne, 1912), p. 122 sqq.

101 Voir les indications suivantes fournies par Luce dans son « Cat. des documents » : (1) Jardin de l’école juive de Toulouse (no XXXIII) ; (2) Jardin de la villa du juif Dieulosal à Narbonne (no LIX) ; (3) Jardin d’un, juif à Narbonne (no LIX) ; (4) Jardin « que les juifs de Béziers possédaient naguères en franc alleu sous la synagogue » (no LXII) ; (5) Jardin d’un juif à Mantes (no LXXII). Voir Fawtier, RTC, nos 926, 1012, 1014.

102 Voir les témoignages suivants cités par Luce, ibid. : (1) Vergers à Béziers (no XXXVI) et à Carcassonne (no XLI) ; (2) vignes à Corconne et chataignerai à St. Romans (no XLIX) ; (3) vigne et terre à Cologne-duGers (no XCI) ; (4) jeune plant de vignes à Narbonne (no LX) ; (5) héritages ruraux des juifs sis à Sézanne (no LXXXI) ; (6) champs cultivés, prés et vignobles à Andelot (no LXXXII) ; (7) casaux de terre et de vigne à Cologne-du-Gers (no XCI) ; (8) nombreuses pièces de terre à Pavie (Gers) et casaux de terre, de vigne, et de pré à Gers (no XCIV). Voir Fawtier, RTC, no 683, 1016, 1020, 1457. - Toutes ces propriétés, ainsi que celles mentionnées dans la note précédente, furent vendues aux enchères par les officiers du roi après l’expulsion de 1306 ; il va sans dire que ce sont seulement quelques exemples de telles propriétés parmi toutes celles que possédaient les juifs en France avant 1306. - La charte sur Rouen fait aussi mention des « cours ». Or, je n’ai pas trouvé au « Cat. des chartes » ou ailleurs des références à des cours que possédaient les juifs français, seulement à des maisons avec courtils (voir Luce, ibid., nos XLI et XLVII). Il s’agit en tout cas d’appartenances aux maisons des juifs, de style plus ou moins connu.

103 Voir l’indication de ce fait dans Registre JJ 42A, fol. 124-124 verso, no 145 (Fawtier, RTC, no 893) : mandement du 22 août 1311 « enjoignant à tous les sénéchaux, baillis et autres justiciers du royaume de faire proclamer que tous les juifs et juives dont le roi avait toléré le retour après leur expulsion aient à quitter le royaume, révoquant les commissaires aux affaires des juifs et interdisant de poursuivre les débiteurs des juifs, sauf s’il s’agit de fortes dettes bien établies » (Fawtier, ibid. ; voir l’édition intégrale du texte dans Ordonnances I, p. 488-489). On ne connaît rien cependant d’un retour individuel de juifs à Rouen entre 1306 et 1311.

104 Voir tout particulièrement I. LOEB, « Les expulsions des juifs de France au XIVe siècle », Jubelschrift zum siebzigsten Geburtstage des Prof. Dr. H. Graetz (Breslau, 1887), p. 39-56. Voir Ordonnances I, p. 595-597.

105 Voir G. Bessin, Concilia Rotomagensis provinciae (Rouen, 1717), p. 175 ; G.-D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova, XXV (Venise, 1782), col. 684 : « V. Qui a Judaeo sumpserit potionem ». La date précise de ce concile n’est pas certaine.

106 Voir Ch. de Beaurepaire dans Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine Inférieure IX (1891-1893) : 200, citant « un rôle d’amende de 150 l.t., à laquelle avaient été condamnés en 1380, Lyon de Maisy, Hacquin Miron, Joseph de Potdeval, Simon d’Espaigue, Joseph de Reydet, Jacob de Comeillon, Mousse Havet, juifs demeurant à Rouen, pour avoir transgressé leurs privilèges. (Arch, de la Seine-Inf., Nouvelles acquisitions). » L’auteur ne cite malheureusement pas le numéro de classification de ce texte.
Pierre Cochon (XVIe siècle) place des juifs à Rouen également en 1382, pendant une période d’émeutes sociales ; voir sa Chronique normande, éd. Ch. de Beaurepaire (Rouen, 1870), p. 163-164 : « et n’ut, en tout ce trouble, que .j. nommé Guerart Poullain mort et .j. juis nayé en Saine... Et, en celle premiere nuit, grant quantité de gens furent robés comme prestres, juis, presteeurs à usure, qui pour lors estoient en la ville... »
Quant au cimetière juif du quartier St-Sever et la rue aux Juifs avoisinante, datant tous deux d’une période postérieure à l’expulsion de 1306, voir ci-dessus, chap. i, note 14. On trouve des informations sur les juifs à Rouen pendant les périodes postérieures à 1394 dans Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise [1419-1449] (Paris, 1931), p. lxxv-lxxvi ; et Georges Dubosc, Par-ci, par-là, 3e série (Rouen, 1923), p. 178-18L Dubosc indique qu’après qu’Henri II ait donné permission aux juifs de revenir en France en 1550, il y avait à Rouen une communauté assez nombreuse de juifs portugais et hollandais, en particulier au XVIIe siècle.

107 Au sujet de la compétition entre Rouen et Paris sur le plan économique, voir par ex. A. Chéruel, « Etudes sur l’histoire des provinces : Lutte commerciale entre Paris et Rouen pendant les douzième, treizième, quatorzième et quinzième siècles », Revue des Sociétés savantes, 1858 : 169-183 ; R. Cazelles, « La rivalité commerciale de Paris et de Rouen au Moyen Age », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 1963, p. 99-112 ; idem, Nouvelle histoire de Paris de la fin du règne de Philippe Auguste à la mort de Charles V, 1223-1380 (Paris, 1972), p. 368-372. Il va sans dire que l’activité intellectuelle et commerciale des juifs de Rouen au moyen âge jette une nouvelle lumière sur la question de cette rivalité.

108 . Archives Nationales, Registre JJ. 38, fol. 92 verso - 93 recto, no 208 ; voir la description de R. Fawtier, Registres du Trésor des Chartes I (Paris, 1958), p. 50, no 308. Je voudrais remercier vivement M. Jean Dérens, Directeur de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, pour son déchiffrement et sa traduction du texte.

109 Sic pour tradicione.

110 Sic pour habeant.

111 Le vidimus français de la charte porte une description du sceau, voir ci-dessous.

112 Février 1306 ancien style = fév. 1307 n.s.

113 Le texte se trouve dans la Bibliothèque municipale de Rouen, Rég. T. 1 fol. 100 recto, et fut publié pour la première fois par Chéruel, Hist, de Rouen, p. 311-313. Il remarque (ibid., p. 311) que le registre « a été rédigé au XVIe siècle : il présente une analyse fidèle et détaillée des chartes que contenaient alors » les archives municipales. J’ai publié l’analyse de nouveau, avec traduction en hébreu, dans TYR, p. 228-229 ; voir aussi la photographie de l’analyse ibid., fig. 28 a.

114 Erreur de traduction : Pisciacum, Pisciatum etc. = Poissy, alors que le toponyme latin signalant Pacy est Paciacum.

115 Dans l’édition de Chéruel (voir note 1), cymetières, mais l’analyse porte le terme au singulier et non au pluriel à cet endroit, toute comme le texte latin. Le mot « cymitières » paraissant (une fois) plus bas dans le vidimus est une erreur du scribe ou du traducteur pour « cymitière ».

116 Voir note 3.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search