Version classiqueVersion mobile

Les Juifs de Rouen au Moyen Âge

 | 
Norman Golb

Deuxième partie : De la période D'Abraham Ibn Ezra aux expulsions du xive siècle

Chapitre X. Les Tossafistes de Rouen

Texte intégral

1. Mesures de Philippe Auguste envers les juifs après 1204

1Lorsque Philippe Auguste prit le pouvoir en Normandie, il ne s’engagea point en actions hostiles et précipitées contre les juifs qui y résidaient - bien qu’il ait expulsé ceux de son domaine royal en 1182. Il procéda ici par étapes afin d’instaurer le contrôle centralisé et la réglementation de leurs finances. Apparemment l’une de ses premières mesures fut d’arrêter et puis d’incarcérer au Châtelet (secundum Ponte) à Paris un groupe de quatorze notables juifs de Normandie, en même temps que vingt-cinq autres venant de l’Ile-de-France (voir Delisle, Cat. des Actes, p. 508-509). La liste comprend de riches particuliers, tels Brun, fils de Bonnevie de Rouen (voir plus haut, p. 276-279) et Samuel Sire Morel de Falaise (« Morellus de Falesia ») lesquels, juste avant la défaite anglaise avaient reçu la protection spéciale du roi Jean par un mandat adressé aux sénéchaux de Normandie ainsi qu’aux « gardiens » des juifs (RL Pat., p. 73).

  • 1 La liste des juifs normands comprend : Brun f. Bonnevie de Rouen (v. chap. ix, p. 276 sqq.) ; Dieu- (...)

2Quelle était la raison de leur détention ? Il semble que - avec une seule exception parmi les juifs normands et deux parmi les autres - un seul individu de chacune des trente-neuf villes et bourgs de Normandie et d’Ile-de-France ait été détenu. Non seulement on les emprisonnait afin, probablement, de prévenir leur fuite vers l’Angleterre, ce qui aurait dépossédé les nouveaux maîtres du pays d’une fortune appréciable, mais également afin de les garder sous la main en vue des futures exactions projetées contre les communautés représentées. Il est possible, néanmoins, que le texte en question concerne une tentative de réinstaller par force des juifs connus français et normands, à Paris, coup qui aurait assuré la centralité de cette ville dans les affaires économiques et financières du domaine de Philippe Auguste1.

3L’étape suivante du processus de réglementation est l’ordonnance, apparemment de 1206, selon laquelle le taux d’intérêt annuel demandé par les prêteurs juifs du royaume ne pouvait excéder 41 1/3 % (Ordonnances, p. 44-45). Des limites furent imposées sur la méthode de calcul de l’intérêt. Il était interdit de modifier un prêt une fois l’acte scellé ou de convenir de conditions secrètes entre prêteur et emprunteur. Certains gages furent interdits, particulièrement les biens d’Eglise ; et des immeubles du clergé sauf avec l’autorisation du roi ou bien des barons suzerains. Dans chaque ville deux hommes probes (duo quidem de probioribus viris) furent désignés pour veiller sur de nouveaux sceaux spéciaux réservés aux juifs (sigillum Judaeorum) et superviser l’enregistrement des prêts. Un autre devait, seul s’occuper de ces enregistrements mêmes, en tant que « scripteur des lettres des juifs » : unus solus scriptor literarum Judaeorum. Paiement devait lui être probablement assuré sur les caisses royales, comme ce fut le cas en Normandie sous les rois Plantagenêt (voir chap. IX, p. 260).

  • 2 La liste subsistante cite quatorze villes et bourgs, y compris le bailliage de Caen (ballivia Cadom (...)

4Quelque temps après, environ entre 1208 et 1217, une enquête administrative (inquisitio debiti Judaeorum) fut menée sur les créances dues aux juifs de France et de Normandie. Pourtant, un homme aussi riche que l’était Samuel Sire Morel de Falaise ne figure pas sur la liste des créanciers parvenue jusqu’à nous, ni même le nom de sa ville ; d’autres villes normandes où des juifs habitaient manquent également sur ce rôle (RHGF XXIV, p. 277, no 25). Il est donc évident que seule une petite partie du total des résultats de l’enquête, est conservée. Elle indique des sommes dues aux juifs normands d’un montant de moins de 30 000 livres2. Il est bien clair que cette liste n’est que l’une des nombreuses listes dressées durant la période de l’enquête. Le montant total des sommes dues aux prêteurs juifs normands devait être en fait très élevé, à en juger par les mesures énergiques de l’ordonnance de 1206, et en particulier de celle de 1218 qui allait suivre.

  • 3 C’était l’agence chargée à Rouen, pendant les XIIe et XIIIe siècles, de la réglementation du commer (...)
  • 4 Voir Delisle, Cartulaire Normand, p. 33 : Has elemosinas debet reddere ille qui tenet vicecomitatum (...)
  • 5 Voir, p. ex. les remarques de F. Ashe Lincoln dans H. Loewe, Starrs and Jewish Charters Preserved i (...)

5De 1210, nous avons une référence unique au paiement, clairement opéré par la communauté juive de Rouen, à la Vicomté de l’Eau3, d’une livre de grains de poivre, nommé la modiation des juifs4. Les habitants de l’Europe du nord-ouest se servaient assez souvent d’un seul clou de girofle ou d’un grain de poivre pour payer des loyers nominaux5, mais le paiement d’une livre entière indique une taxe communale ainsi que le terme qui la décrit. Malgré la grande valeur des épices à l’époque, le tribut du poivre, comme on pourrait l’appeler, ne peut représenter qu’un impôt symbolique que payait annuellement la communauté juive de Rouen, et qui existait, peut-être, depuis des siècles. Il s’explique le mieux en tant que redevance à payer pour le privilège de s’installer dans la terra Judaeorum et pour la cession du mons Judaeorum aux juifs en tant que cimetière.

  • 6 Voir A. Chéruel, Dict. historique des institutions, mœurs et coutumes de la France, 8e éd., II (Par (...)
  • 7 Voir E. Gaullieur, « Notes sur les Juifs à Bordeaux », REJ II (1885) : 81, où des citations sont ti (...)
  • 8 Les voyageurs juifs européens auraient eu peu de difficulté à obtenir cette denrée au Moyen Orient. (...)

6Déjà au VIIe siècle, le roi franc Clotaire avait exigé de ses sujets un tribut de poivre de trente livres - de même que d’autres impôts - pour soutenir les religieux quand il fonda le monastère de Corbie (17 km à l’est d’Amiens), tandis qu’un tribut de trois livres était annuellement exigé de la bourgeoisie de Béziers comme punition de l’assassinat du vicomte Roger en 11076. Un paiement de « deux livres du meilleur poivre » est enregistré en 1143 par les juifs d’Aix-en-Provence, pour « l’inscription » (procensu) de cette année-là « et pour le rouleau, le cimetière, et la lampe (de cérémonie) ». Aussi tard qu’en 1362 les juifs de Bordeaux devaient encore payer annuellement huit livres de poivre à l’archevêque7. Dans la société féodale, il était d’usage, pour les monarques, d’exiger des paiements de ce genre, parmi d’autres expressions de féauté ou de reconnaissance de privilèges octroyés, et il est permis de supposer que le tribut de poivre était une taxe ancienne sur les communautés juives vivant dans le royaume Carolingien et les états qui lui ont succédé. Bien que des chartes des rois Plantagenêt aient libéré les juifs dans leurs domaines des impôts spéciaux et des « modiations », il semble évident que cette générosité ne s’étendait pas à des usages anciens et symboliques tels que le tribut du poivre8.

  • 9 Il s’agit de Rouen. Caen, Gaillon, Nonancourt, Verneuil, Chinon, Arques, et la région du Cotentin ( (...)
  • 10 Soit : Alençon, Arques, Bayeux, Bernay, Caen, Carentan, Caudebec, Coutances, Dieppe, Domfront, Evre (...)

7La rareté des documents concernant les juifs normands de l’époque est illustrée par le fait que n’existe de procès-verbal de taille imposée par Philippe Auguste que pour l’année 1217. Le montant total de cet impôt, indiqué par le registre subsistant (Brussel, Nouvel examen, p. 581, note a) est de 5 488 livres. Mais il n’y est question que de deux recouvrements (à la Toussaint et à la Chandeleur) et ce dans sept villes et bourgs et dans une région seulement9. Par contre, il y avait au moins vingt-cinq villes et bourgs de Normandie dans lesquels se trouvaient des communautés juives pendant le XIIIe siècle10. Il est peu probable que Philippe Auguste n’ait imposé les juifs qu’une seule fois pendant toute la période de sa souveraineté sur la Normandie, ou que le total collecté en 1217 fût aussi réduit que le chiffre indiqué par le compte rendu de Brussel sur l’unique rôle en notre possession.

  • 11 Ordonnances I, p. 35-37. Les autres principales provisions de l’édit sont les suivantes : 1) Il est (...)

8L’édit de 1218, en particulier, montre l’intensité des activités économiques et bancaires parmi de nombreux juifs normands sous le règne de Philippe Auguste. Cet édit comporte une clause spéciale (par. 6) qui a trait à la réglementation de leurs prêts11 :

Les Juifs de Normandie, devant leur bailli, aux assises où sont enregistrés (leurs prêts), ou devant des baillis en présence de dix chevaliers, doivent prendre acte des sommes dues par leurs débiteurs et des allocations ( = garanties) accessoires inscrites pour chacun des emprunts. Au cas où la désignation de la créance s’effectuerait en l’absence du bailli, et où le débiteur refuse par la suite de comparaître devant le bailli et dix chevaliers, ou bien devant les assises, et si le juif est soutenu par des témoins chrétiens légitimes, alors le bailli devra forcer le débiteur et ses garants à comparaître, soit devant lui-même et dix chevaliers, soit devant les assises, afin d’inscrire et d’enregistrer le prêt et l’allocation.

  • 12 Les problèmes et difficultés des débiteurs rouennais semblent avoir été souvent graves. Voir par ex (...)
  • 13 Tel est l’avis de Richardson, The English Jewry, p. 205 sqq., sur la base de l’unique enregistremen (...)

9Cet édit, qui ne concerne que les Normands, se distingue des autres de l’ordonnance de 1218 qui, eux, devaient réglementer le crédit juif aussi bien en France qu’en Normandie. Ce fait indique une vive conscience, de la part de la couronne, de l’étendue des ententes bancaires entre juifs et chrétiens dans l’ancien duché12. Le système de crédit établi avait évidemment été facilité par des « assises », séances qui se tenaient à l’endroit où étaient conservées les archives des emprunts, et que présidaient les baillis spéciaux des juifs, distincts des autres baillis désignés par l’état. Le système alors en usage en Normandie semble un reliquat de celui stipulé dans les Capitula Judaeorum du règne de Richard Cœur-de-Lion (voir plus haut, p. 261), mais pourrait éventuellement être d’origine authentiquement normande et remonter à une époque bien antérieure. La coutume avait tellement de force que les nouvelles autorités ne pouvaient y toucher ; au contraire, elles renforçaient son application par la loi. Si les juifs de Normandie n’avaient possédé à l’époque que trente mille livres angevines de crédit13 (alors l’équivalent de 7.500 livres anglaises seulement), un décret spécial du genre de celui-ci n’aurait pas eu de raison d’être. Et nous ne disposons d’aucune preuve qui suggère que l’action régulatrice ou réglementaire de Philippe Auguste ait en fait amoindri la prospérité des communautés juives en Normandie durant son règne.

2. L’œuvre des Tossafistes

10C’est seulement cet arrière-plan d’une communauté juive stable et forte en Normandie et particulièrement dans sa capitale, qui permet de comprendre le développement local d’une intense activité d’érudition, et, notamment, l’épanouissement de la science talmudique qui se produit au cours des deux dernières décennies du XIIe siècle et des trois premières du XIIIe. Or, ni cette période de la vie intellectuelle de la communauté juive rouennaise, ni celles qui la précède ou la suit n’ont jamais été ne serait-ce qu’effleurées dans les études historiques sur les juifs de la France médiévale : pas la moindre recherche là-dessus de la part des médiévistes. Pourtant les preuves de l’existence de la science rabbinique dans la capitale normande pendant la période en question sont abondantes. Dépassant de loin en nombre celles de n’importe quelle époque de l’histoire du Rouen médiéval antérieure ou postérieure, elles ne permettent plus aucun doute quant à la haute valeur de cette culture.

11L’objet principal d’étude dans les écoles juives de l’Europe du nord-ouest, comme dans les écoles monastiques chrétiennes, était la loi et les Ecritures Saintes, matières dont les aspects latins et chrétiens devinrent, au XIIIe siècle, deux branches fondamentales de l’enseignement dispensé en la toute neuve Université de Paris. Dans le cas des juifs, on peut parler de l’étude de la loi telle qu’elle est codifiée dans les deux Talmuds (de Babylone et de Palestine), comme aspect pratique de l’enseignement, tandis que l’étude de la Bible en constituait - en Europe du nord-ouest - le côté théorique et philosophique. Dans les académies l’accent est mis sur l’étude de la loi juive du Talmud, cependant que certains érudits ne semblent poursuivre des recherches sur les écrits bibliques que pour leur propre compte, ou bien en tant que matières réservées aux étudiants ayant achevé le cursus légal.

12A l’apogée des activités intellectuelles judéo-françaises du XIe au XIIIe siècles, des savants tant connus qu’obscurs rédigèrent une foule de commentaires en hébreu, aussi bien du Talmud et d’autres ouvrages législatifs anciens des juifs, que des Ecritures bibliques. A côté de ces commentaires figurent également, ainsi que nous l’avons montré dans un chapitre précédent, des poèmes liturgiques et quelquefois profanes, et même avant la fin du XIIe siècle, des discussions d’ouvrages de caractère scientifique ou philosophique. Mais ce sont les commentaires qui constituent l’essentiel de la production littéraire de l’époque.

13Dans une première période (le XIe siècle et la première partie du XIIe) on identifiait ces ouvrages spécifiquement comme commentaires (péroušīm). Plus tard on commença à les appeler, comme dans les écoles monastiques, glossae, gloses, en hébreu tossāfōth, probablement parce que beaucoup d’entre eux se composaient en effet de gloses écrites en marge des manuscrits étudiés.

14C’est surtout pendant les cent vingt années qui vont d’environ 1150 à 1270 que sont composées les Tossafoth sur le Talmud de Babylone (Tossafoth talmudiques) et sur la Bible (Tossafoth bibliques) lesquelles sont à l’origine d’une vaste littérature. On connaît leurs auteurs, plusieurs centaines de maîtres du nord de la France et d’Allemagne occidentale, mais l’on ne connaît pas toujours le lieu de leurs travaux.

15L’interprétation des divers traités du Talmud de Babylone - source principale des usages et rituels des juifs (halākhāh) - représentait un défi exceptionnel pour les maîtres du nord de la France. Cet ouvrage avait été composé cinq ou six siècles auparavant dans le difficile dialecte araméen de Babylonie et, à la différence de la Bible, n’avait pas de texte fixe ni autorisé. Déjà Rashi de Troyes, en compagnie des étudiants qui l’entouraient à la fin du XIe siècle, avait reconnu la nécessité de rechercher les versions les plus sûres pour expliquer certains passages des traités. Mais son petit-fils Jacob Tam porta cette étude à de nouveaux sommets, en établissant avec minutie les nuances les plus fines des manuscrits du Talmud qu’il possédait ou qu’il avait pu examiner. A ce travail, il s’ajouta une évaluation méticuleuse du sens des mots, ainsi qu’une analyse des divers passages talmudiques qui, confrontés avec le texte étudié, semblaient définir une loi d’une nouvelle manière.

  • 14 Sur le renom des maîtres français, voir les dires dans Orḥoth ṣadiqim, cités plus haut, p. 103. L’a (...)

16Le travail de Jacob Tam n’était certes pas unique, mais c’était cependant le plus éminent en son genre, dans une région fertile en esprits aiguisés occupés à des recherches similaires. Il était naturel, dans ces circonstances, que des étudiants venus de pays lointains affluent vers les maîtres des écoles du nord de la France, pour apprendre la méthode particulière d’étude et d’analyse talmudique qu’ils avaient créée. Ils venaient non seulement d’Allemagne et de Provence, mais aussi d’Angleterre, de Carinthie, de Bohème, et de Russie14.

  • 15 Voir le témoignage d’Abraham b. Isaac de Béziers (notable de Perpignan au XIIIe siècle) : « Lorsque (...)

17Au fur et à mesure que se multipliait le nombre des maîtres, les opinions sur le sens des textes se diversifiaient, et le travail exégétique se compliquait au lieu d’être simplifié. Chacun des groupes de tossafistes qui se succèdent dans les divers centres d’études, soumet à une critique approfondie les idées de ses doctes et ingénieux prédécesseurs. Les académies fleurissent, et Ton dépêche de temps à autre des émissaires vers d’autres régions afin de récolter des fonds supplémentaires pour leur soutien15. Cela, bien entendu, en sus du financement par les habitants de chaque région de la yeshibah centrale située dans chaque métropole, financement prescrit par les « Anciennes Règles » (voir chap. v, p. 108). Certains membres aisés de la communauté ajoutaient, sans doute, leur aide supplémentaire, ainsi que l’indique l’auteur anonyme cité dans un chapitre précédent (ci-dessus, p. 122).

18Les collections manuscrites des ouvrages des maîtres français s’étoffaient, de plus en plus fréquemment recopiées pour servir dans les écoles et en vue d’études individuelles. Par la suite, il devint donc indispensable de les réviser et d’assembler leurs idées, variées et souvent contradictoires, sous la forme plus concise de compendia. Ceux-ci présentaient l’essentiel des opinions émises par les nombreux tossafistes en leurs écrits. C’est sur ces recueils que, pendant la dernière partie du XIIIe siècle, s’appuyaient de plus en plus les étudiants des académies. Ils s’épargnaient ainsi la peine de rechercher à travers tant de manuscrits différents les diverses interprétations proposées par les savants des générations précédentes, à tel ou tel passage du Talmud, ou à certains versets de la Bible. Ils croyaient, par ce moyen, pouvoir avancer vers l’interprétation correcte des difficultés contenues dans les textes fondamentaux. L’édition finale de ces Tossafoth talmudiques s’acheva enfin, ainsi que nous le verrons plus loin (chap. xii), précisément à Rouen.

19Nous avons déjà vu (voir chap. v, p. 123), qu’un seul membre de l’école de Rouen, un « Abrahée » ou Abraham autrement inconnu, est mentionné dans un texte latin, qui date de la dernière année complète du règne de Jean, et qui ne nous dit rien de l’activité intellectuelle de ce savant. Mais on ne peut s’attendre à ce que des textes latins, dont les restes préservés ont trait à des sujets de nature économique, fournissent des indications significatives sur la culture interne des juifs au moyen âge. En revanche, une riche tradition de science talmudique et d’activité exégétique à Rouen pendant cette période se révèle grâce aux sources hébraïques qui contiennent, soit des écrits de ces tossafistes, soit des énoncés les concernant dans d’autres genres de littérature médiévale en hébreu. L’analyse de ces sources met en relief le personnage le plus important parmi les tossafistes normands du début du XIIIe siècle.

3. Menahem Vardimas, maître de l’école de Rouen

  • 16 Il s’appelait ainsi parce que dans le Talmud de Babylone le nom « Vardimas » (Eurydimos) se rencont (...)

20Il s’agit de Menahem Vardimas16 fils du Péreç b. Menahem qui représenta la juiverie normande au synode sur les délateurs convoqué par Jacob Tam vers 1160 (voir chap. vi, p. 161). Menahem Vardimas se fit un grand nom à l’école de Rouen, de toute évidence plusieurs années après le décès de son père. Mais par la suite, la plupart de ses œuvres ont été perdues et son nom presque oublié. Dans la liste chronologique des maîtres que présente Salomon Louria dans sa vingt-neuvième consultation (souvent citée et conservée dans toutes les éditions de ses consultations), nous lisons qu’en 1224 « le lionceau (sobriquet pour Judah Sire Léon de Paris) trépassa à Paris à l’âge de cinquante-huit ans, et cette année-là disparut également Menahem Vardinas (sic !)... » (voir la citation dans TYR, p. 28). Or il est notoire que Louria (Lublin, XVIIe siècle) ne mentionne dans sa liste que les plus illustres des savants et qu’il n’indique la date du décès que de fort peu d’entre eux. Donc, la source dont il s’est servi portait une attention spéciale à la mort de Menahem Vardimas, la signalant en la même année que celle de Judah de Paris. Or, ce dernier fut l’autorité talmudique la plus éminente d’Ile-de-France au cours du premier quart du XIIIe siècle (voir Gross, Gallia, p. 519-524).

  • 17 Le poème est de vingt vers (ᴗ - - -/ᴗ - - -/ᴗ - -), tous rimés en -dī ; je l’ai republié, sur la ba (...)
  • 18 Ce nom apparaît en haut de la page. On trouve deux autres poèmes de la même main (folios 23 verso e (...)
  • 19 Les vers de la lamentation que j’ai traduit ici sont les lignes 1-8, 12-15, et 17-21.

21Une autre indication de l’estime dans laquelle était tenu Menahem, est la lamentation écrite par l’un de ses élèves au moment même de sa mort, donc en 1224. Ce poème n’existe plus qu’en un seul exemplaire dans un manuscrit de la Bibliothèque Vaticane (Heb. 402, fol. 24 recto)17. Il s’intitule : « Elégie composée sur mon maître, notre maître Menahem » et fut manifestement écrit par un certain Yehosha‛yah Lévi18. En voici une traduction libre19 :

  • 20 Voir fig. 35 a. Ce terme ne peut légitimement être lu d’autre façon. Neubauer néanmoins, le premier (...)
  • 21 Menahem est décédé le neuf du mois d’Ab, jour anniversaire de la destruction du deuxième temple par (...)

Un législateur, un sceptre a quitté Judah ;
A disparu (le) maître, plus rien ne [me] soutient,
Dès que fut réuni à ses pères mon sage conseiller
Jusqu’à terre alors s’épancha [mon foie].
Un cri de RDWM20 a donc atteint mon âme,
L’éclat de ma couronne a fui et [ma gloire],
Les arbres de tous les bois, qu’ils frappent dans leurs mains
Sur mon deuil, ma détresse, [mon] am[ertume] !
Et l’océan se souleva, la vallée vacilla
Au jour où mon Rocher m’ôta le diadème de gl[oire] ;
Une bourse d’argent a pris en sa main
un riche, (mais) sa droite ne peut [me] con[soler].
En ce neuf Ab, cet āb des Sages21
Fut cueilli comme le sanctuaire du Temple, [ma]
fon[dation] :
Qui lèvera pour Toi la coupe du salut
A présent qu’un Saint de Jacob s’est éteint,
[qui me fut] ch[er] ?

***

Les cieux se sont vêtus d’ombres et de ténèbres
Et avec eux de deuil mon âme et mon esprit ;
N’empêche pas tes yeux de se noyer de larmes
Pour pleurer mon ami pendant [ma] vie,
Pour notre maître Menahem Vardimas
Enlevé à cause de mon péché et de [ma] réb[ellion] !
Ah qui viendra plaider ma cause
et me protéger de [mon] oppresseur, [...] ?

***

  • 22 A savoir : qu’Elie, le Guiléadite, Elie le Prophète, vienne annoncer l’arrivée du Messie car, en ce (...)

Sur le haut des collines je hurle et me lamente
Sur mon maître qui fut aussi bien [mon] a[mi].
Qui m’allouera la force de clamer ma détresse
Et que mes reins se fendent sur [mon amitié brisée] !
Que pour lui le Seigneur prenne pour son rachat
Mon âme contre la sienne et [...]
Si le bien et le mal se pouvaient échanger
Et comme lui sanctifié je puisse [...]
Ah puisse le Seigneur me donner un baume pour ma douleur
Et que nous ouvre enfin son trésor le Guil[éadite]22 !

22Il est évident que Yehosha‛yah Lévi étudia auprès de Menahem à Rouen quelques années avant 1224, puisqu’il partit ailleurs après avoir terminé ses études. C’est pour cela qu’il écrit qu’un cri de lamentation l’a « atteint » depuis Rouen (le vers 3). La réputation du maître au moment de sa mort est telle que son ancien disciple n’a nul besoin de ménager ses louanges, son maître était un véritable « sceptre de Judah », un « père de sages », un « saint de Jacob » ; ainsi lors de son décès, les plaintes ont dépassé les limites de sa ville. (Voir fig. 35a.)

23Aucun de ses écrits ne nous est parvenu intégralement ; certaines indications contenues dans des textes du XIIIe siècle permettent toutefois de découvrir quelques-unes des activités de Vardimas durant sa vie. Nous pouvons supposer que son père se chargea de sa première éducation à Rouen, lui qui, selon toute vraisemblance, a atteint une certaine éminence pendant la période de Rashbam, ou juste après.

  • 23 Sur le séjour d’Isaac fils d’Abraham à Paris, voir plus loin, p. 316, et la note 58.

24Le seul des maîtres de Vardimas dont nous connaissions le nom est Isaac b. Abraham (le Riṣba, voir Urbach BT, p. 219-222) qui résida dans plusieurs villes de la France du nord, parmi lesquelles Troyes, Sens, Dampierre, et Paris (TYR, p. 94, 103)23, mais apparemment, ni en Normandie, ni en Angleterre. Cela donne à penser que Menahem quitta la Normandie au cours de ses études talmudiques supérieures. Il est probable qu’il retourna rapidement à Rouen, seule ville à laquelle il soit spécifiquement lié dans les textes hébraïques médiévaux. C’est là qu’il devint la principale autorité talmudique de Normandie, depuis les dernières années de la souveraineté des Plantagenêt jusqu’à sa mort en 1224.

  • 24 Voir MS Bodl. 781, fol. 70 verso ; TYR, p. 95. Selon cette décision, conformément à la loi talmudiq (...)

25Des décisions juridiques caractéristiques de Vardimas sont fréquemment rapportées dans la littérature hébraïque française du XIIIe siècle. L’une d’elles se trouve dans un recueil de consultations de sages français24.

26Une autre est consignée par Haïm Or Zarou‛a (Consultations, no 180 ; TYR, p. 95) :

  • 25 Le prozboul est une déclaration faite devant une cour de justice avant l’obtention d’un prêt selon (...)
  • 26 Ceci s’explique apparemment à cause des problèmes existant en Normandie au sujet du recouvrement de (...)

Rabbénou Tam a décrété dans son Séfer hayashar que Ton peut faire confiance à quelqu’un sans lui demander de prêter serment s’il déclare avoir été en possession d’un acte de Prozboul perdu depuis25. C’est pour cette raison que notre maître Menahem Vardimas a rendu cet arrêt selon lequel on doit faire confiance à un prêteur sans lui faire prêter serment s’il affirme : « c’est par l’entremise d’un gentil que je t’ai prêté cet argent avec intérêts autorisés - ce n’était pas un prêt directement de moi à toi... »26

27Une autre des décisions énoncées par Menahem à propos d’un aspect de la loi rituelle est attestée par Moïse de Coucy, Séfer miswot gadol [ = « Le Grand Livre des Préceptes »] II. 15 ; TYR, p. 95) :

  • 27 TYR, p. 95, note 252. Le MS Bodl. 781, II, fol. 70 verso a conservé ce texte avec quelques variante (...)

Il est écrit dans le Talmud de Jérusalem que si deux hommes ont mangé du pain et un troisième un légume (à la même table), ils ont le droit de dire la bénédiction finale en commun selon Maître Simon fils de Gamliel. Maître Menahem Vardimas a décrété dans le même sens au nom d’Isaac b. Abraham, et c’est ainsi qu’a écrit Maître Judah (de Paris)27.

28Ces deux dernières citations prouvent que Vardimas était considéré comme l’un des plus grands décisionnaires de son temps puisqu’il se trouve ici placé sur le même plan que deux des plus célèbres talmudistes du XIIIe siècle.

29D’autres décrets viennent confirmer le haut rang que Menahem Vardimas a atteint dans le domaine des connaissances rabbiniques, tant théoriques que pratiques, et souligner la place primordiale qu’il occupe parmi les docteurs de la Loi rouennais de l’époque. Ses décisions figurent dans les Tossafoth du Talmud de Babylone, aussi bien que dans les recueils de commentaires sur la Bible composés en France septentrionale au XIIIe siècle, et connus sous le nom de « Tossafoth à la Torah ».

  • 28 MS Sassoon 409, publié par S. Sassoon (Londres, 1959), p. 409. Le premier folio du manuscrit manque (...)
  • 29 Dans un autre passage du même ouvrage (p. 390) il est noté que la bénédiction des fêtes qui se term (...)

30C’est ainsi que nous pouvons lire dans l’un de ces recueils, Moshab zequénim (« Habitation des anciens »)28 que, se fondant sur une ancienne interprétation rabbinique du verset Lév. XXV 30, « Maître Vardimas décréta que le treizième mois d’une année embolismique doit être compté (avec les douze autres) en ce qui concerne (les obligations contractuelles d’) une nourrice (c’est-à-dire pour un contrat de vingt-quatre mois)... »29.

  • 30 MS Bodl. 270, fol. 5, recto; TYR, p. 95. Ce mot encore a été mal interprété par Neubauer et rendu p (...)

31Une autre observation dans un commentaire biblique des Tossafistes est attribuée à « Vardimas de RD’WM (רדאום) » (voir fig. 35 b.). Il s’agit d’une interprétation restrictive du verset Ex. XXI, 34 (« et le corps [de l’animal tombé dans un puits] lui appartiendra »)30.

  • 31 Je souligne que les observations suivantes sont fondées sur la connaissance - qu’on n’avait pas aup (...)

32Des références aux opinions de « Maître Menaḥem » et des citations de lui abondent dans les Tossafoth des volumes imprimés du Talmud de Babylone31. Certes, il existe un autre savant talmudiste du nom de Menahem b. Pereç : Menahem b. Pereç de Joigny, qui vécut à l’époque de Rabbénou Tam. On lui a attribué certaines de ces références et citations (voir sources citées dans TYR, p. 96-97). Cette identification, toutefois, présente une difficulté : tous les compilateurs des Tossafoth conservées dans les éditions imprimées du Talmud de Babylone étaient des personnalités du XIIIe siècle, et un certain nombre d’entre elles avaient été très liées à Menahem Vardimas ou à l’école de Rouen. Le plus éminent disciple de Vardimas, par exemple, fut Samuel Sire Morel de Falaise, qui étudia également auprès de Judah Sire Léon de Paris. Judah composa les Tossafoth au traité talmudique Baba Qamma, support de l’édition définitive qui fut le fruit du travail d’Eliézer de Touques (Urbach, BT, p. 501). Or les liens d’Eliézer, érudit normand, avec Rouen sont évidents (voir chap. xii).

33Partant, la référence dans les Tossafoth à Babba Qamma, à une opinion de « Maître Menahem », sans autre précision (fol. 2 b) semble raisonnablement se rapporter à Menahem Vardimas, contemporain de Judah Sire Léon. Dans le cas contraire, les rédacteurs auraient pris soin de spécifier qu’il s’agissait d’un talmudiste, de Joigny ou d’ailleurs, depuis longtemps disparu. Les Tossafoth aux traités Baba Bathra et Niddah ont, elles aussi, été mises dans leur forme définitive par Eliézer de Touques (Urbach, BT, p. 503 et 522). L’on peut donc en déduire que les références à « Maître Menaḥèm » qui s’y trouvent renvoient au même Vardimas (B. Bathra 84 a ; Niddah 3 b ; voir TYR, p. 96-97).

  • 32 Voir les termes de Samuel de Falaise à cet effet dans Or zarou‛a, fol. 115 a-b ; Urbach, BT, p. 382 (...)
  • 33 Voir par ex. les paroles de Samuel de Falaise dans Or zarou‛a II, p. 114 col. b, « Mon maître le sa (...)

34Les Tossafoth au traité Zebaḥim ont été compilées par Baroukh b. Isaac de Worms (Urbach, BT, p. 511) ; or, il séjourna en Normandie, dans la propre maison de Samuel de Falaise, lui-même étudiant de Vardimas32, durant le dernier quart du XIIe siècle. Ici encore la référence à « Maître Menahem r.i.p. » (Zebahim 87 b ; voir TYR p. 97, note 259) doit se rapporter au maître de Rouen, vraisemblablement un peu après sa mort. Enfin, dans les Tossafoth au traité Ḥoulin, également compilées par Eliézer de Touques (Urbach BT, p. 515), la référence à « Menahem le Saint » (Ḥoulin 11 b ; voir TYR, p. 96, note 254) ne peut concerner un autre que Vardimas car rares furent les talmudistes qui reçurent l’épithète de « saint » que l’on trouve cependant accolée au nom de Vardimas dans l’élégie de Hosha‛yah Lévi (voir le vers 8) et ailleurs33. Eliézer de Touques dut fréquenter l’école de Rouen peu de temps après la mort de Menahem - ce qui expliquerait la façon à la fois familière et élogieuse dont il parle de lui.

35Menahem Vardimas dont la présence à la tête de l’école de Rouen est incontestable (voir aussi ci-dessous, 4e section), était donc considéré dans sa génération, et dans celles qui suivirent immédiatement, comme une grande autorité en matière de législation juive, à même d’enoncer des lois reconnues par tous. Il a certainement composé des ouvrages sur le Talmud, ou bien un ensemble de discussions et de jurisprudence rabbinique ; peut-être aussi un commentaire juridique sur le Pentateuque. En outre, il fut poète liturgique à ses heures. Une partie de son hymne sur le « sacrifice d’Isaac » nous est connue grâce au commentaire détaillé qu’en fit Aaron b. Haïm Kohen (édité dans TYR, p. 193-203 ; voir ibid. p. 93-94). Aucune de ses œuvres ne nous est parvenue ; il faut donc nous contenter de simples allusions.

4. Le cercle des talmudistes de l’école de Rouen

  • 34 Si l’on en croit une note à la fin du récit, il finit par atteindre Paris où il fut recopié par un (...)

36Menahem fut la figure centrale d’une constellation active de talmudistes rouennais pendant le premier quart du XIIIe siècle. C’est l’évidence même lorsqu’on lit la description d’une réunion qui se tint dans la « chambre haute » (‛alīyāh) de sa demeure34. Un mystique du nom de Samuel, « le Prophète de Vérité », autrement inconnu, y prononça un sermon à propos du Cantique de la Mer de Moïse. Il y fit une démonstration de ses pouvoirs d’évoquer des êtres célestes. Il existe plusieurs variantes plus ou moins corrompues de ce curieux récit. Exposé pour la première fois dans la Shalshelet haqabbalah (la « Chaîne de la Tradition »), de Guedaliah ibn Yaḥya au XVIIe siècle, il décrit ainsi les savants présents à la réunion :

  • 35 Ce terme ( = héb. baḥourīm) est utilisé de manière spécifique pour désigner les étudiants d’une yes (...)

Que toutes les communautés d’Israël sachent que le mercredi suivant le neuf Ab, Samuel le Prophète de Vérité expliqua (la Torah) dans l’atelier (héb. ‛alīyâh, lit. « grenier ») du Maître Menahem Vardimas - que bénie soit celle qui l’enfanta ! - aux maîtres (suivants) assis devant lui : Maître Jacob de PRWBYNT (lire PRWBYNS, Provins), Maître Isaac de Gesher ( = pont) ARMYNW (lire AWDYMYR, Audemer), Maître Menahem et d’autres maîtres, Maître Abraham b. Samuel, Maître Aaron b. Isaac, Maître KRSBYTW (lire KRSBYA, Cresbia), et des jeunes gens35 versés dans la connaissance des livres...

37Malgré les altérations des différentes versions de ce compte rendu (TYR, p. 98-100), aucun doute n’est permis quant à l’identité de la plupart des participants nommés. Ils incluaient Isaac de Pont-Audemer, Aaron b. Isaac, quelques autres talmudistes, quelques étudiants avancés, et un Menahem qui est ou non notre Menahem Vardimas ; puis Jacob de Provins, Cresbia, et Abraham b. Samuel, tous trois connus pour avoir eu des liens avec Rouen d’après d’autres textes que nous étudions ci-dessous.

38Une autre source encore mentionne avec clarté la concentration de talmudistes qui se produit à Rouen à l’époque. Samuel Sire Morel de Falaise, cité ci-dessus, avait été, peu de temps après la prise de la Normandie par la France (1204), fait prisonnier en compagnie d’autres juifs normands, et envoyé en prison au Châtelet de Paris (voir p. 289). Or, non seulement Samuel était très riche mais il était aussi l’une des plus éminentes autorités rabbiniques de la Normandie au XIIIe siècle. Parmi ses ouvrages se trouve un traité intact qui offre une source de renseignements inestimable sur la culture et les pratiques rituelles des juifs de France septentrionale et des pays avoisinants.

39Il a composé cet ouvrage pour expliquer le difficile poème écrit en araméen au XIe siècle par l’érudit français Joseph Bonfils (en héb. : Tob-‛Elem), fils de Samuel de Limoges (Gross, Gallia, p. 308-309) au sujet des coutumes pascales. Le commentaire de Samuel est inclus dans des manuscrits et dans le texte imprimé du traité juridique d’Isaac fils de Moïse de Vienne, le Or zarou‛a (« Lumière semée »), mais il a dû circuler de façon autonome au cours du moyen âge. Il se dégage clairement des indications contenues dans ces textes que Samuel, né dans la ville normande de Falaise (Calvados), reçut la plus grande part de son éducation talmudique à Rouen. Ils démontrent aussi l’importance de la communauté universitaire juive rouennaise qui l’entoure à la fin de l’époque des Plantagenêt et immédiatement après.

40Dans son commentaire du poème de Bonfils, dont la version la plus ancienne et la plus importante est celle du MS Amsterdam Rosenthaliana 3, Samuel fait souvent référence aux opinions de ses maîtres rouennais. C’est ainsi qu’il écrit, par exemple, que certains décisionnaires interdisaient les boissons à base de miel (tel l’hydromel) à Pâques et que

  • 36 MS Amsterdam Rosenthaliana 3 = Or zarou’a II, p. 116 b. Dans ce passage, de même que dans les deux (...)

mon maître Menaḥem les interdisait (...) mais à RDWM, après la mort de mon maître on se montra plus indulgent et l’on autorisa la fabrication de boissons à base de miel. Certains pourtant n’autorisaient le miel qu’acheté par tonneaux entiers afin d’éviter le risque d’ajout de farine au moment du transvasement...36 (Voir fig. 36c.)

  • 37 MS Amsterdam 3 = Or zarou’a II, p. 117 a ; voir TYR, p. 27, 35 (note 92), et 90.
  • 38 A savoir, les « Grandes Lois Rituelles » de Siméon Qayyara, Babylonie, VIIIe s.
  • 39 MS Amsterdam= Or zarou‛a II, p. 117 a; voir TYR, ibid.

41Plus loin, il discute du problème de savoir si l’on peut autoriser la cuisson du pain azyme avant la destruction des derniers restes de produits levés ; il écrit (voir fig. 36 a) : « à RDWM on n’était pas rigoriste du tout, à l’exception d’hommes d’une piété exemplaire (et observant la tradition rigoureusement) afin de mettre en valeur la règle du pain azyme »37. Plus loin encore, à propos d’un passage du poème de Bonfils excluant les non-initiés de la fabrication des pains azymes, il écrit (voir fig. 36 b) : « un grand érudit de RDWM m’a dit que telle était la terminologie utilisée dans les Halakhoth gedoloth38 au sujet de la cuisson du pain azyme »39.

  • 40 Il s’agit du problème de l’utilisation ou de la mise à l’écart de certains plats pour la Pâque. Voi (...)

42Tous ces passages prouvent que Samuel de Falaise fit ses études à Rouen, qu’il y eut Menahem Vardimas comme professeur et que des érudits d’une grande piété y habitaient. Par conséquent lorsque les textes du Or zarou‛a comportent l’indication que Samuel a entendu telle opinion40 de « mon maître Menahem, et tous les grands de DRWM agissaient ainsi » (O.Z. II, p. 115 b ; voir également la leçon dans MS Amsterdam : fig. 37 a), il devient évident que la faute caractéristique de copiste, si souvent traitée au cours des chapitres précédents, a obscurci la signification du récit de Samuel. Il laissait entendre que de nombreux docteurs de la loi de renom avaient vécu à Rouen à l’époque pendant laquelle, selon l’expression de Louria, Vardimas y « régnait ». Parmi eux figuraient, bien sûr, les sages mentionnés dans la liste des participants à la séance dans l’atelier de Menahem. Grâce à d’autres indications contenues dans ce commentaire du poème de Bonfils, et grâce à d’autres sources encore, il nous est loisible d’allonger cette liste.

43Tout au long de ce commentaire Samuel cite les réponses législatives de plus d’une vingtaine de décisionnaires du nord-ouest de l’Europe au cours du XIIe siècle et du début du XIIIe. Il mentionne certains de ses professeurs en plus de Vardimas, parmi lesquels son beau-père Abraham b. Haïm, Baroukh fils d’Isaac, Judah Sire Léon, Jacob de Provins et Salomon le Saint de Troyes (Or zarou‛a, p. 115-120). Les deux premiers l’instruisirent lorsqu’il était encore enfant, dans la maison de ses parents à Falaise (comme déjà mentionné, Baroukh y résidait également, O.Z., p. 115 a, en bas). Puis, après quelques années d’études avancées à Rouen, c’est à Paris qu’il les poursuivit sous la direction de Judah Sire Léon (Or zarou‛a, p. 116 a). C’est à Rouen que Samuel a rencontré Jacob de Provins et étudié avec lui, puisqu’il est présent à la séance chez Vardimas (ci-dessus, p. 304). En outre Salomon b. Judah le saint de Troyes a pareillement été son maître à Rouen, vu ses attaches avec la cité normande.

5. Salomon le Saint de Troyes

  • 41 MS Camb. Add. 490, I, fol. 216 recto ; le MS fut copié par le scribe Jacob b. Aaron à Besançon en 1 (...)
  • 42 Voir les diverses formes consignées dans TYR, p. 105-109. Un tableau y indique les transformations (...)
  • 43 Comme je l’ai signalé au chap. vi, note 44, pendant le moyen âge on orthographiait Troyes en hébreu (...)

44Samuel cite les avis de Salomon de Troyes d’une manière qui dénote des attaches directes avec lui (O.Z. p. 119 ; voir TYR, p. 100, 105 sqq.) ainsi qu’une familiarité empreinte d’admiration envers ses traditions particulières. Dans son ouvrage juridique le Séfer Mordekhaï, Mordekhaï b. Hillel mentionne Salomon de Troyes en tant que « saint maître » de Samuel de Falaise (TYR, p. 108-109). Dans le seul texte rabbinique imprimé qui conserve l’ancien nom hébraïque de Rouen (Mordekhaï, édit. Constantinople, 1509), il est précisé que Salomon vivait en cette ville : « le saint maître (de Samuel)... Salomon de RDWM » (voir fig. 38 c). De même façon, Salomon est qualifié de « saint homme de RDWM » dans un manuscrit ancien actuellement à Cambridge (voir fig. 38 a)41. En un autre endroit de ce manuscrit (fol. 212 recto), cet instructeur de Sire Morel est nommé « son saint maître Salomon de WWRDWM » (voir fig. 38 b), encore une des multiples erreurs de copiste telles que nous les trouvons dans les copies manuscrites du XIVe siècle et au-delà, ainsi que dans de nombreux ouvrages imprimés42. Salomon porte le nom de « saint homme de Troyes » car c’est en cette ville, selon toute apparence, qu’il vit le jour et vécut son enfance43. Mais il fit le voyage de la Champagne à Rouen à un moment donné de sa carrière, comme Rashbam avant lui, et il est alors dénommé « de Troyes » ou bien « de Rouen ».

45Puisque sa présence dans la capitale normande est attestée à l’époque où Samuel y étudie, quelques années avant la prise de la ville en 1204, c’est qu’il a dû s’y installer quelque temps auparavant. D’après un manuscrit de Or zarou‛a, Sire Morel indique dans son commentaire du poème de Bonfils : « Lorsque je vins (une fois) à Caen on me dit que le vieux Maître Joseph (Lombard) agissait ainsi à l’instar de Maître Jacob (Tam) ; à RDWS (רדוס) on faisait de même suivant l’autorité de Maître Salomon de Troyes (DRW’Ś) ». En un autre endroit se trouve écrit : « à DRWM (דרום) se trouvaient des membres de la famille de Maître Salomon de Troyes ». (Voir chap. vi, p. 157.)

  • 44 L’hypothèse DRWS, דרום = Dreux comme la forme originale du nom est infirmée par le fait que Ton ne (...)

46Ces citations d’un manuscrit qui se trouve à présent à Moscou (MS Ginzburg, cote non spécifiée), ne nous sont connues que par les transcriptions publiées par Neubauer (REJ XVII [1888] : 155). Celui-ci, comme nous l’avons indiqué ci-dessus, n’eut jamais connaissance de l’ancien nom de Rouen, à telle enseigne qu’il identifiait les formes citées à DRWS (pour lui Dreux). Ce procédé, Gross allait le reprendre in extenso, et en le perfectionnant encore, dans Gallia Judaïca (p. 171 sqq.). Sur la base d’autres informations sur le lieu de résidence de Salomon citées dans les pages précédentes et des variantes scribales qu’eut à subir le vocable Rodom, il est hors de doute que les deux formes dérivent du même toponyme44. Salomon paraît donc avoir joui d’une haute estime à Rouen durant la période qui suit la mort de Rabbénou Tam (dans les années 1170). Sa famille y est bien implantée lorsque Samuel vient de Falaise y étudier.

  • 45 A savoir la dite Kitāb alrasā’il, voir TYR, p. 105-107 ; le texte était édité par J. Brill (Paris, (...)
  • 46 Les autres étant : Simson b. Abraham, son frère Isaac, Simson de Corbeil, David de Château-Thierry, (...)
  • 47 Comme je l’ai indiqué dans TYR, p. 105-106, une variante caractéristique du toponyme signifiant Tro (...)

47Nous n’avons trace de Salomon à Rouen que jusque vers 1205. C’est en effet vers cette date que Méïr b. Todros Halévi Aboulafia de Tolède lui adresse, ainsi qu’à six autres savants de la France du nord, sa célèbre missive qui dénonce les enseignements de Maimonide à propos de la vie dans l’au-delà45. Salomon est le premier de la liste46 : « Au grand Maître Salomon de RW’S (רואם)... fils du grand Maître Judah de Troyes... » (texte imprimé, p. 4). Le manuscrit de Parme de l’ouvrage d’Aboulafia (MS de Rossi 772, partie 24, au début) comporte pour le toponyme ci-dessus une forme que l’on peut lire RW’M (רואם) ou RW’S (רואם). Ce manuscrit de même que d’autres copies manuscrites de l’ouvrage (TYR, p. 105-106) contiennent ce nom de lieu, qui diffère absolument de Troyes, résidence du père de Salomon, comme l’indique la suite de la phrase47. Or la forme scribale RW’S est une forme dérivée de RW’M, ce que montre la parution du samekh (ס) au lieu d’un sin (ש) comme consonne finale (voir ci-dessus, p. 181).

  • 48 Roham : voir L. Méry et F. Guindon, Histoire analytique des actes et des délibérations du corps et (...)

48A l’époque à laquelle fut écrite cette missive, le vocable Rodom se transformait peu à peu en Rouen, en passant par les formes Roham, Roem, et Roen ou Ruan. La forme Roham est attestée à Marseille en 1228, Roem utilisé par Benoit de Saint-Maur à peu près au même moment48. En Provence, comme en Espagne où Aboulafia composait son épître, les formes contemporaines des noms français paraissent avoir été utilisées côte à côte avec des formes plus anciennes, plus traditionnelles. C’est ainsi que dans le même texte David le Pieux (ḥāsīd) est dit originaire de Qaśtelthary, c’est-à-dire Château-Thierry, alors que les juifs français de l’époque parlent plutôt de Kerakh Thierry (Gross, Gallia, p. 257-259) qui signifie « la citadelle de Thierry ». L’expression utilisée par Aboulafia représente Roem et révèle que le savant espagnol tenait Salomon de Rouen pour l’un des plus éminents docteurs de la loi de la France septentrionale de son temps. Nous voyons aussi que s’il est également appelé « le saint homme de Troyes », c’est en vertu de sa naissance en cette ville où avait habité son père, Judah.

  • 49 Voir les citations dans TYR, p. 111-116 ; et Urbach, BT, p. 279. Lorsqu’ils se réfèrent aux opinion (...)
  • 50 L’œuvre de Salomon sur la Bible n’a jamais été traitée systématiquement dans le passé ; son nom n’a (...)

49Des textes littéraires du XIIIe siècle (TYR, p. 111-119) prouvent que Salomon de Troyes commenta le Talmud de Babylone et la Bible. Les compilateurs citent ses opinions dans les Tossafoth imprimées des traités Ketouboth, Gittin, Qiddoushin et Yebamoth (qui traitent de divers aspects du mariage et du divorce), Pessaḥim (sur les lois pascales), Shebou‛oth (les serments), Makkoth (la flagellation) et Sanhédrin49. Seuls subsistent douze passages des commentaires qu’il composa au moins sur les quatre premiers livres du Pentateuque, passages éparpillés dans l’un ou l’autre des manuscrits ou, plus rarement, des recueils imprimés des tossafot du XIIIe siècle sur le Pentateuque (publiés dans TYR, p. 190-192 ; voir ibid., p. 116-118)50. Ses autres œuvres ont toutes disparu et nous ne savons rien de plus à son sujet à l’exception de quelques détails, relatés par Samuel de Falaise et Méïr d’Angleterre (ibid., p. 111-112), qui dévoilent certains aspects de sa grande piété et certaines particularités de ses pratiques religieuses.

50Nous ignorons pourquoi on le qualifia de « saint », qādōsh. Le terme s’appliquait fréquemment à des martyrs de leur foi ; il n’est pourtant mentionné nulle part que Salomon subit le martyre. Puisque nous n’avons guère de trace de l’existence d’une femme ou d’enfants à ses côtés, pouvons-nous supposer qu’il se distingua par une piété radicale qui refusait toute complaisance sexuelle et préconisait une vie studieuse et une observance religieuse fervente ? Il existe des textes hébraïques de cette période qui encouragent l’abstinence de ce type en tant qu’idéal à atteindre (voir ci-dessus chap. v, p. 114). D’autres recherches permettraient peut-être de trouver la raison pour laquelle fut donné à Salomon ce titre inusité.

51Il est de toute façon certain que Salomon de Troyes fut un érudit et un exégète émérite à Rouen avant et pendant le séjour de Samuel de Falaise, dont il fut l’un des maîtres avec Menahem Vardimas : lequel ne fut donc pas son unique professeur. Salomon semble bien avoir enseigné là près de vingt ans avant Menahem et y avoir été encore en activité à la fin du XIIe siècle. Il était toujours sur place au moment où Aboulafïa adressait ses accusations contre Maimonide aux sages du nord.

  • 51 Je remercie vivement M. Abraham David de l’Université de Haïfa pour cet important renseignement, qu (...)

52Il est possible que Salomon soit ensuite retourné à Troyes vers la fin de sa vie. Salomon Louria, en effet, dans sa consultation au sujet de l’enchaînement des savants talmudistes, déclare qu’après la période du Tossafiste Isaac b. Abraham, « Maître Judah règna à Paris, Maître Simson à Sens,... et Maître Salomon à Troyes... » (voir le texte dans TYR, p. 118). Si l’on peut se fier à cette tradition, il faut supposer que Salomon quitta Rouen et finit effectivement par retourner dans sa ville natale pour y diriger l’Ecole talmudique, au temps où Judah Sire Léon occupe le siège principal d’enseignement à Paris. Ceci devait se passer vers 1210, Vardimas étant depuis longtemps à la tête de l’Ecole rouennaise. Le problème pourtant est devenu compliqué par le fait que dans un manuscrit (Bodl. héb. 847, fol. 36 verso), la tradition de l’enchaînement des savants sur laquelle est fondée la version de Louria porte l’information selon laquelle Salomon régna « à DRWM » - et non pas à Troyes51. Voici encore la forme scribale signifiant RDWM, ce qui donne à entendre que c’est à Rouen que Salomon avait occupé, pendant une période indéterminable, le siège principal de l’école.

6. Les maîtres et les érudits de Rouen

53En sus des professeurs de Samuel de Falaise à Rouen dont nous venons de parler - à savoir, Menahem Vardimas et Salomon le Saint b. Judah - il convient de citer Jacob b. Méïr de Provins. Samuel l’appelait son « professeur et maître ». Il dit avoir eu des conversations directes avec lui (voir O.Z. 115 b, 118 b ; TYR, p. 100). Le récit de la séance dans l’atelier de Vardimas (voir ci-dessus, p. 304) nous autorise de situer Jacob lui aussi à Rouen.

54Tous ces faits amènent à la conclusion que Samuel eut, en vérité, trois professeurs de Talmud à Rouen - conclusion encore confirmée par un autre passage de son commentaire du poème de Bonfils.

55Ce morceau consiste en une série de phrases reliées entre elles et comporte, dans les manuscrits et dans la version imprimée, une légère corruption, d’ailleurs facile à rectifier compte tenu de nos connaissances actuelles. Il s’agit du passage (Or zarou‛a, p. 116, col. 2) où Samuel déclare :

A Falaise en présence des Anciens, on avait coutume d’être indulgent (en ce qui concerne l’usage pour la Pâque de pétrins ayant déjà servi et que l’on ébouillantait) et en présence de mes trois maîtres et de nombreuses autorités WBDRWM tous se montraient indulgents (à cet égard). Pourtant celui qui s’attache strictement à la Loi et s’achète un pétrin neuf ou racle bien (celui qu’il possède déjà) a bien agi. C’est ce que j’ai l’habitude de faire lorsqu’il n’est pas possible d’en trouver de neuf, et je l’ai appris de maître Judah bien qu’il se montrât indulgent vis-à-vis d’autrui.

  • 52 Si l’on gardait le mot tel qu’il est, il faudrait lire : « à Falaise, en présence des Anciens, on a (...)

56La citation implique que Samuel commença ses études dans sa ville natale de Falaise, les continua ailleurs sous trois maîtres et les poursuivit sous la direction de Judah Sire Léon, c’est-à-dire à Paris. Tout nous prouvant que c’est à Rouen qu’il eut trois professeurs de Talmud, ainsi qu’il est indiqué ci-dessus, il faut reconstruire l’expression énigmatique WBDRWM pour y lire tout naturellement BRDWM, à Rouen. (Le préformatif B, כ = à, dans.) Il doit donc être possible de traduire : « en présence de mes trois maîtres et de nombreuses autorités à Rouen tous se montraient indulgents »52. Cette expression nous rappelle l’autre déclaration de Samuel concernant « tous les grands » de Rouen à l’époque de ses études (voir ci-dessus, p. 306).

  • 53 Voir par exemple Or zarou‛a, p. 115, col. 2 : « mon professeur Maître Baroukh » ; ibid., col. 1 : « (...)

57Il est donc certain que Samuel de Falaise étudia à Rouen, en compagnie de toute une pléiade d’érudits aux noms désormais oubliés, et sous la direction de trois grands maîtres. Elevé dans la ville de Falaise par des parents d’une grande piété il fut, selon sa propre description, formé afin d’être consacré à la Loi dès la plus tendre enfance. Ce fut apparemment dans ce but que son père invita chez lui le célèbre talmudiste Baroukh b. Isaac53, lui-même disciple du grand Isaac l’Ancien de Dampierre. Des attestations en latin et en hébreu montrent que Samuel (Morellus Judaeus de Falesia) était toujours en vie en 1250 (voir plus loin, chap. XI, p. 367). Nous pourrions donc situer son enfance à Falaise vers 1175-1180 au plus tôt. En accord avec l’esprit des « Anciennes Règles » (voir ci-dessus, p. 108), c’est alors qu’on doit placer son départ pour la grande école de la capitale normande où il accomplit au moins le cycle des sept ans d’études talmudiques dans les années 1190.

58Il n’est nul besoin de supposer qu’il y eut plus d’un seul chef de l’école de Rouen durant cette période. Salomon de Troyes dut y arriver une dizaine d’années auparavant. D’autres docteurs de la Loi étaient présents dans l’école et y enseignaient. Le système décrit dans les « Anciennes Règles » ne requérant qu’un seul professeur assisté de « traducteurs » chargés de faire travailler des petits groupes d’étudiants après la conférence magistrale, avait pu se modifier peu à peu. Aussi bien Menahem Vardimas que Jacob de Provins enseignèrent en l’école vers cette époque, Menahem accédant au poste suprême au tournant du siècle ou peu après.

59Il était naturel que Menahem, originaire de Rouen et lui-même descendant d’une famille de l’élite intellectuelle juive de la ville, assumât cette charge. Pourtant les documents nous montrent qu’il n’en fut pas toujours ainsi. Rashbam, petit-fils du grand Rashi de Troyes et frère de Rabbénou Tarn, venait de Champagne, de même que Salomon le Saint. L’école de Rouen put avoir été surpassée un temps, vers le milieu du XIIe siècle, par l’éclat des descendants de Rashi en Champagne. Nous ignorons la façon dont étaient choisis les chefs d’académie. Il est possible que les responsables du renom de l’école rouennaise n’hésitèrent pas à faire appel à un érudit proche de la famille de Rashi ou de son école.

  • 54 Si cette description par Samuel du cercle d’érudits assemblés à Rouen peut fournir une indication s (...)

60En plus de cet apport champenois, l’académie de Rouen se développait au moment où Philippe Auguste expulsait les juifs de Paris et du Domaine Royal (de 1182 à 1198). Au moins quelques-unes des « nombreuses autorités » de Rouen demeurées anonymes dans le commentaire de Samuel de Falaise font partie de ces exilés. Ils54 comptent bien sûr trouver une sécurité plus grande de l’autre côté de la frontière, dans le domaine ducal, que dans les territoires comitaux de la France septentrionale non touchés par l’édit royal.

7. Haïm Kohen et son fils Aaron

61Tel fut sans doute le cas de Haïm Hakohen b. Hananel, connu aussi sous le nom de Haïm de Paris ou de « Grand Kohen », le Grand Prêtre. Ce talmudiste étudia auprès de Rabbénou Tarn en Champagne vers 1160 ; il se fixa ensuite à Paris où il eut des contacts avec Elie b. Judah, chef de la yeshibah (Urbach, BT, p. 107 sqq.). Il est probable qu’il s’y trouvait encore au moment de la mort de Rabbénou Tarn en 1171 et, également, en 1180. Mordekhaï b. Hillel décrit en effet l’une de ses décisions juridiques au sujet de confiscation de biens appartenant à des juifs, événement qui se produisit à Paris à l’époque (Urbach, BT, p. 108), avant l’ordre général de saisie et de bannissement du Domaine Royal de 1182.

  • 55 Urbach, BT, p. 108-109. Au sujet de cette installation volontaire de « trois cents » lettrés juifs (...)

62On rencontre nombre de ses arrêts dans des documents divers, y compris dans maint passage des Tossafoth du Talmud de Babylone. Il donne son avis quant à l’obligation religieuse de s’installer en Terre Sainte - malgré son opinion inverse en cas de danger ou à cause de certaines raisons religieuses. Ceci indique qu’il exerce donc encore ses activités de décisionnaire dans les années 1210. A cette période en effet un mouvement de retour en Palestine s’opère parmi les juifs du nord de la France55. On peut estimer que Haïm est âgé d’une quarantaine d’années au moment de l’expulsion de 1182 et qu’il se cherche un lieu de refuge où il puisse poursuivre ses études et recherches. L’observation de l’un des disciples de Samuel de Falaise sur l’opinion collective du « Grand Kohen et après lui notre saint Maître Vardimas ainsi que mon maître de Falaise » (voir p. 302, note 29) nous autorise à conclure que c’est à Rouen que vint s’installer Haïm. Il y devint le maître ou l’associé de Menahem Vardimas qui peut alors rapporter à Samuel de Falaise certaines opinions du maître parisien.

63Par ailleurs des documents nous apprennent que l’un des fils de Haïm b. Hananel, lui aussi, est engagé dans des activités de recherche à Rouen. Nous ne savons que peu de choses de la famille de Haïm. Plusieurs sources indiquent que l’un de ses fils porte le nom de Nahman ; il est l’auteur d’une étude talmudique intitulée Séfer hanaḥmani qui a disparu. On a pensé que le beau-père de Samuel de Falaise, Abraham b. Haïm, fut également l’un des fils du Grand Kohen (Gross, Gallia, p. 517-518). Il existe certes un autre personnage qui vit à la même époque et dont le père se nomme « Haïm Kohen » : Aaron b. Haïm qui, vers 1227, composa un commentaire de l’œuvre poétique liturgique d’auteurs du nord de la France. Ce commentaire est conservé à Oxford sous la forme d’un très beau manuscrit ancien (MS Bodl. Héb. 1206) copié peut-être seulement une centaine d’années après sa composition. Aaron b. Ḥaïm y mentionne un grand nombre d’érudits français, y compris ses oncles Judah et Jacob de Corbeil, Nathan « l’Officiel », son beau-père Yehossef, Joseph Qarā et d’autres. Il y fait mention de discussions personnelles tenues avec les trois derniers cités et, de plus, une autre avec « Maître Berakhiah ». Le sujet de conversation en était la compréhension d’un mot hébreu difficile. Ce Berakhiah est manifestement le fils de Natronaï qui demeurait à Rouen avec d’autres grands exégètes au moment même de l’expulsion des juifs du Domaine Royal. (Voir TYR, p. 202-203 ; Neubauer, Cat. Bodl. I, cols. 422-423).

  • 56 Voir la citation du MS dans TYR, p. 202 (il ne se trouve pas dans le catalogue de Neubauer).

64Aaron indique encore (fol. 177 a du MS) que « Maître Salomon nous a expliqué » une certaine difficulté d’exégèse dans la liturgie56. Il ne peut guère s’agir ici du fameux Salomon b. Isaac ( = Rashi) de Troyes, depuis longtemps disparu et qu’il nomme toujours « Rashi », et non pas « Maître Salomon ». D’autre part la manière dont il s’exprime laisse entendre qu’il s’agit là d’une explication entendue oralement de son temps. En revanche Aaron a très bien pu rencontrer, à Rouen, Salomon le Saint de Troyes.

65La présence d’Aaron à Rouen est indiquée encore par son allusion à un poème liturgique composé par Menahem Vardimas se trouvant dans le recueil qu’il commente, à savoir dans le manuscrit d’Oxford discuté ci-dessus. A la fin de ce commentaire nous lisons : « Terminé le (poème sur) le Sacrifice (d’Isaac) qui fut composé par notre Maître Menahem le Vardimassi, fils de l’ancien maître Péreç qu’il repose en Eden » (TYR, p. 202). Les termes utilisés semblent indiquer que Menahem était encore en vie au moment de la composition de ce commentaire, donc avant 1224, date indiquée par Salomon Louria.

66Ces bribes d’information réunies attestent la présence à Rouen d’Aaron b. Haïm Kohen de 1180 environ jusque vers les années 1220. Etant donné que nous avons la preuve que Haïm Kohen lui-même se trouve à Rouen après l’expulsion de Tannée 1182, il est probable qu’il fut bien le père d’Aaron (entre autres), émigré du Domaine Royal en compagnie d’autres lettrés et de leur famille. Il ne fait aucun doute que la ville de Rouen était pleine de ces réfugiés juifs entre 1182 et 1198, date de leur rappel, bien que toute trace en soit effacée à l’exception du nom de quelques rabbins mentionnés par hasard au fil des pages de textes littéraires.

8. Jacob de Provins

  • 57 C’est la ville à 85 km au sud-est de Paris ; elle faisait partie du Comté de la Champagne, extérieu (...)
  • 58 Voir les termes de Jacob dans MS Bodl. 783, fol. 62 b-63 a : « Ainsi agit mon maître Rabbi Isaac da (...)

67Un autre maître de l’académie parisienne également émigré à Rouen est, évidemment, Jacob de Provins. Bien qu’il continue à résider jusqu’à sa mort dans une propriété familiale à Provins57, nous ne possédons aucune preuve qu’il ait étudié ou enseigné sur place ou bien en quelqu’autre communauté champenoise. Par contre l’un des manuscrits de la collection Sassoon nous indique que son père, Méïr, était le fils du grand talmudiste Elie de Paris (TYR, p. 104, note 293, MS Sassoon 627). D’ailleurs, Jacob se situe lui-même à Paris ainsi que son maître Isaac b. Abraham (le « Riṣba ») de Dampierre quelques années avant l’expulsion, probablement vers 117558. Il n’y a aucune raison de penser qu’Isaac put avoir été le professeur de Jacob de Provins en une autre ville que Paris, ni que Jacob lui-même ait exercé ailleurs son activité exégétique avant son départ pour Rouen. C’est en la capitale normande que le situe par la suite son élève Samuel de Falaise, de même que le récit de la séance dans l’atelier de Vardimas.

  • 59 Après le retour de Jacob à Provins Samuel y vient lui rendre visite et Méïr de Rothembourg le cite  (...)

68Aucun des écrits de Jacob de Provins ne nous est parvenu et seules quelques citations de ses avis nous sont connues (TYR, p. 101-105). Il est impossible d’évaluer quelle fut sa contribution personnelle à la science rabbinique durant son séjour en Normandie. Les rares attestations que nous connaissons nous montrent simplement qu’il était très sévère dans ses interprétations de la Loi et qu’il paraît avoir été connu pour son conservatisme. Il représenta sans nul doute un apport de valeur au cercle de savants talmudistes assemblés à la yeshibah de Rouen, et ce notamment en vertu de sa qualité de représentant et de pur produit de l’école de Paris, c’est-à-dire de la tradition d’interprétation incarnée par l’enseignement de Maître Elie de Paris et, plus tard, de Judah Sire Léon. Qu’il ait été tenu en grande estime se dégage de l’expression même qu’utilise Péreç de Corbeil dans sa description des funérailles d’Isaac b. Abraham peu avant 1210 indiquant que « quelques-uns des Grands de France » étaient présents parmi lesquels Simson de Sens (frère du défunt et lui-même talmudiste de renom) et Jacob de Provins, d’autres, anonymes, et un certain « Maître Tobias », maître de cérémonie (voir gloses au Séfer miṣwoth qatan, no 31 ; TYR, p. 102-103). Samuel de Falaise également semble considérer Jacob comme un puits de science59.

69Il nous est impossible de déterminer avec précision la date du retour de Jacob à Provins. Quant à Salomon le Saint de Troyes, s’il n’est pas cité dans le rapport de la réunion dans l’atelier de Vardimas, c’est que l’événement eut lieu après sa mort. Il était encore en vie vers 1209 lorsqu’Aboulafia lui adressa, ainsi qu’aux autres érudits de la France du nord, sa diatribe contre Maimonide. Abraham b. Samuel, mentionné dans le même compte-rendu, pourrait être le personnage qu’on a situé à DRWS (voir Neubauer dans JQR V [1892-1893] : 714) ; longtemps après, en 1273, il sera le porte-parole des juifs dans la disputation avec le converti Pablo Christiani (voir ci-dessous chap. XII). Il n’est pas cité en tant qu’étudiant dans le compte-rendu mais bien en tant que maître à part entière. Si les deux personnages portant ce nom n’en font qu’un, il nous faut en déduire que la réunion se tint vers la fin du mandat de Vardimas à la tête de l’académie, soit entre les années 1220 et 1224. Abraham, à cette époque, pourrait être un jeune talmudiste d’environ vingt-cinq ans et conserver encore en 1273 assez de vigueur intellectuelle pour défendre le judaïsme contre les attaques du converti espagnol.

  • 60 En plus des érudits discutés dans ce chapitre, un autre tossafiste de l’époque était apparemment li (...)

70Par conséquent Jacob de Provins était encore en activité dans l’académie rouennaise vers les années 1220. Il y resta donc peut-être durant toute la durée du mandat de Vardimas. Samuel de Falaise à cette époque a terminé ses études depuis longtemps et a dû retourner chez lui, à Falaise, après son emprisonnement au Châtelet et ses études auprès de Judah Sire Léon60.

71C’est en 1224 que trépassent Vardimas de Rouen et Judah Sire Léon de Paris, juste un an après la mort du roi Philippe Auguste. Une nouvelle ère commençait alors pour les juifs de la capitale de Normandie.

Notes

1 La liste des juifs normands comprend : Brun f. Bonnevie de Rouen (v. chap. ix, p. 276 sqq.) ; Dieu-le-Sault d’Arques ; Bonnevie de Caudebec ; Abraham de Mostrevilliers ; Judas de Longueville et son gendre Judas ; Dieu-le-Cresse de Pont-Audemer ; Jacob de Bonneville-sur-Touques ; Jacob de Lisieux ; Morel de Falaise ; Dieu-le-Cresse de Caen ; Yossi Doan ( ?) de Burgonne ( ?) ; David Tortipel de Brionne ; Moyses d’Elbeuf et Cressens de Bernay.
Certains auteurs font état d’une crise financière qui aurait affecté les juifs de la France du nord en 1210, et situent l’emprisonnement cette année-là. Le texte tel que Delisle l’a publié, toutefois, se trouve entre des actes de 1204 et d’autres de 1205 dans de très anciens manuscrits. Environ 190 édits conservés le séparent des premières chartes de 1210 qui figurent dans les manuscrits. Du reste je n’ai connaissance d’aucune preuve spécifique qui indiquerait une crise financière en 1210 touchant les juifs de France ou de Normandie.

2 La liste subsistante cite quatorze villes et bourgs, y compris le bailliage de Caen (ballivia Cadomi) mais ne désigne pas spécifiquement Rouen. Pourtant, les juifs du bailliage « de Guillaume Escuacol » (ballivia Guillelmi Escuacol) sont inscrits pour 12.340 livres de créances. Delisle (RHGF, ibid.) observe que ce Guillaume portait habituellement le titre de châtelain de Rouen. Mais l’identification de son bailliage reste incertaine : pour autant que le texte ne désigne pas le « ballivia Rotomagi », le bailliage de Guillaume au moment de l’enquête peut bien être une autre région. Il n’est nulle part écrit dans le texte en question que Guillaume portait le titre de bailli de Rouen. D’autre part, Richardson (English Jewry, p. 205) prétend que les chiffres de la liste représentent en fait des totaux. Cela semble loin de la vérité, à n’en juger que par les noms qui font défaut.

3 C’était l’agence chargée à Rouen, pendant les XIIe et XIIIe siècles, de la réglementation du commerce dans la capitale et de plusieurs aspects de la justice. Sur les fonctions de la Vicomté, voir en particulier Ch. de Beaurepaire, La Vicomté de l’Eau de Rouen (Paris-Rouen, 1856) ; E. de Fréville, Mémoire sur le commerce maritime de Rouen (Rouen-Paris, 1857 ; et conf. le résumé de ses fonctions en tant que collecteur des droits sur des biens introduits dans la ville pour être vendus, dans J.R. Strayer, The Administration of Normandy under Saint Louis (Cambridge, 1932), p. 81-83.

4 Voir Delisle, Cartulaire Normand, p. 33 : Has elemosinas debet reddere ille qui tenet vicecomitatum... et l libram piperis de modiatione Judeorum. Pour le cens d’une demi-livre de poivre versé par Samuel de Falaise à la foire du Pré, voir plus loin, chap. XI, note 92.

5 Voir, p. ex. les remarques de F. Ashe Lincoln dans H. Loewe, Starrs and Jewish Charters Preserved in the British Museum II (Londres, 1932), p. xlii, sous le mot Clove.

6 Voir A. Chéruel, Dict. historique des institutions, mœurs et coutumes de la France, 8e éd., II (Paris, 1910), p. 992-993.

7 Voir E. Gaullieur, « Notes sur les Juifs à Bordeaux », REJ II (1885) : 81, où des citations sont tirées des sources latines pour les tributs à Aix et à Bordeaux. Le paiement à Aix existait encore en 1283, voir GROSS, Gallia, p. 46, se référant à une charte de cette année-là qu’édita Jean Piton dans ses Annales de l’Eglise d’Aix.

8 Les voyageurs juifs européens auraient eu peu de difficulté à obtenir cette denrée au Moyen Orient. Voir ci-dessus, chap. vi, sur les négociants rouennais dont les longues absences de leurs maisons, furent l’objet d’une ordonnance rabbinique destinée à réprimer cette coutume pendant le onzième, ou au début du douzième siècles, et voir p. ex. Benjamin de Tudèle, Itinéraire, éd. Adler, texte héb., p. 68 : « De tous les royaume(s) d’Edom ( = Europe) viennent (des négociants) à (Alexandrie)... d’Angleterre, Gaulle, la Flandre, Normandie, Francia, Poitou, Anjou, Bourgogne, Provence... »

9 Il s’agit de Rouen. Caen, Gaillon, Nonancourt, Verneuil, Chinon, Arques, et la région du Cotentin (Chinon se trouve aussi sur la liste donnée par Brussel, mais cet endroit n’était pas en Normandie). Du total, 1.036 livres pour les juifs rouennais pour ces deux termes. L’unité monétaire utilisée par l’échiquier normand était angevine ; cent marcs normands valaient vingt-cinq marcs anglais, et cent livres normandes, vingt-cinq livres anglaises (voir Delisle, Bib. Ec. des Chartes X : 187-196 ; Richardson, English Jewry, p. 204).

10 Soit : Alençon, Arques, Bayeux, Bernay, Caen, Carentan, Caudebec, Coutances, Dieppe, Domfront, Evreux, Falaise, Fécamp, Gaillon, Gisors, Lillebonne, Longueville, Montivilliers, Nonancourt, Pacy, Pont-Audemer, Rouen, St-Pierre-sur-Dives, Sées, Touques et Verneuil. J’ai mis en italique les noms des lieux où l’existence d’une rue aux Juifs est attestée.

11 Ordonnances I, p. 35-37. Les autres principales provisions de l’édit sont les suivantes : 1) Il est dorénavant interdit à un juif de prêter de l’argent à un chrétien qui ne possède ni fonds, ni biens négociables, mais qui vit du travail de ses mains. 2) Le taux de l’intérêt sur le prêt est fixé à 43 1/3 % et pourrait être en effet pour une année seulement. 3) Un juif ne peut prêter d’argent à un moine ou un simple chanoine qu’avec le consentement de l’abbé ou du chapitre, consentement donné sous forme de lettre patente. 4) Ne doivent être acceptés pour gage ni ornement d’église, ni vêtements sacerdotaux, ni socs de charrue, ni animaux de labour, ni blé vanné. 5) Dans le cas d’un prêt accordé par un juif à un chevalier, un bourgeois ou un négociant, le débiteur, en recevant l’autorisation de son suzerain, peut mettre en gage des biens immobiliers en contrepartie ; les lois habituelles concernant les taux d’intérêt prévalent à moins que le débiteur ne s’oppose injustement au remboursement de l’emprunt « avec violence ». En pareil cas il doit verser une amende au Roi, et des intérêts composés au juif durant toute la période de l’opposition. 6) (Passage qui concerne les juifs de Normandie et que nous traduisons ci-dessus.) 7) Toute personne légalement autorisée à emprunter aux juifs peut gager son cheval, des uniformes ou d’autres objets négociables, sans intervention extérieure. 8) Nul ne peut obliger des débiteurs ou leurs garants à vendre leurs biens ou propriétés pour rembourser des créances contractées avant l’institution des nouvelles régulations au terme de la Chandeleur ; nul ne peut non plus les faire incarcérer pour défaut de paiement, mais ils auront à verser les deux tiers de leurs revenus pour remboursement de leur dette, s’en réservant un tiers pour leurs besoins vitaux. 9) A tout débiteur, « qu’il soit de France ou de Normandie » qui ne possède ni propriété négociable ni biens immobiliers et qui ne vit que du produit du travail de ses mains, sera accordé un répit de trois ans pour rembourser sa dette, avec paiement par tiers de la somme due chaque année.

12 Les problèmes et difficultés des débiteurs rouennais semblent avoir été souvent graves. Voir par ex. Archives municipales de Rouen, registre de vidimus de chartes U.l, fol. 49 verso (description en français d’un document latin de l’année 1205) : « Comme l’on faisoit scavoir à tous présents et advenir que, après le trespas de Everard de Fresnelles et Matilde, sa femme, leurs filz et filles, c’est assavoir Jehan, Perrete et Mathilde estoient demouréz en grands debtes, c’est asavoir envers le Roy Philippe, Roy de France, de vingt livre tournoys pour la rançon du corps de Bérenger, enffant aisné des filz et filles dudict Evrard qui au service de sondict père, ses frères et seurs avoit esté prins en sa terre du Vengnecyn [ ?] en laquelle il estoit allé pour la garder et deffendre, et en autre partie de vingt-cinq livres tournoys envers les Juifs qui chacun jour multiplioient et cruroient en grand usure, laquelle somme leur mère, après leur decès de leur père, avoit empruncter pour nourrir iceulx enffans. Et, quant il a convenu rendre les dictes debtes, et ilz n’eussent de quoy les rendre, ledict Bérenger estant aagé, par le conseil de ses amys et de certains preudes hommes, par la permission de Jehan, son frère et de ses seurs, Perrete et Mathilde Baillevent, et délaissèrent à Raoul Richevilain la terre et la maison qu’ilz avoient sur Robec... » Suit une description détaillée de l’achat de la maison : sa situation, les sommes acquises et déboursées, les noms des acheteurs et des témoins, etc. (Je remercie vivement Mme Claire Fons, archiviste-paléographe à la Bibliothèque municipale de Rouen, de m’avoir préparé une transcription intégrale de ce texte important.)

13 Tel est l’avis de Richardson, The English Jewry, p. 205 sqq., sur la base de l’unique enregistrement subsistant dont nous avons parlé ci-dessus, et d’après lequel il conclut que la population juive de Normandie était « réduite et relativement pauvre » (p. 206). Lorsqu’il exprima cette opinion, l’on ne savait pas encore qu’il existait des preuves d’une haute culture juive dans la capitale - phénomène qui n’aurait guère pu se produire dans les conditions qu’il affirme.

14 Sur le renom des maîtres français, voir les dires dans Orḥoth ṣadiqim, cités plus haut, p. 103. L’auteur peut y opposer cette méthode d’enseignement à celle qui prévalait dans les écoles d’Espagne et d’Afrique du nord, où dans l’étude de la loi rabbinique, on s’appuyait beaucoup plus sur des codes synthétiques, tel celui de Maimonide, souvent au détriment de l’étude du texte original du Talmud lui-même.

15 Voir le témoignage d’Abraham b. Isaac de Béziers (notable de Perpignan au XIIIe siècle) : « Lorsque le représentant (au singulier) des communautés de Ṣarefath ( = la France du nord) est arrivé ici pour collecter des contributions des gens de cette contrée aux dépenses des hommes des écoles (bāté midrāšoth) saintes en leur pays pour éduquer les pauvres d’entre les descendants des Hébreux, il nous a prié d’examiner ses lettres de recommandation » (« Ḥereb Hamithapekhet » dans Ḥotam tokhnit [Amsterdam, 1865], p. 24). Ceci ne signifie pas que seuls les pauvres fréquentaient ces écoles, mais plutôt que l’aide était nécessaire pour ceux d’entre les étudiants qui étaient indigents. Il semblerait, d’après ce témoignage, que les communautés juives du nord envoyaient de temps en temps un seul représentant en Provence, l’argent recueilli étant partagé parmi les différentes écoles.

16 Il s’appelait ainsi parce que dans le Talmud de Babylone le nom « Vardimas » (Eurydimos) se rencontre comme sobriquet pour Menahem, voir. Bab. Sabbath 118 b.

17 Le poème est de vingt vers (ᴗ - - -/ᴗ - - -/ᴗ - -), tous rimés en -dī ; je l’ai republié, sur la base d’un nouvel examen de l’original, dans TYR, p. 92 ; voir réf. aux publications antérieures du texte, ibid., p. 27, note 80, ainsi que la note ci-dessous. Le texte est déchiré à son extrémité gauche. Voir la photographie dans TYR, fig. 17.

18 Ce nom apparaît en haut de la page. On trouve deux autres poèmes de la même main (folios 23 verso et 79 verso) signés « Yehoshou‛a Lévi » et « Hosha‛yah Lévi ». Ces noms sont trois variantes réciproques du même nom propre dérivé de la racine yš‛, sauver. Le style poétique et le fait que ces trois pièces soient de la même main, différente des autres écritures qui caractérisent ce manuscrit composite, indiquent clairement qu’elles furent écrites par un seul et même homme. Une allusion à une interprétation biblique d’un certain Hosha‛yah Lévi figure dans le manuscrit BN 168, folio 191 recto. Nous ne possédons actuellement aucun autre renseignement sur ce personnage.

19 Les vers de la lamentation que j’ai traduit ici sont les lignes 1-8, 12-15, et 17-21.

20 Voir fig. 35 a. Ce terme ne peut légitimement être lu d’autre façon. Neubauer néanmoins, le premier à publier cette élégie, ne se rendit jamais compte que l’ancien nom hébraïque de Rouen était Rodom (voir ci-dessus, p. 180). C’est ainsi que, bien que sa première édition du texte (MGWJ XXXVI [1887] : 332 sqq.) présente la leçon correcte, il ne comprit jamais ce à quoi elle correspondait. Dans son article suivant il « corrigea » donc RDWM en DRWM (REJ XVII [1888] : 151-155), puis proposa une nouvelle rectification en DRWS, où il pensait pouvoir reconnaître la ville de Dreux.

21 Menahem est décédé le neuf du mois d’Ab, jour anniversaire de la destruction du deuxième temple par les Romains. L’auteur joue de plus sur le double sens du mot ab, qui signifie également « père ».

22 A savoir : qu’Elie, le Guiléadite, Elie le Prophète, vienne annoncer l’arrivée du Messie car, en ces temps-là, les morts seront ressuscités.
Ce genre de texte fut de toute évidence connu antérieurement en Normandie, le premier exemple étant la Complainte de la mort de Guillaume (Longue-Epée, mort le 16 déc. 942). Voir R. Herval, Histoire de Rouen (Rouen, 1947), p. 30 : « C’est une des rares compositions de ce genre que nous ait léguées le moyen âge. Le manuscrit du Xe siècle qui le contient et qui se trouve à la bibliothèque de Clermont-Ferrand est le plus ancien document paléographique qui ait trait à l’histoire de Normandie. »

23 Sur le séjour d’Isaac fils d’Abraham à Paris, voir plus loin, p. 316, et la note 58.

24 Voir MS Bodl. 781, fol. 70 verso ; TYR, p. 95. Selon cette décision, conformément à la loi talmudique, « un décret de divorce imposé (à un juif) par des non-juifs est nul et non avenu tant qu’il n’y est pas stipulé : « fais ce qu’un enfant d’Israël t’a dit de faire ». Mais Maître Vardimas a dit qu’un tel décret doit stipuler : « fais ce que le fils d’Israël Untel t’a dit de faire » conformément à une décision du Talmud de Jérusalem (chap. ix, fin)... »

25 Le prozboul est une déclaration faite devant une cour de justice avant l’obtention d’un prêt selon laquelle la loi de limitation causée par Tannée sabbatique ne s’appliquera pas au prêt en question (Jastrow, Dict., p. 1218). Vardimas s’appuie sur ce décret de Rabbénou Tam pour l’appliquer aux prêts avec intérêts contractés entre juifs.

26 Ceci s’explique apparemment à cause des problèmes existant en Normandie au sujet du recouvrement des créances entre parties juives ; l’intérêt n’était en effet légal que s’il y avait un intermédiaire non-juif.

27 TYR, p. 95, note 252. Le MS Bodl. 781, II, fol. 70 verso a conservé ce texte avec quelques variantes. Il place Menaḥem en compagnie des maîtres Judah Sire Léon de Paris et Yehiel, également de Paris, et identifie Menahém comme provenant de DRGM. Le manuscrit, copié en 1391, contient donc une nouvelle erreur sur RDWM : le toponyme fut d’abord transformé en RDGM, puis en DRGM par métathèse des deux premières lettres (םגדר > גםרד). Et pourtant Neubauer en fait une lecture erronée et transcrit DRGS, qu’il propose de traduire « Dreux ».
La dernière phrase du passage cité peut prêter à confusion. Elle tend à indiquer soit que Judah Sire Léon accepte l’opinion d’Isaac et de Menahem, soit qu’il a déjà exprimé la dite opinion en une autre occasion (dans une consultation par exemple).

28 MS Sassoon 409, publié par S. Sassoon (Londres, 1959), p. 409. Le premier folio du manuscrit manque ; son véritable titre est donc inconnu. La dénomination Moshab zequénim apparaît après le colophon, en une notation d’achat par Joseph de Modène.

29 Dans un autre passage du même ouvrage (p. 390) il est noté que la bénédiction des fêtes qui se termine par les mots : Lui « qui nous a donné la vie, nous a maintenus (en bonne santé) et nous a permis d’atteindre ce moment » ne devait pas être récitée au deuxième jour de la fête des Cabanes lors de la cérémonie de réjouissance sur le bouquet des « quatre espèces » (Lév. XXIII, 40) « selon l’opinion d’Isaac fils de Samson et selon la coutume générale ; alors que le Grand Kohen et après lui notre saint Maître Vardimas ainsi que mon maître (Samuel Sire Morel) de Falaise ont pris la décision de réciter cette prière (également) au deuxième jour de la fête » (TYR, p. 96).
Le « Grand Kohen » est Haïm Kohen, fils de Ḥananel de Paris, disciple de Rabbénou Tam (Urbach, BT, p. 107 sqq.). Voir Gross, Gallia Judaïca, p. 479, 516-519. Moïse de Coucy le nomme également « le grand Kohen », ( = le Grand Prêtre), Semag, Commandements Positifs 231 ; Urbach, BT, p. 107.

30 MS Bodl. 270, fol. 5, recto; TYR, p. 95. Ce mot encore a été mal interprété par Neubauer et rendu par RD’WS, qu’il altère plus tard en DR’WS, pour lui « Dreux » une fois de plus ; voir aussi Gross, Gallia, p. 174, et les sources qu’il cite. Or l’état du manuscrit à cet endroit ne laisse aucun doute quant à la leçon précise du toponyme.
Voir fig. 35 b. La lettre samekh (ס, S) est toujours arrondie dans ce manuscrit, voir par ex. cette même lettre dans le mot Vardimas ; alors que la lettre mém finale (ם, M) est toujours carrée, comme dans le toponyme RD’WM. Voir TYR, p. 94, note 244.

31 Je souligne que les observations suivantes sont fondées sur la connaissance - qu’on n’avait pas auparavant - que Menahem Vardimas était un érudit normand lié à Rouen. Malgré le grand mérite de l’ouvrage du professeur URBACH, je ne peux que répéter ici ce que j’ai indiqué dans REJ CXXXVI (1977) : 545-546, à savoir qu’en ce qui concerne les toponymes hébraïques de la France médiévale, Urbach a pris pour argent comptant toutes les identifications de Gross se trouvant dans le Gallia Judaïca. Dans une édition plus récente de son Ba‛alé hatossafot (Jérusalem, 1980), il ne change pas son traitement des toponymes sauf pour le terme GWRNYŚ / GWRNYṢ qu’il pense maintenant être une expression espagnole non-géographique (voir ibid., vol. II, p. 770). Or, le terme ne signifie que Norwich, de même que NYQWL’ par métathèse caractéristique représente Lincoln.

32 Voir les termes de Samuel de Falaise à cet effet dans Or zarou‛a, fol. 115 a-b ; Urbach, BT, p. 382 ; TYR, p. 96 et 100. Gross n’a pas eu conscience que ce « Maître Baroukh » auquel se réfère Samuel de Falaise n’est autre que Baroukh b. Isaac (voir par ex. Gallia Judaïca, p. 525), ce qu’a montré H. Freimann, voir par ex. Germania Judaïca, p. 291 et p. 302, note 159.

33 Voir par ex. les paroles de Samuel de Falaise dans Or zarou‛a II, p. 114 col. b, « Mon maître le saint r.i.p. », où la référence est de toute évidence à Menahem Vardimas. Cependant, Urbach écrit que l’identité de ce « Menahem le Saint » dans les Tossafoth de Ḥoulin est incertaine (BT, p. 129), mais sans se référer aux paroles de la lamentation sur Vardimas.

34 Si l’on en croit une note à la fin du récit, il finit par atteindre Paris où il fut recopié par un certain Samuel fils de Judah d’Evreux selon une version, par « l’école (midrash) de Samuel fils d’Elie d’Evreux » selon une autre version. Voir TYR, p. 99.

35 Ce terme ( = héb. baḥourīm) est utilisé de manière spécifique pour désigner les étudiants d’une yeshibah. Puisque ces « jeunes gens » sont versés dans la connaisance de livres, ou du Livre (héb. yōde‛é séfer) il n’y a aucune raison de penser à un autre sens du mot dans ce contexte.

36 MS Amsterdam Rosenthaliana 3 = Or zarou’a II, p. 116 b. Dans ce passage, de même que dans les deux qui suivent, le texte imprimé comporte DRWM. Dans le MS d’Amsterdam en revanche, le copiste dut se rendre compte qu’en réalité le nom était RDWM et le transcrivit donc ainsi dans les trois passages. Malheureusement les folios du MS ne portent pas de numérotation.

37 MS Amsterdam 3 = Or zarou’a II, p. 117 a ; voir TYR, p. 27, 35 (note 92), et 90.

38 A savoir, les « Grandes Lois Rituelles » de Siméon Qayyara, Babylonie, VIIIe s.

39 MS Amsterdam= Or zarou‛a II, p. 117 a; voir TYR, ibid.

40 Il s’agit du problème de l’utilisation ou de la mise à l’écart de certains plats pour la Pâque. Voir Tal. Bab., Pessahim 30 a-b.

41 MS Camb. Add. 490, I, fol. 216 recto ; le MS fut copié par le scribe Jacob b. Aaron à Besançon en 1397 ; voir TYR, p. 108. Comme on peut le constater par recours à la fig. 38 a, la leçon רדום, RDWM est certaine. La lettre ר touche la lettre ד, mais la tête de la première est convexe et celle de la dernière concave.

42 Voir les diverses formes consignées dans TYR, p. 105-109. Un tableau y indique les transformations de copistes du toponyme qui désigne le lieu de naissance de Salomon (Troyes) et celui de son lieu de résidence futur, ibid., p. 109.

43 Comme je l’ai signalé au chap. vi, note 44, pendant le moyen âge on orthographiait Troyes en hébreu de deux façons : ṬRWYS et DRWYŚ. Pour chacune de ces deux orthographes il y avait des variations telles que ṬRWYYŚ/DRWYYŚ, ṬRWS/DRWS, etc. (voir la liste complète de variantes dans TYR, p. 29 note 86). Il s’agit simplement d’une variante phonétique T (dentale sourde)/D (dentale sonnante) ; on trouve le même phénomène par ex. dans la graphie hébraïque de Londres, à savoir LWNTRŚ au lieu de LWNDRŚ. C’est l’un des phénomènes linguistiques les plus persistants et communs (voir par ex. ang. drink, allem. trinken ; ang. drive, allem. treiben). Cependant, à travers l’histoire de la recherche hébraïque pendant le XIXe siècle, on n’a pas reconnu ce phénomène ; au contraire on identifie DRWYŚ avec Dreux (encore), et TRWYŚ avec Troyes. Or, notre Salomon est souvent appelé dans les textes médiévaux « le saint de DRWYŚ ». C’est pour cette raison que Gross, à la suite de ses prédécesseurs, nomme Salomon « le saint de Dreux » (Gallia, p. 171-173), et après lui de manière caractéristique le professeur Urbach, voir par ex. idem, Die Entstehung und Redaktion unserer Tossafot (Breslau, 1937), p. 23, 39, 42 (« Salomon aus Dreux ») et BT, p. 279. L’identification est inadmissible en raison du fait qu’on ne trouve pas ailleurs la combinaison hébraïque -WYS signifiant la terminaison française -eux. On ne connaît également aucune raison phonétique convaincante pour une telle identification. Pour Monieux (voir chap. iv, p. 88) on trouve simplement MNYW, alors que le prosélyte (commencement du XIIe siècle) Obadiah (voir chap. vi, p. 164 et notes 43-44) orthographe le nom de son père (Dreux) DRW et DRWKS, jamais DRWYŚ.

44 L’hypothèse DRWS, דרום = Dreux comme la forme originale du nom est infirmée par le fait que Ton ne connaît aucun autre cas d’une terminaison française en -eux rendue en hébreu par -ws, וס. Evreux par exemple est transcrit soit ’YBR’ (איכא), soit ’YWR’ (איורא) sans aucune sifflante finale (Gross, Gallia, p. 38-39). Il existe une seule et unique exception avec la forme ’YYBRWŚ (א׳׳רוש), avec la sifflante sīn ש, en position finale ; cette anomalie ne peut légitimement être utilisée pour reconstruire une forme envahissante DRWS, דרוס, que rien ne vient étayer, ni dans les textes autographes, ni dans les copies manuscrites les plus anciennes.

45 A savoir la dite Kitāb alrasā’il, voir TYR, p. 105-107 ; le texte était édité par J. Brill (Paris, 1871).

46 Les autres étant : Simson b. Abraham, son frère Isaac, Simson de Corbeil, David de Château-Thierry, Abraham de Touques, et Eliézer b. Aaron de Bourgogne. (Ce dernier, auteur d’un ouvrage disparu intitulé Sha‛aré hapanim, est appelé en d’autres endroits Eliézer de Bourgogne. Il n’existe aucune raison valable pour changer ce nom en Bourges comme il a été quelquefois suggéré.)

47 Comme je l’ai indiqué dans TYR, p. 105-106, une variante caractéristique du toponyme signifiant Troyes est celle qui apparaît dans le texte imprimé de la lettre d’Aboulafia : ṬRYWS. Le MS Cambridge Add. 1178, fol. 1, en revanche, conserve la forme première : ṬRWYS. Cependant, lorsque Gross rencontra les deux formes RW’S et TRYWS dans la même phrase du texte imprimé, il suggéra que l’une et l’autre pourtant si différentes désignaient Dreux (Gallia, p. 171-172).

48 Roham : voir L. Méry et F. Guindon, Histoire analytique des actes et des délibérations du corps et du conseil de la municipalité de Marseille depuis le Xe siècle jusqu’à nos jours I (Marseille, 1841), p. 345 (an. 1228) : « draps de Loiers e barracans de Roham ». Roem : voir F. Michel, éd., Benoit de Ste Moire, Chroniques des Ducs de Normandie I (Paris, 1836), p. 38 : « cil qui a Roem abitoient ». Roan, Ruan : voir Delisle, RHGF XXIV, p. 102 (1253) ; p. 106 (1297). Voir TYR, notes 203, 216 et 305.

49 Voir les citations dans TYR, p. 111-116 ; et Urbach, BT, p. 279. Lorsqu’ils se réfèrent aux opinions de Salomon, les auteurs de ces textes n’indiquent pas toujours explicitement qu’ils les ont trouvées dans ses écrits, mais telle paraît être la seule conclusion possible après étude de tous ces passages.

50 L’œuvre de Salomon sur la Bible n’a jamais été traitée systématiquement dans le passé ; son nom n’apparaît même pas dans l’Histoire Littéraire de la France.

51 Je remercie vivement M. Abraham David de l’Université de Haïfa pour cet important renseignement, qu’il m’a transmis oralement à Jérusalem pendant l’été de 1981.

52 Si l’on gardait le mot tel qu’il est, il faudrait lire : « à Falaise, en présence des Anciens, on avait coutume d’être indulgent et en présence de mes trois maîtres et de nombreuses autorités et dans DRWM tous étaient indulgents ». La construction syntaxique de la phrase indique que la conjonction de coordination en italique, rendue en hébreu par le préfixe ו, W, accolé au mot qui le suit, est superflue et ne peut que fausser la compréhension de la phrase. Qu’elle tombe et celle-ci retrouve équilibre et rythme. Elle signifie alors : si les juifs de Falaise sont moins rigoureux, avec l’assentiment de leurs sages, ceux de Rouen le sont avec celui des trois maîtres de Samuel ainsi que d’autres autorités nombreuses de la ville. Puis Samuel enchaîne en citant l’opinion du maître dont il a suivi l’enseignement dans une troisième ville, Paris. Le manuscrit d’Amsterdam de l’Or zarou‛a indique la leçon WBRRWM, ce qui prouve que l’erreur de copiste a pour source une copie plus ancienne du texte. Voir fig. 37 b.

53 Voir par exemple Or zarou‛a, p. 115, col. 2 : « mon professeur Maître Baroukh » ; ibid., col. 1 : « je vis dans la maison de mon p(ère) mon m(aître) que Maître Baroukh indiquait et opérait lui-même la purification des récipients par l’eau bouillante... » Baroukh b. Isaac était érudit français appelé par la suite en l’école de Worms ; voir Urbach, BT, p. 287 sqq.

54 Si cette description par Samuel du cercle d’érudits assemblés à Rouen peut fournir une indication sur leur nombre dans les générations précédentes, il y a lieu d’en déduire qu’ils ont déjà été mentionnés de façon collective par deux talmudistes de l’Ile-de-France. Ainsi, pendant la première moitié du XIIe siècle, Simhah de Vitry parle, dans l’ouvrage liturgique qu’on lui attribue, le Mahazor Vitry, d’une « coutume des chefs de RW’NY (ירואנ) », tandis qu’Isaac b. Abraham de Dampierre mentionne, vers la fin du siècle, une question que lui ont adressée « les chefs des Pères qui sont à RYWN » ( ריון ) ; voir TYR, p. 85. Or, ces ouvrages imprimés n’ont pas été directement copiés sur des manuscrits autographes de ces deux docteurs de la Loi. Il est possible que les copistes des XIIIe et XIVe siècles aient substitué à la forme Rodom, si Rodom il y avait, des formes vernaculaires telles que Roem, Roen ou Ruan (voir ci-dessus, p. 310, note 48). La leçon RW’NY, ריאני aurait donc découlé de RW’M, Roem, et RYWN, רדון de RWYN (Roen). On connaît la forme Roem grâce à l’épître d’Aboulafia, mais le développement vernaculaire Roen ou Ruan est inconnu dans les sources hébraïques vérifiables. Il nous faut rester dans le domaine de la conjecture puisque nous ne possédons aucun des manuscrits primitifs de ces ouvrages. Voir aussi ci-dessous, p. 318, note 60.

55 Urbach, BT, p. 108-109. Au sujet de cette installation volontaire de « trois cents » lettrés juifs français en Terre Sainte en 1211 rapportée par Salomon ibn Verga, voir par ex. S. Krauss dans REJ LXXXII (1926) : 333-343. S.D. Goitein a publié un document de la Guenizah (T.-S. 12.299) décrivant l’arrivée de quelques-uns de ces juifs français à Alexandrie, en route vers la Terre Sainte ; voir son Palestinian Jewry in Early Islamic and Crusader Times in the Light of the Genizah Documents (hébreu ; Jérusalem, 1980), p. 338-343.

56 Voir la citation du MS dans TYR, p. 202 (il ne se trouve pas dans le catalogue de Neubauer).

57 C’est la ville à 85 km au sud-est de Paris ; elle faisait partie du Comté de la Champagne, extérieure au Domaine Royal.

58 Voir les termes de Jacob dans MS Bodl. 783, fol. 62 b-63 a : « Ainsi agit mon maître Rabbi Isaac dans la ville de Paris : il écrivit un contrat pour une personne en bonne santé qui (voulait) transférer des biens hypothéqués et même ceux d’un non-juif contre une propriété immobilière ; il signa sur le contrat et moi (aussi) après lui... » (publiée dans TYR, p. 103). La déclaration se rapporte sans doute à une époque antérieure à l’expulsion de 1182.
Contrairement à une opinion répandue, nous n’avons aucune preuve qu’Isaac b. Abraham de Dampierre ait jamais enseigné dans une yeshibah sise à Dampierre même. (Voir par ex. Gallia, p. 161 : « Pendant quelque temps, la petite localité de Dampierre fut le centre des études talmudiques du nord de la France » et ibid., p. 168 : « Après la mort de son maître... [Isaac] accepta la direction de l’école de Dampierre. ») On connait plusieurs villages de ce nom, par ex. D. sur Boutonne, D. sur Aube, et D. dans les Yvelines à 36 km au sud-ouest de Paris. La localisation d’Isaac avec son élève Jacob de Provins à Paris, qui est la seule interprétation raisonnable du passage cité du MS Bodl. 783, donne à entendre que c’est à Dampierre des Yvelines qu’Isaac avait son domicile plutôt qu’à Dampierre-sur-Aube en Champagne. (C’est dans ce dernier village que Gross et ses successeurs le placent, sans avoir connaissance, cependant, du passage manuscrit cité.) Il était donc lié à l’école de Paris.

59 Après le retour de Jacob à Provins Samuel y vient lui rendre visite et Méïr de Rothembourg le cite : « ...lorsque je fis le voyage à Provins je récitais plusieurs fois les bénédictions qui suivent le repas à la table de mon maître le Grand Térébinthe » (voir les Consultations de Meïr de Rothembourg, no 488 ; TYR, p. 101). Cette expression talmudique est réservée aux plus révérés des savants.

60 En plus des érudits discutés dans ce chapitre, un autre tossafiste de l’époque était apparemment lié à l’école de Rouen ou en tout cas originaire de la ville. Il s’agit de Samuel b. Joseph, également connu comme « Samuel le jeune » (voir p. 304, note 35), que Gross (Gallia, p. 206) situe à Verdun ; voir aussi Urbach, BT, p. 238, 280, 499). Trois érudits sont en apparence originaires de cette ville (Gross, ibid., p. 206-207), mais seulement deux d’entre eux, Samuel b. Haïm et un certain Jacob, sont qualifiés par l’expression « de WRDWN » ( = Verdun). Le toponyme que donne Gross comme qualifiant Samuel b. Joseph est, au contraire, WRDWM, WWRDWM, ou WRDWS (avec samekh). Or on sait que la forme WWRDWM est une erreur pour RDWM (ci-dessus, p. 307) ; de plus, la forme RDWS est une erreur typique que nous avons constatée souvent ci-dessus, pour le même toponyme. Enfin, dans le MS Budapest-Kaufmann de l’ouvrage Hagahot maimuniot, fol. 165 recto, col. 3, le toponyme associé à ce même Samuel est écrit WYDWM, ou la W et la Y (וי) sont sensiblement dérivés de R (ר), donnant encore le toponyme RDWM, c’est-à-dire Rouen.
La version d’une consultation de Rabbénou Tam rédigée par Eliézer b. Joël Halévi traite d’un juif qui est venu d’Auxerre à « DW’NY ». V. Aptowitzer, Mebo harabyah (Jérusalem, 1938), p. 304, est de l’avis que cette forme est dérivée de RW’NY qui, suggère-t-il, indique : Rouen. (Je remercie vivement le Professeur J. Sussman de Jérusalem pour ce renseignement). Or, Eliézer b. Joël écrivait à la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe. La forme semble donc nous renvoyer au toponyme Roem, voir ci-dessus, p. 309 et note 48.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8492/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search