Version classiqueVersion mobile

Les Juifs de Rouen au Moyen Âge

 | 
Norman Golb

Deuxième partie : De la période D'Abraham Ibn Ezra aux expulsions du xive siècle

Chapitre IX. Du règne d’Henri II à celui de Jean-Sans-Terre

Texte intégral

1. Les bienfaits du règne d’Henri II

  • 1 Voir Chéruel, Hist. de Rouen, p. 20-37 ; Mabire, Histoire de la Normandie (Paris, 1976), p. 158-161 (...)
  • 2 Chéruel, ibid., p. 15-19, et pièces justificatives, no 1, p. 241-246 (le vidimus de cette charte se (...)
  • 3 Voir Chéruel, ibid., p. 21-23, citant une charte d’Henri éditée par N. Brussel, Nouvel examen de l’ (...)
  • 4 Editée par Chéruel, op. cit., p. 247-248.
  • 5 Voir Chéruel, ibid., p. 24-30 ; H.W.C. Davis, England under Normans and Angevins (Londres, 1930), p (...)

1Les années du règne d’Henri II, bien que gâchées par l’assassinat de Becket et par de l’agitation dans le royaume, constituèrent en grande partie une époque de prospérité pour les Normands, qui profitèrent des réformes précises auxquelles le roi soumettait le gouvernement1. Henri octroya une série de privilèges importants aux habitants de Rouen, les dits « Etablissements de Rouen », qui leur assurèrent, inter alia, un statut légal en tant que commune autonome2. Une deuxième charte suivit qui rehaussa le statut de toute la Normandie3, et une troisième confirma les articles principaux des Etablissements4. Une seule fois sous le règne d’Henri, Rouen fut assiégé, quand Louis VII et plusieurs nobles alliés s’efforcèrent de lui enlever la Normandie (1173-1174) ; mais les murs de la ville tinrent bon, et le siège (22 juillet-14 août 1174) échoua5.

  • 6 N. Périaux, Histoire sommaire et chronologique de la ville de Rouen (Rouen, 1874) fit l’erreur d’ét (...)
  • 7 La protection accordée aux juifs par Henri est aussi constatée par Guillaume de Newberry (I, 280), (...)
  • 8 Voir Lechaudé d’Anisy, Grands Rôles I (Paris, 1845), p. 43 : « Clericis qui transcripserunt cartas (...)
  • 9 Voir des exemples de tels textes de la période Plantagenêt dans Abrahams, Stokes et Loewe, Starrs a (...)
  • 10 Beaucoup de chirographes et d’actes de renonciation subsistent en hébreu parmi les « starrs » d’Ang (...)
  • 11 Il est probable que le même système prévalait en Angleterre aussi jusqu’à 1194, quand l’introductio (...)

2Les habitants juifs de la capitale profitèrent de la sécurité que cherchait Henri pour la Normandie en général et, de surcroît, de l’amitié historique que leur avaient témoignée les prédécesseurs du roi. Aucune indication de perfidie contre eux ne s’insinua jusqu’aux derniers mois de l’empire de Jean-sans-Terre en Normandie (1204)6. Il n’est pas douteux qu’ils profitèrent au plus haut point de la charte, aujourd’hui perdue, qu’Henri émit en faveur des juifs d’Angleterre et de Normandie, et dont les détails sont connus grâce aux chartes subséquentes octroyées par Richard et par Jean (voir chap. v, p. 137 sqq.)7. Car outre qu’ils tombaient sous la juridiction de cette charte, ils se trouvaient parmi les habitants d’une ville dont l’importance continuait à augmenter grâce aux décrets avantageux du roi. Nous avons deux mentions en 1184, dans l’un des rares rôles normands du règne d’Henri II conservés8, de paiements du roi aux scribes qui écrivent les chartes juives à Rouen. Ces paiements indiquent une activité commerciale intense entre juifs et chrétiens dans la capitale, activité qui exigeait l’emploi continu de scribes sachant écrire les textes latins et hébreux des chartes de même que les actes de renonciation ajoutés au moment du remboursement des créances9. Il est permis de déduire, d’après les « starrs » bilingues d’Angleterre, que ceux écrits à Rouen - maintenant tous perdus à une seule exception - avaient trait non seulement à des prêts, mais aussi à des ventes de maisons et de terrains, en sus de toute autre affaire juive-chrétienne qui exigeait un document légal. Pour chaque affaire de ce genre, deux copistes étaient de rigueur - l’un pour le document en hébreu, l’autre pour le document en latin qui le certifiait10. A Rouen, comme probablement partout dans le duché, c’est l’administration de l’Etat elle-même qui payait les scribes. Les fonds pour ces paiements venaient sans doute des frais qu’imposait l’administration normande aux deux parties contractantes, au moment de la rédaction des documents, ou à celui de la satisfaction de leurs conditions11. Mais pour conclure des affaires entre eux seuls, les juifs n’avaient pas besoin, et ne se servaient pas, d’actes formulés en latin. Il n’y a donc pas de raisons de supposer qu’il existait des règlements royaux concernant de tels documents, ou des paiements des coffres de l’Etat pour leur exécution. Les souverains Plantagenêt ne se souciaient pas des rapports légaux entre les juifs, ceux-ci les réglaient normalement selon leurs propres lois et devant leurs propres tribunaux. Ils s’appliquaient plutôt à garantir légalement la sécurité des juifs dans leur royaume vis-à-vis de la majorité chrétienne.

  • 12 Selon Pipe Rolls N.S. XIII no 483, un « Benedict le Juif » attesta une charte de Richard Ier le 4 n (...)
  • 13 Voir Chéruel, op. cit., p. 15 et suivantes. Sur l’organisation des communes et les méthodes par les (...)
  • 14 Voir Chéruel, ibid., p. 30-31, 247-248. Le résumé de cette charte que donne Chéruel est le suivant  (...)
  • 15 Voir A.L. Simon, The History of the Wine Trade in England, I (Londres, 1906), et le texte dans la d (...)

3Néanmoins, on ne peut dire que les juifs de Rouen (ou de Normandie, ou du royaume angevin en général) constituaient une partie intégrante de la grande masse du peuple ou qu’ils avaient un statut précisément égal à celui des autres. Nous voyons cela en dépouillant la composition des conseils qui gouvernaient les nouvelles communes : aucun de leurs membres n’était juif. Et il n’y a pas de preuve que des juifs aient signé des chartes royales Plantagenêt12. Mais une juxtaposition des actes en faveur des Rouennais et des Normands en général, et des chartes juives déjà traitées (chap. v), montre que les juifs du domaine Plantagenêt n’étaient pas tenus pour aubains, villeins, ou servi. Ils avaient plutôt un statut particulier, même unique, et analogue à celui de la bourgeoisie des communes - le bénéficiaire principal des chartes générales d’Henri13. La charte octroyée à toute la Normandie, par exemple (Chéruel, op. cit., p. 21-23), stipula que personne, en punition pour un crime, ne devait être arrêté, détenu, ou privé de ses biens, sans un juste jugement par ses pairs (nisi per legale judicium parius suorum) ; une clause analogue dans les chartes juives exige que des plaintes portées par des chrétiens contre des juifs, soient jugées par « des pairs des juifs » (chap. v, p. 140 : per pares Judaei). Selon la charte en faveur de la Normandie, tout commerçant avait le droit de se déplacer sans contrainte dans le royaume (salvum exire et securum) ; et les chartes juives stipulèrent que partout où se trouvaient des juifs, il leur était permis « d’aller là où ils veulent » (chap. v, p. 141). Tandis que les chartes juives soulignent le fait que les juifs sont « dégagés, partout en Angleterre et en Normandie, de tous les droits de douane, péage, et modiations de vin, tout comme nos propres biens », les Etablissements garantissent qu’aucun impôt ou taxe ne sera exigé des habitants de Rouen, dont les commerçants qui appartiennent à la guilde seront, de plus, dispensés des droits de douane à Londres et dans les autres ports anglais, et des droits spéciaux sur le vin (Chéruel, op. cit. p. 16-17). Après la défense réussie contre le siège du roi Louis en 1174, Henri affirma les privilèges des citoyens de Rouen pour souligner leur immunité, inter alia, de tout droit et impôt spécial des deux côtés de la Manche. En particulier il fit encore valoir les privilèges anciens des négociants de vin rouennais14. Ceux-ci monopolisaient le commerce franco-anglais du vin mis à bord en France et voyageant par la Seine15. Puisque le commerce du vin en Angleterre tirait son origine principalement de la France, la clause de la charte juive qui souligne l’immunité des « modiations de vin », se rapporte visiblement aux habitants juifs de la capitale normande en particulier.

  • 16 Rouen était le modèle des communes principales de la Normandie (Verneuil, Caen, Falaise, et Pont-Au (...)
  • 17 On peut imaginer de quelle manière ce statut se serait manifesté en Normandie, n’était la conquête (...)

4Les chartes juives stipulaient de plus que les officiers du roi devaient « garder, défendre et protéger » les juifs et que ses sujets ne devaient pas « les assigner contrairement à leur charte pour les (choses) ci-dessus... tout comme la charte d’Henri notre père le déclarait avec raison » (chap. v, p. 141). Par ce décret, de même que par la clause antérieure qui déclare les possessions des juifs exemptes d’impôts comme l’étaient les biens royaux, les rois mettaient les juifs sous leur protection. Mais d’autres passages des chartes juives, comme je l’ai noté, montrent bien que cette protection leur était octroyée en tant que groupe possédant sensiblement les mêmes privilèges que les bourgeois de la commune de Rouen16. D’ailleurs, il est clair que ce statut fut atteint au moins dès le règne d’Henri II. Donc le statut des juifs sous les rois Plantagenêt serait en effet semblable à celui des personnes qualifiées, dans l’histoire de la jurisprudence, de bourgeois du roi, ou bourgeois royaux (Lat. burgenses ou homines regis) (Luchaire, Manuel des institutions françaises, p. 391-392). Les personnes de cette classe qui apparaissait vers la fin du XIIe siècle - s’inféodaient directement au roi, et en retour de sa protection devaient payer un impôt ou droit nominal. La classe comprenait des affranchis, des aubains, et souvent des commerçants qui, en partant, rompaient leurs relations avec la ville dont ils avaient été des bourgeois (Luchaire, ibid., p. 392). Or, le terme burgenses régis ne s’appliqua jamais aux juifs du royaume Plantagenêt. Mais le témoignage disponible des actes et des contrats qui subsistent du règne de Richard (1189-1199) et de celui de Jean-sans-Terre en Normandie (1199-1204) indique que leur statut légal était parallèle à celui des bourgeois royaux. Ils étaient libres de posséder des terrains et des biens, de faire du crédit et de forcer sa perception par l’intervention des officiers du roi, ainsi que de se déplacer à leur gré partout dans le royaume17.

  • 18 Les chartes juives des rois Richard-Coeur-de-Lion et Jean-Sans-Terre, avec leurs références aux cha (...)

5Il n’est donc pas difficile de comprendre pourquoi Rouen devint un centre important du savoir juif pendant l’époque des Plantagenêt. Evidemment la capitale attirait Rashbam, Abraham ibn Ezra, Joseph Bekhor Shor et ses contemporains, Berakhiah ben Natronai, et d’autres encore inconnus, par sa prospérité et par la liberté accordée à sa population juive - liberté consolidée par un corps de statuts précis, et pourtant jamais discutée dans les ouvrages historiques de ces deux derniers siècles18. Les conditions de l’époque favorisaient le développement et l’expansion de l’érudition en Normandie, et les témoignages en notre possession indiquent une longue période favorable à l’épanouissement de la culture juive.

2. Le règne de Richard-Cœur-de-Lion

  • 19 Voir la description des événements dans Tovey, Anglia Judaica, p. 16-18, et les sources qui décrive (...)

6Berakhiah ben Natronai vivait encore quand des hostilités éclatèrent contre les juifs anglais à Londres pendant le couronnement du roi Richard (3 septembre 1189)19. Sans doute des nouvelles de cet événement traversèrent vite la Manche. Il ne nous reste aucune source décrivant la réaction des juifs normands à ces premiers bruits. Mais peu de temps après, un dignitaire juif qui avait lui-même probablement assisté au spectacle, arriva à Rouen.

  • 20 Voir H.G. Richardson, The English Jewry under Angevin Kings, p. 162-163.
  • 21 Matthieu de Paris et d’autres chroniqueurs affirment que des juifs se précipitèrent à Londres pour (...)
  • 22 Ibid., p. 287-288. Il est possible que Richard lui-même ne se soit pas trouvé à Rouen à ce moment. (...)

7Il s’agit d’Isaac fils de Rubigotsce, qui demeurait principalement à Londres. Nous pouvons supposer que lors du déclenchement des hostilités pendant le couronnement, Isaac craignit de perdre les privilèges octroyés à son père, et avec eux ses biens anglais. Ces hostilités suivaient plusieurs lourds impôts levés sur la juiverie anglaise entre 1186 et 1188, y compris l’exaction du quart des possessions des juifs de Londres20. Pourtant il n’est pas fait mention d’hostilités troublant les rapports entre les juifs normands et le reste de la population de Normandie à l’époque. Rien n’indique même qu’ils devaient participer au financement de la troisième Croisade - comme devaient le faire leurs coreligionnaires en Angleterre. Mais de nouveaux assauts contre les juifs anglais à Lynn, Norwich et ailleurs, au début de 1190, quelques mois après le couronnement de Richard pour lequel Isaac serait resté à Londres21 - auraient aggravé les soucis du fils de Rubigotsce concernant l’avenir de la juiverie d’Angleterre. Ou bien après le couronnement, ou bien peu après les attaques à Norwich et à Stamford (6-7 mars 1190), Isaac se rendit à Rouen où, à l’époque, on protégeait les droits historiques des juifs avec soin. Cependant Richard, qui après son couronnement était encore parti d’Angleterre (11 décembre 1189) convoqua sa mère, ses frères et ses premiers ministres à une ultime réunion avant son départ à la Croisade22. Guillaume de Longchamp, archevêque d’Ely et Chancelier jouissant de la confiance du roi, y assista, et Richard le nomma Premier Justicier pour la durée de son absence d’Angleterre. A Rouen le 22 mars 1190, Guillaume présenta à Isaac de la part du roi la charte des privilèges royaux qui réaffirme les droits octroyés à la famille de Rubigotsce par Henri II (voir chap. v, p. 137 sqq.). Il semble qu’Isaac avait suivi Richard en Normandie pour lui demander la nouvelle déclaration en considération des événements d’Angleterre. Suivant de si près ces attaques, la charte se montra sans doute valable, non seulement pour lui et sa famille, mais aussi pour les juifs de tout le domaine, en faveur desquels Isaac pouvait la citer comme preuve des droits juifs institués dans le royaume Plantagenêt.

  • 23 Richard avait été fait prisonnier en Autriche en revenant de la troisième Croisade : c.e.g. S. Runc (...)

8La situation n’était pas toujours calme dans la capitale. En 1192 une lutte qui menaçait depuis longtemps, éclata entre la commune et le chapitre ecclésiastique. Par la suite (25 novembre 1192) le pape Célestin III soumit la commune à un long ban (voir les détails dans Chéruel, op. cit., p. 39-44). Malgré ce ban, la violence entre les deux groupes éclata encore pendant la semaine de Pâques de 1193. L’invasion de la Normandie par Philippe Auguste vers la fin d’avril, 1193, mit momentanément fin à ces disputes. Rouen fut assiégé, puis libéré par les forces de Robert, Comte de Leicester, chargé de protéger la ville durant l’absence de Richard ; et l’armée de Philippe se retira dans le domaine royal (Chéruel, ibid., p. 44-46). La commune et les chanoines reprirent leur lutte, et le ban du pape entra de nouveau en vigueur23.

  • 24 Voir Norgate, op. cit., II, p. 364 et note 8 ibid. Les sources qui citent ce fait ne sont pas les m (...)

9Nous ne savons rien des vicissitudes particulières de la vie des juifs rouennais pendant cette période agitée. Puisque le ban ecclésiastique ne les touchait pas directement, il est bien probable qu’ils servaient à l’époque d’élément stabilisateur sur l’économie de leur ville. Et sans doute Richard était-il instruit de la condition économique favorable des juifs à Rouen et ailleurs en Normandie. Rentré en Angleterre pour deux mois seulement (13 mars-12 mai 1194), il confia les affaires d’état à Hubert Walter. Puis il passa la Manche pour s’occuper de la menace permanente posée à la Normandie par le roi de France, qui avait de nouveau mis le siège devant Rouen (début mai 1194), avant de se retirer plus au sud pour assiéger Verneuil24.

  • 25 Par contre Wm. Stapleton affirme que cette première taille « avait été levée sur les juifs de Norma (...)
  • 26 Voir C. Roth, A History of the Jews of England, p. 16-17.
  • 27 Il y a sans doute une référence à cette taille dans Mem. Rolls I John, memb. 13 c. (éd. Richardson, (...)
  • 28 Ce texte ne signifie pas que Joscelin remit la somme en son nom personnel, mais qu’il le tenait de (...)
  • 29 Voir Richardson, English Jewry under Angevin Kings, p. 162-163 ; Roth, History of the Jews in Engla (...)
  • 30 Cette estimation est très basse dans la mesure où, au moment de l’expulsion des juifs de l’Angleter (...)
  • 31 Voir p. ex. H.C. Richardson, The English Jewry under Angevin Kings, p. 111 : « Nous ne pouvons guèr (...)

10Or, pendant la guerre qui s’ensuivit, et qui dura jusqu’à la mort de Richard en 1199 dans le Limousin, le roi anglais était à court d’argent (ainsi que de chevaliers) pour accomplir ses projets militaires (Norgate, op. cit., p. 349). Même les grosses sommes qui le suivaient régulièrement d’Angleterre (ibid., p. 374) ne répondaient pas à ses besoins. C’est pourquoi une taille spéciale fut levée à l’époque sur les juifs de Normandie25. De tels impôts avaient été infligés aux juifs anglais dès 115926, mais restèrent, il semble, inconnus en Normandie jusqu’en 1194. Cette année-là, ou l’année suivante, on fixa un montant de mille marcs d’argent « comme taille sur les juifs de Normandie » (talliatis super Judaeos Normanniae, Grands Rôles I, p. 41 ; TYR, p. 188)27. En outre on ajouta a cette taille une amende de deux mille livres (GR, p. 74 ; TYR, ibid. : « de fine Judaeorum Normannie de 2 000 lib. ») - une surtaxe unique ayant peut être rapport avec la rançon de 150.000 marcs, amassée partout dans le royaume Plantagenêt, et fixée par Henri VI comme prix du rachat de Richard en captivité. Au Vaudreuil en 1198, Joscelin de Beaumont remit 8 livres 25 sous « de taillagio Judaeorum » (GR, p. 76 ; TYR, ibid.), donc l’usage continuait alors28. Il allait persévérer jusqu’à la fin de la domination Plantagenêt en Normandie. Pourtant la somme annuellement levée, contraste avec le montant énorme des 60.000 livres exigées des juifs anglais à Guildford en 1186, et d’autres grosses sommes qu’ils durent payer entre 1168 et 118929. S’il n’y avait que dix mille juifs dans tout le duché de Normandie vers la fin du XIIe siècle et parmi eux, entre deux et trois mille soutiens de famille30, les montants de la taille normande ne semblent pas excessifs. Etant donné ce chiffre minime de population, même la somme totale de 1195, y compris les 2 000 livres de l’amende qu’on y ajouta, ne représente qu’une seule livre pour trois ou quatre juifs. Chose étrange, il n’est pas fait mention de tailles sur les juifs anglais depuis 1195 jusqu’à 1204, à part une somme de quatre mille marcs en 1201, pour la confirmation de leurs chartes de liberté (voir chap. v, p. 142). Le décalage manifeste d’attention, Angleterre → Normandie et après 1195, semble le reflet d’un changement dans la politique de l’Etat envers les juiveries du deuxième pays. Avant 1195, les rois anglais répugnaient évidemment à imposer des taxes spéciales aux juifs normands, sans éprouver de scrupules envers ceux d’Angleterre, du moins à partir de 1159 (Roth, op. cit., p. 17-18). Mais les guerres que faisait Richard après son retour de Croisade, de même que les efforts de Jean, eurent lieu presque entièrement sur les parties continentales du royaume Plantagenêt, et surtout en Normandie. Au fur et à mesure que s’accroissait la pression de Philippe Auguste sur le duché, la Couronne en arrivait à décider que les habitants juifs de la Normandie devaient payer leur quote-part - et cela malgré leur droit, acquis depuis longtemps, d’exemption d’impôts spéciaux. Ce privilège prenait sa source historique bien plus profondément en Normandie qu’en Angleterre31, mais il ne se montra pas efficace pendant les dernières années de la lutte de l’Angleterre pour ne pas perdre sa terre-sœur outre-Manche.

  • 32 Voir Stapleton, Magni Rotuli I, p. 168 ; TYR, p. 80. Dans sa discussion de ce document, Stapleton ((...)
  • 33 Sur les institutions anglaises qui semblent s’être développées pendant le XIIIe siècle à partir du (...)

11Nous avons peu de nouvelles importantes des juifs rouennais pendant les quatre dernières années de Richard-Cœur-de-Lion, mais il reste assez de témoignages dans les archives pour indiquer que leur vie économique garda ses dimensions normales, malgré le poids plus lourd des impôts et d’autres conséquences de la guerre intermittente. Cela se voit, par exemple, d’après une liste de procès intentés par des plaignants juifs devant la cour de l’Echiquier normand peu après le retour de Richard en Normandie. Le texte dont il s’agit se trouve parmi les articles inscrits sur la troisième membrane d’un « pipe role » de 1195 - l’un des rares qui, rapportés en Angleterre par l’entourage de Jean-sans-Terre à la veille de la chute de la Normandie, réchappèrent des luttes entre Philippe Auguste et les rois Plantagenêt. Cet enregistrement de procès suit le compte remis par Guillaume de Longchamp des « perprestures dans la vallée de la Seine depuis le pont de Rouen jusqu’à Moulineaux » - ce dernier à une distance de seulement quinze kilomètres au sud-est de Rouen, sur la rive gauche de la Seine32. Il est donc évident que les procès enregistrés sont ceux de l’Echiquier de Rouen - comme l’attestent aussi les noms de certains des plaideurs juifs. Que les procès soient intentés à l’Echiquier même, indique qu’à l’époque le gouvernement ne fournissait pas de tribunal spécial pour les affaires juives en Normandie, comme il le fera plus tard en Angleterre33. Tout au plus pour traiter de ces affaires y avait-il des audiences spéciales de l’Echiquier ordinaire, où les plaideurs pouvaient prêter serment sous une forme juive.

  • 34 En 1194 et aussi en 1208, le comte de Meulan était Robert, fils de Waleran. Voir Delisle, Cat. des (...)

12Le document, qui comprend sept cas de créanciers juifs et débiteurs chrétiens, n’a trait qu’aux droits payés par les juifs pour recouvrer les créances. Premièrement, nous apprenons que Moïse (Mouse) b. Jacob, a payé 40 sols « pour le redressement d’une créance (qu’il tient) contre le Comte de Meulan »34. Le prochain article se rapporte à un certain Samuel - apparemment créancier rouennais bien connu dont le nom n’a pas besoin d’une définition supplémentaire - qui a payé un droit de vingt shillings pour recouvrer sa créance contre Robert de Vernon. Puis suivent les enregistrements de paiements, d’un demi-marc par Samuel b. Abraham pour récupérer une créance des héritiers d’Osbert de Préaux ; de trente livres par deux créanciers appelés tout simplement « Bendin et Jacob », pour recouvrer une dette de Guillaume de Sotteville ; de cent shillings par « Jacob le Juif » pour faire rentrer ce que lui devait le même Guillaume ; d’un marc d’or par Yossi b. Abraham pour un cas semblable touchant Richard de Vernon et Guillaume de Bouvaincourt (près d’Abbeville) ; et de six livres par la même partie pour recouvrer ce que lui devaient Guillaume de « Trubleville » et Thomas de « Briecho ». Cette liste de paiements à l’Echiquier est suivie par l’enregistrement d’un autre de cent marcs par un certain Isaac « pour le redressement d’une certaine maison contre son frère ».

  • 35 Voir p. ex. H. Gross, Gallia Judaica, p. 501-502 ; R. Chazan, Medieval Jewry in Northern France (Ba (...)
  • 36 Un certain nombre de ces procès semblent reparaître dans un enregistrement de 1198 (voir Lechaudé d (...)

13Une étude de ce document nous révèle plusieurs faits intéressants. Ce qui est remarquable, c’est le prêt de fonds au Comte de Meulan par Moïse b. Jacob. Des membres de la noblesse empruntaient souvent de l’argent aux juifs, en France de même qu’en Normandie et en Angleterre. Mais dans le cas qui nous intéresse, un contrat est passé entre un comte qui habite dans une ville à l’intérieur du Domaine Royal au nord-ouest de Paris, et un juif qui habite dans la capitale de Normandie - et cela pendant une période de tension aggravée entre Philippe Auguste et Richard. Pourtant il faut rappeler que de 1182 à 1198, Philippe Auguste a banni les juifs de Paris et des autres villes de son domaine35. Sans doute l’emprunt d’argent à l’intérieur du Domaine devint un problème grave pendant cette période, et ceux qui manquaient de fonds, pour financer leur participation à la Croisade ou pour une autre raison, devaient les chercher dans d’autres régions. Comment et selon quelles conditions était conclu ce genre d’emprunt entre le Domaine Royal et la Normandie, reste un mystère, faute de documents. Le roi d’Angleterre, en sa qualité de duc de Normandie, n’était vassal du roi de France que de manière formelle, et dans le cas en question on ne peut savoir de quelle manière l’Echiquier normand, de la part de Moïse b. Jacob, procéda pour récupérer la créance contractée par la cour. D’autres emprunteurs cités dans le document venaient d’endroits en Normandie tant proches que loin de Rouen, et un seul - Osbert de Préaux - de Touraine (mais il est possible qu’à un moment donné ce dernier personnage se soit installé en Normandie). Des prêteurs cités dans le document, Jacob (Jacob Judaeus) apparaît comme une personne de qualité importante à Rouen en 1199 et en 1202 (p. 272, 279), et Samuel b. Abraham, semble être identique à la personne ainsi nommée qui apposa sa signature en hébreu à un acte de renonciation parachevé en latin à Rouen vers la fin du règne de Jean-sans-Terre en Normandie (p. 285)36.

  • 37 Voir le procès de Deulebenie de Laigle contre Meïr de Bernay (Magni Rotuli, p. 315) et celui de Deu (...)

14Cependant, le procès le plus insolite de ce document, c’est celui entre un certain Isaac et son frère, concernant une maison pour laquelle Isaac a dû payer cent marcs d’argent à l’Echiquier. Il est frappant dans la mesure où, selon toute apparence, les deux parties auraient à juste titre pu intenter leur procès devant le tribunal juif à Rouen, plutôt qu’à l’Echiquier. Nous connaissons quelques autres cas de procès de ce genre, où seuls des juifs sont impliqués dans un procès devant l’Echiquier37. De temps en temps il arrivait dans d’autres pays aussi que des plaideurs juifs opèrent leurs recours devant des tribunaux non-juifs, mais cet usage n’était jamais que l’exception au moyen âge, et les autorités juives le désapprouvaient. Malheureusement, les cas exceptionnels qui ont subsisté ne peuvent rien nous apprendre sur la taille de la population juive médiévale de Rouen ou de Normandie : mais ce calcul est surtout rendu difficile par la perte totale des enregistrements légaux formulés en hébreu par les communautés juives qui demeuraient dans le duché.

3. Le règne de Jean-sans-Terre

  • 38 Voir Lechaudé d’Anisy, Grands rôles II, p. 18, 40, 46, 68, 69 ; Richardson, English Jewry under Ang (...)
  • 39 Chéruel, Hist. de Rouen, p. 56 ; Norgate, England under the Angevin Kings II, p. 383-387.
  • 40 Comme Stokes le fait remarquer (Studies in Anglo-Jewish History, p. 24), un article dans la charte (...)
  • 41 Voir Th. D. Hardy, « Itinerary of King John » dans A Description of the Patent Rolls in the Tower o (...)
  • 42 La charte originale est perdue, et la copie publiée par Th. D. Hardy, Rotuli Chartarum I (Londres, (...)
  • 43 Ces deux derniers éléments caractérisent les chartes par opposition aux lettres patentes. Voir Th. (...)
  • 44 Voir Chart. I John, 1re partie, n. 50, rot. 28 ; Prynne, A Short Demurrer, ii, p. 4 ; Tovey, Anglia (...)

15Bien que quelques enregistrements dans le rôle d’Echiquier subsistant de 1198 aient trait à des actions commerciales de certains des juifs du duché38, rien ne reste en ce qui concerne ceux de Rouen pendant les trois dernières années du règne de Richard. Sans doute croyaient-ils avoir peu à craindre de Philippe Auguste et ses armées pendant la durée de la vie de leur protecteur redouté. Pourtant, atteint par une flèche égarée au siège de Chalus, Richard est mort le 6 avril 1199. Son cœur embaumé fut remis dans un cercueil en argent et en or à la cathédrale de Rouen39. C’est là que l’archevêque Gauthier investit Jean en tant que Duc de Normandie le 25 avril : retourné en Angleterre, il reçut la couronne le 27 mai ; et le 20 juin il rentra en Normandie, duc et roi. Profitant certainement d’une accalmie dans la guerre franco-Plantagenêt (cela commença par une trêve de trois semaines entamée le 24 juin), Jacob de Londres (Jacobus Judaeus de Londonii), qui servait alors d’« archiprêtre » des juifs anglais, traversa la Manche pour demander au nouveau monarque à Rouen la confirmation de son office. Le roi la donna sous la forme de la charte40 discutée ci-dessus (chap. v, p. 135-136), que Jacob reçut le 31 juillet 1199, pendant l’une des nombreuses visites que fit Jean à la capitale cet été là41. Des membres de la suite du roi42 attestèrent ce document, de même que les autres chartes royales de l’époque. L’archevêque Hubert de Cantorbéry, qui remplissait alors les fonctions de chancelier, le remit à Jacob43. Une lettre de sauf-conduit, adressée à tous les fidèles du roi « et de l’autre côté de la mer, et de ce côté-ci », fut promulguée à Rouen le même jour44. Dans cette lettre le roi ordonna que Jacob, « notre ami intime et bien-aimé », soit protégé, avec tout ce qui lui appartenait, dans toute ville ou endroit où il se trouverait en voyage.

16Nous savons que Jacob rentra à Londres après la confirmation de son office, par une attestation personnelle qu’il y fit pendant la session de la Saint-Michel en 1199 (Memoranda Rolls I Jean, p. 72). Pourtant un personnage du même nom - Jacobus Judaeus - apparaît à Rouen trois ans plus tard, en tant que chargé de la levée de la taille de 1202 (voir ce chapitre, p. 279). Il est donc possible que le roi l’ait pressé de remplir ce rôle en face de l’aggravation des conditions en Normandie. Il n’est pas fait mention dans les textes latins de l’époque, du dirigeant principal des juifs en tant que tel. Ses fonctions s’unissaient-elles en une seule et même personne à celles de l’« archiprêtre » du judaïsme anglais, à cette étape des événements en Normandie ? Le détachement du duché de l’Angleterre en 1204, avec la séparation politique qui suivit entre le judaïsme anglais et celui de Normandie, ne permet pas de répondre. Les sources latines ne nomment jamais Pereç b. Menahem, ni son fils Menahem Vardimas, qui apparaissent dans les documents hébreux en tant que personnalités juives éminentes de Rouen pendant les trente ou quarante dernières années du XIIe siècle ; nous ne savons rien de leurs rapports avec les rois Plantagenêt.

  • 45 Norgate, England under the Angevin Kings II, p. 394 ; Hardy, Itinerary of King John, 22 sept. ff., (...)
  • 46 L. Delisle, Cartulaire normand (Caen, 1852), p. 10-11 (fondé sur une copie datant de la première mo (...)

17A l’automne 1199, pendant que Jean recevait la reddition du Mans et occupait cette ville45, on promulguait à Rouen (29 septembre) un document qui réglementait la mouture du grain et la vente du pain dans la capitale, pour les habitants comme pour les non-résidents. (Le droit de propriété des moulins royaux de Rouen était déjà passé du roi à l’archevêque de la ville.) L’accord stipula, parmi d’autres choses, que désormais « tous ceux (des vendeurs de pain) qui viennent par la mer à Rouen, et les juifs, doivent payer les aumônes (elemosinas) et les droits (feuda) fixés par le roi, du meilleur fruit des moulins »46. C’étaient évidemment des paiements en nature. La signification économique de l’acte dans son ensemble n’est pas tout à fait claire : on peut se demander si les mots « et les juifs » se réfèrent seulement à des juifs venant par la Seine (et = même) ou plutôt à tous les vendeurs juifs de pain, y compris ceux de la ville même. En tout cas il est peu probable que les juifs de la région eussent été mentionnés dans l’accord, s’ils n’avaient pas constitué une fraction importante de la population, dont l’armée de Jean en Normandie pouvait tirer profit en nature.

  • 47 Voir Chéruel, op. cit., p. 79-80. Hoveden affirme que « presque toute la ville » fut détruite par l (...)
  • 48 Voir Chéruel, ibid., p. 79-80. L’emplacement du château des ducs de Normandie est indiqué dans R. H (...)

18La prospérité des Rouennais fut passagèrement stoppée par les ravages de l’incendie du 9 avril 1200 - qui détruisit la cathédrale et une grande partie de la ville47 - et d’un autre grand incendie qui eut lieu six mois plus tard seulement, s’étendant des environs de la Porte de Robec (aux extrémités Est) et dévorant une grande partie de la région basse de la ville. Il endommagea aussi le château de Jean48. Cependant, la zone de destruction ne semble pas avoir compris le quartier juif, situé à l’ouest et au nord du secteur principal du sinistre. En tout cas, un arrêt dans le rythme de la vie juive rouennaise à l’époque n’est pas sensible. Comme nous le constaterons ci-dessous, l’activité des savants juifs continuait sans trêve au début du siècle. A en juger par les quelques documents subsistant, les affaires commerciales normales conservaient toute leur importance à peu près constamment.

  • 49 Voir Lechaudé d’Anisy, Grands rôles I, p. 104 : « Joscy filius Isaac de Rothomago dat Domini Regi u (...)
  • 50 Voir Lechaudé d’Anisy, op. cit., p. 25 : « (Willelmus de Malapalet reddit compotum de)... Josce Jud (...)
  • 51 Voir le texte de sa nomination en tant qu’« archevêque » dans Stokes, Studies, p. 244 ; et la discu (...)
  • 52 Richardson, Eng. Jewry, p. 84, indique que la confirmation de Richard-Cœur-de-Lion à Henri de Gray (...)
  • 53 Voir Th. Duffus Hardy, éd., Rotuli de Liberate ac de Misis et Praestitis Regnante Johanne (Londres, (...)

19Ainsi, pendant l’année même des incendies nous trouvons Yossi b. Isaac de Rouen qui paye au roi un marc d’or « pour recouvrer sa créance de Guillaume de Mortemer »49. Plus tôt, en 1198, c’est apparemment ce même Yossi qui avait payé trente besants à la couronne à Rouen pour recouvrer une créance que lui devait le Comte d’Auge50. Puisque le texte de 1200 appelle Yossi spécifiquement Joscy filius Isaac de Rothomago, sa relation avec la ville ne fait aucun doute. Et le fait qu’il traitait avec la noblesse normande indique que lui-même était un personnage d’importance et d’une richesse considérable. La coïncidence du nom, de l’endroit et des circonstances ne peut laisser de doute que c’était le petit-fils de Rubigotsce. Il allait lui-même devenir archiprêtre du judaïsme anglais en 120751. Comme son père, Yossi aurait souvent fait l’aller et retour de Rouen à Londres avant que les Français prennent la Normandie. En 1195 il avait vendu à Henri de Gray le domaine de Thurrock en Essex (domaine qu’Isaac avait acheté au Comte de Ferrars pendant le règne d’Henri II) et était assurément allé en Angleterre pour conclure ce marché52. Pourtant au fur et à mesure que la situation en Normandie empirait pour le roi Jean, Yossi et d’autres juifs qui tenaient des propriétés et en Angleterre et en Normandie se seraient de plus en plus inquiétés de leurs biens dans le duché. Il semble que la charte de libertés que Jean octroya en 1201 et adressa à tous les juifs d’Angleterre et de Normandie (chap. v, p. 137 sqq.) ne fit pas que contenter le penchant du roi à réaffirmer les actes de ses aïeux. Elle devait avoir pour but d’assurer aux juifs propriétaires en Normandie que leurs droits seraient maintenus malgré les ennuis militaires qui accablaient le roi. Mais avant 1203 sa situation dans le duché était devenue précaire, et Jean fut obligé, pour se procurer de l’argent, d’établir un impôt sur les juifs ou de les forcer à lui prêter les sommes nécessaires (voir p. 279 sqq.). D’après un enregistrement dans les Liberate Rolls nous pouvons supposer que des juifs étaient parfois contraints de vendre leurs propriétés pour payer de l’argent à Jean pour les tailles, ou pour d’autres raisons. Cela se passa en 1203 dans le cas d’Abraham fils de Muriel et sa mère : lors d’un séjour à Rouen (le 12 novembre), Jean informa ses fonctionnaires qu’il considérerait des procès imminents et légitimes des deux juifs « pour ce qui est de la vente de leurs maisons et terrains et en Normandie et en Angleterre pour rembourser la créance qu’ils nous doivent »53.

  • 54 Voir Hardy, Rotuli Chartarum, p. 105 ; TYR, p. 70-74, 187. L’endroit se trouve au bord de la Seine (...)

20La même année, apparemment se rendant compte des problèmes qui surgiraient pour lui et pour d’autres dans l’éventualité d’une séparation politique entre la Normandie et l’Angleterre, Yossi b. Isaac vendit les derniers de ses biens dans le quartier juif de Rouen à des juifs qui y résidaient en permanence. Les détails de la vente se trouvent dans une charte royale de confirmation, signée le 11 juin au Pont-de-l’Arche54 :

Sachez que nous avons concédé et, par celle-ci notre charte, approuvé à Yossi et à Brun, fils de Bonnevie, juifs de Rouen, et à leurs héritiers, la vente équitable que Yossi, fils d’Isaac, leur a fait de toute la possession (de toto tenemento) qui appartenait au Rabbi Yossi à Rouen, dans la rue aux Juifs (Vicus Judaeorum), et que le dit Yossi avait et devait avoir du patrimoine d’Isaac son père ; comme elle (c’est-à-dire la possession) est située et avec toutes ses appartenances et dépendances (cum omni proprisio), et comme elle s’étend, entre la rue aux Juifs et la terre qui était à Jean de Saint-Candide, et entre la terre du sus-dit Brun que lui avait vendu le dit Yossi, et la terre qui appartenait à Abraham f. Rabbi, avec tout le bâtiment et ses appartenances et dépendances. Nous avons aussi concédé et approuvé aux sus-dits Yossi et Brun tous les autres achats équitables, de terres de même que d’autres choses, qu’ils ont fait au sus-dit Yossi ; et qui seront tenus par eux et par leurs héritiers, bien et en paix, librement et tranquillement, entièrement, pleinement et honorablement, pour ce qui regarde tout endroit et toute chose (sus-dite), avec toutes leurs libertés et libres usages, comme l’affirment raisonnablement les chartes faites entre eux.

  • 55 Le texte original porte l’abréviation de Gaufrid plutôt que celle de Gauthier, mais on ne connaît p (...)

21La charte fut attestée par G(uillaume), Comte de Salisbury, G(uillaume), Comte de Ferriers, Guillaume de Briouse, Gauthier55 de Saucei, Roger de Tosny, et Robert de Harcourt ; et fut octroyée « par la main de Jean de Brancaster, l’archidiacre de Worcestershire, au Pont-de-l’Arche, le 11 juin de la cinquième année (du règne de Jean) » - c’est-à-dire 1203.

  • 56 L’arbre généalogique suivant, établi par Stokes, Studies in Anglo-Jewish History, p. 26, illustre l (...)
  • 57 La maison fut vendue par Philippe Auguste à Jean de Gournai en 1221. Voir Lechaudé d’Anisy, Grands (...)

22Elle est importante non seulement parce qu’elle indique que des juifs anglais propriétaires en Normandie avaient commencé à pressentir un changement de leur sort, mais aussi à cause de ses descriptions des diverses propriétés citées. Le terrain vendu par Yossi appartenait à sa famille depuis au moins son grand-père Rubigotsce. Cependant il était bordé des deux côtés par d’autres propriétés possédées jadis par la famille - d’un côté une parcelle d’Abraham fils de Rubigotsce56 (la charte ne dit pas qui la possédait au moment de la vente), et de l’autre encore une parcelle vendue par Yosi à Brun fils de Bonnevie à une date antérieure. Du troisième côté du terrain, selon la charte, se trouve la rue aux Juifs, tandis que du côté opposé se situe une parcelle de terrain appartenant à Jean de Saint-Candide - évidemment un propriétaire non-juif. D’une source différente nous savons qu’adjacent à une propriété de Yossi fils de Bonnevie était une maison qui appartenait à la juive Viette de Caudebec, et que bordait du côté opposé un terrain possédé par Matthieu-le-Gros - un non-juif comme Jean de Saint-Candide57.

  • 58 Voir le texte cité par Chéruel, Hist. de Rouen, p. 263, note 1, et la citation verbale ci-dessus, p (...)
  • 59 Voir Archives départementales de la Seine-Maritime, Fonds de Saint-Ouen, 14 H 20 fol. 110 vo : « Om (...)

23Un autre non-juif qui possédait un terrain contigu au quartier juif pendant la période angevine, était le comte de Leicester, dont le fief à Rouen se situait « en la paroisse Notre-Dame-de-la-Ronde, à la porte de Machacre »58 - c’est-à-dire, dans une zone assez loin du sud de la rue aux Juifs. A l’Est du fief de Leicester se trouvait l’église de Notre-Dame-de-la-Ronde. Au nord de celle-ci, du côté sud de la rue aux Juifs, était la parcelle de terrain appelée au XIIIe siècle « la terre de Bonnevie le Juif »59 - c’est le père de Yossi et de Brun qui, par l’achat de terrains appartenant à la famille de Rubigotsce, augmentèrent leurs possessions dans le quartier juif de Rouen. (Voir Diagrammes A et B, p. 280-281).

24Nous avons vu ci-dessus la grandeur et l’élégance de la maison familiale de Bonnevie, découverte en 1982 (chap. I, p. 20-21 et fig. 8-10). Cette famille était de toute évidence la famille juive la plus riche dominante à Rouen d’un point de vue économique à la fin du XIIe siècle. C’est évidemment pour cette raison qu’on trouve que Brun fils de Bonnevie fut le seul juif rouennais emprisonné par Philippe Auguste au Châtelet après la conquête de 1204 (voir chap. X, p. 289).

25Des propriétés juives indiquées dans les textes subsistants, il est bien probable que la parcelle appartenant à Yossi f. Bonnevie, et bordant d’un côté la maison de Viette de Caudebec, est identique à celle vendue par Abraham f. Rubigotsce à un acheteur inconnu quelques années avant 1203. La parcelle que vendit Yossi, petit-fils de Rubigotsce, en 1203, fut achetée par les deux fils de Bonnevie, Yossi et Brun, et d’un côté de cette parcelle se situait une autre vendue antérieurement à Brun f. Bonnevie tout seul. Il semblerait donc que l’achat fait en 1203 par ces deux frères riches (à leurs propos voir aussi chap. x, p. 289) remplit le but qu’ils se proposaient, d’avoir une propriété en commun, située entre deux parcelles possédées chacune par l’un d’eux séparément. Les trois parcelles que vendirent par intervalles Abraham et son neveu Yossi avaient apparemment composé une seule grande propriété de Rubigotsce. Isaac en avait hérité les deux tiers, Abraham le troisième. Puis Yossi, le fils d’Isaac, vendit ses parcelles à deux reprises. D’après la charte, les fils de Bonnevie ont fait aussi l’achat d’autres terres ainsi que « d’autres choses » à Yossi fils d’Isaac en même temps que les achats susmentionnés. (Voir Diagramme B ci-dessous, p. 281).

  • 60 Voir Grands rôles I, p. 109 ; Rot. Norm., p. 57 ; TYR, p. 80 : « Mandatum est Ricardo de Vilekier q (...)
  • 61 Voir Grands rôles I, p. 117 ; Stapleton, Magni Rotuli II, p. 543, 547 ; TYR, p. 83, 89.
  • 62 Voir Th. D. Hardy, Rotuli litterarum, p. 25 : Rex, etc. Baronibus de Scaccario Cadom. etc. Sciatis (...)
  • 63 Voir Lechaudé d’Anisy, Grands rôles I, p. 126 : Rex, etc. Roberto de Veteri Ponte salutem. Mandamus (...)
  • 64 Voir Grands rôles I, p. 115 (Rouen, an. 1203) : Rex etc. Ricardo de Wilekier, etc. Sciatis quod qui (...)

26La vente de ce qui était les dernières parcelles de terre de Rubigotsce à Rouen, eut lieu à un moment d’aggravation de la pression militaire sur Jean en Normandie, qui obligea la couronne à augmenter ses exigences financières vis-à-vis des juifs de Normandie. En 1202, Jacob le Juif (apparemment la même personne que celle de ce nom discuté ci-dessus, p. 271-272) fut emprisonné à Rouen, pour n’avoir rendu que soixante marcs des trois cents qu’il devait pour la taille60. Si l’impôt total de cette année-là fut, comme auparavant, mille marcs pour tous les juifs normands, il est permis de supposer que les trois cents desquels Jacob était comptable, n’étaient que la partie de l’impôt levée sur la communauté juive de Rouen et de ses environs, c’est-à-dire, trente pour cent du total. En 1203, selon les rôles, la somme de la taille fut de mille livres61. Mais les troupes françaises étaient déjà proches de la victoire : en cette même année Jean emprunta (parmi d’autres sommes prêtées en même temps) huit cents livres angevines aux juifs de Rouen et de Pont-Audemer62. Deux autres juifs de Rouen, Bonechose et Joppin, y furent emprisonnés apparemment vers ce moment là. Il est à croire qu’eux aussi avaient failli au paiement de la partie de la taille dont ils devaient surveiller le recouvrement. Ils furent libérés - apparemment pour être transférés en Angleterre - suivant l’ordre du roi, le 16 octobre 120463. A ce moment Jean déchargea, en retour de services rendus pendant qu’il défendait la Normandie, plusieurs débiteurs de leurs obligations envers des prêteurs juifs. Plusieurs juifs rouennais se trouvent parmi les créanciers privés de leurs fonds : Brun et Yossi, fils de Bonnevie, une dame nommée seulement Gentill, Abraham de la scola de Rouen, de même que divers juifs anonymes « dans le bailliage de Rouen et de Pont-Audemer »64.

Diagramme A : L’emplacement de l’école rabbinique de l’hôtel de Bonnevie, et de l’église Notre-Dame de-la-Ronde

Diagramme B : Des propriétés dans une partie de la rue aux juifs et de la rue Courvoiserie au XIIIe siècle

27Il est clair que la guerre mit les juifs normands dans leur ensemble, dans une situation difficile et incertaine. Elle devait considérablement perturber leur liberté économique dans la capitale normande. Pourtant Jean, pendant cette même période, prêta son appui à quelques-uns d’entre eux pour le recouvrement de créances. Comme nous l’avons déjà indiqué (p. 275), il accepta en 1200 un marc d’or de Yossi b. Isaac de Rouen en échange de l’aider à recouvrer ce que lui devait Guillaume de Mortemer. En 1201 il ordonna aux baillis sous la surveillance de Durand de Pin, d’aider le juif Vivat de Chamboi à récupérer diverses créances (RL Pat., p. 3, c. 2) ; même très tard, en février 1204, le roi ordonna à ses officiers de ne perpétrer aucune injustice contre un juif de Veules (RL Pat., p. 39, c. 2 ; Delisle, Cartulaire Normand, p. 134).

28Pour réglementer les affaires juives en Normandie par rapport à l’Etat on nomma, pendant la dernière époque de la période Plantagenêt, certains fonctionnaires dont les noms et les titres apparaissent de temps en temps dans les rôles normands du règne de Jean. En 1203 Pierre de Préaux est cité comme celui chargé « des déshérences de Normandie et des juifs, sauf les juifs de Rouen et de Caen » (Hardy, Rot. Norm., p. 116). Dans un autre enregistrement qui date du même jour, Richard de Villequier fut préposé à cette fonction, apparemment pour remplacer Pierre. L’enregistrement de cette nomination dans les Patent Rolls nous rend son caractère assez évident :

  • 65 Ces mots et le passage qui suit, se réfèrent évidemment aux baillis, et non pas au sénéchal.
  • 66 Voir Rot. Pat., p. 30 (30 nov. 1203) et TYR, p. 83, note 213 : Rex etc. Senescallo et omnibus balli (...)

Le roi au sénéchal et à tous les baillis : sachez que nous avons donné à Richard de Villequier la garde des déshérences de Normandie et (la garde) des juifs - sauf les juifs de Rouen et de Caen - aussi longtemps que nous voudrons. Donc nous vous ordonnons65 de lui obéir en tant que gardien des déshérences et des juifs, et de lui faire parvenir les déshérences que vous avez à surveiller partout dans vos bailliages66.

  • 67 Voir en particulier J. Strayer, The Administration of Normandy under St. Louis (Cambridge, 1932), p (...)

29De ce passage il devient clair que Richard, comme, avant lui, Pierre tenait la position clef en Normandie pour le recouvrement des déshérences du duché, de même que pour celui des tailles et des autres sommes que devaient les juifs au roi. Les baillis étaient sous ses ordres chacun d’eux ayant la juridiction sur une région précise appelée un bailliage67 ; ce sont eux qui devaient recouvrer les sommes dans chacune de ces régions. Pourtant les raisons de l’exclusion de Rouen et de Caen de la grande région sous la garde de Pierre et de Richard ne sont pas claires. L’explication serait que les baillis de ces deux secteurs étaient responsables directement devant le roi du recouvrement et de la remise des sommes dues. Il est vrai qu’avant sa nomination en tant que gardien en novembre 1203, c’est apparemment Richard qui répondait, à Rouen, des créances dues aux juifs et, on peut le supposer, des créances que devaient les juifs au roi. Car en février de cette année-là c’est à lui, qui se trouvait dans la capitale, que Jean envoya dire qu’il avait libéré Matthieu de Bec des créances qu’il devait à plusieurs juifs de Mostrevilliers, Rouen, Lillebone et Caudebec (voir ci-dessus, p. 282 et note 64). C’est aussi à lui que le roi donna l’ordre de faire arrêter Jacob le Juif pour l’emmener à Robert de Vieuxpont à Rouen en 1202. D’autre part, c’était Guillaume Baldric (voir ci-dessous, p. 286) qui servait de « bailli des juifs » à Rouen en septembre 1202. Il paraît évident qu’à Rouen et à Caen, pendant le règne de Jean - sinon aussi auparavant - les responsabilités de ces « baillis des juifs » étaient suffisamment étendues et compliquées pour leur justifier un statut spécial. Mais, faute de textes pertinents nous ne pouvons dire précisément devant qui ils étaient responsables.

  • 68 Voir H.G. Richardson, Memoranda Roll... of King John, p. 79 : « Jacobus presbiter proposuit quod R. (...)
  • 69 Pour d’autres aspects de la carrière de Richard Silvain, voir Richardson, ibid., p. 208, note 6 et (...)
  • 70 Sur les montants de ces tailles, voir Richardson, ibid., p. 208-210.

30Bien que l’on trouve mention des noms de quelques autres administrateurs chargés par la couronne de s’occuper des questions relatives aux juifs de Normandie, leurs titres et l’étendue entière de leurs pouvoirs restent encore inconnus. Dans le cas d’Henri de Gray, il est permis de supposer que ce fonctionnaire normand avait autrefois eu quelques responsabilités envers les juifs dans la capitale, car c’est à lui que, pendant le règne de Richard, Isaac f. Rubigotsce devait payer mille marcs68, et la famille de Rubigotsce n’est liée avec aucune autre ville normande que Rouen. Dans le cas de Guibert de Marleiz (environ 1195), Rolf Labbé (environ 1198), Richard Silvain (environ 1201)69, et Richard de Fontenay (environ 1202), nous ne savons rien de leurs responsabilités dans les affaires juives sauf les rôles qu’ils remplissaient dans les levées des tailles pendant les années indiquées70. Aucune preuve ne lie ces fonctionnaires avec des sujets juifs ni à Rouen, ni à Caen. Il est probable que leurs devoirs vis-à-vis de la réglementation des affaires juives s’exécutaient dans le contexte général des responsabilités administratives au dedans de leurs diverses juridictions.

31Malgré les allusions au statut et à la situation économique des juifs rouennais à la fin de la période angevine, un seul acte légal qui les concerne survécut jusqu’à l’époque moderne. C’était un texte latin de quinze lignes et qui comprenait la signature en hébreu d’un certain Samuel b. Abraham - peut être identique à la personne de ce nom engagée dans le procès légal de 1195, discuté ci-dessus (p. 270). Cet acte de renonciation, conservé dans la bibliothèque municipale de Saint-Lô jusqu’en 1944 - date à laquelle les bombardements des alliés l’ont détruit - fut écrit en faveur d’un Radulf, fils de Jordan Taxo, et signifiait qu’il avait rendu toutes ses créances à Samuel. Les termes du document nous rappellent ceux des « starrs » anglais :

  • 71 Les trois caractères hébreux חיך sont une abréviation de l’expression hashém yinqōm dāmō, « que Die (...)
  • 72 Editions du texte original : voir Lechaudé d’Anisy, Grands rôles I, p. 203 : Golb, TYR, p. 187.
    Selo (...)

Je soussigné reconnais entièrement que Radulf Taxo, fils de Jordan Taxo, est débarrassé de toute dette et de tout gage qui ont existé dans le monde, à son père, à sa mère, à ses parents et à lui-même. Lui et ses héritiers sont débarrassés envers moi et mes héritiers, depuis la création du monde jusqu’à la fête de Saint-Michel, dans la quatrième année du premier couronnement de notre seigneur le roi Jean d’Angleterre, vive-t-il. Et si moi ou l’un de mes héritiers ou quelqu’un intervenant de ma part, présentions un document scellé, ni de cette dette ni de ce gage, (et qui datait) de, ou d’avant, cette même fête de Saint-Michel contre lui ou ses héritiers, par égard à lui ou à son père, sa mère ou ses parents - sachez qu’il serait nul et de nul effet, et faux. Ce que j’ai reconnu, je l’ai fait écrire en langue latine et l’ai signé pour que ce soit dans sa main en tant que garantie contre (la prétention) de n’importe quel homme ou femme. (en hébreu) Samuel fils du Nadib Abraham H.Y.D.71. Pourtant pour une corroboration plus forte, cela a été fait en présence du maire de Rouen d’alors, Radulf de Quilly, et signé par le sceau de la commune. Y témoignent Gaufrid abbé de Saint-Ouen, Stéphan de Longchamp, Matthieu-le-Gros, Radulf Groignet, Jean Luce et Guillaume Baldric, le bailli d’alors des juifs72.

32La fête de Saint-Michel de la quatrième année du règne de Jean correspond au 29 septembre 1202, quand le roi lui-même et son entourage se trouvaient à Alençon. L’acte était le texte original que devait garder Radulf Jordan et ses héritiers ; et la signature de Samuel b. Abraham suffisait pour certifier son authenticité. Cependant pour encore plus de sûreté, le maire et plusieurs dignitaires rouennais l’attestèrent. Leurs noms seuls, mais non leurs signatures, apparaissent dans l’acte : une copie comprenant ces signatures en était gardée, probablement, ou à l’échiquier, ou dans les archives de la ville pour certifier les déclarations de Samuel b. Abraham.

  • 73 Voir par ex. l’expression « il est débarrassé (de toute créance envers moi) depuis la création du m (...)

33Rien n’indique, dans la photographie de l’acte (voir fig. 34, et TYR, fig. 12), qu’il était la moitié inférieure ou supérieure d’un chirographe à l’origine plus long, mais il est probable que Samuel en garda une contrepartie ou un résumé en hébreu pour ses registres. La partie principale de l’acte suit une formule qui elle-même était vraisemblablement une traduction des expressions courantes d’un acte de renonciation hébreu - comme le premier éditeur s’en est lui-même aperçu (Lechaudé d’Anisy, Grands Rôles I, p. 203 ; voir TYR, p. 81, note 209) - pareil à plusieurs préservés parmi les « starrs » anglais73. Le document lui-même est le seul produit qui subsiste du genre de travail exécuté par « les scribes qui écrivent les chartes juives à Rouen », et qui recevaient régulièrement un paiement des coffres Plantagenêt (voir p. 260). Evidemment leur travail persistait en 1202, et était en fait nécessaire tant que continuait le commerce entre juifs et chrétiens dans la capitale normande.

34Que Samuel b. Abraham signe l’acte de son nom en hébreu et non en latin, n’est pas surprenant. En Normandie comme en Angleterre la culture hébraïque des juifs se maintenait avec force, et particulièrement dans les villes principales du duché et du royaume. Il est clair que cette culture ne se bornait pas à des sujets littéraires, mais avait un caractère vaste qui comprenait l’étude et la pratique de la loi juive, le culte religieux, la formulation d’ordonnances communales et régionales, et l’expression personnelle écrite, toutes choses qui se rédigeaient principalement en hébreu, plutôt qu’en latin ou en français. Sous l’autorité Plantagenêt cette culture fleurit comme elle ne l’avait jamais fait auparavant. Nourrie par des forces internes, elle allait persister dans le siècle suivant, malgré les obstacles que lui dresseraient les souverains français et l’Eglise de plus en plus hostile.

Notes

1 Voir Chéruel, Hist. de Rouen, p. 20-37 ; Mabire, Histoire de la Normandie (Paris, 1976), p. 158-161 ; W.L. Warren, Henry II (Berkeley, 1973), p. 241-296.

2 Chéruel, ibid., p. 15-19, et pièces justificatives, no 1, p. 241-246 (le vidimus de cette charte se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque municipale de Rouen). La charte se réfère à Henri seulement comme « Henricus dux Normanniae », ce qui poussa Chéruel à déduire qu’elle fut octroyée dès les environs de 1150, quand Henri était déjà duc de Normandie, mais pas encore roi d’Angleterre. D’autres affirment que les « Etablissements » ne furent accordés que vers 1170, voir p. ex. Mabire, Histoire de la Normandie, p. 160. Voir aussi A. Giry, Les établissements de Rouen (Paris, 1883), passim.

3 Voir Chéruel, ibid., p. 21-23, citant une charte d’Henri éditée par N. Brussel, Nouvel examen de l’usage des fiefs, II.

4 Editée par Chéruel, op. cit., p. 247-248.

5 Voir Chéruel, ibid., p. 24-30 ; H.W.C. Davis, England under Normans and Angevins (Londres, 1930), p. 251 ; W.L. Warren, Henry II (Berkeley, 1973), p. 125-136.

6 N. Périaux, Histoire sommaire et chronologique de la ville de Rouen (Rouen, 1874) fit l’erreur d’étendre l’expulsion par Philippe Auguste des juifs du Domaine Royal également à ceux de Normandie, laquelle, à l’époque, n’était pas sous souveraineté française. Voir ibid., p. 69 « 1182... Les juifs furent expulsés de la France par Philippe-Auguste, et le domaine s’empara de l’emplacement qu’ils occupaient à Rouen et dans lequel ils tenaient leur synagogue ; mais vers 1198, ce prince leur accorda l’autorisation de rentrer dans le royaume, moyennant le paiement de sommes considérables. » Périaux semble avoir emprunté cette idée fallacieuse à F. Farin, Histoire de la ville de Rouen I (Rouen, 1731), p. 69 : « l’an 1181. Après que les juifs eurent été chassés de Rouen par Philippe-Auguste, le lieu où ils tenoient leur Synagogue, commença à être appelé le Clos aux Juifs... » Voir la même erreur dans Th. Cook, The Story of Rouen (Londres, 1928), p. 90.

7 La protection accordée aux juifs par Henri est aussi constatée par Guillaume de Newberry (I, 280), qui remarque de plus (ibid., p. 313) qu’ils étaient protégés par Richard. Pour une autre allusion à la charte d’Henri II en faveur des juifs, voir James C. Robertson, Materials for a History of Thomas Becket IV (Londres, 1879), p. 148 : « Pour les juifs aussi, selon la loi (qui leur a été) octroyée, leur serment est la fin de tout procès, civil ou criminel. Vous semblerait-il indigne, mon seigneur le roi, que le clergé soit honoré d’un privilège donné aux laïques et aux juifs ? »

8 Voir Lechaudé d’Anisy, Grands Rôles I (Paris, 1845), p. 43 : « Clericis qui transcripserunt cartas Judeorum apud Rothomagum 27 sol. 6 den. per... brev. (Régis)... In liberatione clericorum qui transcripserunt cartas Judeorum apud Rothomagum 10 sol. per id. brev. » J’ignore l’existence de références à des paiements royaux pour l’emploi de copistes occupés à écrire des chartes juives dans le cas de toute autre ville normande, ou même française ou anglaise. Pourtant il est probable que l’usage était répandu, du moins dans les villes sous administration normande.

9 Voir des exemples de tels textes de la période Plantagenêt dans Abrahams, Stokes et Loewe, Starrs and Jewish Charters preserved in the British Museum, I (Cambridge, 1930), p. 24-25 (des années 1201-1203) et 118-119 (de Tannée 1182). Ces textes sont d’Angleterre, mais peuvent être considérés comme modèles des chartes juives rédigées tant en Angleterre qu’en Normandie pendant la période angevine. Les chartes accordées aux juifs anglais au cours du XIIIe siècle (nombreux exemples dans M.D. Davis, Shetarot (Londres, 1888) et Loewe et al., Starrs and Charters, vols. I (Cambridge, 1930), II et III (Londres, 1932) nous laissent mieux entrevoir le caractère de ces textes, dont les formulations ne semblent pas avoir beaucoup changé entre les XIIe et XIIIe siècles. A titre d’exemple, voir Lansdowne Charter no 667, de Tan 1280, reproduite dans Loewe et al., Starrs and Charters II, pl. XVI. Cette charte complète de 27 lignes, en hébreu, concernant la vente d’une maison à Norwich, n’est que la seconde moitié d’un texte à l’origine plus long, c’est-à-dire le chirographe. La première moitié comprenait la contre-partie en latin de la charte en hébreu ; l’ensemble étant divisé, la partie en latin fut remise à l’acheteur chrétien au moment de la vente. Des actes de ce genre devaient être rédigés par des copistes instruits. Il est évident que pour chacune de ces chartes on se servait de deux copistes, l’un pour le texte en latin, l’autre pour l’hébreu. Aussi les « Règles de Procédure » adoptées en Angleterre en 1194 (voir ci-dessous) firent-elles provision pour deux scribes pour chaque document. Voir Wm. Stubbs, éd., Chronica Magistri Rogeri de Houedene (Londres, 1870), p. 266, « unde duo scriptores habeant duos denarios » (à propos du paiement dû aux deux copistes de chaque carte juive). Le terme « starr » est la transcription anglaise du mot hébreu sheṭār, « document légal » ; il fut souvent utilisé dans des textes anglais légaux. - Exemples de tels documents en France : (1) Quittance de l’année 1206 faisant mention d’Aubervilliers et des « moines (et non pas ’gardiens’) de St-Victor », voir REJ IX (1884) : 64 ; (2) quittance de l’année 1234 écrite à Nantes et faisant référence au prieuré de Donges, voir REJ XIV (1887) : 80.

10 Beaucoup de chirographes et d’actes de renonciation subsistent en hébreu parmi les « starrs » d’Angleterre, les actes en latin qui enregistrent le même commerce n’étant que des contreparties. Dans des textes de l’administration normande datant des dernières années du règne du roi Jean sur la Normandie, les termes employés pour les divers documents légaux nécessités par le commerce entre juifs et gentils, ne sont pas toujours clairs ou précis. Dans un texte de 1202 les termes carta et chirographum sont utilisés au même plan : « et similiter plegios suos inde quietos et ei sine dilacione reddi faciatis cartam et cyrographum que predictus Judeus inde habet » (Lechaudé d’Anisy, Grands rôles I, p. 11). D’autres textes ne parlent que de « chartes et gages », ou de chartes sans se servir du terme « chirographe ». Le sujet entier a besoin d’investigations supplémentaires.

11 Il est probable que le même système prévalait en Angleterre aussi jusqu’à 1194, quand l’introduction des « Capitula Judaeorum » ou « chapitres à propos des juifs » parmi les « Règles de Procédure dans les Plaids », le changea. Ces règles - la « Forma procedendi » (Wm. Stubbs, ed., Chronica Magistri Rogeri de Houedine III, [Londres, 1870], p. 262-267) - furent promulguées sous la direction d’Hubert Walter peu après sa nomination comme Grand Justicier d’Angleterre. Dans ce texte le chapitre 24, qui s’intitule « Capitula Judaeorum », occupe 35 des 110 lignes imprimées, soit environ le tiers du document entier. Ce chapitre instaure « dans six ou sept endroits » - voulant dire, comme l’indiquent d’autres passages de la « Forma procedendi », des lieux en Angleterre mais non en Normandie - des bureaux pour la surveillance du commerce entre juifs et chrétiens. Une partie de chaque acte devait être gardée dans un coffre spécial surveillé par deux chrétiens, deux juifs et deux clercs qui seraient nommés à cette fonction en plus des deux scribes dont on avait besoin pour rédiger les actes bilingues. Les clercs auraient aussi un registre comprenant des copies de tous les actes. De plus on devait garder, en triple exemplaire, un registre des reçus de prêts. Pour ces particularités et détails de procédure convenant à l’obtention et au remboursement des prêts, voir le texte dans Wm. Stubbs, op. cit., III, p. 266-267 ; TYR, p. 185 ; traduction en anglais dans H.T. Riley, trad., The Annals of Roger de Hoveden, II (Londres, 1853), p. 338-339. Voir aussi TYR, p. 82 ; et Ch. Gross, « The Exchequer of the Jews of England in the Middle Ages », dans Papers Read at the Anglo-Jewish Historical Exhibition (Londres, 1888), p. 170-230. Il n’y a point de preuves de l’adoption de cette procédure en Normandie.

12 Selon Pipe Rolls N.S. XIII no 483, un « Benedict le Juif » attesta une charte de Richard Ier le 4 novembre 1197 à Talmont. Bien que Richardson (Memoranda Roll... of King John [Londres, 1953] p. xc, note 4) ne soulève aucune question à ce sujet, il est bien clair que Benedict était un converti.

13 Voir Chéruel, op. cit., p. 15 et suivantes. Sur l’organisation des communes et les méthodes par lesquelles les habitants des villes devenaient des burgenses (bourgeois), membres officiels des communes (appelés aussi homines de communia ou jurati communiae), voir en particulier A. Luchaire, Manuel des Institutions françaises (Paris, 1892), p. 378-391, 409-429.

14 Voir Chéruel, ibid., p. 30-31, 247-248. Le résumé de cette charte que donne Chéruel est le suivant : « Dans cette charte, Henry II garantissait aux bourgeois de Rouen leurs anciennes franchises, le monopole du commerce avec Irlande, propriété pleine et entière de leurs biens ; enfin, il déclarait que tous les plaids d’achats, de gages, de dettes ou d’héritages, auraient lieu dans Rouen, devant un tribunal composé de bourgeois (légitimos homines civitatis) et présidé par le bailli. » Pourtant ils devaient toujours donner au roi une modiation sur le vin et une taxe sur les produits des moulins et des boulangeries (« Et quod omnes terrae Rothomagenses... sint solutae et quietae ab omni consuetudine, salvis modiationibus vini et redditibus de molendinis et bolengariis », voir le passage dans Chéruel, ibid., p. 247-248).

15 Voir A.L. Simon, The History of the Wine Trade in England, I (Londres, 1906), et le texte dans la deuxième charte d’Henri II en faveur de Rouen (Chéruel, op. cit., p. 248) : « et quod nulla navis moveat de Normanniâ, secundum antiquam consuetudinem Normanniae, ad eundum in Hiberniam, nisi de Rothomago, praeter unam a Caesarisburgo semel in anno, nec aliquis ducat vinum praeterundo Rothomagum ad eundum in Angliam, nisi sit manens in Rothomago, et prohibeo ne quis inde vexet eos vel disturbare praesumat. » Donc, la navigation exclusive de la Seine à laquelle se réfère Chéruel (voir la note ci-dessus) concernait spécifiquement le commerce du vin.

16 Rouen était le modèle des communes principales de la Normandie (Verneuil, Caen, Falaise, et Pont-Audemer) ; voir RHGF, XXIII, p. 684 ; J. Strayer, The Administration of Normandy under Saint Louis (Cambridge, Mass., 1932), p. 84.

17 On peut imaginer de quelle manière ce statut se serait manifesté en Normandie, n’était la conquête française de 1204 (qui en a obscurci et modifié l’histoire) d’après le développement du statut légal des juifs en Angleterre pendant la première partie du XIIIe siècle. A cette époque on se référait aux juifs anglais comme à une commune autonome, mais pourtant incluse dans la commune urbaine (Richardson, The English Jewry under Angevin Kings [Londres, 1960], p. 134). L’ensemble des citoyens de Londres avait établi une commune en 1191.

18 Les chartes juives des rois Richard-Coeur-de-Lion et Jean-Sans-Terre, avec leurs références aux chartes et promulgations précédentes d’Henri Ier et Henri II, sont abordées par certains historiens de l’Angleterre en se référant et à ce pays et à la Normandie (voir, p. ex., H.G. Richardson, The English Jewry under Angevin Kings, p. 109 et suivantes), mais les implications de ces chartes pour l’histoire des juifs de Rouen ou de Normandie n’ont jamais été étudiées. Certains historiens ne les prennent guère en considération. (Voir p. ex. les remarques de G. Nahon dans « Communautés juives de la Champagne médiévale », Rachi : Ouvrage collectif [Paris, 1974], p. 36, où l’existence des chartes est omise. B. Blumenkranz, dans Juifs et Chrétiens dans le Monde occidental, 430-1096 [Paris-La Haye, 1960], p. 390, parle de la « pire dégradation » des juifs pendant les décennies et siècles qui suivirent la première Croisade, mais nulle part dans cet ouvrage ne fait mention de la Normandie ou des chartes juives des rois Richard, Jean, ou de leurs prédécesseurs.)

19 Voir la description des événements dans Tovey, Anglia Judaica, p. 16-18, et les sources qui décrivent le massacre de Londres dans K. Norgate, England under the Angevin Kings II (Londres, 1887), p. 289, notes 1-3. Pour les attaques contre les juifs à Lynn (vers janvier 1190), Norwich (6 février), Stamford (7 mars), St. Edmonsbury (8 mars), Lincoln et York (16 mars), ibid., p. 19-28 ; C. Roth, A History of the Jews in England, 3’éd. (Oxford, 1964), p. 18-26 ; Norgate, op. cit., p. 289.
Avant son couronnement le 20 juillet 1189, Richard, à l’époque en Normandie, reçut la couronne ducale de Normandie en la cathédrale de Rouen des mains de Gauthier, archevêque de cette ville ; voir K. Norgate, England under the Angevin Kings II, p. 274, qui cite R. Diceto (éd. Stubbs), vol. ii, p. 67 et Gesta Ric. (éd. Stubbs), p. 73. Richard quitta la Normandie pour se rendre en Angleterre le 12 août. Il n’y était pas allé depuis trente ans. Après le couronnement, le roi quitta l’Angleterre le 11 décembre 1189 (Norgate, ibid., p. 287).

20 Voir H.G. Richardson, The English Jewry under Angevin Kings, p. 162-163.

21 Matthieu de Paris et d’autres chroniqueurs affirment que des juifs se précipitèrent à Londres pour le couronnement, de partout dans l’empire, mais qu’au dernier moment ils furent empêchés d’être présents à Westminster par les courtisans, de même que par la foule, qui les prenait pour des sorciers. (Voir Tovey, ibid., p. 16). Il est peu probable que cette mesure hostile se soit appliquée à des familles comme celle de Yosi b. Isaac qui avait joui de la faveur et de la protection des rois Plantagenêt depuis pratiquement le début du siècle. Richard lui-même, plus tard, s’indigna de l’émeute quand il l’apprit. Sur les mesures que prit Guillaume de Longchamp pour punir les auteurs des attaques dans les villes provinciales, voir Jacobs, JAE, p. 99 ff., 131 ff. ; Dinur, Yisrael bagolah II, i, 98-107 ; Norgate, England under the Angevin Kings II, p. 288-290.

22 Ibid., p. 287-288. Il est possible que Richard lui-même ne se soit pas trouvé à Rouen à ce moment. On le repère ensuite à Messine, où il resta du 23 septembre 1190 au 20 avril 1191 ; ibid., p. 294. L’archevêque de Rouen, Gauthier de Coutances (appelé aussi Gauthier le Magnifique) suite à son voeu, était parti à la Croisade avec Richard, mais fut dépêché de Messine en Angleterre par le roi le 2 avril 1191, pour enquêter sur l’objet des plaintes parvenues à Richard au sujet de l’administration de Guillaume de Longchamp. Peu après son retour il se rendit à York pour y châtier les auteurs du massacre du mois précédent.

23 Richard avait été fait prisonnier en Autriche en revenant de la troisième Croisade : c.e.g. S. Runciman, A History of the Crusades (Cambridge, 1955), p. 74-75 ; K. Norgate, England under the Angevin Kings II, p. 321 et suivantes. Par la suite il fut emprisonné et on le trouve finalement à Worms ; voir Chéruel, Hist. de Rouen, p. 48, qui cite le Cartulaire de la Cathédrale, fol. 68 recto - une charte en faveur de la ville de Rouen relative au ban, écrite par Richard « apud Wormacium, XXIX die januarii » 1194. Richard ne fut libéré que le mois suivant, voir Norgate, op. cit., II, p. 328.

24 Voir Norgate, op. cit., II, p. 364 et note 8 ibid. Les sources qui citent ce fait ne sont pas les mêmes que celles qui décrivent le siège de 1193 (Chéruel, p. 46, note 1), mais il est peu probable qu’elles parlent du même siège, dans la mesure où les forces de Philippe prirent avant et après le siège de 1193 un itinéraire différent de celui d’avant et d’après le siège de 1194.
Norgate, op. cit. p. 366, fait mention d’une autre menace à l’égard de Rouen, en juin 1194.

25 Par contre Wm. Stapleton affirme que cette première taille « avait été levée sur les juifs de Normandie, semble-t-il, pour la rançon du roi » (idem, Magni Rotuli I [Londres, 1840], p. cxli). Sur la rançon de 150.000 marcs pour la libération de Richard des mains d’Henri VI, voir p. ex. Norgate, op. cit., p. 325-326. Les juifs d’Angleterre contribuèrent de 3.000 marcs à la rançon, voir Richardson, op. cit., p. 164-165. Ce qui fait difficulté dans l’interprétation de Stapleton c’est qu’elle néglige la persistance des tailles payées par les juifs normands entre 1195 et 1204.

26 Voir C. Roth, A History of the Jews of England, p. 16-17.

27 Il y a sans doute une référence à cette taille dans Mem. Rolls I John, memb. 13 c. (éd. Richardson, p. 70) : « Jacobus presbiter proposuit quod R. Richardus voluit habere de Isaac f. Rabi M m. et quod non debet poni in magno rotulo quia R. Ricardus atornavit eum Henrico de Grai. » Cela indiquerait que la somme fut levée auprès de plusieurs juifs par Isaac, qui avait alors à la remettre à Richard de Gray, « gardien » des juifs de Normandie à cette époque. Isaac est mort avant 1199, ainsi qu’il est démontré par Mem. Roll I John mem. 13 d. (éd. Richardson, p. 71) : « Isaac f. Rabi debebat die quo obiit D li. et xii s. et iiii d. de taillagio de Geldef. tempore R. Henrici. »

28 Ce texte ne signifie pas que Joscelin remit la somme en son nom personnel, mais qu’il le tenait de la part des juifs auprès desquels il devait percevoir la taille.

29 Voir Richardson, English Jewry under Angevin Kings, p. 162-163 ; Roth, History of the Jews in England, p. 17. Dans les documents on tombe sur des sommes de 5.000 marcs (1168), 10.000 marcs (1188), et le quart de tous les biens des juifs de Londres (1187).

30 Cette estimation est très basse dans la mesure où, au moment de l’expulsion des juifs de l’Angleterre, le nombre exact des expulsés est donné comme étant de 15.060 - et ce chiffre ne représente probablement que les juifs anglais au-dessus de l’âge de douze ans. Voir Joseph Jacobs, « The London Jewry, 1290 » dans son Jewish Ideals and Other Essays (Londres, 1896), p. 179. Il est peu probable qu’il y ait jamais eu à l’époque médiévale plus de juifs en Angleterre qu’en Normandie.

31 Voir p. ex. H.C. Richardson, The English Jewry under Angevin Kings, p. 111 : « Nous ne pouvons guère nous tromper en déduisant que la charte ne reflète pas les conditions anglaises spécifiques, et que ce que fit Henri Ier, fut d’étendre à l’Angleterre les conditions gouvernant la communauté juive qui s’était développée peu avant en Normandie. » La charte de 1201, qui confirme la politique des rois anglais précédents, avait octroyé aux juifs de Normandie et d’Angleterre l’exemption de toute taille spéciale, voir plus haut, p. 141.

32 Voir Stapleton, Magni Rotuli I, p. 168 ; TYR, p. 80. Dans sa discussion de ce document, Stapleton (ibid., p. cl) suggère que ces procès furent enregistrés sous le compte de ces perprestures remis par Guillaume de Longchamp « apparemment en raison de la restriction infligée aux juifs de ne résider qu’au dehors des limites de la municipalité de Rouen, dans la banlieue sur la rive gauche de la Seine... appelée aujourd’hui Saint-Sever... ». Pourtant il ne fut point fait d’interdiction aux juifs d’habiter à l’intérieur des limites urbaines de Rouen ayant l’expulsion de 1306. L’on ne peut établir que des juifs habitaient Saint-Sever qu’après cette date.

33 Sur les institutions anglaises qui semblent s’être développées pendant le XIIIe siècle à partir du système de bureaux régionaux créés en 1194, voir en particulier Ch. Gross, « The Exchequer of the Jews of England in the Middle Ages », dans Papers Read at the Anglo-Jewish Historical Exhibition (Londres, 1888), p. 170-230.

34 En 1194 et aussi en 1208, le comte de Meulan était Robert, fils de Waleran. Voir Delisle, Cat. des Actes de Ph. A., no 426, 1078.

35 Voir p. ex. H. Gross, Gallia Judaica, p. 501-502 ; R. Chazan, Medieval Jewry in Northern France (Baltimore, 1973), p. 64-68.

36 Un certain nombre de ces procès semblent reparaître dans un enregistrement de 1198 (voir Lechaudé d’Anisy, Grands Roles II, p. 99) et encore en 1203 (Stapleton, Magni Rotuli, p. 550), ce qui poussa Richardson à dire (English Jewry under Angevin Kings, p. 205) que ces créances étaient « presque toutes encore dues en 1203 ».

37 Voir le procès de Deulebenie de Laigle contre Meïr de Bernay (Magni Rotuli, p. 315) et celui de Deulebenie contre Yossi de Caen (ibid., p. 468), que Richardson mentionne, op. cit., p. 211. Richardson suggère que le petit nombre qui subsiste des procès de ce genre a dû être occasionné « non seulement par la rareté des documents mais aussi par le petit nombre de la juiverie normande. Bien entendu, il pourrait aussi être dû au fait que les juifs réglaient leurs différends devant leurs propres tribunaux civils, bien que la charte du roi Jean, qui confirma ce privilège, n’ait concerné que la juiverie anglaise » (ibid., p. 211). Cette appréciation, en effet, émet des doutes sur l’existence de tribunaux juifs en Normandie - ce qui aurait été contraire à l’usage général des juifs au moyen âge - et n’est donc qu’une idée historiquement injustifiée. Une charte du genre de celle qui fut octroyée aux juifs anglais en 1201, n’était pas nécessaire en Normandie où, comme dans les autres régions de l’Europe continentale, le privilège qu’avaient les juifs de garder leurs propres tribunaux existait déjà depuis des siècles avant le règne de Jean. Les juifs d’Angleterre eux-mêmes avaient également ce privilège essentiel avant 1201 - comme l’indiquent clairement des « starrs » hébreux de la période Plantagenêt - et la charte du roi Jean n’était qu’une confirmation de droits plus anciens, confirmation que l’on estimait nécessaire à la communauté juive anglaise en raison de sa nouveauté relative dans ce pays et des attaques contre elle qui s’y étaient produites dans les décennies précédentes. Il faut noter que la thèse de Richardson, faisant état de la rareté numérique des juifs normands, fut formulée avant que l’existence de la culture juive rouennaise soit découverte.

38 Voir Lechaudé d’Anisy, Grands rôles II, p. 18, 40, 46, 68, 69 ; Richardson, English Jewry under Angevin Kings, p. 201-212. Les juifs normands dont il est fait mention, sont les suivants : Curtinus Judaeos (p. 18, 69) ; Meius Judaeus Bernai (p. 18) ; Elye (Elie) Judaeus (p. 40, 46, 68) ; Gentill(e) (p. 68) ; Josceus Judeus (p. 69). A la page 99 se trouve la liste des juifs rouennais dont il est question ci-dessus.

39 Chéruel, Hist. de Rouen, p. 56 ; Norgate, England under the Angevin Kings II, p. 383-387.

40 Comme Stokes le fait remarquer (Studies in Anglo-Jewish History, p. 24), un article dans la charte indique qu’elle n’était qu’une confirmation d’une autre octroyée à Jacob pendant le règne de Richard. L’article dont il s’agit stipule que « nous prohibons aussi que (Jacob) soit sommé de plaider une cause quelconque le concernant si ce n’est devant nous ou notre Grand Justicier, comme le déclare la charte de notre frère le roi Richard ». Selon le Pipe Roll 29 Henri II, p. 15, Jacob était déjà alors archiprêtre (Richardson, English Jewry under Angevin Kings, p. 121), mais le terme pourrait être ambigu, dans ce cas laissant entendre que Jacob était un « évêque » parmi d’autres plutôt que l’« archevêque » de toute la juiverie anglaise. Ce problème n’a jamais été résolu de manière satisfaisante.

41 Voir Th. D. Hardy, « Itinerary of King John » dans A Description of the Patent Rolls in the Tower of London (Londres, 1835). (L’itinéraire est sans pagination). Les visites du roi à la capitale sont enregistrées le 1er, 30 et 31 juillet, et le 1er, 4, 6, 10, 22, 26 et 30 août. Il y a des vides dans l’itinéraire du 26 jusqu’au 29 juillet et encore le 2, 5, 9, 11 et 17 août, quand le roi aurait souvent pu y être. Il était encore dans le proche voisinage, p. ex. à Roche-Orival ou aux Andelys, à d’autres dates pendant juillet et août.

42 La charte originale est perdue, et la copie publiée par Th. D. Hardy, Rotuli Chartarum I (Londres, 1835), p. 7, ne dit que « teste S. Bathoniensi Episcopo, etc. ». Les noms des autres témoins ne sont pas donnés.

43 Ces deux derniers éléments caractérisent les chartes par opposition aux lettres patentes. Voir Th. D. Hardy, A Description of the Patent Rolls in the Tower of London (Londres, 1835), p. 5-9. Voir en particulier ibid., p. 6, note 1 : « Il semble que c’était l’usage à cette époque, de ratifier des chartes de la main du chancelier, et la clause ’Data per manum Cancellarii’ fut dans la plupart des cas remplacée par celle’ Data per manum nostram (Regis)’ vers le milieu du règne d’Henry III. »

44 Voir Chart. I John, 1re partie, n. 50, rot. 28 ; Prynne, A Short Demurrer, ii, p. 4 ; Tovey, Anglia Judaica, p. 61 ; Stokes, Studies in Anglo-Jewish History, p. 243-244 ; TYR, p. 189 : Johannes Dei Gratia etc. Omnibus fidelibus suis ad quos Literae praesentes pervenerint tam ultra mare quam citra. Mandans vobis et praecipiens, quatenus per quascunque Villas et loca Jacobus Presbyter Judaerom, dilectus et familiaris noster transient, ipsum salvo, et libere, cum omnibus ad ipsum pertinentibus, transire, et conduci faciatis : hec ipsi aliquod impedimentum, molestiam, aut gravamen fieri sustineatis, plus quam nobis ipsis, et si quis ei, in aliquo, forisfacere praesumpserit, id ei sine dilatione emendari faciatis. Teste Willelmo de Marisco etc. Dat. per manum Hu. Cantuar. Archiep. Cancellarii nostri apud Rothomagum 31. die Julii anno Reg. nostr. primo.

45 Norgate, England under the Angevin Kings II, p. 394 ; Hardy, Itinerary of King John, 22 sept. ff., 1199.

46 L. Delisle, Cartulaire normand (Caen, 1852), p. 10-11 (fondé sur une copie datant de la première moitié du XIIIe siècle, Trésor des Chartes de Rouen II, no 1, carton J. 213) :...Omnes illi qui per mare apud Rothomagum venerint et Judei debe[n]t pacare elemosinas et feuda domini Regis statuta de meliori frumento molendinorum. L’expression « qui venaient par mer » contraste avec un passage précédent de l’accord, où il s’agit des vendeurs de pain qui viennent à Rouen « par terre », mais où l’expression « et Judei » est absente.

47 Voir Chéruel, op. cit., p. 79-80. Hoveden affirme que « presque toute la ville » fut détruite par le feu, voir éd. Stubbs, IV, p. 116 ; mais une source différente (Chéruel, op. cit., p. 79, note 1) se sert de l’expression maxima pars civitas. Autres incendies à Rouen : voir plus haut, p. 126, 144, et ci-dessous, p. 331.

48 Voir Chéruel, ibid., p. 79-80. L’emplacement du château des ducs de Normandie est indiqué dans R. Herval, Hist. de Rotten I (Rouen, 1947), charte avant p. 13, siglum VT ; il était situé à la place de la Haute Vieille Tour, au sud-est de la cathédrale.

49 Voir Lechaudé d’Anisy, Grands rôles I, p. 104 : « Joscy filius Isaac de Rothomago dat Domini Regi unam marcam auri pro debitis suis habendis de Willelmo de Mortuomari. Et preceptum est Johanni de Pratellis quod plegium ab eo accipiat antequam ea habet. » Voir TYR, p. 74. Guillaume, baron de Mortemer, fut l’un des vingt-deux nobles qui signèrent une déclaration à Rouen en 1205, affirmant les droits historiques de la noblesse vis-à-vis du clergé, voir L. Delisle, Cat. des actes de Ph. A., p. 220.

50 Voir Lechaudé d’Anisy, op. cit., p. 25 : « (Willelmus de Malapalet reddit compotum de)... Josce Judeus filius Ysaac 30 bisanc. pro habendo debito suo de comite Augi. » Voir TYR, p. 74.

51 Voir le texte de sa nomination en tant qu’« archevêque » dans Stokes, Studies, p. 244 ; et la discussion de Stokes, ibid., p. 25-28. Il mourut en 1251 ou 1252, voir ibid., p. 28.

52 Richardson, Eng. Jewry, p. 84, indique que la confirmation de Richard-Cœur-de-Lion à Henri de Gray fut datée le 11 juin 1195, en citant Morant, History of Essex I, 95, et Landon, Itinerary of Richard I, no 451. Jacobs, JAE, p. 183, et Stokes, Studies, p. 26, se réfèrent à une charte de Jean Ier qui confirme la propriété d’Henri à l’égard de ce bien. (Mais 1199 n’est pas l’année de la vente.) - Une créance de deux marcs que devait Yosi b. Isaac à la couronne pour la perception d’une autre dette, de 13 livres que lui devait Roger de Mortemer, est enregistrée dans les Pipe Rolls de 1198, voir Jacobs, JAE, p. 183.

53 Voir Th. Duffus Hardy, éd., Rotuli de Liberate ac de Misis et Praestitis Regnante Johanne (Londres, 1844), p. 72. La présence de Muriel et d’Abraham à Londres est constatée par Jacobs, JAE, p. 192, 193, et 237.

54 Voir Hardy, Rotuli Chartarum, p. 105 ; TYR, p. 70-74, 187. L’endroit se trouve au bord de la Seine au sud de Rouen. Jean-sans-Terre a passé presque toute la période du 15 mai au 30 juillet à Rouen et dans ses alentours ; voir Hardy, Itinerary of King John, ad loc.

55 Le texte original porte l’abréviation de Gaufrid plutôt que celle de Gauthier, mais on ne connaît par ailleurs qu’une seule personne portant ce deuxième nom, à savoir Gauthier de Saucei, pendant les deux premières décennies du XIIe siècle. Voir p. ex. Delisle, Cat. des Actes de Ph. A., no 1607, 1930, 1970.

56 L’arbre généalogique suivant, établi par Stokes, Studies in Anglo-Jewish History, p. 26, illustre les parentés dans la famille Rubigotsce :
Image 1000000000000247000001224DF4BE99.jpg
Pour les affaires que fit en Angleterre Abraham b. Rubigotsce de 1166 jusqu’à 1200, voir J. Jacobs, Jews in Angevin England, p. 44, 73, 74, 88, 97, 153, 205, 267 ; une autre référence est donnée ibid., p. 219 (l’an 1204, apparemment après sa mort).

57 La maison fut vendue par Philippe Auguste à Jean de Gournai en 1221. Voir Lechaudé d’Anisy, Grands rôles I, p. 159 : « Philippus Rex, Notum sit, etc. Quod nos vendidimus Johanni de Gorneio domum que fuit Viete de Escaudebec Judee apud Rothomagum sitam inter terram Mathei Grossi et terram Josce Judei fratris Bruni tenendam in perpetuum sibi et heredibus suis cum toto porpisio (!) ejusdem domus pro. vii lib. tur. de quibus nobis satisfecit. Ipsam que domum tenebit Johannes cum porprisio et sui heredes de nobis et heredibus nostris reddendo exinde quinque solidos de censu singulis annis in festo Sti. Michaelis. Quod ut ratum, etc. Salva nobis justicia nostra et burgesia īn eadem domo et porprisio. Actum Paciaci. » Selon Delisle, Cartulaire Normand p. 47, le prix de la vente fut de 140 livres de Tours. - Mathieu le Gros fut maire de Rouen en 1195 et 1199-1200, voir Chéruel, Hist. de Rouen, p. 360.

58 Voir le texte cité par Chéruel, Hist. de Rouen, p. 263, note 1, et la citation verbale ci-dessus, p. 7. Philippe Auguste donna cette propriété aux bourgeois de Rouen en 1220, voir le vidimus publié par Chéruel, ibid., p. 262-263. Comme je l’ai indiqué ci-dessus, p. 7, l’opinion exprimée dans Le Palais de Justice de Rouen (Rouen, 1977), p. 11, selon laquelle le fief de Leicester s’étendait vers le nord jusqu’à la rue aux Juifs, n’est pas justifiée.

59 Voir Archives départementales de la Seine-Maritime, Fonds de Saint-Ouen, 14 H 20 fol. 110 vo : « Omnibus hec visuris Officialis Rothom... Aelicia du donjon filia quondam Petri filii Agnetis et Theophanie ejus uxor. et heredes eorumdem tunc temporis de parocchia Sancti Dionisi, recognovit et confessa fuit quod ipsa tenuerat de religiosis viris ;... Sancti Audoeni tamquam de dominis capitalibus quoddam tenementum situm in vico Corveseria Rothom. cum tota vacua pecia terre que est ibi inter terram que fuit Silvestri de Orgolio et cymiterium seu atrium beate Marie Rotunde Rothom. a vico usque ad terram Boennevie judei... » (Oct. 1273) ; ibid., fol. 103 vo : « ...in toto tenemento meo de Corveiseria a terra Silvestrie de Orguel usque ad atrium beate Marie Rotunde a vico ante usque ad terram buenevie judei in retro... » (Juillet 1236). Je voudrais remercier M. le Doyen Alain Sadourny de m’avoir fourni ces informations. Voir la traduction et la charte ci-dessus, chap. I, p. 21. Voir aussi TYR, p. 73. Sur l’emplacement de Notre-Dame-de-la-Ronde, voir Le Palais de Justice de Rouen, p. 11.

60 Voir Grands rôles I, p. 109 ; Rot. Norm., p. 57 ; TYR, p. 80 : « Mandatum est Ricardo de Vilekier quod Jacobum Judeum capiat et ipsum mittat Roberto de Veteri Ponte pro 300 marc, quas debuit de talliata unde non solvit nisi 60 marc. » Robert de Vieuxpont, à qui Jacob fut envoyé sur les ordres de Richard de Villequier, était le gardien du château de Vieux-Pont, qui se situait à Rouen.

61 Voir Grands rôles I, p. 117 ; Stapleton, Magni Rotuli II, p. 543, 547 ; TYR, p. 83, 89.

62 Voir Th. D. Hardy, Rotuli litterarum, p. 25 : Rex, etc. Baronibus de Scaccario Cadom. etc. Sciatis quod debemus Judeis Rothomagensis et Pontealdomaris octigenta libris Andegavensis, quas ab eis mutuo cepimus per manum Ricarde de Wilekier reddendas eis ad scaccarium nostrum Cadom. Teste me ipso apud Rothomagum. Voir aussi Lechaudé d’Anisy, Grands rôles, p. 116 : Rex etc., Baronibus de scaccario Cadomi etc. Sciatis quod Ricardus de Wilekier liberavit in camera nostra Petro de Rupibus apud Rothomagum sabbato proximo anno ante diem Cinerum 800 lib. Andeg. quas recepit a Judeis de prestito ad opus nostrum. Et ideo vobis mandamus quod ipse inde quietus sit. Teste me ipso apud Rothomagum 7o. die februarii. Voir TYR, p. 189.

63 Voir Lechaudé d’Anisy, Grands rôles I, p. 126 : Rex, etc. Roberto de Veteri Ponte salutem. Mandamus vobis quod liberetis Thome de Nevilla Bonechose et Joppinum Judeos qui sunt in prisona Rothomagi ad ducent... in Angliam. Teste me ipso apud Cadomum 16o februarii. Voir TYR, p. 189.

64 Voir Grands rôles I, p. 115 (Rouen, an. 1203) : Rex etc. Ricardo de Wilekier, etc. Sciatis quod quietavimus Rogero de Mortus Mari 25 lib. Andegav. de usuris debiti 100 lib. quas debet Bruno et Josce et Gentill. Judeis. Et ideo vobis mandamus quod de predictis 25 lib. quietus sit reddendo centum lib. predictas judeis. Teste me ipso apud Rothomagum 5o die februarii. Per Willelmum de Braosa. Ibid., p. 110 : Rex etc. Ricardo de Wilekier etc. Sciatis quod nos quietavimus dilectum nostrum Saeri de Quency de 260 lib. Andegav. de catallo et de usuris quas debet Bruno et Josce filii Bonevie de Rothomago et Affaite de Mostrevilers et Abrahe de Insula Bona Judeis. Ibid., p. 130 : (Anno 1203) Rex etc. Ballivo Rothomagi etc. Sciatis quod quietavimus Jordano de Wallikevila et Willelmo de Trumbleville de 122 lib. Andegav. de catallo... debiti judeorum in ballia Rothomagi et Ponte Aldomari. Voir Hardy, Rot. Norm., p. 118) ; Lechaudé d’Anisy, Grands rôles I, p. 117 : Rex... Ricardo de Wilekier... Sciatis quod quietavimus Math. de Bec debita que debet Abrahée et Affaite de Mostrevilers et Abrahée de Scola Rothomagi et Masse de Lillebonne et Simoni de Caudebec Judeis reddendo eis capitale debitum. Voir TYR, p. 79, 85.

65 Ces mots et le passage qui suit, se réfèrent évidemment aux baillis, et non pas au sénéchal.

66 Voir Rot. Pat., p. 30 (30 nov. 1203) et TYR, p. 83, note 213 : Rex etc. Senescallo et omnibus ballivis etc. Sciatis quod liberavimus Ricardo de Wilek. custodiam escaetarum Normannie et Judeorum praeter Judeos Rothomagi et Cadomi quamdiu nobis placuerit. Et ideo vobis precipimus quod ei sitis intendentes tanquam custodi escaetarum et Judeorum et ei escaetas per ballias vestras custodiendas habere faciatis. Richardson (The English Jewry, p. 206-207) suggère qu’Henri de Gray avait tenu un office du même titre avant la date de cette nomination de Richard de Villequier. Pourtant ce titre n’est jamais attribué à Henri de Gray ; d’autre part, Richardson ne fait pas mention de Pierre de Préaux, qui en fait eut le même emploi que Richard au moins jusqu’à novembre 1203.

67 Voir en particulier J. Strayer, The Administration of Normandy under St. Louis (Cambridge, 1932), p. 7-9. En 1207 il y avait onze bailliages en Normandie, outre ceux de Rouen et de Caen, voir ibid., p. 8. Ce chiffre correspond, probablement, à celui de la dernière partie de la période Plantagenêt.

68 Voir H.G. Richardson, Memoranda Roll... of King John, p. 79 : « Jacobus presbiter proposuit quod R. Ricardus voluit habere de Isaac f. Rabi M. m. quod non debet poni in magno rotulo quis R. Ricardus atornauit eum Henrico de Grai. » Dans The English Jewry under Angevin Kings, Richardson affirme (p. 2 et 208) que pendant le règne de Richard, Henri de Gray était « gardien des juifs en Normandie », mais aucun titre de ce genre ne lui est jamais attribué dans les sources. Voir les textes auxquels se réfère Richardson lui-même, ibid., p. 208-209. En tant que bailli de Verneuil, il s’occupait du recouvrement des tailles juives dans cette région, mais des titres comme ceux donnés à Guillaume Baldric et à Richard de Willequier, ne lui sont nulle part attribués.

69 Pour d’autres aspects de la carrière de Richard Silvain, voir Richardson, ibid., p. 208, note 6 et les références données dans cette note.

70 Sur les montants de ces tailles, voir Richardson, ibid., p. 208-210.

71 Les trois caractères hébreux חיך sont une abréviation de l’expression hashém yinqōm dāmō, « que Dieu venge son sang », utilisé à propos de martyrs. Le terme nādīb signifie « bienfaiteur ».

72 Editions du texte original : voir Lechaudé d’Anisy, Grands rôles I, p. 203 : Golb, TYR, p. 187.
Selon la liste des maires de Rouen établie par Chéruel (Hist. de Rouen, p. 260) le maire en 1201-1202 était Raoul Groignet, tandis que selon la liste établie par Farin, Raoul de Cotevrard remplissait cette charge en 1202-1203. Mais ces maires et nombre des premiers maires de Rouen ne sont connus que par des références fortuites, et parfois uniques, dans de vieux textes et chroniques. L’acte de renonciation en faveur de Radulf montre qu’en 1202 un maire différent administrait la ville. Lechaudé d’Anisy transcrit son nom du document original comme « Radulf de Cuilleio », mais cette transcription n’est pas entièrement certaine : pour « Cuilleio » nous pouvons lire « Cailleio », et Farin dit que « Raoul de Cailli » était maire en 1198 (voir Chéruel, ibid., p. 560). Dans des textes où des mots sont abrégés, les abréviations pour Raoul et pour Radulf peuvent facilement être confondues. Il semble donc que ce même personnage, appelé Raoul ou Radulf de Cailli ou Cuilli, avait repris ses fonctions pendant une partie de l’année 1202, quand l’acte ci-dessus fut rédigé.

73 Voir par ex. l’expression « il est débarrassé (de toute créance envers moi) depuis la création du monde jusqu’(à la date actuelle ou à tout jamais) » dans des starrs hébreux publiés par I. Abrahams et al., Starrs and Jewish Charters preserved in the British Museum I (Cambridge, 1930), p. 3, 9, 35, 41, 81, 121, 123. Des traductions de cette expression reparaissent dans plusieurs des actes en latin publiés dans le même recueil.

Table des illustrations

Légende Diagramme A : L’emplacement de l’école rabbinique de l’hôtel de Bonnevie, et de l’église Notre-Dame de-la-Ronde
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8491/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Diagramme B : Des propriétés dans une partie de la rue aux juifs et de la rue Courvoiserie au XIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8491/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search