Version classiqueVersion mobile

Les Juifs de Rouen au Moyen Âge

 | 
Norman Golb

Première partie : Des commencements à la période de Samuel B. Meir

Chapitre VI. Les autorités rabbiniques de Rouen pendant la première moitié du XIIe siècle

Texte intégral

  • 1 Il n’est pas évident que les juifs de Rouen furent touchés par les événements de la deuxième Croisa (...)

1Les noms des maîtres de l’école rabbinique à Rouen et de leurs disciples pendant la période de la reconstruction de la communauté sous le règne d’Henri Ier sont malheureusement perdus. Il reste seulement l’édifice lui-même comme témoignage de l’existence de l’école de Rouen pendant les premières années de la domination anglo-normande. La raison qui explique le manque d’information spécifique en ce qui concerne la culture littéraire des juifs à Rouen sous le règne d’Henri Ier est à rechercher dans les conditions générales qui ont prévalu peu de temps après sa mort en 1135. Etienne de Blois, petit-fils de Guillaume le Conquérant, prétendit au trône d’Angleterre et fut couronné à Londres à la fin du mois de décembre. Geoffroi Plantagenêt, époux de Mathilde, fille d’Henri Ier, envahit la Normandie d’Anjou (1136), assiégeant la capitale et permettant à ses troupes de la piller, avant d’être délogé par les forces conduites par le fils d’Etienne, Eustache de Blois. En septembre de la même année, un incendie dévastateur, aussi grave que celui de 1116 (voir plus haut, p. 126), frappa la ville ; son extension, du Grand-Pont jusqu’à la porte St-Apolline, n’aurait pas pu laisser le quartier juif indemne. Dans les huit années qui suivirent, Geoffroi fit plusieurs incursions en Normandie qui fut plus tard ravagée par des querelles qui reprirent entre les barons. Geoffroi assiégea à nouveau Rouen en 1144, cette fois avec succès, et fut investi duc dans la cathédrale le 19 janvier de cette année. Ce fut seulement à ce moment-là que le calme et avec lui la stabilité commerciale revinrent dans la capitale1.

2Etant donné les conditions hostiles auxquelles la juiverie rouennaise fut assujettie soit seule, comme pendant la première Croisade, soit en commun avec l’ensemble de la population de la ville, comme pendant les incendies de 1116 et de 1136 et la période de siège et de guerre décrite ci-dessus, on ne peut pas s’attendre à ce que des documents spécifiques sur la culture juive qui a régné dans la ville à cette époque, aient survécu. A partir de l’investiture de Geoffroi Plantagenêt comme duc, les indications toutefois s’accumulent qui attestent la présence d’une importante concentration d’érudits juifs dans la ville. Il est, de plus, possible d’en déduire certaines indications sur ce qu’a pu être la vie intellectuelle dans les années précédentes également.

1. Rabbi Yossi (Rubigotsce) et sa famille

  • 2 Voir par exemple H.P. Stokes, Studies in Anglo-Jewish History, p. 25-28, 244 ; et, pour une discuss (...)
  • 3 Voir Richardson, English Jewry, p. 240 (« Abraham fil. Raby ») et voir Jacobs, op. cit., p. 44, 47, (...)
  • 4 Un certain « Jacob le Juif » fut nommé « presbyter » en 1199, date avant laquelle, semble-t-il, Abr (...)
  • 5 Abraham et Isaac sont les deux seuls fils de Rubigotsce dont les noms soient connus. Pourtant il av (...)

3Le premier personnage portant le titre académique de « maître » (rab) que nous pouvons lier à Rouen est le Rubigotsce ou Rabbi Yossi dont le fils Isaac reçut la charte de libertés de 1190 discutée dans le chapitre précédent et ci-dessous (p. 266). Bien que cette charte ait été rédigée à Rouen, nous pouvons affirmer que la résidence principale de la famille était alors à Londres. A un autre fils de Rabbi Yossi - Abraham - est attribuée la grande école des juifs de la capitale anglaise (voir Richardson, English Jewry, p. 240, et Golb, « Nature et destination », p. 158), tandis qu’Isaac achetait le château de Thurroc et d’autres propriétés anglaises pendant le règne d’Henri II (voir p. ex. Hardy, Rotuli Chart., p. 6). Yossi, fils d’Isaac, deviendrait « Presbytre », c’est-à-dire à peu près Grand Rabbin de la communauté juive anglaise en 12072. Rabbi Yossi, la souche de la famille, est mentionné pour la première fois dans les documents anglais des années 1130-1131 (Jacobs, JAE, p. 14-15). Il était si connu que, plus tard, on le désignerait par le nom « Rabbi » tout court3. Il est évident que sa ville d’origine était Rouen : il y possédait des propriétés dont héritèrent ses fils et son petit-fils Yossi en vendit certaines en 1203 (voir ci-dessous, p. 276-281)4. Le fait que la charte de 1190 fut octroyée à Rouen, pourrait indiquer des rapports continus entre la famille et cette ville pendant toute la période Plantagenêt. Tenant compte aussi du fait que la première nomination connue d’un « presbytre » du judaïsme anglais eut lieu elle aussi à Rouen (voir ci-dessus, p. 135 sqq.), il devient permis d’inférer que les honneurs et privilèges octroyés aux descendants de Rabbi Yossi, se lient de quelque manière à l’origine rouennaise de cette famille. Rabbi Yossi, semble-t-il, avait été un personnage bien connu à Rouen pour sa richesse comme pour sa sagesse, et il aurait attiré l’attention d’Henri Ier lors de l’un des fréquents séjours de ce dernier dans la ville. Dès les premières décennies du XIIe siècle la juiverie anglaise, en cours de croissance, aurait commencé à avoir besoin de sa propre direction, d’une forte autorité autonome. Le moment était venu pour la nomination à ce rôle d’un personnage tel que Rabbi Yossi, apparemment gardien de la culture juive ancienne de la ville mère. La direction officielle du judaïsme rouennais aurait sans doute approuvé cette démarche. Pourtant, jusqu’à ce que les conditions en Angleterre permettent de tels changements, l’école de Rouen devait continuer à servir d’académie principale des deux juiveries, normande et anglaise ; il est probable que les fils5 de Yossi aient suivi leurs études dans cette institution. Abraham se serait montré un étudiant exceptionnel, plus que son frère. C’est ainsi qu’on le choisit pour fonder et diriger la schola judaeorum à Londres, école qui par la suite porta son nom. Cette école semble avoir été fondée entre 1150 et 1170, au moment où Abraham avait acquis suffisamment d’autorité en tant que savant rabbinique, pour établir une institution indépendante dans la capitale anglaise.

2. Samuel b. Méïr (Rashbam) et ses liens avec Rouen

4Le premier savant talmudiste dont le nom peut être lié de manière spécifique à l’école de Rouen est l’éminent maître Samuel b. Méïr, connu sous l’appellation de Rashbam d’après les initiales de son nom (Rabbi Shmouél b en Méïr). Ses fonctions auprès des communautés juives de la France du nord débutent bien avant qu’il ne soit appelé en la principale académie de Normandie. Rashbam, auteur de commentaires de la Bible et du Talmud, était l’aîné des quatre fils de Jocabed, fille du plus célèbre des exégètes français du début du XIIe siècle, Rashi de Troyes. De même que ses frères Isaac, Jacob Tam et Salomon, Samuel commença ses études et ses recherches dans ce qui fut l’autre grand berceau de la culture juive de la France septentrionale, la Champagne. Il naquit vers 1085, et il étudia auprès de son grand-père, donc à Troyes. A l’exception de quelques anecdotes, sa jeunesse est noyée dans l’obscurité.

  • 6 Voir la citation dans E.E. Urbach, Séfer’arugat habôsem (Jérusalem, 1963), Introduction, p. 11.
  • 7 Ce passage, trouvé dans un manuscrit toujours inédit de la collection Günzberg à Moscou, est cité p (...)

5Quelques années après la mort de son grand-père et maître (1105), il dut se rendre à Reims. Un commentateur anonyme, à l’occasion d’une difficulté d’interprétation dans un poème liturgique (MS Kaufman/Budapest 400, fol. 487) cite l’opinion de Rashbam et ajoute que celui-ci a trouvé cette explication « à Reims, dans un vieux livre de prières de Rabbi David ». Dans le texte hébraïque Reims est orthographié RYMS,םש די6. Une autre référence à son séjour rémois est faite par Rashbam lui-même cette fois. Il s’agit d’un passage d’un traité sur le calendrier : « En l’année quatre mille huit cent quatre-vingt-dix de la Création du Monde [c’est-à-dire 1130]... moi, Samuel ben Méïr, dans la cité (medīnāh) de HMS, חםש, j’ai étudié les livres et les tables chiffrées pour le calcul des intercalations par une méthode rapide »7.

  • 8 Voir Rabbenou Tam, Séfer nayasnar, éd. S. Rosenthal (Berlin, p. 87, 90, 132 note 9.

6Or la lecture HMS n’est pas possible ; il n’existe pas d’endroit de ce nom en France ou ailleurs. En revanche il suffit de considérer les deux traits qui forment la lettre initiale comme accolés par erreur : les lettres originales די) (RY) sont devenues la seule lettre ח (Ḥ) par simple liaison d’écriture. L’année où eut lieu cette recherche est indiquée en toutes lettres, et non pas en abrégé, ce qui supprime tout risque d’erreur. Ainsi on peut déduire que vers l’âge de quarante-cinq ans Rashbam se trouvait encore en Champagne, même s’il avait quitté Troyes pour Reims. Quelques indices de sa présence dans la région apparaissent dans la correspondance que son frère Jacob Tam entretint avec divers savants du nord de la France8.

  • 9 Voir D. Rosin, éd., Pérush hatorah asher katab rashbam (Breslau, 1881), p. 194, « On m’a demandé en (...)
  • 10 Voir Isaac b. Moïse de Vienne, Or zarou’a, I (Zhitomir, 1862), p. 138, col. 2, bas (§ 476). Gross, (...)

7Et pourtant Rashbam, dans son commentaire sur le Pentateuque (dont on ignore la date de composition) discute en un endroit sa réponse à une question qui lui avait été posée lorsqu’il habitait Loudun, ville proche de Chinon en Anjou (voir son commentaire de Nombres XXX, 2)9. Ailleurs (ibid., XI, 35, éd. Rosin, p. 178) il soulève un autre problème d’exégèse dont il fait le thème d’un sermon prêché à Paris (PRYS). Dans l’une de ses consultations, il déclare avoir traité d’un problème juridique particulier « devant les Anciens de Paris » dont il cite plusieurs noms. Il précise qu’ils restèrent « sans mot dire »10. Comme au moins deux de ces savants talmudistes parisiens - Mattathias Gaon et Judah ben Abraham - étaient des disciples de Rashi, il semble difficile qu’ils pussent être encore en activité dans la deuxième moitié du XIIe siècle. Les voyages de Rashbam à travers l’Anjou et l’Ile-de-France durent donc avoir lieu avant sa vieillesse, mais aussi après seulement que sa renommée se soit répandue de la Champagne aux autres régions de France (voir fig. 27).

  • 11 Voir le passage des consultations de Jacob Tam cité dans Kerem Chemed VII (1843) : 45 et encore par(...)

8Au cours de ces mêmes années du milieu du XIIe siècle son frère Jacob Tam acquit un grand renom et devint la plus haute autorité talmudique de France septentrionale, allant jusqu’à surpasser Samuel. Dans les textes laissés à la postérité - dont seules des copies mutilées et corrompues existent aujourd’hui - il a souvent l’occasion de se référer à son frère aîné en utilisant des termes empreints d’une profonde estime. Il cite fréquemment son interprétation de certains points difficiles de la loi rabbinique. C’est ainsi qu’en réponse à une demande il indique que Rashbam est absent car il s’est rendu au grand « marché/rassemblement de Troyes »11.

  • 12 Sur la participation des juifs de Reims à la foire de Troyes, voir en particulier le texte édité pa (...)
  • 13 Voir Séfer hayashar, éd. Rosenthal, p. 71 (Cons. 41), et Eliézer b. Nathan, Séfer Raben fol. 148 ve (...)

9Il est possible que Samuel ait fait de temps à autre le voyage avec les notables juifs rémois connus pour leur participation régulière à la célèbre foire de Troyes12. Une autre fois Jacob est obligé de donner réponse à une consultation adressée à son père Méïr ben Samuel par l’éminent Eliézer ben Nathan de Mayence, ancien disciple de Rashi lui aussi. Jacob y explique à Eliézer que Méïr porte le deuil de son frère Isaac et ne peut lui répondre à cause de sa grande douleur. Quant à son autre frère Maître Samuel, il n’est pas en mesure de lui répondre « puisqu’il ne se trouve pas ici mais à Caen »13.

  • 14 Voir Séfer hayashar, éd. Rosenthal, p. 140. L. Zunz fut le premier à proposer que Lo-Dabar était un (...)

10Dans l’exorde poétique à une consultation adressée à son frère Samuel, Jacob fait une allusion indirecte au séjour de celui-ci dans une autre communauté. Il utilise ici un nom de la Palestine biblique : « Lô Dabar » (II Samuel IX, 4). Connaissant l’habitude juive d’aimer donner aux toponymes des surnoms consonants et sachant que Rabbi Samuel alla également à Caen, on peut en déduire que la ville en question est Saint-Lô (<Laudus), entre Coutances et Bayeux14.

11Toutes ces villes, avec Paris et Loudun, représentent de toute évidence les étapes de tournées organisées par Samuel quelque temps après son installation à Reims. De nombreux rabbins du moyen âge accomplissaient de longs voyages d’études et les déplacements de Rashbam ne doivent pas nous étonner, même si nous n’en connaissons pas les raisons précises. A en juger par les lieux visités et les questions posées il semblerait que l’objet de ses périples consiste à la fois à rencontrer des savants d’autres régions que la Champagne pour engager avec eux des débats sur divers aspects de la loi juive et à rendre visite aux communautés juives au-delà de l’Ile-de-France afin d’y présenter son interprétation personnelle de la Bible et des autres ouvrages de la littérature juive.

  • 15 Le premier exégète chrétien du douzième siècle en France que des juifs ont aidé dans son interpréta (...)

12L’importance qu’il accordait à une exégèse directe et non-allégorique des Ecritures lui avait évidemment acquis une renommée considérable avant même ses tournées à travers les provinces de la France du nord. Un renouveau d’intérêt pour l’interprétation de la Bible par l’analyse précise du texte hébraïque original se manifeste au cours du XIIe siècle, et ce aussi bien parmi les chrétiens que parmi les juifs15. De fait, les conversations que Rashbam tint avec des savants chrétiens à propos d’interprétations controversées de passages de l’Ecriture semblent bien remonter à cette période de sa vie. Il les cite plusieurs fois dans ses exégèses. Ces débats ont pu d’ailleurs se poursuivre après l’achèvement de la compilation de ses commentaires.

  • 16 L’idée que ces petits-fils de Rashi habitaient à Ramerupt est profondément enracinée chez les histo (...)

13Or, à moins que l’on ne préfère suivre l’opinion largement répandue (bien qu’uniquement fondée sur des manuscrits tardifs ou des textes imprimés) selon laquelle Samuel vécut également à Ramerupt en Champagne où il aurait passé une grande partie de sa vie16, les villes citées ci-dessus représentent toutes celles qui peuvent légitimement être associées à la vie et à la carrière de Rashbam - sauf une.

14Le seul lieu de résidence qui ne soit pas mentionné jusque-là, mais que citent deux textes hébraïques d’origine totalement différente et qui se corroborent l’un l’autre, est la ville qu’on pensait jusqu’à présent être celle de Dreux, proche de la frontière qui séparait l’Ile-de-France de la Normandie. Nous pouvons prouver maintenant qu’en réalité il s’agit de Rouen. En outre, d’après les descriptions contenues dans ces textes, il s’avère que Rashbam ne se contenta pas de rendre visite à cette ville : il y fut engagé en tant que maître talmudique pour une durée de plusieurs années, probablement à la fin de sa tournée des communautés citées plus haut. Nous allons donc à présent examiner ces textes.

  • 17 Dans cette phrase, le mot qui signifie « dires » (deḇārīm) est une supposition de l’éditeur.

15Dans une consultation au sujet de la proportion de substance impure considérée comme suffisante pour interdire un mets à la consommation, Jacob Tam écrit à Ephraïm ben Isaac de Ratisbonne : « après que j’eus expliqué la chose, une réponse (identique) fut découverte (par moi) dans un volume de dires (de) Shema’yah, beau-père de notre maître mon frère (c’est-à-dire Rashbam) que mon frère rapporta avec lui de RḤM דחם »17.

  • 18 Voir Gross, Gallia, p. 177 : « A mon avis c’est volontairement qu’on a désigné Dreux par le mot דדו (...)

16Or, Henri Gross pensait que la forme scribale DRWS désignait constamment la ville de Dreux (voir tout particulièrement ci-dessous, ch. VII, p. 177). Comme il déniait à la ville de Rouen toute présence d’une culture juive de quelque importance, il se trouva aussi dans l’obligation de considérer les autres variantes de copistes pour RDWM (voir ci-dessous, p. 188) comme des erreurs qu’ils auraient commises dans leurs transcriptions de Dreux. Pourtant, pour étayer cette hypothèse, la supposition de plusieurs erreurs de transcription était nécessaire. De plus, dans le cas de la variante de copiste DRWM, il suggérait que ce terme (qui signifie « sud ») était utilisé pour qualifier Dreux, l’associant au « sud » de la Palestine où certains rabbins se rendaient autrefois pour se livrer à la méditation et à l’étude. D’autre part, dans le cas de RḤM, Gross proposa de le changer en « Dreux » par la correction de deux de ses lettres : D pour R et RW pour H, et de considérer la forme résultante DRWM comme la même épithète pour Dreux18. Cette interprétation forcée et compliquée devient inutile si l’on considère que le terme RḤM, דחם, se transforme en RDWM, דדום, rien qu’en tenant les deux lettres médianes pour ayant été malencontreusement accolées. Nous avons déjà rencontré phénomène semblable avec RYMS, Iran דיםש (Reims) de ḤMS, דםש. Il arrive souvent que dans des manuscrits médiévaux tardifs deux lettres se soudent en une seule.

  • 19 Dans une autre consultation (Séfer hayashar, éd. Rosenthal, p. 196) Rabbénou Tam affirme qu’« encor (...)

17Accordons une grande attention aux termes choisis par Rabbénou Tam dans ce texte. A l’époque où fut rédigée cette consultation, Samuel, de toute évidence, était déjà décédé. Jacob, en effet, utilise la forme passive nimṣét, « fut trouvée, fut découvert » dans le passage au sujet des manuscrits rapportés par Samuel19. Si Samuel avait été encore en vie à l’époque, Jacob aurait choisi une expression du genre « mon frère déclare que la réponse se trouve dans les écrits de son beau-père », précédé d’une indication expliquant qu’il avait questionné son frère à ce sujet au moment où la demande d’Ephraïm lui était parvenue. De plus, lorsqu’il déclare : « mon frère (les) rapporta avec lui de RḤM », Jacob indique clairement que son frère avait séjourné en ce lieu avant de retourner en Champagne. Autrement dit, il ne s’agissait point là d’une simple étape dans une longue tournée - on aurait eu alors une expression comme : « que mon frère rapporta avec lui de ses voyages ». De plus, le matériel rapporté provenait de l’héritage littéraire du beau-père de Rashbam. Il est donc raisonnable d’en déduire que celui-ci mourut pendant le séjour de son gendre dans la ville en question et que ses propres écrits sur divers problèmes rabbiniques y échurent à Rashbam et à sa famille. (Il n’est pourtant pas possible de déterminer si Shema’yah lui-même est décédé en cet endroit.) Contrairement aux brèves visites rendues à diverses villes d’Anjou et de Normandie, Samuel semble bien avoir résidé un certain temps dans la ville dont il s’agit ; pendant ce temps il reçut des legs littéraires du père de sa femme. A en juger par l’architecture des caractères hébraïques du toponyme, cette ville n’aurait pu être que Rouen.

  • 20 Voir par exemple Gross, Gallia, p. 441-443 ; E. Canel, Hist. de la ville de Pont-Audemer II (Pont-A (...)
  • 21 Voir Joël Muller, éd., Teshubot hakhmé sarefat welōtair (Vienne, 1881), Cons. 3, fols. 2-3. L’éditi (...)
  • 22 L’édition imprimée a LWNBRYṬ, ce qui implique une syllabe finale-bref ou-brīt. Gross (Gallia, p. 17 (...)

18Un autre texte hébraïque provenant d’un tout autre recueil de consultations rabbiniques, démontre de manière concluante que Rashbam a élu résidence en cette ville afin d’y enseigner et d’y mener des activités de recherche en son école. Il s’agit d’une lettre écrite vers le milieu du XIIe siècle par Shemariah b. Michaël, de toute évidence originaire de Pont-Audemer (Pons-Aldemari ou Audomari), ville proche de la côte normande, à quelque cinquante kilomètres à l’ouest de Rouen, et qui abrita une communauté juive très vivante au moyen âge et posséda, bien sûr, sa propre « rue aux Juifs »20. Dans cette lettre21 Shemariah s’adresse à son maître Joseph ben Menahem Lombard (LWNBRṬ)22. Il lui relate une série de conversations qu’il eut avec un étudiant talmudiste du nom de Jacob Israël avant et pendant leur voyage vers Pont-Audemer à partir d’une ville où ils étudiaient tous les deux sous la direction de Rashbam. Il semble qu’ils y avaient fini un trimestre et rentraient dans leur ville natale, peut-être pour fêter la Pâque avec leurs familles.

  • 23 Ainsi dans MS Montefiore 98, fol. 64 verso (rabkā) au lieu du « votre cœur » (lebābkā) du texte imp (...)

19Le but de leurs discussions était de tenter de déterminer la quantité de farine légalement autorisée pour la fabrication des azymes pour la Pâque. Shemariah rappelle à son maître Joseph qu’il a lui-même permis d’en utiliser une grande quantité. Puis il indique que Jacob Israël a déjà, avant leur voyage, rencontré cette opinion dans des opuscules légaux composés par Maître Joseph, et qu’il s’est élevé violemment contre elle, en disant : « Qui a permis à votre maître23 d’enseigner ainsi ? » « Je lui ai répondu avec beaucoup de termes durs... » dit Shemariah dans sa lettre à Joseph, « ... mais il me dit : ‘Cède donc car je vais faire connaître son erreur aux maîtres de France !’(rabbāné ṣarefat). »

20Or, la version imprimée de la lettre continue ainsi (Shemariah reprend son histoire) :

« Lorsque nous sommes arrivés à Ṣad Estan, et venus de DRWM à Pont-Audemer, il (Jacob) écrivit une lettre à notre maître Samuel (Rashbam) disant :’...pour sûr j’ai oublié de vous parler de votre opinion concernant la quantité de farine à utiliser pour le pain azyme. Or Maître Joseph LWNBRYṬ s’est déclaré en faveur d’une grande quantité... Cependant je ne l’ai pas rencontré pour pouvoir en discuter avec lui... Et maintenant, ô notre maître, qu’il vous plaise (de) faire des recherches à ce sujet et (de) m’adresser des directives quant à ce que l’on doit faire’(littéralement, quant à son interprétation correcte’). »

  • 24 Dans TYR j’ai parlé du voyage des deux étudiants d’une manière hypothétique, corrigeant la leçon de(...)

21Les mots cruciaux dans ce passage, qui indiquent la ville à partir de laquelle les deux étudiants avaient fait leur voyage à Pont-Audemer, sont ceux représentés dans l’édition imprimée par les termes voulant dire « lorsque nous sommes arrivés à Ṣad Estan, et venus de DRWM à Pont-Audemer ». Pourtant, le manuscrit de Montefiore sur lequel ladite édition est fondée, ne contient pas précisément ces mots. Plutôt que DRWM (« le sud ») le manuscrit porte précisément le toponyme RDWM (voir fig. 28) - comme de raison, étant donné le fait que les deux étudiants se dirigeaient vers le bourg normand de Pont-Audemer24. De plus, la préposition hébraïque apparaissant avant les mots Ṣad Estan n’est pas celle qui veut dire « à » (ל, 1-), mais la préposition relativement neutre (נ, b-) qui veut dire « dans ». Mais le verbe hébraïque pour « venir » dont se sert ce passage () exige, normalement, ou « à » (ל, 1-) ou « de » (ם, m-), mais non pas « dans ».

  • 25 Le pont en bois fut remplacé par le « Pont de Pierre » en 1160, voir par exemple Th. Cook, The Stor (...)

22L’expression « Ṣad Estan » se trouve dans le Talmud de Babylone (Kiddushin 12 verso) dans le sens d’une direction, et les maîtres talmudistes français l’interprétèrent comme « côté nord » (voir, par ex., Rashi et Tossafoth ad loc.). Pour voyager de Rouen à Pont-Audemer, on traversait d’abord un pont en bois à Rouen25 de la rive droite (du nord, c’est-à-dire Ṣad Estan) de la Seine à la rive gauche. Ensuite on faisait par voie de terre un trajet de 50 km sur la route connue qui passait par La Bouille, Bourg-Achard, et Rougemontier (voir fig. 28). Or, à cause de l’amas de caractères semblables dans l’expression ṣad estan (voir la photographie), l’éditeur (Müller) se trompa et lut l’expression du texte comme leṣad estan, « au Ṣad Estan » - tandis qu’une connaissance de la topographie de la route de Rouen à Pont-Audemer ne peut laisser de doute que l’expression originale avait été miṣad estan, « du Ṣad Estan ». Et quant au « dans » du manuscrit de Montefiore, il est évident que le copiste se trompa en écrivant le caractère a (b) au lieu de a (m) devant l’expression ṣad estan. (A cause de la similarité entre ces deux caractères dans les écritures médiévales, cette erreur de scribe se trouve souvent dans les manuscrits hébraïques.) C’est cette légère erreur qui a obscurci l’allusion intéressante à la traversée de la Seine au début du voyage : « lorsque nous sommes venus du côté nord et avons voyagé de Rouen à Pont-Audemer ».

  • 26 Les mots traduits « à DRWM » sont écrits dans le texte hébraïque comme DRWMH, הדדום, le dernier car (...)

23La lettre de Shemariah indique ensuite qu’au reçu de la missive de Jacob Israël, Rashbam avait répondu pour l’informer qu’à son avis ceux qui penchaient pour une utilisation abondante de farine se trompaient. Shemariah cite alors les raisons avancées par Rashbam pour étayer son jugement. Lorsque Jacob communiqua le contenu de cette réponse à Shemariah, celui-ci s’adressa à Maître Méïr, sage de sa ville (Pont-Audemer sans aucun doute). Ce dernier émit l’opinion que l’avis de Rashbam était mal fondé. Shemariah termine ainsi : « Et qu’il vous plaise à vous notre maître... de réfléchir à ce problème et de répondre à notre maître Samuel ; et qu’il vous plaise d’adresser vos réponses par l’entremise de ceci mon serviteur car je l’enverrai (ensuite) à DRWM26. (Signé) Shemariah ben Michaël. »

  • 27 D’autres exemples de la même erreur scribale, c’est-à-dire RDWM DRWM, sont donnés ci-dessous, p. 1 (...)

24Il devient clair, grâce à ce dernier passage de la lettre, que Shemariah avait envoyé sa missive par un messager (« ceci mon serviteur ») à Joseph Lombard qui se trouvait dans une troisième ville, en priant ce dernier de répondre à la critique de Rashbam. Le messager devait attendre la réponse de Joseph et la rapporter à Shemariah à Pont-Audemer. Ensuite Shemariah enverrait la réponse à Rashbam par le même messager. Pourtant le terme hébraïque DRWM (דדום, dārōm) veut dire « le sud » - qui n’est pas la direction de Pont-Audemer à Rouen. Mais nous savons que Rashbam se trouvait à Rouen par induction d’une phrase précédente (« lorsque nous sommes venus... de Rouen à Pont-Audemer, il écrivit à Samuel, disant : ‘pour sûr j’ai oublié de vous parler...’ »), de même qu’en vertu des termes de la consultation de Rabbénou Tam (voir ci-dessus, p. 150). Nous sommes donc obligés de conclure que le toponyme employé à l’origine par Shemariah à la fin de cette lettre, n’était autre que ce même RDWM : le R (ד) et le D (ד) qui formaient les deux premières consonnes furent changés de place au fil du temps par une erreur caractéristique de copiste27. Ainsi il devient évident que par des processus normaux de transcription qui ont atteint et la lettre de Rabbénou Tam et celle de Shemariah, le seul terme Rodom, trouvé en fait dans la première partie de la lettre de Shemariah, a été légèrement changé à travers les siècles, dans le premier cas à RḤM et dans l’autre cas à DRWM, c’est-à-dire :

  • 28 Voir Séfer hayashar, éd. Rosenthal, p. 76, où la date (4)913a.m. (= 1153 de l’ère chrétienne) est d (...)

25Rashbam a donc vécu et enseigné un certain nombre d’années à Rouen avant de retourner dans sa Champagne natale. La façon dont Rabbénou Tam s’exprime implique que Rashbam est mort peu d’années après ce retour, avant d’avoir pu lui communiquer personnellement le contenu légal des ouvrages de son beau-père qu’il avait ramenés. Nous l’avons déjà suivi au cours d’une étape précédente de sa carrière dans ses tournées en différentes villes de Normandie et ailleurs. Son installation à Rouen nous apparaît comme un sommet. Pourtant son retour en Champagne peut avoir eu lieu avant 1153 déjà puisque, selon les expressions utilisées dans la lettre de Meshoullam b. Nathan de Melun à Rabbénou Tam28 Samuel se trouve à nouveau chez lui. Si l’on tient compte de ses séjours à Paris, ainsi qu’en Anjou et en Normandie après avoir quitté Reims qu’il habitait autour de 1130, on peut légitimement conclure qu’il vécut à Rouen de l’année 1135 environ jusque vers les années 1150. Il eut alors l’occasion, comme nous le verrons plus loin, d’entrer en rapport avec le grand savant andalou Abraham ibn Ezra.

  • 29 Elles émaillent ses commentaires du Pentateuque (Genèse XCIX, 10 ; Exode III, 22 ; XX, 13 ; Lévit. (...)

26Il est peu probable que Rashbam se soit installé à Rouen dans un autre but que d’y diriger l’école rabbinique. Etant donné qu’il fait référence à ses séjours antérieurs à Paris et en Anjou dans son commentaire de la Torah, il nous est loisible de supposer qu’il y mit la dernière main lors de la période rouennaise de sa carrière. Nombre de ses discussions avec des savants chrétiens sur des points litigieux d’exégèse biblique eurent certainement lieu à cette époque29.

27Rashbam s’est certainement occupé de rédiger d’autres commentaires sur la Bible lors de son séjour à Rouen, activité caractéristique de la renaissance culturelle du XIIe siècle, aussi bien parmi les juifs que parmi les chrétiens. Son opinion sur divers points d’exégèse contestés, tout spécialement lorsqu’il s’agit d’aspects théologiques, devait être attendue avec intérêt, sinon avec impatience, par les érudits chrétiens de Rouen et des monastères voisins - sans parler des sages juifs du nord de la France qui le tenaient en si haute estime.

  • 30 Sur les activités littéraires de Samuel en tant que commentateur du Talmud, voir en particulier E.E (...)

28A côté de ses recherches d’exégèse, Samuel composait également, sous forme de gloses (tōssāfōth), des commentaires ou explications de nombreux traités du Talmud de Babylone, sujet principal d’étude des écoles rabbiniques30. De fait on doit considérer ses essais littéraires d’abord comme précurseurs ou corollaires de ses travaux de professeur de droit talmudique auprès des étudiants de l’école rouennaise. Cette charge d’enseignement est exigée des chercheurs par la loi juive (halākhāh) elle-même. C’est dans ce rôle que nous le voyons à travers la lettre de Shemariah b. Michaël analysée ci-dessus. Les relations mentionnées dans cette lettre entre Samuel et ses jeunes contemporains vont à présent retenir notre attention.

3. Trois étudiants de Rashbam

29Remarquons pour commencer que le voyage de Shemariah et de son compagnon de route les mène d’est en ouest, de Rouen à Pont-Audemer, et que des discussions ont lieu en ce gros bourg marchand de Normandie entre Shemariah et un certain Maître Méïr, érudit selon toute apparence, à propos de la question halakhique en cause et, plus particulièrement, de la justesse de l’opinion de Rashbam à ce sujet (lui qui interdit l’usage d’une grande quantité de farine pour la fabrication des pains azymes).

30Quand il devint évident que Méïr donnait tort à Rashbam sur ce point, Shemariah décida d’adresser à Joseph Lombard une lettre de plainte en ce qui concerne la position de Rashbam. Dans cette lettre, Shemariah prie Joseph de « réfléchir à ce problème et de répondre à notre maître Samuel (Rashbam). » Le fait que Shemariah demande à son autre maître, Joseph Lombard, de répondre à Rashbam prouve que Joseph lui-même devait également être considéré comme une autorité en matière de jurisprudence juive à l’époque (vers le milieu du XIIe siècle) au moins sur le plan régional.

31Shemariah avait voyagé vers l’ouest, de Rouen à Pont-Audemer. Ensuite il envoya sa lettre par messager de ce bourg à une autre destination, en priant que Joseph donne sa réponse au même passager. Ce dernier la rapporterait à Pont-Audemer et de là à Rashbam à Rouen. La direction la plus logique à suivre pour retrouver le lieu de résidence de Rabbi Joseph est donc l’ouest, au-delà de Pont-Audemer.

  • 31 Ce passage d’un manuscrit dans la collection de Günzberg à Moscou est cité par Neubauer, REJ XVII ( (...)

32Et, effectivement, un talmudiste répondant au nom de Joseph a résidé à Caen vers le milieu du XIIe siècle. Si on en croit un passage de l’une des versions manuscrites d’une thèse écrite par le riche et savant Samuel ben Salomon (Sire Morel) de Falaise (voir ci-dessous, ch. x et xi), il se rendit à Caen, probablement vers la fin du siècle. A propos de certaine coutume rituelle, Sire Morel explique : « lorsque j’arrivai à Caen (QAM) on (me) dit que telle était la coutume de l’ancien et vénéré Maître Joseph, car Maître Jacob (Tam) avait la même... »31.

  • 32 Voir par exemple Tossafoth à Ketubbot 70 recto, s.v. « hākha » ; et d’autres sources citées par Urb (...)
  • 33 Voir Séfer hayashar, éd. Rosenthal, p. 20 ; Urbach, BT, p. 99-100. - Quant à la correspondance entr (...)

33Il ressort de ce passage que Joseph de Caen fut l’un des disciples de Jacob Tam ; d’autres textes toutefois le donnent pour disciple de Rashbam. C’est ainsi par exemple qu’il est dit avoir « présenté des Tossafoth devant (c’est-à-dire en présence de) Maître Samuel »32. En réponse à une question Jacob Tam écrit : « Il se peut que vous ne possédiez pas les Tossafoth du Maître Joseph où mon frère (Rashbam) propose une autre explication »33. Par ailleurs Salomon Louria écrit, dans la célèbre consultation no 29 où il indique, suivant des sources plus anciennes, la chronologie des principaux docteurs de la Loi au moyen âge, que, sous le « règne » de Samuel ben Méïr « servirent devant lui Joseph DYNBRYT, Rabbénou Tam son frère (celui de Samuel), et Maître Isaac ben Abraham (qui) vint servir devant lui puis s’en retourna chez lui ». D’autres textes (voir Gross, Gallia, p. 544 ; Urbach, Ba’alé hatossafot, p. 99) indiquent d’autres formes du nom de ce Joseph, tels que DANBRYT, DNBRYT, DWN BDYNO, et même « Don Bendit », déformation que l’on peut, au mieux, attribuer à quelque scribe espagnol tardif.

  • 34 Cette situation vient encore se compliquer du fait qu’une copie manuscrite d’un commentaire bibliqu (...)

34De toute évidence il s’agit bien du Joseph qui correspond avec Rabbénou Tam après la mort de Rashbam. Il apparaît dans d’autres endroits de la littérature rabbinique en tant que Joseph Porath, ou Joseph ben Moïse. Comme la lettre de Shemariah fait état de Joseph LWNBRYT ou Joseph ben Menahem, les spécialistes ont généralement dissocié les deux personnages34.

  • 35 La forme LWNBRṬ ailleurs qu’en rapport avec Joseph est attestée dans un shetar (= document légal) d (...)

35Il semble y avoir eu confusion dans les sources - due à des erreurs de copistes - à propos de ce personnage qui paraît bien être Joseph, disciple de Rashbam, puis correspondant de Rabbénou Tam ; seule l’erreur de chroniqueurs ou de scribes tardifs ont fait de lui le fils ou le petit-fils de Rashbam (voir note ci-dessus). Etant donné que le nom DWNBRYT ou LWNBRYT, etc.35 apparaît avec tant de régularité dans les sources pour qualifier Joseph à l’époque où Rabbénou Tam et Rashbam sont en pleine gloire, cependant que le Joseph LWNBRYT de la lettre de Shemariah semble pouvoir être situé à Caen d’après les indications de celle-ci, et que le Joseph des autres textes est, lui, associé clairement à la ville de Caen, il y aurait tout lieu de considérer ces références comme ayant trait à une seule et même personne. Pourtant la lettre de Shemariah indique le nom du père de Joseph : Menahem - et non Moïse. Mais aucun autre texte de la littérature hébraïque de cette période émanant de la France du nord ne fait mention d’un Joseph b. Menahem, tandis que Joseph b. Moïse apparaît régulièrement tel qu’il est décrit ici. Les preuves pour l’identification de ces deux Joseph sont si fortes, qu’il semble évident que le « Menahem » de la lettre de Shemariah n’est qu’une variante scribale tardive pour Moïse.

36Par conséquent il semble bien, au vu des textes, que Joseph LWNBRYT/DWNBRYT fut lui-même élève et disciple de Rashbam, sans doute à Rouen, et qu’il fut appelé par la suite à un poste important à Caen où il résida de nombreuses années. Nous pouvons le considérer comme un talmudiste typique de la juiverie normande, parti poursuivre des études supérieures à Rouen, et probablement aussi en Champagne auprès de Rabbénou Tam, puis installé à Caen, et maintenant des contacts étroits avec ses anciens maîtres.

37On comprend donc fort bien que Shemariah b. Michaël, désorienté par l’attitude de Rashbam à propos de la question de la fabrication de pain azyme, écrive à l’ancien disciple de celui-ci, Maître Joseph, afin qu’il demande à leur maître son avis sur cet important problème. Joseph s’était fait une opinion personnelle, sans peut-être même connaître celle de Rashbam, au moment où il rédigeait les opuscules auxquels il est fait allusion dans la lettre. De fait, le but de Shemariah était de signaler à Joseph la différence remarquable de point de vue entre le maître et son disciple de marque et d’amener celui-ci à correspondre avec Rashbam dans l’espoir de le faire pencher vers plus d’indulgence. Il n’est guère difficile d’imaginer que la règle apportée par Rashbam ennuyait fort les communautés juives de Normandie, dont les membres devaient se mettre à mesurer très minutieusement la quantité de farine nécessaire pour fabriquer le pain azyme. Il est dommage que nous ne possédions pas la réponse de Joseph à Shemariah. L’issue de la discussion nous est donc inconnue.

38L’urgence de la demande met en lumière le fait que le voyage de Jacob et de Shemariah eut lieu peu avant le moment de cuire le pain azyme. Ils se rendirent apparemment à Pont-Audemer pour préparer la Pâque. C’est dans ce contexte qu’il nous faut comprendre l’importance de la déclaration de Jacob Israël à Rashbam dans la lettre qu’il lui avait adressé et que cite Shemariah :

O maître Samuel, puisse-t-il (= vous) vivre à jamais ! En vérité j’ai oublié de lui (= vous) parler de la mesure de la pâque (farine) qu’il ordonne, et à présent voici qu’est venu Maître Joseph Lombard pour la rendre profuse... Je ne l’ai pas vu (Joseph) pour discuter de ce point... Donc, que notre maître s’occupe maintenant du sujet et m’instruise, m’expliquant ainsi l’essence de la question...

39Jacob Israël semble subir plus fortement l’influence des enseignements du maître que Shemariah. Ce fut donc un disciple de Rashbam à Rouen (celui-ci le nomme dans sa réponse également citée dans la lettre : « mon cher Jacob ») qui retourna à Pont-Audemer pour les fêtes. S’il n’y avait pas eu urgence le point litigieux aurait aisément pu être résolu en discussion personnelle avec Rashbam après le retour de Jacob à Rouen pour continuer ses études.

40Il s’agit sans nul doute du Jacob Israël connu dans certaines sources comme « Jacob ben Joseph Israël » ou, dans certains passages des Tossafoth, comme « Jacob de Pont-Audemer » (voir Gross, Gallia, p. 441-442). Il fut en relation épistolaire avec Jacob Tarn après la mort de Rashbam, de même que Joseph de Caen. Un passage d’Or zarou’a (I, folio 230 verso) indique qu’il devint lui-même une autorité reconnue à Pont-Audemer même. Les termes de la lettre de Shemariah conduisent à penser qu’ils étaient tous deux relativement jeunes à l’époque. Il est possible que Shemariah aussi étudiait alors à la yeshibah rouennaise après avoir été l’élève de Joseph de Caen. Il se peut que Joseph lui-même ait enseigné à Rouen ou à Pont-Audemer avant de prendre son poste à Caen. Rien ne prouve que ces talmudistes normands fussent pour toujours fixés en un seul lieu. Ce furent généralement au contraire de grands voyageurs. Etudiants, ils cherchaient les lumières de la science rabbinique dans tout centre d’études qu’ils pouvaient trouver. Puis ils acceptaient un poste de docteur de la loi, de juge, de prédicateur dans l’une de ces communautés juives qui s’épanouissaient en Normandie, en Ile-de-France, ou ailleurs, là où l’on avait besoin de leurs services et où ils étaient assurés de trouver de bonnes conditions de travail. C’est à Rouen néanmoins que se trouvait le principal lieu d’enseignement de Normandie, le siège dont l’autorité était reconnue, et ce, longtemps avant l’époque de Rashbam et de ses successeurs.

4. Pereç b. Menahem au synode sur le problème des délateurs

  • 36 Nous avons déjà discuté des phrases importantes de cette ordonnance plus haut, chap. ii, p. 43 et c (...)

41Nous faisons ici référence à deux ordonnances promulguées par les synodes rabbiniques convoqués par Rabbénou Tam dans les années 1150-1160. La première de celles-ci fut édictée du vivant même de Rashbam. Elle traite du problème des délateurs, phénomène qui semble inquiéter alors les juifs du nord de la France36.

  • 37 L’orthographe RYYS n’exige pas de modification, comme elle reflète la prononciation plutôt que l’or (...)
  • 38 Au premier coup d’œil, on est tenté d’entendre ce terme comme une référence à Carpentras ; mais pui (...)

42Le texte de cette loi (qui existe dans plusieurs recueils différents) s’ouvre par une déclaration indiquant le lieu de résidence des membres du synode qui la promulguaient. Selon la version du manuscrit de Parme (de Rossi, no 147), les termes de cette loi ont reçu l’accord de « tous les anciens et sages de Troyes et de ses environs, les grands d’ALWRA (lire ALṢWRA, Auxerre), les sages de la frontière (= région) de RYYS (= Reims)37 et nos maîtres qui sont à PRYS (= Paris) et qui sont à DRWM (lire RDWM, Rouen), les sages de Laon et de QRPNTRAT38 (lire AYYTNPS, Etampes comme en d’autres versions), de Lombardie et de la « langue de la mer » (= la Bretagne), de l’Anjou et du Poitou, et les grands de Lothair (= la Lorraine). »

43Le manuscrit du British Museum indique encore d’autres lieux. Il omet DRWM parmi d’autres de la liste mais ajoute « de Normandie ». Cette même version comprend une liste de six signataires : « Jacob b. Méïr, Samuel b. Méïr, Samuel b. Jacob, Isaac b. Salomon, Troyes, Auxerre, Sens, Pereç b. Menahem DRWM (ou RDWM : il est impossible de trancher car les deux lettres ont quasiment même aspect dans ce manuscrit), Isaac b. Néhémie. » Il semble qu’ils ont été les participants principaux et que le copiste du manuscrit ait lu comme une ligne du texte les noms de ville figurant sur le manuscrit original sous chacune des quatre premières signatures. Dans le prototype de cette version le terme plus général de Normandie fut substitué à celui de Rouen et le représentant des communautés normandes, Pereç ben Menahem, identifié sous le nom de la capitale régionale dans la liste des signataires. (Voir photographie dans TYR, fig. 9).

44Le manuscrit Halberstam se termine, lui, par : « Isaac b. Néhémie de DRWM et Pereç b. Menahem de Joigny. » Cependant nous savons que Pereç ben Menahem était le père de Menahem Vardimas de Rouen (voir chap. x ci-dessous) ; le copiste de ce manuscrit a donc dû intervertir les deux derniers toponymes par erreur.

  • 39 J’ai parlé plus haut, p. 134, du problème de savoir si Pereç et son denahem Vardimas tinrent l’offi (...)

45Les diverses versions, malgré leurs variantes, font apparaître la présence au synode d’un représentant des juifs de Normandie, venu de Rouen, plutôt que de Caen ou d’ailleurs. Ce synode eut lieu à Troyes aux alentours de 1155-1160, après le retour de Rashbam en Champagne. Son poste à Rouen est probablement alors occupé par Pereç b. Menahem, dont toutefois nous ne connaissons pas les travaux littéraires39.

46L’ordonnance montre donc qu’au milieu du XIIe siècle il était de l’usage de la juiverie normande d’être représentée par un dignitaire de Rouen aux synodes de la France du nord, synodes d’un caractère intercommunal et interrégional. Elle fournit une preuve supplémentaire - si on en avait besoin - de la position centrale de Rouen dans la structure communale des juifs de Normandie, laissant entendre que cette position était de longue date. Pourtant la grande importance de ce document ne peut être appréciée que de concert avec la deuxième ordonnance ayant rapport à cette discussion, ordonnance décrétée apparemment quelques années après la mort de Rashbam (c’est-à-dire 1160-1170 environ).

5. L’ordonnance sur le problème des maris absents

  • 40 Voir L. Finkelstein, Jewish Self-Government, p. 44, 168-170. Le premier à publier le texte fut M. G (...)
  • 41 L’expression qui précède ce dernier membre de phrase, « pour le besoin de sa femme », semble superf (...)

47Cette deuxième ordonnance40 est même plus importante que celle discutée ci-dessus, car à l’évidence elle fut fondée sur une ordonnance rouennaise promulguée au début du XIIe siècle ou même avant la première Croisade. Selon ce décret, un juif ne serait pas autorisé à « quitter son foyer (lit., « sa femme ») plus de dix-huit mois (variante : douze mois) sans l’autorisation du tribunal de la ville la plus proche à moins qu’il n’ait reçu le consentement de sa femme en présence de témoins qualifiés. » L’ordonnance autorise « une absence de dix-huit mois uniquement aux maris obligés de partir gagner leur vie et seulement si le mari est en paix avec sa femme ». Aucun homme marié ne doit rester éloigné de sa femme contre la volonté de celle-ci « sauf si les sept anciens (lit., « bons hommes ») de la ville devant lesquels est portée la cause autorisent la prolongation du séjour en cas de besoin - par exemple, s’il a des créances à aller collecter, ou s’il étudie, ou (s’il apprend) à écrire, ou s’il est pris par ses affaires »41. Lorsqu’il reviendra de son voyage, poursuit l’ordonnance, il devra « rester (à son foyer au moins) six mois avant d’entreprendre un nouveau voyage ».

48En aucun cas, toutefois, un mari n’est autorisé à « abandonner (sa femme) à la suite d’une querelle ou de rancune mais uniquement avec le consentement du tribunal ». L’époux est tenu de « faire parvenir à sa maison et ses fils des moyens de subsistance, en accord avec ses moyens, de six mois en six mois ». Il doit « payer par l’entremise du tribunal toute dette contractée pendant son absence pour la subsistance de sa famille et faire éduquer (ses enfants) » en accord avec la loi rabbinique (voir Bab. Kettu-both 50 recto). Il doit, avant son départ, et s’il en possède les moyens, « laisser assez d’argent pour eux en la présence de témoins dignes de confiance ». Aucun mari ne pourra « faire des projets de partir que s’il est d’accord avec sa femme, ni remettre (son retour) plus que six mois après l’appel des dignitaires de la ville où elle réside, ou de la ville la plus proche ». Dans le cas où quelqu’un transgresserait l’ordonnance, « les hommes ne devraient pas lui accorder leur hospitalité, ni le loger ».

49Le décret fut pris « en présence d’un rouleau de la Torah et des 613 commandements et prendra effet avec l’approbation de nos maîtres à Rome : ce qu’ils ordonnent sera ordonné. » Rabbénou Tam ajoute ce qui suit : « Ce décret est conforme, et c’est un ancien décret, et nous sommes d’accord avec lui, toujours en consonnance avec nos maîtres qui sont en France (Sarefath), car la paix est grande. » Cette ordonnance fut sans doute promulguée afin de contrebalancer les difficultés familiales dues aux trop longues absences des marchands juifs d’Ile-de-France. Il dut y avoir, en ce temps-là, un grand nombre de commerçants juifs français qui, prenant à la lettre la loi juive qui n’accorde pas le divorce sur l’initiative de l’épouse, s’engageaient dans le grand négoce international et s’absentaient de leur foyer durant de longues années malgré le vœu de leur famille. Problème qui se posait avec acuité dans les grands centres de commerce et les ports.

50Ces faits, présents en filigrane dans ce texte, prennent leur sens lorsqu’on examine la première phrase de l’ordonnance : « Nous avons décrété, en accord avec (les termes de) telle lettre apportée (ici par messager) de DRWM, qu’aucun homme en Israël ne devra être autorisé à quitter sa femme », etc.

51Cette phrase initiale peut à première vue être traduite : « Nous avons décrété, avec l’accord de telle lettre... » ce qui signifierait que les autorités juives de DRWM avaient accordé à Rabbénou Tam pouvoir de prendre la décision en question mais qu’en fait lui seul l’aurait rédigée et promulguée. Cette interprétation ne résiste pas, cependant, si l’on examine la dernière phrase, déjà citée : « Rabbénou Tam ajoute (ce qui suit) : ce décret est conforme, et c’est un ancien décret, et nous sommes d’accord avec lui, en consonnance avec nos maîtres qui sont en France (Ṣarefath), car la paix est grande. (Signé) Jacob ben Rabbi Méïr (Tam). » Rabbènou Tam semble bien vouloir, par cette déclaration, souligner que le décret a déjà été promulgué à DRWM autrefois, que les termes lui en ont été adressés de là par messager, qu’il les a estimés légalement valables et qu’il arrêtera son propre décret sur cette base dès que ses collègues d’Ile-de-France l’auront accepté.

52Ainsi donc cette loi n’émane pas de Rabbénou Tam à l’origine. Il se contente de reprendre un ancien décret arrêté par des décisionnaires investis d’un pouvoir suffisamment reconnu pour qu’ils pussent l’imposer à tous les juifs mariés de leur ville, et d’autres villes et bourgades par la même occasion. Cela se déduit de la mention qu’une absence de dix-huit mois (ou de douze) ne sera acceptée qu’avec l’autorisation « du tribunal de la ville la plus proche » - et non pas « du tribunal de DRWM ». Ce décret n’a cependant pas force de loi à l’époque en Ile-de-France puisque les termes originels, comme nous le verrons, sont adressés par missive à la capitale. De plus, la nature même du premier décret montre bien qu’il fut pris en un endroit où le problème de l’absence prolongée des maris se faisait sentir avec force, et que les autorités qui l’ordonnèrent avaient assez d’importance pour assurer l’exécution de ses dispositions.

  • 42 Voir Finkelstein, Jewish Self-Government, p. 169: « We have decreed in consonance with a letter whi (...)
  • 43 Voir l’édition de A. Scheiber du fragment de Budapest des mémoires d’Obadiah, fols. 1 recto, ligne (...)

53Le lieu d’origine de la lettre reçue par Rabbénou Tam a été (une fois de plus) identifié par erreur à Dreux42. Quant à l’hypothèse que ces quatre caractères représentent une épithète désignant Dreux par allusion aux « savants du sud », nous avons vu (ci-dessus, p. 150) qu’elle se révèle extrêmement artificielle. Et prétendre que l’orthographe DRWM représente une erreur de copiste pour DRWS et que DRWS signifie Dreux, ne vaut pas mieux (voir ci-dessus, p. 154, note 26). Il n’existe pas, à notre connaissance, de manuscrit autographe hébraïque qui mentionne le terme Dreux à l’exception de fragment de Budapest des mémoires d’Obadiah le Prosélyte. Dans ce manuscrit le nom du père d’Obadiah, Dreux, est orthographié DRW ou DRWKS43.

  • 44 Certains historiens ont voulu associer Dreux à une ville nommée DRWS, ררויש dans les sources hébraï (...)

54En outre, il n’est guère possible de dépeindre la ville de Dreux au moyen âge comme grande métropole des affaires, ni comme le site d’une importante communauté juive, ni comme une agglomération où l’on peut montrer que résidèrent des rabbins célèbres, toutes conditions nécessaires pour comprendre la promulgation du premier décret44.

  • 45 Voir E. Lefevre, Documents historiques sur le Comté et la Ville de Dreux (Chartres, 1861), p. 398-3 (...)

55Une rue aux Juifs existait à Dreux, il est vrai, comme en diverses villes de Normandie et d’Ile-de-France. Mais les documents concernant les juifs de cet endroit sont si rares45 que, compte tenu de tous les éléments en notre possession, il nous est impossible d’identifier DRWM à Dreux.

56En revanche le problème de l’origine géographique du décret se résout sans difficulté si on tient compte de ce que les textes de l’ordonnance dont nous disposons aujourd’hui ne sont que des copies de l’original. Grâce aux manuscrits étudiés dans les chapitres ci-dessus ainsi qu’aux nombreux autres que nous allons rencontrer, il ne fait aucun doute que le décret originel de Rabbénou Tarn comportait le nom RDWM, mal recopié par la confusion entre ד (r) et ד (d) de forme similaire dans les manuscrits.

57A l’inverse de Dreux, Rouen représente exactement le type de ville qui pouvait donner naissance à semblable ordonnance. Une forte population juive y résidait pendant les XIe et XIIe siècles, et Rouen représentait le plus important centre d’affaires et de négoce dans ce qui forme de nos jours la région nord-ouest de la France. La ville détenait le monopole des échanges commerciaux sur la Seine jusqu’aux confins de la Normandie. On peut démontrer que des savants et des autorités communales de renom y résidèrent. Rappelons également qu’il est souvent fait mention des juifs rouennais non seulement dans les textes hébraïques mais aussi dans les sources latines du XIe siècle et du début du XIIe.

  • 46 Comme nous avons dit plus haut, Rabbénou Tam écrit que le « décret est correct, c’est un décret anc (...)

58Nous pouvons donc en conclure que l’esprit d’entreprise était très développé parmi les juifs normands au moins quelques décennies avant la promulgation du décret de Rabbénou Tam46. Rouen était un grand port et de nombreux chefs de famille en profitaient pour se lancer dans des voyages en pays lointains. Ils s’absentaient alors de leur foyer pour de longues périodes et leur famille se trouvait en situation précaire. Aux difficultés économiques s’ajoutait le problème posé par un mari qui ne revient pas. L’épouse en effet n’avait pas le droit de demander le divorce. Elle ne pouvait non plus se remarier en l’absence de témoignage du décès de son époux.

59C’est au moment où la situation devenait de plus en plus grave que fut décidé à Rouen le décret en question. Cette ordonnance a, de toute évidence, un caractère régional : elle dut avoir force de loi dans les diverses communautés normandes, et peut-être anglaises, mais pas ailleurs.

60Ainsi donc, vers le milieu du XIIe siècle, on inclut l’essentiel de ses termes dans une lettre qu’un messager apporta au synode rabbinique hors de Normandie sur la demande de Rabbénou Tam. Il est permis de déduire que celui-ci en eut connaissance apparemment par son frère Rashbam.

61Le lieu où se déroula le synode convoqué par Rabbénou Tam nous est connu : il est indiqué dans le préambule du décret :

  • 47 La traduction du prologue est entièrement omise par Finkelstein (Jewish Self-Government, p. 169) sa (...)

« La voix de la supplication de la fille de mon peuple est parvenue jusqu’à nous... nous les jeunes du troupeau qui sommes à Paris. Devant nos maîtres à Rome nous inclinons la tête afin qu’ils s’accordent avec nous pour combler la brèche, pour redresser ce qui est tordu. S’ils acceptent notre décret, notre décret sera promulgué »47.

62Il est donc évident que le synode s’est réuni non pas à Ramerupt, Reims ou Troyes mais bien à Paris et qu’en cette ville ladite ordonnance fut promulguée. Pourtant nous voyons qu’en plus de l’accord des autorités locales, on demanda sa ratification aux dignitaires juifs de Rome.

63Cette ordonnance de Rabbénou Tam se révèle être par conséquent l’un des éléments-clefs qui permettent de reconstituer le système d’autorité juif qui prévalait dans la France du XIIe siècle (voir ci-dessus, p. 42 sqq.). Il est clair pour nous à présent que les juifs normands détenaient un rôle précis et indépendant à l’intérieur de ce système et que Rouen, leur métropole, servait de centre principal et de siège naturel à cette autorité régionale. A l’origine, le décret concernant les maris absents a, selon toute vraisemblance, été mis au point au début du XIIe siècle, si ce n’est même plus tôt, par les chefs communautaires et les juges après consultation, certainement, avec les docteurs de la loi bien au fait des arcanes et dédales de la jurisprudence talmudique.

64La seule personnalité communale que nous connaissons pour ses liens avec Rouen durant les premières décennies de la période anglo-normande est « Rubigotsce », Rabbi Yossi que nous avons mentionné précédemment. Nous ignorons cependant s’il eut un rôle dans l’établissement du décret examiné. Le nom des autres notables et savants rouennais de l’époque nous demeure inconnu mais ce décret est la preuve de leur existence et de la reconnaissance de leur autorité à travers toute la Normandie bien avant l’arrivée de Rashbam.

65L’importance sur le plan intellectuel de la ville pendant l’époque Plantagenêt est amplement démontrée par la présence d’un nombre toujours croissant de personnalités juives de renom dans les décennies qui allaient suivre.

NOTE ADDITIONNELLE. DISCUSSIONS RECENTES AU SUJET DES DECOUVERTES A ROUEN

66Depuis la rédaction de ce livre, plusieurs articles ont paru qui traitent des découvertes archéologiques de la rue aux Juifs, et qui ont un intérêt particulier en ce qui concerne certains aspects des sujets discutés ci-dessus. L’article de Cl. Varoqueaux (« Découverte des vestiges médiévaux à Rouen, rue aux Juifs », dans R. Foreville, éd., Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles [Paris, 1984], p. 147-148) contient une brève description de l’hôtel de Bonnevie (voir plus haut, p. 20-21) ; l’auteur, à présent Directeur des antiquités de Haute-Normandie, termine sa discussion en remarquant que la présence « dans un cercle de 50 mètres de rayon, de plusieurs bâtiments en pierres à l’intérieur du quartier juif médiéval, fait de Rouen un site majeur en Europe pour l’archéologie juive ».

67Le même volume contient mon aperçu sur les juifs de Normandie en générale à l’époque discutée dans plusieurs chapitres de ce livre (ibid., « Les juifs de Normandie à l’époque d’Anselme », p. 149-160).

68L’article de D. Halbout-Bertin (« Le monument juif d’époque romane du Palais de Justice de Rouen », dans Archéologie Médiévale XIV [1984], p. 77-125) contient une description détaillée du monument hébraïque. Il est cependant gâté par plusieurs erreurs d’interprétation, parmi eux la supposition - impensable et absurde pour le mur est d’une synagogue européenne - que déjà au moyen âge l’abside de la véritable synagogue de Rouen n’était qu’un puits (voir plus haut, p. 17-18).

69Les nouvelles observations de M. de Bouard (« Synagogue ou académie talmudique ? », dans Etudes Normandes, 1984, no 4, p. 27-33) continuent les discussions parues dans Archéologie Médiévale VII (1977), p. 265-267 et VIII (1978), p. 278-279 et dans L’histoire 48 (sept., 1982), p. 80-84, et 49 (octobre, 1982), p. 83. A la différence de ce qu’il a suggéré en 1977 et 1978, l’auteur rejette fermement l’hypothèse que le monument de la cour du Palais était une synagogue. Quant à sa suggestion de l’année 1982 que le monument était un bâtiment civil du judaïsme rouennais (voir plus haut, p. 26, note 57), il ne paraît plus dans le nouvel article. A sa place, et en soulignant que « la thèse de la yeshibah apparaît tout à fait plausible » (Etudes Normandes, ibid., p. 32), l’auteur utilise sa comparaison du monument avec des aspects architecturaux des halls à étage pour suggérer « la parenté d’un édifice culturel ou paraculturel d’une communauté juive avec les canons de l’architecture civile contemporaine » (p. 31). L’auteur montre des parallèles architecturaux - ainsi que des différences - entre le monument hébraïque et les halls anglo-normandes à étage (« first-floor halls »), et il se réfère dans sa bibliographie à l’ouvrage classique sur ce dernier sujet de Margaret Wood (« Norman domestic architecture », dans The Archeological Journal, XCII [1935], p. 167-242).

70Or, c’est MmeWood elle-même qui, connaissant très bien le sujet des halls à étage, m’a signalé par lettre (23 mai 1977) son acceptation de mon identification du monument hébraïque comme bâtiment académique.

71C’est précisément les différences architecturales entre le monument hébraïque et les halls à étage - c’est-à-dire, la présence de murs de grande épaisseur en association avec les multiples contreforts et les dosserets fortement verticaux uniquement dans le cas du monument hébraïque - qui indiquent clairement que le monument était de plusieurs étages et non pas un hall à étage en tant que tel. De toute apparence, la façade du monument était similaire (même si moins haute) à celle de l’abbaye de Boscherville ; voir en particulier ci-dessous, fig. 22b.

72Quant au nouveau texte confirmant l’emplacement de l’école rabbinique là où on a trouvé le monument, voir l’Appendice ci-dessus, p. 30. M. Delsalle n’a malheureusement fait connaître sa découverte de ce texte, décrivant en 1363 un bâtiment de plusieurs étages en la paroisse de St.-Lô tout près de l’école, qu’après l’achèvement de l’article récent de M. de Bouard. L’article de M. Delsalle (« L’Ecole aux juifs de Rouen : Une pièce supplémentaire au dossier du bâtiment découvert sous la cour d’honneur du Palais de Justice, rue aux Juifs à Rouen ») est paru dans Etudes Normandes de 1985, no 1, p. 81.

73En ce qui concerne la question - posée par M. de Bouard et par MmeHalboutbertin - de l’identification d’un bâtiment pour lequel il n’existe pas de parallèle architectural connu, il faut dire que toute l’importance du monument hébraïque réside dans le fait qu’il révèle pour la première fois les restes d’une école rabbinique européenne du moyen âge. Dans l’absence d’une inscription probante sur les murs d’un tel monument, c’est la documentation écrite qui doit légitimement servir de moyen fondamental contribuant à son identification ; les témoignages esthétiques et architecturaux n’ont nécessairement qu’une valeur complémentaire. Quant au monument hébraïque en tout cas, nous possédons, heureusement, une convergence de témoignages qui autorise la conclusion qu’il ne s’agit et ne peut s’agir que de l’école talmudique de la ville au moyen âge.

74Au sujet de la découverte et de l’identification de l’hôtel de Bonnevie, de la sauvegarde de son mur est, et de l’importance de l’ensemble des monuments hébraïques de Rouen comme témoignage historique et architectural, voir mon article « Nouvelles observations sur les monuments hébraïques de Rouen », dans Etudes Normandes (à paraître).

Notes

1 Il n’est pas évident que les juifs de Rouen furent touchés par les événements de la deuxième Croisade, qui commença sa traversée de la France en 1147. Cependant, selon Ephraïm de Bonn (Neubauer-Stern, Heb. Berichte, p. 63-64), Jacob Tarn fut attaqué par des croisés, au moment même où des massacres survinrent dans trois villes dont les noms sont ainsi donnés dans sa description des événements : HM, SWLY, et QRNTN. A HM environ 150 juifs furent tués, à SWLY « grand nombre », et à QRNTN « un nombre incalculable ». On a identifié ces villes de la façon suivante : respectivement, Ham (Somme), Sully (Eure), et Carentan (Manche, c’est-à-dire en Normandie) ; voir par ex. Dinur, Yisra’el bagolah II, i, p. 74-75, 120. Une des personnes tuées dans la dernière ville citée était « le grand maître Peter (b. Joseph) », élève de Rashbam ainsi que de Jacob Tarn. Carentan était un bourg important, situé à 28 km au nord-ouest de St.-Lo et à 42 km à l’ouest de Bayeux, sur la route allant au nord vers Cherbourg. L’objection d’Henri Gross à l’identification de QRNTN comme étant Carentan - c’est-à-dire qu’on ne connaît pas de juifs qui ont habité là pendant le moyen âge - est contredite par le fait que des juifs de cette ville apparaissent sur un document médiéval ; voir A. Teulet et al., éds., Layettes du Trésor des Chartes V (Paris, 1909), doc. no 372 (XIIIe siècle). Gross croyait que le terme hébreu était employé à la place de Carinthie. Cependant une ville est clairement indiquée et non pas une région géographique, car Ephraim de Bonn affirme qu’à « QRNTN (les juifs) tous ensemble réunis dans une cour... » (Neubauer-Stern, ibid., p. 63). Dans la mesure où il y a eu apparemment une attaque contre les juifs par les croisés dans ce bourg de Normandie, il est possible qu’il y ait eu d’autres attaques contre les communautés juives de Normandie à cette époque, attaques qui, cependant, ne sont pas attestées.
Le lieu où Jacob Tam fut attaqué par les croisés est donné dans un des MSS sous le nom de RMRW et dans un autre sous le nom de MYRW (Neubauer-Stern, ibid., p. 64), ce qu’on a pensé signifier Ramerupt (voir ci-dessous, p. 149). Le texte cependant affirme que le deuxième jour de la Pentecôte « les croisés de la terre de France se rassemblèrent » sur le lieu indiqué juste avant l’attaque contre Tam. Ce lieu n’était ainsi évidemment pas un village comme Ramerupt mais un centre important situé sur une route principale. Ainsi, il semble plus vraisemblable que, comme ailleurs, RMRW/MYRW représentent une erreur de scribe pour Reims où les croisés de Champagne se seraient réunis en mai 1147 pour retrouver les forces sous la direction du roi Louis qui seraient allées de St. Denis à Metz au début de juin (voir par exemple S. Runciman, Hist. of the Crusades II [Cambridge, 1952], p. 261-262). Reims était précisément sur la route menant à cette destination.

2 Voir par exemple H.P. Stokes, Studies in Anglo-Jewish History, p. 25-28, 244 ; et, pour une discussion plus détaillée sur ce personnage, voir ci-dessous. Le terme « presbytre » paraît souvent dans les textes, voir ci-dessus chap. v, note 91.

3 Voir Richardson, English Jewry, p. 240 (« Abraham fil. Raby ») et voir Jacobs, op. cit., p. 44, 47, 88 et 97, où les Pipe-Rolls cités préservent le nom du père d’Abraham et d’Isaac comme « Raby » tout court.

4 Un certain « Jacob le Juif » fut nommé « presbyter » en 1199, date avant laquelle, semble-t-il, Abraham et Isaac étaient morts. Yossi qui fut nommé en 1207 remplit ses fonctions jusqu’en 1236, bien qu’il ait vécu jusqu’en 1252 (voir Stokes, op. cit., p. 27-29). Ainsi, l’on peut affirmer que cet office n’était pas de caractère héréditaire.

5 Abraham et Isaac sont les deux seuls fils de Rubigotsce dont les noms soient connus. Pourtant il avait peut-être d’autres fils dont les noms ne sont pas conservés dans les Pipe-Rolls anglais.

6 Voir la citation dans E.E. Urbach, Séfer’arugat habôsem (Jérusalem, 1963), Introduction, p. 11.

7 Ce passage, trouvé dans un manuscrit toujours inédit de la collection Günzberg à Moscou, est cité par Gross, Gallia, p. 637, se référant au Magazin fur die Wissenschaft des Judenthums VII (1880) : 183, voir aussi Lebanon VI (1869) : 7. Steinschneider fut le premier à proposer que le terme géographique est une corruption pour RMRW, et signifierait Ramerupt (voir Hebräische Bibliographie XX [1880] : 87) - simple erreur de jugement qui continue à faire carrière.

8 Voir Rabbenou Tam, Séfer nayasnar, éd. S. Rosenthal (Berlin, p. 87, 90, 132 note 9.

9 Voir D. Rosin, éd., Pérush hatorah asher katab rashbam (Breslau, 1881), p. 194, « On m’a demandé en Anjou (ANYWB), à Chateau Loudun (Kerak LWSDWN)... ». L’orthographe se conforme à la forme ancienne Losdunum Castrum, comme l’indique Gross, Gallia, p. 259. (Il ne faut pas confondre cet endroit avec Chateau Landon - dont l’orthographe en latin est Castrum Landonis - dans le département de Seine-et-Marne, qu’habitaient aussi des juifs.)

10 Voir Isaac b. Moïse de Vienne, Or zarou’a, I (Zhitomir, 1862), p. 138, col. 2, bas (§ 476). Gross, Gallia, p. 508, discute de l’identité des quatre savants parisiens que Samuel mentionne.

11 Voir le passage des consultations de Jacob Tam cité dans Kerem Chemed VII (1843) : 45 et encore par Gross, Gallia, p. 543, et dont la teneur est que son frère, « cet homme si exceptionnel et singulier, notre maître Samuel, n’est pas ici, car il est allé à la foire de Troyes ». Sur les foires de Troyes, voir par exemple les remarques de G. Nahon dans l’ouvrage collectif (sans attribution d’éditeur) Rachi (Paris, 1974), p. 53-55, et les sources qu’il cite. Outre le passage cité ci-dessus, une autre référence (d’habitude négligée) à ces foires se trouve dans la consultation de Jacob Tam, Séfer hayashar, éd. Vienne, p. 29, où Tam dit qu’il a « promulgué un décret au rassemblement (kenoufia) de la foire de Troyes », décret portant qu’un document de divorce, dès qu’on l’a rendu, ne peut être contesté par aucun juif.

12 Sur la participation des juifs de Reims à la foire de Troyes, voir en particulier le texte édité par I. Agus dans JQR (N.S.) XLIII (1952-1953): 173-176; voir idem, Responsa of the Tosaphists (New York, 1954), p. 39, et idem, Urban Civilization in Pre-Crusade Europe I (New York, 1965), p. 173-181; et P. Desportes. Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles (Paris, 1979), p. 107-108.

13 Voir Séfer hayashar, éd. Rosenthal, p. 71 (Cons. 41), et Eliézer b. Nathan, Séfer Raben fol. 148 verso ; les leçons respectives dans ces textes, QWM et QAS (קאם) ont été justement reconstruites à QAM, קאם, par Gross, Gallia, p. 543. Sur Joseph Lombard de Caen, voir ci-dessous, p. 152 sqq., 156 sqq.

14 Voir Séfer hayashar, éd. Rosenthal, p. 140. L. Zunz fut le premier à proposer que Lo-Dabar était une épithète pour St-Lô (ZGL, p. 166) ; l’avis de Gross (Gallia, p. 296-297) que le nom désigne le territoire de Lorraine, est bien moins convaincant, dans la mesure où ici et dans le seul autre texte où se trouve l’expression, on parle clairement d’un bourg, et non d’une région. L’objection de Gross à la première identification - « rien ne permet de supposer qu’il y ait eu des juifs dans cette ville ou que Samuel ben Méir y ait demeuré » - n’est pas bien fondée. Il y a beaucoup d’endroits en France dans lesquels on sait que des juifs résidaient seulement par des références uniques dans tel ou tel texte hébraïque. Gross lui-même en a identifié un nombre considérable. Du reste St-Lô n’est qu’à 63 km à l’ouest de Caen, ville où Samuel est allé au moins une fois - comme Gross lui-même le reconnaît. St-Lô était un bourg médiéval important, situé à une bifurcation stratégique de routes, et aucune raison ne nous pousse à croire que des juifs n’y résidaient pas pendant le XIIe siècle.

15 Le premier exégète chrétien du douzième siècle en France que des juifs ont aidé dans son interprétation des Ecritures, est probablement St. Etienne Harding, abbé de Cîteaux (début du siècle) ; voir son Quam notitiam, 9-11 ; B. Smalley, The Study of the Bible in the Middle Ages (Oxford, 1952), p. 56. Il consulta les juifs - probablement des savants habitant Dijon - en français. Le phénomène, pendant les décennies qui suivirent, de savants chrétiens de France (par exemple les Victoiriens) qui consultaient des savants juifs sur des questions d’interprétation biblique, est attesté partout dans l’étude de Smalley.

16 L’idée que ces petits-fils de Rashi habitaient à Ramerupt est profondément enracinée chez les historiens modernes. Mais elle est fondée sur des preuves fallacieuses. Le terme hébreu présumé désigner Ramerupt est transcrit, le plus souvent, comme RMRW, nm, mais il y a assez de variantes dans l’orthographe de ce terme (données par Gross, Gallia, s.v. Ramerupt, p. 634-635) pour rendre évident l’origine du toponyme dans la forme RYMS, c’est-à-dire Reims. (La plus impressionnante de ces « variantes de Ramerupt » données par Gross, est RWMS,םש די.) Rashbam (comme nous l’avons vu plus haut, p. 147, note 11), durant sa résidence en Champagne, voyageait à Troyes pour participer aux foires là-bas ; des commerçants juifs de Reims s’associaient à ces mêmes foires. Puisque deux sources indépendantes l’une de l’autre situent Rashbam à Reims, il y a peu de doute qu’il se rendit à Troyes avec les commerçants juifs rémois. Quand Rabbénou Tam disait à son correspondant que Samuel n’était pas présent, étant parti à la foire de Troyes, Tam se trouvait apparemment dans la même ville que celle où habitait régulièrement Rashbam durant cette période - c’est-à-dire, Reims. Voir ci-dessus, note 1.

17 Dans cette phrase, le mot qui signifie « dires » (deḇārīm) est une supposition de l’éditeur.

18 Voir Gross, Gallia, p. 177 : « A mon avis c’est volontairement qu’on a désigné Dreux par le mot דדום (Darom), car ces deux localités, dont les noms se ressemblent tant, avaient entre elles un trait de ressemblance. Dreux était un centre important de science juive, et la ville de דדום (Darom), dans le sud de la Palestine, avait été aussi, au IIe siècle de l’ère chrétienne, la résidence de savants juifs considérable. » Voir ibid., p. 179, « nous proposons de corriger דחם (RḤM) en דדום (DRWM), Dreux. »

19 Dans une autre consultation (Séfer hayashar, éd. Rosenthal, p. 196) Rabbénou Tam affirme qu’« encore une fois, j’ai cherché et trouvé (une certaine opinion) dans des tossafoth (gloses) qui ont été glosées devant Maître Samuel », etc. Il est clair que des legs littéraires de Samuel sont encore indiqués.

20 Voir par exemple Gross, Gallia, p. 441-443 ; E. Canel, Hist. de la ville de Pont-Audemer II (Pont-Audemer, 1885), p. 97. La Rue-aux-Juifs dans cette ville est connue jusqu’à présent : elle correspond à la rue Sadi-Carnot d’aujourd’hui.

21 Voir Joël Muller, éd., Teshubot hakhmé sarefat welōtair (Vienne, 1881), Cons. 3, fols. 2-3. L’édition donnée par Müller de celle-ci, comme des autres consultations dans le livre, est fondée sur MS Jews College, Montefiore 98, manuscrit tardif mais relativement exact. Pourtant l’édition de Müller est infestée de leçons fausses. Je donne ci-dessous les leçons correctes ayant rapport à cette discussion.

22 L’édition imprimée a LWNBRYṬ, ce qui implique une syllabe finale-bref ou-brīt. Gross (Gallia, p. 178, 276-277), tandis qu’il répète la forme imprimée, a compris que le terme désigne Lombard. Pour ce nom, voir ci-dessous, note 35.

23 Ainsi dans MS Montefiore 98, fol. 64 verso (rabkā) au lieu du « votre cœur » (lebābkā) du texte imprimé.

24 Dans TYR j’ai parlé du voyage des deux étudiants d’une manière hypothétique, corrigeant la leçon de Muller à RDWM sur la base de la logique du passage et de nombreux autres cas de l’interversion d/r (ד/ר) dans le toponyme désignant Rouen. La leçon réelle dans le manuscrit, dont j’ai pu voir une photographie pour la première fois pendant l’été 1981, confirme l’hypothèse et ne permet plus de doute en ce qui concerne l’itinéraire des deux étudiants. Le voyage entre Rouen et Pont-Audemer ne prenait que quelques heures ; voir par exemple l’« Itinéraire du Roi Jean » dans Th.D. Hardy, A Description of the Patent Rotes in the Tower of London (Londres, 1835).

25 Le pont en bois fut remplacé par le « Pont de Pierre » en 1160, voir par exemple Th. Cook, The Story of Rouen (Londres, 1928), p. 68.

26 Les mots traduits « à DRWM » sont écrits dans le texte hébraïque comme DRWMH, הדדום, le dernier caractère, appelé dans le langage technique le «  locatif », servant de signe de direction (c’est-à-dire « à », « vers »). L’écriture du « M » dans ce mot était donc médiale (ם) plutôt que finale (ם). Le toponyme original n’aurait donc pas pu être DRWS, דדום (qui, selon plusieurs chercheurs, désignerait Dreux), car l’écriture médiane du M a, contrairement à l’écriture finale, une forme différente du S (ם). La forme DRWS n’est pas une orthographe hébraïque acceptable pour un toponyme français, puisque dans les orthographes hébraïques des noms médiévaux d’endroits français le S est représenté par héb. sïn, et non samekh ; qui plus est, la terminaison -eux n’est jamais représenté dans une transcription hébraïque par-WS (ום), ni par-WS (רש) ; voir encore ci-dessous, p. 164. Malheureusement, Gross ne fait pas mention de la fin de la missive, et il ne discute pas de ces problèmes.

27 D’autres exemples de la même erreur scribale, c’est-à-dire RDWM > DRWM, sont donnés ci-dessous, p. 161 sqq., 185 sqq., 305 sqq. Les manuscrits les plus anciens ont toujours le toponyme RDWM.

28 Voir Séfer hayashar, éd. Rosenthal, p. 76, où la date (4)913a.m. (= 1153 de l’ère chrétienne) est donnée comme le moment de la correspondance avec Meshoullam, et aussi ibid., p. 87 et 90, où la présence de Samuel dans la même localité que Rabbénou Tam est indiquée.

29 Elles émaillent ses commentaires du Pentateuque (Genèse XCIX, 10 ; Exode III, 22 ; XX, 13 ; Lévit. XI, 3, 34 ; XIX, 19 ; Deutér. XXII, 6. Voir également les remarques de Rosin [voir note 9 ci-dessus] sur Gen. XXV, 31 ; XXVII, 36 ; Deut. XX, 16.)

30 Sur les activités littéraires de Samuel en tant que commentateur du Talmud, voir en particulier E.E. Urbach, Ba’alé hatossafot (Jérusalem, 1968), p. 42-54.

31 Ce passage d’un manuscrit dans la collection de Günzberg à Moscou est cité par Neubauer, REJ XVII (1888) : 155 et puis par Gross, Gallia, p. 172. Plus loin, Samuel parle d’un usage rituel à Rouen - écrit incorrectement cette fois comme דדום, RDWS ; voir ci-dessous, p. 308.

32 Voir par exemple Tossafoth à Ketubbot 70 recto, s.v. « hākha » ; et d’autres sources citées par Urbach dans Ba’alé hatossafot, p. 99-100.

33 Voir Séfer hayashar, éd. Rosenthal, p. 20 ; Urbach, BT, p. 99-100. - Quant à la correspondance entre Joseph et Rabbénou Tam, voir Séfer hayashar, p. 25 sqq., 38 sq., 49 sqq.

34 Cette situation vient encore se compliquer du fait qu’une copie manuscrite d’un commentaire biblique anonyme cite « Rabbi Joseph de Caen, fils du fils de Maître Samuel (Rashbam) ». La chronique connue sous le nom de Yuhasin (édition Londres, p. 218) parle du « fils (de Rashbam), Maître Joseph Porath (qui) écrivit un commentaire du Talmud... » (Gross, Gallia, p. 543).

35 La forme LWNBRṬ ailleurs qu’en rapport avec Joseph est attestée dans un shetar (= document légal) de Nottingham, 1232 environ, dénommant un « Moïse b. David LWNBRṬ », voir M.D. Davis, Shetarot. Hebrew Deeds of English Jews before 1290 (Londres, 1888), p. 222, 274 ; et elle est aussi attachée au nom du poète liturgique Méïr b. Eliézer Darshan (voir Gross, Gallia, p. 277, citant MSS Hamburg 145 et Bodl. 1108). D’autres formes du nom données par Gross sont LMBARD, LWMBRT et LWBRT, et il y a un seul cas de la déviation scribale LWBKRT, où B (כ) s’est insinué pour M (ם) - voir aussi ci-dessus, p. 153, - et K (כ) pour B (כ).

36 Nous avons déjà discuté des phrases importantes de cette ordonnance plus haut, chap. ii, p. 43 et chap. v, p. 104. Pour les variantes dans les recensions, voir GROSS, Gallia, p. 232-235. Voir encore A. Neubauer, « Institutions de rabbins français », REJ IX (1884) : 59f. et L. Finkelstein, Jewish Self-Government in the Middle Ages (New York, 1964), p. 41-43, 151-160, et TYR, p. 26, 42-43. Finkelstein lie la convocation du synode à la deuxième Croisade, mais il n’est pas justifié de croire que le rassemblement eut lieu dès 1150.

37 L’orthographe RYYS n’exige pas de modification, comme elle reflète la prononciation plutôt que l’orthographe précise du toponyme en français. D’autres versions de l’ordonnance (Gross, Gallia, p. 232 et suivantes) ont l’orthographe plus ordinaire RYYMS et RYMS.

38 Au premier coup d’œil, on est tenté d’entendre ce terme comme une référence à Carpentras ; mais puisque aucun délégué provençal, selon la grande majorité des preuves, n’a participé au synode, la forme dans ce MS ne peut s’expliquer autrement que comme une erreur de copiste pour Etampes, qui se trouve à cet endroit dans les autres versions de l’ordonnance.

39 J’ai parlé plus haut, p. 134, du problème de savoir si Pereç et son denahem Vardimas tinrent l’office de rex judaeorum a Rouen pendant le leur vie.

40 Voir L. Finkelstein, Jewish Self-Government, p. 44, 168-170. Le premier à publier le texte fut M. Guedemann, Erziehungswesen, I, p. 263, sur la base de MS Halberstam 49 (= Jews College 130), fol. 54 recto. Pour des références à des versions disponibles, voir Finkelstein, ibid., p. 168-170. Voir encore TYR, p. 41-44. La traduction et le résumé qui suivent diffèrent, à plusieurs égards, de la traduction de Finkelstein. Pourtant l’édition dans TYR, p. 41, est identique aux précédentes.

41 L’expression qui précède ce dernier membre de phrase, « pour le besoin de sa femme », semble superflu, et Finkelstein l’a omise de sa traduction. L’enseignement traditionnel ne comprenait pas l’étude de l’art de l’écriture, art que l’on devait apprendre à part.

42 Voir Finkelstein, Jewish Self-Government, p. 169: « We have decreed in consonance with a letter which we have received from Dreux. » Cette traduction remonte évidemment à l’explication de Gross (pourtant Gross lui-même ne discute pas cette ordonnance). Tandis que Finkelstein n’identifiait pas correctement la ville, il voyait en tout cas qu’une ville est indiquée, et pas seulement le mot « sud ». Les toponymes donnés dans cette ordonnance (voir encore ci-dessous) sont trop spécifiques pour permettre la possibilité d’une telle interprétation.

43 Voir l’édition de A. Scheiber du fragment de Budapest des mémoires d’Obadiah, fols. 1 recto, ligne 2 et 1 verso, lignes 5, 7 et 16 dans Acta Orientalia Hung. III (1953) : 276-277 et l’édition améliorée que j’ai donnée dans Mehqeré’édot ugenizah (S.D. Goitein Jubilee Volume : Jérusalem, 1981), p. 95-96.

44 Certains historiens ont voulu associer Dreux à une ville nommée DRWS, ררויש dans les sources hébraïques, patrie d’origine de divers talmudistes selon des textes importants. Ce terme DRWYS n’est pourtant rien d’autre qu’une variation phonétique de TRWYS, Troyes, centre de vie intellectuelle juive reconnu par tous. Voir ci-dessous, chap. x, note 44.

45 Voir E. Lefevre, Documents historiques sur le Comté et la Ville de Dreux (Chartres, 1861), p. 398-399, où un seul document est cité ; et N. Brussel, Usage des fiefs, I, ii, chap. xxxix, citant un texte dans lequel en Tannée 1234 Thibaud, Comte de Champagne, reçoit Tordre de restituer à la Comtesse de Dreux les juifs qui lui appartiennent (à Thibaud). C’est tout ce qu’on sait sur les juifs de Dreux.

46 Comme nous avons dit plus haut, Rabbénou Tam écrit que le « décret est correct, c’est un décret ancien, et nous sommes d’accord avec lui... ». Le terme traduit ici comme « ancien » (qadmōnīt) indique en général une longue période, mais l’âge précis de l’ordonnance originale reste indéterminé.

47 La traduction du prologue est entièrement omise par Finkelstein (Jewish Self-Government, p. 169) sans explication, de même que la référence à « nos maîtres à Rome » à la fin de l’ordonnance. Ces omissions ont apparemment rapport au fait que des auteurs précédents (par exemple Guedemann et Halberstamm, voir TYR, p. 42, note 109), trouvant difficile la référence aux savants romains, ont suggéré que le terme RWMA (Rome) soit corrigé à RMRW, censé désigner Ramerupt. La nature artificielle de cette explication n’a pas besoin de commentaire. L’idée qu’un rassemblement de synode à Paris, sous la direction de Rabbénou Tam lui-même, investirait d’une telle autorité de prétendus experts rabbiniques dans un petit bourg, n’est pas compréhensible. Finkelstein veut évidemment éviter de discuter ce problème.
Pour les liens entre des savants français et les autorités religieuses juives de Rome, voir les sources que j’ai citées dans TYR, p. 42, note 109. Jusqu’à présent, le sujet n’a pas été traité d’une manière satisfaisante.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search