Version classiqueVersion mobile

Les Juifs de Rouen au Moyen Âge

 | 
Norman Golb

Première partie : Des commencements à la période de Samuel B. Meir

Chapitre IV. Du règne de Guillaume le Conquérant à la première croisade

Texte intégral

1. La période d’anarchie

  • 1 Voir p. ex. Chéruel, Histoire de Rouen, p. lxv et suivantes, ainsi que les sources citées ici.

1La mort de Robert le Magnifique (1035) fut à l’origine, en Normandie, d’une période d’anarchie féodale généralisée et prolongée, dont les détails ont été relatés longuement par les chroniqueurs de l’époque1. C’est seulement en 1047 que Guillaume, le bâtard de Robert, atteignit sa dix-huitième année, et, par sa victoire cette année-là sur les rebelles à Val-ès-Dunes, commença à gouverner effectivement. Au début de 1050, Guillaume reprit possession de Rouen et en 1055 la rébellion était complètement étouffée.

  • 2 Voir l’abbé Prévost d’Exiles, Histoire de Guillaume le Conquérant (Paris, 1742), p. 42 sqq : « Il y (...)

2On ne relève qu’un incident mettant en cause les juifs pendant la période d’anarchie : il concerne un complot du chef des insurgés, Roger de Tosny (Toëni), ayant pour but de se saisir de la personne du jeune Guillaume et de le tuer, au cours d’une partie de chasse avec son gouverneur. Si l’on en croit cette histoire, Roger fut tenu au courant des déplacements de Guillaume par un juif du nom de Sédécias. Selon le même texte, d’autres juifs de la capitale informaient également Tosny des événements qui s’y passaient au moment où se déroulait la rébellion et se fomentait le complot contre Guillaume2.

3Ce récit concernant le rôle joué par des juifs rouennais dans la rébellion reflète, bien qu’indirectement, la véritable situation historique du début de la période ducale : il n’existe aucune raison de croire, après la persécution des dix premières années du XIe siècle touchant les juifs de Normandie aussi bien que ceux du domaine royal, qu’ils étaient en sécurité dans l’une ou l’autre de ces régions. A l’origine, la persécution avait été inspirée par le zèle religieux et non par l’appât du gain. L’édit du pape, transmis dans le nord par ses émissaires après la visite de Jacob b. Jeqouthiel à Rome, s’il était impératif et apparemment efficace, ne pouvait avoir d’un seul coup effacé le ressentiment d’une population chrétienne de plus en plus hostile aux incroyants irréductibles figurant en son sein. A en juger par le récit consigné dans la lettre autographe concernant Reuben b. Isaac, le duc Robert aggrava la situation lorsqu’il chercha à s’enrichir par l’exploitation du statut juridique de ces incroyants, statut qui s’était avéré instable en pratique sinon en théorie au cours des événements du début du siècle. Il n’est donc guère étonnant qu’une partie de la population juive aigrie, complote avec de Tosny et ses cohortes afin de débarrasser la Normandie d’une dynastie qui, jusqu’alors, n’avait pas caché son hostilité à la sécurité et au bien-être des juifs. Malheureusement il ne subsiste aucun document révélant le destin des juifs de la capitale normande à la suite de la victoire de Guillaume sur les rebelles.

2. Transfert de juifs rouennais en Angleterre

  • 3 Voir W. Stubbs (éd.), Willelmi Malmesbiriensis Monachi de Gestis Regum Anglorum II (Londres, 1889), (...)
  • 4 Voir Antoninus de Forciglioni, Secunda Pars historialis domini Antonini (Bâle, 1491), Tit. XVI, cap (...)

4Avec la fin de l’état de rébellion, cependant, commença pour la Normandie une période de prospérité dont Rouen profita largement (voir p. ex. Chéruel, Histoire de Rouen, p. lxvii et suivantes). Le développement rapide de la puissance normande aboutit à la grande conquête de l’Angleterre en 1066. Peu de temps après, des juifs demeurant dans la capitale furent transférés en Angleterre, vraisemblablement sur l’ordre de Guillaume. Ce fait est relaté dans une version du De gestis Regum Anglorum par Guillaume de Malmesbury. Il y déclare que « les juifs habitant Londres, que le père (de Guillaume le Roux) y avait amenés de Rouen, l’approchèrent (c’est-à-dire, Guillaume le Roux) au cours d’une cérémonie solennelle en lui apportant des présents »3. Antoninus de Forciglioni, lorsqu’il relate la même histoire concernant Guillaume le Roux, insère également le passage concernant le déplacement par Guillaume de juifs de Rouen à Londres. William Prynne, dans son ouvrage A Short Demurrer to the Jews (vol. I, Londres, 1656, p. 2 et 3) a relevé cette tradition dans les textes ultérieurs. Il observe que l’auteur des Siècles de Magdebourg emprunta la même histoire à Antoninus, en y ajoutant cependant la mention « que c’était ob numeratum precium, en échange d’une somme d’argent qu’ils lui avaient fournie (ce que je ne retrouve pas chez Antoninus) »4. Et Prynne ajoute :

  • 5 Voir Raphael Holinshed, The Laste volume of the Chronicles of Englande, Scotlande and Irelande, wit (...)

Ces deux auteurs [c’est-à-dire Antoninus et l’auteur des Siècles] indiquent que ce fut leur arrivée initiale en Angleterre, mais ne mentionnent cependant pas en quelle année du règne de ce roi. Raphaël Holinshed s’accorde avec eux (vol. 3, p. 15) quand il écrit : parmi les autres injustices infligées aux Anglais par les agissements intransigeants du Conquérant, il faut rappeler qu’il amena de Rouen des juifs dans ce pays, et leur fixa un lieu spécifique pour qu’ils y vivent et qu’ils l’occupent. Ce que John Stow dans ses Annals of England (p. 103) corrobore ainsi : « le roi Guillaume amena les juifs de Rhoan pour qu’ils vivent en Angleterre »5.

  • 6 Voir d’Blossiers Tovey, Anglia Judaica: or The History and Antiquities of the Jews in England (Oxfo (...)

5Le même détail figure dans toutes les versions du récit, mais, alors que les auteurs les plus anciens circonscrivent la première colonie de juifs normands à Londres, deux de ceux qui écrivirent dans des siècles ultérieurs, c’est-à-dire Holinshed et Stowe, laissent entendre qu’elle fut plus étendue. Seuls les Siècles de Magdebourg du XVIe siècle, parmi les textes connus aujourd’hui (comme à l’époque de Prynne) impliquent que le transfert se réalisa grâce à un pot-de-vin payé à Guillaume, ce qui, si cela était vrai, laisserait entendre que les juifs rouennais étaient désireux de participer à la nouvelle entreprise normande et incitaient activement Guillaume à inscrire cette demande dans les faits. Comme Prynne le fit remarquer, les textes ne mentionnent pas en quelle année débuta l’immigration. Alors que certains auteurs ont prétendu qu’elle était provoquée et encouragée par Guillaume lui-même pour des raisons économiques, ceci ne figure nulle part, et nul ne peut savoir avec certitude qui prit l’initiative de cette mesure, et avec quels objectifs précis. Comme il se peut qu’il y ait eu des juifs en Angleterre avant la conquête6, le but du transfert était peut-être d’assurer l’intégration de cette composante de la population anglaise aux cadres administratifs normands.

6Quelle qu’ait été la raison de ce déplacement de juifs de Rouen vers le territoire nouvellement conquis (ou du moins vers sa principale cité), il ne doit pas être interprété comme un bouleversement dans la vie de la communauté juive de Rouen elle-même. On peut penser que la majeure partie de la population juive resta dans la capitale normande, dont l’importance ne cessa de croître au fur et à mesure que les Normands étendaient leur empire. Ceux qui partirent ne le firent probablement pas à titre de pionniers, mais par esprit d’entreprise, étant tout prêts à servir le développement de l’Angleterre et la mise en place de l’administration normande en expansion. Un grand nombre d’entre eux avaient sans doute conservé leurs terres et leurs maisons à Rouen, convaincus que leur départ ne serait pas définitif.

  • 7 Voir F. Liebermann, Die Gesetze der Angelsachsen (Halle a. S., 1903), p. 627 : « Post quartum annum (...)
  • 8 Voir F. Liebermann, ibid., p. 650 : « Sciendum est quia omnes Judei, quoqumque regno sint, sub tute (...)
  • 9 Dès 1656, W. Prynne prétendit que cette législation juive était un ajout postérieur, de l’époque de (...)

7Selon l’ouvrage connu sous le nom de « Lois d’Edouard le Confesseur », Guillaume le Conquérant confirma le statut des juifs de son nouveau royaume quatre ans après la conquête, au cours d’un concile de barons, d’autres nobles et d’ecclésiastiques qu’il convoqua7. On y déclara que les juifs du royaume recevraient la protection du roi, qu’ils ne pourraient être transférés dans une autre juridiction sans son consentement, et que le roi considérerait à la fois leur personne et leurs biens comme il en ferait des siens propres8. Le but du concile convoqué par Guillaume était de prendre connaissance des lois des nobles anglais, et la législation concernant les juifs est exposée parmi ces lois. Si elle est effectivement d’origine anglo-saxonne, et s’il est vrai que Guillaume l’a jugée convenable, elle témoignerait d’une attitude fort bienveillante envers les juifs de son royaume dans les années qui suivirent la conquête. Cependant, l’attribution à cette législation d’une origine aussi ancienne que la période anglo-saxonne ou même que la période de Guillaume, a été contestée à diverses époques9. Ces contestations ne représentent rien d’autre que de simples expressions d’opinion qui ne reposent sur aucune preuve ; il n’y a, d’autre part, aucun texte probant de cette période pour confirmer l’époque à laquelle furent écrites ces lois, et, de ce fait, la question de leur interprétation reste ouverte.

3. Évènements antérieurs à 1096

  • 10 Voir G. Bessin, Concilia Rotomagensis Provinciae I (Rouen, 1717), p. 66 : « XIV. De judeis canonica (...)

8En revanche nous pouvons affirmer que, lors du concile ecclésiastique qui se tint à Rouen en 1074 en présence de Guillaume, on reformula la vieille loi d’église qui interdisait aux juifs d’avoir des esclaves ou des nourrices chrétiens10. Mais il s’agit de la simple reformulation conciliaire d’une loi ancienne, et il est donc malaisé d’y attacher une grande signification historique ; pourtant, la présence de Guillaume à ce concile soulève à nouveau la question de son attitude envers les juifs. On ne peut, dans ce domaine, apporter aucune conclusion définitive. Et on ne peut non plus déterminer précisément la condition des juifs de Rouen au cours des vingt années du règne de Guillaume qui suivirent la conquête, eu égard à la rareté des témoignages.

  • 11 Pour les différents événements en relation avec le soulèvement de Rouen en 1090, voir en particulie (...)
  • 12 Voir David, ibid., p. 92-95, 221-229, et les sources ici citées. Voir aussi H. Fouquet, Histoire de (...)
  • 13 Voir, p. ex., la déclaration d’Orderic (éd. A. Le Prévoste, Paris, 1838-1855, iv, p. 37), citée par(...)

9Guillaume passa les toutes dernières années de sa vie presque entièrement à Rouen ; après l’invasion du Vexin en 1087 et le sac de Mantes en guise de mesure punitive contre le roi de France, il mourut des suites d’une blessure le 9 septembre de la même année au prieuré de Saint-Gervais, dans les faubourgs de Rouen. Par testament, il avait légué la Normandie à Robert Courteheuse et l’Angleterre à Guillaume le Roux. Robert fut reconnu Duc de Normandie à Rouen en 1087, mais la guerre civile s’y déclara peu de temps après, ainsi qu’en Angleterre, à propos de la succession. De rudes combats éclatèrent en Normandie en 1090, Robert et son frère Henri Beauclerc s’opposant aux troupes qui soutenaient les prétentions de Guillaume le Roux à régner à la fois sur les Normands et les Anglais. Rouen fut au cœur des affrontements ; ses habitants souffrirent terriblement des combats, particulièrement la première année, lorsque la répression par Robert d’une conspiration dans la capitale en faveur de Guillaume le Roux atteignit son paroxysme avec le massacre perpétré parmi les habitants. La paix s’établit enfin en Normandie en 1095, Robert conservant la plus grande partie du territoire qu’il avait reçu en héritage11. La même année, le pape Urbain II vint en France prêcher la première Croisade, et par son discours enflammé de Clermont en novembre, s’assura l’assentiment des nobles et du clergé assemblés. L’année suivante, à l’instigation de l’émissaire apostolique, l’abbé Gerento, Robert donna la Normandie en gage à Guillaume le Roux pour dix mille marcs, car Robert s’était rangé à l’idée de la croisade, à la suite des exhortations de l’abbé, et se rendait compte que cette somme lui permettrait de lever une armée et de s’embarquer pour l’Orient. Les préparatifs de l’expédition furent effectués durant le printemps et l’été 1096. On leva des troupes dans toutes les régions normandes et dans tous les territoires avoisinants12, alors que Rouen, en tant que capitale et centre principal des activités de Robert, jouait un rôle primordial dans l’organisation de la nouvelle entreprise normande13.

  • 14 Le moment du départ de Robert lui-même est donné comme étant septembre par Orderic Vital et Guillau (...)

10Les événements des années précédentes avaient indubitablement créé une atmosphère de tension dans la capitale, et, de plus, la ferveur de la croisade faisait rage quand vint l’automne 1096. Quelle que pût avoir été la sécurité des juifs de Rouen du fait de la bienveillance antérieure de Guillaume le Conquérant, celle-ci s’avéra de peu de poids face au zèle des croisés normands et de leurs admirateurs, qui remarquaient sans doute avec un ressentiment croissant le manque d’enthousiasme des juifs à l’égard des événements qui se précipitaient autour d’eux. Le clos-aux-juifs rouennais fut envahi, quelque temps avant le départ des troupes de croisés de la Normandie en septembre et octobre 109614, ou peut-être à l’occasion même de ce départ.

4. Le massacre de la première Croisade et ses homologues

  • 15 Voir éd. G. Bourgin, Guibert de Nogent, Histoire de sa vie (Paris, 1907), p. 118 et suivantes (= li (...)

11L’histoire de ce massacre et des conversions forcées qui s’ensuivirent figure dans l’autobiographie d’un contemporain, l’abbé Guibert de Nogent. Cet auteur indique au tout début de son récit qu’il l’écrit dans le but d’expliquer les origines d’un moine de l’abbaye de Saint-Germer à Fly, du nom de Guillaume le Juif, auteur d’un traité contre les juifs et humaniste avec qui Guibert entretenait une correspondance15. Guibert écrit que les habitants de Rouen qui avaient décidé de se croiser, se mirent un jour à tenir les propos suivants :

  • 16 Voir éd. Labande, p. 246-248 : « Nos Dei hostes orientem versus, longis terrarum tractibus transmis (...)

« Nous voulons, après avoir franchi de longues distances, attaquer les ennemis de Dieu vers l’Orient, alors que les juifs, qui, de tous les peuples, sont les pires ennemis de Dieu, se trouvent devant nos yeux. Ceci... équivaut à accomplir notre tâche à l’envers16. »

  • 17 Voir éd. Labande, p. 248 (= éd. Bourgin, p. 118) : « His dictis, arma praesumunt, et in quandam ecc (...)

12Après avoir déclaré cela, ils s’emparèrent de leurs armes et emmenèrent les juifs, soit par force soit par artifice, dans un « lieu de culte » et, sans tenir compte ni de l’âge ni du sexe, les passèrent par le fer à l’exception de ceux qui acceptèrent de se convertir17. Après ce massacre et le baptême forcé des juifs de Rouen, les croisés qui y avaient pris part rejoignirent leurs compatriotes dans le dur voyage vers la Terre Sainte.

  • 18 Bourgin, qui se fonde sur LE Prévost (Hist. Ecclés. d’Orderic Vital II, p. 13, n. 1), déclare (Guib (...)

13Au moment du massacre, un certain noble du nom de Guillaume, fils de la Comtesse Hélissende18, s’empara d’un garçon juif et l’amena auprès de la comtesse. On le baptisa et on commença à lui donner une éducation chrétienne (éd. Labande, p. 248-250). Il n’est pas sans intérêt de noter que, lorsque l’enfant sauvé par Guillaume eut grandi, « il passa de l’étude de l’hébreu, qui avait été sa première langue, à celle du latin qu’il maîtrisa vite » (voir l’Appendice I, p. 96).

14Finalement, ce jeune homme devint un moine distingué, c’est-à-dire Guillaume le Juif, à qui Guibert fit parvenir son Tractatus de incarnatione contra Judaeos qu’il avait écrit contre le judaïsant Comte Jean de Soissons. Comme nous l’avons indiqué, Guibert et ce moine se connaissaient, et échangèrent même une correspondance ; et de toutes les déclarations de Guibert, celle ayant trait au pogrome de Rouen - qui, comme il le dit, fut la cause première de la carrière monacale de l’enfant à Fly - doit être considérée comme particulièrement conforme à la vérité (voir p. ex. Chéruel, Histoire de Rouen, p. lxxxviii). Que l’attaque contre les juifs de Rouen ne figure pas chez Orderic Vital ou chez les autres chroniqueurs de la première Croisade n’est pas un argument valable pour mettre en doute l’exactitude du récit de Guibert, car ces chroniqueurs, à de rares exceptions près, n’ont pas mentionné les nombreuses autres attaques contre les communautés juives dont on sait, grâce aux témoignages fournis par différentes sources hébraïques, qu’elles se sont déroulées à cette époque. L’authenticité de la description de Guibert est démontrée non seulement par le style du récit et par les motivations de l’auteur, mais également par d’autres événements de même nature associés à la première Croisade.

  • 19 Voir le chroniqueur Anonyme de Mayence dans A. Neubauer et M. Stern, Hebraïsche Berichte über die J (...)

15Guibert, par exemple, décrit le fait que Guillaume se soit saisi de l’enfant comme un acte de sauvetage. Peut-être en était-il ainsi à l’origine, mais ce devint un rapt, car les parents de l’enfant, qui n’avaient pas péri, cherchèrent en vain à ce qu’il leur soit rendu, et il fut enlevé et mis dans un monastère pour empêcher que cela n’arrivât (voir p. 96). La pratique du rapt d’enfants pour motifs religieux apparaît donc clairement dans la description du massacre des juifs de Rouen. Des enfants furent également capturés afin d’être convertis par les croisés au cours du pogrome de Worms au mois de mai 1096, ce qui a dû se produire dans bien d’autres communautés rhénanes que pillèrent les croisés. Ils devaient revenir à cette pratique après la prise de Jérusalem19.

  • 20 Pour ce qui concerne les événements de Spire, voir le chroniqueur anonyme de Mayence, dans Neubauer (...)

16Au cours du pogrome de Rouen les juifs furent massacrés alors qu’ils avaient été rassemblés en un lieu de culte, plutôt que dans leurs propres foyers. Selon le chroniqueur anonyme de Mayence, les croisés prévoyaient de massacrer les juifs de Spire alors que ces derniers prieraient dans la synagogue au cours du sabbat précédant le pogrome du 3 mai 1096. Cependant les juifs, prévenus par hasard de ce plan, se levèrent tôt en ce jour de sabbat, prièrent rapidement, et quittèrent la synagogue avant que le complot ne puisse être mis à exécution. Ainsi le massacre de Spire se produisit à l’extérieur de la synagogue, bien que l’idée des croisés eût été de le perpétrer à l’intérieur des lieux. Dans les pogromes qui suivirent, les juifs, évidemment conscients des méthodes qui avaient la préférence des croisés, semblent avoir prudemment évité qu’on les trouve assemblés dans la synagogue au moment de l’attaque ; mais quand ceux qui arboraient la croix atteignirent Jérusalem, ils purent y accomplir leurs méfaits avec un succès considérable20.

17L’exposé que fait Guibert de la question posée par les croisés rouennais avant leur attaque contre les juifs, est encore plus remarquable : « Nous voulons... attaquer les ennemis de Dieu... alors que les juifs... se trouvent devant nos yeux... » Il convient de noter que, dans son récit en hébreu des persécutions qui se déroulèrent dans le pays rhénan en 1096, le chroniqueur Salomon b. Samson écrit (Neubauer-Stern, Heb. Berichte, p. 4) :

  • 21 Cette expression est évidemment un jeu de mots ironique sur Prov. XV, 19, « Le chemin des hommes dr (...)
  • 22 Le mot suivant, ‘LWSFYM, est inintelligible, et n’a pas été traduit par Neubauer. Le copiste, ou bi (...)

...Le pape de Rome la funeste... déclara chez tous les peuples qui croyaient dans le Christ, c’est-à-dire les fils de Séïr, qu’ils devaient se regrouper, aller à Jérusalem, conquérir la ville par les armes - « un chemin sans aspérités pour ceux qui s’écartent de la voie »21 - et aller jusqu’à la sépulture de Jésus qu’ils avaient reconnu comme seigneur. [Le pape] vint... et les nations se rassemblèrent toutes en un seul élan pour exécuter cet ordre, se regroupant « comme le sable sur le rivage » (Gen XXII, 17) et leur voix était semblable au tumulte de l’orage et de la tempête. Après s’être rassemblées, elles recommandèrent le mal contre la nation de Dieu, demandant pourquoi ils devraient se charger de lutter contre les Sarrasins autour de Jérusalem alors qu’en leur sein était une nation qui ne professait pas de respect pour leur religion (chrétienne), et que de plus, les ancêtres (de cette nation) avaient crucifié leur seigneur. (Ils dirent), pourquoi devrions-nous leur laisser la vie sauve, et pourquoi devraient-ils vivre au milieu de nous ? Frappons leur la tête de nos fers et après nous irons dans la voie du Seigneur. Puis les cœurs du peuple de notre Dieu fondirent et ne s’éleva pas parmi eux l’esprit22. Ils furent frappés plusieurs fois... jusqu’à ce qu’ils demeurent « comme un mât au sommet de la montagne et une bannière sur la hauteur... » (Is. XXX, 17).

  • 23 Pour ce qui concerne le discours d’Urbain II au Concile de Clermont, voir particulièrement L. Paulo (...)
  • 24 Eliézer b. Nathan in Neubauer-Stern, Heb. Berichte, p. 36 : « Voyez, nous allons chercher notre Tar (...)
  • 25 MS Cambridge T.S. 8.271, fol. 1 verso, lignes 10-14 « (Les croisés) se dirent : Comment se fait-il (...)

18Salomon, au début de cette déclaration, fait allusion au Concile de Clermont. Il ne dit pas que le pape prêcha la persécution des juifs, mais plutôt qu’il exhorta son auditoire à partir pour l’Orient dans le but de reprendre Jérusalem aux Sarrasins... fait qui est corroboré par tous les témoignages qui subsistent de ce discours23. Selon Salomon, cependant, l’effet de cette exhortation fut de faire naître chez les futurs croisés des sentiments anti-juifs qui finirent par provoquer les pogromes. Pourquoi devrions-nous partir pour l’Orient, leur fait-il dire, quand parmi nous sont les pires ennemis du Seigneur... ? Cette question des croisés trouve un écho dans d’autres chroniques hébraïques de la première Croisade en provenance de l’Europe du nord24. De plus, elle est mentionnée dans les mémoires autographes d’Obadiah le Prosélyte, l’ancien Johannes fils de Dreux d’Oppido Lucano, qui se convertit au judaïsme en 1102 à la suite des événements de la première Croisade, et en décrivit certains avec une grande précision dans ses mémoires25. Le fait que cette question apparaisse comme la pensée principale que les croisés aient formulée juste avant leur attaque contre la communauté juive de Rouen souligne encore l’authenticité de la description qu’en fait Guibert.

5. Rôle des croisés français et normands dans les manifestations anti-juives

  • 26 S. Runciman, History of the Crusades I (Cambridge, 1951), p. 136.
  • 27 Ainsi Runciman déclare (ibid., I, p. 134) : « Le départ de Pierre l’Ermite pour l’Orient n’avait pa (...)

19Cependant, bien que Guibert ait écrit au début du XIIe siècle, que sa description soit présentée dans le simple but d’expliquer les origines de Guillaume le Juif, et que les événements relatés par lui soient des faits caractéristiques associés en général au commencement de la première Croisade, les historiens contemporains ont parfois considéré son récit comme une invention, ou, tout au plus, comme la mention d’un fait exceptionnel. Ainsi, une des plus hautes autorités dans le domaine des Croisades, qui s’appuie sur les écrits de Guibert à d’autres fins, déclare « il y eut des rumeurs concernant un massacre des juifs de Rouen. Il est très peu probable qu’un tel massacre ait jamais eu lieu... »26. Cette déclaration ne fait pas la moindre référence au passage de l’autobiographie de Guibert où le pogrome est décrit de façon explicite. D’un autre côté, l’auteur n’hésite pas à mettre en cause les croisés allemands pour le rôle qu’ils jouèrent dans les pogromes27.

  • 28 Voir, p. ex., S.W. Baron, Social and Religious History of the Jews (2e éd., IV [New York, 1957], p. (...)
  • 29 Salomon b. Samson, dans Neubauer-Stern, Heb. Ber., p. 3. Voir Hagenmeyer, « Chronologie de la Premi (...)

20En effet une certaine tendance s’est fait sentir au cours des dernières décennies visant à rejeter dans l’ombre le rôle joué par les croisés français en général dans les hostilités anti-juives qui marquèrent le début de la première Croisade28, et en même temps à impliquer massivement les Allemands dans celles-ci. Ceci contraste nettement avec les vues d’érudits plus anciens tels que H. Graetz qui écrivait avant même la publication de la chronique de Salomon b. Samson avec ses remarques importantes concernant la situation des juifs en France après l’appel du pape Urbain II à la croisade au Concile de Clermont, et avec les vues de F. Chalandon, qui faisait remarquer que les Français furent gravement impliqués dans les attaques anti-juives de la première Croisade. Il est possible, par exemple, d’étudier les personnalités concernées. Godefroy de Bouillon ne prit pas effectivement part à un massacre des juifs, il ne fit que « jurer qu’il ne partirait pas pour la Croisade avant d’avoir vengé le sang du Christ » en versant le leur « pour qu’aucun vestige ne subsiste d’eux »29. Il fut empêché de traduire son vœu dans les faits uniquement par les efforts de Qalonymos de Mayence, qui fit part à l’empereur Henri IV (ce dernier se trouvant alors en Italie) de ses craintes à ce sujet. Henri IV publia un ordre interdisant une telle entreprise. Godefroy fut d’accord pour prévenir les hostilités, en ajoutant qu’il n’avait jamais eu réellement de pareilles intentions (Salomon b. Samson, ibid. ; Hagenmeyer, « Chronologie » no 24). Les juifs de Mayence et de Cologne n’en continuèrent pas moins à ne pas se sentir en sécurité, et les deux communautés rassemblèrent chacune la somme de 500 marcs d’argent, qu’elles lui envoyèrent en guise d’offrande.

21Pierre l’Ermite d’Amiens, pour ce que nous en savons, n’a pas prêché lui non plus le massacre des juifs. Il se contenta d’emporter avec lui une lettre des juifs français à la communauté de Trêves, incitant cette dernière à fournir à Pierre et à sa troupe des provisions pour leur voyage. Les juifs, qui selon la chronique de Salomon b. Samson furent terrifiés par l’arrivée de Pierre aux portes de Trêves et par le présage de malheur du message qu’il apportait avec lui, se rendirent rapidement à ses exigences (Salomon b. Samson, ibid., p. 25 ; Hagenmeyer, « Chronologie » no 27). Au moins quatre des principaux associés militaires de Pierre étaient français, à savoir, Gauthier-sans-Avoir, Geoffroy Burel, Rainald de Breis, et Gautier de Breteuil.

  • 30 Spire : Salomon b. Samson, ibid., p. 2 ; Eliézer b. Nathan, ibid., p. 33, 45 ; Anonyme de Mayence, (...)
  • 31 Voir la mention spéciale dans Albert d’Aix I, xxvii = M. Guizot, Collection des mémoires XX, 1824, (...)
  • 32 Hagenmeyer, « Chronologie » no 37-38 (Cologne), 43 (Neuss), 44 (Wevelinghoven), 45 (Altenhar), 46 ( (...)

22Emicho, pour sa part, accepta l’offrande d’une certaine quantité d’or de la communauté juive de Mayence - mais cela n’empêcha pas ses hommes de s’y livrer à un massacre au cours de la dernière semaine de mai 1096, dans lequel périrent environ un millier de juifs. Ses troupes avaient déjà pillé les communautés juives de Spire (le 3 mai), où douze juifs furent tués, et de Worms (le 18 mai) où au moins 500 d’entre eux moururent plutôt que d’accepter le baptême30. Les chefs militaires français sous les ordres d’Emicho comprenaient Drogo (Dreux) de Nesle, Guillaume « le Charpentier » vicomte de Melun, Clarambaud de Vendeuil, et Thomas de la Fère... ; ce furent ces deux derniers qui, selon Albert d’Aix, portèrent la responsabilité principale du pillage de Mayence31. D’autres pogromes, perpétrés par les hordes d’Emicho, ainsi que celles de ses chefs de guerre, devaient se produire plus tard à Cologne et dans plusieurs villes et villages des environs32.

  • 33 Metz : voir Salomon b. Samson, in Neubauer-Stern, Heb. Ber., p. 25 (simplement nommé) ; idem, ibid.(...)

23De plus, on peut noter qu’il y eut des massacres et pillages à Metz et Trêves33, deux villes baignées par la Moselle, c’est-à-dire à l’ouest du Rhin. Elles en sont très proches l’une et l’autre au plan géographique, et pourtant il est difficile de rapprocher les exactions qui s’y déroulèrent de celles qui eurent lieu dans les communautés rhénanes, parce que ces derniers pogromes furent tous perpétrés par les hordes sous la conduite d’Emicho et se produisirent au moment même où avaient lieu ceux de Moselle. Salomon b. Samson regroupe les attaques rhénanes dans une catégorie différente de celles qui eurent lieu dans d’autres régions ; les pogromes qui eurent lieu à Metz et à Trêves sont associés de façon spécifique à ceux de Ratisbonne, Prague et autres cités non-rhénanes, plutôt qu’à ceux qui eurent lieu en pays rhénan. Or, les pogromes de Ratisbonne et de Prague ne furent pas l’œuvre des chefs aux ordres d’Emicho, mais de ceux de la « Croisade du Peuple » menés par Pierre l’Ermite. Cet ensemble de détails indique que les pogromes dans les villes lorraines ne furent pas l’œuvre des croisés allemands mais des Français.

  • 34 Voir Eliézer b. Nathan, in Neubauer-Stern, Heb. Ber., p. 37 f. ; Anonyme de Mayence, ibid., p. 47 : (...)

24Les sources hébraïques autant que latines ne laissent planer absolument aucun doute sur le rôle important joué par les croisés français dans les hostilités anti-juives. Eliézer b. Nathan rend plus précise la description des hostilités dans plusieurs villes lorsqu’il parle des « êtres cruels, les étrangers, féroces et agiles (voir Hab. I, 6) Français et Allemands, qui mirent des croix sur leur vêtement, et qui furent plus nombreux que les locustes à la surface de la terre ». Ce furent donc à la fois les Français et les Allemands, qui « lors de leur passage dans les villes habitées par les juifs » déchaînèrent les pogromes en réitérant la question fatale. Le chroniqueur anonyme de Mayence rend surtout les Français responsables de ces événements34.

6. Souffrances des juifs français à l’époque

  • 35 Voir Hugues de Flavigny, RHGF, nouv. éd., XIII (1869), p. 623 : « Judaeorum quoque exterminium ipso (...)
  • 36 Sigebert (Sigisbert) de Gembloux, in Pertz, MGH, SS, VI, p. 367 : « Firmissima pace interim ubique (...)
  • 37 Notitiae duae Lemovicenses de praedicatione crucis in Aquitania, in RHC Occidentaux V (Paris, 1895) (...)
  • 38 Richard de Poitiers, Cruce signato dans Bouquet, RHGF XII, p. 411, « Antequam tamen illuc pergerent (...)
  • 39 Voir RHGF, nouv. éd., XII (Paris, 1877), p. 218 : « ... Et primo Judaeos in urbibus in quibus erant (...)

25Le fait que les persécutions étaient étendues, et plus particulièrement qu’elles affectaient des communautés se trouvant en France aussi bien qu’en Allemagne est confirmé par des sources non hébraïques. Hugues de Flavigny, témoin contemporain, trouve significatif que les juifs aient connu un destin similaire en des endroits différents au même moment35. Sigebert (Sigisbert) de Gembloux (c. 1030-1112) déclare qu’avant la première Croisade, la paix (celle qui existait entre les peuples de l’Europe Occidentale) avait été établie, et qu’il était donc possible de partir pour une guerre livrée au nom du Seigneur. Avant tout, cependant, les juifs, dans les diverses villes où ils vivaient, furent sommés de se convertir au christianisme. Ceux qui refusèrent, déclare Sigebert, furent « privés de leurs biens, massacrés, et expulsés des villes ». Il continue en faisant remarquer que ceux que l’on avait obligés à se convertir revinrent par la suite à leur foi ancestrale. Les nobles qui prirent une part primordiale dans cette lutte menée au nom du Seigneur, déclare Sigebert, comprenaient « Godefroy, Duc de Lorraine et ses frères Eustache et Baudouin ; Baudouin comte du Bourg ; Robert Comte de Flandre ; Etienne Comte de Blois ; Hugues, frère du Roi de France ; Robert, comte de Normandie ; Raymond, Comte de Saint-Gilles ; et Bohémond, Duc d’Apulie »36. Cette affirmation est reprise pratiquement mot pour mot dans une chronique du XIIe siècle en provenance de Limoges qui décrit les prêches de la première Croisade dans le sud-ouest de la France37. Richard de Poitiers au milieu du XIIe siècle déclare que les souffrances des juifs étaient générales en France au début des expéditions vers l’Orient38. De plus, la férocité de ces persécutions est clairement décrite dans les Historiae Regum Francorum39 de la fin du XIIe siècle. S’il était entré dans les intentions de l’un de ces chroniqueurs de désigner l’Allemagne, ou le territoire rhénan, comme région principale du déroulement des pogromes, il l’aurait sans aucun doute dit clairement.

26Ainsi, ces déclarations qui se corroborent dans les chroniques latines et hébraïques, démontrent de façon convaincante que lors de la première Croisade, les souffrances des juifs étaient généralisées dans les régions qui composent à présent la France, et qu’elles étaient le fait des croisés de ces territoires. Ceci fut compris non seulement par Graetz, mais également, après lui, par des historiens des Croisades tels qu’Hagenmeyer (« Chronologie », no 12 et 24) et, pendant les années 1920, par Ferdinand Chalandon. On remarquera que Chalandon a déclaré (Histoire de la Première Croisade, p. 96) :

  • 40 Il est certain que, dans la majeure partie de ce domaine, Chalandon avait été devancé par Depping e (...)

Nous avons constaté en France l’existence d’un mouvement antisémite qui s’était manifesté par le massacre des juifs de Rouen et par l’avertissement donné aux juifs habitant les villes des bords du Rhin par les coréligionnaires français. Vraisemblablement il y avait eu en France d’autres mouvements analogues, mais aucun document ne nous les a fait connaître en détail : l’agitation, toutefois, avait été assez grande pour terroriser les juifs.40

27Ce qui était nécessaire, pour prouver totalement l’authenticité des événements qu’on avait situés dans les régions qui constituent maintenant la France - y compris l’incident de Rouen - était une indication dans une source documentaire hébraïque qui illustrerait spécifiquement les souffrances endurées par les juifs en France, décrites plus ou moins généralement dans les chroniques médiévales, et qui pourrait servir d’authentique contrepartie juive à l’histoire du pogrome de Rouen relatée en détail par l’Abbé Guibert de Nogent.

  • 41 Voir Jacob Mann, Texts and Studies in Jewish History and Literature I (Cincinnati, 1931), p. 31-33. (...)

28Justement, un tel document existe parmi les manuscrits de la guenizah conservés à Cambridge : il fut partiellement publié pour la première fois en 1931, six années seulement après que Chalandon ait formulé sa remarque41. Ce document (T.S. 16. 100) est une lettre originale sur parchemin dont le trait le plus remarquable est la description d’une attaque contre une communauté juive française, et dont l’origine remonte à la fin du XIe siècle.

  • 42 Voir PAAJR, ibid., p. 8 et suiv. ; R. I. Onom., ibid., p. 241 et suiv. ; PAPS, ibid., p. 70 et suiv (...)
  • 43 Voir mon étude de l’histoire et de la topographie de ce site dans PAPS, ibid., p. 77 et suivantes.
  • 44 Voir PAPS, ibid., p. 74-77 et R. I. Onom., ibid., p. 245 et suivantes.
  • 45 Voir ma courte communication sur le sujet dans l’Arche, no 265 (avril 1979), p. 7-9.

29Il y a presque vingt ans, à Cambridge, j’ai pu préciser que l’orthographe du nom de l’endroit consigné dans cette lettre autographe est MNYW, terme qui reflète dans tous les détails essentiels, l’orthographe de l’ancienne ville du Vaucluse connue sous le nom de Monieu ou Monieux42. Au moyen âge c’était une ville fortifiée, protégée en hauteur par une puissante tour de défense et qui enjambait l’itinéraire le plus court, entre Saint-Gilles, Avignon et Carpentras vers l’ouest, et, vers l’est, les défilés alpins menant en Italie43. Le Pape Urbain II effectua la plus grande partie de son prêche dans cette région même du Midi, alors que le plus grand contingent de troupes croisées en 1096 fut regroupé par Raymond de Saint-Gilles dans le même périmètre. Comme l’itinéraire de ces croisés empruntait ces défilés alpins, il est évident qu’une grosse partie des forces provençales a dû faire marche vers l’est par l’itinéraire qui passait devant Monieux44. La présence de juifs à cet endroit au moyen âge est démontrée non seulement par la lettre de la guenizah mais également par le fait que, juste à côté de la ville, il existe encore une grande parcelle de terrain connue, dans la tradition orale de la région, sous le nom d’« ancien cimetière des juifs »45.

  • 46 Voir p. ex. mes articles « Un prosélyte juif du commencement du XIe siècle » [hébreu), Sefunoth VII (...)
  • 47 Pour la chronologie de ces « rois » ou « princes » (héb. nāsī, pl. nesi ‘īm) narbonnais, voir PAAJR(...)
  • 48 Le fait que cette lettre provienne d’une communauté du Midi est indéniable à la fois à cause des ré (...)

30La lettre concerne une prosélyte européenne anonyme, image type d’un certain nombre de convertis au judaïsme de haut rang décrits dans les manuscrits de la guenizah datant du XIe siècle et du début du XIIe siècle46. Elle s’échappa de la demeure de sa riche et puissante famille chrétienne (qui, apparemment, vivait quelque part dans le nord de la France) et s’établit à Narbonne où elle épousa un certain R. David « [de la famille de] R. Todros », le « roi juif » de cette ville vers la fin du XIe siècle47. Lorsqu’elle apprit que des membres de sa famille la recherchaient, elle s’enfuit de Narbonne en compagnie de son mari, et aboutit dans la communauté juive de Monieux. Là, le couple eut deux fils et une fille appelée Justa. Près de six ans après leur arrivée, au cours d’un pogrome qui s’abattit sur les habitants juifs, David fut assassiné dans la synagogue et les deux aînés capturés. La prosélyte et son jeune fils demeurés saufs se trouvèrent sans ressources. La communauté diminuée, dont les biens avaient été pillés par les assaillants, fut incapable de leur venir en aide. On l’envoya donc avec l’enfant chercher dans d’autres villes de quoi subvenir à leurs besoins. Elle emporta la lettre écrite en sa faveur par la communauté et qui renferme le récit de ses épreuves. La lettre fut retrouvée quelque huit cents ans plus tard dans la guenizah du Caire, fait dont on peut déduire que la prosélyte voyagea vers l’est, et finit par arriver dans la métropole de Fostat-Misr où, comme d’autres prosélytes de cette époque, elle devait recevoir l’aide de la communauté juive qui s’y épanouissait48.

  • 49 Pour la comparaison des modalités de l’attaque contre les juifs de Monieux avec des événements corr (...)

31Or, les caractéristiques de l’attaque contre la communauté juive décrite dans le document - c’est-à-dire l’assassinat des juifs dans la synagogue, le rapt de leurs enfants, et le pillage de leurs demeures et de leurs biens - sont précisément celles que l’on retrouve dans d’autres descriptions de débordements anti-juifs lors de la première Croisade49. Par tous les détails qu’elle renferme, cette lettre autographe démontre les souffrances infligées aux juifs de Provence par les croisés en 1096, et offre le témoignage décisif, qui faisait encore défaut lorsque Chalandon fit ses remarques, et qui montre que la persécution des juifs français au temps de la première Croisade n’a rien de fictif.

7. Signification des événements de Rouen

32Le massacre de Rouen peut aussi être considéré, en raison de l’accumulation des témoignages, comme n’ayant été ni un événement inventé, ni une manifestation exceptionnelle, mais plutôt une attaque caractéristique rappelant celles qui ont sans doute eu lieu, sur une grande échelle, à travers la France de cette époque. L’attaque de Rouen, cependant, demeure la seule dont on ait trace sur le sol français, qui ait été décrite et identifiée dans une source latine. Malheureusement, les chroniqueurs de la Croisade normande n’en font pas mention, de même qu’ils semblent se désintéresser complètement du problème des souffrances infligées aux juifs par les croisés dans le nord de la France.

33Notre connaissance de cette attaque est entièrement due au hasard, car, si le futur moine Guillaume n’avait pas échappé au carnage et n’avait pas atteint le niveau de piété et d’érudition chrétienne auquel il parvint par la suite, Guibert de Nogent n’aurait lui-même trouvé aucune raison de relater cette histoire. Il convient cependant de noter que, une fois de plus, on retrouve les juifs de Rouen sur le devant de la scène. Par contre, on ne connaît aucun document, ni hébraïque ni latin, sur la communauté juive de Paris pendant le XIe siècle tout entier.

34Les faits rapportés ci-dessus et dans les chapitres précédents mettent l’accent sur l’importance de la communauté juive de Rouen pendant la période ducale. En effet, une génération après le transfert vers l’Angleterre organisé par Guillaume, l’importance de la communauté demeurée à Rouen permet de penser que la population juive dans la capitale a été considérable durant tout le XIe siècle. Rien ne nous est parvenu de la culture de ces juifs. Mais nous avons vu que l’enfant dont s’était emparé le noble Guillaume abandonna la langue hébraïque « qui avait été sa première langue » au profit du latin. Et nous pouvons en conclure que la communauté, à ce moment comme plus tard, possédait tous les traits culturels essentiels caractéristiques du judaïsme occidental du haut moyen âge. En d’autres termes, elle possédait les institutions habituelles sur le plan de l’éducation et du culte, des lois établies et reconnues et des procédures juridiques, et une cour présidée par les maîtres de la jurisprudence talmudique, tout comme d’autres caractéristiques sans lesquelles ce judaïsme aurait vite perdu son identité. Ceux qui allèrent en Angleterre y emportèrent cette culture, au même titre que toute coutume rituelle et particularité ayant pu se développer en Normandie à travers les siècles. Les écrits des juifs normands du XIe siècle dans la capitale du duché, tout comme ceux de la plupart de leurs contemporains dans toute la France, disparurent sans aucun doute dans la grande destruction de 1096, et on peut estimer que leur synagogue communale, ainsi que toutes les institutions culturelles qu’ils possédaient à l’époque furent également endommagées, détruites, ou transformées à l’usage des chrétiens.

  • 50 Voir David, Robert Curthose, p. 91 et suiv., 120. Il n’y a aucune preuve que Guillaume le Roux exer (...)

35Tandis qu’une partie au moins de la population juive de Rouen fut massacrée par les croisés, d’autres, selon Guibert de Nogent, acceptèrent le baptême plutôt que d’être passés au fil de l’épée, et, de cette façon, la voix hébraïque fut temporairement étouffée dans les rues de Rouen. Si l’on en juge par les habitudes des convertis de force dans d’autres lieux historiques, il semblerait évident qu’un grand nombre de ceux de Rouen menaient en secret une vie de juif durant cette période, préservant tout ce qu’ils pouvaient garder de leur antique héritage. Pendant ce temps-là, les croisés, avec à leur tête Robert Courteheuse, étaient tous partis vers l’Orient et Guillaume le Roux régnait alors en Normandie à la place de son frère50. Son règne allait se terminer quatre ans plus tard seulement, quand, en août 1100, il fut tué dans un accident de chasse dans la Forêt Neuve en Angleterre ; mais dans ce bref laps de temps le destin des convertis de force changea soudain complètement.

8. Efforts des convertis de force pour retourner au judaïsme

  • 51 Voir W. Stubbs (éd.), Willelmi Malmesbiriensis Monachi de Gestis Regum Anglorum II (Londres, 1889), (...)

36Guillaume de Malmesbury, lorsqu’il mentionne de façon presque marginale le transfert des juifs de Rouen à Londres (voir p. 72), fournit un écho intéressant de l’attitude de Guillaume le Roux envers les juifs. Il déclara que ceux de Londres vinrent vers Guillaume le Roux à l’occasion d’une « cérémonie solennelle, en lui apportant des présents. Il se pencha vers eux et osa même les inciter à entamer les hostilités avec les chrétiens. ‘Par le visage de Lucques’ s’écria-t-il, et il déclara que s’ils étaient victorieux dans ce débat il rejoindrait leur secte »51.

  • 52 Voir note suivante.

37Une autre version du récit donne plus de détails sur l’attitude de Guillaume : « A Londres il les incita à tenir une controverse avec nos évêques en disant - je pense qu’il plaisantait - que s’ils surpassaient les chrétiens et les confondaient avec des arguments valables, il rejoindrait leur secte. On procéda à la chose, en conséquence, à la grande frayeur des évêques et du clergé qui craignaient pieusement pour la foi chrétienne ». Malmesbury ajoute que les juifs ne retirèrent rien du débat excepté « de la confusion » et indique qu’ils « se vantèrent souvent d’avoir été vaincus non par la parole mais par les actes »52. Si l’on en juge par la teneur de ses remarques il est possible de déduire qu’un débat de cette sorte eut bien lieu à Londres sous le patronage du roi. Si l’on doit en croire le chroniqueur, le roi ne nourrissait pas de sentiments hostiles envers les juifs mais acceptait plutôt leur présence comme un défi et un aiguillon pour le christianisme.

  • 53 Voir Stubbs, ibid., p. 371 (Lib. IV, par. 317): « Insolentiae in Deum Judaei suo tempore dedere ind (...)
  • 54 L’époque précise à laquelle la supplique des juifs fut présentée à Guillaume le Roux est incertaine (...)

38C’est seulement le manque de rancœur du roi envers les juifs qui peut raisonnablement expliquer un événement surprenant qui impliqua les deux parties vers la fin de son règne, et qui est relaté par deux chroniqueurs fiables indépendamment l’un de l’autre. Malmesbury, juste avant de décrire l’événement à Londres, déclare que « les juifs à son époque donnèrent des preuves de leur insolence envers Dieu : une fois à Rouen, quand ils ramenèrent un certain (de leurs membres) qui avait échappé à leurs erreurs, au judaïsme, s’efforçant de l’influencer à l’aide de présents... »53. Le sens évident des déclarations de Malmesbury est que les juifs de Rouen supplièrent le roi de permettre à ceux qui, parmi eux, avaient été baptisés, de revenir à leur foi originelle. Une supplique de ce type, venant quelques années à peine54 après la conversion forcée des juifs de Rouen au début de la première Croisade, n’acquiert tout son sens que si on la rattache à l’événement précédent.

  • 55 Voir Eadmeri Monachi Cantuariensis Historiae Novorum (Londres, 1823), lib. li, p. 47. Au début de s (...)

39La nature de la supplique des juifs rouennais est décrite en plus amples détails par Eadmer le Moine, biographe contemporain d’Anselme qui nous donne une vue nette de leur situation dans les mois qui suivirent le départ des croisés. Il écrit55 que, pendant que Guillaume le Roux se trouvait à Rouen, un certain nombre de juifs qui y demeuraient vinrent se plaindre auprès de lui en lui disant que certains de leurs coreligionnaires avaient abandonné leur foi au profit du christianisme peu de temps auparavant. En offrant au roi une somme d’argent, ils lui demandèrent d’obliger les convertis à revenir à leur ancienne foi. Guillaume accepta le don et, pour complaire à leur requête, ordonna que les convertis dont il s’agissait soient conduits devant lui. Eadmer déclare que, sous les menaces du roi, les convertis furent obligés « à renier le Christ et à retourner à leur première erreur ». (Voir Appendice II ci-dessous).

40Ecrivant en tant que moine dévot, Eadmer ne pouvait évidemment concevoir la possibilité que c’étaient les convertis eux-mêmes qui désiraient revenir à leur foi originelle - fait que la résurrection de la vitalité culturelle juive à Rouen, que l’on retrouvera dans les chapitres suivants de ce livre, indique clairement. Le récit d’Eadmer fut rédigé d’un point de vue de chrétien zélé, et au début du XIIe siècle ; celui-ci ne pouvait qu’exprimer la croyance que la foi des juifs était erronée alors que le christianisme était vérité et perfection. Il était virtuellement impossible à un chrétien croyant de cette époque de comprendre pourquoi les juifs convertis à la lumière pouvaient exprimer le moindre désir de revenir à leur ancienne religion.

41Et pourtant, il n’existe aucune raison de nier le caractère historique de l’histoire que conte Eadmer. Lui-même et Malmesbury laissent tous deux entendre qu’en 1098 ou 1099 il y eut, ou il y eut à nouveau, un groupe de rouennais identifiables en tant que juifs, qui avaient vécu comme tels en secret dans la capitale normande, ou bien qui avaient réussi à se soustraire complètement à la conversion en 1096 tout en réussissant à sauver leur vie. Parmi ceux qui furent obligés de se convertir, certains, tel Guillaume le Juif de l’Abbaye de Saint-Germer, devinrent de grands croyants dans leur nouvelle religion, et Eadmer ne pouvait qu’insister sur ceux-ci lorsqu’il décrit la rencontre avec Guillaume le Roux. Eadmer, assurément, a rapporté dans son intégralité l’étonnante histoire d’un de ces convertis (voir Appendice II ci-dessous), qui témoigne de l’angoisse et du trouble des familles juives de Rouen dans les mois qui suivirent la conversion forcée. Bien qu’elle ait été sévèrement condamnée par les chroniqueurs chrétiens, l’attitude de Guillaume le Roux eut pour effet de permettre aux juifs de recouvrer leur assise, et de préparer la reconstruction de la communauté dévastée, au début du siècle suivant.

Annexes

APPENDICE I. RECIT DE GUIBERT DE NOGENT SUR LA PERSECUTION DES JUIFS DE ROUEN EN 1096 ET LA CONVERSION DE GUILLAUME LE JUIF AU CHRISTIANISME

(Texte : Georges Bourgin, éd., Guibert de Nogent, Histoire de sa vie [Paris, 1907], p. 118-120 ; E.R. Labande, Guibert de Nogent. Autobiographie (Paris, 1981), p. 246-253 ; TYR, p. 175-177).

Dans ce monastère précis de Fly, il y a un certain moine, juif de race. Quand les premiers échos du pèlerinage à Jérusalem parvinrent au monde latin, il fut sauvé de sa superstition de la façon suivante. A Rouen, un certain jour, ceux qui avaient entrepris de partir pour cette expédition sous l’emblème de la Croix commencèrent à se plaindre l’un à l’autre : « Nous voulons, après avoir franchi de longues distances, attaquer les ennemis de Dieu vers l’Orient, alors que les juifs, qui, de tous les peuples, sont les pires ennemis de Dieu, se trouvent devant nos yeux. Ceci » dirent-ils, « équivaut à accomplir notre tâche à l’envers ». Ayant ainsi parlé, et s’étant saisis de leurs armes, ils emmenèrent de force les juifs dans un certain lieu de culte, les y poussant par force ou ruse - je ne sais pas par quel moyen - et sans distinction d’âge ou de sexe les passèrent par les armes d’une façon telle, cependant, que ceux qui se soumirent à la loi chrétienne échappèrent aux coups de l’épée qui les menaçait. Pendant le massacre, un certain noble, voyant un petit garçon, le sauva avec bonté et l’amena jusqu’à sa mère.

C’était une dame de haute qualité, l’ancienne épouse du comte d’Eu. Eu est le château qui domine l’abbaye de Saint-Michel-sur-Mer, au lieu-dit du Tréport. Cette dame distinguée accueillit l’enfant, lui demandant, avec une gentillesse qui était tout à fait flatteuse, s’il aimerait entrer dans la loi chrétienne. Quand il n’opposa pas de refus, en pensant qu’autrement il serait surement passé au fil de l’épée comme son peuple, qu’il venait de voir massacré, ils firent brièvement les préparatifs nécessaires pour le baptême et s’approchèrent des fonds. Après que les mystères des prières aient été formulés et le sacrement donné, lorsqu’ils arrivèrent à l’endroit où un cierge est allumé et où Ton renverse la cire fondue dans l’eau, on vit une goutte tomber à part, prenant, de son seul fait, la forme d’une croix sur l’eau, de façon si précise dans sa substance infime qu’aucune main de l’homme ne peut en faire de semblable à partir d’une matière si ténue. Je fus informé par la comtesse en personne, que je connaissais si bien et qui m’était si proche qu’elle m’appelait son fils, et par les prêtres, qui tous affirmèrent solennellement au nom de Dieu que l’histoire était véridique. Si je n’avais pas assisté au cheminement remarquable du garçon, j’aurais pu avoir une opinion moins sérieuse de l’incident. Le nom de la comtesse était Hélissende. Son fils, qui le sauva de la mort et le fit sien sur les fonds, était nommé Guillaume, nom qu’il donna au garçon56.

Quand il grandit un peu, il passa de l’étude de l’hébreu, qui avait été sa première langue, à celle du latin, qu’il maîtrisa vite57. Comme (le noble) craignait qu’il puisse être rappelé en sa condition d’origine par sa famille, il le fit entrer au monastère de Fly. En fait, sa famille avait plusieurs fois tenté de le récupérer, mais sans résultat pour ce qui le concernait. Après qu’il ait été soumis à la discipline monastique, il démontra tant d’amour pour la vie chrétienne, absorba tout ce qui faisait la culture divine avec une telle alacrité d’esprit, supporta tous les éléments de discipline avec un tel calme que la gloire qu’il tira de sa victoire sur sa nature sans valeur et sur sa condition récemment perturbée lui attirèrent le plus grand respect de tous. (Le noble) lui avait donné pendant son enfance un professeur de grammaire en tant que garde secret, personnage très religieux et qui considérait qu’une connaissance de notre loi était nécessaire à ce nouvel homunculus. Dans son éducation, il fit des efforts qui furent bien récompensés, car son intelligence, naturellement fine, s’aiguise tellement chaque jour que bien que beaucoup de lettrés s’épanouissent là, on pense que nul ne montre une si grande distinction d’esprit. Bien que beaucoup soient de cet avis, personne ne le jalouse ni ne médit de lui, car il est tout le temps d’humeur gaie et son attitude est toujours d’une pureté exemplaire. Pour accroître la force de sa foi intangible, je lui ai envoyé un court traité que j’avais écrit il y a environ quatre ans contre le Comte de Soissons, judaïsant hérétique. Il apprécie tellement cet ouvrage, je le sais, qu’il émule ce petit ouvrage dans une compilation dévote d’arguments pour la foi. Ainsi la croix de son baptême semble justement avoir été formée, non par le hasard, mais par la Providence, en signe de future foi religieuse d’un homme d’origine juive, ce qui, de nos jours, est inhabituel58.

APPENDICE II. RECIT D’EADMER LE MOINE DES REUNIONS DE GUILLAUME LE ROUX AVEC LES JUIFS DE ROUEN (A.D. 1099)

(Texte : Eadmeri Monachi Cantuariensis Historiae Novorum [Londres, 1823], lib. li, p. 47 ; TYR, p. 177-179).

Il fut relaté par de tels voyageurs59 qu’à peu près à cette époque, quand ce roi lui-même (Guillaume) séjournait à Rouen, quelques (juifs) qui vivaient dans cette cité vinrent apparemment le voir et se plaignirent du fait que certains de leurs coreligionnaires étaient récemment devenus chrétiens, en rejetant le judaïsme. Ils lui demandèrent, en échange d’un prix payé à lui, de les obliger à rejeter le christianisme et de revenir au judaïsme. Il acquiesça, et touchant le prix de l’apostasie, ordonna qu’on lui présente les juifs en question. Pourquoi perdre le temps en vaines paroles ? - il força la plupart d’entre eux, brisés qu’ils étaient par les menaces et l’intimidation, à renier le Christ et à retourner à leur première erreur.

Une autre fois, un jour de cette époque, un jeune juif se trouvait sur son chemin quand lui apparut un autre jeune homme, aussi beau et bien habillé que lui qui, quand il lui demanda d’où il venait, déclara qu’il y avait longtemps, après avoir été juif, il était devenu chrétien, et qu’il s’appelait Etienne Protomartyr. « La raison pour laquelle je descends du ciel sur la terre », dit-il, « est que tu devrais abandonner la superstition juive, devenir un chrétien, être baptisé en Christ et appelé comme moi ». Ayant dit cela, il disparut de sa vue et on ne le revit jamais. Le jeune juif, pris de panique, alla tout droit voir un prêtre. En parlant clairement, il raconta au prêtre ce qu’il avait vu et entendu ; et en confessant sa croyance en le Christ, il obtint aussitôt la grâce du baptême. Quand, cependant, son père apprit cela, il fut pris d’un profond chagrin ; et alors qu’il se demandait comment faire revenir son fils à leurs pratiques sacrées, il apprit comment Guillaume, roi des Anglais, avait récemment, en échange d’un paiement en argent, fait revenir, de cette manière, un certain nombre de personnes au judaïsme. En conséquence, il alla voir le roi et, en se plaignant, évoqua la façon dont il avait perdu son fils. Il implora le roi de prendre pitié de lui et demanda que l’enfant, qui lui était d’autant plus cher qu’il était son fils unique, soit, par un commandement du roi, réintégré dans les lois paternelles. Le roi ne fit aucune réponse à cette requête, car il n’avait pas encore appris de raisons pour lesquelles il devrait intervenir dans une telle affaire. Le juif comprit très vite pourquoi, si mystérieusement, il n’apportait pas de réponse à sa pétition, et lui promit immédiatement de lui donner soixante marcs d’argent s’il faisait revenir son fils au judaïsme. En conséquence, par ordre du roi, le jeune homme fut amené en sa présence, et le roi s’adressa à lui en ces mots : « Ton père se plaint du fait que tu es devenu chrétien sans sa permission. S’il en est ainsi, je te dis de te soumettre à ses vœux et de revenir, sans retard ni équivoque, au judaïsme. » Le jeune homme répondit : « Seigneur mon roi, je pense que vous plaisantez ! » « Plaisanterais-je avec toi, espèce de fils de chien ! » s’exclama le roi, indigné ; « il vaudrait mieux pour toi que tu retournes d’où tu viens et que tu obéisses à mon ordre, et vite, sinon, par le visage de Lucques60, je te ferai arracher les yeux ! » Le jeune, ne se troublant pas du tout, répondit d’une voix ferme : « Je ne ferai certainement pas ce que vous me demandez. Mais vous pouvez être sûr que, si vous étiez bon chrétien, vous n’auriez jamais prononcé de telles paroles. C’est la tâche d’un chrétien de rattacher au Christ ceux qui, par l’incroyance, ont été séparés de lui, non de séparer de lui ceux qui, par la foi, ont été rattachés à lui. » Le monarque, confondu par cette réponse, ordonna qu’on emmène le jeune homme en honte et ignominie. Jeté dehors de cette façon, il retrouva son père, qui attendait le résultat de l’affaire. Courroucé contre lui, (le jeune homme) s’exclama : « Fils de la mort et fauteur de perdition éternelle, cela ne te suffit pas que toi-même sois damné, il faut que tu me précipites avec toi dans le même destin ? Pour ce qui me concerne sache que le Christ m’a été révélé, et loin de moi l’idée que je doive jamais te reconnaître à nouveau pour mon père, voyant que ton propre père est le démon ! ».

Pendant ce discours, le roi envoya chercher le père et le fit amener en sa présence ; sur quoi le roi lui dit : « Eh bien, j’ai fait ce que tu m’as demandé de faire - paie moi ce que tu m’as promis. » L’homme (répondit) : « Mon fils est à présent encore plus ferme dans sa confession du Christ, et m’est devenu encore plus hostile qu’il ne l’était avant, et pourtant vous dites “J’ai fait ce que tu m’as demandé de faire, paie ce que tu as promis” ? Commencez par accomplir ce sur quoi nous nous étions mis d’accord, et parlez ensuite des promesses. C’est ce qui était convenu entre nous. » « J’ai fait ce que j’ai pu », dit le roi. « Bien que je n’aie pas réussi, je n’ai certes pas l’intention d’avoir œuvré pour rien. » A la fin, le juif, mis à la torture par ce qui s’était passé, obtint à grand peine la concession que, s’il donnait la moitié de la somme d’argent promise, il serait autorisé à garder l’autre moitié.

Notes

1 Voir p. ex. Chéruel, Histoire de Rouen, p. lxv et suivantes, ainsi que les sources citées ici.

2 Voir l’abbé Prévost d’Exiles, Histoire de Guillaume le Conquérant (Paris, 1742), p. 42 sqq : « Il y avoit quelques juifs établis à Rouen sous les derniers Rois qui avoient précédé les Ducs Normands... Les principaux attirés près de Tosny par le bruit des trésors qu’il avait apportés d’Espagne, s’étoient dévoués insensiblement à son service, et l’informoient avec beaucoup de soin de tout ce qui se passoit dans la capitale. Un de ces fidèles espions nommés Sédécias, lui apprit que le jeune Duc alloit souvent seul à la chasse avec son Gouverneur... » Sur le rôle de Roger de Tosny dans la rébellion, voir p. ex. Th. Licquet, Histoire de Normandie II (Rouen, 1835), p. 99 et suiv. Guillaume de Jumièges (VII, 3) raconte que Roger fut finalement assassiné par Roger de Beaumont.

3 Voir W. Stubbs (éd.), Willelmi Malmesbiriensis Monachi de Gestis Regum Anglorum II (Londres, 1889), p. 371, note 2 (apud MS rescension A), et cidessous, p. 91.

4 Voir Antoninus de Forciglioni, Secunda Pars historialis domini Antonini (Bâle, 1491), Tit. XVI, cap. v, anno henrici quarti iiii (texte dans TYR, p. 174) ; et Mathias Flacius, Ecclesiastica historia..., Cent. (= Siècle) XI (Bâle, 1567), col. 686. Voir note 53 ci-dessous, p. 92).

5 Voir Raphael Holinshed, The Laste volume of the Chronicles of Englande, Scotlande and Irelande, with their descriptions... (Londres, 1577), p. 316; John Stowe, Annales of England (Londres, 1592), p. 133 (texte dans TYR, p. 174); Th. Fuller, The Church History of Britain (Londres, 1655), Centur. XI, p. 9.

6 Voir d’Blossiers Tovey, Anglia Judaica: or The History and Antiquities of the Jews in England (Oxford, 1738), p. 3, où référence est faite à un paragraphe des Excerptiones d’Egbert, archevêque d’York (vers 740; Migne, PL lxxxix, cols. 379 sqq.) et interdisant aux chrétiens d’assister à des fêtes juives ; et à une charte de Witglaff, Roi de Mercie, accordée aux moines de Croyland, où « nous voyons que leur sont garanties, non seulement les terres qui de tous temps avaient été données au monastère, par les rois de Mercie, mais également toutes leurs possessions, quelles qu’elles soient, qui leur avaient été données à l’origine par des chrétiens, ou bien des juifs » (vel alii fideles christiani, vel judaei, dictis Monachis dederunt).

7 Voir F. Liebermann, Die Gesetze der Angelsachsen (Halle a. S., 1903), p. 627 : « Post quartum annum adquisitionis regis Willelmi istius terre, consilio baronum suorum fecit submoniri per universos patrie comitatus Anglos nobiles, sapientes et lege sua eruditos, ut eorum consuetudines ab ipsis audiret. »

8 Voir F. Liebermann, ibid., p. 650 : « Sciendum est quia omnes Judei, quoqumque regno sint, sub tutela et defensione regis ligie debent esse ; neque aliquis eorum potest se subdere alicui diuiti sine licentia regis, quia ipsi Judei et omnia sua regis sunt. Quodsi aliquis detinuerit eos vel pecuniam eorum, requirat rex tanquam suum proprium, si vult et potest. » Voir également H.T. Riley (tr.), Roger de Hoveden : Annales I (Londres, 1853), p. 553.

9 Dès 1656, W. Prynne prétendit que cette législation juive était un ajout postérieur, de l’époque de Guillaume le Conquérant ou de Richard Cœur-de-Lion (voir A Short Demurrer, p. 3), alors que d’autres auteurs ont mis l’accent sur le fait qu’elle pouvait être encore plus tardive (voir p. ex. les opinions étudiées par Liebermann, Gesetze III, p. 341, et H.G. Richardson, The English Jewry under Angevin Kings [Londres, 1968], p. 109). Cependant, il entrait dans les intentions de Prynne de démontrer qu’aucun juif n’avait vécu en Angleterre avant la conquête des Normands, qui les y amenèrent, et que le gouvernement anglais de l’époque n’était engagé par aucune responsabilité morale ou historique à leur permettre de revenir. (Prynne fut également le premier à prétendre qu’en les amenant en Angleterre pour la première fois, Guillaume obéissait uniquement à des motifs d’ordre économique). En réponse à l’opinion de Prynne, D’Blossiers Tovey fit remarquer (Anglia Judaica, p. 2-3) : « Mais l’érudit Spelman professe l’opinion que leur installation en Angleterre avait dû se produire bien plus tôt : de la mention faite d’eux, dans les Lois d’Edouard le Confesseur qui, entre autres, fait ressortir le fait que Judaei, et omnia sua, Regis sunt. Ce que William Prynne s’efforce de réfuter en prétendant que cette loi est apocryphe, et ne doit pas figurer dans les Lois du Confesseur. Mais, sans faire observer que, sur le plan de la compétence scientifique, la simple opinion de Prynne ne peut jamais soutenir la comparaison avec celle de Spelman, nous avons tout lieu de croire, au vu des faits, que cette loi est authentique, puisque c’est la seule que nous connaissions qui confère à la Couronne les biens des juifs, et sans une telle loi, il serait très difficile, voire impossible, d’expliquer leur ancienne vassalité. » La législation en question fut située à l’époque de Guillaume le Conquérant par G.B. Depping, Les juifs dans le moyen âge (Paris, 1834), p. 142, suivi en cela par GROSS, Gallia Judaïca, p. 623.

10 Voir G. Bessin, Concilia Rotomagensis Provinciae I (Rouen, 1717), p. 66 : « XIV. De judeis canonicalis autoritas et beati Gregorii decretum servetur, scilicet : Ne Christiani mancipia habeant, nec nutries. » (La date de 1074 est fournie ibid., p. 64.) Pour la législation d’église relevant de cette question, voir, p. ex., S. Grayzel, The Church and the Jews in the XIIIth Century (New York, 1966), p. 23 ; MGH, Concilia I, p. 199, 204 ; Re g. Greg. I, iv, 9 ; ARONIUS, Regesten, no 114.

11 Pour les différents événements en relation avec le soulèvement de Rouen en 1090, voir en particulier C.W. David, Robert Curthose, Duke of Normandy (Cambridge, Mass., 1920), p. 56-58, se fondant sur Orderic Vital iii et Guillaume de Malmesbury, G.R. ii ; et Chéruel, Histoire de Rouen, p. lxxx sqq.

12 Voir David, ibid., p. 92-95, 221-229, et les sources ici citées. Voir aussi H. Fouquet, Histoire de Rouen I (Rouen, 1876), p. 80-81.

13 Voir, p. ex., la déclaration d’Orderic (éd. A. Le Prévoste, Paris, 1838-1855, iv, p. 37), citée par David, op. cit., p. 95, note 31.

14 Le moment du départ de Robert lui-même est donné comme étant septembre par Orderic Vital et Guillaume de Malmesbury, alors que Fulcher de Chartres écrivit d’abord « septembre » puis changea cette date en « octobre ». Voir David, ibid., p. 96, note 33. Comme toutes les forces ne partirent pas exactement en même temps, et étant donné que Guibert de Nogent ne dit rien sur le rôle du duc dans l’attaque contre les juifs, on ne peut pas savoir avec certitude si ce dernier événement eut lieu avant ou après le départ de Robert lui-même.

15 Voir éd. G. Bourgin, Guibert de Nogent, Histoire de sa vie (Paris, 1907), p. 118 et suivantes (= livre ii, chap. 5) ; éd. et trad. E.R. Labande, Guibert de Nogent. Autobiographie (Paris, 1981), p. 246-253 ; et Appendice I à la fin de ce chapitre, note 3.
Le fait que Guibert écrivit ce récit dans le but indiqué est clairement démontré par les termes d’introduction : « Dans ce monastère précis de Fly, il y a un certain moine, juif de race. Quand les premiers échos du pèlerinage à Jérusalem parvinrent au monde latin, il fut sauvé de sa superstition de la façon suivante... » Sur les oeuvres connues de Guillaume le Juif, voir Jean Leclerc, « Prédicateurs bénédictins aux XIe et XXIe siècles », Revue Mabillon, XXXIII (1943), p. 59-65.

16 Voir éd. Labande, p. 246-248 : « Nos Dei hostes orientem versus, longis terrarum tractibus transmissis, desideramus aggredi, cum ante oculos nostros sint Judaei, quibus inimicior existat gens nulla Dei ; praeposterus, inquiunt, labor est. » Voir la discussion ci-dessous.

17 Voir éd. Labande, p. 248 (= éd. Bourgin, p. 118) : « His dictis, arma praesumunt, et in quandam ecclesiam compellentes, utrum vi nescio an dolo inde recutiunt et gladiis indiscrete sexus et aetates addicunt, ita tamen ut qui christianae conditioni se subderent, ictum mucronis impendentis evaderent. » On remarquera que le texte stipule « ... et in quandam ecclesiam compellentes... », c’est-à-dire, ils les emmenèrent de force dans « un certain lieu de culte ». Pour l’opinion que cette expression connote une synagogue plutôt qu’une église, voir éd. Bourgin, p. 118, note 3 ; voir également René Herval, Histoire de Rouen I (Rouen, 1947), p. 53, note 1. Labande, toutefois, traduit la phrase « en quelque église » (voir sa traduction, p. 249), ce qui est plus proche de l’explication étymologique d’ecclesia.
Le massacre des Juifs de Rouen au début de la première Croisade est également explicitement mentionné dans la chronique anonyme de Rouen, voir RHGF, nouvelle édition, XII (Paris, 1877), p. 784 (se fondant sur Labbé, Novae Bibliothecae Librorum MSS, I, p. 367) : « (Anno) MXCVI. Hoc anno perrexit Comes Robertus Normanniae Jerusalem et multi alii. Et eodem anno fuit interfectio Judaeorum apud urbem Rotomagensem. » C’est évidemment ce passage qui est cité dans Gallia Christiana XI, col. 39 : « Eodem, ex chronico Rotomagensi, fuit interfectio Judaeorum apud urbem Rotomagensem. »

18 Bourgin, qui se fonde sur LE Prévost (Hist. Ecclés. d’Orderic Vital II, p. 13, n. 1), déclare (Guibert de Nogent, p. 119, note 4) qu’Hélissende est une forme du nom Lesceline et que Lesceline était l’épouse de Guillaume Ier d’Eu et la mère de Guillaume II. Voir aussi éd. Labande, p. 250, note 1.

19 Voir le chroniqueur Anonyme de Mayence dans A. Neubauer et M. Stern, Hebraïsche Berichte über die Judenverfolgungen während der Kreuzzü ge (Berlin, 1892), p. 49 : « Ils se saisirent des enfants qui étaient demeurés par petits groupes, en pensant peut-être qu’ils obéiraient à leur fausse foi, mais (les enfants) ne se départirent pas de la foi de leur Créateur. » On sait que des conversions forcées de juifs eurent lieu ou furent tentées dans les lieux suivants : Spire, le 3 mai 1096 (Anonyme, Heb. Ber., p. 38) ; Worms, 18 mai (Salomon b. Samson, ibid., p. 2 ; Anonyme, ibid., p. 49) ; Metz, sans date (Salomon b. Samson, ibid., p. 28) ; Mayence, le 27 mai (Salomon b. Samson, ibid., p. 11 et suivantes ; Trêves, le 1er juin (Salomon b. Samson, ibid., p. 26-27) ; Mors, 29 juin (Salomon b. Samson, ibid., p. 23-24) ; Ratisbonne, juin 1096 (Salomon b. Samson, ibid., p. 28).
A propos d’actes semblables de la part des croisés après la prise de Jérusalem, voir MS Cambridge T.S. 20.113 (édité par S.D. Goitein, Zion XVII [1952/53] : 136 et suivantes) lignes au recto 18 et suivantes : « Seul un petit nombre demeura captif, comprenant un garçon d’environ huit ans... connu sous le nom d’Abou Sa’ad, fils de l’épouse du Tustarite. On dit que les Français lui proposèrent de se convertir de son plein gré. Il lui promirent de bien le traiter, mais il leur déclara ‘comment un prêtre (kōhén) peut-il bien être chrétien ?...’mais ils le laissent en paix, comme ils se sont longuement occupés de son cas. Il est toujours avec eux... » D’autres se convertirent par désespoir ; voir ibid., p. 137, 1.23.

20 Pour ce qui concerne les événements de Spire, voir le chroniqueur anonyme de Mayence, dans Neubauer-Stern, Heb. Ber., p. 48 : « Ils complotèrent contre eux pour s’emparer d’eux dans la synagogue, mais (les juifs) avaient été prévenus ; ils se levèrent (tôt) le matin, prièrent rapidement, et quittèrent la synagogue (aussitôt). » Les croisés détruisirent la synagogue de Cologne le 1er juin 1096 ; Salomon b. Samson, ibid., p. 18, en haut ; Eliézer b. Nathan, ibid., p. 40.
Pour ce qui concerne le massacre des juifs de Jérusalem par les croisés dans une synagogue de la ville (juillet 1099), voir Ibn al-Qualanisi (d. 1160), Histoire de Damas, éd. H.F. Amedroz (Leyde, 1908), texte arabe, p. 137 : « Les juifs se rassemblèrent dans la synagogue et ils (les Français) y mirent le feu alors qu’ils se trouvaient à l’intérieur. » Pour préparer une brèche dans les murs de Jérusalem dans les semaines qui précédèrent cet incident, les forces normandes, sous le commandement de Robert Courteheuse, en alliance stratégique avec celles de Godefroy de Bouillon et de Robert de Flandre, assiégèrent le mur nord de la ville (David, Robert Curthose, p. 112 et les sources qu’il cite). Après qu’une brèche eut été ouverte, se produisit un grand massacre de musulmans et de juifs et ce fut alors qu’une partie de la population juive fut brûlée vive dans la synagogue. Dans tout ceci, les croisés n’apparaissent pas avoir agi d’une façon notoirement différente de celle qu’ils employèrent en Europe. Voir mes observations dans PAAJR XXXIV (1966) : 45, note 86.

21 Cette expression est évidemment un jeu de mots ironique sur Prov. XV, 19, « Le chemin des hommes droits est sans aspérités ».

22 Le mot suivant, ‘LWSFYM, est inintelligible, et n’a pas été traduit par Neubauer. Le copiste, ou bien un lecteur, essaya vraisemblablement de l’expliquer en marge, mais même la note explicative a été effacée.

23 Pour ce qui concerne le discours d’Urbain II au Concile de Clermont, voir particulièrement L. Paulot, Un Pape Français : Urbain II (Paris, 1903), p. 320-341. Voir également p. ex. : R. Rohricht, Gesch. des ersten Kreuzzuges (Innsbruck, 1901), p. 235-239.

24 Eliézer b. Nathan in Neubauer-Stern, Heb. Berichte, p. 36 : « Voyez, nous allons chercher notre Tarfouth (antonyme dans le texte hébreu pour « Seigneur ») et prendre notre revanche sur les Ismaïlites (alors que) voici les juifs qui ont tué et crucifié (notre seigneur)... vengeons-nous d’eux d’abord ! » Comparez de plus l’Anonyme de Mayence (ibid., p. 47) : « Voyez, nous allons en terre lointaine pour combattre de grands souverains ; nous risquons nos vies pour prendre des royaumes qui ne croient pas en l’homme qui périt sur la croix, alors qu’en vérité ce sont les juifs qui l’ont tué et mis en croix. »

25 MS Cambridge T.S. 8.271, fol. 1 verso, lignes 10-14 « (Les croisés) se dirent : Comment se fait-il que nous [allons combattre] nos ennemis, alors que, voyez, sur notre (propre) terre, nos ennemis et ceux qui haïssent [...] Pourquoi devrions-nous les laisser avec nos femmes [...] dans tous les campements des français. » Voir mon édition des Mémoires d’Obadiah dans S. Morag et al. (éds.), Mehqeré ‘édot ugenizah [S.D. Goitein Jubilee Volume] (Jérusalem, 1981), p. 97.

26 S. Runciman, History of the Crusades I (Cambridge, 1951), p. 136.

27 Ainsi Runciman déclare (ibid., I, p. 134) : « Le départ de Pierre l’Ermite pour l’Orient n’avait pas mis un terme à l’enthousiasme pour la Croisade chez les Allemands. Il avait laissé derrière lui son disciple Gottschalk pour qu’il rassemble une armée supplémentaire ; et bien d’autres chefs et prêcheurs se préparèrent à suivre son exemple. Mais, bien que les Allemands aient répondu par milliers à son appel, ils étaient moins empressés que ne l’avaient été les Français pour se ruer en Terre Sainte. Il y avait d’abord des tâches à faire à l’intérieur du pays. » Puis il décrit la condition des juifs de l’Europe de l’Ouest juste avant la première Croisade (les appelant, de façon erronée, « des juifs séfardis dont les ancêtres avaient essaimé depuis le bassin méditerranéen tout au long de l’Age des Ténèbres »), et à partir de cela il se lance dans une description des pogromes dont furent victimes les communautés rhénanes. Tout ceci laisse entendre que ce sont les habitants de l’Allemagne médiévale qui furent seuls responsables des atrocités commises contre les juifs pendant la première Croisade, interprétation qui maintenant, il va sans dire, s’est répandue dans les études de vulgarisation sur les Croisades.

28 Voir, p. ex., S.W. Baron, Social and Religious History of the Jews (2e éd., IV [New York, 1957], p. 289) : « En réalité le judaïsme français semble avoir relativement peu souffert de ce terrible bouleversement. Les troubles de Rouen furent exceptionnels pour autant que la ville se trouvait sous suzeraineté anglaise. Elle était administrée par le fils aîné de Guillaume le Conquérant, Robert, Comte de Normandie. Voir le rapport quelque peu douteux de Guibert de Nogent dans sa De vita sua... » Baron ne révèle pas ce sur quoi il se fonde pour prétendre que le rapport de Guibert est sujet à caution. Il est possible que son opinion doive à celle de Georg Caro, qui met en doute les remarques générales concernant les pogromes en France à cause d’un manque de détails spécifiques à leur propos dans les sources hébraïques (idem, Sozial-und Wirtschaftsgeschichte der Juden I [Leipzig, 1908], p. 482) et qui suggéra également que la description de Guibert du pogrome de Rouen n’était pas authentique (ibid.) évidemment pour la même raison. B. Weinryb, dans son article au sujet des Croisades dans 1’Encyclopaedia Judaica (X, 1934, cols. 418422) suggère que les croisés furent retenus en France par la noblesse et le clergé, mais en tous cas, ne met pas en doute l’authenticité du récit concernant le massacre de Rouen (l’opinion de Weinryb est en conformité avec celle de Dubnow, Weltgeschichte IV [Berlin, 1926], p. 277).

29 Salomon b. Samson, dans Neubauer-Stern, Heb. Ber., p. 3. Voir Hagenmeyer, « Chronologie de la Première Croisade », Revue de l’Orient latin VI (1898) : 228 (en bas) et suivante.

30 Spire : Salomon b. Samson, ibid., p. 2 ; Eliézer b. Nathan, ibid., p. 33, 45 ; Anonyme de Mayence, ibid., p. 48, voir Hagenmeyer, « Chronologie » no 30 et les sources citées ici.
Worms : Salomon b. Samson, ibid., p. 2 ; Anonyme de Mayence, ibid., p. 48 et suivante ; Hagenmeyer, « Chronologie » no 31 et 32 et les sources citées ici.

31 Voir la mention spéciale dans Albert d’Aix I, xxvii = M. Guizot, Collection des mémoires XX, 1824, p. 39 (en bas) ; Hagenmeyer, « Chronologie » no 35 et 36 et les sources citées ici.

32 Hagenmeyer, « Chronologie » no 37-38 (Cologne), 43 (Neuss), 44 (Wevelinghoven), 45 (Altenhar), 46 (Xanten), 48 (Moers). Hagenmeyer ne mentionne pas les événements qui se produisirent à Rüdesheim (Salomon b. Samson, in Neubauer-Stern, Heb. Ber., p. 15-16), Trémonia (Eliézer b. Nathan, ibid., p. 44), Kerpen et Geldern (ibid.). Quant à Cologne, voir aussi « Nature et Destination », p. 137.

33 Metz : voir Salomon b. Samson, in Neubauer-Stern, Heb. Ber., p. 25 (simplement nommé) ; idem, ibid., p. 28 (allusion à 22 morts et à des conversions de force) ; Eliézer b. Nathan, ibid., p. 46 (simplement nommé) ; Hagenmeyer, « Chronologie » no 26. Voir Chalandon, Histoire de la Première Croisade (Paris, 1925), p. 100 et note 2, ibid.
Trêves : voir Salomon b. Samson, ibid., p. 25 ; Eliézer b. Nathan, ibid., p. 46 (simplement nommé, s.d.) ; Gesta Treverorum in MGH, SS, VIII, p. 190-191 ; Hagenmeyer, « Chronologie » no 40. Sur le déroulement de la persécution à Trêves, voir mes observations dans PAAJR XXXIV (1966) : 31, note 58.

34 Voir Eliézer b. Nathan, in Neubauer-Stern, Heb. Ber., p. 37 f. ; Anonyme de Mayence, ibid., p. 47 : « Se dressèrent d’abord les officiers, les nobles et les gens du commun qui se trouvaient sur la terre de France (Sarefath) qui se concertèrent et complotèrent... pour dégager la route menant à Jérusalem. » ; voir Anonyme de Mayence, ibid., p. 47 : « Quand les communautés de France entendirent (parler de cela), un tremblement... les saisit. Ils écrivirent des lettres et envoyèrent des émissaires dans toutes les communautés du bord du Rhin, (pour les faire) jeûner et demander grâce au Très-Haut, pour qu’il puisse les sauver d’eux. Lorsque la lettre (!) parvint aux saintes personnes du pays rhénan, c’est-à-dire les hommes réputés... à Mayence, ils répondirent à (leurs frères de) France comme suit : « Les communautés ont décrété un jeûne. Nous avons fait ce qu’il nous appartenait (de faire). Puisse le Seigneur nous sauver et puisse-t-il vous sauver de tout le malheur et l’oppression (qui pourrait s’abattre) sur vous. Notre peur est grande. »

35 Voir Hugues de Flavigny, RHGF, nouv. éd., XIII (1869), p. 623 : « Judaeorum quoque exterminium ipso anno multis in locis factum est a viris Hierosolymitanis. Quod certe mirum vederi potest, quod una die pluribus in locis uno spiritus fervore exterminatio illa facta est, quamquam a multis improbetur factum et religioni adversari judicetur. »

36 Sigebert (Sigisbert) de Gembloux, in Pertz, MGH, SS, VI, p. 367 : « Firmissima pace interim ubique composito, et primo Judeos in urbibus in quibus erant aggressi, eos ad credendum Christo compellunt ; credere nolente bonis privant, trucidant, aut urbibus eliminant. Aliqui post ad Iudaismum revolvuntur. Eminebant in hoc Dei hostico dux Lotharingiae Godefridus et fratres eius Estatius et Balduinus, Balduinus comes Montensis, Robertus comes Flandrensis, Stephanus comes Blesensis, Hugo frater regis Francorum, Robertus comes Normannia, Reimundus cornes de Sancti Egidii, Boaimundus dux Apuliae. » Sigebert, qui enseignait à Metz jusqu’à 1071, était un bon ami des juifs de cette ville, voir les remarques de Godescale à ce sujet dans Migne, PL 160, col. 641.

37 Notitiae duae Lemovicenses de praedicatione crucis in Aquitania, in RHC Occidentaux V (Paris, 1895), p. 351. Baron après sa déclaration concernant le récit de Guibert de Nogent sur le pogrome de Rouen, dit encore (A Social and Religious History of the Jews IV, p. 289) : « Ailleurs en France on ne perçoit que de faibles échos d’émeutes relativement mineures dans des sources postérieures telles que le Notitiae dua lemovincenses... » négligeant de ce fait de remarquer que cette source se fonde sur Sigebert de Gembloux qui était un contemporain. Cependant, le fait de la dépendance de la Notitiae par rapport à Sigebert a déjà été notée par Chalandon, Histoire de la Première Croisade, p. 96, note 1.

38 Richard de Poitiers, Cruce signato dans Bouquet, RHGF XII, p. 411, « Antequam tamen illuc pergerent Judaeos per omnem fere Galliam, praeter eos qui baptisari voluerunt, multa strage peremerunt. » Cette déclaration a déjà été partiellement citée par Graetz, Geschichte, 2e éd., VI, p. 401, mais elle ne figure pas, non plus, dans les propos de Baron.

39 Voir RHGF, nouv. éd., XII (Paris, 1877), p. 218 : « ... Et primo Judaeos in urbibus in quibus erant, aggressi, eos in christum compellunt ; credere nolentes, gladio trucidatos, ad Tartara demittunt. » ; voir Depping, Les juifs dans le moyen âge (Paris, 1834), p. 125 f.

40 Il est certain que, dans la majeure partie de ce domaine, Chalandon avait été devancé par Depping et par Graetz, voir idem, Geschichte, 4e éd., VI, p. 371. Il est curieux de constater qu’une opinion, aussi bien étayée par les sources, soit devenue si décriée dans les décennies récentes. Cependant, elle est reprise par Dinur (Yisra’el bagolah, 2e éd., II, 1 [Tel Aviv et Jérusalem, 1965], p. 49, notes 8, 13 et 14) qui combat efficacement l’opinion de Caro.

41 Voir Jacob Mann, Texts and Studies in Jewish History and Literature I (Cincinnati, 1931), p. 31-33. Mann publia uniquement dix-sept des trente-trois lignes existantes de cette lettre. J’ai édité et traduit ce texte en entier dans PAAJR XXXIV (1966) : 53-63. Une traduction française du principal passage de la lettre est donnée dans mon article de la Revue internationale d’Onomastique XX (1968) : 241-254, voir ibid., p. 242-243. Voir aussi Proceedings of the American Philosophical Society CXIII (1969) : 70-71.

42 Voir PAAJR, ibid., p. 8 et suiv. ; R. I. Onom., ibid., p. 241 et suiv. ; PAPS, ibid., p. 70 et suiv. ; l’Arche 257 (août 1978) : p. 44-49. Un fac-similé du toponyme est aussi présent dans Archaeology XXX (1977) : 254.

43 Voir mon étude de l’histoire et de la topographie de ce site dans PAPS, ibid., p. 77 et suivantes.

44 Voir PAPS, ibid., p. 74-77 et R. I. Onom., ibid., p. 245 et suivantes.

45 Voir ma courte communication sur le sujet dans l’Arche, no 265 (avril 1979), p. 7-9.

46 Voir p. ex. mes articles « Un prosélyte juif du commencement du XIe siècle » [hébreu), Sefunoth VIII (1964) : 87-104 ; et « Notes on the Conversion of European Christians to Judaism in the Eleventh Century », Journal of Jewish Studies XVI (1965) : 69-74.

47 Pour la chronologie de ces « rois » ou « princes » (héb. nāsī, pl. nesi ‘īm) narbonnais, voir PAAJR XXXIV (1966) : 2 et suiv. Pour des raisons citées ici et comme Mann s’en était déjà aperçu, il est impossible d’assigner cette lettre à une époque aussi tardive que celle de Todros II, qui occupa sa charge dans le deuxième tiers du XIIe siècle.

48 Le fait que cette lettre provienne d’une communauté du Midi est indéniable à la fois à cause des références familières à Narbonne et Maître Todros, le « roi juif » de Narbonne vers la fin du XIe siècle ; à cause également de la description de la fuite du couple en direction d’une communauté plus petite qui se trouvait manifestement dans la même région. L’auteur de la lettre déclare que le couple avait fui Narbonne pour « venir chez nous » (ligne 17). De plus, la lettre utilise au moins un gallicisme (ceci implique la traduction littérale - non idiomatique en hébreu - de l’expression « de trois ans » dans la description de l’âge de la fille [ligne 18]), et le nom de la ville dans laquelle le couple s’était réfugié, préservé dans le document, est de construction typiquement française. Jacob Mann avait lu le toponyme en question se présentant comme ANYW, mis pour Anjou, et à partir de cette base, il fut amené à rejeter la vraisemblance d’une connexion existant entre le texte et la première Croisade, car, déclara-t-il, « la mention la plus reculée qui soit faite de problèmes en Anjou pendant le prêche d’une nouvelle Croisade se réfère à 1236... » (Texts and Studies I, p. 32) - une période à tous points trop tardive pour ce manuscrit.

49 Pour la comparaison des modalités de l’attaque contre les juifs de Monieux avec des événements correspondants au cours d’autres persécutions de communautés juives au temps de la première Croisade, voir plus particulièrement mon étude dans PAAJR, ibid., p. 19-45.

50 Voir David, Robert Curthose, p. 91 et suiv., 120. Il n’y a aucune preuve que Guillaume le Roux exerçait déjà le pouvoir à Rouen à l’époque du massacre et obligea les juifs à la conversion, ce à propos de quoi Guibert déclare explicitement qu’elle fut l’œuvre des croisés de l’endroit avant leur départ pour l’expédition. Comme David le fait remarquer (ibid., p. 94), « d’Angleterre, assez bizarrement, seuls deux croisés dont la vie et le nom sont connus apparaissent parmi les partisans de Robert Courteheuse... Ni l’un ni l’autre... n’était anglais de naissance. »

51 Voir W. Stubbs (éd.), Willelmi Malmesbiriensis Monachi de Gestis Regum Anglorum II (Londres, 1889), p. 371, note 2 (apud MS rescension A) : « Judaei qui Lundoniae habitabant, quos pater e Rothomago illus traduxerat, eum in quadam sollempnitate adierunt xenia offerentes ; quibus delinitus, etiam ausus est animare ad conflictum contra Christianos, « Per vultum de Luca ! » pronuntians quod, si vicissent, in eorum sectam transiret. » Quant à l’expression per vultum de Luca, il se réfère à un crucifix dans la ville de Lucques, qu’on prétendait être l’œuvre de Nicodème ; voir Appendice II, p. 98, note 2.

52 Voir note suivante.

53 Voir Stubbs, ibid., p. 371 (Lib. IV, par. 317): « Insolentiae in Deum Judaei suo tempore dedere indicium: semel apud Rothomagum, ut quosdam ab errore suo refugas ad Judaismus revocarent, muneribus inflectere conati; alia vice apud Londoniam, contra episcopos nostros in certamen animati, quia ille ludibundus, credo, dixisset, quod si vicissent Christianos, apertis argumentationibus confutatos, in eorum sectam transiret. Magno igitur timore episcoporum et clericorum res acta est, pia sollicitudine fidei Christiane timentium. Et de hoc quidem certamine nihil Judaei praeter confusionem retulerunt, quamvis multotiens jactarint se non ratione sed factione superatos. » Une autre version de l’histoire de Malmesbury se trouve chez Antoninus de Forciglioni (Secunda Pars Historialis domini Antonini, Bâle, 1491, Tit. XVI, Cap. V, anno henrici quarti iiii) : « ... Preterea iudaeos, quos pater eius a rothomago londaniam transtulerat, cum in quadam solennitate eum adirent munera offerentes, contra christianos ad conflictum animare ausus eum per vultum de luca pronuncians, quia si vicissent in eorum sectam transiret. Magno itaque timore episcoporum et clericorum res acta est, fidei christiane pia sollicitudine timentium, sed deo volente gens iudaeorum obstinata nihil ex eo certamine nisi confusionem reportarunt. » Cette version contient quelques éléments trouvés dans le manuscrit cité précédemment, et d’autres éléments que l’on retrouve sous la forme du récit mentionné au début de cette note.

54 L’époque précise à laquelle la supplique des juifs fut présentée à Guillaume le Roux est incertaine. Comme l’indique E.A. Freeman, cependant (The Reign of William Rufus I [Oxford, 1882], p. 164-165), Guillaume séjourna en Normandie de novembre 1097 à avril 1099 ; ces faits ont certainement dû se produire au plus tard à la date que nous venons de mentionner.

55 Voir Eadmeri Monachi Cantuariensis Historiae Novorum (Londres, 1823), lib. li, p. 47. Au début de son récit, Eadmer déclare que l’histoire fut apportée de Rouen par des voyageurs qui s’y trouvaient à ce moment-là (« Ferebant igitur hi qui veniabant »), en Italie, là où se trouvait alors Eadmer en compagnie d’Anselme.

56 Cette traduction assure que le texte latin à cet endroit, unde et nomen puero ad se dedit, est erroné ; étant donné que le garçon n’aurait pas donné son nom au parrain mais l’opposé. La note textuelle de Bourgin, op. cit., est la suivante « Lacune. D(uchesne) propose delato. On peut corriger a se. »

57 Traduction Labande (voir note suivante) : Lorsque ce jeune garçon eut un peu grandi, on le fit passer des lettres hébraïques, dans lesquelles il avait d’abord commencé d’être formé, aux lettres latines ; il y fit de rapides progrès.

58 Pour des traductions antérieures de ce passage, voir M. Guizot, Vie de Guibert de Nogent (Collection de Mémoires relatifs à l’Histoire de France, 10), vol. I (Paris, 1825), p. 497-499; C.C. Swinton Bland, The Autobiography of Guibert of Nogent-sous-Coucy (Londres, 1926), p. 121-123; J. Benton, Self and Society in Medieval France (New York, 1970), p. 134-137; E.R. Labande, éd. et trad Guibert de Nogent. Autobiographie (Paris, 1981), p. 247-253. La traduction présente suit de près celles-ci, tout en restant indépendante d’elles.

59 Voir le chapitre ci-dessus, note 55, p. 93.

60 Geoffroy Bosanquet, Eadmer’s History of Recent Events in England (Londres, 1964), p. 104, traduit cette expression par « by the holy face at Lucca » (par le saint visage de Lucques). C’était une expression favorite de Guillaume le Roux. Quant à l’origine de ce juron, voir en part. J.E. Tyler, Oaths, their Origin, Nature and History, 2e éd. (Londres, 1835), p. 289-296.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search