Version classiqueVersion mobile

Les Juifs de Rouen au Moyen Âge

 | 
Norman Golb

Première partie : Des commencements à la période de Samuel B. Meir

Chapitre III. Reuben bar Isaac et la confiscation de ses terres par Robert le magnifique

Texte intégral

1C’est pendant la deuxième moitié du XIXe siècle que furent découverts un grand nombre de manuscrits hébraïques du moyen âge dans la genīzāh (dépôt pour les manuscrits hors d’usage) de l’antique synagogue de Fostat en Egypte, à quelques kilomètres au sud du Caire. Par dizaines de milliers, de précieux fragments de lettres, documents historiques et littéraires, prirent alors le chemin des grandes bibliothèques européennes. L’un de ces documents est une lettre autographe en hébreu écrite sur un parchemin d’une longueur exceptionnelle de quarante-six centimètres sur plus de vingt centimètres de large. Elle contient, on le sait à présent, des informations de grande valeur sur les juifs qui vécurent à Rouen dans la période qui suit le décès de Jacob b. Jeqouthiel (voir fig. 25).

1. Le toponyme RDWM dans l’autographe de la British Library

  • 1 Voir J. Mann, The Jews in Egypt and Palestine under the Fatimid Caliphs I (Oxford, 1920) et II (Oxf (...)
  • 2 Voir J. Mann, Jews in Egypt I, p. 165-166; ibid., II, p. 191-192.

2Ce document porte le numéro Or. 5544, fol. 1 de la British Library. Jacob Mann l’utilisa, avec des centaines d’autres dans les recherches d’avant-garde qu’il mena au début de ce siècle sur l’histoire des juifs d’Egypte et de Palestine au moyen âge ; c’est la guenizah du Caire qui fut pour lui la principale source de documentation1. Cette lettre ne décrit aucun aspect de la vie juive au Proche Orient pourtant ; elle semble se contenter de relater les tribulations d’un malheureux juif français qui essaya d’aller passer les dernières années de sa vie à Jérusalem. Pour sa part, Jacob Mann estima que cette lettre présentait un tel intérêt au point de vue strictement humain que, non seulement il consacra une place importante à la description de son contenu, mais, de plus, il publia une grande partie du texte2. Cependant, comme cela se trouve être le cas pour de nombreux autres documents parmi les centaines que publia ce remarquable chercheur, son édition de ce texte comporte plusieurs erreurs, qu’on n’aurait pu corriger sans réexaminer lettre par lettre le parchemin original à l’aide d’une loupe.

  • 3 La graphie RWDS pour Rodez est elle-même difficile a accepter ; on s’attendrait à RWDZ ou RWDYS ou (...)

3Il est intéressant de noter que Mann nous décrit cette missive comme contant les vicissitudes d’un certain Mar (= sieur) Reuben fils d’Isaac « de Rodez en France, très riche propriétaire » (Jews in Egypt I, p. 165). En comparant ceci avec l’édition propre de Mann (ibid. II, p. 191-192) je constatais qu’il indiquait le toponyme hébraïque comme étant RDWS, DVH et qu’il ajoutait en note que ce terme désignait Rodez en Aveyron selon l’œuvre magistrale d’Henri Gross. Gross, toutefois, ne donnait pas la graphie RDWS pour Rodez dans son ouvrage (voir Gallia Juddica, p. 626-627). De toute façon ce terme n’aurait phonétiquement pu être lu Rodez que si l’on admet la corruption RDWS pour RWDS3, ce qui n’aurait pu arriver que dans un manuscrit tardif ou un ouvrage imprimé. Le manuscrit publié par Mann n’était pourtant pas un texte tardif corrompu mais, au contraire, comme l’indique sans ambiguïté sa description de 1922, une lettre originale écrite par des contemporains de Mar Reuben et destinée à l’accompagner jusqu’à son arrivée à la Ville Sainte. D’une façon générale, les documents autographes de la guenizah du Caire étant des textes originaux, ne peuvent comporter d’erreurs quant aux renseignements géographiques importants qu’ils fournissent. On aurait pu en conclure très tôt qu’une méprise s’était produite au cours de la publication de la lettre, ou bien au moment de la lecture du terme dans le manuscrit. Cette dernière possibilité était très plausible étant donnée la grande ressemblance entre ce qu’il a cru lire RDWS, םלּרּדּ, et le terme hébraïque qui désigne Rouen : םלּרּדּ. Le M final, ם, - ressemble fortement au S, ם.

  • 4 Voir mes explications dans TYR, p. 1-5 ; Archaeology XXX (1977) : 254-256 ; Archéologia, no 129 (19 (...)
  • 5 Outre les exemples du toponyme Rodom (Rotom) etc. cités ci-dessus (chap. ii, notes 18 et 19), voir (...)

4Lors d’un séjour à Londres en décembre 1966, j’examinai de près le document en question4 et je trouvai confirmation de mon soupçon : la leçon était bien RDWM au point crucial (à la ligne 39 du manuscrit ; voir fig. 25). Les auteurs de la lettre avaient désigné la capitale de Normandie par son nom apocopé habituel et courant à l’époque ; c’était donc de cette ville que Mar Reuben était venu5.

2. Ville d’origine de la lettre et sa forme stylistique

  • 6 La traduction du texte intégral figure dans l’annexe à ce chapitre, et son édition critique dans TY (...)

5A première vue cette lettre6 semble ne décrire que quelques détails de la pénible aventure d’un homme, aventure qui ne devait pas être exceptionnelle au moyen âge. Comme il est d’usage alors, elle débute par un long préambule versifié dans lequel les destinataires sont loués pour leurs œuvres charitables et leurs autres mérites : « ils dispensent leur bonté aux faibles avec discrétion... prudents (mais) prompts..., hommes bons, généreux, charitables, ils donnent force aux pauvres et aux humbles ; magnifiques... ils ont foi en leur Rocher et s’attachent à lui ;... aux affamés ils tendent (du pain), ils soutiennent ceux qui sont frappés, ceux qui sont courbés, ils les redressent... » (lignes 4, 8, 10, 11 et 13).

6Ce préambule se poursuit sur vingt-cinq vers, chacun se terminant par la syllabe « -qīm ». Ce procédé de rime s’ajoute à la terminologie rare utilisée tout au long de cette épître pour dénoter un écrivain au talent littéraire remarquable et qui devait résider au sein d’une communauté à forte culture juive. Le nom du scribe figure d’ailleurs dans l’exorde poétique même : des points ont été placés au-dessus des lettres initiales de plusieurs des mots aux vers 24 et 25, puis 30 à 34. Réunies, ces lettres forment le nom Abraham b. Eliah Sōfér Ḥazaq, « Abraham fils d’Elie, scribe, courage ! », lequel écrivit donc cette missive pour le compte des autorités communautaires de sa ville.

7La cité où fut rédigée cette lettre n’était pas Rouen mais plutôt le lieu où se rendit Mar Reuben après avoir subi les divers malheurs que décrit le document. La partie principale de la lettre commence de fait dès la fin du préambule versifié avec l’indication de la ville où Reuben est parvenu. L’auteur abandonne alors la poésie pour une belle prose hébraïque et écrit : « [Agréez des saluts de p]aix en abondance de notre part à nous, vos frères, vos cadets, qui habitons la ville d’A[...] » (ligne 37).

8Une portion du parchemin s’est trouvée déchirée à cet endroit, si bien qu’il n’existe plus que la lettre initiale de la ville en question. Cependant il est possible de retrouver ce toponyme avec un fort degré de probabilité si l’on étudie à la fois les événements décrits et la taille de la portion manquante. Les signataires expliquent que Mar Reuben, après avoir souffert mille maux, longuement contés, est parvenu en cette cité au cours de ses voyages. Il déclare qu’après les malheurs subis à Rouen il ne lui reste plus d’autre vœu dans la vie que d’aller « jusqu’au pays d’Israël et jusqu’à Jérusalem et d’y mourir car des jours sont venus sur moi pour lesquels je n’ai nul désir » (lignes 52-53). De même :

  • 7 Sur les différences entre langues d’oïl et d’oc et les divers dialectes en France au moyen âge, voi (...)

« par l’étrangeté de mon parler7 connaissez et écoutez ce qui m’est arrivé ; jusque-là point n’avais besoin d’une lettre ; à présent ô vous mes frères prenez pitié de moi et écrivez pour moi une lettre qui me soit une bouche [dans] toutes les saintes communautés de l’autre côté de la mer. Car point ne sais parler leur langue » (lignes 49-52).

9Ces lignes prouvent que Mar Reuben, à son départ de Rouen, avait l’intention de faire le voyage jusqu’en Terre Sainte afin d’y finir ses jours. La voie la plus directe est pour lui de parvenir à l’un des ports du midi de la France, d’où des navires partent régulièrement vers l’est de la Méditerranée. Nous ignorons s’il choisit la route terrestre ou fluviale - par la Seine puis le Rhône - mais il est clair que lorsqu’Abraham le Scribe écrit pour lui, il se trouve dans un port méditerranéen. Il n’avait pas eu besoin de recommandation jusque-là ; à présent il lui fallait une lettre à présenter aux communautés juives qu’il rencontrerait au bout de la traversée projetée.

10L’état matériel du manuscrit laisse peu de place au doute quant au nom de ce port. La première ligne de la section en prose citée ci-dessus, se termine par la première lettre du nom (A...) suivie d’un blanc de 4,4 cm situé à la fin de cette ligne. La ligne suivante (1. 38) commence par ces mots : « nos frères au sujet de ce Mar Reuben, fils d’Isaac l’Ancien ». L’expression traditionnelle utilisée au début des lettres de recommandation hébraïques médiévales est : « Nous, habitant la ville de X., informons par la présente nos frères au sujet de... » et, de fait, le mot hébreu signifiant « informons » est le seul qui puisse logiquement s’insérer à cet endroit. La phrase restaurée serait par conséquent : « (Veuillez) [agréer des saluts de p]aix en abondance de notre part à nous, vos frères, vos cadets, (nous) qui habitons la ville d’A [... nous informons] nos frères au su[jet] de ce Mar Reuben fils d’Isaac. »

  • 8 Arles, `ﬡרﬥ. voir p. ex., H. Gross, Gallia Judaïca (Paris, 1897), p. 73 à 90; C. Roth, éd., World H (...)

11Maintenant, si le mot hébreu qui signifie « nous informons par la présente » (à savoir : ūmōdi’īm) est restauré en tant que dernier mot de la ligne 37, il ne reste qu’un espace de moins de deux centimètres pour le nom de la ville mystérieuse, soit pour quatre, ou à la rigueur cinq consonnes de l’écriture relativement ample qui est celle du manuscrit. Or le seul port maritime du midi qui corresponde est Arles, grande cité portuaire pendant le haut moyen âge et qui abritait une forte communauté juive8. C’est là que de nombreux vaisseaux méditerranéens déchargeaient leurs marchandises, transbordées alors sur des péniches qui remontaient le Rhône et ses affluents.

12Un certain nombre de textes hébraïques, il est vrai, font mention d’Arles et de sa population juive (voir TYR, p. 9), mais ce n’est qu’aujourd’hui seulement qu’un manuscrit original en hébreu, écrit dans la première moitié du XIe siècle, a pu être identifié comme émanant d’elle. Par l’élégance de sa phraséologie et par les citations qu’il fait de l’ancienne littérature rabbinique, ce document appuie l’opinion générale qu’en Arles au haut moyen âge vivait une communauté juive de grande importance tant au point de vue intellectuel que religieux.

13A telle enseigne qu’il n’est guère difficile de comprendre pourquoi Reuben bar Isaac de Rouen choisit d’en faire sa destination et son point de départ pour Jérusalem. Il devait savoir qu’il trouverait en cette cité des responsables de la communauté juive au courant des décrets rabbiniques préconisant l’aide à apporter aux voyageurs et aux étrangers. Non seulement ils lui offriraient l’hospitalité en vertu des principes religieux, mais ils seraient également capables de lui fournir un document officiel en hébreu, bien rédigé, attestant sa situation et exhortant les destinataires à l’accueillir avec bienveillance sur sa route jusqu’à la Ville Sainte.

3. Les vicissitudes de Mar Reuben et leur date

14Les circonstances qui obligèrent Mar Reuben à quitter sa ville sont décrites avec précision et sympathie dans cette missive : « [Il vint à nous] de la ville de Rodom qui est dans le pays de França « (befranṣa hamedīnāh, ligne 39). Il y avait été « très riche en argent, en or et en travail de sa terre » (ligne 40). Ici le scribe a ajouté une indication qui se trouve à présent presque illisible mais qui inclut le mot « héritage » (premier mot de la ligne 41). De toute évidence l’expression originale signifiait que Mar Reuben possédait des biens fonciers de par héritage de ses ancêtres.

15La lettre poursuit (lignes 41-55) :

Il tomba dans le piè[ge tendu par des mé]chants du pays et fut livré au pillage. Un jour il envoya son fils unique avec ses serviteurs dehors au travail dans les champs ; là tom[bèrent] sur lui soudain dans la for[êt] des non-juifs ignorants et cruels en mal de destruction et ils le tuèrent et ses serviteurs avec lui. Et lorsque fut connue l’affai[re] par son père (Mar Reuben), celui-ci sortit dehors et le trouva tombé mort dans la forêt et personne pour le secourir ; lorsque le p[ère] vit le malheur qui lui était advenu il fut déchiré et la stupéfaction le saisit et il cria vers le seigneur du pa[ys], mais (celui-ci) point ne lui répondit car les meu[rtriers] étaient des [...] gentils et même (le seigneur) devint son ennemi. Voyant [sa p]eine il le dépouilla, lui prit tous ses biens et le laissa (comme) un vase vide pri[vé de tout], lui disant : « tu es vieux et po[int] n’as de fils ; à moi (donc) toutes ces richesses. » Et il resta seul [... sans] personne pour s’occuper (de lui) ; il vint nous implorer disant : « Je fus chassé et j’ai erré de ma ville jusqu’ici parmi vous ; (maintenant) par l’étrangeté de mon parler connaissez et écoutez ce qui m’est arrivé ; jusque-là point n’avais besoin d’une lettre ; à présent ô vous mes frères prenez pitié de moi et écrivez pour moi une lettre qui me soit une bouche [dans] toutes les saintes communautés de l’autre côté de la mer. Car point ne sais parler leur langue et, par le nom de Celui qui règle les pas de l’homme, mon désir est d’aller jusqu’au pays d’Israël et jusqu’à Jérusalem et d’y mourir car des jours sont venus sur moi desquels je n’ai nul désir. » Lorsque nous, auteurs de cette lettre, vîmes sa douleur et sa trist[esse... n]ous eûmes [pi]tié de lui et avons écrit pour lui cette brève (missive)...

16Les auteurs font ensuite l’éloge de la charité à l’intention des destinataires de la lettre et citent des versets choisis dans la littérature rabbinique qui vont dans ce sens. Us poursuivent sur ce thème jusqu’à la soixante-dix-septième et dernière ligne.

17La lettre, ainsi que nous l’avons indiqué plus haut, est écrite sur parchemin et contient toute une gamme de termes et de formes archaïques remarquables. Il serait toutefois impossible de dater ce document d’après ces seuls indices. Nous savons seulement que la grande majorité des lettres de la guenizah du Caire ont été écrites du XIe au XIIIe siècles. Seul un examen soigneux du texte nous permet de le dater du début de cette période. Si Mar Reuben, en effet, exprime son désir de se rendre en Terre Sainte pour s’y installer sans que ses coreligionnaires (ne) tentent de le dissuader, puisqu’au contraire ils l’encouragent en le dotant d’une lettre de recommandation pour les communautés juives d’au-delà des mers, c’est que l’histoire se passe avant la première Croisade (1096). Après celle-ci et pendant un siècle environ les juifs n’auront guère la possibilité de se rendre en pèlerinage à Jérusalem.

  • 9 Voir, en particulier A. Luchaire, Manuel des institutions françaises (Paris, 1892), p. 211 ; TYR, p (...)

18D’autre part, la situation juridique décrite souligne le droit que revendique le « seigneur » de déposséder Mar Reuben en l’absence d’un héritier mâle direct (« tu es vieux et point n’as de fils - à moi donc toutes ces richesses »). Cette réaction traduit la coutume féodale en vigueur en Normandie jusqu’à la moitié du XIe siècle. Les droits des héritiers collatéraux ne furent reconnus que plus tard9.

  • 10 Verso publié intégralement dans TYR, p. 167-170 ; voir ibid., planche 2.

19D’autres détails permettent également de dater cette lettre. Mar Reuben nous est décrit comme désireux de se rendre en Terre Sainte et voilà que sa lettre de recommandation est retrouvée à Fostat, en Egypte. On aurait pu penser que son itinéraire l’avait conduit à Alexandrie tout d’abord, et que, pour quelqu’obscure raison, il choisit de se diriger vers le sud plutôt que vers la Palestine. Ce ne fut pas le cas ; preuve en est le verso de notre lettre qui comporte un formulaire de douze dédicaces épistolaires d’une écriture rabbinique palestinienne petite et très belle10. La plupart de ces formules de politesse ne présentent que des blancs ou des indications abrégées d’anonymat à l’endroit où le nom des destinataires aurait normalement dû être noté. Cependant, l’une s’adresse explicitement aux « Anciens de la communauté de Shafrir (= Fostat) en Egypte » (verso, ligne 33). Une autre est ainsi rédigée :

Puissent nos frères, les fils de nos pères, chassés de notre sol, agréer les souhaits de paix... de la cité de la paix... et du maître le Gaon de l’Académie du « Pays de la Gazelle » (= le pays d’Israël) et de tous ceux qui restent de la Captivité... ainsi que de nous qui habitons la Ville Sainte... (verso, lignes 96 et 97).

20Jacob Mann ne publia aucune des lignes de ce côté du parchemin. Il semble qu’il n’ait pas été conscient de leur signification. Ce verso fut calligraphié par un scribe de Palestine au revers de la lettre initiale. Ceci nous amène à penser que Mar Reuben se rendit d’abord en Palestine et, de là, en Egypte où la lettre fut remisée par la suite dans la guenizah de la synagogue palestinienne de Fostat.

21Ce fait semble contredire le vœu formulé par Reuben d’aller finir ses jours en Terre Sainte, et porte à croire qu’il quitta la Palestine et n’y retourna jamais : il n’aurait sûrement pas abandonné cet important document derrière lui. On est donc amené à supposer que l’homme rencontra des difficultés en Terre Sainte et qu’il se trouva obligé de partir ; ceci expliquerait l’inscription des formules par un scribe palestinien au dos de la lettre et son dépôt final à la guenizah de Fostat, en Egypte.

22La chance voulut qu’une autre lettre de la guenizah survécut et semble précisément conter la suite des tribulations du malheureux Reuben. Cette épître-ci, comme de nombreuses autres retrouvées dans la guenizah, a été écrite par un haut dignitaire de l’académie de Palestine à en juger par son écriture : soit par le célébré Salomon fils de Judah lui-même, soit par son fils. Elle est adressée à un membre haut placé de la communauté de Fostat. L’auteur écrit :

  • 11 MS Cambridge T.-S. 10 J 10, fol. 9, publié par Mann, Jews in Egypt II, p. 111, et ensuite par moi-m (...)

Cet homme (= le porteur de cette lettre) était l’un des membres importants de sa communauté de résidence et était fortuné. Le seigneur de son pays lui infligea un châtiment et il s’enfuit de là jusqu’à ce qu’il arrive à Damas. Il quitta Damas pour venir en Terre d’Israël mais des brigands l’attaquèrent, le dépouillant de tout ce qu’il avait et le blessèrent. Il se trouvait donc en grande détresse et, à son arrivée à Jérusalem, il dit : « je vais aller en Egypte ; peut-être me donnera-t-on quelques provisions de route afin que je puisse retourner chez moi. » Tu as coutume, ô confrère, de faire du bien à tous ceux qui viennent en Egypte. Fais de même envers cet homme... peut-être retournera-t-il à sa maison...11.

  • 12 Sur la période de Salomon ben Judah, voir en particulier J. Mann, Jews in Egypt I, p. 75-152. L’écr (...)

23Plusieurs erreurs apparaissent dans la transcription originale de Jacob Mann. La plus grave se trouve sur la dernière ligne qui comporte une date. Mann la remplaça par des points de suspension dans son texte. Cette date est 4795, soit les trois derniers mois de l’année 1034 de l’ère chrétienne et les neuf premiers de 1035. A l’époque Salomon fils de Judah était Gaon (recteur) de l’académie de Palestine12. Cette date coïncide parfaitement avec les événements décrits dans la lettre rédigée par la communauté arlésienne.

24Une autre erreur de transcription importe également : Jacob Mann transcrivit la seconde phrase de façon telle qu’on pourrait la traduire : « le seigneur de son lieu de résidence (meqōmō) lui infligea un châtiment... ». Cependant un examen attentif du mot hébreu correspondant indique medīnātō, son pays, en opposition avec son lieu de résidence, meqōmō, de la première phrase : « l’un des membres importants de sa communauté de résidence » (littéralement : en son lieu). De même, dans la lettre d’Arles, l’indication selon laquelle Mar Reuben venait de la ville de Rodom s’oppose à celle qui nous apprend : « le seigneur du pays », mecdīnāh (França en l’occurrence), lui confisqua ses biens.

4. Reconstruction des événements rédigés dans les autographes touchant Mar Reuben

  • 13 Voir TYR, bas de la planche 2 et p. 170. Le nom Ishaq représente une version vernaculaire d’Iṣḥāq. (...)

25Il est évident qu’il s’agit dans les deux épîtres d’un seul et même personnage. D’après ceci, Mar Reuben, après avoir quitté Arles, semble s’être effectivement rendu par mer en Terre Sainte. Il dut pourtant débarquer dans un port de la côte syrienne, probablement Beyrouth, d’où il se dirigea vers Damas où il savait trouver une grande communauté juive. Des bandits de grand chemin l’attaquèrent sur la route de Damas à Jérusalem. Les conditions de vie qu’il trouva dans la Ville Sainte durent lui paraître difficiles ; c’est alors que le Gaon et ses associés eurent vent de ses malheurs grâce à la lettre écrite en Arles. Lorsque Mar Reuben leur fit part de son désir d’aller en Egypte avant de tenter le retour en France, ils le munirent d’une nouvelle lettre d’introduction à utiliser à son arrivée en Egypte en plus de celle qu’il possédait déjà. En outre ils inscrivirent des adresses sur le côté vierge de la missive d’Arles, avec les formules qu’utilisaient les rédacteurs de lettres en Terre Sainte dans leur correspondance avec les autres communautés ou individus juifs, afin de s’attirer les bonnes grâces des destinataires d’Egypte et de montrer que Tépître arlésienne avait été bel et bien lue et utilisée par eux, et que le porteur des deux missives était bien le même homme. Un nom arabe est inscrit à l’envers au bas du verso de la lettre : « al-Sheikh Abou (...) al Sheikh Abou Ishaq »13. Il s’agit probablement de l’habitant de Fostat vers lequel fut dirigé Reuben par ses hôtes de Jérusalem. Les deux lettres ayant au bout du compte été retrouvées dans la guenizah du Caire, il semble que le malheureux mourut en Egypte avant de pouvoir mener son projet à bonne fin. En effet, s’il s’était lancé dans la traversée de retour il ne se serait sûrement pas séparé de ces précieux documents. (Voir fig. 26.).

  • 14 Sur la carrière de Robert le Magnifique et son pèlerinage à Jérusalem, voir p. ex., Th. Liquet, His (...)

26Si l’on fait la part de l’histoire des souffrances subies à Rouen, puis du long périple à travers la France et la Provence, la traversée, le voyage de Syrie en Palestine, il est évident que les événements dépeints dans la première lettre se sont produits quelques années avant la date de 1034-1035 indiquée dans la deuxième, disons vers 1032 ; ce qui les situe sous la souveraineté de Robert le Magnifique. Ce duc gouverna la Normandie de 1027 à 1035 et mourut cette année-là en revenant d’un pèlerinage en Terre Sainte. Il se peut que les deux hommes se soient trouvés à Jérusalem au même moment14.

  • 15 La forme en arabe était franjah, ifranjah, (variante phonétique de França). Voir Encyclopaedia of I (...)

27Ce fut bien le duc Robert qui déposséda Mar Reuben de ses biens ainsi que le prouve un examen minutieux des faits relatés dans la missive d’Arles. Les rédacteurs commencent par indiquer que Mar Reuben est originaire de Rouen, « dans le pays de França » (befranṣa hamedīnāh). Ils poursuivent par le récit de la plainte déposée auprès du « Seigneur du pays » (sar hamedīnāh) et non pas de « son seigneur » ou « du seigneur du lieu ». La construction hébraïque utilisée ici s’applique toujours à un sujet défini, à savoir « le seigneur du pays » et non « un seigneur ». Il n’est toutefois pas surprenant que les auteurs provençaux de la lettre, en décrivant aux destinataires d’au delà de la mer le pays d’origine de Mar Reuben, l’aient désigné par le terme général Françà qui était courant même dans les pays parlant l’arabe, plutôt que par le terme Normandie qui n’y était pas utilisé à l’époque15.

5. Situation juridique réfléchie dans l’autographe de la British Library

  • 16 Voir p. ex. G.G. Coulton, Medieval Panorama (Cambridge, 1957), p. 56. Sur les responsabilités des s (...)
  • 17 Voir en particulier : C.H. Haskins, Norman Institutions (Cambridge, Mass., 1918), p. 38, 47-48, 102 (...)

28On observe également que le fils de Mar Reuben fut tué en même temps que ses deux serviteurs alors qu’il faisait route vers ses champs. Le meurtre était alors un délit que l’on pouvait porter devant les cours ducales ou royales16. La lettre insiste aussi sur le fait que le crime eut lieu « dans la forêt » en chemin vers les terres de Mar Reuben, et que le père trouva son fils « tombé mort dans la forêt ». Ceci est une allusion claire à la violation de la « Loi des forêts » qui dans la Normandie du XIe siècle offrait une protection particulière à tous ceux qui utilisaient les forêts ducales17.

  • 18 Les plaintes de cet ordre sont nommées, par WACE par ex. : « plaiz de forez » ; voir Haskins, op. c (...)

29De telles violations étaient du ressort du duc, comme, plus tard, de celui des rois d’Angleterre, plutôt que d’un seigneur subalterne. C’est à leur tribunal que les plaintes étaient déposées et c’est précisément ce que fit Reuben18. Ce crime et la plainte consécutive décrite dans ce texte de la guenizah semblent être les plus anciens témoignages de l’existence de la « loi des forêts » en la Normandie ducale.

  • 19 Voir M. Guizot, tr., Collection des Mémoires relatifs à l Histoire de France XXIX (Paris, 1826), p. (...)

30Il nous faut donc reconnaître que le « seigneur du pays » mentionné dans la lettre ne peut être que le duc de Normandie de l’époque. Or nous savons que la confiscation eut lieu vers 1032 ; le duc en question n’était autre que Robert le Magnifique, également porteur des épithètes du Diable et du Prodigue. Il succéda à son frère Richard contre lequel il fut en lutte constante à la mort de leur père Richard II le Bon en 1027. On a écrit de Robert I" qu’il était « d’une rudesse de caractère et d’une prodigalité qui étonnèrent ses contemporains ». Il était aussi, dit Guillaume de Jumièges, féroce à l’égard des ennemis19. Ces traits de caractère conviennent fort bien au personnage qu’évoque la missive d’Arles.

31La portée de cette missive apparaît lorsqu’on examine avec soin l’arrière-plan sur lequel s’inscrivent les malheurs du juif rouennais. Il est à noter qu’il est décrit comme un homme à la richesse considérable, et, de plus, est propriétaire terrien. Le premier mot de la ligne 41, « héritage », implique qu’il possédait ses terres de par héritage de ses pères. Il s’agissait, non pas de biens allodiaux, mais féodaux, concédés par le seigneur, dans le cas présent le duc, qui s’en ressaisit en apprenant la mort de l’unique héritier mâle. Nous nous trouvons ainsi devant une preuve de l’existence d’une vassalité juive héréditaire dans la Normandie du XIe siècle.

32Mar Reuben ne peut être considéré comme un être hors du commun à Rouen. Il se présente plutôt en tant que membre aisé d’une communauté juive nombreuse, dont certains adhérents possédaient des droits héréditaires remontant peut-être très loin dans le temps - situation que nous avons trouvée sous-entendue dans la chronique concernant Jacob fils de Jeqouthiel au chapitre précédent. La chronique implique clairement qu’au début du XIe siècle vivait en Normandie une forte population juive, parmi laquelle quelques hommes très riches, qui possédaient des droits héréditaires, et qu’il existait une certaine tension entre, d’une part, la population chrétienne de Normandie (et d’autres régions du nord de la France) et les Normands christianisés de fraîche date qui gouvernaient le pays et, de l’autre, leurs voisins juifs installés là depuis des siècles. L’authenticité des faits avait pu être mise en doute vu l’origine incertaine de la chronique de 1007 ; elle est à présent confirmée par la lettre d’Arles.

33Ainsi que nous l’avons remarqué ci-dessus (p. 57), la coutume féodale ne reconnaît pas les droits héréditaires des parents collatéraux avant le milieu du XIe siècle. Ainsi, lorsqu’un vassal mourait sans héritier direct, ses propriétés revenaient à son seigneur. Dans le cas qui nous occupe le seigneur s’approprie les biens de Mar Reuben sans attendre l’heure de sa mort, procédure en contradiction flagrante avec les lois féodales normandes : celles-ci n’autorisaient de réquisition qu’en cas d’acte déloyal ou criminel de la part du vassal.

34L’appropriation en elle-même était donc un acte illégal ; pourtant, dans la Normandie indépendante du XIe siècle, on ne pouvait faire appel de la décision du duc. Perpétrer cet acte de violence après la mort du fils représente en fait un double délit : l’abstention délibérée de poursuivre les coupables et la dépossession illégale du père de la victime. On peut se demander de quel droit le duc a pu se permettre de tels manquements à la justice. La lettre toutefois nous apporte la réponse : le duc « point ne répondit (à sa plainte) car les meu[rtriers] étaient des [...] gentils » (ligne 46). Selon la missive le duc ne prend pas fait et cause pour le plaignant car celui-ci est un juif qui demande à ce que des non-juifs soient châtiés.

35Cette explication, qui aurait pu sembler de prime abord ne représenter que l’opinion des rédacteurs de la lettre, apparaît comme digne de foi lorsqu’on la considère sur l’arrière-plan déjà connu de persécution religieuse des juifs du nord de la France au début du XIe siècle. La première persécution tranchait elle-même, semble-t-il, avec l’histoire passée des juifs français. Jusqu’à l’arrivée des Normands et le baptême de Rollon en 911, les juifs de Neustrie, de même que leurs frères de l’est et du sud, étaient considérés comme les adeptes d’une religion reconnue et, comme tels, protégés par les pouvoirs en place. Personne ne pouvait les contraindre à se convertir ; au contraire, ils étaient tolérés et bénéficiaient de tous les droits économiques, y compris celui de posséder des terres. Il n’y a aucune raison de douter de la continuité de cette situation durant le Xe siècle. Avec l’autorité accrue des souverains normands, cependant, la situation qui avait si longtemps prévalu semble s’altérer.

36La première étape de ce changement se manifeste à travers le récit des persécutions religieuses à l’époque de Richard II le Bon, que seul un appel au pape put arrêter. La seconde se reflète dans la lettre que nous avons étudiée. Ici, nulle tentative de forcer Mar Reuben au baptême mais la confiscation de ses biens sous prétexte de la disparition de son héritier. Si une généralisation peut être tentée à partir de cet acte ducal, on peut dire que, à l’époque où fut rédigée la missive arlésienne, se profilait une manœuvre de dépossession des juifs de leurs droits héréditaires sur leurs terres en Normandie.

37Mais nous allons voir qu’au cours des décennies suivantes la tendance s’inverse. Une période de stabilité va s’instaurer qui durera jusqu’à la veille de la première Croisade.

Annexes

APPENDICE. EPITRE EN FAVEUR DE REUBEN B. ISAAC DE ROUEN20

1. « Et tous tes enfants seront les disciples de l’Eternel ; grande sera la concorde de tes enfants21 » (Isaïe LIV, 13)

2. A [...de] joie, instructeurs de (la) nation/qui agissent avec droiture envers les masses (d’Israël),

3. Ils choisissent le chemin juste et droit/sans épines,

4. Ils dispensent leur bonté aux faibles avec discrétion/[...] avec exactitude,

5. Ils font lâcher prise (aux méchants)/ne forcent ni n’oppriment (les pauvres),

6. Honorables ch[efs] puissants/ils [...] leur intelligence ( ?) et (F) affinent,

7. Anciens vénérés [for]ts, ils transmettent (leur foi)/fidèles à leur juste vérité,

8. Prudents (mais) prompts/précis à un fil près,

9. Ils décrètent contre le mal et le pourfendent comme ils fendraient une montagne/(Ah) humbles aïeux -

10. Hommes bons, généreux, charitables/ils donnent force aux pauvres et aux humbles,

11. Magnifiques, riches de feuillage22, ils ont foi en leur Rocher/et s’attachent à lui,

12. Intègres et droits, à l’intérieur des portes du Rocher/zélés, ils se pressent (contre elles),

13. Aux affamés ils tendent (du pain), ils soutiennent/ceux qui sont frappés, ceux qui sont courbés ils les redressent,

14. Ils comprennent les sciences, [leur] parfum [...]/comme de l’encens broyé,

15. Ils consolent [...] ceux qui souffrent, qui ont eu leur plein (?) (d’amertume)/(ils soignent leurs blessures) sans fêlure ni fissure,

16. Ils soutiennent ceux qui ont été battus/et pour eux reçoivent des coups (de talons)23,

17. Ils agissent et poussent à l’action/ils compatissent à la douleur des affligés,

18. Ils apportent le secours d’offran[des de p]aix aux malheureux/aux accablés et aux opprimés,

19. Hommes pro[spères, heur]eux/superbes, favorisés, ils chassent les malheurs,

20. Ils [rendent] justice [aux p]auvres/et leur assurent un toit pour leurs nuits,

21. [Ils... ai]dent les prisonniers24/qui s’attachent à lui,

22. [...] que l’on nomme/« le trésor » de Celui qui réside dans les cieux25,

23. [...] le Saint d’Israël/hommes justes et droits26,

24. [...]... dominent/règne la crainte de ( ?) [...]27,

25. Superbes28, assurés et nommés/« fruits frais » de la terre29,

26. Il les fortifiera, (Celui) qui passe par dessus les extrémités de la terre/ et les mers lointaines !30,

27. Et bien que, des maux de l’adversaire ils soient frappés, ils seront délivrés comme il est dit : « Heureux celui qui s’intéresse au pauvre !

28. Au jour de la calamité, l’Eternel le sauvera » (Ps. XLI, 2).

29. Ils sont nos frères, les communautés saintes éparpillées dans la Diaspora [...],

30. Les pieu[x et les ju]stes, trésors de vie31/ils choisissent [...],

31. Ils suivent leur chemin avec humilité/emplis des commandements, bénis de l’Eternel [...],

32. Nobles souffrants dont la langue guérit/craignant le Seigneur, honorés et [...],

33. Hardis ( ?), ayant reçu l’ordination ( ?), humbles depuis le sein (de leur mère) ( ?)/ils distribuent leur pain à ceux qui sont brisés,

34. Puisse le Seigneur les traiter avec miséricorde, écouter leur appel, entendre leur voix, ôter le fardeau de leurs épaules [et rassembler]

35. Les oubl[iés de la nation] des quatre coins de la terre pour les ramener vers leur pays comme il est dit : « et les débris é[pars de Judah],

36. Il les rassemblera des [qua]tre coins de la terre » (Isaïe, XI, 12) et il est dit (aussi) : « Et les rachetés de l’Eternel reviendront et rentreront dans Sion [en chantant] » (Isaïe XXXV, 10, ; XCI, 11).

37. [Agréez des saluts de p]aix en abondance de notre part à nous, vos frères, vos cadets, qui habitons la ville d’A[rles32. Nous informons]

38. nos frères au su[jet] de ce Mar Reuben fils d’Isaac l’Ancien/comme [il vint à nous]

39. de la ville de Rodom qui est dans le pays de França. /Cet homme était [...]

40. très grand et très riche en argent, en or et en travail de sa terre33 plus que tous [...]

41. héritage34 et il tomba dans le piè[ge tendu par des mé]chants du pays et fut livré au pillage. Un jour il envoya

42. son fils unique avec ses serviteurs dehors au travail dans les champs ; là tom[bèrent] sur lui soudain dans la for[êt]

43. des gentils ignorants et cruels en mal de destruction et ils le tuèrent et ses serviteurs avec lui. Et lorsque fut connue l’affai[re]

44. par son père, celle-ci sortit dehors et le trouva tombé mort dans la forêt35 et personne pour le secourir ; lorsque le p[ère] vit

45. le malheur qui lui était advenu il fut déchiré36 et la stupéfaction le saisit et il cria vers le seigneur du pa[ys],

46. mais (celui-ci) point ne lui répondit car les meu[rtriers] étaient des [...] gentils et même (le seigneur) devint son ennemi. Voyant [sa p]eine,

47. il le dépouilla, lui prit tous ses biens et le laissa (comme) un vase vide pri[vé de tout], lui disant : « Tu es vieux et po[int]

48. n’as de fils ; à moi (donc) toutes ces richesses ». Et il resta seul [... sans] personne pour s’occuper (de lui) ; il vint

49. nous implorer disant : « Je fus chassé et j’ai erré de ma ville jusqu’ici parmi vous ; (maintenant) par l’étrangeté de mon parler

50. connaissez et écoutez ce qui m’est arrivé ; jusque-là point n’avais besoin d’une lettre ; à présent ô vous mes frères prenez pitié de moi

51. et écrivez pour moi une lettre qui me soit une bouche37 [dans] toutes les saintes communautés de l’autre côté de la mer.

52. Car point ne sais parler leur langue et par le nom de Celui qui règle les pas de l’homme, mon désir est d’aller jusqu’au pays d’Israël

53. et jusqu’à Jérusalem et d’y mourir car des jours sont venus sur moi desquels je n’ai nul désir. » Lorsque nous,

54. auteurs de cette lettre, vîmes sa douleur et sa trist[esse... n]ous eûmes [pi]tié de lui et avons écrit

55. pour lui cette brève (missive). Et vous, nos frères, vénérés, gran[ds... mo]ntrez-vous sensibles (et) prenez pitié de lui,

56. aidez-le, donnez-lui des forces, envoyez-le tout droit (à son but) [...]. Vous serez par ceci trouvés justes et point ne

57. trébucherez ; parce qu’il est comme muet, il n’ouvre pas la bouche, et pour cette raison votre récompense sera doublée par l’Eternel. Il est connu de nos frères

58. que la force de la charité est immense ; nos chers maîtres l’ont enseigné38 : R. Yohanan a dit : Grand est (le fait de) pourvoir (aux besoins des pauvres)

59. car cela éloigne ceux qui sont proches et rapproche ceux qui sont éloignés et ôte le regard de sur les méchants

60. [et pousse la divine Présence à se poser] sur les prophètes de Ba’al ; tandis-que le péché involontaire (d’omettre de sustenter les pauvres) occasionne un péché intentionnel. - « Cela éloigne ceux qui sont proches »

61. (comme on le voit) avec A[mmon et Mo]ab39 ; « et rapproche ceux qui sont éloignés » (comme on le voit) avec Jéthro ; ainsi disait R. Yohanan : par la récompense (méritée par Jéthro qui a dit de Moïse) : « Appelez-le,

62. qu’il vienne manger ! » (Ex. II, 20), ont mérité certains des petits-fils (de Jéthro) de s’asseoir dans la salle de pierres taillées (du Temple), selon le verset (I Chron. II, 55) « et les familles des scribes qui demeuraient à

63. Yabêç étaient les Tiratiens, les Shimatiens et les Soukatiens ; c’étaient les Kéniens, issus etc. »40. Il est enseigné au nom de Rabbi Josué41 :

64. [Plus que ce que] le maître de maison a accompli envers le pauvre, le pauvre l’a accompli envers le maître de maison42 car

65. [Ruth dit à Noémi :] « L’homme chez qui j’ai travaillé aujourd’hui se nomme Boaz. » (Ruth II, 19) ; « (l’homme) qui a travaillé

66. avec moi »43 n’est pas (ce qui est) écrit (ici) mais : « avec qui j’ai travaillé ». R. Shéla a dit : (le mot) ’ebyōn (= nécessiteux) peut s’expliquer (par la combinaison des mots)

67. hōn yābō (« [la] fortune viendra ») car tout homme qui saisit la main d’un pauvre mérite la fortune ; et Rabbi Nahman a dit que c’était à cause de

68. ce fait que le monde fut créé. Il n’est personne qui n’arrive (un jour) à ce stade (de pauvreté) et si

69. ce n’est lui, son fils, et si ce n’est son fils, le fils de son fils comme il est écrit : « Car les biens ne dureront pas toujours... » (Prov. XXVII, 24). R. Eliézer a enseigné :

70. La vengeance contre les nations du monde est aux mains d’Israël alors que la vengeance contre Israël est aux mains de ses pauvres. « La vengeance contre

71. les nations du monde est aux mains d’Israël » comme il est écrit : « Je confierai le soin de ma vengeance contre Edom aux mains de mon peuple Israël... » (Ezéc. XXV, 14) ; et « la vengeance

72. contre Israël est aux mains de ses pauvres », comme il est écrit « et il se plaindrait de toi au seigneur, etc. » (Deut. XV, 9)44. R. Abin a dit : (lorsque) le pauvre se tient

73. sur ton seuil, le Saint, béni soit-il, se tient à sa droite ; si tu lui fais (un don), Celui qui se tient à sa droite

74. te bénit, mais si non, dans l’avenir Il se détournera de cet homme-là (= toi) comme il est écrit : « Car Il se tient

75. à la droite du malheureux » (Ps. CIX, 31)45. Or, ce n’est point là une admonestation de notre part, seulement un simple rappel46, car nos frères sont des maîtres de la Torah

76. et sont emplis des commandements. Que notre Dieu [sau]ve son peuple, qu’il le réunisse en un ensemble et le garde comme un berger son troupeau

77. et qu’il accomplisse pour eu[x] le pa[ssage de l’E]criture (Isaïe LIX, 20) « et il viendra un sauveur pour Sion » de nos jours, de vos jours, et des jours de tout Israël. Amen !

Notes

1 Voir J. Mann, The Jews in Egypt and Palestine under the Fatimid Caliphs I (Oxford, 1920) et II (Oxford, 1921) ; id., Texts and Studies in Jewish History and Literature I (Cincinnati, 1931) et II (Philadelphie, 1935), sur le contenu historique des manuscrits de la guenizah du Caire en général, voir en particulier S.D. Goitein, A Mediterranean Society I (Berkeley, 1967), p. 1 à 28.

2 Voir J. Mann, Jews in Egypt I, p. 165-166; ibid., II, p. 191-192.

3 La graphie RWDS pour Rodez est elle-même difficile a accepter ; on s’attendrait à RWDZ ou RWDYS ou toute autre forme reflétant mieux l’appellation médiévale Rodens ou Rodena. Gross (Gallia Judaica, p. 626) cite deux occurrences de RWDS qui, selon lui, signifie Rodez : mais l’une est une erreur de scribe pour RWDM, voir chap. xii, p. 389 ; alors que l’autre, qui se trouve dans un manuscrit écrit par Moïse Qimhi en 1383, se réfère à Rhodes.

4 Voir mes explications dans TYR, p. 1-5 ; Archaeology XXX (1977) : 254-256 ; Archéologia, no 129 (1979) : 24-26 ; l’Œil, no 312-313 (1981) : 76 - où je discute d’autres leçons incorrectes de termes cruciaux de manuscrits hébraïques médiévaux. Ce sont ces erreurs qui m’ont conduit à la conclusion que le texte du British Museum me montrerait la leçon à laquelle j’avais songé.

5 Outre les exemples du toponyme Rodom (Rotom) etc. cités ci-dessus (chap. ii, notes 18 et 19), voir les suivants : Amputatus manus ipsius Rodomum transmisit (Frodoard, Xe siècle ; voir Chéruel, Hist., p. xlix) ; Mercatores Rotomo commorantes (Dudon de St. Quentin, XIe siècle, voir Chéruel, ibid., p. vi) ; quandoNormanni Rotomum vastarunt (Orderic Vital, XIIe siècle ; voir Chéruel, ibid., p. xxxiv). Orderic écrit aussi Rodomensium, voir Chéruel, ibid., p. lxxxv. La liste donnée par Leclerc (voir ci-dessus, chap. ii, note 19) cite Rotomo, Rodomi, Rotomo ci., Rotomoio. Il écrit aussi : « La lettre du pape Zacharie à S. Boniface de Mayence parle de trois métropolitains parmi lesquels Grimonem in civitate quae dicitur Rodomos (742) ; un peu plus tard (en 768), Pépin le Bref célèbre la fête de Pâques in Rodomo civitate ; et en 779, Charlemagne cite Rodomo parmi les portas et civitates de son empire. » (Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, ibid., col. 109). Les exemples de Rodom et ses variantes dans les textes latins sont et antérieures aux occurences du toponyme hébraïque et contemporains avec elles.

6 La traduction du texte intégral figure dans l’annexe à ce chapitre, et son édition critique dans TYR, p. 163 à 166. L’édition de Mann sur laquelle s’appuient les citations de Dinur dans Yisra’el bagolah ne concerne que les lignes 29 et 37 à 57.

7 Sur les différences entre langues d’oïl et d’oc et les divers dialectes en France au moyen âge, voir p. ex., Ch. Petit-Dutaillis, La monarchie féodale en France et en Angleterre (Paris, 1933), p. 12 ; F. Brunot, Histoire de la langue française des origines à 1900 I (Paris, 1900), p. 296 sqq.

8 Arles, `ﬡרﬥ. voir p. ex., H. Gross, Gallia Judaïca (Paris, 1897), p. 73 à 90; C. Roth, éd., World History of the Jewish People XI (Rutgers, 1966), p. 40, 45, 130, 139, 157-158, 208, 210; L. Ginzberg, Ginzé Schechter II (New York, 1929), p. 235 et 276; TYR, p. 9.
Sur Arles et son importance au moyen âge, voir p. ex., L.A. Constans, Arles Antique (Paris, 1921).

9 Voir, en particulier A. Luchaire, Manuel des institutions françaises (Paris, 1892), p. 211 ; TYR, p. 17 et 18.

10 Verso publié intégralement dans TYR, p. 167-170 ; voir ibid., planche 2.

11 MS Cambridge T.-S. 10 J 10, fol. 9, publié par Mann, Jews in Egypt II, p. 111, et ensuite par moi-même dans TYR, p. 11-12. Dans cette dernière édition j’une des erreurs que Mann avait faite s’est glissée : le mot presque effacé de medīnātō, « son pays », a de nouveau été transcrit meqōmō. Avec l’aide d’un éclairage puissant et d’une bonne loupe, toutefois, le terme medīnātō apparaît nettement ; voir photo dans TYR, planche 3, ligne 2, 4e mot.

12 Sur la période de Salomon ben Judah, voir en particulier J. Mann, Jews in Egypt I, p. 75-152. L’écriture de Salomon et celle de son fils font partie des écritures les plus aisément reconnaissables des manuscrits de la guenizah provenant de la Palestine du XIe siècle. Il est cependant extrêmement difficile de les distinguer l’une de l’autre. D’après l’avis de mon collègue de l’Université de Tel Aviv, le professeur Moshé Gil, l’écriture serait plutôt celle du fils.

13 Voir TYR, bas de la planche 2 et p. 170. Le nom Ishaq représente une version vernaculaire d’Iṣḥāq. Dans sa publication partielle du texte (Jews in Egypt II, p. 191), J. Mann indique cette adresse mais ne dit mot des multiples formules qui figurent sur la même page.

14 Sur la carrière de Robert le Magnifique et son pèlerinage à Jérusalem, voir p. ex., Th. Liquet, Histoire de Normandie II (Rouen, 1835), p. 8-36 ; H. Fouquet, Histoire... de Rouen (Rouen, 1876), p. 51-53.

15 La forme en arabe était franjah, ifranjah, (variante phonétique de França). Voir Encyclopaedia of Islam, nouvelle éd. (Leydes et Londres, 1971), s.v. Ifrandj, p. 1044. Aussi en Angleterre et ailleurs, on n’utilisait l’expression Normandie de manière définitive qu’après la Conquête. Voir p. ex., Encycl. Britannica, 9e édition, XVII, p. 540 ; et TYR, p. 6. Avant la Conquête la région n’avait pas de nom territorial fixe. Certains chroniqueurs anglais l’appellent « Ricardes land », la terre de Richard ; d’autres auteurs, p. ex. : « Terra Northmannorum », la terre des hommes du nord. Elle faisait nominalement partie du royaume de Robert le Pieux et, plus tard, de son fils Henri Ier. On peut donc la nommer, de manière légitime bieq qu’un peu vague, « Françia », ou bien, par des locuteurs de langue d’oc : « França ». Voir p. ex. : J. Ronjat, Grammaire istorique [sic] des parlers provençaux modernes II (Montpellier, 1930-1937), p. 88 sqq.

16 Voir p. ex. G.G. Coulton, Medieval Panorama (Cambridge, 1957), p. 56. Sur les responsabilités des souverains à l’égard de leurs vassaux en général, voir A. Luchaire, Manuel des institutions françaises, p. 214-218 ; P. Vinogradoff, « Feudalism », Cambridge Medieval History III (Cambridge, 1957), p. 460 sqq.

17 Voir en particulier : C.H. Haskins, Norman Institutions (Cambridge, Mass., 1918), p. 38, 47-48, 102-103, etc. ; TYR, p. 17.

18 Les plaintes de cet ordre sont nommées, par WACE par ex. : « plaiz de forez » ; voir Haskins, op. cit., p. 182. C’est dans la forêt d’Ouche, en route vers Rouen, que fut attaqué Lanfranc en 1046 ; voir J. de Crozals, Lanfranc. Sa vie, son enseignement, sa politique (Paris, 1877), p. 67-68 ; TYR, p. 17, note 54. Quant à la formulation de la loi des forêts à l’époque de Guillaume le Conquérant et ses fils, voir le paragraphe 7 des Consuetudines et justicie quas habet dux Normannie in eadem provincia publiés par Haskins, Norman Institutions, p. 283 : Nulli licuit in Normannia in forestis ipsius domini hominem assailire vel insidias ponere.

19 Voir M. Guizot, tr., Collection des Mémoires relatifs à l Histoire de France XXIX (Paris, 1826), p. 137 sqq. ; La Grande Encyclopédie XXV (Paris, s.d.), p. 32.

20 La publication complète de ce texte (MS B.M. Or. 5544, no 1), et des notes philologiques détaillées figurent dans TYR, p. 163-166. Le verso du manuscrit avec les formules de politesse épistolaire écrits par un scribe de Jérusalem est publié dans TYR, p. 167-170.

21 Les 22 vers qui suivent sont disposés en ordre alphabétique selon leur lettre initiale. Ces acrostiches font partie d’un préambule de 25 vers. Chaque vers comprend deux hémistiches dont la plupart des mots sont des participes et adjectifs au masculin pluriel (se terminant en-īm). Les derniers mots de chaque vers riment en-qīm. La lettre est adressée à tous les responsables des communautés juives parmi lesquelles peut arriver Reuben b. Isaac avant de parvenir à sa destination. C’est à eux que se réfèrent les participes et les adjectifs. Le style de cette exorde est de nature poétique ; sa terminologie est quelquefois obscure et même incompréhensible.

22 Héb. ’anēfīm, lit. « (nombreuses) branches » (voir ’anēfāh dans Ezéchiel XIX, 10). Ici existe peut-être la connotation d’hommes pieux portant les favoris réglementaires ou bien enveloppés dans leur châle de prière, voir Jastrow, Diet. :’ānaf.

23 Littéralement : « coup de jambe ».

24 Le mot se lit nettement segūrīm, « ceux qui sont enfermés », à savoir ceux qui ont été emprisonnés par un sort cruel. Si une seule lettre changeait, on lirait sanwerim, « ceux qui sont aveuglés ».

25 Dans l’Ecriture sainte le peuple d’Israël est appelé segūlāh ; voir Ex. XIX, 5 : « vous serez mon trésor », Deut. VII, 6 ; XIV, 2, XXVI, 18 ; Ps. CXXXV, 4.

26 Les acrostiches se terminent, voir la note 2.

27 Trois mots au moins manquent, ce qui rend le vers incompréhensible. Plusieurs lettres de ce vers et du suivant ont été surmontées d’un point, procédé habituel afin de distinguer certaines lettres initiales qui, reliées entre elles, forment des mots, des noms surtout, ici : Abrahamēr, Abraham (le) Scribe, nom du scribe de la lettre.

28 L’auteur a peut-être oublié qu’il a déjà utilisé ce mot, hadūrīm, au vers 19.

29 Il n’existe pas de verset biblique où les bons soient ainsi dénommés. Cependant, voir Ps. XCXII, 15 : les justes « donnent des fruits. Ils sont pleins de sève et de verdeur ».

30 Avec ce vers s’achève la partie rimée du préambule, qui continue cependant jusqu’au vers 37.

31 De même qu’aux vers 24 et 25, certaines lettres sont surmontées d’un point dans cette ligne comme dans les quatre suivantes. Réunies, elles nous renseignent sur le nom complet du scribe qui composa cette missive : Abraham b. Eliah sōfēr hazaq, soit : « Abraham fils d’Elie scribe, courage ! » (voir : TYR, p. 164).

32 La raison de cette interprétation est indiquée ci-dessus, p. 54-55.

33 On peut lire soit ’abōdath admātō, lit. « le travail de sa terre » ou ’abūdâth admātō : voir Gen. XXVI, 14 : « ses cultures considérables », Job I, 3 : « de nombreux gens de service » ; les commentateurs interprètent le terme rare ’abūdāh comme signifiant « serviteurs, esclaves ».

34 Le mot hébreu hōrešeth est un nom qui ne peut avoir été dérivé que de la racine yāraš, « hériter ». Les formes nominales auxquelles l’on s’attendrait sont yerūšāh, morāš, et morāšāh dont la forme construite est moreîeth.

35 Héb. : nōfēl mēth’al haya’ar, litt. « tombant mort sur la forêt », gallicisme (sur le champ, sur la forêt) au lieu de la formule hébraïque habituelle : baya’ar, « dans la forêt ».

36 Héb. : nišbar, litt. « il fut brisé ».

37 Héb. : ha’īrā’Il heyōth li leféh, expression sûrement utilisée en lieu et place de : hayé’ara’lihyōth lī lefeh, litt. « qui arrive à être pour moi une bouche ».

38 La citation qui suit (lignes 58 à 63) est une version d’une leçon tannaïtique tirée du Talmud de Babylone, traité Sanhédrin, 103b-104a, telle qu’elle est conservée dans les exemplaires du Talmud utilisés en Provence au XIe siècle.

39 C’est-à-dire les Ammonites et les Moabites étaient originellement apparentés au peuple d’Israël par Loth mais ils refusèrent de se montrer charitables envers le peuple lorsqu’il traversait leur pays sous la direction de Moïse et ils se virent donc interdits de jamais faire partie de la communauté d’Israël.

40 La démonstration s’arrête ici alors qu’elle se poursuit dans Sanhédrin avec un autre verset biblique (Juges I, 16) destiné à prouver que les familles de scribes dont il a été question descendaient bien de Jéthro. Le texte du Talmud poursuit en reprenant une à une les affirmations avancées par Rabbi Yohanan à propos des mérites de la charité.

41 Ici commence la citation d’un autre passage de littérature rabbinique qui illustre les bienfaits de la charité. Tel quel ce texte n’existe plus. Il s’agit d’une variante du long passage de Lévitique Rabba XXXIV, 10 ; voir : TYR, p. 166.

42 C’est-à-dire que la récompense amenée par le pauvre sur l’homme charitable est plus importante que le bien accordé par le donateur au nécessiteux.

43 La préposition ’īm signifie à la fois « chez » et « avec ».

44 Voir Deut. XV, 7-9 : « Tu n’endurciras point ton cœur, ni ne fermeras ta main à ton frère nécessiteux... Garde-toi de nourrir une pensée perverse en ton coeur, en te disant que la septième année, l’année de rémission approche, et, sans pitié pour ton frère nécessiteux, de lui refuser ton secours : il se plaindrait de toi au Seigneur, et tu te rendrais coupable d’un péché. » R. Eliézer était d’avis que le dernier verset sous-entend que les pauvres sont les instruments d’une éventuelle vengeance divine contre Israël.

45 Ici s’arrêtent les citations rabbiniques.

46 C’est là une expression courante dans les lettres de recommandation des Xe, XIe et XIIe siècles retrouvés dans la guenizah du Caire. Voir N. Golb et O. Pritsak, Khazarian Hebrew Documents of the Tenth Century (Ithaca, N. Y : Cornell University Press, 1982), p. 13 et 14 : une lettre de Kiev du Xe siècle. Une liste d’autres textes contenant cette expression se trouve dans TYR, p. 166, note de la ligne 75.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search