Version classiqueVersion mobile

Les Juifs de Rouen au Moyen Âge

 | 
Norman Golb

Première partie : Des commencements à la période de Samuel B. Meir

Chapitre II. Jacob Bar Jeqouthiel et sa requête au Pape

Texte intégral

  • 1 MS Parme-de Rossi 563, fols. 127 verso-129 verso. La première édition du texte fut celle de A. Berl (...)

1Le premier événement connu au sujet des juifs de Rouen, que ce soit dans des textes hébraïques ou latins, est celui relaté dans une chronique hébraïque anonyme qui fait partie d’un manuscrit conservé à la bibliothèque de Parme1. Quoiqu’il soit impossible de déterminer avec précision la date où cette chronique fut écrite, la copie de scribe qui se trouve à Parme fut exécutée dans une écriture franco-germanique du XIIIe siècle. La configuration d’erreurs scribales se trouvant dans le manuscrit me mène à penser que l’auteur original vécut au plus tard dans la première moitié du XIIe siècle, soit environ un siècle après l’époque où se déroulèrent les événements qu’il rapporte.

1. Rôle de Jacob dans les événements de 1007-1012

  • 2 Voir la traduction dans l’appendice à ce chapitre, p. 46-49.

2La chronique commence par évoquer certains incidents qui survinrent « en Tannée 4767 A.M. », soit en 1007, « sous le règne de Robert, roi de Ṣarefath » (c’est-à-dire de France)2. Cette année-là, selon la chronique, fut décrétée une persécution des juifs. Robert consulta ses conseillers, qui lui dirent de débarrasser le royaume du judaïsme. Le roi proposa à un certain nombre de juifs convoqués à sa cour de se convertir, mais selon la chronique, ils refusèrent, ce qui entraîna la mort d’un bon nombre d’entre eux, et la saisie de leurs biens. D’autres s’immolèrent plutôt que d’accepter le baptême, tandis que des juifs âgés « qui n’avaient pas la force de fuir » furent cruellement maltraités par leurs persécuteurs. Pour illustrer la cruauté dont les juifs eurent à souffrir, la chronique rapporte l’histoire d’un certain R. Senior, « personne très sage et compréhensive » qui, ayant refusé le baptême, fut passé au fil de l’épée et foulé aux pieds.

  • 3 Sur l’équivalence Rodom/Rouen, voir ce chapitre, p. 39-40 ; et aussi chap. iii, note 5.
  • 4 Sur Richard II, voir p. ex., Th. Licquet, Histoire de Normandie I (Rouen, 1835), p. 180-222 ; A. Ch (...)

3A ce moment-là « un certain homme de la ville de Rodom (= Rouen)3 se leva et dit aux meurtriers, “Vous n’avez aucune autorité sur le peuple d’Israël pour l’obliger à changer de religion, ou pour lui causer quelque (mal) que ce soit, à moins que ceci n’ait été prononcé par le pape de Rome” ». Il demanda qu’on lui permette de se rendre à Rome, et que les persécuteurs s’en remettent en cette affaire à la décision du pape. Le duc Richard - c’est-à-dire, Richard II de Normandie (qui régna depuis l’année 996 jusqu’à 1026)4 - fit arrêter ce juif, qui se nommait Jacob bar Jeqouthiel, et le fit jeter en prison de même que sa femme Hannah et ses quatre fils Jeqouthiel, Isaac, Joseph et Judah. Le duc résolut un jour de le mettre à mort ; mais en dégainant son épée, il se coupa, et Jacob saisit promptement cette occasion pour s’écrier qu’un sort funeste attendait immanquablement ceux qui persécutaient les juifs. Sur quoi le duc, estimant que l’heure n’était pas venue d’exécuter Jacob, lui accorda l’autorisation de se rendre à Rome pour présenter sa supplique au pape, à condition qu’il laissât en otage un de ses enfants. Judah - de toute évidence le fils cadet - resta dans les prisons du duc, tandis que Jacob partait pour Rome avec le reste de sa famille. Son équipage comprenait quatre serviteurs et douze chevaux.

  • 5 On ne peut pas déterminer qui était pape au moment de l’arrivée de Jacob à Rome, car la date précis (...)
  • 6 Quant aux sceaux des juifs de France pendant le moyen âge, voir, p. ex., l’étude de B. Bédos, « Les (...)

4Une fois arrivé à Rome, Jacob obtint effectivement d’être reçu en audience par le pape5. La chronique nous apprend qu’il se tint debout devant le pape sans s’incliner, à la grande surprise de ce dernier, qui lui demanda aussitôt qui il était. « Un juif », répondit Jacob, « et je viens d’un pays lointain ; je suis venu... pour solliciter de vous que vous me permettiez de m’entretenir avec vous (en privé)... ». Le pape se leva, et entraîna Jacob dans un salon privé, où ce dernier lui présenta sa supplique. « Si cela semble bon à vos yeux », dit Jacob, « écrivez afin d’arrêter leurs mauvais agissements, et envoyez-leur votre sceau, votre émissaire et votre proclamation personnelle, afin qu’aucun non-juif ne puisse impunément massacrer un Israelite... ou lui faire du mal ou lui saisir ses revenus ou le forcer à quitter sa religion ». Jacob remit par ailleurs au pape une importante somme d’argent, et lui promit aussi de financer la mission qu’il lui proposait d’envoyer, ajoutant : « Je lui (à votre émissaire) confierai une lettre avec mon sceau6 destinée à toutes les communautés juives afin que celles-ci l’honorent... » Le pape répondit à Jacob qu’il lui fallait un délai de quinze jours pour délibérer de cette affaire avec ses conseillers, et lui promit de lui donner « une réponse d’ici là par l’intermédiaire des juifs qui me servent ». Il demanda à d’importants dignitaires juifs de Rome, désignés par le chroniqueur sous le nom de R. Moïse le Nassi, R. Abraham et R. Sabbathai, d’être les hôtes de Jacob pendant son séjour à Rome, lequel informa par la suite la communauté juive des persécutions en cours dans le nord. Le délai écoulé, le pape fit savoir à Jacob et aux trois dignitaires juifs qu’il chargerait son émissaire de la mission demandée, afin qu’il soit mis un terme aux persécutions. Selon la chronique, Jacob resta à Rome pendant quatre ans, jusqu’à ce que l’émissaire eût mené à bien sa tâche, et soit rentré à Rome « des communautés, qu’il visita toutes sans exception ».

5La suite du récit est d’un intérêt considérable pour l’histoire des juifs dans le nord-ouest de l’Europe au début du XIe siècle. On apprend que Jacob « retourna dans sa famille en Lorraine » - et non à Rouen - et qu’il y vécut pendant dix ans. (Jusqu’à ce jour les historiens, par suite d’une erreur de lecture de la part de celui qui publia ce manuscrit le premier, ont cru qu’il y était resté douze ans). Après cela, sur l’invitation de Baudouin, comte de Flandre, il vint se fixer dans cette région, amenant avec lui trente de ses amis juifs « afin de les installer dans son pays ». Après avoir vécu trois mois en Flandre, où ses fils Isaac, Judah et lui-même furent reçus avec beaucoup d’égards (les deux autres fils ne sont pas mentionnés ici), Jacob « mourut au bord de la rivière à Arras », où il était allé se baigner. Cette ville de la vieille Flandre - qui de nos jours fait partie de l’Artois - est à l’évidence l’endroit où Jacob s’était installé. La chronique indique pour terminer que ses fils « le portèrent dans la ville de Reims » et le firent enterrer dans le cimetière juif de cette ville.

6Il pourrait sembler qu’il y ait plusieurs contradictions dans les faits que rapporte cette chronique, dans la version qui nous est parvenue. En effet, alors que Jacob est présenté, au début du récit, comme « un certain homme de la ville de Rouen », le chroniqueur écrit qu’après un séjour de quatre ans à Rome il « retourna dans sa famille » en Lorraine ; et qu’après sa mort dans la ville flamande d’Arras, ses enfants emportèrent son corps à Reims, pour le faire enterrer dans le cimetière juif qui s’y trouve. L’incident qui l’opposa au duc Richard démontre clairement que, selon le chroniqueur, Jacob et sa famille se trouvaient bien en Normandie au moment où commencèrent les persécutions. Il est donc quelque peu étonnant de voir le même chroniqueur affirmer que Jacob rejoignit sa famille en Lorraine, région éloignée de la Normandie. En outre, pourquoi les fils auraient-ils choisi de faire enterrer leur père à Reims, situé dans le comté de Champagne, et non dans sa ville natale, Rouen, qui était à peine plus éloignée d’Arras que Reims, et où la communauté juive possédait aussi un cimetière ? De plus, l’affirmation que Jacob retourna dans sa famille en Lorraine pourrait nous surprendre, puisqu’apparemment sa femme et trois de ses enfants vivaient avec lui à Rome.

2. Authenticité de la chronique de Parme

7L’un des problèmes posés par cette chronique devra être éclairci par une étude de la nature du texte hébraïque lui-même, qui n’est pas l’original holographe de l’auteur, mais plutôt une copie faite par un scribe quelques décennies au moins après que le chroniqueur eût écrit la relation d’une série d’événements qui avaient eu lieu longtemps avant son époque (« sous le règne de Robert, roi de France »). De deux choses l’une : ou bien le chroniqueur eut connaissance de ces événements par le récit de certains témoins, ou des descendants de ceux-ci ; ou bien il utilisa une source écrite antérieure, contemporaine des événements en question, à laquelle il eut accès. Quoi qu’il en soit, il lui arrive de se méprendre sur le sens de certains termes employés par sa source, comme par exemple quand il écrit que Jacob fut transporté à Reims et y fut enterré « dans le qeḇer des juifs ». Ce terme hébraïque désigne très précisément une tombe plutôt qu’un cimetière (désigné en hébreu par l’expression bēṯ haqueḇārōt, soit littéralement : « maison des tombes ») tandis que les termes sepulcrum et sepulcretum ou sepultura (= « locus sepulcrorum ») sont facilement confondus.

8Il y a dans le texte, d’autres expressions utilisées gauchement, qui sont la marque, dans certains cas, de l’incompétence d’un scribe, et dans d’autres, des difficultés d’un auteur qui ne parvient pas à trouver le terme hébraïque qui convient pour exprimer sa pensée, ou pour traduire les termes d’une source qui, à l’évidence, ne s’exprimait pas en hébreu. Ainsi, quand le duc Richard s’apprête à s’élancer pour tuer Jacob, juste avant qu’il ne dégaine, le texte indique qu’il « s’empare de » (wayiqšōr) « la queue de son cheval » (zenaḇ sūsō), alors que le lecteur s’attend à lire que Richard fit avancer son cheval en se servant des rênes ou des éperons, plutôt qu’en lui saisissant la queue. De même, le texte hébraïque n’est pas clair en ce qui concerne la manière exacte dont le duc se blesse en dégainant : la traduction littérale du passage concerné serait : « Mais ! le fil (?) d’or sur la lame tomba sur la jointure (qisré) de ses doigts, et il s’égratigna la paume. » Là aussi, il semblerait que le chroniqueur ne comprenne pas parfaitement les informations que lui fournit sa source.

9De même, dans le passage où il est dit que Jacob « retourna dans sa famille » en Lorraine, il pourrait y avoir eu méprise sur le sens du verbe venire, qui signifie soit « aller » soit « revenir », et une confusion de « cum » et de « ad », ou même une interprétation erronée de l’utilisation d’un ablatif. Dans ce cas Jacob serait allé en Lorraine avec sa famille, qui l’avait auparavant accompagné de Normandie à Rome, et qui avait séjourné avec lui dans cette ville pendant quatre ans, après que les dignitaires romains aient préparé « une maison pour lui et sa femme, ses enfants et ses serviteurs ». Il est évident que l’animosité entre le duc Richard et Jacob était telle que ce dernier ne souhaitait pas revenir en Normandie, où Richard était toujours duc dans la seconde décennie du XIe siècle, et jusqu’en 1026 (soit au total plus de vingt-cinq ans de pouvoir). Jacob, après les épreuves qu’il avait subies à Rouen au début du siècle, préféra s’établir ailleurs.

  • 7 De façon semblable, en Angleterre les juifs portaient tous leurs trépassés en leur cimetière à Lond (...)

10Il n’y a pas lieu, non plus, de mettre en doute l’exactitude des faits rapportés en ce qui concerne l’enterrement de Jacob à Reims. Car s’il est vrai que Rouen n’est pas beaucoup plus éloigné que Reims de la ville flamande d’Arras - où, selon la chronique, Jacob vécut trois mois après être venu en Flandre sur l’invitation du comte Baudouin - il faut noter que Richard de Normandie était encore au pouvoir à la mort de Jacob. En effet, selon la chronique, Jacob avait quitté la Normandie après le début des persécutions en 1007, avait vécu quatre ans à Rome, puis dix ans en Lorraine. Même si Jacob avait quitté la Normandie un ou deux ans après le début des persécutions, il est clair qu’il serait mort au plus tard en 1025, c’est-à-dire du vivant de Richard. La réticence évidente de Jacob à regagner la Normandie après qu’il eût mené à bien sa mission auprès du pape, trouve un prolongement logique dans sa préférence - ou celle de sa famille - quant au lieu de son inhumation. En effet, les cimetières des juifs de cette période se situaient, ce qui est logique, principalement dans leurs grands centres de population, du moins en Europe du nord-ouest7. Les deux villes les plus proches d’Arras, qui avaient une forte population juive, étaient Reims et Rouen. Il est très plausible que les enfants de Jacob aient jugé peu raisonnable, voire dangereux, de retourner à Rouen pour y faire enterrer leur père. De plus, Arras était alors dans la province ecclésiastique de Reims (voir Gallia Christiana IX, p. 1). Ainsi, en dernière analyse, il semblerait que les éléments d’information concernant l’installation de Jacob en Lorraine, puis en Flandre, et enfin son enterrement à Reims, ne soient pas en contradiction avec les autres parties de la relation initiale, mais au contraire s’y intègrent harmonieusement, et forment sa conclusion logique.

11Quant aux autres éléments concernant le récit des persécutions, leur exactitude historique ne saurait guère être mise en doute. L’auteur de la chronique, ou en tout cas celui de sa source, savait fort bien qu’en 1007 Robert II (fils d’Hugues Capet) régnait en France. (Il avait été couronné en 987, et continua à régner jusqu’à sa mort en 1031). Il savait aussi que Richard de Normandie était au pouvoir à la même époque. Richard avait inauguré son accession au pouvoir en réprimant une révolte paysanne et, par la suite, il consacra beaucoup de son temps à assurer la domination de la noblesse ; il prit souvent part à des opérations militaires aux côtés de Robert de France. L’enthousiasme mis par Richard à appliquer le décret de Robert contre les juifs illustre bien l’entente qui régnait entre les deux personnages.

  • 8 Voir p. ex., L.A. Warnkönig, Flandrische Staats-und Rechtsgeschichte bis zum Jahre 1305 (Tuebingen, (...)

12Inversement, Baudouin de Flandre, qui fut au pouvoir de 989 à 1036, et qui joue un rôle important dans la dernière partie de la chronique, remporta une victoire militaire sur Robert et Richard en 1006, si bien que l’Empereur Henri II fut contraint de lui accorder divers territoires (à savoir les terres appelées fiefs germaniques, ou Flandre impériale)8. La mention faite dans la chronique de l’invitation de Baudouin à Jacob de venir s’établir en Flandre avec d’autres juifs illustre donc un élément de sa politique qui concorde à la fois avec son acquisition de nouvelles terres et avec son hostilité antérieure à l’égard de Robert le Pieux ; il est donc clair, ici encore, que les faits rapportés sont authentiques.

  • 9 Dom M. Bouquet, Recueil des historiens de France X, p. 152 ; GROSS, Gallia, p. 308.
  • 10 J. Aronius, Regesten zur Geschichte der Juden (Berlin, 1902), p. 61-62 ; I. Elbogen et al., Germani (...)
  • 11 Voir M. Prou, Raoul Glaber, Les cinq livres de ses histoires, 900-1044 (Paris, 1886), p. 72.

13Le principal sujet de la première partie de la chronique, à savoir la persécution des juifs dans la France capétienne et en Normandie pendant une période de quatre ou cinq années, à partir de 1007, est un fait historique incontestable. Non seulement la chronique fait de ces événements un récit détaillé, mais encore d’autres sources, hébraïques et latines, décrivent des persécutions de juifs qui se déroulaient dans le nord-ouest de l’Europe à peu près au même moment. Adhémar de Chabannes décrit des persécutions à Limoges, en Aquitaine, en 1010, à l’instigation de l’évêque Audouin, qui contraignit les juifs à prendre part à des discussions avec le clergé local sur les mérites comparés des deux religions, avant de leur donner le choix entre la conversion et l’expulsion de la ville9. Un décret d’expulsion fut promulgué en 1012 contre les juifs de Mayence, selon les Annales Quedlinburgenses, qui sont presque contemporaines des événements ; il est assez probable que des chants funèbres de Guershom de Mayence et de Simeon le Grand se rapportent à cette expulsion10. Raoul Glaber, vers le milieu du XIe siècle, décrit une persécution générale des juifs du nord-ouest en 1010, dont certaines caractéristiques (martyrs, noyades, lynchages, conversions forcées) concordent avec celles de la chronique hébraïque anonyme se rapportant à l’année 100711. Même s’il n’est pas permis d’affirmer formellement qu’il y ait eu un lien direct entre tous ces événements, il n’en reste pas moins que le récit contenu dans la chronique hébraïque est corroboré par d’autres événements historiquement établis qui survinrent à cette époque dans le nord-ouest de l’Europe.

  • 12 Voir M.N. Adler (éd.), The Itinerary of Benjamin of Tudela (Londres, 1907), texte hébreu, p. 6-7; t (...)

14Autre élément de la chronique dont l’authenticité n’est pas douteuse : la réponse du pape à Jacob, où il est dit qu’il discutera de sa requête avec ses conseillers et autres sages, et que, dans un délai de quinze jours, il lui fera savoir sa réponse « par l’intermédiaire des juifs qui me servent » (littéralement : « qui voient mon visage »). Les mots essentiels de ce passage significatif de la chronique furent malheureusement omis par son premier éditeur, et les historiens qui suivirent ne consultèrent point le manuscrit lui-même, si bien que l’intérêt historique de ce passage n’a encore jamais été estimé à sa juste valeur. Ce qui est dit implique clairement que, pendant la période considérée par la chronique, le pape disposait de conseillers juifs qui lui servaient d’intermédiaires auprès de la population juive. De telles fonctions, dont l’utilité ne peut échapper à personne, existaient encore au XIIe siècle ; Benjamin de Tudèle, décrivant la visite qu’il fit à Rome au cours de son voyage vers l’Est, aux environs de l’année 1165, rapporte qu’il y avait alors à Rome deux cents juifs éminents, que certains d’entre eux étaient au service du pape Alexandre et que parmi les érudits juifs résidant à Rome se trouvait « R. Yehiel serviteur du pape, bel homme d’une grande sagesse et d’une grande culture, qui a ses libres entrées dans la résidence du pape »12.

3. Terminologie géographique de la chronique

  • 13 Voir Moïse ibn Ezra, Kitāb almuḥāḏarah wa’hnuḏākara, traduction héb. de B.Z. Halper, p. 62 ; et, po (...)

15La toponymie hébraïque utilisée dans la chronique est également parfaitement authentique. Le terme biblique Ṣarefath צרפת (I Rois XVII, 9-10 ; ob. I, 20), constamment utilisé au moyen âge pour désigner les régions qui constituent la France septentrionale, est si courant qu’il n’a guère besoin d’être commenté. Certes, dans les textes bibliques, il s’applique à une autre région, beaucoup plus proche de la Palestine, mais de toute évidence, à un certain moment du XIe siècle, il en vint à remplacer le terme non-hébraïque França (אצּﬢפנ), peut-être par la suite de la présence, dans les deux mots, de trois consonnes identiques. C’est ainsi que le fameux exégète du nord de la France Salomon de Troyes (= Rashi) écrit dans son commentaire sur Obadiah 1,20 (composé vers 1100) que « les interprètes disent que Ṣarefath (dans ce verset biblique) désigne le royaume que nous appelons Fransa ». De même, on peut lire, sous la plume de Moïse ibn Ezra d’Andalousie, à peu près à la même époque : « traditionnellement, nous considérons que Ṣarefath équivaut à Françia13. » A partir du XIIe siècle ce terme est constamment utilisé dans les textes hébraïques pour désigner ce pays par opposition à la Provence, appelée en hébreu Provensa ou Provensia. Quand le terme Languedoc commença à être employé pour désigner le sud-ouest de la France (par opposition à la partie méridionale située à l’est du Rhône, que l’on continua à appeler Provence), on créa une transcription hébraïque de ce mot : lešon ōq, c’est-à-dire, « la langue d’Oc ». Les textes hébraïques du moyen âge ne manquent jamais de distinguer la France du nord - Fransa, Fransïa, ou plus communément Ṣarefath - du Midi.

  • 14 Voir p. ex. les diverses citations dans B.Z. Dinur, Yisrael bagolah II. 2 (Tel-Aviv/Jérusalem, 1966 (...)
  • 15 Voir Gross, Gallia, p. 293-305 ; Elbogen et al., Germania Judaica, p. 160-163.
  • 16 Voir Le Comte de Loisne, Diet, topographique du département du Pas-de-Calais (Paris, 1907), p. 14-1 (...)
  • 17 Voir en particulier J. Lestocquoy, Arras au temps jadis, 3e éd. (Arras, 1971), p. 99 et suivantes.

16Le terme employé dans la chronique pour désigner Rome - à savoir Rōmā, avec un aleph à la fin - est celui qu’on retrouve couramment dans les textes médiévaux14. Comme dans la chronique, la Lorraine, ou Lotharingie, dans tous les textes hébraïques connus du moyen âge où il est fait mention de cette région, est invariablement appelée Lothair, appellation héritée du roi qui légua son nom à ce territoire15. Le terme employé pour désigner la Flandre est orthographié FLDRYYS dans la chronique, comme si l’auteur voulait transcrire une prononciation telle que Fladrès, le N étant totalement absorbé. Il n’est pas impossible cependant que nous soyons ici en présence d’une erreur du scribe, comme c’est le cas, sur la même ligne du manuscrit, dans la manière dont est orthographié Baudouin, à savoir BLḤYYN, où le scribe a lié les lettres hébraïques correspondant au D et au W (װ) pour former le H hébraïque (ח). Le nom de la ville flamande où s’établit Jacob, correctement identifié par Henri Gross comme étant Arras, est orthographié ARYYṢ dans la chronique. Cette orthographe semble être la transcription d’une prononciation locale existante, Arrez ou encore Arraiz. Le nom latin de la ville était Atrebatae. On la trouve désignée au moyen âge sous le nom d’Arars (1270), Araz (1297), et Arraz (1329), et aussi, de façon moins inattendue Aras ou Arras16. De nos jours, Arras se trouve à 180 km de Rouen par la route, et à 167 km de Reims : distance appréciable, mais il n’est pas déraisonnable de penser que les fils de Jacob aient pu faire un aussi long voyage pour trouver à leur père un lieu de sépulture digne de lui. La rivière sur la berge de laquelle mourut Jacob b. Jeqouthiel serait donc la Scarpe, qui coule à Arras. Cette ville importante devait devenir, dans le courant du moyen âge, un centre textile, et il n’est pas inintéressant de noter que la naissance de cette industrie remonte, selon les historiens modernes, aux années 1020, c’est-à-dire précisément à l’époque où, sur l’invitation de Baudouin, Jacob et ses trente coreligionnaires vinrent s’établir en Flandre17.

  • 18 Voir G. Jacob, Arabische Berichten von Gesandten an germanische Fiirstenhöfe (Berlin-Leipzig, 1927) (...)
  • 19 Voir en particulier H. Leclerc, art. « Rouen », dans F. Cabrol, éd.. Dict, d’archéologie chrétienne (...)
  • 20 Voir L. Méry et F. Guindon, Histoire analytique des actes et des délibérations du corps et du conse (...)
  • 21 Voir F. Michel, éd., Benoit de Ste-Moire, Chronique des Ducs de Normandie I (Paris, 1836), p. 38, 1 (...)
  • 22 Voir L. Delisle, Recueil de jugements de l’Echiquier de Normandie au XIIIe siècle (Paris, 1864), p. (...)

17Le terme hébraïque qui désigne Rouen dans la chronique est RDWM, vocalisé par le scribe de manière à être prononcé R’dōm (voir fig. 23). Cependant, ce terme était sans aucun doute prononcé Rodóm par les juifs du Rouen médiéval. De même, le nom arabe de Rouen au moyen âge, préservé dans un récit de voyage du juif Ibrāhīm ibn Ya’qūb de Tortose dès le milieu du Xe siècle, était Radūm ou Radūm, alors que parmi les Scandinaves on constate la forme Ruda18. Le nom latin originel de Rouen était Rothomagus, nom dérivé d’un terme celte dont la signification a été diversement interprétée, au cours des siècles, par les érudits : on a prétendu que le terme Ratumacos était le nom d’un chef celte, ou qu’il signifiait « marché du passage », ou « grande ville », ou « ville située près d’un fleuve », ou « maison de Roth », etc. Au début du moyen âge, le terme Rothomagus fut progressivement abrégé en Rothomus, Rodomum, Rodoma, ou autres formes similaires ; on retrouve ces formes sur des pièces de monnaies datant de diverses périodes du début du moyen âge, mais aussi dans des textes littéraires de cette époque19. Ce n’est qu’à partir du XIIIe siècle que commencèrent à apparaître de nouvelles mutations de ce nom, telles que Roham (utilisé à Marseille en 1228)20 Ruan (Delisle, RHGF XXIV, p. 102, an. 1253) et Roem (que l’on trouve dans la Chronique des Ducs de Normandie de Benoit)21, d’où dériva par la suite la forme Roen22, et enfin, postérieurement, la forme que nous connaissons de nos jours.

18La forme Rodom (dont R’dom, utilisée dans notre chronique, n’est qu’une variante scribale) est donc une forme hébraïque médiévale rigoureusement authentique, la seule, d’ailleurs, qu’on puisse s’attendre à trouver dans les textes hébraïques antérieurs au XIIIe siècle. Par ailleurs, l’histoire du terme, avec ses diverses mutations, est typique de l’évolution des noms de lieux en France. Les villes et villages gallo-romains portaient pour la plupart des noms latins ; ceux-ci subirent des mutations répétées au cours des périodes successives de l’histoire des royaumes, duchés et provinces qui devaient un jour être rassemblés pour former ce que nous appelons aujourd’hui la France. Certaines de ces formes n’avaient qu’une parenté lointaine avec les noms originels. C’est ainsi que Lutetia Parisiorum finit par devenir Paris, que Lugdunum se transforma en Lyon, Trecae en Troyes, pour ne citer que quelques exemples. De même, les noms latins eux-mêmes n’avaient souvent été que les variantes linguistiques de noms de lieux plus anciens, utilisés par les habitants de ces régions avant la conquête romaine. Chaque fois qu’une forme latine donne naissance à un nom français qui lui est apparenté par la prononciation et l’orthographe, on constate que l’évolution du terme, à travers ses stades successifs, obéit aux lois établies des mutations phonétiques, qui incluent des phénomènes bien connus, tels que l’assimilation et la dissimilation, la métathèse, l’apocope, et les permutations de consonnes voisées et non-voisées. Ces phénomènes linguistiques ordinaires, que l’historien doit connaître s’il veut pouvoir déchiffrer avec un minimum de compétence les manuscrits anciens, ou comprendre les aspects les plus élémentaires de la géographie historique, se sont produits avec une vigueur caractéristique dans le cas de l’évolution de l’ancien terme latin Rothomagus.

4. Contexte historique des données conservées dans la chronique

19Ainsi, constatant que tout concourt à prouver l’authenticité des faits rapportés dans la chronique hébraïque, on peut affirmer que pendant la première décennie du XIe siècle une vague de persécutions parcourut les communautés juives du nord de la France et de la Normandie, principalement à l’instigation de Robert le Pieux et de ses alliés, et qu’un juif éminent de Rouen, Jacob b. Jeqouthiel, joua un rôle déterminant pour qu’il soit mis un terme à ces persécutions.

20Les faits rapportés (voir ci-dessus p. 32) concordent pour montrer que Jacob, qui avant le voyage auprès du pape vivait dans la capitale de Normandie, était de toute évidence le porte-parole ou le représentant des juifs de ce duché dans leurs rapports avec les plus hautes autorités civiles (en l’occurrence le duc Richard) et aussi avec les chefs de l’église chrétienne (en l’occurrence le pape lui-même) ; et que son autorité était largement reconnue au sein des communautés juives, en dehors même de la Normandie - c’est-à-dire partout où l’émissaire du pape devait montrer le sceau de Jacob pendant les quatre années de sa mission dans le Nord. Il est par ailleurs clair que le chroniqueur présente Jacob comme un homme d’une grande richesse, capable d’offrir au pape une somme importante pour appuyer sa requête, de financer à lui seul le voyage de quatre ans de l’émissaire, et de subvenir à ses propres besoins et à ceux de sa famille à Rome pendant toute cette période. L’éminence et la richesse de Jacob sont aussi illustrées par le fait que, selon la chronique, c’est lui qui, quelque dix années après s’être retiré en Lorraine, fut invité par Baudouin IV de Flandre à venir s’établir dans les nouveaux territoires de son comté (voir fig. 24).

21En outre, il est possible de montrer que ce phénomène de l’accession d’un juif riche et puissant à une position d’autorité sur la population juive d’un grand territoire, jusqu’à devenir son porte-parole dans ses rapports avec les autorités non-juives, n’est pas unique dans l’histoire de l’Europe au Moyen Âge.

  • 23 Voir, p. ex., I. Lévi, « Le Roi Juif de Narbonne et le Philomène », REJ XLVIII (1904) : 197-207 ; i (...)

22Un certain nombre de sources médiévales, latines et hébraïques, concordent pour indiquer que, sous les Carolingiens, une personnalité juive fut officiellement nommée, par décision impériale, chef des juifs de Septimanie. Les sources latines désignent ce chef sous le nom de rex Judaeorum, ou « roi des juifs », tandis que dans les sources hébraïques il est appelé nāsī - ce qui signifie « dignitaire principal », ou « prince ». Ce chef, et ses successeurs héréditaires, siégeaient, comme il se doit, à Narbonne, vieille capitale de la Provincia Narbonensis, et les documents dont nous disposons indiquent tous qu’ils possédaient de grandes terres allodiales qui leur avaient été accordées par Charlemagne ou ses successeurs23. Cette dynastie, dont le premier membre était un personnage éminent du nom de Makhir, garda ses pouvoirs et sa fortune tout au long du moyen âge et jusqu’au début du XIVe siècle. Beaucoup de ses membres portaient le nom de Todros ou de Qalonymos. Il est clair que ce sont les Carolingiens qui créèrent cette fonction, probablement dans le dessein d’assurer aux nombreuses communautés juives de cette partie de leur royaume une situation stable, et la jouissance de garanties légales.

  • 24 Voir la bibliographie sur cet événement par A. Grossman, dans Zion XL (1975) : 154-185.
  • 25 Voir p. ex., V. Aptowitzer, Haravyah II (Jérusalem, 1938), p. 230.
  • 26 Voir Elbogen et al., Germania Judaica, p. 188, 196, 198, 200, 203.

23Selon une autre tradition, Charlemagne - à moins qu’il ne s’agisse de l’un de ses successeurs - transféra à Mayence la branche de la célèbre famille Qalonymos qui résidait à Lucques24, et Mayence devint aussi, au VIIIe siècle, sous Boniface, un archevêché, auquel fut bientôt rattachée la primatie de Germanie. On sait que Charlemagne fit construire un palais non loin de là, à Ingleheim. Il était logique que Mayence, ville très importante de l’Austrasie, devint l’un des sièges importants des autorités juives de cette région. Par la suite les juifs de Mayence, se distinguant en cela des juifs de France et de Germanie, conservèrent dans leur liturgie certaines particularités, qu’ils partageaient avec les juifs de « Lothair », c’est-à-dire de la Lorraine, issue en grande partie de l’ancienne Austrasie25. Il apparaît que la famille de dignitaires juifs de Mayence était toujours en fonction, et très prospère, à l’époque de la première Croisade, mais on en perd la trace ensuite, exception faite de l’apparition de quelques érudits isolés du nom de Qalonymos qui continuèrent à résider à Mayence26.

  • 27 Voir le texte tel qu’il fut publié par S.D. Luzzatto dans Bét ha’ofar I (Lemberg, 1890), p. 57.
  • 28 Voir Gross, Gallia, p. 232 et suivantes; L. Finkelstein, Jewish Self-Government in the Middle Ages (...)
  • 29 Voir Finkelstein, op. cit., p. 163.
  • 30 Voir S. Rosenthal, Séfer hayashar lerabénu tam (Berlin, 1898), p. 26.
  • 31 Ibid., p. 90.

24Il semblerait que, à mesure que la partie gauloise de l’empire carolingien se morcelait en unités politiques plus restreintes, une autorité juive fut établie dans chacune des nouvelles régions ; elle était calquée sur l’ancien système, quoique pas nécessairement aussi prestigieuse. Une lettre des principaux érudits juifs de Rome adressée à leurs collègues parisiens, datant de la première moitié du XIIe siècle, mentionne les « quatre royaumes » de Francia (« Ṣarefath »), Lorraine (« Lothair »), Bourgogne et Normandie, « d’où sort la Torah vers tout le peuple d’Israël »27. Plus tard, en 1165, parmi les participants au synode de Rabbénou Tarn réuni pour étudier le problème des informateurs gouvernementaux, se trouvaient des représentants « des habitants de la Normandie, des “régions côtières” (la Bretagne), de l’Anjou, du Poitou, des grands de notre génération, des habitants du pays de Lothair »28. Un autre synode de ce type promulgua un décret au nom des communautés de la Francia (« Ṣarefath »), de l’Anjou, du Poitou, et de la Normandie29. Rabbénou Tarn lui-même - qui convoquait des synodes à Paris et à Troyes - promulgua pendant le troisième quart du XIIe siècle des décrets à large diffusion sous la protection de l’autorité royale, et dans un passage de ses écrits il parle de ses services au nom du roi (aḇōdaṯ hameleḵ)30. Il mentionne aussi que Joseph Bonfils, jadis, « dirigeait le royaume de Limoges et d’Anjou » - c’est-à-dire toutes les communautés juives du Poitou et de l’Anjou - et que lui-même « avait exercé des fonctions devant lui »31.

25Ces responsables, dont les noms sont aujourd’hui presque tous oubliés, non seulement dirigeaient les affaires intérieures des communautés juives dans les états qui se trouvaient sous leur juridiction individuelle, mais représentaient ces communautés dans leurs principales relations avec les autorités royales ou ducales des divers territoires politiques de la France féodale. Cependant, avant le morcellement de l’Empire, ces responsables juifs étaient moins nombreux : un pour chacune des grandes unités du royaume carolingien. Le Rex Judaeorum établi à Narbonne représentait la population juive de la Septimanie (ou de la Septimanie et de l’Aquitaine), tandis qu’en Austrasie, le pouvoir juif était tenu par la branche de la famille Qalonymos qui avait été déplacée de Lucques à Mayence. Il est clair que, même si elles ont été enrichies et embellies par des écrivains postérieurs, les informations concernant ces hauts personnages juifs décrivent des initiatives administratives et législatives voulues par les souverains carolingiens, qui s’efforçaient réellement, dans le cadre d’une politique générale de centralisation, d’organiser les communautés juives de l’Empire en une collectivité unie, disposant de responsables désignés qui siégeaient dans certains centres, et protégée par des lois qu’ils estimaient justes.

  • 32 Voir A. Le Prévost, Orderici Vitalis... Historiae Ecclesiasticae III (Paris, 1845), p. 356-357 :...(...)

26La Neustrie occupait la majeure partie du nord-ouest de l’Empire carolingien. Son territoire comprenait la plus grande partie de ce qui est aujourd’hui l’Ile-de-France, la Normandie, et une partie des Pays-Bas. Au cœur de ce territoire se trouvait la future Normandie, qui, longtemps après la disparition de la monarchie féodale, continua à être désignée, dans les écrits ecclésiastiques, par l’ancien nom du royaume dont elle n’était qu’une partie. On trouve par conséquent qu’Orderic Vidal, dans la première moitié du XIIe siècle, désignait Rouen par l’expression metropolis Neustriae, c’est-à-dire la capitale de la région tout entière32.

27Or, des textes des époques mérovingienne et carolingienne, ainsi que la topographie de nombreuses villes (voir ci-dessus, chap. i) indiquent effectivement qu’il existait des communautés juives dans la France septentrionale dès l’époque romaine, et les textes du XIIe siècle concernant la population juive en France montrent qu’il s’agissait d’une population stable, fixée là depuis des siècles. Il est indéniable qu’il devait y avoir une population juive assez importante dans la Neustrie de l’époque carolingienne, et s’il en est ainsi, il devait également y avoir, dans ce royaume, un responsable de la communauté juive. Dans ce contexte, c’est un fait de haute importance que Pierre le Vénérable fasse allusion, en 1140 environ, à un Rex Judaeorum régnant à Rouen (voir ci-dessous, chap. v).

  • 33 Pour les faits suivants, voir p. ex., H. Leclerc, art. « Rouen », dans F. CABROL, éd., Diet, d’arch (...)

28Un tel responsable en Neustrie devait logiquement siéger seulement dans cette ville, qui était l’une des principales de l’Empire, et dont les attaches avec les rois carolingiens étaient nombreuses33.

29En 768 Pépin le Bref y célébra les fêtes de Pâques, et Charlemagne y séjourna en 801 - une pièce y fut frappée en son honneur - puis en 818. En 779 il avait mentionné Rouen (Rodomo) parmi les ports et villes de son royaume, et dans son testament, en 811, il mentionne Rouen parmi les vingt-deux villes de son empire auxquelles il lègue un héritage. Entre-temps, la ville était devenue un archevêché ; et en 795 Charlemagne nomma l’archevêque de Rouen gouverneur de la ville. Dans l’édit de Pistres (864), elle est désignée comme une des dix villes de l’Empire où l’on battait monnaie.

  • 34 Voir Chéruel, Histoire de Rouen, p. xxxiii et suivantes. Les pillages de la ville sont datés des an (...)
  • 35 Cette reconstruction des événements se fonde principalement sur les Annales de Flodoard (Frodoard) (...)
  • 36 L. Musset, dans M. Mollat, éd., Histoire de Rouen (Toulouse, 1978), p. 65, suggère que « le context (...)

30Certains des Vikings, remontant la Seine au milieu du IXe siècle, dévastèrent Rouen et puis en firent la capitale des territoires qu’ils venaient de conquérir34. Rollon y fut baptisé en 911 et reçut alors de Charles le Simple toutes les terres s’étendant de l’Epte à l’Atlantique, et jusqu’à la Bretagne35. Il reconstruisit la ville ravagée et confirma le christianisme en tant que religion dominante de ses domaines. Mais il semblerait qu’il ne prit aucune mesure contre les juifs, et leur permit au contraire de rester dans la ville et sur tout son territoire, respectant en cela des précédents légaux établis bien avant son règne. Rien ne permet de supposer que la population juive ait à aucun moment disparu de Rouen pendant la période des premiers pilleurs vikings ou des premiers ducs normands, ni que ses chefs aient été en aucune façon invalidés par les nouveaux ducs, avant le début du XIe siècle36. Rollon et ses successeurs, au contraire, se seraient servis des juifs résidant en Normandie pour favoriser la stabilité économique et le développement de leur nouveau pays conquis, ainsi que le faisaient leurs parents les Varanges pendant les décennies qui suivirent leur conquête de Kiev. Ce n’est semble-t-il qu’au début du XIe siècle, que les conditions commencèrent à changer, et ce changement d’attitude est rapporté non seulement dans la chronique qui raconte les tribulations de Jacob bar Jeqouthiel et les persécutions de l’année 1007, mais aussi dans un manuscrit autographe qui mérite une étude approfondie, car il jette un jour nouveau sur la vie des juifs de Rouen quelques années seulement après la mort du premier dignitaire juif connu de cette ville.

Annexes

APPENDICE. LA CHRONIQUE SUR JACOB B. JEQOUTHIEL DE ROUEN37

En l’année 4767 A.M. (= 1007 A.D.), et sous le règne de Robert, roi de Ṣarefath (France), la royauté malfaisante décréta apostasie sur Israël. Les peuples des pays se manifestèrent et se rencontrèrent secrètement, décidant de détruire, massacrer et faire périr tous les juifs du pays. Le roi et la reine demandèrent conseil aux ministres et aux nobles de tout son royaume. Il lui fut répondu : « Un certain peuple est rassemblé dans tous les pays, et il ne nous obéit pas, ses statuts et ses lois sont différents de ceux de toutes les nations. Laissez-nous maintenant mettre fin à leur existence, afin que le nom d’Israël disparaisse à jamais des mémoires, car ils deviennent une menace pour nous ; et nous annoncerons dans tout votre pays que quiconque n’agit pas de propre façon à notre égard et ne nous obéit pas mourra. »

Les cœurs du roi et des nobles ne firent qu’un, et ils étaient d’accord avec ce conseil. C’est ainsi qu’un jour le roi appela les juifs résidants sur sa terre, et qu’ils vinrent devant lui. Il leur dit : « Je vous ai fait demander afin que vous me fassiez part de toutes vos pensées - ne me cachez rien. J’ai pris conseil auprès de mes nobles et serviteurs, et ma volonté est que nous devons devenir une seule nation, et vous serez législateurs et nobles ; aussi retournez à notre loi parce qu’elle est plus juste que la vôtre - si vous refusez, je vous massacrerai par l’épée. Maintenant discutez-en ensemble afin que vous puissiez me donner une réponse sur ce sujet ». Ils en discutèrent entre eux et refusèrent d’obéir à l’ordre de trahir la Torah de Moïse et de changer la religion du Seigneur. Leurs cœurs se confortèrent dans le Seigneur, et ils placèrent leur confiance en lui. Ils vinrent au roi et lui dirent : « Notre seigneur, nous ne vous obéirons pas sur ce sujet qui suppose que nous reniions Dieu. Faites de nous ce que vous entendez. » Aussi ils tendirent leurs cous à l’épée pour sanctifier le Nom et sa grande Unicité. Les ennemis se rassemblèrent et massacrèrent (ces) martyrs, et ils répandirent leur sang comme de l’eau ; ils asservirent le peuple d’Israël, saisissant leurs richesses et leurs revenus.

A ce moment vinrent des femmes vertueuses, et s’agrippant les unes aux autres, elles dirent : « Allons nous noyer dans la rivière pour que le Nom céleste ne soit pas sali par nous, puisque la sainteté est piétinée, et que nos bien-aimés servent à entrenir le feu, si bien que nous préférons la mort à la vie. » Pourtant certains d’entre eux s’enfuirent pour sauver leur vie. Les pères n’empêchèrent pas leurs fils de mettre fin à leurs jours. Les fils n’empêchèrent pas leurs pères, si bien que le Nom Honoré ne fut pas sali. Les plus âgés qui n’avaient pas la force de fuir furent traînés par les jambes dans la boue par les méchants, parce qu’ils ne voulaient pas leur obéir.

Il y avait alors un Israélite nommé Senior, l’un des saints hommes du pays, une personne très sage et compréhensive. Les non circoncis conspirèrent contre lui afin de le forcer à se convertir à leur loi erronée, mais il trouva leur croyance détestable. Il rejeta leurs images et méprisa leurs idoles. Ceux qui entendirent ses mots devinrent furieux, et l’éventrèrent avec leur épée et le piétinèrent avec les sabots de leurs chevaux.

Puis un certain homme de la ville de Rodom se leva et dit aux meurtriers : « Vous n’avez aucune autorité sur le peuple d’Israël pour l’obliger à changer de religion, ou pour lui causer quelque (mal) que ce soit, à moins que ceci n’ait été prononcé par le pape de Rome. Si vous êtes d’accord (je m’y rendrai), et de là, faites ce qu’il me dit ; je viendrai et vous informerai. » Le duc Richard38 vint alors et s’empara de l’homme qui avait parlé pour le peuple d’Israël et le mit en prison avec sa femme et ses fils. Il courut pour lui couper la tête avec son épée ; il s’empara39 de la queue de son cheval, et dégaina son épée afin de lui couper... Mais ! le fil ( ?) d’or sur la lame tomba sur la jointure de ses doigts40, et il s’égratigna la paume. Alors le juif dit : « Renseigne-toi sur les premiers jours avant toi, et ils te diront ce qui arrive à tous ceux qui ont fait du mal aux juifs. »

Puis le mauvais dit : « Le fil (?) qui a égratigné ma main lorsque je tenais mon épée me dit que maintenant n’est pas le moment de vous massacrer, car Dieu a eu pitié de vous. Je ferai comme vous l’avez dit, et vous enverrai au pape, et nous ferons tout ce qu’il dira. Toutefois, je prends un de vos fils en otage afin que vous ne vous moquiez pas de moi. (Maintenant) je sais que nous vous avons fait du mal pour rien, mais puisque la persécution a déjà commencé, je ne peux pas l’annuler, sauf sur ordre du chef des non-juifs. Vas-y donc maintenant, et fais suivant ta sagesse ; peut-être auront-ils pitié de toi au paradis. »

L’homme s’appelait R. Jacob b. Jeqouthiel, sa femme Hannah, et ses quatre fils, Jeqouthiel, Isaac, Joseph et Judah. Il livra Judah en otage au contrôle de l’oppresseur. Il partit en voyage en compagnie de sa femme, ses trois fils, ses quatre domestiques, et ses douze chevaux, et arriva à Rome avec l’aide du Seigneur qui le protégea en route. Il se tint devant le pape mais ne s’agenouilla pas ni ne se prosterna devant lui - car il est la coutume pour les non-juifs de se prosterner (devant le pape). Le pape en fut très surpris et lui dit : « Qui êtes-vous ? » et alors il répondit : « Un juif et je viens d’un pays lointain ; je suis venu à vous mon seigneur, avec ma femme et mes enfants, pour solliciter de vous que vous me permettiez de m’entretenir avec vous en privé, car je dois vous parler d’un secret ». Alors le pape se leva de son trône et quitta tous ceux présents, et tous les deux allèrent dans une autre pièce. Alors Jacob lui dit : « O mon Seigneur, si seulement je pouvais monter au ciel pour faire part de ma préoccupation, comme cela serait doux ! Mais je n’ai trouvé personne à part le Seigneur au-dessus de vous dans le pays des non-juifs, car vous êtes à la tête de tous les pays et leur législateur. Ainsi je suis venu pour vous exprimer ma tristesse à cause des juifs qui résident dans votre domaine, car des hommes mauvais se sont élevés contre eux sans votre permission et ont massacré beaucoup d’entre eux, et converti des autres par force. Maintenant, si cela semble bon à vos yeux, écrivez afin d’arrêter leurs mauvais agissements, et envoyez-leur votre sceau, votre émissaire et votre proclamation personnelle, afin qu’aucun non-juif ne puisse massacrer un Israélite pour quelque sujet que ce soit, ou lui faire du mal ou lui saisir ses revenus ou le forcer à quitter sa religion. Maintenant, regardez, dans ma main sont deux cent livres - la moitié d’Anjou, et les autres, de Limoges. » - car ils étaient...41 - « Je donnerai cette somme à votre serviteur pour votre trésor, et sept marcs d’or à l’envoyé à qui vous confierez cette mission. Je lui donnerai douze chevaux pour son chariot et deux cents couronnes d’argent pour ses dépenses de voyage, et je lui confierai une lettre avec mon sceau, destinée à toutes les communautés juives afin que celles-ci l’honorent. Je resterai avec vous jusqu’à ce que votre envoyé revienne sain et sauf. » Puis le pape dit : « Donnez-moi quinze jours, afin que je consulte mes conseillers et mes autres sages, et je vous donnerai une réponse d’ici là par l’intermédiaire des juifs qui me servent42. »

Puis R. Jacob répondit en disant : « Vie et paix. » (Le pape) envoya chercher des chefs (juifs) de la cité, notamment, R. Moïse le Nasi, R. Abraham, et R. Sabbathai, les notables (juifs) de la cité, et le leur confia en leur commandant de le traiter avec beaucoup d’honneur. Le bienfaiteur alla avec les dignitaires, et ils préparèrent une maison pour lui et sa femme, ses enfants et ses serviteurs, puisqu’il possédait tout ce dont il pouvait avoir besoin (lit. : toutes les bonnes choses), car il ne souhaitait pas profiter des autres ; et il parla aux juifs de la persécution et de tout ce qu’il avait l’intention de faire. Ils étaient très mécontents, et prièrent Dieu que le pape soit bien disposé à leur égard.

Après que la période se soit écoulée, R. Jacob, accompagné des trois dignitaires, vint devant le pape, qui était heureux de le voir et le salua en paix. (Jacob) répondit, « Puisse le Seigneur rendre forte votre autorité ! » Le législateur (càd. le pape) fit tout ce que (Jacob) avait demandé, et dépêcha son messager avec son sceau, et celui-ci partit. L’honorable homme (Jacob) resta dans la ville de Rome pendant quatre ans jusqu’à ce que l’envoyé revienne des communautés, qu’il visita toutes sans exception. Ainsi le Seigneur mit-il fin à la persécution par l’intermédiaire de cet homme pieux, puisse le Seigneur se souvenir de lui, lui et ses descendants en leur donnant une fin heureuse et le bon espoir pour l’éternité.

Par la suite ce bienfaiteur prit congé du pape, qui le renvoya avec les honneurs, lui disant : « Si vous avez jamais besoin de quelque chose dans votre pays, envoyez moi votre messager ; mais ne vous faites plus de soucis, car je ferai tout ce que vous désirez. » Aussi, il retourna dans sa famille en Lorraine43, et vécut là pendant dix ans. A la fin de cette période, Baudouin, comte de Flandres, demanda personnellement à ce dignitaire de venir chez lui. Il amena avec lui trente juifs qui étaient ses amis et connaissants de par le passé afin de les installer dans son pays. Alors il se leva et vint à lui et resta avec lui pendant trois mois. Ils le reçurent et ses deux fils Isaac et Judah avec beaucoup d’honneur. Il mourut là (en Flandres). Il mourut au bord de la rivière à Arras ; il était parti se baigner, et lorsqu’il sortit de l’eau, il s’assit sur un rocher et couvrit son visage de ses mains, et ainsi son âme s’en alla en pureté. Ses fils le portèrent dans la ville de Reims, et l’enterrèrent dans le cimetière44 des juifs. Puisse son âme reposer au faisceau des vivants !

NOTE ADDITIONNELLE

Qu’un pape au XIe siècle ait pu intervenir auprès des autorités séculaires afin de protéger les juifs est évident d’après les épîtres d’authenticité incontestable à ce sujet adressées par le pape Alexandre III (1061-1073) à Landulphe vin Prince de Bénévent et à Bérenger Vicomte de Narbonne. On connaît, de plus, que pendant la décennie dans laquelle se situaient les événements décrits dans notre chronique, le pape Jean XVIII (fin 1003-juin 1009) envoya un légat apostolique en France septentrionale et ordonna au roi, le même Robert le Pieux dont il s’agit dans la chronique, de l’aider à résoudre Tune des affaires de cette mission. L’identité du pape qui figure dans la chronique reste cependant incertaine. Etant donné que la durée des persécutions avant le voyage de Jacob, et du voyage même, n’aurait pu être, en tout, inférieure à une année, il est possible qu’il soit arrivé à Rome en 1008 ou au commencement de 1009 - c’est à dire vers la fin du pontificat de Jean XVIII. Dans ce cas, le légat apostolique envoyé ensuite ne serait retourné de sa longue mission qu’à la fin du pontificat de Serge iv (fin juillet 1009 - 12 mai 1012) ou au commencement de celui de Bénédicte vin (1012-1024). – Pour la lettre (fragmentaire) à Bérenger, voir Migne, PL 146, col. 1387, sous le titre Non esse occidendos Judaeos ; à Landulphe, voir S. Loewenfeld, Epistolae pontificum Romanorum ineditae (Leipzig, 1885), p. 52, no 105. (Alexandre adressa d’autres lettres sur le même sujet aux évêques d’Espagne et de France, voir Migne, PL, ibid., col. 1386-1387). Pour les lettres de Jean (quatres épîtres), dont une est adressée à Robert le Pieux, voir Ph. Jaffé et G. Wattenbach, Regesta pontificum romanorum, 2e éd., I (Leipzig, 1885), no 3958-3961 = Migne, PL 139, col. 1490. Voir le résumé de cette correspondance par E. Amann dans A. Vacant et al., Dictionnaire de Théologie catholique VIII (Paris, 1924), p. 630 : « En France, Jean entra en conflit passager avec le roi Robert le Pieux, l’archevêque de Sens et l’évêque d’Orléans, à propos des privilèges revendiqués par l’abbaye de Fleury-sur-Loire. Mécontent de la façon dont on avait parlé devant son légat des privilèges accordés jadis à ce monastère par le Saint-Siège, le pape somma les deux prélats de venir se disculper à Rome et menaça le roi de jeter l’interdit sur son domaine, s’il ne contraignait pas les évêques à donner cette marque de repentir... Nous ne savons si Robert obéit à cette sommation. »

Notes

1 MS Parme-de Rossi 563, fols. 127 verso-129 verso. La première édition du texte fut celle de A. Berliner dans l’annexe en hébreu (Oṣar tōb) au Magazin für die Wissenschaft des Judenthums III (1876) : 4648, réimprimée mot pour mot par A. Habermann, Séfer gezérot ashkenaz weçarefat (Jérusalem, 1945), p. 19 ff. Ma nouvelle édition (TYR, p. 171-173) comprend plus de cinquante leçons nouvelles du texte basées sur une étude du manuscrit original. Les discussions motivées par la vieille édition de Berliner comprennent celles de I. Levi, dans REJ LII (1906) : 165 ; Gross, Gallia, p. 72 ; S. Dubnov, Weltgeschichte des jüdischen Volkes IV (Berlin, 1926), p. 133 ; S.W. Baron, A Social and Religious History of the Jews, 2e éd. IV, p. 265, n.o 74 ; S. Schwarzfuchs, dans Evidences VI, no 41 (1954) : 36-37 ; R. Chazan, dans PAAJR XXXVII-XXXIX (1970-1971) : 101-118. Voir TYR, p. 13-14 ; 171-173 ; et ibid., fig. 4.

2 Voir la traduction dans l’appendice à ce chapitre, p. 46-49.

3 Sur l’équivalence Rodom/Rouen, voir ce chapitre, p. 39-40 ; et aussi chap. iii, note 5.

4 Sur Richard II, voir p. ex., Th. Licquet, Histoire de Normandie I (Rouen, 1835), p. 180-222 ; A. Chéruel, Histoire de Rouen (Rouen, 1843), p. lix-lxiv.

5 On ne peut pas déterminer qui était pape au moment de l’arrivée de Jacob à Rome, car la date précise de cette arrivée n’est pas donnée dans la chronique. Le pontificat de Jean XVIII dura de 1003 - juin 1009 et celui de Serge iv de la fin juillet 1009 - mai 1012. Voir ci-dessous, p. 50, « Note additionnelle ».

6 Quant aux sceaux des juifs de France pendant le moyen âge, voir, p. ex., l’étude de B. Bédos, « Les Sceaux », dans B. Blumenkranz, éd., Art et archéologie des Juifs en France médiévale (Toulouse, 1980), p. 207-228.

7 De façon semblable, en Angleterre les juifs portaient tous leurs trépassés en leur cimetière à Londres jusqu’au moment où, devenant plus nombreux, ils reçurent (en 1177) des cimetières dans toutes les villes d’Angleterre où ils résidaient. Voir p. ex., Kate Norgate, England under the Angevin Kings II (Londres, 1887), p. 486, citant Cic. Devizes (éd. Stevenson), p. 62.

8 Voir p. ex., L.A. Warnkönig, Flandrische Staats-und Rechtsgeschichte bis zum Jahre 1305 (Tuebingen, 1835), p. 116-118 ; E. Le Glay, Histoire des Comtes de Flandre I (Lille, 1886), p. 83-90.

9 Dom M. Bouquet, Recueil des historiens de France X, p. 152 ; GROSS, Gallia, p. 308.

10 J. Aronius, Regesten zur Geschichte der Juden (Berlin, 1902), p. 61-62 ; I. Elbogen et al., Germania Judaica, p. 207, note 34.

11 Voir M. Prou, Raoul Glaber, Les cinq livres de ses histoires, 900-1044 (Paris, 1886), p. 72.

12 Voir M.N. Adler (éd.), The Itinerary of Benjamin of Tudela (Londres, 1907), texte hébreu, p. 6-7; traduction anglaise, p. 5-6.

13 Voir Moïse ibn Ezra, Kitāb almuḥāḏarah wa’hnuḏākara, traduction héb. de B.Z. Halper, p. 62 ; et, pour celle-ci et d’autres sources hébraïques qui font mention de ces termes, de même que de ceux désignant le Midi, voir B.Z. Dinur, Yisrael bagolah I. 1 (Tel-Aviv, sans date), p. 309-310. Voir aussi Gross, Gallia, p. 485-489 (Fransia), 489-493 (Provenṣa) et 537-538 (Sarefath).

14 Voir p. ex. les diverses citations dans B.Z. Dinur, Yisrael bagolah II. 2 (Tel-Aviv/Jérusalem, 1966), p. 143-144. Les maints passages de la littérature hébraïque médiévale qui font mention de Rome n’ont jamais, à ce que je sache, été rassemblés dans un seul ouvrage.

15 Voir Gross, Gallia, p. 293-305 ; Elbogen et al., Germania Judaica, p. 160-163.

16 Voir Le Comte de Loisne, Diet, topographique du département du Pas-de-Calais (Paris, 1907), p. 14-15.

17 Voir en particulier J. Lestocquoy, Arras au temps jadis, 3e éd. (Arras, 1971), p. 99 et suivantes.

18 Voir G. Jacob, Arabische Berichten von Gesandten an germanische Fiirstenhöfe (Berlin-Leipzig, 1927), p. 28 ; Snorri Sturluson, Saga de Saint Olav (Paris, 1930), p. 210 (« Ruda borg »).

19 Voir en particulier H. Leclerc, art. « Rouen », dans F. Cabrol, éd.. Dict, d’archéologie chrétienne et de liturgie XV, 1re partie (1950), col. 109. Voir TYR, p. 5 ; Le Blanc, Traité historique des monnoies de France (Paris, 1690), p. 64-65 ; E. Caron, Les monnaies féodales françaises (Paris, 1882), p. 14, signalant que certaines monnaies du « trésor de St. Taurin » (Musée des Antiquités de Rouen, Inv. no 1181) portent la légende RODOM CIFIT ou RUODOM CIFITA ; voir Archéologia no 129 (avril 1979) : 27. Voir aussi chap. iii, note 5.

20 Voir L. Méry et F. Guindon, Histoire analytique des actes et des délibérations du corps et du conseil de la municipalité de Marseille depuis le Xe siècle jusqu’à nos jours I (Marseille, 1841), p. 345. Voir TYR, p. 78, note 203.

21 Voir F. Michel, éd., Benoit de Ste-Moire, Chronique des Ducs de Normandie I (Paris, 1836), p. 38, 189, 308 ; TYR, p. 106.

22 Voir L. Delisle, Recueil de jugements de l’Echiquier de Normandie au XIIIe siècle (Paris, 1864), p. 102, 106.

23 Voir, p. ex., I. Lévi, « Le Roi Juif de Narbonne et le Philomène », REJ XLVIII (1904) : 197-207 ; idem, REJ XLIX (1904) : 147-150 ; et les sources et études citées ci-dessous, chap. v, p. 130-134. L’ouvrage d’A. Zuckerman, A Jewish Princedom in Southern France (New York, 1972) traite longuement de ces sources ; pourtant la thèse de cet auteur - que ces princes juifs de Narbonne sont identiques à certains comtes provençaux qui dans les sources latines portent des noms entièrement différents et sont identifiés en tant que chrétiens plutôt que juifs - est très difficile à accepter.

24 Voir la bibliographie sur cet événement par A. Grossman, dans Zion XL (1975) : 154-185.

25 Voir p. ex., V. Aptowitzer, Haravyah II (Jérusalem, 1938), p. 230.

26 Voir Elbogen et al., Germania Judaica, p. 188, 196, 198, 200, 203.

27 Voir le texte tel qu’il fut publié par S.D. Luzzatto dans Bét ha’ofar I (Lemberg, 1890), p. 57.

28 Voir Gross, Gallia, p. 232 et suivantes; L. Finkelstein, Jewish Self-Government in the Middle Ages (New York, 1964), p. 152.

29 Voir Finkelstein, op. cit., p. 163.

30 Voir S. Rosenthal, Séfer hayashar lerabénu tam (Berlin, 1898), p. 26.

31 Ibid., p. 90.

32 Voir A. Le Prévost, Orderici Vitalis... Historiae Ecclesiasticae III (Paris, 1845), p. 356-357 :... civesque metropolis Neustriae vinculatos attrahunt, cunctisque rebus spoliatos etc. (événements de l’année 1090) ; voir Chéruel, Hist, de Rouen, p. lxxxv.

33 Pour les faits suivants, voir p. ex., H. Leclerc, art. « Rouen », dans F. CABROL, éd., Diet, d’archéologie chrétienne et de liturgie XV, 1re partie (1950), cols. 109 et suivantes ; et A. Chéruel, Histoire de Rouen, p. xxx et suivantes.

34 Voir Chéruel, Histoire de Rouen, p. xxxiii et suivantes. Les pillages de la ville sont datés des années 841 à 859, et d’autres déprédations par les Scandinaves, au bord de la Seine, eurent lieu jusqu’en 876. Rollon entra dans Rouen au cours de cette dernière année. Pendant plus de trente ans les habitants de la ville affligée furent soumis à un traitement cruel par les vainqueurs, traitement qui se termina au moment du baptême de Rollon.

35 Cette reconstruction des événements se fonde principalement sur les Annales de Flodoard (Frodoard) chanoine de Reims (Xe siècle) et sur la chronique De moribus et actis primorum Normanniae ducum par Dudon de Saint-Quentin, qui servait le duc Richard II à Rouen. Voir Chéruel, op. cit., p. xxxix et suivantes ; M. de Bouard (éd.), Documents de l’Histoire de Normandie (Toulouse, 1972), p. 73 et suivantes (article de L. Musset). Sur les traditions Scandinaves, voir ibid., p. 80-82. Voir Orderic Vital III, i.

36 L. Musset, dans M. Mollat, éd., Histoire de Rouen (Toulouse, 1978), p. 65, suggère que « le contexte économique hérité des Vikings » aurait été défavorable aux juifs. Pourtant après son baptême, Rollon institua un système de justice rigide qui se répandit partout dans ses domaines (Chéruel, ibid., p. xli) et il n’y a pas la moindre preuve que des juifs aient été sujets, sous cette justice, à un traitement discriminatoire économique ou autre. Que les lois anciennes régissant le traitement des juifs étaient toujours en vigueur au début du onzième siècle, est montré par les termes de la supplique de Jacob b. Jeqouthiel au duc Richard. - Quant à la législation des Mérovingiens et des Carolingiens envers les juifs, voir plus récemment B.S. Bachrach, Early Medieval Jewish Policy in Western Europe (Minneapolis, 1977), chap. iii-vi.

37 MS Parme-de Rossi 563 fols. 127 verso - 129 verso, voir mon édition du texte dans TYR, p. 171-173 ; et chap. ii, p. 31, note 1.

38 En Héb. RYK’Ṭ BPḤT ; c’est clairement une erreur d’écriture pour RYK’RṬ HPḤT, rīkart hapaḥat.

39 Héb. wayiqšōr, lit. « il se rattacha ». Le texte hébreu n’a pas grande signification dans ce passage ; cela peut être une erreur de traduction d’une phrase latine ou française.

40 Héb. mithapēḵ bequišrē eṣbe’ōtāw, lit. « tomba sur la jointure de ses doigts ». La signification de cette phrase n’est pas claire non plus, peutêtre pour la même raison que celle suggérée ci-dessus ; la racine du mot douteux est la même dans les deux cas, viz. qšr.

41 Héb. kī hāyū ḥaṣā’īn, « car ils étaient moitiés ». Depuis le début, la phrase semble faire croire qu’une moitié des deux cents livres est de l’Anjou et l’autre moitié de Limoges ; l’addition explicative, prise littéralement, semblerait en conflit avec la phrase ou une non sequitur. Là encore une erreur de traduction ou d’écriture peut avoir été introduite ; le mot ḥasā’īn a la même racine que heṣyām, « la moitié d’entre eux », ligne précédente.
J’ai traduit les dénominations d’argent mentionnées par Jacob de la manière suivante : livre : litrā ; marc : zāqūq ; couronne : šeqel.

42 Voir ci-dessus, p. 37. Le mot que je traduis « envoyé », est hegemōn, qui signifie dans plusieurs textes médiévaux « évêque ». « Qui me servent » : littéralement, « qui voient mon visage ».

43 Probablement une erreur de traduction d’un passage latin ou vernaculaire, la signification initiale était « il alla en Lorraine avec sa famille », voir ci-dessus, p. 33-35.

44 Voir p. 10, note 16, et p. 35 – Ici et dans le cas des traductions de textes hébraïques qui suivent, j’ai essayé de rester aussi proche que possible de l’hébreu sans atteindre au sens voulu par l’auteur. L’hébreu étant une langue sémitique, ses modes d’expression et sa syntaxe, ainsi que les connotations de sa terminologie, sont profondément différents de ceux du latin et des langues européennes modernes. D’ailleurs, les textes hébraïques médiévaux ne portent pas de signes de ponctuation, pas même les points : les coupures sont indiquées pour la plupart par la particule w-qui signifie littéralement « et ». En traduisant de l’hébreu médiéval en une langue moderne, le traducteur doit modifier cet aspect du sémitisme.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search