Version classiqueVersion mobile

Les Juifs de Rouen au Moyen Âge

 | 
Norman Golb

Première partie : Des commencements à la période de Samuel B. Meir

Chapitre I. Le quartier juif du Rouen médiéval

Texte intégral

1. Le quartier juif et l’ancien Rothomagus

1Dans la partie primitive de Rouen, à l’ombre de sa grande cathédrale et à quelques pas seulement du Gros-Horloge, se trouve la très ancienne rue aux Juifs. S’étendant aujourd’hui de la rue des Carmes à la rue Jeanne-d’Arc, cette rue était, il y a des siècles, le centre de vie d’une communauté juive d’importance exceptionnelle.

  • 1 Aucun vestige de la partie sud du mur d’enceinte roman n’a été retrouvé ; sa localisation précise r (...)

2Le Rothomagus des temps romains était bien plus petit que la ville du moyen âge. Il était entouré d’un mur qui, à l’ouest, se dressait à peu près parallèlement à l’actuelle rue Jeanne d’Arc, à proximité de la Renelle ; au nord, le long de l’actuelle rue des Fossés Louis VIII ; et, à l’est, le long de la place des Ponts de Robec et de la rue de la République. La frontière sud de la ville était marquée par la Seine, dont la rive droite se situait un peu au nord de la rive actuelle. La surface totale de la ville d’origine, à l’intérieur des murs, mesurait ainsi un demi-kilomètre carré. (Voir fig. 1)1.

  • 2 Ces routes correspondent, respectivement, au cardo et au decumanus de la ville romaine typique. Voi (...)

3Deux routes principales divisaient cette surface, celle qui allait du nord au sud, appelée aujourd’hui rue des Carmes, et l’autre, allant d’est en ouest, actuellement rue du Gros-Horloge2. La rue aux Juifs se trouvait au cœur du secteur nord-ouest de la ville ; d’une longueur de 210 mètres, elle allait du mur romain à l’intersection nord-sud.

4Selon la coutume répandue sous l’Empire, les maisons qui s’alignaient sur cette rue étaient habitées par les juifs, dont les parents et les ancêtres étaient arrivés dans cette partie de la Gaule avec les colonisateurs romains.

  • 3 Voir A. Chéruel, Histoire de Rouen I (Rouen, 1843), p. cii - ciii ; R. Herval, Histoire de Rouen I, (...)

5L’observation d’une carte de l’ancien Rothomagus met en évidence le fait que la surface occupée par les juifs, le cimetière non compris, représentait à peu près le douzième de la surface totale comprise à l’intérieur des murs de la ville. Au XIe siècle, période à laquelle appartiennent les premières notices écrites concernant les juifs de Rouen, la population de la ville s’était considérablement étendue à l’est, au nord et à l’ouest au-delà des murs romains. Cependant, ce ne fut qu’au XXIe siècle, sous le règne d’Henri II, que furent construites les nouvelles fortifications qui entourent une ville dont la superficie a triplé3.

6Comme il n’y avait aucune restriction en ce qui concernait l’installation des juifs en Normandie, que ce soit durant la période ducale, la période des Plantagenêt, ou auparavant, on peut penser que les juifs furent parmi ceux qui habitaient au-delà des murs d’origine, ayant migré vers Rouen avec d’autres peuples venus d’autres coins de la Gaule et de l’Empire romain. Beaucoup des nouveaux venus, qui contribuèrent à l’augmentation de sa population pendant et après les temps mérovingiens, se sont installés sans aucun doute à l’est du mur romain ; et parmi eux les immigrants juifs auraient instinctivement choisi d’habiter à l’ouest de la rue aux Juifs, à proximité de la synagogue communale et de leurs coreligionnaires. Les murs s’étendirent davantage vers l’est après la conquête de la ville par Philippe-Auguste en 1204 (voir fig. 2).

  • 4 On trouve deux fois ce terme dans la confirmation d’une vente de biens immobiliers datée du 10 juil (...)
  • 5 Voir les Archives départementales de la Seine-Maritime, Série G. 4302 : « a vico usque ad terram ju (...)

7Au cours des siècles on utilisa plusieurs expressions latines et françaises pour désigner la juiverie rouennaise. L’expression la plus ancienne à être attestée est vicus judaeorum, utilisée deux fois dans un document de l’année 1203, où elle semble indiquer la rue elle-même, sans plus4. Cette expression se retrouve dans une chronique du XIVe siècle se référant à un incendie qui, parvenant « a vico judaeorum », balaya Rouen en 1116 (voir ci-dessous, chap. v, p. 126). Pour désigner le quartier juif tout entier, on avait recours à l’expression terra judaeorum - « la terre des juifs » - qu’on retrouve dans deux textes différents du XIIIe siècle5.

  • 6 Voir Ch. de Beaurepaire, « Communication », Bull. de la Commission des Antiquités de la Seine-Infér (...)
  • 7 Voir Journal de Rouen, 19 fév. ; 19 mars ; et 10 avril 1859, 19 mars 1905 ; et TYR, p. 233. En ce q (...)

8Il semblerait qu’à une certaine époque le quartier juif ait été entouré d’un mur. En effet, un document du XIVe siècle fait état de « la porte de la rue aux Juifs ». On a découvert au XIXe siècle des vestiges d’un ancien mur derrière la maison Guérin, située elle-même rue aux Juifs6. Non loin de là, à l’angle de la rue des Carmes et de la rue aux Juifs, indépendamment de cette découverte, une autre section de l’ancien mur d’enceinte fut attribué par les archéologues à l’époque romaine7. La partie ouest de ce mur pourrait être identifiée avec l’ancien mur d’enceinte de Rouen des temps romains, qui marquait la limite ouest du quartier juif juste à l’ouest de la synagogue monumentale.

2. Grandeur du quartier

  • 8 Voir RHGF XXIII, p. 224 : « MCCC et XVIII (!). Les Juys qui tenoient à Rouen beaucoup d’eritagez ès (...)
  • 9 Voir la description des dites paroisses dans M. Fiquet et al., Mélanges. Documents publiés et annot (...)
  • 10 Voir N. Périaux, Dict. indicateur des rues et places de Rouen, 3e éd. (Rouen, 1870), p. 338, note 4 (...)

9Bien que la terra judaeorum du vieux Rouen vint à être connu, à travers les âges, sous le nom de « quartier juif » ou « clos aux Juifs », le notaire apostolique Pierre Cochon au XVe siècle désignait par ce dernier terme un plus petit quadrilatère. Il écrit qu’avant l’expulsion au commencement du XIVe siècle, les juifs possédaient de nombreuses propriétés dans les paroisses de Saint-Herbland, Notre-Dame-de-la-Ronde, et Saint-Lô, qu’ils avaient une rue appelée « la rue aux Juys », et que leur « moustier » - qui signifie ici apparemment école - était situé « en une place de présent appelée le Clos as Juys »8. Or, les paroisses mentionnées par Cochon englobaient les places et rues qui entouraient et coupaient la rue aux Juifs, du côté sud ainsi que du côté nord9 ; il faut donc comprendre ses paroles comme l’indication que le quartier où habitaient les juifs était beaucoup plus grand que la « place » ou le « clos » où était ledit « moustier ». Dans l’année 1440 on a fait allusion « au clos as Juis, à présent nommé le Marchie » (= le marché aux herbes), sans plus de précisions10.

  • 11 Voir la carte manuscrite de Rondeaux de Sétry, « Second Plan de la Ville de Rouen », à la Bibliothè (...)

10Les dimensions de cette place, ou de ce clos, sont indiquées dans la carte et description de Rouen au XIIIe siècle établies par Rondeaux de Sétry en 1782 (voir fig. 3). L’auteur situe « la place aux Juifs » uniquement au nord de la rue aux Juifs, dans le quadrilatère indiqué par le no 19. Lorsqu’il décrit cette place il écrit que « La cour du palais en occupe présentement une grande partie » ; qu’il « devint marché aux herbes en 1429 », et qu’on « commença d’y bâtir la grand’chambre du Palais en 149911 ». Cette place ou ce clos n’était donc pas plus grand que le Palais de Justice. Cependant, Rondeaux de Sétry donne à entendre, lui, que le quartier juif était beaucoup plus vaste que ladite place. Il indique l’emplacement de la synagogue médiévale au sud de la rue aux Juifs (no 20), en face de ce qu’il appelle la place aux Juifs ; quant à la rue elle-même, il la montre dans toute sa longueur, jusqu’à la rue des Carmes (= « rue du Pont »). Pour ce qui est de la grande surface carrée à l’ouest de la rue aux Juifs, qui était au-delà de la première enceinte, Rondeaux de Sétry indique qu’elle porta le nom de « Marché neuf » et il écrit que :

  • 12 Dans l’ouvrage collectif Le Palais de Justice de Rouen (Rouen, 1977), p. 10, M. Ch. Schneider écrit (...)

Cet emplacement faisoit autrefois partie du quartier des Juifs ; il étoit rempli de maisons ; mais, en 1545, il fut rendu un arrêt, par lequel, vu que le marché qui se tenoit dans la place aux Juifs qui est maintenant la cour du Palais, troubloit les audiences, on ordonna que ce marché serait mis ailleurs. En conséquence, les officiers municipaux achetèrent les maisons qui étoient sur le terrain où est le marché neuf, les firent abattre, et y établirent le marché...12

11Il faut évaluer la dimension du quartier juif tel qu’il est indiqué par Pierre Cochon et Rondeaux de Sétry par rapport aux cartes de Jacques Gomboust (1655) et N. de Fer (1724) (voir TYR, fig. 35, et ci-dessous, fig. 2). La longueur est-ouest du Marché Neuf équivaut approximativement à la distance entre la rue Boudin et la rue des Carmes (environ 75 m). L’emplacement du Palais, entre ces deux endroits, est d’une longueur est-ouest de 150 m. La longueur totale est-ouest du quartier juif était donc d’environ 300 m.

  • 13 Cette distance est assurée par le fait que l’extrémité sud de l’hôtel du juif Bonnevie découvert en (...)
  • 14 Une autre rue aux Juifs existait, jusqu’au XIXe siècle, dans le quartier Saint-Sever sur la rive ga (...)

12Quant à l’étendue nord-sud du quartier, il faut considérer que la partie sud de la rue aux Juifs appartenait elle aussi au quartier juif au moyen âge - comme on le comprend clairement d’après la position de la synagogue et des autres vestiges archéologiques (voir ci-dessous) ainsi que des paroles sans équivoque de Pierre Cochon. Selon des vestiges archéologiques découverts à Rouen en 1982, la bordure sud de la terra judaeorum n’aurait pas pu être à moins de 40 m au sud de la rue aux Juifs13. La longueur nord-sud du Palais de Justice étant de 45 m et celle de la rue aux Juifs même de 10 m en moyenne, il est évident que la longueur totale nord-sud du quartier juif au moyen âge n’aurait pas pu être inférieure à 95 m. J’estime donc la superficie du quartier juif de l’époque comme étant d’environ 300 m X 95 m, soit 28 500 m2. Cependant, pour la période du XIe au XIIIe siècles au moins, cette estimation elle-même est minime, car il n’est pas possible de penser que pendant cette période de croissance dynamique de la population qui a représenté un développement urbain au sol quatre fois plus important que celui de la ville romaine, la population juive de la ville ne se soit pas développée qu’un peu plus à l’ouest du mur romain (c’est-à-dire, seulement sur l’emplacement futur du Marché Neuf). Il est beaucoup plus vraisemblable que la population juive de la ville, n’étant limitée par aucune restriction législative, se soit développée au fur et à mesure que la population générale augmentait, particulièrement avant les mesures anti-juives du XIIIe siècle (voir ci-dessous, chap. x-xii). La direction logique pour un tel développement aurait été à l’ouest du Marché Neuf par ce qui représenterait maintenant la rue Rollon jusqu’à la rue Cauchoise. Cette dernière est celle qui menait au cimetière juif au moyen âge (voir ci-dessous, p. 10). La supposition d’une expansion démographique juive vers l’ouest à l’époque des importants agrandissements de la ville expliquerait immédiatement l’emplacement de la synagogue médiévale à l’extrémité ouest de la rue aux Juifs (voir ci-dessous) plutôt que dans sa partie centrale qui, autrement, aurait été sa place logique14.

  • 15 Voir p. ex. la situation du quartier juif de Spire, localisé pendant le XIe siècle au-delà des murs (...)

13D’après tous les renseignements fournis ci-dessus, il est permis de déduire que la colonie juive de Rouen remonte à l’époque de la domination romaine, longue période au cours de laquelle des émigrés juifs d’Italie et d’autres parties de l’empire romain - y compris sans doute de la Palestine elle-même - s’installèrent dans toute la Gaule. La loi romaine les reconnaissant comme membres d’un peuple distinct, pratiquant une religion licite, les juifs s’établirent dans les différentes colonies de la diaspora gauloise en communautés organisées, avec leurs propres tribunaux, leur religion et leurs institutions sociales. Les habitants du vicus et de la terra judaeorum formaient en eux-mêmes une institution, en d’autres termes un type de communauté ou de ville généralement adjacent à la ville romaine15 ou situé à l’intérieur de celle-ci. Il ne faut pas interpréter les murs entourant la terra judaeorum de Rouen, à la lumière de ces données, comme une restriction de résidence imposée aux juifs par les autorités municipales, mais bien plutôt comme une preuve et un aspect typique de l’autonomie dont jouissait cette communauté à l’époque romaine. Ou bien la communauté juive constituée à Rouen s’était imposée à elle-même les murs du quartier juif ou bien ces murs servirent de ligne de démarcation établie d’un commun accord par les autorités romaines et juives.

14La terra judaeorum englobait une superficie substantielle de terrains habités en permanence par une population juive considérable jusqu’au début du XIVe siècle, ainsi qu’on le voit dans l’édit de Philippe le Bel cédant ce quartier à la municipalité de Rouen après que les juifs aient été expulsés de France en 1306. Dans ce document promulgué à Pacy au mois de février 1307 le roi proclamait qu’il cédait au maire, jurés et commune de Rouen toutes les terres, maisons, cours, jardins, tous les biens et toutes les propriétés immobilières ainsi que le cimetière appartenant précédemment aux juifs de la ville. (Voir le texte à la fin du chap. xii.) Le texte ajoute : « et dans la banlieue », ce qui fait penser qu’il y avait une habitation juive considérable à l’époque au-delà des murs de la ville.

3. Le mont ou le cimetière aux Juifs

  • 16 Voir de Beaurepaire, « Communication », p. 199, note 3 : « Cette terre est mentionnée dans un état (...)
  • 17 Voir les Archives municipales de Rouen, copies et vidimus de chartes, registre T. I (fol. 73 v°) : (...)

15Ce cimetière était situé à l’extérieur des murs du XIIIe siècle, au-delà du présent boulevard de la Marne. Il est mentionné, non seulement dans le décret de 1307, mais aussi, sous l’appellation de « cimetière as Juieulz », dans un document du XIIIe siècle qui existait encore à la Bibliothèque municipale à l’époque de Charles de Beaurepaire. Un certain Richard « de Monte Judaeorum » - terme par lequel l’emplacement du cimetière était aussi désigné - est mentionné dans une charte de 1246, tandis qu’un autre acte de mars 1256 cite ce même « Mons Judaeorum16 ». Le cimetière était limité à l’ouest par l’actuelle rue Saint-Maur (jadis appelée rue Saint-Nicolas) et au sud par la rue Pouchet (jadis appelée rue Porcherie), tandis qu’à l’est il semble avoir été limité par la rue Verte ; mais on ne connaît pas avec précision sa limite nord. La très grande taille de ce cimetière est attestée par les termes d’un document de 1442 disparu, mais dont un résumé a été heureusement conservé à la Bibliothèque municipale dans le même volume d’archives que celui qui contient le vidimus de l’édit royal de 1307 au sujet des immeubles des juifs. Le résumé mentionne deux lettres sur parchemin dont la seconde fut écrite par le notaire rouennais Fralin Aufrye, le 20 janvier 144217. Ce second document stipulait qu’un nommé Guillemne Alorge et sa femme Jehanne du Tôt de Saint-Vincent avaient reçu en location « une pièce de terre appelée le mont clos et cimetière aux juifs », laquelle était « une ancienne parcelle de terre » de la paroisse de Saint-Patrice divisée en deux morceaux.

  • 18 Le terme « Barsot » dans la copie existante du document est en fait une erreur d’écriture pour « Va (...)
  • 19 Voir N. Périaux, Diet, indict., éd. de 1870, p. 577 : « un autre acte de 1476 cite “la rue Saint-Mo (...)

16L’un des morceaux, appelé le mont ou cimetière des juifs, avait une étendue de deux acres, trois verges et dix perches ; tandis que le « clos aux juifs » mesurait deux acres de plus, avec une petite extension. La verge valant un quart d’arpent normand, l’ensemble de ce territoire faisait presque cinq acres carrés, soit une dimension légèrement inférieure à l’actuel cimetière du Mont-Gargan, au sud-ouest de la ville. Ce document spécifie que cette parcelle s’étendait de la rue Saint-Maur à « la rue nommée Barsot » et la suite de sa rédaction montre qu’elle était limitée au sud par la rue Pouchet (« la rue par où l’on va à Barsot »)18. C’est à ces mêmes conclusions qu’arriva Charles de Beaurepaire qui ajoute que ces terres s’étendaient en direction du Mont-aux-Malades, c’est-à-dire vers le nord, et qu’on y avait récemment (c’est-à-dire avant 1891) percé deux rues, la rue Blainville et la rue Campulley. A l’origine, le territoire s’étendait probablement de la rue Pouchet aussi loin vers le nord que l’intersection de la rue Saint-Maur et de la rue Campulley (voir fig. 1). Cette portion de territoire connue sous le nom de « clos aux Juifs » semblerait être mentionnée à part dans un document de 1476 cité par Périaux, mais il est possible que le terme « clos » utilisé dans ce document se réfère en réalité au territoire tout entier. Notons que le terme « clos aux Juifs » était utilisé de manière ambiguë à cette époque à Rouen. Il désignait à la fois une partie du vieux quartier résidentiel juif lui-même et une partie de ce qu’on appelle le « mont, clos et cimetière des Juifs19 ».

17Bien qu’aucun rappel historique n’informe le passant de l’usage et de l’appellation originels de cette vaste zone, située aujourd’hui tout près de la gare et recouverte d’immeubles résidentiels, il apparaît clairement dans les descriptions historiques que ce « mont, clos et cimetière des Juifs » était prévu pour de nombreuses sépultures. Lors des enterrements, les juifs partaient de la rue aux Juifs, empruntaient la rue Cauchoise actuelle jusqu’à la porte de la ville située alors à l’emplacement de la place Cauchoise d’aujourd’hui, puis de là par ce qui est maintenant le boulevard de la Marne allaient jusqu’à la rue Saint-Maur et au cimetière adjacent. Notons que la distance est-ouest de cette parcelle de terre - c’est-à-dire la distance de la rue Pouchet entre les rues Saint-Maur et Verte - est de 250 m., alors que la longueur originale de la rue aux Juifs, c’est-à-dire de la rue des Carmes jusqu’au mur d’enceinte romain se trouvant juste à l’ouest de l’emplacement de la synagogue monumentale, n’était que de 210 m.

  • 20 Pour la référence au Mons Judaicus adjacent à Narbonne, voir C. Devic et J. Vaissete, Histoire géné (...)

18L’emploi du terme « Mons Judaeorum » n’est pas unique : on l’utilisait dans d’autres régions de France ainsi qu’en Espagne20, et partout où il semble que les juifs se soient établis à l’époque romaine. Ces « Monts des Juifs » représentaient apparemment dans tous les cas d’importantes surfaces de terres concédées aux communautés juives pour servir de cimetières, bien qu’elles aient peut-être eu d’autres usages encore. L’existence même d’un Mons Judaeorum à Rouen est, elle aussi, une preuve que sa communauté juive remonte à l’époque romaine. De plus, la présence de cette entité indique que les autorités qui à l’origine la cédèrent aux juifs reconnaissaient que les membres de ce groupe à Rouen, comme ailleurs, formaient un corps constitué. On appelait généralement un tel corps « Universitas Judaeorum » ou « communitas Judaeorum ». (Voir documents rassemblés ci-dessous, chap. v, note 51.) Il n’y a aucune raison de penser que la communauté de Rouen ait jamais cessé d’exister entre ses débuts (on ne sait ni à quel moment précis ni même à quel siècle de la domination romaine ils se situent) et l’expulsion de France des juifs en 1306.

4. Population de la juiverie rouennaise et sa rue principale

  • 21 Voir A. Kober (History of The Jews in) Cologne (Philadelphie, 1940), p. 100-103, et p. 360, notes 2 (...)
  • 22 Voir I. Elbogen et al., Germania Judaica (Breslau, 1934), p. 69-85.
  • 23 Voir Jewish Encyclopaedia IX (New York, 1905), p. 169 ; G. Saige, Les Juifs de Languedoc, p. 5 et s (...)
  • 24 Voir Salomon ibn Verga, Shébet Yehudah, éd. Wiener, par. 19; Joseph Jacobs, « The London Jewry », J (...)

19On ne peut déterminer la grandeur précise de cette communauté à aucun moment de son histoire. Cependant - et même sans prendre en considération les témoignages manuscrits des chapitres suivants - les dimensions du cimetière et la taille du quartier juif lui-même donnent à supposer que c’était l’une des communautés importantes de la Gaule. La taille du cimetière peut être comparée à celle du cimetière juif de la Cologne médiévale qui en 1174 avait atteint une surface totale de cinq acres (les dimensions initiales sont inconnues)21, soit environ un demi-acre de plus que le cimetière de l’ancien Rouen. Etant donné que les chroniques hébraïques indiquent qu’au moins mille deux cents juifs trouvèrent la mort à Cologne de la main des Croisés en 1096 (voir ci-dessous, p. 84), et que cette communauté était encore d’une grande importance22 au siècle suivant, il n’est guère possible que moins de deux à trois mille juifs aient vécu à Cologne avant 1096. Quant à Rouen, il faut avancer un chiffre similaire ou même plus grand pour la période des ducs de Normandie et l’époque des Plantagenêt, où Rouen était sans conteste la capitale de Normandie et un grand centre d’affaires, de commerce et de négoce maritime. On a estimé que jusqu’à deux mille juifs résidèrent avant le milieu du XIIe siècle à Narbonne qui avait été, pendant des siècles, la capitale de la vieille Provincia Narbonensis et depuis l’époque carolingienne le siège du Rex Judaeorum qui gouvernait les communautés de cette province. Cependant, cette ville était moins grande que Rouen23. A Londres, au moment de l’expulsion d’Angleterre des juifs en 1290, il y avait aussi, selon les estimations, environ deux mille juifs, chiffre qui ne prend en considération que la population juive de plus de douze ans. Or, la communauté juive de Londres n’était que la fille de celle de Rouen24.

20L’estimation d’une vaste population juive à Rouen concorde avec le nombre assez important d’informations concernant la communauté juive de cette ville, conservées dans les sources manuscrites médiévales. Cependant, avant de nous attacher à ces sources, nous sommes contraints, en particulier à la lumière des découvertes effectuées dans la rue aux Juifs en 1976 et par la suite, de concentrer notre intérêt sur cette rue et ses vestiges qui pour certains ne furent détruits que plusieurs siècles après l’expulsion des juifs de la ville.

  • 25 Voir l’édition fac-similée du plan par V. Sanson (Rouen, 1911).
  • 26 Th. A. Cook, The Story of Rouen, p. 345.

21Ce qui est particulièrement remarquable est la représentation de la rue aux Juifs dans le Livre des fontaines de Rouen25 de Jacques Le Lieur, étude du système d’alimentation en eau, et incidemment de l’aspect structurel de la ville effectuée en 1525 (manuscrit à la Bibliothèque municipale). On dit que cet ouvrage « est la représentation la plus complète d’une ville en 1525 que l’on connaisse26 ». Il montre, entre autres, les constructions dans la rue aux Juifs avec une netteté remarquable. On observe avec quel souci du détail le Palais de Justice est dessiné ; on remarque en passant qu’en 1525 seule la partie ouest et centrale du Palais avait été construite. La rue aux Juifs, orientée d’est en ouest, est bordée, ainsi que les rues adjacentes, de maisons de trois, voire quatre étages. La belle rangée de vieilles maisons qui figurent en bas à droite, présente un intérêt particulier (voir fig. 4). Elles sont montrées sous un angle différent de celui des autres maisons, avec des détails extrêmement précis.

5. La synagogue monumentale

  • 27 Sur la carte de Le Lieur ne figure aucune indication de rue à l’emplacement de l’actuelle rue Massa (...)

22A côté de la rangée de maisons situées face à la rue Massacre, on observe un groupe de huit ou neuf maisons à pignons et à charpente apparente. En allant d’ouest en est on aperçoit juste après la sixième maison un édifice plus élevé, apparemment une sorte de tour, qui semble portée par un bâtiment d’un style architectural différent de celui des maisons. C’est approximativement à l’extrémité de ce bâtiment surmonté d’une tour qu’on perça, entre 1525 et 1655, la nouvelle rue Massacre perpendiculaire à la rue aux Juifs27.

  • 28 Voir le plan original à la Bibliothèque municipale de Rouen, et sa forme imprimée dans Laverdy, Not (...)

23Or, tandis que de nombreuses maisons anciennes dans la partie nord de la rue aux Juifs furent détruites à la fin du XVe siècle et par la suite pour faire place à l’élégant Palais, et bien que la plupart des autres bâtiments tombèrent en ruine et furent abattus il y a des siècles, il faut noter que jusqu’à la fin du XIXe siècle une construction spécifiquement identifiée comme la synagogue médiévale y subsistait. C’est d’autant plus surprenant qu’elle était tout près de l’angle sud-est de la rue aux Juifs et de la rue Massacre, c’est-à-dire à peu près à l’endroit de la rue où apparaît la tour représentée par Le Lieur. Les ruines de la synagogue ont maintenant été recouvertes et ont disparu, mais il subsiste des descriptions relativement modernes de ce bâtiment qui permettent de se le représenter. Rondeaux de Sétry, dans son « Second Plan de la Ville de Rouen » (1782) nous apprend qu’il avait la forme d’un grand pavillon presque carré à demi enterré, avec deux étages voûtés, et qu’il était situé à l’angle sud-est de la rue aux Juifs et de la rue Massacre28. L’abbé de la Quérière, lui, dit que ce bâtiment, au dos de la maison se trouvant au no 57, rue aux Juifs, consiste

  • 29 Voir E. de la Quérière, Description historique des maisons de Rouen (Paris, 1821), p. 149-150.

en une salle longue de vingt-quatre pieds et demi, large de seize pieds et demi, et haute de dix-neuf pieds et demi. Cette pièce, solidement construite en pierre de taille, est enfoncée de dix pieds au-dessous du sol, et il est à remarquer que, sur cette profondeur, six pieds du pourtour sont construits en pierres non parées. La voûte est faite de moellon. Les murailles ne présentent d’autre ouverture que deux meurtrières du côté du midi, vers le haut. On arrive à l’étage supérieur par un escalier placé en dehors. Divisé en plusieurs pièces, il ne présente rien de curieux. La voûte qui termine l’édifice n’est séparée de cet appartement que par un plancher fort bas ; elle est un peu ogive et faite de blocages ; on y aperçoit encore de légers fragments de peinture à fresque29.

  • 30 Voir le « Plan général de la maison de ville et des autres maisons qui luy apartiennes, levé en jui (...)
  • 31 Cela montre que les « deux meurtrières du côté du midi » indiquées par de la Quérière signifient si (...)
  • 32 Voir les citations talmudiques et les paroles de Rashi de Troyes sur le sujet traduites dans « Natu (...)

24Contrairement à Rondeaux de Sétry et à d’autres historiens, de la Quérière affirme que la vieille tradition rouennaise liée à cet édifice en tant que synagogue était « probablement fausse » mais les plans conservés du bâtiment montrent la conformité de sa forme architecturale avec celles d’autres synagogues romanes et enlèvent tout doute quant à son identification. Le plan le plus important est celui de R. Vernisse, datant de 173830. Comme la description de de la Quérière indique que la salle faisait à peu près huit mètres de longueur, les murs représentant d’après le plan un quart de la longueur interne du bâtiment avaient deux mètres de largeur (voir fig. 5). Deux fenêtres, chacune de un mètre de large à l’extérieur et d’un mètre et demi à l’intérieur, étaient percées dans les murs ouest et sud31. La taille des fenêtres étant proportionnelle à celle de la salle elle-même (6,43 mètres), elles étaient donc très grandes, ce qui laissait entrer beaucoup de lumière en conformité avec les vieilles règles rabbiniques de la construction des synagogues32.

  • 33 La confirmation de cette règle dans le nord de la France au moyen âge est montrée par un étudiant d (...)
  • 34 Voir les plans des synagogues de Spire, Worms, Rouffach et Francfortsur-le-Main dans le livre de Ri (...)

25De plus, le plan indique l’entrée du bâtiment sur le côté ouest, ce qui est en conformité avec le principe rabbinique qui veut que l’entrée principale d’une synagogue soit située à l’opposé du mur auquel font face les fidèles en prière33, c’est-à-dire dans le mur ouest pour les communautés établies à l’ouest de Jérusalem. Plus significatif encore est le fait que le plan de Vernisse révèle, sur le mur est, une abside courbe en saillie où, comme dans toutes les synagogues de style roman, étaient gardés les rouleaux de parchemin sacrés de la Torah34. Tous ces indices montrent de manière probante que ce bâtiment était vraiment la synagogue monumentale de la communauté juive médiévale de Rouen.

  • 35 Les logements dans le bâtiment « connu sous le nom de synagogue » ont leur référence dans plusieurs (...)
  • 36 Pour consulter un plan de ce type, voir la reconstruction de celle d’Irbid à Krautheimer, Mittelalt (...)
  • 37 Voir « Nature et Destination », p. 146.
  • 38 Voir Archives départementales de la Seine-Maritime, Séries G. 7481, « ainsi qu’un puits qui est dan (...)

26Dans sa description du bâtiment, de la Quérière évalue la hauteur du mur de la salle principale à 6,43 mètres. Il parle aussi d’un certain nombre de chambres à l’étage supérieur, ainsi que d’un plancher bas situé sous la voûte à fresques qui terminait l’édifice. Ce plancher était manifestement de construction plus récente, car il empêchait les fresques de la voûte d’être vues d’en bas. De même, les chambres situées au-dessus de la salle principale supportées seulement par une voûte en moellons, devaient servir à empêcher la vue des fresques depuis la principale salle de prière, et elles relèvent donc d’une construction post-médiévale, datant de l’époque où la synagogue avait été transformée en logements35. Apparemment, « l’escalier extérieur » figurant dans la description de de la Quérière, que dessine aussi le plan de Vernisse, conduisait originellement à une galerie à une hauteur approximative de 6,50 m tout autour du mur intérieur et ouverte en son centre36. Cela permettait d’avoir à la fois une vue de la voûte à fresques à partir de la salle principale et de la galerie du dessus, tandis que la bīmāh, ou plateforme utilisée pour la lecture de la Torah, occupait le centre de la salle principale d’où tous les fidèles pouvaient entendre le lecteur37. Après l’expulsion des juifs de Rouen, cette galerie devint inutile et elle fut transformée en un second étage avec des pièces construites à l’intérieur servant apparemment d’habitations. Ce bâtiment fut utilisé jusqu’au XVIIIe siècle pour cet usage, époque où un puits fut creusé à l’emplacement de l’abside - endroit le mieux indiqué pour forer un excavation circulaire38. On voit pourquoi la voûte de la salle principale, telle qu’elle est décrite par de la Quérière, était en moellon et non en pierre de qualité utilisée partout ailleurs dans la construction.

  • 39 Voir les documents que j’ai traduits dans « Nature et Destination » p. 134-135.
  • 40 On trouve aussi à Sens une synagogue médiévale semblable à une tour qui survécut jusqu’à la fin du (...)

27La hauteur d’origine de la synagogue n’est pas connue, mais la dimension verticale de 6,43 m n’étant que celle de la salle principale et non de la partie supérieure du bâtiment à laquelle on accédait par un escalier extérieur, on voit qu’elle atteignait au moins treize mètres de hauteur, sans compter la tour romane qui s’y rattachait. Un plan du XVIIIe siècle de la façade (« pignon ») de la synagogue (voir fig. 6) la représente sous forme d’une très haute structure s’élevant considérablement au-dessus des maisons adjacentes. A en juger par le nombre de leurs étages, la plus haute de ces maisons était d’au moins huit mètres. Le plan montre la synagogue s’élevant d’au moins deux mètres au-dessus des maisons, mais le dessinateur, dont l’objectif premier était de montrer les caractéristiques des bâtiments pour des raisons architecturales, ne représente pas le haut de la synagogue qui est coupé. Néanmoins, la loi juive médiévale voulant que la synagogue communale soit le plus haut bâtiment du quartier juif39, la hauteur de la synagogue monumentale de la capitale de la Normandie ne devait pas faire exception à la règle40. Le bâtiment était en tout point un modèle de l’architecture synagogale telle qu’elle était réalisée dans les communautés juives médiévales de France et de Normandie ; seul le fait que Rouen n’ait pas été connu, dans les décennies passées, comme centre d’une culture hébraïque au moyen âge explique que cette remarquable construction soit restée inconnue des historiens de l’art et de l’architecture juifs.

  • 41 Voir Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure IX (1891-1893) : 197. – On tro (...)

28Le bâtiment fut détruit vers le milieu du XIXe siècle, mais, un peu plus tard, au cours de ce siècle, les fondations furent mises à jour provisoirement, et à cette époque Charles de Beaurepaire décrivit les ruines comme « une construction souterraine en bons matériaux, éclairée du côté du midi par une fenêtre grillée de barres de fer. L’appareil des murs et plus encore la hauteur de ce caveau, poursuit-il, présentaient quelque chose d’extraordinaire, et c’est un sujet de regret pour moi qu’on n’en ait point relevé exactement les dimensions, qu’on n’en ait point pris un dessin pour l’album de la Commission des Antiquités du département...41 » L’emplacement précis du bâtiment est à l’arrière des numéros 55-57, rue aux Juifs, comme le montre la carte de Vernisse de 1738.

6. L’Hôtel de Bonnevie et autres édifices

  • 42 Voir Dubosc, « Les synagogues de Rouen », p. 177.
  • 43 Voir D. Bertin, « Deux constructions juives du XIIe siècle », Archives Juives XII (1976) : 55 ; N. (...)
  • 44 Voir F.N. Taillepied, Recueil des antiquitez et singularitez de la ville de Rouen (Rouen, 1587) p.  (...)

29Non seulement la synagogue principale mais d’autres édifices de la communauté juive médiévale de Rouen également survécurent au moyen âge et leur identité précise demeura inconnue pendant des siècles. Selon la tradition locale, l’abattoir rituel était situé près de la synagogue dans un bâtiment qui devint par la suite l’emplacement de l’imprimerie Laurens Maury qui publia les œuvres de Corneille42. En 1976, une grande cave avec un graffite en hébreu sur son mur sud fut découverte dans la partie ouest de la cour du Palais de Justice (voir fig. 7) mais on en ignore le but initial43. La carte de Vernisse représente une « fonderie aux juifs » dans la rue Massacre au sud de la synagogue, séparée de cette dernière par plusieurs bâtiments (voir fig. 5). Selon d’autres traditions, confortées par les affirmations de plusieurs historiens locaux, d’autres édifices qui n’existent plus maintenant servirent jadis de synagogues, comme la très connue Notre-Dame de la Ronde et une vieille chapelle située dans la rue Saint-Lô, près de la rue Boudin44.

  • 45 Pour cette distinction, voir les sources hébraïques dont j’ai fait une traduction dans « Nature et (...)

30D’autre part, Périaux (Dictionnaire, p. 133) affirme qu’on trouvait des indices de « l’existence de synagogues dans certaines caves de la rue aux Juifs près du Palais de Justice et dans d’autres, situées dans la rue des Carmes ». Cependant, celles-ci n’étaient que des vestiges de petites maisons de prière (en hébreu : bēt tefillāh, auxquelles on fait souvent référence dans les textes médiévaux) et non pas d’édifices monumentaux qui auraient pu servir de synagogue officielle pour la communauté45. Il convient de noter qu’aucun de ces emplacements ne se trouvait au nord de la rue aux Juifs à l’endroit où l’on construisit plus tard le Palais de Justice.

  • 46 Tous ces renseignements sont fournis par les descriptions de la découverte se trouvant dans la pres (...)

31Fin mai 1982, on a fait une découverte d’importance capitale côté sud de la rue aux Juifs, face à l’aile est du Palais de Justice. La découverte eut lieu au 33 de cette rue, derrière une maison destinée à être transformée et agrandie en vue de créer des bureaux supplémentaires pour le tribunal de grande instance de Rouen. Pendant la période d’excavations derrière cette maison, entreprises pour les fondations de la nouvelle construction et pour son rez-de-chaussée, les fondations épaisses d’une grande maison particulière de l’époque ducale ou Plantagenêt furent révélées (voir fig. 8 et 9). La salle basse de cette maison mesurait 13,50 m de longueur et 6,90 m de largeur, ses murs nord, ouest et est étant de 1,65 m d’épaisseur et le mur sud de 2,20 m. Un puits profond en pierre de taille, de construction soignée et de facture élégante, était incrusté dans le mur est, alors qu’à 3,50 m au sud de celui-ci subsistaient les vestiges d’un escalier en pierre venant de l’extérieur et descendant à la salle basse. Le fait que cette maison était de nature privée plutôt que publique est indiqué, non seulement par la présence du puits, mais aussi par celle d’une latrine de grande profondeur dans le mur sud, elle-même de construction exceptionnelle. L’extérieur du bâtiment mesurait 10,20 m (direction est-ouest) sur 17,10 m, alors que les murs existants s’élevaient à plus de 4 m au-dessus de leurs profondes fondations. Sur le mur est on découvrait des bases d’arcs doubleaux en moellons qui formaient la voûte de la salle basse. Toutes les caractéristiques architecturales du bâtiment indiquent que c’était la maison, voire l’hôtel particulier d’un riche juif de la ville à l’époque des Plantagenêt46.

  • 47 Voir les textes latins cités ci-dessous, chap. ix, p. 278-279. Je remercie vivement M. le doyen Ala (...)

32Des indications exactes sur le propriétaire de cet hôtel sont fournies par deux textes latins se trouvant aux fonds Saint-Ouen à Rouen. L’un (14 H 20 fol. 103 verso : juillet 1236) décrit un « tènement de Courvoisie depuis la terre de Silvestre d’Orgueil jusqu’à l’aître Notre Dame de la Ronde, (et) de la rue devant jusqu’à la terre de Bonnevie le juif par derrière ». L’autre (14 H 20 fol. 110 verso) décrit l’achat en octobre 1273 de la même parcelle : « Un tènement sis rue Courvoiserie de Rouen avec toute la pièce de terre vide qui est là, entre la terre qui fut de Silvestre d’Orgueil et le cimetière ou aître Notre-Dame de la Ronde, depuis la rue jusqu’à la terre de Bonnevie le Juif47. »

  • 48 Malgré les efforts déployés par moi-même et par plusieurs organismes français pour sauvegarder cet (...)

33La « rue Courvoiserie » de ces deux textes correspond à la rue du Gros-Horloge d’aujourd’hui. L’église Notre-Dame de la Ronde était située au nord de la rue, dans un endroit connu, environ 30 m à l’ouest de la rue du Bec (voir fig. 9 et 10). Les textes parlent d’une pièce de terre située entre la terre de Sylvestre d’Orgueil, d’un côté, et le cimetière de Notre-Dame de la Ronde de l’autre ; au sud de cette parcelle de terre se trouvait la rue Courvoiserie (= du Gros-Horloge), alors qu’elle était accolée du côté nord à la terre du juif Bonnevie. Or le côté est de ladite église est directement au sud de l’hôtel particulier découvert en 1982 (voir fig. 9), ce qui indique de manière probante que ledit hôtel était la maison privée de Bonnevie et de sa famille. On constatera plus loin (voir ci-dessous, p. 278-279, 289) l’évidence de la richesse et de l’importance de cette famille rouennaise à la fin du XIIe siècle et au commencement du XIIIe48.

7. L’école rabbinique

  • 49 Voir Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure IX (1891-1893) : 199, et mon e (...)

34Dans son article précédemment cité, Charles de Beaurepaire, après avoir décrit les ruines de la synagogue située 55, rue aux Juifs, continuait en affirmant que « un peu plus loin, toujours dans la même rue, en se dirigeant vers la rue du Bec, il y avait une maison qui aurait servi d’école aux juifs, d’après un témoignage du XVe siècle que je me rappelle avoir vu mais que je n’ai pu retrouver...49 ».

  • 50 C’est précisément pour les raisons citées que j’ai localisé l’école, bien avant la découverte de 19 (...)

35Le document qui contenait ces informations et qui est malheureusement perdu à l’heure actuelle, plaçait donc une « école des juifs » dans la rue aux Juifs, à l’est de la synagogue. Ce document était probablement un acte de vente du bâtiment en question qui continuait sans aucun doute à être désigné par son appellation d’origine - tout comme l’acte de vente de la parcelle de terre nommée « le mont, clos et cimetière aux Juifs » (voir ci-dessus, p. 10) atteste que cette parcelle conserva son appellation première pendant des siècles. Pour être encore connu sous le nom d’école des juifs deux siècles après l’expulsion des juifs en 1306, ce bâtiment devait présenter une certaine importance et des traits architecturaux qui le distinguaient de ses voisins immédiats, tout comme la synagogue à l’ouest qui continuait à être reconnue comme telle, simplement par ses exceptionnelles caractéristiques architecturales et sa forme monumentale. Cependant, comme l’école, à l’inverse de la synagogue, n’apparaît plus dans aucun document postérieur à celui que Beaurepaire avait vu, elle a probablement été détruite vers le XVe siècle. Le recoupement de ces faits suggère que l’école en question n’était pas simplement une école destinée aux enfants (car elle n’aurait guère présenté de traits architecturaux remarquables), mais plutôt une école de hautes études juives, qu’elle fut détruite en raison de la construction du Palais de Justice, donc qu’elle était située - à la différence de la synagogue - au nord de la rue, là où on construisit ensuite le Palais50.

  • 51 Au sujet du déroulement de la découverte et de ses conséquences, voir en particulier le Paris-Norma (...)

36De fait, au cours de l’été 1976 on a découvert dans la cour du Palais un bâtiment roman portant des graffiti hébraïques et dont les caractéristiques sont conformes à celles qu’on pouvait espérer trouver dans une école monumentale51.

  • 52 Les colonnes adossées sont disposées par paires ; entre chaque paire se trouve un contrefort carré (...)
  • 53 C’est aussi une caractéristique de l’art roman, voir p. ex. le même élément : une tête pour deux co (...)

37L’édifice découvert est de forme rectangulaire - 9,50 m de large sur 14,10 m de long - construit en grandes pierres hachées de Caumont. Les pierres des fondations elles-mêmes larges de plus de 1,30 m sur tout le périmètre, supportent une belle construction romane ornée sur trois côtés de contreforts flanqués de colonnes dont les bases décorées sont toutes différentes les unes des autres52. La base d’une des colonnes du côté sud représente un double lion renversé ayant les pattes étendues comme pour soutenir la colonne ; sa tête forme le coin d’où les deux corps partent à angle droit (voir fig. 16 (b)53). Une autre figure d’animal, un dragon, fut découverte par la suite à la base d’une colonne au sud. (Voir fig. 16 (a).)

  • 54 Voir ci-dessus, note 52. Il faut remarquer que certains, en identifiant le monument comme étant une (...)
  • 55 Comme je l’ai remarqué ailleurs (voir « Nature et Destination », p. 116), les trous - neuf à droite (...)

38La porte principale, surmontée d’un arceau décoré en plein cintre, s’ouvre dans le mur sud. Quatre fenêtres dans lesquelles on a trouvé, comme dans les fenêtres de la synagogue, des restes de barres de fer, percent la façade nord. Un escalier en spirale, logé dans une tourelle en demi-cercle, a été construit à l’angle nord-ouest. Le mur est, est complètement aveugle et uni, à l’extérieur comme à l’intérieur54, à l’exception de quelques petits trous percés sur la face interne à 50 cm de hauteur55. (Voir fig. 17-20.)

  • 56 Voir mes édition et traduction des graffiti dans « Nature et Destination », p. 125-133, où j’ai réf (...)

39L’intérieur de cette construction offre un aspect beaucoup plus dépouillé que les murs extérieurs. Les parois internes n’offrent aucune décoration ; la lumière pénétrait seulement par les fenêtres ébrasées du mur nord et par l’ouverture à l’emplacement du plafond. La pièce a été dallée ; les murs formaient un rectangle percé seulement, en dehors de l’entrée sur le mur sud, des quatre fenêtres du mur nord et, dans l’angle nord-ouest, de l’accès à l’escalier en spirale qui conduisait aux étages supérieurs du bâtiment. Sur les murs nord et sud on trouve plus d’une douzaine de graffiti en hébreu, parmi lesquels les noms de personnes Yehosafyah Kohen, Josué, Amram, Jacob bar Raphaël et Isaac. L’un des graffiti, sur le mur nord intérieur, exprime l’espérance que « la Torah de Dieu... existe [à jamais] » ; alors que plusieurs d’entre eux portent la phrase de I Rois IX, 8, « Et cette maison sera d’une grande hauteur56. » (Voir fig. 21.)

40Il ne reste rien des étages supérieurs. Cependant, on peut se faire une idée d’ensemble du style du bâtiment, ainsi que de son importance esthétique pour l’aspect médiéval de la rue aux Juifs, par rapport à l’église abbatiale Saint-Georges à Saint-Martin-de-Boscherville, près de Rouen. L’abside de cette église, construite quelques années plus tard et dans le même style que le monument hébraïque de la cour du Palais, comporte sur sa surface extérieure des colonnes de même type que celles du monument (voir fig. 22). Or, à la hauteur où les murs, ainsi que les colonnes, du monument sont détruits, les aspects les plus intéressants de la décoration architecturale de l’abbaye de Boscherville commencent à se révéler. Les colonnes sont couronnées de chapiteaux historiés, porteurs de motifs variés, qui supportent des arcs en plein cintre se rejoignant. Au-dessus des arcs s’ouvrent de grandes fenêtres en plein cintre encadrées de colonnes et d’arcs doubleaux. De telles fenêtres auraient été nécessaires dans un édifice public ou communautaire destiné à servir les besoins d’une grande collectivité. On est donc conduit à l’hypothèse, fondée sur des indications assez claires, que le monument de la cour du Palais était construit de manière similaire, portant au moins deux grandes fenêtres au sud, une à l’ouest et une à Test, au premier étage.

41La vue offerte par la fouille montrait clairement que ce bâtiment avait été rasé au niveau du sol pour faire place à la cour du Palais de Justice. La pièce conservée n’était pas entièrement enterrée à l’époque. Au contraire, au moyen âge le niveau de la rue était situé deux mètres environ au-dessous du niveau actuel qui résulte de l’accumulation de débris et des pavages successifs.

  • 57 C’est précisément cette particularité - c’est-à-dire, l’identification du monument d’après une sour (...)
  • 58 Voir les sources hébraïques sur ce sujet, dont j’ai fourni une traduction dans « Nature et Destinat (...)

42Il faut déterminer l’usage de la pièce qui subsiste en examinant son emplacement et l’usage de l’ensemble du bâtiment. La principale synagogue médiévale était située, nous l’avons vu, de l’autre côté de la rue, à 70 m environ à l’ouest, derrière la maison qui occupe actuellement l’angle sud-est de la rue Massacre ; et la tradition locale situe aussi les restes de synagogues médiévales dans l’angle nord-est et dans la partie sud du quartier juif, mais jamais là où se trouve aujourd’hui le Palais de Justice, au nord de la rue aux Juifs. Par contre, les termes du manuscrit perdu et vu par Beaurepaire suggèrent que sur le côté nord de la rue se trouvait l’école et qu’elle avait été rasée lors de la construction du Palais de Justice57. Le bâtiment découvert est situé précisément à l’emplacement où l’on pouvait penser que se trouvait l’école ; de plus, il présente un aspect monumental et grandiose, en conformité avec l’ancienne tradition juive selon laquelle une école était plus sacrée encore qu’une synagogue58.

  • 59 C’est ce que j’ai souligné dans la 7* partie de mon analyse du congrès de M. Blumenkranz au sujet d (...)

43Or, d’autres genres de bâtiments communaux juifs sont occasionnellement mentionnés dans des textes du moyen âge, tels des maisons communales de réunion, une salle destinée aux réceptions de mariage et, en Angleterre sinon avec certitude ailleurs, des bureaux pour l’enregistrement des dettes contractées entre juifs et chrétiens. Si Charles de Beaurepaire n’avait pas vu un document du XVe siècle nous conduisant assez naturellement à la conclusion que l’école des juifs était localisée à l’est de la synagogue et à l’emplacement du Palais, j’aurais été plus hésitant que je ne le fus lorsque je proposai, dès 1976, que le monument découvert était en fait l’école rabbinique de Rouen. En effet, alors que certaines de ses indications structurales sont conformes au concept de l’école médiévale, en elles-mêmes, elles ne nous conduisent pas inexorablement à cette idée. Les signes ne deviennent significatifs que lorsqu’on les rapproche de la description de Beaurepaire du texte égaré, et qu’on les oppose aux descriptions existantes de l’authentique synagogue, de l’autre côté de la rue. Non seulement l’emplacement du bâtiment trouvé dans la cour répond entièrement aux conditions requises par la description de Beaurepaire sur le texte égaré mais de plus des sondages archéologiques effectués à travers la cour, n’ont mis à jour aucun autre bâtiment qu’on aurait pu imaginer être l’école. D’autre part, la forme et le style du monument découvert sont en accord avec des constatations connues dans la littérature médiévale concernant l’architecture ainsi que l’importance spirituelle des écoles rabbiniques. C’est la combinaison de tous ces facteurs, provenant des textes et de l’architecture d’ensemble, qui conduit logiquement à la conclusion que le bâtiment découvert doit être l’école de Rouen et non quelqu’autre structure communale juive59. (Voir aussi les Appendices ci-dessous, p. 30 et p. 167-168).

  • 60 Voir la description de ces armoires dans J. W. Clark, The Care of Books (Cambridge, 1902), p. 39 sq (...)
  • 61 On en trouve des exemples dans les plans d’institutions cisterciennes tels l’abbaye de Fossa Nuova (...)
  • 62 Voir les plans des abbayes sus-mentionnées et les descriptions de CLARK, ibid., p. 74-82. Il semble (...)

44Il s’agit donc du bâtiment dans lequel les érudits juifs de Rouen se livraient à leurs études et dispensaient leur enseignement. La salle qui subsiste était la bibliothèque ou la salle des livres de l’école. C’est ce qui explique le mieux l’absence de fenêtres sur trois côtés de la pièce. On rangeait évidemment le long des murs aveugles les manuscrits de l’école, au nombre d’au moins deux ou trois cents, à en juger par les titres des livres utilisés et cités par les lettrés juifs de Rouen et d’ailleurs en France médiévale. A l’époque, la méthode habituelle de conservation des manuscrits dans les petits monastères - on pense surtout à des monastères cisterciens - était de les placer non sur des rayonnages mais dans des armoires (lat. armarium) en bois constituant tantôt un meuble placé contre le mur, tantôt un placard encastré dans le mur. Chacune contenait au moins plusieurs douzaines de manuscrits60. Pendant le haut moyen âge, un certain nombre de ces armoires étaient rassemblées dans la salle des livres des monastères, qui n’étaient pas encore des bibliothèques où l’on pouvait consulter les ouvrages in extenso, mais simplement des lieux de rangement. En général ces salles n’avaient pas de fenêtre61. Elles se trouvaient pour la plupart au rez-de-chaussée des monastères62.

  • 63 B. Blumenkranz (Art et archéologie des Juifs en France médiévale, p. 300) objecte que l’escalier en (...)

45Il est manifeste qu’il n’y a pas d’opposition entre la preuve documentaire suggérant la présence d’une école à l’emplacement du Palais, et les renseignements fournis par les restes archéologiques qu’on y a découverts. On se représente avec facilité l’usage de la salle qui subsiste. Les manuscrits étaient rangés le long de l’un, des deux ou des trois murs sans fenêtres, et il entrait assez de lumière par les fenêtres nord pour rendre possible la recherche des codices que l’on voulait étudier. Certains d’entre eux, de grande valeur, furent fixés par des chaînes - usage répandu au moyen âge (voir note 55) - au mur est ; on pouvait les consulter avec l’aide de luminaires dont des vestiges ont été découverts dans le sol. Les membres de l’école montaient les manuscrits dont ils avaient besoin dans les pièces supérieures en empruntant l’escalier en colimaçon de la tourelle63.

  • 64 Voir ma description des restes de ces banquettes dans « Nature et Destination », p. 117-118. Ils fo (...)

46Compte tenu de la surface au sol du bâtiment, de l’importance de ses fondations et de la vigoureuse envolée des colonnes accolées à l’extérieur des murs, j’estime que le rez-de-chaussée était surmonté d’au moins deux étages. Le premier étage du bâtiment où l’on a retrouvé des vestiges de banquettes dans les murs64, contenait probablement la salle d’étude principale, tandis qu’à l’étage suivant se trouvaient les pièces réservées aux maîtres, travaillant seuls ou avec de petits groupes d’étudiants. Les graffiti spontanés qu’on trouve sur les murs s’expliquent de la meilleure façon comme étant le travail subreptice d’étudiants cherchant à exprimer leur amour de l’étude de la Torah ou leur orgueil à l’égard de leur élégante maison d’études, ou espérant laisser à la postérité une brève allusion à leur propre rôle scolaire.

8. Importance du quartier juif

47Nous allons voir bientôt quelle est la signification de cette remarquable découverte pour l’histoire de la capitale de Normandie. Pour le moment, il suffit de dire qu’elle s’impose sur un plan archéologique et topographique déjà exceptionnel. En somme, on peut constater la présence à Rouen d’une terra, ou d’un quartier juif historique ; d’un vicus ou rue aux Juifs qui constituait la voie de passage principale de ce quartier ; d’un mur d’enceinte qui l’a apparemment défini ; d’un clos ou place aux juifs situé dans le même quartier, au côté nord de la rue ; d’une grande parcelle de terre au-delà des murs médiévaux nommée « le mont aux juifs » où ils avaient leur cimetière ; d’une synagogue monumentale de l’époque médiévale au sud de la rue aux Juifs ; d’une grande école juive au nord de la rue, non loin de la synagogue ; de petites maisons de prière dont on gardait le souvenir à plusieurs endroits du quartier ; d’une fonderie aux juifs située au sud de la synagogue monumentale ; d’une maison dans la rue aux Juifs qui aurait servi d’abattoir rituel ; du remarquable hôtel particulier de Bonnevie, situé lui aussi côté sud de la rue aux Juifs : tout ceci dans 1 environnement des maisons, terres et jardins qui appartenaient aux juifs dans leur quartier et ailleurs, et que la ville, enfin, a acquis après leur expulsion de Tannée 1306.

48On ne connaît en effet une telle somme de données pour aucune autre communauté de la France septentrionale au moyen âge. Ces renseignements indiquent la grande importance de la communauté juive du Rouen médiéval, et incitent à se poser la question suivante : pourquoi, avec une telle richesse de témoignages, a-t-il été possible de méconnaître l’importance de cette communauté dans l’historiographie moderne ?

49On obtiendra la réponse, ainsi que la rectification de l’erreur historique à laquelle je fais allusion, en se reportant aux manuscrits hébraïques négligés pendant longtemps. L’étude minutieuse de ces textes, dont beaucoup, jusqu’à maintenant, étaient méconnus ou n’avaient guère été déchiffrés de manière satisfaisante, permet de relever de nombreux aspects de la vie de cette communauté depuis le début du XIe siècle, parfois avec une précision remarquable. Au total, elles présentent lorsqu’on les confronte aux témoignages latins et français relativement abondants au sujet des juifs de Rouen, la communauté juive de cette ville sous un éclairage tout à fait neuf et lui accordent dans l’histoire une place que l’on n’avait jamais soupçonnée.

NOTE ADDITIONNELLE. UNE NOUVELLE SOURCE SUR L’EMPLACEMENT DE L’ECOLE DES JUIFS

50Tout récemment (le 9 décembre 1984) un chercheur rouennais, Lucien Delsalle, a bien voulu me communiquer un nouveau renseignement de grande importance au sujet de la yeshibah rouennaise. Il s’agit d’un procès de Tannée 1363, publié à Rouen en 1924 par Lucien Valin (Le Roule des Plés de Héritage de la mairie Jehan Mustel, p. 99-101). Ce procès, qui se déroula seulement un demi-siècle après l’expulsion de 1306 et l’acquisition du quartier juif par la ville, concernait les arrérages d’une rente perpétuelle due à la ville en raison de « certains héritages appartenant à la dite ville, contenant plusieurs estages, assis en la paroisse Saint-Lô de Rouan, d’un costé et d’un bout au pavement et d’autre costé et d’autre bout à l’escole as juys ». On observe que ces héritages (composés peut-être de plusieurs immeubles) comportaient plusieurs niveaux, comme des immeubles dessinés dans le plan de Le Lieur. Ce bâtiment (ou ces bâtiments) était situé dans la paroisse St.-Lô - la partie du quartier juif qui incluait précisément la terre où aujourd’hui se situent (voir plus haut p. 6, note 9) le Palais de Justice et la cour du Palais. Près de cet immeuble se trouvait l’école des juifs. Le texte affirme que « d’un costé et d’un bout » du bâtiment était le « pavement » : il s’agit du coin nord-ouest des rues aux Juifs et Boudin, ou du coin sud-ouest des rues St.-Lô et Boudin (voir fig. 1 et 10). Le bâtiment se trouvait en tout cas dans la parcelle de terre où est située la partie est du Palais. Immédiatement à l’ouest du bâtiment se trouvait l’école. C’est là, en effet, qu’on a découvert le monument hébraïque en 1976. Comme je l’ai montré ailleurs (voir « Nature et destination », p. 155-161, et « Les écoles rabbiniques de France pendant le moyen âge », à paraître prochainement dans la Revue de l’histoire des religions), l’hypothèse selon laquelle l’expression schola ou école aux juifs utilisée à Rouen signifierait « synagogue », n’est pas appuyée par un examen soigneux des sources. Dans le texte découvert par M. Delsalle, ainsi que dans celui décrit par Beaurepaire (voir plus haut, p. 22), il s’agit d’une école rabbinique, située à Test de la synagogue (texte de Beaurepaire) et à l’emplacement du Palais de Justice (texte de Delsalle).

Notes

1 Aucun vestige de la partie sud du mur d’enceinte roman n’a été retrouvé ; sa localisation précise reste donc incertaine. Voir les cartes, p. ex., dans R. Herval, Histoire de Rouen I (Rouen, 1947), avant le chapitre i et dans Th. Cook, The Story of Rouen (Londres, 1928) en face de p. 71. Voir aussi R. Quenedey, L’habitation rouennaise (Rouen, 1926), p. 59-60.

2 Ces routes correspondent, respectivement, au cardo et au decumanus de la ville romaine typique. Voir l’ouvrage collectif Le Palais de Justice de Rouen (Rouen, 1977), p. 4-6, 19-20 (article de Ch. Schneider).

3 Voir A. Chéruel, Histoire de Rouen I (Rouen, 1843), p. cii - ciii ; R. Herval, Histoire de Rouen I, p. 62-63. Un nouvel agrandissement des murs d’enceinte - au nord et à l’est - fut effectué pendant le XIIIe siècle, à la fin du règne de Philippe-Auguste ; voir Herval, ibid., p. 76. Cependant, ce développement n’aurait pas affecté la dimension du quartier juif, situé de l’autre côté de la ville.

4 On trouve deux fois ce terme dans la confirmation d’une vente de biens immobiliers datée du 10 juillet 1203 : « vendicionem... de toto tenemento quod fuit Raby Joscey apud Rothomagum in vico Judaeorum... sicut se proportat inter vicum Judaeorum et terram quae fuit Johannis de Sancto Candido... » Voir le texte dans Th. D. Hardy, Rotuli Chartarum, p. 105 ; TYRR, p. 186 ; et la traduction intégrale ci-dessous, chap. ix, p. 276-277.

5 Voir les Archives départementales de la Seine-Maritime, Série G. 4302 : « a vico usque ad terram judaeorum » (an. 1256) ; ibid., Série G. 6716, « a vico de Dordonne per ante usque ad terram judaeorum per retro » (an. 1267). Voir TYR, p. 232-233. Je remercie vivement M. le doyen Alain Sadourny pour ces renseignements.

6 Voir Ch. de Beaurepaire, « Communication », Bull. de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, IX (1891-1983) : p. 196, note 2 : « Mention d’une maison “ dessus la porte de la rue as Gyeus” dans un acte du 19 avril 1341, Cartul. de la Cathédrale, no 8. » ; et G. Dubosc, « Les synagogues de Rouen », Par-ci, par-là, IIIe série (Rouen, 1923), p. 174 : « Il semble que (le Clos aux Juifs) devait être entouré de fortes murailles assez hautes, dont on a retrouvé les vestiges derrière la maison Guérin. »

7 Voir Journal de Rouen, 19 fév. ; 19 mars ; et 10 avril 1859, 19 mars 1905 ; et TYR, p. 233. En ce qui concerne la découverte d’autres vestiges gallo-romains dans le quartier juif pendant les XIXe et XXe siècles, voir le sommaire dans l’ouvrage collectif Le Palais de Justice de Rouen, p. 4-6.

8 Voir RHGF XXIII, p. 224 : « MCCC et XVIII (!). Les Juys qui tenoient à Rouen beaucoup d’eritagez ès parroisses de Saint Erblant, Nostre Dame la Roonde et à Saint Lo, et avoient une rue appellée la rue aux Juys, et encore est appellé, et estoit leur moustier en une place de present appellée le Clos as Juys, furent boutez hors de la dicte ville, et leurs heritages confissiez au roy. » Quant à l’expression « moustier », dans les dictionnaires d’ancien français elle est définie par le terme monastère, mais aussi par le terme église. En ce qui concerne Rouen, l’auteur de Fierabras appelle l’abbaye de Trinité-du-Mont « mostier » ; voir Herval, Histoire de Rouen I, p. 74. La forme moustier ou mostier est liée à monastère de manière probante.

9 Voir la description des dites paroisses dans M. Fiquet et al., Mélanges. Documents publiés et annotés..., Douzième Série (Rouen-Paris, 1933), p. 80-81 : « St. Herblant : Des 4 Vents, en partie—de la Chapellerie—parvis de N. D., en partie—des Carmes, en partie—Grosse Horloge, en partie—du Bec, en partie. Notre Dame de la Ronde : Du Bec, en partie—Gros Horloge, en partie—Enclos de la Ville—aux Juifs, en partie—Massacre et reprises—des Vergetiers, en partie. St. Lo : 1re centaine. Neuve S. Lô—S. Lô, en plusieurs reprises—Enclave du Palais—Neuf Marché—dans le Palais—Cour de Palais—Boudin, en plusieurs reprises—du Bec, en partie—de la Poterne. 2e centaine : Aux Juifs, en partie et reprises—des Carmes, en partie et reprises—S. Nicolas, en partie—de la Châine, en partie. » Voir TYR, p. 233-234.

10 Voir N. Périaux, Dict. indicateur des rues et places de Rouen, 3e éd. (Rouen, 1870), p. 338, note 4, citant un texte du Cartulaire de Saint-Denis du 8 janvier 1440, no 63.

11 Voir la carte manuscrite de Rondeaux de Sétry, « Second Plan de la Ville de Rouen », à la Bibliothèque municipale de Rouen ; et sa forme imprimée, avec les descriptions de l’auteur attachées à la carte, dans L. Laverdy, Notices et extraits des manuscrits du Roi III (Paris, 1790), p. 596-597. Voir aussi ci-dessous, note 28.

12 Dans l’ouvrage collectif Le Palais de Justice de Rouen (Rouen, 1977), p. 10, M. Ch. Schneider écrit - malgré les paroles assez explicites des anciennes autorités citées ci-dessus - que « dans l’état présent de nos connaissances écrites et archéologiques, rien ne nous permet de dire que le Clos aux Juifs débordait d’un quadrilatère délimité par la première enceinte médiévale et les emprises des rues Saint-Lo, Boudin, et aux Juifs, avec peut-être un léger décrochement au sud de la rue aux Juifs... » Cette opinion n’est confirmée ni par les sources littéraires ni par les plans anciens et les découvertes archéologiques récentes de la rue aux Juifs. La localisation par M. Schneider d’une grande partie du fief de Leicester dans la zone sud du quartier juif (voir planche 2 de l’ouvrage cité) aurait bien sûr appuyé son hypothèse, mais elle n’est pas justifiée en raison de la faiblesse des documents connus sur ce fief. En ce qui concerne son emplacement, on écrivait seulement qu’il était situé « en la paroisse Nostre-Dame-de-la-Ronde, à la port de Machacre (= Massacre) », voir Chéruel, Histoire de Rouen, p. 263, note 1. Chéruel ajoute que ce passage « me porte à croire que ce fief devint l’hôtel de ville, que nous trouvons dans la suite établi précisément sur le même terrain ». Or, cette opinion elle-même reste hasardeuse. Il s’agit seulement d’un fief près du côté nord ou sud de l’ancienne rue Massacre, vers le Gros Horloge. Le grossissement du site par M. Schneider pour inclure une grande partie du quartier juif reste totalement sans fondement. La suggestion supplémentaire de l’auteur, utilisant son idée de la prétendue étroitesse du quartier juif pour indiquer que l’importance de la communauté juive rouennaise n’était pas supérieure à l’importance de celles d’Evreux, de Falaise, ou d’autres villes normandes plus petites (ibid., p. 10) ne s’appuie pas, elle non plus, sur les sources écrites. Voir discussion dans les chapitres suivants.

13 Cette distance est assurée par le fait que l’extrémité sud de l’hôtel du juif Bonnevie découvert en 1982 (voir ci-dessous, p. 19) n’était qu’à 30 m au nord de la rue du Gros-Horloge, alors que la distance totale entre la rue aux Juifs et la rue du Gros-Horloge à cet endroit est de 70 m.

14 Une autre rue aux Juifs existait, jusqu’au XIXe siècle, dans le quartier Saint-Sever sur la rive gauche. Sa localisation est indiquée précisément sur les cartes municipales de la première moitié du XIXe siècle (voir par exemple la carte que j’ai publiée dans TYR, fig. 33). Cette rue était en fait la combinaison de deux rues formant maintenant un angle droit, nommées rue Emile-Masqueray - localisée entre l’avenue de Caen et la rue Saint-Julien - et, en partant vers l’ouest, la rue Alexandre-Barrabé. De plus, à angle droit de cette rue aux Juifs, approximativement en sa moitié, se trouvait une petite rue connue sous le nom de l’impasse aux Juifs. Périaux affirme (Diet, indicateur, éd. de 1819, p. 133) que cette rue aux Juifs « a pris son nom du Cimetière aux Juifs, qui existait encore à la fin du siècle dernier ». Ch. de Beaurepaire (Nouveaux mélanges historiques et archéologiques [Rouen, 1904], p. 246) cite un document de 1786 qui indique qu’une certaine juive d’Alsace devait être enterrée dans le cimetière « au lieu où les juifs sont enterrés, au faubourg St. Sever », et il est de l’avis que ce cimetière « devait être de date assez récente ». Evidemment, ni Périaux ni Beaurepaire n’ont vu de documents qui indiquent que les juifs étaient installés dans ce quartier, ou qui attestent l’existence de ce cimetière au moyen âge. Cependant, l’affirmation de Périaux selon laquelle le cimetière « existait encore » à la fin du XVIIIe siècle est en quelque sorte en conflit avec celle de Beaurepaire écrivant qu’il était « de date assez récente ». De plus, il aurait été sans précédent pour une rue aux Juifs d’avoir adopté ce nom simplement parce qu’elle se trouvait à proximité d’un cimetière juif. Le nom de la rue indique plutôt une zone habitée par des juifs après leur réinstallation en France. D’autre part, les sources s’accordent pour dire que la rue aux Juifs de Rouen même, n’était plus en leur possession après l’expulsion de 1306.

15 Voir p. ex. la situation du quartier juif de Spire, localisé pendant le XIe siècle au-delà des murs d’enceinte de l’ancienne ville et entouré par son propre mur d’enceinte ; voir l’ouvrage collectif, Geschichte der Juden in Speyer (Spire, 1981), p. 11. A Provins en 1301 on a vendu « une place assise au-dessus de la Porte Neuve de Provinz, en la Juierie », voir S. Luce, « Catalogue des Documents », REJ III (1881) ; 29.

16 Voir de Beaurepaire, « Communication », p. 199, note 3 : « Cette terre est mentionnée dans un état du domaine de Rouen du XIIIe siècle, conservé à la Bibliothèque de cette ville. “Du cimitiere as Juieulz. ” - Richard de Monte Judaeorum, mentionné dans une charte de 1246 ; Mons Judaeorum, mars 1256 (v.s.) - Arch, de la S.-Inf., du Chapitre, Clerc de Ville, Saint-Jean. » Il n’y a pas plus de détails dans la note de Beaurepaire. Il est intéressant de remarquer qu’également à Reims - ville dont les fonctions historiques étaient en grande mesure parallèles, pour sa région, à celles de Rouen pour la Neustrie Carolingienne et la Normandie - l’ancienne rue aux Juifs (maintenant rue des Elus) était située dans le secteur nord-ouest de la ville romaine ; que cette rue était juste au nord du decumanus remois ; et que le cimetière juif était situé immédiatement au-delà de la porte du nord (= la Porte Mars) de la ville. Sur l’emplacement de la rue des Elus, voir les plans dans M. Holland. Essai sur la Topographie de Reims (Editions de la Société des Amis de vieux Reims, sans date) ; et sur celui du cimetière juif médiéval, voir ibid., p. 10, no 35 (plan d’E. Kalas). Voir P. Varin, Documents inédits sur l’histoire de France : Archives administratives de la Ville de Reims (Paris, 1839), I, 2« partie, p. 906, note 1 (équivalence de la rue des Elus avec la rue de la Juiverie) et II, p. 320, no 283 : « Tailles... pour une ‘maison qui fu les Juys... pour le cimetière des Juys, devant la Porte Mars’. »

17 Voir les Archives municipales de Rouen, copies et vidimus de chartes, registre T. I (fol. 73 v°) : « La deuxiesme passée devant Fralin Aufrye, tabellion à Rouen, le vingtième de janvier mil quatre cens quarante deux. Comme Guillemne Alorge et Jehanne du Tôt, sa femme, demeurans à Sainct-Vincent, confessèrent avoir prins à rente de Pierre Daron, procureur général de ladite ville, une pièce de terre nommée les (f° 74 r°) mont clos et cimetière aux Juifz, assise soulz et environ Sainct-Mor hors ladicte ville près le chastel en la parroisse Sainct-Patrix, icelle pièce limitée en deux parties, l’une partie nommée le mont ou cymetière aux Juifz contenant deux acres, troys vergées et dix perques, et ledict clos contenant deux acres, en ce comprins une portion de ce où sont à présent unes butes qui contiennent une vergée, le toult ensemble contenant quatre acres, troys vergées et dix perques, anciennement bournéz joux(te) la rue appelée Barsot entre la rue par où l’en va à Barsot en la rue de Sainct-Nicolas de Beauvoir, d’un costé à la terre qui fut Guillaume de Harcourt à cause de Denise, sa femme, et d’autre aboutant d’un boult à la terre qui fut Vincent Michel et d’autre boult aux héritages qui furent Jehan de Linsez ( ?), les hoirs Jehan Pellerin, Guillemete La Pellée, Richard Verete, Godeffroy Lallemant, Jacques Barre, Jehan Mutel et Jehan de Caudebec, par le prix de huit livres toumoys de rente par an dont lors fut baillé en assiecte six livres toumoys de rente en déduction d’icelles huit livres de rente, c’est assavoir quatre livr(e)s toumoys de rente deubz ausdicts mariéz à cause de ladicte femme par Symon Houllette, plastrier, restans de six livres de rente sur la maison cy-dessus boumée en la première lettre, assise à SainctJehan, et quarante solz toumoys de rente que ledict Guillemne Alorge avoit puis naguères eubz et acquis à tiltre d’eschange dudict Daron en son propre et privé nom. Lequel Daron en son privé nom avoit acquis lesdicts xl. solz toumoys de rente de Jehan Morelet, escuier, seigneur de Quenouville, lesquels quarante solz toumoys estoient créez et deubz par fieffe ferte à Guillemne Davoult par Jehan Morelet, père dudict Jehan Morelet, d’une maison, édiffices et jardin assis en la parroisse Saincte-Marie-la-Petite, bournée es lettres passées devant ledict Henry Le Vigneron, en l’an mil quatre cens et ung, le XXVe de novembre. Et par ce ne restoit que quarante solz toumoys appendant sur le mont et cymetière aux Juifz, paiables à Sainct-Michel et Pasques, etc... »
Je remercie vivement Mme Claire FONS et Mme Madeleine Fourniė, archivistespaléographes à la Bibliothèque municipale de Rouen, pour leur transcription très exacte du document.

18 Le terme « Barsot » dans la copie existante du document est en fait une erreur d’écriture pour « Varvot », nom par lequel l’actuelle rue Verte, bordant le territoire à l’est, était jadis connu. Voir N. Périaux, Dictionnaire indicateur des rues et places de Rouen (Rouen, 1819), p. 251.

19 Voir N. Périaux, Diet, indict., éd. de 1870, p. 577 : « un autre acte de 1476 cite “la rue Saint-Mor, pièce nommée Saint-Nicholas, b.d.c. la rue tendant de la rue Saint-Mor à la porte de Bouvreil, d’autre côté le clos aux Juifs”... » ; et Ch. de Beaurepaire dans Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure IX (1891-1893), p. 199.

20 Pour la référence au Mons Judaicus adjacent à Narbonne, voir C. Devic et J. Vaissete, Histoire générale de Languedoc, Preuves no 41, p. 134. En ce qui concerne l’ancien cimetière juif de Barcelone appelé Montjuich, voir F. Cantera Burgos dans C. Roth (éd.), The World History of the Jewish People, vol. XI : The Dark Ages (Rutgers, 1966), p. 380. Pour le terme Mons Judaicus utilisé dans le midi, voir G. Saige, Les juifs du Languedoc antérieurement au XIVe siècle (Paris, 1881), passim. Pour Mons Judaicus comme nom commun pour un cimetière juif, voir A. Berliner, Geschichte der Juden in Rom II (Francfort-sur-le-Main, 1893), p. 14. Voir l’exemple de Mâcon (1309), « ... un lieu entouré de murs situé à Mâcon en Monjuyf et dit vulgairement le cimetière des Juifs » ; voir Luce, « Cat. des documents », p. 62, no LXX.

21 Voir A. Kober (History of The Jews in) Cologne (Philadelphie, 1940), p. 100-103, et p. 360, notes 29-30.

22 Voir I. Elbogen et al., Germania Judaica (Breslau, 1934), p. 69-85.

23 Voir Jewish Encyclopaedia IX (New York, 1905), p. 169 ; G. Saige, Les Juifs de Languedoc, p. 5 et suivantes. Sur le Rex Judaeorum de Rouen, voir plus bas chap. v. Ce n’est qu’à Narbonne et à Rouen que certains dignitaires portèrent ce titre.

24 Voir Salomon ibn Verga, Shébet Yehudah, éd. Wiener, par. 19; Joseph Jacobs, « The London Jewry », Jewish Ideals (London, 1896), p. 176-179. Que Jacobs n’inclue que les juifs de plus de douze ans dans ses observations est claire ; voir ibid., p. 179 : « ... Les juifs de Londres représentaient environ le huitième des juifs éparpillés dans quelques cent-vingt villes et villages du pays. Les chroniqueurs indiquent un chiffre de 15 060 juifs expulsés, chiffre auquel on peut se fier d’autant plus que les registres des noms des juifs étaient conservés pour des raisons de contrôle à partir du moment où une somme de trois pence par an fut perçue sur chaque juif de plus de douze ans. Ce qui donnerait un chiffre approximatif de deux mille juifs à Londres... » Et puisqu’il n’y avait aucun contrôle sur les juifs de moins de douze ans, il n’y a aucune raison de croire que les archives aient existé pour les enfants. Donc le nombre d’expulsés, fondé sur les statistiques de contrôle, n’inclut pas les mineurs de moins de douze ans. R. Quenedey écrit (L’habitation rouennaise, p. 68), qu’il existait à Rouen au XIIIe siècle « une catégorie de personnes non comprises dans le dénombrement fait par la pouillé : ecclésiastiques, juifs, etc. Or, c’était dans la première zone que cette catégorie était la plus nombreuse... Cette population supplémentaire a été évaluée à environ 2.000 à 4.000 âmes. » - Nahmanide (XIIIe siècle) indique que la population juive de la France septentrionale était 12 ribbō’ = 120.000 hommes ; voir MGWJ IX (1860) : 188.

25 Voir l’édition fac-similée du plan par V. Sanson (Rouen, 1911).

26 Th. A. Cook, The Story of Rouen, p. 345.

27 Sur la carte de Le Lieur ne figure aucune indication de rue à l’emplacement de l’actuelle rue Massacre. Une rue y figure, cependant, sur le plan de Jacques Gomboust, réalisé en 1655, sous l’appellation de « Boucherie Massacre ». Voir N. Périaux, Diet. Indicateur, 3e éd. (1870), s.v. « Massacre ».

28 Voir le plan original à la Bibliothèque municipale de Rouen, et sa forme imprimée dans Laverdy, Notices et extraits III, p. 596-597 ; et mon étude « Nature et Destination du Monument hébraïque découvert à Rouen », PAAJR XLVI (1981) : 111-112. Notons soigneusement que Rondeaux de Sétry écrit :
19. La place aux Juifs. La cour du palais en occupe présentement une grande partie. Cette place, au coin de laquelle étoit autrefois la synagogue des Juifs, fut réunie au domaine, lorsqu’ils furent chassés de France par Philippe Auguste en 1181. Elle devint marché aux herbes en 1429. On commença d’y bâtir la grand’chambre du Palais en 1499. Peu d’années après, le marché fut transporté dans me place voisine que l’on forma exprès, à laquelle on donna le nom de marché neuf. 20. La Synagogue des Juifs. Elle se voit encore à l’entrée de la rue aux Juifs, à droite en revenant du marché neuf. C’est un grand pavillon de pierre, presque carré, qui a deux étages voûtés, dont l’intérieur est un demi-souterrain de dix-neuf pieds d’élévation.
En disant que la synagogue « se voit encore à l’entrée de la rue aux Juifs, à droite en revenant du marché neuf », l’auteur indique sans équivoque qu’il s’agissait d’une seule synagogue, et que celle-ci se trouvait au sud de la rue aux Juifs. Malgré la clarté de la description, il a cependant été soutenu que Rondeaux de Sétry décrivait deux synagogues, l’une au côté nord et l’autre au côté sud de la rue (voir B. Blumenkranz, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1976 : 682-683 ; idem, Art et archéologie des Juifs en France médiévale [Toulouse, 1980], p. 296) ; alors qu’un autre auteur a suggéré que la description de Rondeaux de Sétry indique seulement la présence d’une synagogue au côté nord de la rue, à l’emplacement du Palais (G. NAHON dans RE J CXXXVII [1978] : 457). Or, c’est seulement par la suppression totale et complète de la phrase citée (« Elle se voit encore... à droite en revenant du marché neuf ») que les deux historiens arrivent à ces conclusions. Malheureusement, ils n’ont pas signalé cette omission à leurs lecteurs. Voir aussi plus loin, note 49.

29 Voir E. de la Quérière, Description historique des maisons de Rouen (Paris, 1821), p. 149-150.

30 Voir le « Plan général de la maison de ville et des autres maisons qui luy apartiennes, levé en juillet année 1738 par Re Vernisse menusier » à la Bibliothèque municipale de Rouen (Est. II T Rouen [ex archives municipales 33A8] ; classé dans les estampes hors grandeur, chemise rouge : IV. 3. Est. T.  II et H. G. Rouen. Plans édifices divers). Une copie de ce plan, assez petite et pas entièrement exacte, se trouve dans A. Cerné, L’Hôtel de Ville de Rouen (Rouen, 1934), fig. 3. Je donne une photographie réduite du plan original dans Les monuments historiques de France 4/77, p. 19. Notons que les descriptions écrites de Rondeaux de Sétry et de de la Quérière ne se conforment pas précisément Tune à l’autre. D’après l’un, le bâtiment était « presque carré », alors que l’autre parle d’un monument de 24 1/2 pieds par 16 1/2 pieds (= 8,03 m [nord-sud] X 5,28 m [est-ouest]). Le plan de Vernisse est un peu plus proche de la description de Rondeaux de Sétry : il en résulte des dimensions approximatives de 8 m de long sur 6,70 m de large. Il faut souligner que ni la véritable synagogue de Rouen ni celle de Rouffach (dimensions intérieures : 11,35 m est-ouest X 10 m nord-sud) ne montrent une orientation prononcée est-ouest - ce qu’on a suggéré être une indication spécifique pour des synagogues médiévales - mais toutes deux sont caractérisées par une forme plus ou moins carrée. Voir « Nature et Destination », p. 174-175 ; R. Krautheimer, Mittelalterliche Synagogen (Berlin, 1927), p. 193.

31 Cela montre que les « deux meurtrières du côté du midi » indiquées par de la Quérière signifient simplement deux fenêtres au côté sud du bâtiment et non pas littéralement deux meurtrières dans le mur sud.

32 Voir les citations talmudiques et les paroles de Rashi de Troyes sur le sujet traduites dans « Nature et Destination », p. 136 et 143.

33 La confirmation de cette règle dans le nord de la France au moyen âge est montrée par un étudiant de Judah Sire Léon de Paris ; voir mon article « Nature et Destination », p. 135-136. (Pour la formulation de ce principe comme règle générale pour toutes les communautés juives par Joseph CARO dans son Shulhan Aroukh, voir ibid., p. 135.) On trouve aussi que la porte principale originelle de la synagogue de Rouffach était située sur le mur du côté ouest ; voir le plan dans R. Krautheimer, Mittelalterliche Synagogen, p. 193. Cependant cette coutume n’était apparemment pas suivie à l’est du Rhin où les synagogues médiévales ne possédaient pas cette caractéristique de manière invariable.

34 Voir les plans des synagogues de Spire, Worms, Rouffach et Francfortsur-le-Main dans le livre de Richard Krautheimer, Mittelalterliche Synagogen, figs. 38, 31, 67 et 87 ; et aussi « Nature et Destination » p. 174.

35 Les logements dans le bâtiment « connu sous le nom de synagogue » ont leur référence dans plusieurs textes du XVIIIe siècle conservés dans les Archives départementales de la Seine-Maritime, série G. 7481. Voir maintenant Ch. Gosselin, « La synagogue de la rue Massacre à Rouen », Etudes Normandes, 1983, no 4 : 63-70.

36 Pour consulter un plan de ce type, voir la reconstruction de celle d’Irbid à Krautheimer, Mittelalterliche Synagogen, fig. 1 (p. 51).

37 Voir « Nature et Destination », p. 146.

38 Voir Archives départementales de la Seine-Maritime, Séries G. 7481, « ainsi qu’un puits qui est dans la muraille de la dite maison de derrière appelée la synagogue... ».

39 Voir les documents que j’ai traduits dans « Nature et Destination » p. 134-135.

40 On trouve aussi à Sens une synagogue médiévale semblable à une tour qui survécut jusqu’à la fin du XVIIIe siècle et qui avait attiré des voyageurs de villes lointaines. La tour de cette synagogue était aussi décorée de peintures de fresques mais je n’ai pas pu déterminer si, comme à Rouen, elles décoraient effectivement la voûte. Voir Th. Tarbé, Recherches historiques et anecdotales sur la ville de Sens (Sens, 1838), p. 113.

41 Voir Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure IX (1891-1893) : 197. – On trouve les restes de barres de fer dans les fenêtres du monument hébraïque de la cour du Palais également, voir ci-dessous.

42 Voir Dubosc, « Les synagogues de Rouen », p. 177.

43 Voir D. Bertin, « Deux constructions juives du XIIe siècle », Archives Juives XII (1976) : 55 ; N. Golb, « Nature et Destination », p. 101-102. Le graffite se trouve sur le mur sud, et consiste en un seul mot, gabō’ah ou gōbāh (« haut » ou « hauteur »), voir « Nature et Destination », p. 133.

44 Voir F.N. Taillepied, Recueil des antiquitez et singularitez de la ville de Rouen (Rouen, 1587) p. 194-195 : « Les Iuifs semblablement qui tenoient vne rue situee près du Palais, furent chassez hors de Rouen & de France. Leur synagogue fut erigee en eglise, qui fut appellee nostre Dame la Ronde, & y a des Chanoines pour célébrer le diuin seruice. » N. Périaux, Dictionnaire, p. 339 ; A. Lesguillez, Lettres sur la ville de Rouen (Rouen, 1826), p. 153-154 ; Golb, TYR, p. 231-232. De Beaurepaire déclare douteux le témoignage qui indique que Notre-Dame de la Ronde avait été une synagogue, voir son Nouveau recueil de notes historiques, p. 46-47.

45 Pour cette distinction, voir les sources hébraïques dont j’ai fait une traduction dans « Nature et Destination », p. 137.

46 Tous ces renseignements sont fournis par les descriptions de la découverte se trouvant dans la presse rouennaise quotidienne, par des indications de collègues dans leur correspondance, et par mes observations personnelles faites au cours de ma visite au site le 2 juillet 1982. Je remercie beaucoup la directrice d’archéologie de Haute-Normandie ainsi que d’autres rouennais pour m’avoir conduit au lieu des fouilles lors de cette visite. Quant aux articles dans la presse rouennaise, voir Paris-Normandie du 25/5, 5-6/6, 7/7, 10-11/7, 16/7 et 17-18/7/1982 ; Liberté-Dimanche du 30/5, 27/6, 4/7, 8/8 et 15/8/1982. Voir aussi Le Monde du 6/7/1982 ; Ouest-France du 29/7/1982 ; Libération du 13/8/1982 ; Le Figaro du 2/9/1982 ; Quotidien de Paris du 11-12/9/1982 ; New York Times du 1/8/1982 ; International Herald Tribune du 10/8/1982. Sur d’autres aspects archéologiques de cette découverte, voir le bref compte-rendu de P. Halbout, Annales de Normandie XXXIII (1983) : 323-326.

47 Voir les textes latins cités ci-dessous, chap. ix, p. 278-279. Je remercie vivement M. le doyen Alain Sadourny de m’avoir fourni ces renseignements en 1972, ainsi que de sa traduction française des deux textes.

48 Malgré les efforts déployés par moi-même et par plusieurs organismes français pour sauvegarder cet important monument du judaïsme rouennais médiéval, on l’a démoli aux deux tiers à la fin juillet 1982. Voir en particulier le Paris-Normandie du 17-18/7/1982. Propriété du Ministère de la Justice et non pas de la ville de Rouen, cette parcelle fut utilisée pour y construire des bureaux pour le Tribunal de Grande Instance et, au sous-sol, un parking pour les voitures des membres de ce tribunal. On a sauvegardé cependant le très beau mur est. J’analyse cette découverte en détail dans un article à paraître prochainement dans Etudes Normandes ; voir Paris-Normandie du 24/11/83.

49 Voir Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure IX (1891-1893) : 199, et mon examen dans Archéologia 129 (avril 1979) : 14 et « Nature et Destination », p. 105 sqq. L’affirmation de M. Blumenkranz (Art et Archéologie des Juifs en France médiévale, p. 296-297) selon laquelle Charles de Beaurepaire s’était trompé en décrivant le document maintenant perdu (« ... de Beaurepaire n’avait gardé qu’un souvenir quelque peu confus des explications de Rondeaux de Setry... Mais son erreur est d’autant plus excusable qu’elle a été reprise par d’autres ») me semble être une suggestion singulièrement malheureuse. L’auteur entremêle cette suggestion avec sa suppression de l’élément décisif dans la description de Rondeaux de Setry de l’emplacement de la synagogue monumentale : voir ci-dessus, note 28. C’est exclusivement cette suppression qui produit un texte donnant à entendre qu’il y avait une autre synagogue à l’emplacement du Palais de Justice. De là, il n’y a qu’un petit pas à déclarer fausses les paroles du plus éminent chercheur historique que Rouen ait jamais connu. Si on juxtapose le texte intégral de Rondeaux de Setry avec la discussion de Beaurepaire, on trouve au contraire qu’ils sont parfaitement en accord en plaçant la synagogue monumentale du côté sud de la rue aux Juifs, près de la rue Massacre. Quant à la série d’autres suggestions que M. Blumenkranz y fait ; que le document du XVe siècle vu par Beaurepaire était en latin, que l’expression latine scola judaeorum ne signifie qu’une synagogue, que c’est le vocable scola qu’on a substitué pour synagoga dans le texte vu par Beaurepaire, et enfin que Beaurepaire commettait une erreur en traduisant par « école » la parole latine supposée - voir la discussion dans « Nature et Destination », p. 155-157 ; ci-dessous, chap. v ; et mon article à paraître, « Les Ecoles rabbiniques de France pendant le moyen âge ». Ces opinions de M. Blumenkranz sont totalement dénuées de fondement.

50 C’est précisément pour les raisons citées que j’ai localisé l’école, bien avant la découverte de 1976 (voir ci-dessous) au côté nord de la rue aux Juifs, à l’emplacement actuel du Palais. Voir TYR, p. 231. Cependant, ceux qui ont prétendu que le monument hébraïque découvert à cet endroit était une synagogue s’abstiennent dans leurs écrits de mentionner que c’est en me fondant sur le document vu par Beaurepaire que j’ai émis cette hypothèse, avant la découverte de la présence du monument hébraïque juste à l’emplacement du Palais.

51 Au sujet du déroulement de la découverte et de ses conséquences, voir en particulier le Paris-Normandie, éditions des 14-15 août, 19 août, 2 septembre, 18 septembre, 9-10 octobre, 23 novembre, 30 décembre 1976 ; 23-24 avril, 12 mai, 25 septembre, 30 novembre 1977 ; 17 mai et 11-12 novembre 1978. Très hâtivement et sans considérer la documentation écrite, les archéologues travaillant sur le site se sont prononcés en faveur de l’identification du site comme étant une synagogue (voir en particulier les trois premiers articles de ParisNormandie cités). J’attribue cette erreur faite au tout premier stade des fouilles à un manque de connaissances - normal en France à l’époque - sur les écoles rabbiniques françaises du moyen âge et sur l’activité intellectuelle juive à Rouen pendant les XIIe « et XIIIe siècles. L’orientation prononcée est-ouest du bâtiment, qui reste la seule raison sérieuse qu’on ait donnée en faveur d’une telle identification, n’était pas, on le sait maintenant (voir note 30 ci-dessus), une caractéristique des synagogues médiévales de France septentrionale, dont la forme était apparemment carrée. De plus, jusqu’à maintenant, on n’a pas apporté la moindre preuve que les écoles juives françaises n’étaient pas de forme rectangulaire, comme l’est le monument découvert.

52 Les colonnes adossées sont disposées par paires ; entre chaque paire se trouve un contrefort carré (voir fig. H), pour un total de sept paires sur le mur sud, de quatre sur le mur ouest, et de six sur le mur nord. Le manque de contreforts ou de toute autre décoration à l’extérieur du côté est s’explique par la présence, pendant le moyen âge, d’un autre bâtiment tout proche de ce côté. On a d’ailleurs trouvé les restes de ses fondations au printemps 1977. Voir « Nature et Destination », p. 109.
Quant aux variations des bases des colonnes, il faut dire qu’on retrouve cette même vogue par exemple dans l’église de Barfreston dans le Kent, dans celle de l’abbaye de Saint-Martin de Boscherville et celle de Foullebec en Normandie, ainsi que dans la Collegiata di S. Orso d’Aoste, et ailleurs.

53 C’est aussi une caractéristique de l’art roman, voir p. ex. le même élément : une tête pour deux corps sur un chapiteau de colonne dans l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire ; voir aussi les renseignements fournis par M. Baylé dans B. Blumenkranz, éd., Art et archéologie des Juifs en France médiévale (Toulouse, 1980), p. 251 et suivantes.

54 Voir ci-dessus, note 52. Il faut remarquer que certains, en identifiant le monument comme étant une synagogue, espéraient trouver une abside dans le mur est (voir citations dans « Nature et Destination », p. 108). Non seulement il manque une abside au bâtiment, non seulement une véritable synagogue monumentale du moyen âge existe sur le côté sud de la rue, mais, de plus, la présence d’une synagogue à l’emplacement du Palais de Justice n’est attestée par aucune source écrite. Voir ci-dessus, note 50, et ci-dessous, note 57. Selon M. Baylé (op. cit., p. 266), le fait que le monument soit partiellement enterré, reste parmi les « arguments très convaincants » avancés par les partisans de l’hypothèse d’une synagogue et, sur la même lancée, elle suggère (ibid) que l’abside se trouvait probablement à l’étage disparu. Or, les deux idées sont mutuellement exclusives. Voir aussi la note suivante.

55 Comme je l’ai remarqué ailleurs (voir « Nature et Destination », p. 116), les trous - neuf à droite et deux à gauche, et aucun au centre du mur - indiquent apparemment (s’ils ne sont pas postérieurs à l’occupation juive du monument) la présence de tablettes auxquelles on attachait avec des chaînes des manuscrits de grande valeur. Au sujet de cette coutume, voir p. ex. J. W. Clark, The Care of Books (Cambridge, 1902), p. 126 et passim. Le propos de B. Blumenkranz que « des chevilles en bas ou des goujons en métal... logés dans ces trous fixaient contre le mur oriental une estrade et une armoire en bois » (Archives juives XIII [1977] : 42) n’est pas acceptable à cause de l’emplacement très particulier des trous (voir « Nature et Destination », p. 165.) L’estrade d’une synagogue médiévale n’était fixée contre un mur, d’un côté de l’abside, mais toujours devant celle-ci, et la plupart du temps au centre de la salle ; alors que l’abside avec son armoire contenant les rouleaux de la Torah se trouvait au centre du mur est dans les synagogues européennes, et en aucun autre endroit.
Apparemment soucieuse de ce problème, une collaboratrice du livre édité par M. Blumenkranz, au lieu d’écarter son hypothèse, a prétendu que c’était la salle supérieure du monument - maintenant entièrement disparue - qui aurait possédé une abside (voir M. Baylé dans Art et archéologie, p. 266). Le traitement par cet auteur du problème de l’identification du monument semble être arbitraire et ne pas s’appuyer sur les textes médiévaux concernant les bâtiments hébraïques du moyen âge.

56 Voir mes édition et traduction des graffiti dans « Nature et Destination », p. 125-133, où j’ai réfuté plusieurs hypothèses insoutenables en ce qui concerne la lecture et l’interprétation des inscriptions. La suggestion qu’une ou plusieurs des inscriptions font état d’une calamité qui aurait affecté le bâtiment pendant Tannée 1287 ou 1288 (voir mon analyse de cette idée dans « Nature et Destination », p. 166-169) est fondée sur une série de malentendus singuliers.

57 C’est précisément cette particularité - c’est-à-dire, l’identification du monument d’après une source écrite - qui distingue l’hypothèse d’une école des autres hypothèses avancées jusqu’à maintenant. En d’autres termes, à chacune de ces hypothèses diverses (1) synagogue (voir ci-dessus, notes 51, 54 et 55) ; (2) hôtel privé du « roi des juifs » de Rouen (A. Grabois dans une conférence donnée à l’Université de Rouen en février 1981) ; (3) bâtiment civil du judaïsme rouennais (M. de Bouard dans L’Histoire no 48 [sept. 1982] : 84) - manque un fondement textuel, par opposition à l’identification du bâtiment comme étant une école.

58 Voir les sources hébraïques sur ce sujet, dont j’ai fourni une traduction dans « Nature et Destination », p. 134 (Maimonide, Mishneh torah, Hilkoth tefillah XI, § 14 ; Joseph Caro, Shulhan aroukh, Orah hayyim, § 90b).

59 C’est ce que j’ai souligné dans la 7* partie de mon analyse du congrès de M. Blumenkranz au sujet du monument hébraïque (été 1979), p. 31-32. J’ai fait parvenir cette analyse en France en novembre 1979. Si je n’ai pas sérieusement envisagé l’hypothèse d’un bâtiment civil, comme l’a suggéré M. de Bouard dans L’Histoire no 48, p. 84, c’est parce que ni les textes dont on dispose, ni la situation du monument ne nous amènent ou ne nous autorisent à adopter une telle hypothèse. Outre les preuves textuelles et épigraphiques et l’emplacement précis du monument, qui constituent des indications en contradiction directe avec une telle hypothèse, on ne possède pas la moindre preuve que d’autres bâtiments juifs, salles de mariages ou maisons de réunion, auraient été d’une allure et d’une dimension semblables à celles du monument découvert à Rouen. - Quant aux actes de ce congrès (Art et Archéologie des Juifs en France médiévale), voir mon exposé dans Liberté-Dimanche (Rouen) du 15 février 1981.

60 Voir la description de ces armoires dans J. W. Clark, The Care of Books (Cambridge, 1902), p. 39 sqq., 70 sqq., 239-242 sqq. Armoire de la cathédrale de Bayeux : Clark, ibid., fig. 21 ; d’Obazine, ibid., fig. 28. Les armoires atteignaient une hauteur de deux à trois mètres, et reposaient sur des pieds forts et épais pour protéger leurs contenus contre les inondations d’eau sur le plancher.

61 On en trouve des exemples dans les plans d’institutions cisterciennes tels l’abbaye de Fossa Nuova en Italie, l’abbaye de Furness et le prieuré de Wenlock en Angleterre (Clark, ibid., fig. 21, 23 et 24 ; voir Archéologia no 129 [avril, 1979] ; 20-21). B. Blumenkranz (Art et archéologie des Juifs en France médiévale, p. 297-298) cherche à réfuter cette explication en ayant recours au modèle très différent de la grande bibliothèque de St. Gall en Suisse, où l’on trouve de grandes fenêtres et une bibliothèque en étage. Or, l’existence d’un autre modèle n’empêche en rien l’identification proposée, qui n’est pas fondée sur le modèle de ce monastère suisse très élaboré mais sur la similarité de plan du rez-de-chaussée du monument rouennais avec celui des salles de livres cisterciennes sus-mentionnées. Voir Clark, ibid., p. 82 : « L’usage de la salle du Chapitre ou d’un local voisin pour y entreposer les livres est l’un des traits les plus curieux de la vie cistercienne. » Quant aux assez grandes dimensions de la salle à Rouen, il faut dire qu’elles ont été exigées par les dimensions de la salle supérieure, et non par d’autres considérations.
L’argument de M. Blumenkranz (ibid., p. 298-299) suggérant qu’à la suite de la destruction de livres hébraïques pendant la première Croisade l’on n’avait pas besoin d’une salle de livres dans une école rabbinique, me semble constituer un sophisme remarquable.

62 Voir les plans des abbayes sus-mentionnées et les descriptions de CLARK, ibid., p. 74-82. Il semble que de manière régulière les collections de manuscrits aient été conservées dans une pièce au niveau le plus bas. C’est pour cette raison qu’à Manosque, par exemple, on descendait à la bibliothèque, voir J. Shatzmiller dans Provence historique, fasc. 98, p. 490. On trouve qu’en 1475 un certain R. Valturio a légué sa bibliothèque à St. Francesco de Rimini, à la condition qu’elle soit transférée du rez-de-chaussée à un étage supérieur (voir J. W. Thompson, The Medieval Library [Chicago, 1939], p. 559).

63 B. Blumenkranz (Art et archéologie des Juifs en France médiévale, p. 300) objecte que l’escalier en colimaçon n’aurait pas été suffisamment large pour être adapté à un grand nombre d’étudiants ; alors que M. de Bouard (L’Histoire, no 48) indique que la disposition de l’escalier tendrait à confirmer l’identification du monument comme étant une école. - Quant au nombre d’étudiants de l’école de Rouen, il faut se poser cette question en rapport avec les dimensions du bâtiment tout entier. A mon avis, les dimensions de la salle au premier étage indiquent une population scolaire d’environ 50-60 personnes. Une telle estimation ne pose aucun problème quant à la largeur de l’escalier en colimaçon.

64 Voir ma description des restes de ces banquettes dans « Nature et Destination », p. 117-118. Ils formaient une échancrure de 0,23 m dans les murs.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search