Version classiqueVersion mobile

Les Juifs de Rouen au Moyen Âge

 | 
Norman Golb

Introduction

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit de recherches poursuivies pendant environ vingt ans. Son sujet n’est pratiquement pas abordé par les études historiques modernes. Aucune encyclopédie ou ouvrage de référence général sur le moyen âge n’informe le lecteur qu’il y eut jadis une communauté juive prospère dotée d’une culture importante dans la capitale de la Normandie. Jusqu’aux découvertes de manuscrits et aux découvertes archéologiques de ces dix-huit dernières années, c’était un élément oublié de l’histoire française et juive. Sa révélation s’est accélérée au fur et à mesure que les preuves sous-jacentes se mettaient en place comme les pièces d’un puzzle.

2Je ne suis pas un historien au sens courant de ce terme à l’heure actuelle. Mon domaine d’investigation réside dans l’étude des sources offertes par les manuscrits hébraïques et judéo-arabes dont le déchiffrement et l’interprétation peuvent élucider des aspects du passé juif ou ses rapports avec l’histoire générale. Mon outil de base est une loupe, et mon travail principal peut être qualifié de paléographie analytique par opposition à la paléographie descriptive.

3Par paléographie descriptive j’entends cette branche de l’étude des manuscrits dont le but est de déterminer les styles et genres d’écriture ainsi que le matériel utilisé pour en faire des critères de classification des textes anciens en fonction de l’endroit et de l’époque. Dans le domaine des études hébraïques, cette branche de la paléographie est représentée par le projet, animé de Jérusalem et de Paris, du Comité de Paléographie Hébraïque, dont la principale entreprise jusqu’à ce jour est l’élaboration d’un catalogue de manuscrits littéraires datés. Pour autant que je sache, les chercheurs historiens ne participent pas activement à ce projet.

4D’autre part, le but de la paléographie analytique, est de pénétrer la signification de manuscrits, en général des textes historiques, au travers de leur déchiffrage lettre à lettre, et d’arriver à une compréhension des textes déchiffrés par rapport aux faits historiques et linguistiques connus, et au moyen d’analyse logique et de reconstruction. C’est un domaine de connaissance qui atteint son apogée au XIXe siècle avec les travaux de Léopold Delisle et de ses collègues de l’Ecole des Chartes de Paris. De nos jours, ce domaine, bien qu’encore cultivé par les membres de ce corps éminent, ainsi que par d’autres chercheurs prodigieux, a été éclipsé, tout au moins dans l’esprit du public, par des travaux historiques synthétiques, qui s’appuient sur ces anciennes publications fondamentales sans avoir recours à une étude paléographique originale.

5Dans le cas de l’étude de l’histoire juive, aucun projet de recherche unificateur ni aucune institution ne se sont consacrés à un projet de paléographie analytique. Le chercheur qui s’attache à la recherche et à la reconstruction historiques - par opposition à la synthèse historique - doit progresser de manière personnelle à travers la masse des archives qui représentent les restes accumulés du passé juif, et, à partir de cela, créer son propre édifice de connaissances conduisant à la compréhension historique.

6La découverte, il y a une centaine d’années de la célèbre guenizah du Caire, collection de documents cachés pendant des siècles dans les réserves d’une vieille synagogue de cette ville, a fourni aux historiens des Juifs des possibilités sans précédent d’entreprendre l’étude de nombreux aspects de leur histoire. Il y a un demi-siècle, le chef de file de cette entreprise était, bien sûr, le regretté Jacob Mann, dont la publication des manuscrits historiques hébraïques constitue une mine d’informations nouvelles sur les juifs de l’époque médiévale. Le travail précieux de Mann a été affiné, développé et puis dépassé par les écrits magistraux et les nombreuses publications de textes, en judéo-arabe ainsi qu’en hébreu, de mon professeur le regretté S. D. Goitein, dont j’ai eu le privilège de bénéficier de l’amitié et des conseils pendant un si grand nombre d’années.

7Comme dans le cas de mes prédécesseurs et collègues, mes premières publications sur la guenizah se sont concentrées sur les juifs du Proche Orient. Toutefois, peu de temps après le début de mon étude de ces documents dans les années 1950, je me rendis compte d’un fait d’un intérêt singulier. Eparpillés dans les grandes collections à Cambridge et ailleurs, se trouvaient de précieux fragments historiques provenant - contrairement au gros des documents - non pas du Proche Orient mais d’Europe. Au cours des années qui suivirent, j’ai présenté et discuté un certain nombre de ces documents dans diverses publications, parmi lesquelles plusieurs se rapportaient à un texte précieux provenant de la ville provençale de Monieux, texte jetant une lumière nouvelle sur le sort des juifs en France au début de la Première Croisade. De plus, mes recherches sur ces documents de provenance européenne, et sur d’autres, m’ont convaincu que les premières publications de textes hébraïques de la guenizah étaient souvent incorrectes, et que des jugements historiques erronés avaient souvent été avancés sur la base de ces publications.

8Pendant l’automne 1966 j’ai étudié l’édition, imprimée en 1922, d’un manuscrit d’une page de la guenizah datant du XIe siècle, provenant également de France. Cette lettre écrite par une communauté juive d’une ville portuaire décrit la condition d’un juif d’une autre ville, qui avait été dépossédé de sa terre par un seigneur féodal après que son fils et ses serviteurs aient été assassinés « dans la forêt » alors qu’ils se rendaient aux champs. Il avait été contraint de quitter sa ville natale, était arrivé dans cette ville portuaire, et, là, avait demandé une lettre de recommandation qu’il pourrait utiliser à Jérusalem, où il avait l’intention de passer le reste de ses jours. La lettre avait enfin abouti à la guenizah du Caire, ville où le juif lésé avait clairement terminé son voyage, et la lettre était restée enfermée pendant des siècles avant de parvenir, avec d’autres fragments, au British Museum à la fin du XIXe siècle. Il est traduit pour la première fois dans cet ouvrage (voir la discussion complète au chap. iii).

9Le meurtre du fils dans la forêt m’intrigua, car une vieille loi qui avait cours en Normandie et en Angleterre stipulait que les voies de fait contre quelqu’un commises dans la forêt devaient être portées devant le tribunal personnel du duc ou du roi ; et de fait, après l’assassinat, le père affligé avait porté plainte directement devant le seigneur du pays... Toutefois la ligne dans le texte qui décrivait la ville d’origine du père n’indiquait pas, telle qu’elle était transcrite par le premier présentateur, une ville de Normandie ou d’Angleterre, mais plutôt un endroit tout à fait différent, selon ce premier éditeur, « la ville de RDWS sur la terre de França... ». Le présentateur avait interprété ce nom de lieu énigmatique comme étant la ville de Rodez, se trouvant en Languedoc.

10Or c’était une lettre originale autographe, dont le scripteur ne se serait probablement pas trompé sur un détail aussi élémentaire. Il aurait sans doute écrit RWDYZ ou RWDYS s’il avait voulu dire Rodez, mais certainement pas RDWS. De plus, aucun écrivain d’une lettre autographe vivant en France au XIe siècle n’aurait précisé que Rodez était en « França » - ce terme étant réservé, à cette époque, exclusivement à la partie nord de la France.

11Pour ces raisons, pressentant la lecture correcte du toponyme en question, j’examinai l’original lors d’une visite à Londres un peu plus tard cette année-là. Le premier présentateur avait pris le M final pour un S (samekh). Dans l’écriture hébraïque cette consonne ressemble fort à un M final, mais se distingue facilement de celle-ci dans la plupart des cas avec un peu de concentration, et, dans le cas de manuscrits difficiles, en utilisant correctement une loupe. La lettre indique clairement que son porteur venait de « la ville de RDWM, qui est sur la terre de França » (voir fig. 25 du présent ouvrage).

12L’importance de la nouvelle lecture venait du fait que, pour la première fois dans un document autographe hébraïque, on trouvait le toponyme Rodom qui, pendant le moyen âge, avait désigné la ville de Rouen. La signification de ce nom n’a jamais été oubliée des historiens français. Toutefois, dans les manuscrits tardifs et les textes imprimés de la littérature hébraïque écrite en France au moyen âge, ce terme, n’était pratiquement pas utilisé. Lorsque ce mot apparaissait, les érudits en hébreu avaient généralement corrigé pour lire autre chose - soit DRWM (qui voulait dire « le sud ») soit DRWS qui, pensaient-ils, voulait dire Dreux (Eure-et-Loire). Ils avaient fait cela à cause de la méconnaissance de l’histoire compliquée du vieux terme signifiant Rouen et aussi parce que, dans de nombreux textes hébraïques imprimés, il était fait référence aux « élèves de DRWM » et aux « sages de DRWS ». Seules une ou deux voix hésitantes s’étaient élevées vers la fin du XIXe siècle, pour suggérer que Rodom, dans les quelques endroits des manuscrits où l’on savait qu’il figurait, pouvait être le nom hébreu pour Rouen, comme c’était le cas en latin et en arabe. Cependant, à l’époque on ne connaissait la présence de ce nom dans aucun document autographe, de sorte que cette identification demeura très largement méconnue des savants hébraïsants.

13En étudiant le document de la guenizah au British Museum, je commençai à comprendre que ce texte pouvait être la clé d’une nouvelle compréhension de l’histoire des juifs de la région nord-ouest de l’Europe. Je me souvins de quelques passages de chroniques médiévales latines se rapportant aux juifs de Rouen - comment Guillaume le Conquérant avait transféré des juifs de Rouen en Angleterre, comment au début de la Première Croisade ceux qui étaient restés avaient été tués ou contraints à se convertir, comment plus tard, ayant été autorisés à revenir à leur foi, ils avaient remis des présents au pape Innocent II lors de sa visite dans cette ville. Cependant en dépit de ces allusions et de quelques autres, il semblait n’y avoir pratiquement aucun texte dans les chroniques hébraïques attestant l’importance de cette communauté.

14Voilà toutefois qu’au British Museum existait un texte qui, bien que n’ayant jamais été associé aux juifs de Rouen, ne pouvait plus maintenant être compris d’une autre façon. C’était un manuscrit riche de signification historique car il décrivait une spoliation par un duc normand au cours du premier tiers du XIe siècle, perpétrée contre un juif de Rouen qui possédait des terres cultivables qu’il avait reçues de ses aïeux en héritage. Les implications historiques de ce texte étaient claires et se raccordaient parfaitement aux affirmations des sources latines. Les juifs de Rouen avaient eu de toute évidence une longue histoire bien avant le XIe siècle, ils possédaient des terres, ils recevaient habituellement la protection des souverains, ils semblaient avoir souffert d’une réduction de leurs droits à certaines périodes au cours du XIe siècle, et ils étaient suffisamment nombreux pour avoir servi de souche à la population juive en Angleterre, après la Conquête.

15De plus je me rendis compte, à cette époque, que la lettre de la guenizah authentifiait le récit d’une persécution des juifs du Nord de la France qui avait eu lieu vers 1007. Il avait été mis fin à cette persécution à la suite de l’appel au pape de Jacob b. Jeqouthiel de Rouen (voir chap. ii). Ce récit, lui-même très mal présenté lors de sa première publication en 1876, était contenu dans un manuscrit qui se trouvait dans la bibliothèque de Parme ; son authenticité avait été contestée pendant longtemps. Comme le protagoniste de la lettre de la guenizah, Jacob avait aussi été propriétaire terrien en Normandie au début du XIe siècle, et dans cette chronique également apparaissait clairement le terme RDWM.

16Toutefois ce qui manquait à cette image qui surgissait, c’était l’élément de la culture hébraïque de ces gens, dont aucune trace n’avait été trouvée. Il était inconcevable qu’une communauté juive aussi forte et prospère en Europe au moyen âge, ait pu exister sans qu’elle ait possédé les composantes d’un héritage culturel fertile qui avait caractérisé leur existence pendant des siècles, en Palestine aussi bien que dans la Diaspora. Mais il n’avait été trouvé aucune trace d’écrits tels que poésie hébraïque ou commentaires bibliques, traités sur la littérature rabbinique, ou commentaires de loi, qu’on ait pu attribuer à des savants juifs rouennais - et ceci alors qu’il était connu que les foyers intellectuels chrétiens de Normandie avaient été à l’époque les plus importants de l’Europe du nord-ouest.

17De ce fait, j’ai été amené, dès 1967, à formuler une hypothèse qui pendant de nombreuses années m’a conduit vers un but qui une fois atteint, sembla une simple étape d’une route plus longue. La formulation de cette hypothèse était relativement simple. Si un savant des temps modernes avait mal lu le mot Rodom et l’avait remplacé par un autre, n’était-il pas possible que des savants ou des copistes d’autrefois, en voyant ce même nom dans des manuscrits, aient pu commettre la même erreur ? La modification de l’original Rothomagus en Rodom puis en Rouen n’avait jamais été reconnue ni discutée par la plupart des savants hébraïsants du continent. Au XIVe siècle, en revanche, les juifs avaient été expulsés de France et avaient souffert d’une profonde rupture socioculturelle avec un pays qui les avait accueillis depuis l’époque romaine. Ne pouvait-on pas penser que la signification du vieux mot Rodom avait été progressivement oubliée par les exilés, au fur et à mesure qu’ils assimilaient la culture et la langue des pays où ils s’étaient installés après 1306 ?

18Je décidai, pensant que c’était la seule méthode d’investigation possible, de chercher tout d’abord dans des textes imprimés, des références aux prétendus « sages du Sud » et « élèves de Dreux », puis de rechercher la lecture correcte de ces termes dans les manuscrits les plus anciens qui fussent connus.

19Ces efforts ont été poursuivis pendant une période de trois ans, pendant lesquels j’ai pu découvrir environ une vingtaine de mentions du terme authentique de Rodom dans des manuscrits conservés dans presque autant de bibliothèques. Le stade principal de cette investigation fut atteint pendant l’année universitaire 1969-1970 à l’Institute for Microfilmed Hebrew Manuscripts de Jérusalem, où j’ai pu comparer des variantes textuelles dans des dizaines de manuscrits de toutes les bibliothèques d’Europe et d’Amérique regroupées sous forme de reproductions et entreprendre l’édition de nouvelles sources hébraïques se rapportant aux juifs rouennais et à leur culture. Je présentai les résultats de cette première investigation dans mon livre en hébreu, Toledot hayehudim be’ir rouen bimé habénayim, travail complètement inductif, dans lequel les résultats des recherches sur les manuscrits, étroitement liées aux preuves des sources latines et françaises, étaient donnés pas à pas. Ce livre comprenait la publication complète de sources variées, portant sur la culture des juifs de Rouen ou bien encore sur leur histoire sociale et économique. Le présent ouvrage n’est pas une traduction de cette étude en hébreu, et ne la remplace pas, mais a pour but de lui servir de complément.

20Cinq années passèrent entre l’achèvement de la copie dactylographiée du travail en hébreu et sa publication au printemps 1976. Au cours de cette période, de nombreuses visites dans les bibliothèques de Rouen et de Paris m’ont convaincu que le sujet nécessitait une étude plus approfondie et plus systématique que celle entreprise dans les limites d’un travail uniquement caractérisé par des examens philologiques inductifs. En 1976 j’avais commencé à rassembler une nouvelle masse de matériaux qui, je l’espérais, une fois combinés aux découvertes présentées dans le livre en hébreu, rendrait possible la rédaction d’un ouvrage destiné aux lecteurs français. Son objet ne serait pas uniquement de brosser le portrait de la communauté juive rouennaise par périodes chronologiques, mais aussi de présenter un compte rendu systématique de leur culture sur un arrière-plan d’événements connus de l’histoire de la Normandie et de l’histoire de France dans son ensemble. Il faudrait faire une plus ample utilisation des sources latines et françaises, et ménager une place pour des hypothèses destinées à expliquer certaines combinaisons d’événements que ni les commentateurs médiévaux, ni les contemporains n’avaient rapprochés.

21En août 1976, quatre mois seulement après la publication du livre en hébreu, je trouvais de nouvelles preuves manuscrites (évoquées dans le dernier chapitre du présent ouvrage) montrant que la culture rabbinique de la communauté juive rouennaise s’était maintenue en tant que force active jusqu’à son expulsion en 1306, conclusion que je n’avais pas été en mesure de tirer dans mon travail en hébreu. Au moment même où je poursuivais mes recherches à Jérusalem, un groupe d’archéologues mettaient à jour à mon insu, dans la rue aux Juifs à Rouen, le plus rare des monuments. Ils l’avaient découvert par hasard, et sans connaître l’existence de mon livre publié quatre mois auparavant. C’est pourquoi j’arrivai en France de Jérusalem au début du mois de septembre de cette même année sans avoir été averti de cette découverte archéologique.

22La vision qui m’attendait à mon arrivée dans la cour du Palais de Justice ne peut pas s’oublier facilement. L’édifice mis à jour était un exemple remarquable d’architecture romane, un édifice monumental dont la qualité et l’élégance rendaient soudainement palpable le caractère de la communauté juive rouennaise que j’avais eu tant de mal à décrire dans mon livre.

23Bien que le bruit eût couru dans la ville peu de temps après la découverte qu’une « synagogue » de l’époque médiévale avait été trouvée sous la cour du Palais de Justice, j’insistai auprès des personnes qui se trouvaient réunies sur le site lors de ma visite, sur le fait que ce serait une grave erreur d’identifier ce monument à un lieu de culte. Je leur fis remarquer que la synagogue médiévale authentique était localisée de façon précise sur le côté opposé de la rue aux Juifs (voir chapitre i). Je soulignai en même temps que dans mon livre publié quatre mois auparavant j’avais suggéré sur la base d’une source du XVe siècle maintenant perdue, que la yeshibah, ou académie rabbinique, de la communauté juive rouennaise s’était élevée sur l’emplacement occupé par la suite, par le Palais de Justice. De plus, au cours de cette réunion et à l’occasion des communications qui suivirent, je précisai que les dimensions et la grande qualité de l’édifice correspondaient au statut qui était accordé aux écoles d’enseignement supérieur dans les textes médiévaux hébraïques, y compris ceux ayant trait aux juifs de France. Au cours des quelques années qui suivirent la découverte du monument, je n’ai rencontré aucun argument, ni ai été confronté à aucune preuve écrite ou archéologique, qui d’une façon ou d’une autre aurait pu modifier l’identification du site que j’avais proposée à l’origine en automne 1976. Les lecteurs intéressés par la nature des discussions qui suivirent liront avec une attention toute particulière les différents articles sur ce sujet, aussi bien les miens que ceux d’autres auteurs mentionnés dans le premier chapitre de ce livre.

24La découverte de Rouen, les discussions qu’elle a suscitées, et particulièrement le manque de connaissance que je rencontrais dans les domaines relatifs à la culture et à l’enseignement universitaire des juifs de la France médiévale et de Normandie, m’avaient convaincu qu’une étude en français sur la communauté juive rouennaise était devenue d’une absolue nécessité. A l’invitation de l’Université de Rouen, je commençai à écrire ce livre au cours de l’hiver 1977, seulement quelques mois après la découverte du monument. Le livre, que j’espérais terminer relativement vite, a exigé en réalité huit ans de rédaction. Interrompu fréquemment par d’autres responsabilités universitaires ainsi que par l’obligation de publier de temps à autres plusieurs articles sur la découverte de 1976, mon travail se trouva également ralenti par des efforts renouvelés d’investigation sur le sujet à la fois en France et en Israël. Non seulement j’ai eu la chance de retrouver le toponyme crucial de Rodom dans d’autres manuscrits hébraïques, mais en 1982, une autre découverte archéologique importante fut faite dans la rue aux Juifs. Arrivant à Rouen pour ce qui était la douzième période de travail dans cette ville, je reconnus sur la base de documents publiés pour la première fois dans mon livre en hébreu que cette dernière découverte n’était et ne pouvait être que l’hôtel de Bonnevie, probablement le juif le plus puissant de Normandie à la fin de la période Plantagenêt.

25Jusqu’à l’été 1983, je trouvai encore de nouvelles informations sur les juifs de Rouen à l’époque médiévale. Elles sont bien entendu, incorporées aux chapitres appropriés du présent ouvrage, mais je ne puis affirmer avec certitude que tous les aspects de ce sujet ont déjà été révélés. Dans le dernier paragraphe de mon livre en hébreu, j’ai cité la phrase du Rabbin Tarphon qui disait « il ne t’incombe pas de terminer la tâche, mais tu n’es pas non plus libre de t’en détourner ». Si durant une période de dix-huit années, des découvertes, importantes en nombre comme en qualité, toutes relatives aux juifs de cette ville de France, sont apparues avec une régularité si surprenante, on peut difficilement écarter l’idée que de nouvelles surprises fassent jour. Pour confirmer cette possibilité il suffit d’ajouter que le vieux quartier juif et l’ancien cimetière de la communauté demeurent, après toutes les activités de ces huit dernières années, encore largement inexplorés.

26Surtout, l’investigation des manuscrits, dont les résultats sont décrits dans les différents chapitres de ce livre, montre qu’une lourde tâche reste à accomplir pour l’étude sérieuse de l’histoire franco-juive.

27Presque toutes les lectures des manuscrits discutées dans le présent ouvrage étaient soit inconnues soit données d’une façon incorrecte dans les éditions imprimées lorsque je commençai le travail de reconstruction de l’histoire des juifs de Rouen à l’époque médiévale. De plus, au cours de mon travail, je trouvai de nombreux autres manuscrits relatifs à l’histoire d’autres communautés juives, particulièrement dans le Nord de la France, qui étaient en complète contradiction avec les identifications proposées par Henri Gross dans Gallia Judaica. Il est bien connu que la plupart des historiens spécialistes de l’histoire des Juifs, que ce soit des savant hébraïsants ou ceux qui font de l’histoire juive sans connaître la langue, continuent à prendre pour argent comptant les identifications de Gross dont la publication date de quatre-vingt-cinq ans.

28En dépit de cette large utilisation d’un excellent outil de recherche, les preuves de divers manuscrits m’ont contraint à conclure non seulement que de nouveaux renseignements relatifs aux communautés juives se trouvent encore enfouis dans les documents originaux en hébreu, mais de plus, que les jugements historiques sur les juifs dans la France médiévale, même s’ils sont portés par les plus grands historiens des juifs, ne sont pas totalement fiables dans la mesure où ils se fondent uniquement sur le témoignage des textes imprimés. Les lettres et les mots des textes qui constituent les pages imprimées de l’histoire juive doivent tout au plus servir de repères conduisant les chercheurs historiens sur le sentier sinueux de l’étude de manuscrits où, avec patience, ils peuvent découvrir, en toutes lettres, le témoignage solide d’écrivains anciens. Cette affirmation comprend entre autre les textes qui ont servi de toile de fond à Gallia Judaica, et se réfère en particulier aux questions, liées entre elles, des lieux d’implantation des juifs de la France médiévale et des centres de leur culture.

29J’avance cette idée étant conscient qu’elle soulèvera sans doute débats et objections ; je ne puis cependant me dispenser d’insister sur sa vérité. Depuis le XIXe siècle, les savants hébraïsants se réfèrent aux écrits de trois principaux chercheurs pour l’identification des toponymes hébraïques de la France médiévale, sujet qui demeure la clef principale pour la compréhension de l’histoire des communautés juives françaises. Il s’agit de Léopold Zunz, Adolph Neubauer, et Henri Gross, chercheurs prodigieux dont les travaux constituent une contribution fondamentale à l’étude de ce sujet. Ils ont vécu, toutefois à une époque à laquelle l’identification des noms de lieu était encore un art à ses débuts et cela avant que la science linguistique n’ait établi le schéma des modifications phonétiques si caractéristiques des langues sémitiques et indo-européennes tout au long de leur développement.

30Ce fut Gross, bien sûr, qui se rapprocha le plus d’une représentation authentique des emplacements géographiques de la communauté juive française au moyen âge. Il s’aperçut que les textes latins pouvaient fournir relativement peu de renseignements - qu’une analyse minutieuse des sources hébraïques était nécessaire. De plus, il espérait montrer l’importance de ce domaine pour l’étude de la géographie et de la toponymie de la France médiévale en général, étude qui à cette époque commençait à se développer rapidement avec la parution des premiers volumes du Dictionnaire topographique de la France. C’est pour ces raisons qu’il a sous-titré son travail Dictionnaire géographique de la France d’après les sources rabbiniques.

31Pour mener à bien ce travail Gross utilisa près de 500 travaux hébraïques imprimés ainsi que de nombreux manuscrits, dont la lecture pertinente fut apportée en partie par Neubauer et d’autres collègues et en partie par lui-même. L’information qu’il tira des manuscrits était beaucoup moins complète que celle provenant des sources imprimées ; ces dernières ne furent pas systématiquement comparées au texte des manuscrits originaux, ce qui induisit constamment Gross en erreur, en raison d’omissions ou de l’adoption des lectures erronées de textes imprimés.

32On ne peut totalement reprocher cette démarche à l’auteur ; en l’absence d’un organisme central possédant la reproduction des manuscrits hébraïques provenant des grandes bibliothèques du monde, tel qu’il en existe aujourd’hui à Jérusalem, il aurait été impossible à un seul homme de comparer toutes les variantes des centaines de toponymes qu’il découvrait dans les sources écrites. De plus, tandis que Gross a parfois perçu, grâce à l’acuité de son regard, les modifications linguistiques qui s’opéraient dans les termes qu’il avait extrapolés à partir des textes hébraïques, à d’autres moments il fut incapable d’établir des identifications correctes faute d’une compréhension complète de la dynamique des développements phonétiques.

33Il en résulte qu’on se trouve en face d’erreurs importantes dans un travail globalement brillant et d’une profonde érudition. De telles erreurs sont le traitement fautif du cas des juifs de Reims, l’identification de DRWYS - simple variante phonétique pour Troyes (ṬRWYS) - avec la ville de Dreux, et, bien entendu, la relégation des juifs de Rouen à une position insignifiante dans l’histoire et l’érudition juives médiévales.

34En dépit de ces critiques, il est clair que le travail de Gross demeure l’outil de recherche fondamental accessible à ceux qui étudient l’histoire des juifs dans la France médiévale. C’est aussi en effet, le fondement d’une éventuelle contrepartie hébraïque de l’Orbis Latina - ouvrage de référence dont l’utilité n’a pas besoin d’être démontrée ici.

35Il va sans dire que Gross n’a pas souhaité, selon toute apparence, que sa contribution s’impose comme un monument immuable, ou qu’elle devienne l’objet d’une foi et d’une adulation aveugles. Ce qui est nécessaire à l’heure actuelle c’est une nouvelle étude qui, prenant le travail de Gross comme premier pas indispensable, tentera de corriger et de compléter ce qu’il avait commencé - et je souligne qu’actuellement aucun projet de cette nature n’existe en France ou ailleurs.

36Ce travail qui, dans l’esprit de Gallia Judaica, s’intéressera aux sources hébraïques et à la France médiévale, devra être entrepris région par région, et ville par ville. De nombreuses lectures de noms de lieux seront inévitablement découvertes, et beaucoup d’entre ces noms viendront remplacer ceux qui aujourd’hui sont considérés comme étant les toponymes hébraïques authentiques des villes médiévales françaises. De nouvelles localisations de communautés juives médiévales émergeront, dans le Midi ainsi que dans le Nord. Des passages provenant de sources non encore lues, ou négligées, jetteront une lumière nouvelle sur l’histoire d’un peuple dont la grande contribution à la culture de la France médiévale, particulièrement dans ses principales villes, est encore loin d’être reconnue aujourd’hui à sa juste valeur.

37On n’accomplira pas un tel travail dans un bref délai : on ne saurait le reléguer aux dimensions d’un simple volume, et il n’appartient pas à un seul individu de le mener à terme. « Il ne t’incombe pas de terminer la tâche, mais tu n’es pas non plus libre de t’en détourner ».

38Je forme l’espoir que l’ouvrage que je présente maintenant aux lecteurs français sera un modeste encouragement à la réalisation de ce projet.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search