Version classiqueVersion mobile

Les Juifs de Rouen au Moyen Âge

 | 
Norman Golb

Préface

Texte intégral

1L’aide et l’encouragement dont j’ai bénéficié pendant les années de travail sur cet ouvrage ont été abondants. Je dois remercier tout d’abord l’administration de l’Université de Chicago qui m’a accordé beaucoup de temps pour poursuivre mes recherches non seulement pendant l’année universitaire mais également au cours d’une longue période de congé en 1969-1970. Elle m’a attribué, de plus, de nombreuses bourses de voyage et de recherche qui m’ont été d’un grand secours à des périodes cruciales au cours de ce projet.

2Au début de ce travail, la fondation à la mémoire de John Simon Guggenheim (New York) m’accorda deux fois un « Guggenheim Fellowship » qui me permirent de longues périodes d’étude des manuscrits de la guenizah du Caire à Cambridge et ailleurs, et ainsi m’ont aidé à mettre en route la série de découvertes qui ont conduit au présent ouvrage. La même fondation, dont le Président, le Dr. Gordon Ray, a dès le début manifesté un grand intérêt pour mes travaux de recherche, m’a également fait bénéficier d’une importante subvention en vue de la publication du volume en hébreu sur les Juifs de Rouen (TYR) ainsi que pour un autre livre publié en 1982 ; je lui suis des plus reconnaissant pour cette aide ainsi que pour l’amitié qu’il m’a témoignée.

3En 1967 l’American Philosophical Society m’accorda une bourse de voyage qui m’a permis d’effectuer ma première visite à Rouen, et elle m’a également beaucoup encouragé de diverses manières dans mon travail sur le présent sujet et sur d’autres durant ces dix-huit dernières années.

4Je tiens à remercier tout particulièrement la Lucius Littauer Foundation de New York. Son Président, M. Harry Starr, homme cultivé et avisé, a veillé pendant de nombreuses années à ce qu’une part importante de son budget soit attribuée à la recherche dans le domaine des études juives et hébraïques. Cette fondation m’a généreusement aidé, tout d’abord avec une bourse de publication des premiers résultats de ma recherche (PAAJR XXV [1956] : 91-113 ; XXVI [1957] : 41-64), puis, plus tard, avec plusieurs bourses de voyage qui m’ont permis, entre 1970 et 1984, d’achever ce livre ainsi que plusieurs articles sur les découvertes de Rouen (voir en particulier PAAJR XLVIII [1981] : 101-182).

5Ma dette profonde envers le regretté professeur S. D. Goitein, mort soudainement le 6 février 1985 à l’âge de 84 ans, ne peut pas être exprimée de manière adéquate par écrit. L’un des grands humanistes de notre temps, il était aussi mon cher professeur et ami dont la dévotion à l’étude, la sérénité, et la conscience m’ont soutenu et inspiré durant plus d’un quart de siècle.

6Mes sincères remerciements vont aux directeurs et bibliothécaires de chacune des institutions suivantes pour leur aide généreuse et amicale ainsi que pour m’avoir procuré de nombreuses photographies de manuscrits qui se trouvaient en leur possession : la Bibliothèque de l’Université de Cambridge, la British Library, la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford, la Bibliothèque Municipale de Rouen et les Archives Départementales de la Seine-Maritime, la Bibliothèque Nationale et la Bibliothèque de l’Alliance Israélite Universelle à Paris, la Bibliotheca Rosenthaliana d'Amsterdam, les Bibliothèques de Parme et du Vatican, la Bibliothèque Nationale Juive de Jérusalem et l'Institute of Microfilmed Hebrew Manuscripts, ainsi que la Regenstein Library de l’Université de Chicago. D’importantes photographies m'ont également été fournies par la Preussische Staatsbibliothek de Berlin, le Joods Historisch Museum d’Amsterdam, et l’Inventaire de Haute Normandie ; également par Jean Vavasseur, Christian Boulenger, et aussi Photo Ellebé à Rouen. Je suis particulièrement reconnaissant à Mme Madeleine Fournié et Mme Claire Fons de la Bibliothèque Municipale de Rouen, ainsi qu’au Docteur Abraham David et Benjamin Richler de l’Institute of Microfilmed Hebrew Manuscripts à Jérusalem, pour les nombreuses facilités dont ils m’ont fait bénéficier.

7La chaleureuse hospitalité dont ont fait preuve à mon égard le Président et les membres de Clare Hall ont grandement facilité mes recherches à Cambridge. A Jérusalem et ailleurs en Israël, des amis nombreux ont allégé le poids de cette entreprise au cours des années ; mentionnons parmi eux les professeurs Yehoshou’a Blau, Moshe Gil, Jonas Greenfield, Shelomoh Morag et leurs femmes, ainsi que le professeur Menahem Banitt.

8A Chicago j’ai beaucoup bénéficié de l’érudition de mon ami et ancien étudiant le Docteur Abe Lipshitz, dont l’œuvre croissante sur les écrits d’Abraham ibn Ezra et d’autres exégètes médiévaux a contribué d’une façon importante à développer la science judaïque dans ce domaine. Mon collègue dans le passé, le regretté professeur Edward L. Bassett, était d’une grande aide dans l’éclaircissement de bon nombre de textes latins examinés dans le présent ouvrage ; son décès constitue une grande perte pour l’Université de Chicago ainsi que pour moi-même.

9Mon jeune fils Raphael m’a été d’une aide précieuse au cours de ces dernières années. C’est grâce à lui que j’ai évité un nombre considérable d’erreurs dans ce livre, et je le remercie vivement pour son dévouement extraordinaire durant une longue période de travail.

10Aussi bien à Rouen qu’à Paris mon travail a pu progresser de façon considérable grâce à l'aide de nombreux amis et collègues. Je dois tout d’abord remercier le maire de Rouen M. Jean Lecanuet ainsi que Mme Denise Lecanuet-Paillard de la courtoisie, de l’hospitalité et du réconfort moral constants qu’ils m’ont témoignés ; leur encouragement a été précieux. J’ai également bénéficié de l’amitié et de l’aide de l’ancien Préfet de la Seine-Maritime et Madame Pierre Bolotte ; de même que de l’intérêt qu’a manifesté pour mon travail M. Roger Parment, adjoint au Maire de Rouen et Directeur du journal Liberté-Dimanche, qui a fait paraître dans les colonnes de son journal de nombreux articles perceptifs sur les découvertes de Rouen et leur portée pour l'histoire de la Normandie.

11Je suis particulièrement reconnaissant pour l’amitié et la chaude hospitalité que m’ont témoignée le Doyen de la Faculté des Lettres de l’Université de Rouen et Mme Alain Sadourny, ainsi que M. le Directeur des Publications Jacques Leclaire et son épouse. Ils ont été parmi ceux qui m’ont le plus encouragé pour mener à bien cet ouvrage, et ce fut M. Leclaire lui-même, éminent spécialiste universitaire de littérature anglaise, qui a organisé tout le travail intense et compliqué de traduction à partir du texte anglais original. La spontanéité et la cordialité de ces deux familles les ont rendues chères à mon épouse et à moi-même.

12Je suis également reconnaissant à l’équipe de traducteurs de Rouen et de Paris qui se sont consacrés à la traduction en français du manuscrit anglais de ce livre. Leurs noms sont mentionnés au début de l’ouvrage. Mes plus vifs remerciements à nos amis du village de la Vaupalière, près de Rouen, M. et Mme Louis Martelli ainsi qu’à Mme le Docteur Claudine Guérout et Madame Jeanne Valleye, pour leur grande hospitalité au cours de l’été 1982 lorsque j’ai entrepris la lecture de la version française, ainsi que par la suite. A Paris nous avons pu profiter de l'hospitalité de plusieurs amis parmi lesquels j’aimerais mentionner tout particulièrement Mme Tina de Roos, maintenant à La Haye, ainsi que M. Claude Meyer-Levi et M. et Mme Gilbert Roos. C’est Mme Roos qui m’a servi en tant que traducteur fidèle de plusieurs de mes ouvrages parus en France depuis les découvertes de 1976, et je lui suis vivement reconnaissant de cette aide précieuse. Je remercie également M. Charles Amiel du Collège de France et M. Alexandre Derczansky du C.N.R.S. pour leur amitié généreuse.

13La présentation esthétique de ce livre est due, pour une large part, à la compétence et au dévouement des spécialistes de l’Imprimerie Lecerf, bien connue à Rouen pour la qualité de son travail.

14Je voudrais remercier tout spécialement un couple rouennais qui a été d’une aide de tous les instants pendant les années de ce travail : Pierre et Karen Lebrun, anciens propriétaires du célèbre Hôtel de la Poste, qui nous ont toujours manifesté beaucoup de gentillesse, à mon épouse et à moi-même, à chacune de nos visites. Leur constant intérêt pour mon travail et leur hospitalité ont grandement contribué à la parution de ce livre, et je tiens à les remercier très chaleureusement pour leur amitié et leur aide.

15Ceux qui connaissent mon épouse Ruth comprendront pourquoi ce témoignage écrit ne peut suffisamment refléter le rôle qu’elle a joué durant ces années de recherche, ni ne peut m'acquitter de ma profonde gratitude pour tout ce qu’elle a fait pour alléger le fardeau de mon travail.

16En dédiant ce livre au regretté Robert Aubreton, professeur de Lettres Classiques à l’Université de Rouen pendant de nombreuses années, je voudrais témoigner mon admiration pour sa clarté intellectuelle et son esprit profondément humain qui pénétraient ses travaux ; philologue, paléographe, chercheur d'histoire ancienne et d'archéologie, il avait bien compris la nature de ma propre lutte pour faire connaître les découvertes consignées dans les pages qui vont suivre. Dès notre première rencontre à Rouen en automne 1976, il m'encouragea à continuer mes recherches sur ce sujet, et en sa qualité de Directeur des Publications de l’Université de Rouen il poursuivit avec acharnement le but de publier ce travail sous le sceau de cette Université. J’espère que le contenu des chapitres suivants sera un juste hommage à sa mémoire.

17L’auteur

18Chicago, le 15 mars 1985

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search