Version classiqueVersion mobile

Images sculptées au seuil des cathédrales

 | 
Franck Thénard-Duvivier

Chapitre 2. Une politique architecturale de prestige

Texte intégral

1Les cathédrales de Rouen et de Lyon, l’église abbatiale Saint-Ouen ou encore le palais des papes d’Avignon ne constituent pas des édifices autonomes, des « isolats » au sein du cadre urbain qui les entoure. Leur ampleur monumentale et leur emprise spatiale marquent profondément l’espace urbain et lui confèrent une partie de son identité. Le projet des façades rouennaises et lyonnaises dépasse ainsi le seul cadre religieux et architectural : il est porteur d’une ambition politique tournée vers la ville, le diocèse, le reste du royaume et même la chrétienté tout entière. Le monument devient la manifestation d’une politique de prestige et d’une affirmation des prétentions de son commanditaire, qu’il soit archevêque, chapitre, abbé ou pape.

2La cathédrale traduit la prééminence du clergé cathédral face aux églises paroissiales ou encore face aux monastères : celui Saint-Ouen de Rouen ou encore celui de Saint-Martin d’Ainay à Lyon. En outre, sa dimension politique est indéniable : elle apparaît comme l’expression des prétentions de l’archevêque et du chapitre face à la ville et aux mouvements d’émancipation municipale à Lyon au XIIIe siècle et à Rouen au XIVe siècle.

3Pour mieux affirmer le prestige du siège épiscopal rouennais – le plus riche de France – voire pour le rehausser au niveau de celui de Notre-Dame de Paris, l’archevêque Guillaume de Flavacourt (1278-1306) lance une série de travaux d’agrandissement et d’embellissement de la cathédrale. Les chantiers des portails latéraux et celui de la chapelle de la Vierge nécessitent une collaboration active avec les chanoines qui sont les propriétaires des lieux. À Lyon, le nouvel archevêque Pierre de Savoie (1308-1332) édifie les deux dernières travées de la nef et le premier niveau de la façade occidentale avec ses ensembles de bas-reliefs. Le projet s’inscrit ainsi dans le chantier de reconstruction de la cathédrale lancé à la fin du XIIe siècle, tout en manifestant les prétentions de l’Église de Lyon et le succès de l’influence française dans le Lyonnais. En Avignon, l’installation de la papauté favorise l’essor urbain que dynamise la construction du « palais neuf » initiée par le pape Clément VI. Ce dernier, ancien archevêque de Rouen, inscrit lui aussi son projet monumental dans une politique architecturale de prestige qui rompt, comme dans les chantiers rouennais et lyonnais, avec celle de son prédécesseur.

LES ENJEUX RELIGIEUX ET POLITIQUES

4La rivalité entre les archevêchés de Paris, de Rouen et de Lyon est enracinée dans les questions de préséance, mais une telle concurrence peut se retrouver à l’intérieur d’une même province ecclésiastique, voire d’un diocèse, entre le clergé séculier et le clergé régulier ou encore, à partir du XIIIe siècle, avec les frères mendiants.

L’INFLUENCE « FRANÇAISE »

5Les rivalités entre clergés peuvent se manifester à travers les projets architecturaux et les programmes iconographiques. À Rouen, la concurrence joue certes avec l’abbaye Saint-Ouen dans le cadre de rivalités pluriséculaires ravivées par des relations de proximité, mais elle vise surtout, au XIVe siècle, la cathédrale Notre-Dame de Paris dans le cadre d’enjeux plus politiques. De même, le contexte lyonnais est davantage marqué par le basculement dans l’orbite française au début du XIVe siècle que par la question de la primatie.

Rouen et l’identité normande

  • 1 Alain Sadourny, « L’époque communale », dans M. Mollat (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, Privat (...)
  • 2 François Neveux, « Les structures ecclésiastiques », dans La Normandie au XVe siècle…, Saint-Lô, A (...)
  • 3 F. Neveux, « La constitution d’un réseau urbain en Normandie », dans P. Bouet et F. Neveux (dir.),(...)

6Capitale de la Seconde Lyonnaise à partir du IVe siècle, Rouen connaît un essor économique important avec l’installation des « Normands » au Xe siècle. Vers 1300, elle est probablement la seconde ville du royaume avec une population d’environ 50 000 habitants1. La province ecclésiastique de Rouen recouvre le territoire de la Normandie ducale auquel s’ajoutent le Vexin français (archidiaconé de Pontoise) et le Corbonnois dans le Perche (archidiaconé de Bellême). Ainsi, les frontières politiques coïncident presque avec les limites religieuses2. Outre le diocèse de Rouen, la province regroupe ceux de Bayeux, Lisieux, Évreux, Sées, Avranches et Coutances. Au XIIIe siècle, l’organisation du diocèse de Rouen est stable et elle n’est guère modifiée jusqu’à la fin de la période médiévale. Métropole ecclésiastique, Rouen ne devient véritablement la capitale judiciaire et financière de la Normandie qu’à la fin du XIIIe siècle lorsqu’elle accueille le siège unique de l’Échiquier en 12983.

  • 4 Roger Jouet, Et la Normandie devint française, Paris, 1983, rééd. Orep, 2004, p. 113-114.
  • 5 Joseph Reese Strayer, The Administration of Normandy under Saint Louis, Cambridge (Mass.), The Med (...)

7Après le rattachement du duché de Normandie au domaine royal par Philippe Auguste en 1204, la ville de Rouen est le siège du bailli royal et tous les postes à responsabilité passent sous contrôle français. La tendance s’inverse au début XIVe siècle quand des Normands occupent des postes clés à la cour royale. Parmi les plus connus, on peut citer Enguerrand de Marigny qui est le ministre des finances de Philippe le Bel de 1304 à 1314 ; ou encore Guillaume de Flavacourt, frère de l’archevêque rouennais homonyme, qui est maître de l’hôtel du roi4. Depuis 1204, le roi de France est le seigneur naturel de la Normandie mais il s’agit bien d’une allégeance féodale qui ne traduit en rien un véritable sentiment d’appartenance des Normands au royaume de France. D’ailleurs, après la conquête, les capétiens distribuent les terres normandes à leurs favoris ou leurs partisans et ils font payer une subvention aux Normands – clergé compris – en échange de la « défense » de la province5. Il faut attendre le XVe siècle et la fin de l’occupation anglaise, pour voir apparaître les premiers signes d’un « sentiment national » en Normandie. En effet, la période ducale est encore récente et elle est d’autant plus ancrée dans la mémoire collective qu’elle correspond à un passé d’indépendance et de gloire pour la province que ravive la guerre de Cent Ans.

  • 6 Par exemple, Nicole Oresme (vers 1320-1382), originaire du diocèse de Bayeux, fait ses études au c (...)

8Certes, l’influence « française » est grande en raison de la proximité parisienne et de la diffusion des modes et des modèles « franciliens » dans de nombreux domaines, dont celui de l’architecture. Par ailleurs, les clercs normands fréquentent l’université de Paris où la « nation normande » est l’une des quatre officiellement reconnues (avec la française, la picarde et l’anglaise). Des collèges, fondés par des Normands, peuvent même accueillir les étudiants sans ressources : par exemple, celui d’Harcourt fondé en 1280, ou encore celui de Lisieux fondé en 13366.

  • 7 Amable-Pierre Floquet, « La Charte aux Normands », Bibliothèque de l’École des Chartes, 4, 1842-18 (...)

9Enfin, la Normandie n’échappe pas aux mécontentements qui agitent le royaume de France dans les derniers mois du règne de Philippe le Bel et après sa mort en 1314. D’une part, la levée d’un nouvel impôt en 1314 aggrave la crise antifiscale. D’autre part, la classe féodale est inquiète pour ses privilèges et pour ses droits. Le nouveau roi, Louis X (1314-1316), essaie d’apaiser ses sujets en accordant une série de chartes provinciales en 1315. La « Charte aux Normands » n’est donc pas exceptionnelle en soi, mais c’est la première charte octroyée. Sans être une constitution provinciale, elle répond à certaines des revendications exprimées par les Normands et elle apporte quelques limites aux droits du roi en matière militaire (art. 3 et 4), judiciaire (art. 17 et 21) et fiscale (art. 22). Si cette charte est à la fois constamment confirmée et violée pendant des siècles, elle joue surtout un rôle central dans la conscience collective des Normands et dans leur affirmation identitaire. Par exemple, lors de la révolte populaire de 1382, dite de « la Harelle », la charte est solennellement lue lors d’une assemblée dans le cimetière Saint-Ouen. Elle est par ailleurs conservée dans le trésor de la cathédrale de Rouen qui en devient son protecteur et incarne, de fait, l’identité normande7.

  • 8 Vincent Tabbagh (dir.), Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines de Franc (...)
  • 9 F. Pommeraye, Histoire des archevesques de Rouen, Rouen, 1667, p. 516 ; Philippe Deschamps, « Les (...)

10Autre symbole de l’identité normande, le titre ducal a disparu avec l’annexion de 1204 avant d’être réintroduit par le roi Philippe VI en 1332. Certes, le nouveau duc n’est pas un Normand mais le dauphin Jean (futur Jean II) auquel les barons normands sont désormais liés par un serment de fidélité : le roi renforce ainsi sa présence dans une province stratégique face à l’Angleterre. Le nouveau duc fait son entrée solennelle à Rouen en 1333. Les chroniques ne mentionnent pas de cérémonie de couronnement, mais le duc a probablement reçu une intronisation dans sa nouvelle fonction selon le rite de l’ancien ordo et dans la cathédrale. En revanche, l’archevêque Pierre Roger (1330-1338) – futur Clément VI – refuse de lui prêter le serment de fidélité. Il obtient de ne lui prêter serment qu’en sa qualité de futur roi et non en celle de duc de Normandie8. À l’occasion du couronnement de son successeur, le dauphin Charles, le parcours de la cérémonie relie l’abbaye Saint-Ouen au parvis de la cathédrale9. En définitive, la restauration du titre ducal est de courte durée car, à son avènement, le roi Charles V (1364-1380) ne le transmet pas : il n’y a plus de duc de Normandie en titre jusqu’en 1465 et le duché fait directement partie du domaine royal. Le prestige de la cathédrale de Rouen n’en est pas moins renforcé : elle offre le cadre à la cérémonie de couronnement tout en conservant l’ordo d’investiture et les regalia des ducs de Normandie.

Le Lyonnais entre France et Empire

  • 10 Pierre Bonnassieux, De la Réunion de Lyon à la France, Lyon, A. Vingtriniern impr., 1874.

11La situation géographique du diocèse de Lyon, partagé entre l’Empire et le royaume de France, explique l’enjeu qu’il représente au XIIIe siècle, mais aussi au siècle suivant alors que son rattachement à la France est acquis dans les faits. Si l’empereur est en retrait à la fin du XIIe siècle, les princes territoriaux prennent le relais : le comte de Mâcon, le comte de Forez et le duc de Savoie tentent de s’imposer à Lyon en s’alliant avec les forces locales, avec le roi de France ou encore en recherchant l’appui du pape. D’où la situation d’« entre-deux » du diocèse de Lyon partagé entre les terres françaises et impériales. Ainsi, le Lyonnais fait partie de l’Empire mais cette appartenance est devenue de plus en plus fictive à partir de la fin du XIIe siècle10. Ces enjeux politiques se superposent aux conflits locaux de juridiction entre l’archevêque, le chapitre et la cité de Lyon. C’est dans ce contexte que s’inscrit le long chantier de reconstruction de la cathédrale et, au début du XIVe siècle, celui de l’édification de la façade occidentale. Aussi peut-on se demander si cette façade en « style français » n’est pas la manifestation monumentale du basculement définitif de Lyon – et de son vaste diocèse – dans l’orbite française.

  • 11 Bernard Guillemain, « Philippe Auguste et l’épiscopat », dans R.-H. Bautier (dir.), La France de P (...)

12Le XIIIe siècle voit se développer l’influence française à Lyon. Les contacts entre Philippe Auguste (1180-1223) et l’archevêché lyonnais débutent avec Jean de Bellesmains (1182-1193) et se multiplient avec Renaud de Forez (1193-1226). Ces relations s’inscrivent dans une politique du roi de France visant les sièges épiscopaux situés aux limites extérieures de son royaume11. Concernant celui de Lyon, le roi de France est le souverain pour la partie occidentale du diocèse. Par ailleurs, la « croisade » lancée contre les Albigeois favorise l’influence française à Lyon qui sert de point de rassemblement aux croisés en 1209. Une étape est franchie, après la mort du comte de Mâcon en 1238, quand sa veuve cède le comté au roi Louis IX (1226-1270) qui y installe un bailli royal ; ce dernier peut ainsi empiéter occasionnellement sur le comté voisin de Lyon.

13Tout au long du XIIIe siècle, le roi de France joue un rôle important dans le conflit lyonnais en soutenant l’archevêque contre les chanoines. Mais en 1286, la rupture entre l’archevêque et les Lyonnais oblige le roi à choisir son camp. La nomination de Bérard de Got (1289-1294) fait pencher la balance en défaveur de l’archevêque car celui-ci appartient à la clientèle du roi d’Angleterre. En outre, les Lyonnais viennent à rechercher un autre appui que celui du comte de Savoie qui est lié à l’Angleterre et ils se tournent vers le roi de France auquel ils font appel en 1290 pour refuser la « sentence des cardinaux » qui rend au chapitre cathédral une partie de la juridiction à Lyon. Philippe le Bel fait saisir temporairement les biens de l’Église, puis il établit, en 1292 un officier à Lyon – le « gardiateur » – afin de prendre les Lyonnais sous sa protection. Finalement, en 1295, une garnison royale est installée à Lyon. En cinq années, le roi de France a conforté sa domination sur la ville et sur le Lyonnais, puis il scelle la réconciliation par deux traités signés en 1307 : la « petite » et la « grande Philippine ». La juridiction appartient à l’Église sous la souveraineté royale : elle est exercée par les juges séculiers de l’Église ; le premier appel appartient à l’archevêque et au chapitre ; le second appartient au roi. Les « Philippines » établissent officiellement la souveraineté royale sur Lyon. Le chapitre, qui s’y est toujours opposé, reçoit des compensations et il est traité à égalité avec l’archevêque, lequel apparaît comme le grand perdant de ces traités. C’est de cette situation qu’hérite l’archevêque Pierre de Savoie, le successeur de Louis de Villars (1301-1308).

  • 12 Bruno Galland, Deux archevêchés entre la France et l’Empire : les archevêques de Lyon et les arche (...)

14Le 10 avril 1312, le nouvel archevêque déclare solennellement donner la juridiction sur Lyon au roi de France afin de mettre un terme aux conflits entre l’archevêque et le chapitre lyonnais, aux désagréments occasionnés pour les Lyonnais et à l’ignorance des droits du roi sur la ville. Le 18 avril, le chapitre abandonne lui aussi sa juridiction au roi à l’occasion d’une déclaration analogue. En compensation de leur juridiction perdue, le chapitre et l’archevêque reçoivent des terres ou des rentes. Par ailleurs, le roi révoque les « Philippines » qui sont devenues obsolètes. La déclaration de 1312 est considérée comme la date symbolique de l’intégration de Lyon au royaume de France. Comme le souligne Bruno Galland, l’archevêque « a accepté les devoirs, les contraintes mais aussi les avantages de la sujétion au roi de France. Il ne l’a jamais écrit, il ne l’a jamais officiellement proclamé, mais il a accepté, en pratique, que Lyon soit réuni à la France12 ».

La papauté d’Avignon

  • 13 Jacques Chiffoleau, Les Justices du pape, Paris, PUPS, 1984, p. 91-93.

15Le choix de la ville d’Avignon par les papes du XIVe siècle résulte à la fois de l’influence du roi de France, de l’instabilité sociale à Rome, mais aussi des avantages stratégiques de cette ville d’Empire située sur les bords du Rhône à proximité immédiate de la propriété pontificale du Comtat Venaissin. De provisoire, l’installation de la papauté devient durable et elle permet une réorganisation des institutions pontificales qui offre une plus grande mainmise du pape sur l’Église. À travers cette centralisation des décisions et des finances, la papauté d’Avignon voit ses ressources s’accroître, favorisant ainsi le développement d’une cour brillante qui attire les lettrés et les artisans, notamment sous Clément VI qui entreprend l’édification et la décoration du « palais neuf ». Mais la construction du palais s’avère aussi un véritable gouffre financier13.

16À l’origine, l’installation du pape Clément V (1305-1314) en Avignon est provisoire. Couronné à Lyon en novembre 1305, le pape se rend à Bordeaux (mai 1306) et séjourne à Poitiers (avril 1307-août 1308) avant d’entreprendre un voyage dans le sud de la France au terme duquel il entre en Avignon le 9 mars 1309 dans l’attente de la tenue du concile général qu’il a convoqué à Vienne. Jean XXII (1316-1334) décide de s’établir en Avignon, ville dont il a été l’évêque en 1310-1313, mais le nouveau pape conçoit toujours ce séjour comme provisoire et il réside dans le palais épiscopal qu’il se contente d’améliorer. Par ailleurs, il se réserve l’évêché et ses revenus. Il organise la Curie et fixe les principaux organes de l’administration et de la justice pontificales. La situation d’Avignon, à la limite de l’Empire et du royaume de France, garantit une certaine indépendance au pape. Son successeur, Benoît XII (1334-1342), se rend davantage à l’évidence d’une installation durable en Avignon en raison des difficultés liées à un retour à Rome, mais aussi – très probablement – du fait de ses attaches avec la France et le Midi. Il décide la construction d’un palais pontifical rendue nécessaire par le développement de la Curie et des organes d’administration depuis les années 1320 : la cour avignonnaise comporte alors près de 500 membres auxquels il faut ajouter les nombreux domestiques du pape, du palais et des cardinaux. Ancien moine cistercien et inquisiteur, le pape s’attache à réformer l’Église et restaurer la discipline dans les ordres religieux, tout en montrant lui-même l’exemple d’une vie simple : il conçoit ce nouveau palais comme une forteresse austère et non comme une résidence confortable et luxueuse.

17Le règne de son successeur, Clément VI (1342-1352), inaugure un nouveau tournant pour la cour pontificale. Ce bénédictin est en fait un grand seigneur, pourvu de riches bénéfices et habitué à la cour du royaume de France. Il fait construire le « palais neuf », doublant ainsi celui de son prédécesseur pour favoriser une vie de cour dans le faste et la grandeur. L’attractivité d’Avignon s’accroît davantage et elle bénéficie à la ville tout entière. Lettrés, artisans et hommes d’affaires affluent surtout de la France du Midi et de la vallée du Rhône, attirés par l’essor urbain, par le mécénat pontifical et par l’afflux de capitaux qui résulte de la mise en place d’une fiscalité pontificale à l’échelle de la chrétienté. Ainsi, la ville comporte jusqu’à 30 000 habitants en 1376, malgré une très forte mortalité enregistrée lors des sept mois de peste en 1348 qui auraient causé la mort de la moitié de la population. Le chantier dure au-delà du pontificat de Clément VI : ainsi la Grande chapelle connaît sa première cérémonie pour la Toussaint 1352, un peu plus d’un mois avant la mort de son commanditaire. C’est Innocent VI (1352-1362) qui achève le « palais neuf » mais il rompt avec le luxe de son prédécesseur et réduit le train de vie pontifical.

L’ARCHEVÊQUE ET LE CHAPITRE

  • 14 Alain Erlande-Brandenburg, La Cathédrale, Paris, Fayard, 1989, p. 280.

18La délimitation du territoire et des pouvoirs respectifs de l’archevêque et du chapitre constitue un enjeu essentiel de la vie du clergé cathédral au Moyen Âge. De fait, la cathédrale est le théâtre des rivalités internes au clergé séculier. L’état de ces relations s’avère déterminant dans le cas des commandes. Si le chapitre est le propriétaire de la cathédrale, l’archevêque est généralement chargé de la quête des fonds nécessaires au lancement du projet dont il a au moins approuvé les plans. C’est d’ailleurs lui qui bénit la première pierre de l’élévation de l’édifice. Une fois le chantier lancé, son rôle s’efface quelque peu devant celui des chanoines membres de la fabrique qui apparaissent comme les véritables concepteurs des œuvres dans le détail. Ce sont eux qui doivent gérer les ressources du chantier, mais aussi trouver de nouveaux fonds. Au XIIIe siècle, le rôle des chanoines s’étend. Ne se contentant plus de leur seule responsabilité administrative et financière, ils interviennent directement sur le chantier afin de mieux le contrôler. Ainsi à Rouen, le maître d’œuvre, Jean d’Andeli, prête serment devant le chapitre14. Certes, l’archevêque peut continuer à suivre le projet et à donner son avis, tout comme il peut être sollicité par le chapitre pour de nouveaux financements, mais son action se fait en accord avec les membres de la fabrique.

Rouen

  • 15 J. Le Maho, « Nouvelles hypothèses sur l’église Notre-Dame de Rouen au Xe siècle », dans Chapitres (...)
  • 16 D’après Louis Caillet, La Papauté d’Avignon et l’Église de France, Paris, PUF, 1975, p. 509.

19Le diocèse de Rouen est le plus vaste de Normandie : il compte environ 1 400 paroisses regroupées en 28 doyennés et en six archidiaconés depuis le milieu du XIIe siècle. À Rouen, on compte neuf églises paroissiales au début du XIIIe siècle. Le groupe cathédral comprend, au IVe siècle, deux églises parallèles reliées par un atrium : au nord, Saint-Étienne correspond peut-être à l’église primitive, qui devient celle de la paroisse ou encore du chapitre ; au sud, Notre-Dame est l’église épiscopale (localisée sous la cathédrale actuelle15). Le siège épiscopal rouennais est le plus riche du royaume avec un revenu annuel évalué à 30 000 livres tournois ou encore à 36 000 florins d’or, soit trois fois plus que celui de Bayeux ou de Lisieux, mais aussi de Chartres ou encore de Bordeaux16. Bénéfice le mieux doté de l’Église de France, le siège archiépiscopal rouennais est l’un des plus convoités : le pape et le roi tentent d’y placer leurs candidats en supplantant les élections capitulaires. Ainsi, Pierre Roger (1330-1338) reçoit ce siège en récompense de ses efforts auprès de la Curie mais aussi de la cour royale : il est nommé par Jean XXII avec l’accord du roi Philippe VI.

  • 17 Avec un domaine rural dépassant 11 300 ha, les villes de Dieppe et Louviers, la forteresse de Gail (...)

20Si l’archevêque n’est pas le seigneur temporel de Rouen, ville ducale puis royale, il possède un important temporel17. L’archevêque préside l’échiquier de Normandie qui est souverain et sans possibilité d’appel au roi jusqu’à la fin du XIVe siècle (article 17 de la « charte aux Normands » de 1315). Il prête au roi un simple serment de fidélité et non un hommage féodal. En cas de vacance du siège, le chapitre administre le spirituel et perçoit les revenus, mais c’est le roi qui nomme aux bénéfices et qui touche les revenus du temporel. L’archevêché comporte une importante administration dirigée par l’official – au moins depuis la fin du XIIe siècle – à la tête d’une trentaine de notaires et de leurs clercs ; ses membres sont souvent choisis parmi les chanoines. À Rouen, l’archevêque détient une prébende constituée par la seigneurie de Déville-lès-Rouen ; il est de ce fait membre de plein droit du chapitre.

  • 18 J. Le Maho, « Rouen », dans J.-C. Picard (dir.), Les Chanoines dans la ville, Paris, de Boccard, 1 (...)

21Le chapitre cathédral regroupe une cinquantaine de chanoines prébendés qui ne vivent plus en communauté mais qui logent dans des maisons canoniales, une vingtaine vers 1300, situées pour la plupart au nord de la cathédrale, surtout dans les rues Saint-Romain et Saint-Nicolas18. Il n’y a plus de quartier canonial depuis le XIIe siècle tandis que le chantier du « grand cloître », entrepris sous l’archiépiscopat d’Eudes Rigaud (1248-1275), est abandonné par son successeur. Comme pour l’archevêque, la fortune du chapitre atteint son apogée au début du XIVe siècle, à l’époque même de la réalisation du portail de la Calende : il touche des revenus provenant d’une soixantaine de villages et d’environ 700 maisons rouennaises, réparties sur 33 paroisses (vers 1380).

22La cathédrale est juridiquement la propriété du chapitre. C’est lui qui décide des constructions ou des modifications architecturales. Deux chanoines « maîtres de l’œuvre » et un procureur sont nommés par le chapitre pour diriger la fabrique. Cette dernière est chargée de l’entretien de la cathédrale grâce à ses revenus ordinaires, qui proviennent notamment de la location d’une douzaine d’échoppes devant la façade nord du transept. Elle supervise également la réalisation des chantiers qui sont financés par un budget extraordinaire géré directement par le chapitre. La chapelle située au rez-de-chaussée de l’actuelle tour de Beurre est occupée par la paroisse Saint-Étienne-de-la-Grande-Église qui ne relève que du chapitre. Elle n’est pas la paroisse du clergé mais celle des laïcs habitant les maisons à proximité.

Lyon

  • 19 L. Bégule, Monographie, op. cit., p. 42.
  • 20 B. Galland, Deux archevêchés, op. cit., p. 8 et p. 25-26.

23Le diocèse de Lyon couvre un vaste territoire, peu homogène, dont les limites coïncident à peu près avec les frontières du comté de Lyon. Au milieu du XIIIe siècle, il comprend près d’un millier de paroisses réparties en dix-sept archiprêtrés. Pourtant, l’Église de Lyon dispose de richesses relativement limitées, estimées à 10 000 livres19. Jusqu’au début du XIIIe siècle, le patrimoine appartient collectivement à l’Église de Lyon qui associe l’archevêque – portant le titre de primat – et le chapitre cathédral20.

  • 21 Yves Esquieu, Autour de nos cathédrales…, Paris, CNRS, 1992, p. 36.
  • 22 B. Galland, « Archevêché et comté de Lyon… », dans Les Pays de l’entre-deux au Moyen Âge, Paris, C (...)
  • 23 B. Galland, « Le rôle politique d’un chapitre cathédral : l’exercice de la juridiction séculière à (...)

24Le chapitre aurait reçu du pape, en 910, le droit d’élire son archevêque, mais il ne peut guère l’appliquer avant le début du XIIe siècle et pendant un siècle environ, jusqu’à l’élection de Guy de La Tour (1227-1234). Par ailleurs, lorsqu’il prend possession de son siège lyonnais, le nouvel archevêque doit jurer de respecter les droits, franchises et immunités du chapitre21. Pendant près d’un siècle, de la seconde moitié du XIIe siècle à 1269, la ville de Lyon et le Lyonnais sont théoriquement placés sous l’autorité exclusive de l’archevêque22, garantie par la bulle d’or accordée par Frédéric Barberousse à l’archevêque Héracle le 18 novembre 1157. Lorsqu’un nouveau conflit éclate, en 1165, entre les chanoines et le nouvel archevêque Dreux de Beauvoir, ce dernier ne reçoit aucun soutien impérial et il doit céder son siège, en 1167, à Guichard de Pontigny (1165-1182). Le rôle de l’empereur diminue dans la région au profit de celui du roi de France. Un nouvel accord prévoit, en 1173, un échange de terres appelé permutatio23. C’est l’Église de Lyon dans son ensemble, et non plus son seul archevêque, qui reçoit l’administration de la ville et de l’arrière-pays. L’entrée en scène de ces deux nouveaux acteurs, le chapitre et le comte de Forez, se fait au détriment de l’autorité archiépiscopale et en faveur de l’influence française qui finit par s’imposer à tous dans la seconde moitié du XIIIe siècle. En effet, en négligeant les « affaires lyonnaises », les archevêques s’effacent au profit du chapitre dont le pouvoir grandissant se heurte aux Lyonnais au point d’entraîner une révolte en 1269 qui favorise l’intervention du roi de France.

  • 24 Pascal Collomb, « Les statuts du chapitre cathédral de Lyon (XIIe-XVe siècle)… », Bibliothèque de (...)
  • 25 Catherine Arlaud et al., « Lyon », dans J.-C. Picard (dir.), Les Chanoines dans la ville, op. cit, (...)
  • 26 Jean Beyssac, Les Chanoines de l’Eglise de Lyon [1914], réimp., Lyon, Éd. René Georges, 2000, p. V (...)
  • 27 B. Galland, « Le rôle… », art. cité, p. 274 ; Y. Esquieu, Quartier cathédral. Une cité dans la vil (...)

25Les effectifs du chapitre cathédral de Lyon sont variables du xii e au XIVe siècle et leur nombre peut aller jusqu’à 7824 ; mais un acte capitulaire du 2 novembre 1321, les limite à 32 afin d’éviter la diminution des revenus de chaque titulaire. Au total, environ 300 personnes vivent à l’intérieur du quartier canonial25. Au XIIIe siècle, la baisse maîtrisée des effectifs traduit non seulement un souci financier et elle permet de limiter habilement la tendance du roi et du pape à créer des canonicats pour récompenser leurs clientèles respectives26. Elle manifeste aussi une volonté élitiste car l’appartenance à la noblesse est formellement exigée pour entrer au chapitre27. Les chanoines lyonnais jouissent d’ailleurs d’un statut honorifique particulier : par exemple, ils portent la mitre et se font appeler « comtes » à partir du début du XIVe siècle et surtout au siècle suivant. Il s’agit avant tout pour eux de concurrencer ouvertement l’archevêque en ne lui laissant pas l’exclusivité du titre comtal. Une autre spécificité du chapitre de Lyon est d’avoir maintenu à la cathédrale le « rite lyonnais » durant tout le Moyen Âge et même au-delà. Il s’agit d’une liturgie d’inspiration romane et franque qui a été codifiée à l’époque carolingienne.

26Plusieurs fois par an, l’archevêque réunit un chapitre général au cours duquel est notamment abordée la question du financement du chantier de la cathédrale de Lyon qui dure plus de deux siècles à partir des années 1170 : une partie des revenus du chapitre est régulièrement consacrée à la construction, tandis que l’archevêque accorde des remises de pénitence ou des absolutions pour les donateurs et qu’il confirme les indulgences pontificales. Pour gérer leur patrimoine commun, l’archevêque et le chapitre se doivent de collaborer. Sous l’épiscopat de Renaud de Forez (1193-1226), les chanoines prennent leur indépendance et obtiennent la répartition des biens et des droits de l’Église entre une mense épiscopale et une mense capitulaire. Puis le rôle de l’archevêque se limite à présider à la recomposition et à la répartition des terres vacantes. Cette séparation des menses consacre l’autonomie du chapitre lyonnais.

LA CATHÉDRALE ET L’ABBAYE

  • 28 A. Legris, « L’exode des corps saints au diocèse de Rouen (IXe-XIe siècles) », Revue catholique de (...)
  • 29 ADSM, 14 H 156. Voir F. Pommeraye, Histoire de l’abbaye, op. cit., p. 399-401 ; J. Le Maho dans C. (...)

27L’Église rouennaise est marquée par une certaine concurrence entre la cathédrale et l’abbaye Saint-Ouen, qui jouit d’un patrimoine important et d’une solide renommée grâce à sa fondation ancienne – à l’époque mérovingienne – et grâce aux reliques de son saint patron. Cette rivalité remonte au moins à la fin du Xe siècle quand l’abbaye est transformée en établissement régulier placé sous l’autorité d’un abbé distinct de l’évêque (peu avant 975 voire dès 960). Le duc Richard Ier retire alors la direction du sanctuaire à l’évêque Hugues (942-989) pour la confier au premier abbé régulier de Saint-Ouen, Hildebert, qui meurt en 1006. Les évêques de Rouen étaient souvent en même temps abbés de Saint-Ouen sans que cela soit systématique. Le VIIe siècle est l’époque des relations cordiales et même étroites, entre la communauté de Saint-Pierre et l’évêque de Rouen, lequel est notamment supposé réunir annuellement tous les abbés de son diocèse. Au VIIIe siècle, l’évêque de Rouen, saint Rémi (755-762) est également l’avoué de l’abbaye Saint-Ouen : il répartit la mense de celle-ci en prévision de nouvelles invasions normandes28. Pour le IXe siècle, Jacques Le Maho indique que Riculphe (872-875) se présente à la fois comme archevêque de Rouen et comme abbé de Saint-Ouen dans la charte de 872 qui relate sa visite des reliques de saint Ouen alors conservées à Gasny29.

  • 30 A. Masson, L’Abbaye Saint-Ouen, op. cit., p. 50.

28Ce lien ancien entre l’abbaye et la cathédrale est symboliquement rappelé à chaque investiture épiscopale. La veille de son entrée solennelle, le nouvel archevêque se rend à l’abbaye pour y passer la nuit. À cette occasion, il pénètre probablement dans l’église abbatiale en empruntant le portail des Marmousets. Le lendemain, le clergé de la cathédrale vient, en procession, chercher son archevêque à l’entrée du cimetière de Saint-Ouen. À ce moment, l’abbé ou le prieur déclare aux chanoines : « nous vous le baillons vif, vous nous le rendrez mort. » C’est effectivement ce que fait le chapitre après le décès de l’archevêque : le cercueil de ce dernier est conduit devant la croix du cimetière Saint-Ouen. Et le doyen du chapitre déclare à l’abbé : « vous nous l’avez baillé vivant, nous vous le rendons mort. » Après avoir constaté le décès, l’abbé expose le corps dans l’église abbatiale pendant une journée entière30. Ce rituel existe au moins jusqu’au XVIIIe siècle car il semble remis en cause pour la dernière fois en 1719. Cette cérémonie ravive régulièrement les tensions entre le clergé de la cathédrale et celui de l’abbaye.

  • 31 BMR, Y. 41 (« Livre noir »), trad. Louis Violette dans J.-P. Chaline (dir.), La Cathédrale de Roue (...)
  • 32 Ibid.

29De même, comme le rappellent les Actes des archevêques de Rouen, « suivant l’usage l’archevêque doit se rendre à l’église abbatiale pour y célébrer l’office solennel en reconnaissance de l’honneur qu’il a reçu le jour de son sacre31 ». Cette cérémonie a lieu le 24 août, le jour de la fête de saint Ouen. Dans la version que les moines donnent de ces Actes dans le « Livre noir », on apprend qu’en 1073 cet office dégénère en véritable « tumulte ». En effet, la messe commence sans l’archevêque qui est en retard. Ce qui suscite sa colère : « Celui-ci arriva comme la tempête dissipant la grâce de cette cérémonie. L’esprit tout emporté de colère de n’avoir pas été attendu, l’œil torve, proférant des malédictions, il excommunia les moines, fit interrompre l’office commencé, chassa l’abbé de l’autel et lui interdit l’office divin32. » Tandis que les moines sortent de l’église, l’un d’eux fait sonner la cloche et crie que « l’archevêque veut transporter le corps de saint Ouen à la grande église », c’est-à-dire dans la cathédrale. Une telle alarme entraîne un mouvement de foule armée vers l’abbatiale où l’archevêque se barricade. Le calme est finalement ramené par l’intervention des troupes du « vicomte de la cité ». Le récit se poursuit en mentionnant la colère du roi, les sanctions prises contre les quatre moines fautifs et l’amende infligée à l’archevêque.

  • 33 À cette époque, la cathédrale semble posséder peu de reliques. Voir L. Violette, L’Église métropol (...)

30La distinction entre les deux clergés au Xe siècle se fait principalement au détriment de la cathédrale qui perd ainsi la jouissance de nombreuses reliques détenues par l’abbaye, notamment celles des archevêques locaux33. De plus, le clergé séculier doit forger ses propres outils hagiographiques, non sans en emprunter leur substance aux manuscrits monastiques. Ainsi, au XIe siècle, la concurrence pour le rapatriement des corps des archevêques rouennais est reprise en écho dans les textes hagiographiques.

  • 34 BMR, ms. Y. 27, p. 26-36 (trad. L. Violette, op. cit., p. 49-60).
  • 35 La cathédrale est la seule église du diocèse à accorder à saint Mellon un culte plus important qu’ (...)

31Dans ce contexte, l’histoire des origines apostoliques de la ville et du diocèse devient un enjeu primordial entre les deux établissements qui avancent chacun leur « prétendant » en fonction des reliques qu’ils possèdent. Les chanoines présentent saint Mellon comme le premier évêque rouennais (vers 290) dans les Actes des Archevêques ou encore dans la Chronique métrique des Archevêques dont les notices biographiques sont réunies dans le « Livre d’ivoire34 ». Pour leur part, les moines de Saint-Ouen mettent en avant saint Nicaise dont ils conservent le corps depuis sa translation en 1032. Dans leur version du « Livre noir » composée vers 1090, ils ajoutent un passage le présentant à la fois comme un proto évêque et comme un apôtre local. Malgré les efforts des chanoines, le culte de saint Nicaise semble s’être imposé dans le diocèse35. Ainsi, c’est Saint-Ouen et non la cathédrale, qui remporte cette première « lutte » hagiographique concernant les origines du diocèse.

  • 36 Dominique Gonthier et Claire Le Bras, « Analyse socio-économique de quelques recueils de miracles  (...)

32Possédant les reliques les plus significatives, l’abbaye devient, la principale étape des pèlerins voire le seul sanctuaire « international » de pèlerinage à Rouen, en tout cas d’après le « Livre noir36 ». Son rayonnement est étroitement lié au culte de saint Ouen qui fut abbé et évêque (641-684) et qui demanda à être inhumé dans le monastère. Elle abrite ainsi la majeure partie des reliques du saint dont les vertus miraculeuses sont attestées par la mémoire collective, entretenues par les textes hagiographiques et par le cycle de bas-reliefs. Enfin, les fidèles y trouvent une châsse somptueuse et un autel comme supports concrets de la dévotion.

33Dès le XIe siècle, la cathédrale rivalise sur ce terrain des saints évêques du VIIe siècle en développant le culte de saint Romain, prédécesseur de saint Ouen sur le siège épiscopal à partir de 628. Là encore, la concurrence passe par la translation des reliques (en 1079), par une procession annuelle et par l’instauration d’une fête sous l’archiépiscopat de Guillaume Bonne-Âme (1079-1110). Cette fois, la cathédrale réussit à imposer son « prétendant » comme patron de la ville et du diocèse, sans pour autant négliger le rayonnement de saint Ouen, lui aussi, évêque de Rouen. Cette insistance sur la fonction épiscopale des deux saints se retrouve au portail de la Calende, tandis que le portail des Marmousets insiste davantage sur le culte des reliques de son saint patron.

  • 37 P. Kurmann, « Filiation ou parallèle ?... », art. cité, p. 211.
  • 38 P. Kurmann, « L’architecture du gothique tardif… », art. cité, p. 159.
  • 39 V. Tabbagh, « Une cathédrale et ses fidèles : Notre-Dame de Rouen à la fin du Moyen Âge », dans Ch (...)

34En effet, deux siècles après l’apogée du culte de saint Ouen, c’est toujours ce prestige revendiqué qui pousse l’abbé Marc-d’Argent (1303-1339) et ses successeurs à bâtir une église abbatiale digne de la cathédrale de Rouen. Le projet de la nouvelle église abbatiale, au XIVe siècle, est conçu comme une affirmation de puissance de la part de l’abbé et de son chapitre face à l’archevêque et au chapitre cathédral. Le cas rouennais est exemplaire de ces « conflits de monumentalité » qui marquent parfois l’espace urbain au Moyen Âge, lequel constitue un enjeu territorial, politique et économique mais aussi symbolique entre le clergé séculier et le clergé régulier dans le cas présent, entre le pouvoir ecclésiastique et le pouvoir civil – royal, ducal ou encore municipal – dans d’autres cas. Ainsi, selon Peter Kurmann, « bien que l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen, de par son statut canonique n’ait jamais été une église épiscopale, on peut la considérer, du point de vue de la typologie architecturale, comme la cathédrale idéale du XIVe siècle français, érigée à une époque où ailleurs, précisément, le modèle de la cathédrale du XIIIe siècle avait perdu son attrait37 ». L’église abbatiale Saint-Ouen est conçue à l’égal des grandes cathédrales du gothique rayonnant et ses dimensions (137 m de longueur et 33 m de hauteur sous voûte) traduisent explicitement une volonté délibérée du clergé bénédictin de dépasser l’église archiépiscopale de Rouen (135 m de longueur et 28 m de hauteur sous voûte38). Mais la nef gothique de Saint-Ouen n’est élevée que dans le troisième quart du XVe siècle : jusqu’à cette date, l’abbatiale est surtout un chœur ; d’où la construction de l’église paroissiale Sainte-Croix-Saint-Ouen. Aussi la cathédrale demeure-t-elle pendant tout le Moyen Âge l’édifice le plus haut de Rouen39.

  • 40 A. Blaise, « Programmes hagiographiques… », art. cité, p. 245-264.

35Cette rivalité monumentale recouvre celle des sanctuaires de pèlerinage et de leurs cultes. Elle se manifeste également à travers les programmes iconographiques sculptés (portail de la Calende, portail des Marmousets) ou encore les vitraux (chapelles axiales de la cathédrale et de l’abbatiale40). Par ailleurs, l’abbaye Saint-Ouen connaît aussi de fortes tensions et même des procès avec la bourgeoisie des faubourgs et avec les autorités communales au cours du XIVe siècle, dans une période socialement et politiquement agitée.

LE RÔLE FONDAMENTAL D’UN GRAND PRÉLAT

36Le chantier des portails sculptés en bas-relief coïncide avec l’arrivée de nouveaux commanditaires : les archevêques Guillaume de Flavacourt à Rouen et Pierre de Savoie à Lyon ; l’abbé Jean Roussel à Saint-Ouen de Rouen ; le pape Clément VI en Avignon. À chaque fois, le nouveau chantier correspond à un archiépiscopat, un abbatiat ou un pontificat qui s’inscrit en rupture avec le précédent. Il marque même, à Rouen et en Avignon, la fin d’une période sobre, voire austère.

L’ARCHEVÊQUE GUILLAUME DE FLAVACOURT À ROUEN (1278-1306)

37Le faste des nouvelles façades du transept constitue un changement dans la politique de construction de la cathédrale de Rouen qui correspond à l’arrivée de Guillaume de Flavacourt sur le trône archiépiscopal en 1278. Les projets architecturaux du nouveau prélat s’opposent radicalement à ceux de son prédécesseur, le franciscain Eudes Rigaud (1248-1275), qui a initié des travaux favorisant la dévotion privée (construction de chapelles latérales à l’usage des confréries ou des riches bourgeois) ou la vie commune des chanoines (maison commune et cloître). Ce dernier point n’est pas sans heurter la plupart des chanoines qui ne sont pas prêts à renoncer à leur confort individuel pour une discipline communautaire. Chanoine lui-même, Guillaume de Flavacourt est élu par ses pairs qui veulent rompre avec les orientations d’Eudes Rigaud.

  • 41 V. Tabbagh (dir.), Répertoire, op. cit., p. 89-92 ; B. Haureau dans Histoire littéraire de la Fran (...)
  • 42 V. Tabbagh, « Quelques figures du clergé de la cathédrale de Rouen dans la seconde moitié du XIIIe(...)

38Guillaume de Flavacourt est probablement originaire d’une famille possédant une petite seigneurie dans le Vexin français41. Il fait essentiellement carrière dans le diocèse de Rouen : il reçoit une prébende à la cathédrale en 1262 (mais peut-être en possédait-il déjà une auparavant) ; il est mentionné comme official en 1263 et 1265 ; il devient archidiacre du Petit-Caux en 1266. Par ailleurs, il détient une prébende à Notre-Dame de Paris. Après la mort de l’archevêque Eudes Rigaud, c’est le trésorier de la cathédrale, Guillaume de Saane, qui est élu pour le remplacer, le 9 septembre 1275, mais le pape Grégoire X refuse de donner son approbation42. Plus de six mois après, le 21 mars, une seconde élection donne 28 des 44 voix à Guillaume de Flavacourt ; parmi ses principaux opposants, on retrouve Adam Rigaud, le neveu de l’archevêque défunt. Ce n’est que deux ans plus tard, après une longue procédure et un voyage à Rome, qu’il obtient une bulle de Nicolas III, le 7 mai 1278. Il est consacré le 22 mai, reçoit le pallium le 25 et entre à Rouen pendant l’été.

39Arrivé sur le siège rouennais, il se comporte en réformateur et en bon administrateur de son diocèse et du manoir archiépiscopal. Il convoque et préside au moins cinq conciles provinciaux qui élaborent une importante législation. Il cherche notamment à mieux organiser l’administration paroissiale et à saisir les dîmes qui sont encore aux mains de laïcs. Défenseur des intérêts de son Église, il est également soucieux des intérêts de la monarchie française. Il développe le culte des saints archevêques rouennais en finançant, par exemple, le triplement de la fête de saint Ansbert qu’il croit né, comme lui, dans le Vexin. En 1305, il crée le collège du Saint-Esprit qui regroupe six chapelains chargés de célébrer chaque jour, à la cathédrale, une messe de Requiem à sa mémoire.

  • 43 M. Schlicht, « Afin de relever… », art. cité, p. 560.
  • 44 La datation de l’abandon du projet de cloître vers 1270-1280 est proposée par J. Le Maho, « Rouen  (...)

40L’archevêque a assurément initié et suivi les remaniements de la cathédrale pour en faire « un édifice prestigieux exposé aux regards du public, une architecture de parade43 » avec les façades latérales puis, à partir de 1302, avec l’édification de la chapelle de la Vierge sur le modèle des chapelles royales, afin de servir de nécropole aux archevêques. Ainsi, le projet de cloître de son prédécesseur est abandonné vers 1270 ou 1280 alors que son aile orientale est achevée, que la galerie nord et la maison du chapitre sont commencées44. Le nouvel archevêque est personnellement impliqué dans les projets de reconstruction, notamment de la façade septentrionale. Si rien ne permet d’affirmer que ce projet émane plutôt des chanoines, ces derniers en sont partie prenante en tant que propriétaires de la cathédrale et signataires des chartes d’échange de terrains en 1281 : ils ont assurément tout intérêt à voir l’archevêque se lancer dans des travaux fastueux et abandonner les projets de vie communautaire de son prédécesseur.

  • 45 M. Schlicht, Un chantier, op. cit., p. 314 ; « Pour la grande gloire de l’archevêque : l’architect (...)

41Outre l’archevêque et le doyen, Philippe d’Umbleville, les deux chartes de 1281 mentionnent également les deux chanoines dont les maisons sont échangées contre la parcelle du manoir : Simon de la Marcha et Philippe de Flavacourt. L’appartenance de ce dernier à la famille de l’archevêque n’a pu que faciliter le projet. Ainsi, l’échange de terrains nécessaires à la construction du portail des Libraires est conclu au tout début de l’archiépiscopat de Guillaume de Flavacourt et il concerne plus particulièrement quatre personnes, dont l’archevêque et deux de ses proches. L’intérêt de l’archevêque réside donc davantage dans le projet lui-même que dans l’obtention de deux maisons canoniales. Aussi peut-on penser, comme Markus Schlicht, que Guillaume de Flavacourt est « le véritable initiateur du projet de la nouvelle façade septentrionale. Grâce à son influence considérable au sein du chapitre, il parvint rapidement à le faire adhérer à ses plans45 ». L’archevêque ne figure pas officiellement parmi les commanditaires, mais il apparaît comme l’initiateur des grands projets. Si la construction du portail de la Calende est probablement postérieure à son épiscopat et en large partie financée par un riche bourgeois, Jean Gorren, ce projet semble s’inscrire dans le dessein de Guillaume de Flavacourt. En tout cas, ce dernier voit l’achèvement du portail septentrional et celui de la chapelle de la Vierge dans laquelle il est inhumé après sa mort survenue le 6 avril 1306.

L’ARCHEVÊQUE PIERRE DE SAVOIE À LYON (1308-1332)

Fig. 31. Buste d’évêque sculpté au portail central de Saint-Jean de Lyon : hommage à Pierre de Savoie (Ly A26) ?

Fig. 31. Buste d’évêque sculpté au portail central de Saint-Jean de Lyon : hommage à Pierre de Savoie (Ly A26) ?
  • 46 J. Beyssac, Les Membres de la maison de Savoie au chapitre de Lyon, Lyon, E. Vitte, 1911, p. 90-91
  • 47 J. Beyssac, « Philippe et Pierre de Savoie, archevêques de Lyon », Bulletin historique du diocèse (...)

42Pierre de Savoie est nommé d’autorité le 8 août 1308 par le pape Clément V, qui use de son droit de réserve spéciale. Cette nomination du neveu du comte Amédée V couronne une série de privilèges et d’avantages accordés par le pape à la maison de Savoie qui continue d’occuper une position importante à la cour anglaise46. Pierre de Savoie a d’ailleurs mené une partie de sa carrière ecclésiastique en Angleterre où il a bénéficié de la faveur royale : chanoine de Lincoln (1293), doyen du chapitre de Salisbury, puis de Saint-Martin de Londres. Avant 1305, il devient chanoine de Lyon, comme son cousin Aymon quelques années auparavant (1298) tandis que son grand-oncle Philippe a déjà occupé le siège épiscopal lyonnais (1245-1267). Dès l’avènement de Clément V, il bénéficie de la faveur pontificale : prébende supplémentaire à Salisbury, canonicat à Lyon pour un de ses proches ou encore dispense de résidence. Au moment de sa nomination, Pierre de Savoie n’est que sous-diacre, mais le pape lui accorde des prorogations et il n’est finalement consacré qu’au début de l’année 1311. Par ailleurs, le nouvel archevêque reçoit du pape le droit de nommer deux chanoines au chapitre de Lyon et il est exempté des dettes contractées par ses prédécesseurs, sauf si elles l’ont été pour le bien de l’Église lyonnaise47.

  • 48 P. Bonnassieux, De la Réunion, op. cit., p. 110.
  • 49 Archives nationales, J 267 (54) ; cité selon B. Galland, Deux archevêchés, op. cit., p. 601.

43Cette nomination est-elle le signe d’une influence anglaise dans le Midi ? Pierre de Savoie est certes parent du roi anglais, dont il est cousin issu de germain, mais il l’est également du roi de France, à un degré de plus. Surtout, il connaît déjà le diocèse de Lyon et ses problèmes, puisqu’il siège au chapitre cathédral. De plus, il représente potentiellement un bon candidat pour le roi de France, Philippe le Bel, qui veut la poursuite de la politique définie dans les « Philippines » signées par son prédécesseur en 1307. Moins de deux semaines après sa nomination, le nouvel archevêque confirme les deux traités en question48. Mais rapidement le nouvel archevêque cherche à réaffirmer l’autorité de l’Église et les bourgeois de Lyon finissent par s’en plaindre auprès du roi. L’archevêque réunit même ses partisans et expulse les officiers royaux. Le roi dépêche aussitôt des troupes et Pierre de Savoie finit par capituler, en juillet, malgré l’envoi de légats par Clément V. Malgré l’activité diplomatique de la papauté, le roi de France resserre son emprise sur Lyon : en janvier 1311, il confie le gouvernement de Lyon et la garde de ses châteaux à Béraud de Mercœur, connétable de Champagne. À l’occasion du concile de Vienne (1311), les officiers royaux réunissent à Lyon une assemblée de la petite noblesse, du clergé et des bourgeois du Lyonnais, qui proclament ensemble leur attachement au roi et déclarent que « toute la cité de Lyon, les baronnies et les terres, sont et ont toujours été situées dans le royaume de France49 ». C’est en quelque sorte le « coup de grâce » porté à l’archevêque.

  • 50 Le 2 mai 1322, le chapitre cède sa juridiction sur Lyon à l’archevêque en échange d’une rente annu (...)
  • 51 B. Galland, Deux archevêchés, op. cit., p. 610.

44Par ailleurs, en 1320, le roi Philippe V (1317-1322) lui restitue toute la juridiction sur Lyon en contrepartie d’un serment car il la tient désormais en fief du roi. Ce nouvel arrangement renforce la position du roi et marque la victoire de l’archevêque sur le chapitre qui ne retrouve pas ses droits mais seulement des dédommagements50. Afin d’exploiter au mieux cette nouvelle situation, Pierre de Savoie commence à recourir à la titulature d’« archevêque et comte de Lyon », notamment sur son sceau. Son archiépiscopat marque le basculement définitif du Lyonnais dans l’orbite française : après avoir cherché à résister au roi de France, l’archevêque doit lui céder et la situation finit par se stabiliser au bénéfice des deux parties, mais au détriment du chapitre et du désir d’indépendance des Lyonnais. Ainsi, selon Bruno Galland, « ce demi-siècle de relations paisibles permit ainsi à la royauté française d’asseoir sa souveraineté sur Lyon. C’était le résultat d’une influence discrètement exercée depuis le milieu du XIIe siècle, prolongée à partir de 1271 par l’exploitation habile des différends entre l’archevêque, le chapitre et les citoyens51 ».

45Dans ce contexte, comment envisager la portée du chantier de la façade occidentale de la cathédrale de Lyon, avec ses portails conçus sur le « modèle » rouennais ? Il peut s’agir du signe manifeste du basculement définitif de Lyon dans l’orbite française à travers le choix du « style français » plutôt que des influences venues de l’Empire ou du Midi. Mais n’est-ce pas ce style gothique septentrional qui, de toute façon, s’impose au XIVe siècle à travers le royaume de France et au-delà de ses frontières ? Est-ce la manifestation d’une soumission ou plutôt celle d’une ambition de l’Église lyonnaise qui cherche à égaler les grandes cathédrales du Nord ? Cette architecture de façade permet-elle d’affirmer le prestige de la primatie face à celui des cathédrales de Paris et de Rouen ? L’archevêché demeure au cœur d’enjeux religieux et politiques qui dépassent la seule concurrence monumentale.

LE PAPE CLÉMENT VI EN AVIGNON (1342-1352)

Fig. 32. Gisant de Clément VI (abbaye de la Chaise-Dieu)

Fig. 32. Gisant de Clément VI (abbaye de la Chaise-Dieu)

46Le choix de références à l’architecture francilienne ou rouennaise dans le « palais neuf » d’Avignon dépend du commanditaire, le pape Clément VI, du maître d’œuvre du chantier, Jean de Louvres, ou encore plus ponctuellement des artisans eux-mêmes. Figure emblématique de la papauté d’Avignon, notamment en raison de son train de vie fastueux et de son mécénat artistique, Clément VI a reçu une formation solide en théologie. Il a fréquenté les cours royale et pontificale. Il a accumulé les riches bénéfices ecclésiastiques avant sa promotion suprême. Son goût du luxe et des arts l’a conduit à faire édifier un palais beaucoup plus somptueux que celui de son prédécesseur. Ce faste s’exprime à travers l’architecture, la peinture et, dans une moindre mesure, la sculpture à l’exception notable de son tombeau.

  • 52 Bernard Guillemain, La Cour pontificale d’Avignon (1309-1376), Paris, EFR, 1962, p. 123.
  • 53 G. Mollat, Les Papes, op. cit., p. 84-85.

47Né vers 1290-1291 en Corrèze, de parents appartenant tous les deux à la petite noblesse limousine, Pierre Roger de Beaufort est placé, vers 1301-1302, à l’abbaye bénédictine de la Chaise-Dieu. Envoyé par son abbé et par son évêque à l’université de Paris, en 1307, il est accueilli au collège de Narbonne et il entreprend le cursus universitaire de théologie et de droit canonique. À partir de 1316, ses revenus sont assurés par un petit prieuré limousin, puis, en 1323-1324, ils s’accroissent peu à peu grâce aux bénéfices tirés des diocèses de Lyon et de Nîmes. Ses qualités de théologien et d’orateur lui permettent de se voir confier des missions de plus en plus importantes. L’appui qu’il apporte à Jean XXII dans la controverse autour de la pauvreté du Christ et des apôtres, lui vaut l’attribution de la maîtrise de théologie en 1323, à la demande du pape et sur intercession du roi de France ; puis la collation de la riche abbaye normande de Fécamp, en 1326. Sa carrière connaît dès lors une ascension exceptionnelle en bénéficiant à la fois des faveurs royales et des grâces pontificales. Sous le pontificat de Jean XXII, Pierre Roger reçoit, en quelques années, des bénéfices ecclésiastiques toujours plus riches : d’abord, évêque d’Arras (1328), il est nommé archevêque de Sens (1329) puis de Rouen (1330) en récompense de son rôle actif dans la défense des droits de la juridiction ecclésiastique lors de l’assemblée de Vincennes en 1329. En outre, il siège au parlement (1328) et à la Chambre des comptes qu’il préside même en 1330. Il n’a jamais été chancelier – comme certains historiens l’ont longtemps cru – mais proche conseiller du roi de France52. Il n’en connaît probablement pas moins les deux grandes salles du palais royal qui pourraient lui avoir inspiré la commande de celle de l’Audience en Avignon. Une fois archevêque de Rouen, il sait défendre les intérêts de son diocèse, mais aussi ceux du roi de France ou de l’Église, tout en continuant à jouer un rôle croissant à la cour pontificale, comme théologien et comme diplomate. Il est promu cardinal par Benoît XII en 1338. À la mort de ce dernier, Pierre Roger est élu le 7 mai 1342 sous le nom de Clément VI. Cette élection intervient sans même que le roi de France, Philippe VI, ait le temps d’intervenir en sa faveur. Pressés de tourner la page du pontificat austère de Benoît XII, les cardinaux lui choisissent un successeur au tempérament et aux manières très différents53.

  • 54 Cité par B. Guillemain, La Cour, op. cit., p. 137.

48Clément VI se comporte comme un grand seigneur : il favorise ses proches et entretient sa clientèle, il mène un train de vie fastueux qui nécessite la construction d’un nouveau palais. Pour tenir son rang, il entretient une cour brillante et animée, imité en cela par un grand nombre de cardinaux. On lui prête la formule suivante : « Mes prédécesseurs n’ont pas su être papes54. » Il se donne les moyens de ses ambitions somptuaires et développe les ressources financières et fiscales du Saint-Siège tout en renforçant son contrôle sur la hiérarchie ecclésiastique.

49Afin de garantir son indépendance, Clément VI rachète la ville d’Avignon à Jeanne de Naples en 1348, pour la somme de 80 000 florins. Sur le plan international, son attachement à la monarchie française, lui vaut notamment l’hostilité de l’Angleterre qui répond à la politique de réserve pontificale systématique par une mainmise de l’État sur les biens de l’Église dans le royaume. Le pape meurt le 6 décembre 1352. Ses funérailles ont lieu en Avignon : une courte cérémonie se tient dans la Grande chapelle édifiée par ses soins, puis son corps est transporté dans la cathédrale Notre-Dame des Doms, en Avignon, pour la neuvaine. Il y reste exposé trois mois avant d’être inhumé, selon son souhait, à l’abbaye de la Chaise-Dieu dans laquelle il avait pris l’habit bénédictin et pour laquelle il avait commandé un tombeau somptueux à l’image du rôle qu’il a joué de son vivant dans le domaine artistique.

  • 55 L.-H. Labande, Le Palais, op. cit., t. 1, p. 72-73 ; D. Vingtain, Avignon, op. cit., p. 204-205. P (...)
  • 56 Fausto Piola Caseli, La Costruzione del Palazzo dei Papi di Avignone, Milan, A. Giuffre, 1981, p.  (...)
  • 57 Yves Renouard, Les Relations des papes d’Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 13 (...)

50La formation et la carrière du pape Clément VI indiquent qu’il connaît bien la France du nord, en particulier l’Île-de-France et la Normandie. En effet, rappelons qu’avant son élévation au pontificat, il a été successivement abbé de Fécamp, évêque d’Arras, archevêque de Sens puis de Rouen, et il a participé à l’assemblée de Vincennes en 1329. Aussi connaît-il les principaux monuments gothiques de l’époque. Ces influences septentrionales se retrouvent dans les quadrilobes étoilés et les piliers en éperons du portail de la Grande chapelle qui rappellent modestement ceux de Rouen, mais aussi dans le plan de la Grande audience qui évoque celui du palais royal. Ce souci des références à l’architecture septentrionale l’a peut-être amené à choisir un maître d’œuvre lui-même originaire d’Île-de-France. En tout cas, les relations privilégiées que Clément VI entretient avec son maître d’œuvre prouvent l’intérêt que le pape porte à son « palais neuf ». Jean de Louvres doit son ascension rapide et brillante à la protection du pape qui le choisit pour occuper un poste qu’il crée sur mesures. Tout au long de sa carrière, le maître d’œuvre reçoit le soutien du souverain pontife55. Le chantier du « palais neuf » aurait absorbé environ 10 % des revenus de la chambre apostolique56, tandis que les dépenses annuelles du pape en matière d’ornements, de vêtements et d’objets d’art correspondent pratiquement au double des sommes dépensées annuellement par ses deux prédécesseurs réunis57.

  • 58 F. Joubert (dir.), L’Artiste et le clerc, op. cit., p. 8.

51Qu’ils soient papes ou archevêques, les prélats du XIVe siècle se comportent le plus souvent comme des grands féodaux, soucieux de l’image attachée à leur fonction, voire de leur propre notoriété et de leur mémoire. Ainsi, leurs choix monumentaux et ornementaux sont induits par leur rôle social, religieux et politique, mais aussi par des considérations d’ordre personnel et par « une véritable émulation […] au sein de leur propre milieu, de leur propre hiérarchie58 ».

UNE ARCHITECTURE DE PRESTIGE

52Espace sacré abritant une communauté ecclésiastique et accueillant les fidèles, l’église marque le paysage urbain et joue un rôle fondamental dans la vie médiévale. Son élévation lui offre une ascendance monumentale qui traduit symboliquement le lien spirituel qu’elle permet entre les hommes et Dieu. Dans le cas d’une cathédrale gothique, à Rouen ou à Lyon, et même dans celui de l’abbaye Saint-Ouen qui en a la monumentalité, cette présence est imposante dans le paysage urbain. Les reconstructions et les remaniements qui se succèdent à partir du XIIe siècle participent à cette surenchère monumentale qui prend la forme d’une véritable concurrence entre les cathédrales. Par ailleurs, le sanctuaire s’insère dans un cadre topographique et urbain sur lequel il a une maîtrise très limitée. À Rouen, des échanges de terrains entre l’archevêque et le chapitre permettent l’édification du portail des Libraires à la fin du XIIIe siècle puis l’agrandissement de la Chapelle de la Vierge. À Paris et à Lyon, l’archevêque n’a eu d’autre choix que de gagner des terres sur le fleuve et d’étendre la cathédrale vers l’est. Avant qu’elles ne soient englobées par l’extension de la ville, les grandes abbayes suburbaines – Saint-Ouen de Rouen ou Saint-Ainay de Lyon par exemple – n’ont pas connu les mêmes contraintes et elles ont généralement pu se tailler un espace suffisant qui a permis, par la suite, la reconstruction de leur église abbatiale. C’est le cas pour Saint-Ouen au XIVe siècle.

ROUEN : L’AFFIRMATION IDENTITAIRE

  • 59 M. Schlicht, « Pour la plus grande gloire… », art. cité, p. 13 : « entendait-il ainsi afficher, pa (...)
  • 60 Lucien Musset, « Les sépultures des souverains normands : un aspect de l’idéologie du pouvoir », d (...)

53Le modèle des façades du transept de Paris a joué un rôle dans le projet initié par l’archevêque Guillaume de Flavacourt. Non seulement les façades rouennaises reprennent celles de Paris, mais elles cherchent aussi à les surpasser en de nombreux points59. Cette ambition architecturale révèle peut-être la prétention du clergé cathédral de Rouen à égaler la cathédrale parisienne et, en tout cas, l’affirmation de son statut à l’intérieur de la province de Normandie. Ce projet de construction fastueux est le fruit de la collaboration étroite entre le chapitre et l’archevêque. Après le décès de Guillaume de Flavacourt, la « politique artistique » du clergé cathédral prend une autre orientation, plus « politique », en exaltant le passé glorieux de la Normandie à l’époque ducale. Cette nouvelle direction se traduit par la commande par le chapitre de deux nouveaux gisants pour les tombeaux des ducs normands Henri le Jeune et Richard Cœur de Lion. Sous les dalles de la cathédrale reposent également les deux premiers ducs, Rollon (mort vers 932) et son fils Guillaume Longue-Épée (mort en 943) ; leurs gisants sont exécutés dans la seconde moitié du XIVe siècle60. On y trouve aussi le cœur de Richard Cœur de Lion (mort en 1199) et – bientôt – celui de Charles V qui est duc de Normandie avant de devenir roi de France (1364-1380). Ce dernier commande un tombeau pour son cœur afin qu’il soit placé dans le chœur de la cathédrale : il cherche ainsi à s’inscrire dans la lignée des ducs de Normandie tout en y substituant celle des rois de France.

  • 61 V. Tabbagh, « Une cathédrale et ses fidèles… », art. cité, p. 216.

54Cette nouvelle « politique artistique » est également révélatrice de l’attitude du clergé cathédral à l’encontre du pouvoir royal et de son attachement à l’indépendance provinciale tandis que la plupart des chanoines sont recrutés parmi l’aristocratie normande et la riche bourgeoisie rouennaise. L’adhésion des Normands au roi de France demeure fragile tout au long des XIIIe et XIVe siècles et elle vacille plus encore pendant la guerre de Cent Ans. Gardien de la « Charte aux Normands » (1315), le clergé normand apparaît comme le dépositaire de l’identité normande et la cathédrale, qui abrite les gisants des ducs et les reliques des saints évêques, en est le symbole. En remettant à l’honneur les ducs normands, le chapitre rouennais affiche clairement sa nostalgie pour le passé ducal et peut-être aussi son souhait d’un retour à l’indépendance d’un duché normand. Ce rôle symbolique de la cathédrale de Rouen perdure jusqu’à la fin du Moyen Âge selon Vincent Tabbagh : elle « symbolise la cité, le diocèse et même la Normandie tout entière, dans sa mémoire et dans son identité61 ».

55Les bas-reliefs quadrilobés du portail de la Calende participent eux aussi à cette glorification du passé normand à travers celle des deux principaux saints évêques du diocèse : saint Romain et saint Ouen. En reprenant et en développant ce cycle consacré à saint Ouen, le portail méridional de l’abbaye Saint-Ouen accentue davantage la portée « politique » de son programme iconographique, d’autant plus que les références aux ducs de Normandie y sont nombreuses. Au-delà de la rivalité entre les deux clergés, c’est le contexte social et politique qui cristallise cette affirmation du passé ducal au XIVe siècle.

LYON : LA CATHÉDRALE DANS LA VILLE

56La cathédrale de Lyon apparaît comme le cœur de la ville médiévale, sur la rive droite de la Saône, depuis l’abandon de la ville haute romaine au cours du IIIe siècle. Elle fait face à la « presqu’île », entre la Saône et le Rhône, où s’est établie au IXe siècle, la ville des bourgeois à partir de l’ancien burgus carolingien et autour de l’église Saint-Nizier ; plus au sud, se trouve la grande abbaye Saint-Martin d’Ainay. À partir du XIe siècle, ces deux quartiers – canonial et bourgeois – sont reliés par un pont sur la Saône.

  • 62 C. Arlaud et al., « Lyon », art. cité, p. 271-285 et fig. 134 ; C. Arlaud et J. Burnouf, « Les cha (...)

57Les dimensions de la cathédrale sont monumentales : 79 m de longueur totale, 13,30 m de largeur et 32,50 m de hauteur sous voûte au niveau de la nef centrale. Elle domine le quartier canonial qui occupe un espace de forme quadrangulaire d’environ 185 m sur 175 m, étendu du nord au sud en raison des contraintes topographiques : à l’ouest, la colline de Fourvière et, à l’est, la Saône. Ce quartier est un véritable enclos canonial de trois hectares, appelé le « grand cloître » et englobant le « Petit cloître » établi sur le flanc sud de la cathédrale. Depuis le saccage de Guy II de Forez en 1162, la clôture canoniale est même devenue un véritable un mur d’enceinte comportant quatre portes fortifiées62.

  • 63 N. Reveyron, Chantiers lyonnais, op. cit., p. 59.

58À Lyon, la cathédrale domine incontestablement le quartier canonial et le noyau urbain originel, celui de la rive droite de la Saône, mais la ville nouvelle – celle des bourgeois – lui échappe. Aussi le projet de reconstruction, initié à la fin du XIIe siècle par Guichard de Pontigny, conduit-il à une véritable « monumentalisation de l’espace épiscopal face à la ville bourgeoise en plein développement sur la presqu’île »63. Il manifeste une volonté de remodeler le front de Saône : l’agrandissement du plan de la cathédrale en déplaçant son chevet vers l’est permet de gagner littéralement du terrain sur la Saône, mais aussi de préserver le vaste espace, pourtant constructible, devant la façade occidentale. Il s’agit aussi pour l’archevêque d’affirmer matériellement la puissance épiscopale face à celle du chapitre ou encore face aux prétentions de la maison de Forez.

  • 64 N. Reveyron, « À l’ouest, du nouveau », dans C. Sapin (dir.), Avant-nefs et espaces d’accueil dans (...)
  • 65 L. Bégule, Monographie, op. cit., p. 42.
  • 66 J. Beyssac, Les Membres, op. cit., p. 70.

59L’édification de la façade occidentale sous l’archiépiscopat de Pierre de Savoie (1308-1332) s’inscrit en continuité avec cette politique architecturale, mais en l’orientant vers un « style français » plus marqué dont témoignent les portails et notamment les piliers en éperon ornés de bas-reliefs quadrilobés. Le chantier de la façade occidentale de la cathédrale de Lyon diffère de ceux des portails latéraux de la cathédrale de Rouen. D’une part, il s’agit à Lyon de l’achèvement indispensable d’un long chantier de reconstruction commencé à la fin du XIIe siècle, alors qu’à Rouen ce sont des remaniements de prestige, sans nécessité utilitaire. D’autre part, la collaboration entre l’archevêque et les chanoines est rendue plus difficile par le statut juridique de la cathédrale64. Néanmoins, le chapitre et l’archevêque sont les collaborateurs nécessaires du chantier de reconstruction, et tous deux ont intérêt à le mener à bien. Si la fabrique est gérée par des chanoines, elle dépend largement des expédients accordés par l’archevêque tant ses ressources propres sont insuffisantes. Au milieu du XIVe siècle, seul 6 % des revenus du diocèse seraient consacrés au chantier, ce qui expliquerait la durée de la reconstruction sur plus de deux siècles. L’Église de Lyon ne dispose pas des richesses de celle de Rouen : aussi nécessite-t-elle des aides extérieures pour mener à bien le chantier de Saint-Jean65. Par exemple en 1323, Pierre de Savoie décide de faciliter l’achèvement des tours de la façade en lui affectant les revenus de la première année de tous les bénéfices vacants du diocèse, et ce pendant trois ans ; il renouvelle cette décision six ans plus tard66.

60Cette implication de l’archevêque est évoquée à travers les bas-reliefs quadrilobés des portails occidentaux dont certains représentent des bustes ou des scènes figurant un évêque, des blasons de la maison de Savoie et un cycle consacré au saint patron de l’archevêque au portail nord (à proximité de la chapelle placée sous le vocable de saint Pierre).

AVIGNON : LA « PRÉÉMINENCE DU PALAIS SUR LA VILLE »

  • 67 D. Vingtain, Avignon, op. cit., p. 99 et 182 ; V. G. Wetterlöf, Les Ymagiers, op. cit., p. 62 ; L. (...)

61Conçue dans le cadre du projet ambitieux de construction du « palais neuf » en Avignon, la chapelle clémentine répond également à des besoins cérémoniels propres à la fonction pontificale. En effet, la Grande chapelle du palais de Benoît XII est trop exiguë et inadaptée pour les grandes cérémonies : le nouveau pape Clément VI est couronné dans le couvent des dominicains d’Avignon le 19 mai 134267 et ses successeurs le sont dans la nouvelle chapelle, plus vaste que celle de Benoît XII. Elle occupe le premier étage de cette nouvelle aile de l’« œuvre neuf », à l’instar des chapelles palatines, et elle donne sur une vaste loggia qui permet au pape d’apparaître à la foule massée dans la cour d’honneur. Non seulement la nouvelle chapelle permet des cérémonies plus fastueuses, rassemblant un plus grand nombre de participants, mais son accès est facilité par la construction d’un large escalier qui la relie directement à la cour d’honneur. L’escalier d’honneur est suffisamment spacieux et bien éclairé pour accueillir le cortège des cardinaux et autres dignitaires de la Curie.

  • 68 D. Carru, « Le palais des papes, essai de morphogenèse », dans P. Boucheron et J. Chiffoleau (dir. (...)

62De manière plus générale, c’est bien le manque d’espace et de confort qui a poussé Clément VI à agrandir le palais de son prédécesseur. Le projet du « palais neuf » est bien la mise en œuvre d’une architecture de prestige répondant aux exigences fonctionnelles et somptuaires de la cour pontificale. Il s’agit d’agrandir et d’embellir le cadre de vie de la Curie, de mieux loger les hauts dignitaires et de fournir des espaces plus adaptés aux nouveaux services administratifs et financiers. Par ailleurs, le pape souhaite disposer d’appartements privés plus confortables et décorés à son goût. Il entend également donner un cadre plus prestigieux et monumental aux cérémonies pontificales. À l’échelle urbaine, le palais n’est pas situé au centre de la ville, mais il occupe une position prééminente par le volume et la hauteur de ses bâtiments. En établissant leur palais à proximité de la cathédrale Notre-Dame-des-Doms au XIVe siècle, les papes veillent à affaiblir l’Église locale : le siège épiscopal d’Avignon reste vacant durant le XIVe siècle et la cathédrale n’est pas reconstruite. Par contre le palais pontifical ne cesse de se développer et d’accroître son emprise matérielle et symbolique sur l’espace avignonnais. C’est ce que conclut Dominique Carru : « Ce palais a été résolument conçu, par son élévation, pour marquer et affirmer la puissance temporelle de la papauté sur la ville68. »

63En définitive, le portail avignonnais se distingue des ensembles rouennais et lyonnais en raison même de son contexte monumental. D’une part, il est situé au seuil d’une chapelle palatiale et non d’une église séculière ou régulière revêtant une fonction paroissiale. D’autre part, il n’ouvre pas vers un univers « profane » mais sur une loggia fermée. De fait, il n’est emprunté que par des résidents, des fonctionnaires ou des hôtes du palais. Cette limite dans la diffusion des images sculptées au portail de la chapelle n’en retire pas pour autant leur rôle ornemental, mais le choix des piliers à éperon et des bas-reliefs quadrilobés apparaît davantage comme une « citation » architecturale et ornementale voulue par le pape commanditaire, en souvenir de son archevêché rouennais. C’est peut-être pour cela que le programme iconographique de ces quadrilobes ne comporte pas de cycles narratifs mais des motifs qui semblent résulter de la libre appréciation du maître d’œuvre ou des imagiers.

  • 69 Selon l’expression, déjà citée, de Jérôme Baschet, Lieu sacré, lieu d’images, Paris-Rome, EFR, 199 (...)

64Nous avons abordé, dans ce chapitre, les échelles de l’analyse historique qui permettent de replacer le monument dans son contexte urbain et dans le jeu des liens institutionnels, notamment entre les établissements religieux eux-mêmes : la concurrence entre la cathédrale de Rouen et l’abbaye Saint-Ouen ; la rivalité entre les archevêchés rouennais et lyonnais au niveau de la prééminence de l’un sur l’autre par exemple ; le rôle de la papauté dans la nomination des archevêques et des chanoines. Le chapitre suivant s’inscrit dans le cadre de l’analyse iconographique. Il prend ainsi en compte d’autres échelles de perception et de compréhension des ensembles monumentaux. Il s’agira notamment d’appréhender les spécificités du portail en tant que « lieu d’images69 » et les fonctions liées à sa position de « seuil » du sanctuaire. En d’autres termes, la composition spatiale et les choix iconographiques sont-ils déterminés par la localisation des ensembles de bas-reliefs en position de soubassement dans le portail ou encore par la situation de ce dernier comme espace de passage entre le monde extérieur et l’espace « sacré » ?

Notes

1 Alain Sadourny, « L’époque communale », dans M. Mollat (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, p. 79.

2 François Neveux, « Les structures ecclésiastiques », dans La Normandie au XVe siècle…, Saint-Lô, Archives départementales, 1999, p. 31-33 et carte p. 40.

3 F. Neveux, « La constitution d’un réseau urbain en Normandie », dans P. Bouet et F. Neveux (dir.), Les Villes normandes au Moyen Âge…, Caen, PUC, 2006, p. 57.

4 Roger Jouet, Et la Normandie devint française, Paris, 1983, rééd. Orep, 2004, p. 113-114.

5 Joseph Reese Strayer, The Administration of Normandy under Saint Louis, Cambridge (Mass.), The Medieval Academy of America, 1932, p. 41-42; Henry Kraus, À prix d’or. Le financement des cathédrales, Paris, Cerf, 1991, p. 319 et suiv.

6 Par exemple, Nicole Oresme (vers 1320-1382), originaire du diocèse de Bayeux, fait ses études au collège de Navarre, fondé en 1305, avant de devenir l’une des figures majeures de l’université de Paris au XIVe siècle. Voir F. Neveux, « Nicole Oresme et le clergé normand au XIVe siècle », dans J. Quillet (éd.), Autour de Nicole Oresme, Paris, 1991, p. 9-36.

7 Amable-Pierre Floquet, « La Charte aux Normands », Bibliothèque de l’École des Chartes, 4, 1842-1843, p. 46-47 ; F. Thénard-Duvivier, Au seuil, op. cit., t. 1, p. 151.

8 Vincent Tabbagh (dir.), Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines de France de 1200 à 1500, t. 2, Tournai, Brepols, 1998, p. 98.

9 F. Pommeraye, Histoire des archevesques de Rouen, Rouen, 1667, p. 516 ; Philippe Deschamps, « Les entrées royales à Rouen », Connaître Rouen, iii, 1, Rouen, 1976, p. 4-5.

10 Pierre Bonnassieux, De la Réunion de Lyon à la France, Lyon, A. Vingtriniern impr., 1874.

11 Bernard Guillemain, « Philippe Auguste et l’épiscopat », dans R.-H. Bautier (dir.), La France de Philippe Auguste, Paris, CNRS, 1982, p 365-384.

12 Bruno Galland, Deux archevêchés entre la France et l’Empire : les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne…, Rome, EFR, 1994, p. 605.

13 Jacques Chiffoleau, Les Justices du pape, Paris, PUPS, 1984, p. 91-93.

14 Alain Erlande-Brandenburg, La Cathédrale, Paris, Fayard, 1989, p. 280.

15 J. Le Maho, « Nouvelles hypothèses sur l’église Notre-Dame de Rouen au Xe siècle », dans Chapitres et cathédrales, op. cit., p. 297-299. Voir aussi la notice concernant Rouen dans N. Gauthier et M. Fixot, « Province ecclésiastique de Rouen (Lugdunensis secunda) », dans N. Gauthier (dir.), Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, t. IX, Paris, De Boccard, 1966.

16 D’après Louis Caillet, La Papauté d’Avignon et l’Église de France, Paris, PUF, 1975, p. 509.

17 Avec un domaine rural dépassant 11 300 ha, les villes de Dieppe et Louviers, la forteresse de Gaillon, le vaste plateau d’Aliermont ou encore le riche terroir de Fresne dans le Vexin. Voir V. Tabbagh (dir.), Répertoire, op. cit., p. 6-7.

18 J. Le Maho, « Rouen », dans J.-C. Picard (dir.), Les Chanoines dans la ville, Paris, de Boccard, 1994, p. 337-339 et fig. 163 ; N. Manoury, « Recherches sur le patrimoine foncier des chanoines de Rouen aux XIIe et XIIIe siècles », dans 396-1996. XVIe centenaire, op. cit., p. 213-223 et fig. 2 ; « Les chanoines dans l’espace urbain (XIIIe-XVe siècles) », dans V. Tabbagh (dir.), Répertoire, op. cit., p. 32.

19 L. Bégule, Monographie, op. cit., p. 42.

20 B. Galland, Deux archevêchés, op. cit., p. 8 et p. 25-26.

21 Yves Esquieu, Autour de nos cathédrales…, Paris, CNRS, 1992, p. 36.

22 B. Galland, « Archevêché et comté de Lyon… », dans Les Pays de l’entre-deux au Moyen Âge, Paris, CTHS, 1990, p. 15.

23 B. Galland, « Le rôle politique d’un chapitre cathédral : l’exercice de la juridiction séculière à Lyon, XIIe-XIVe siècles », Revue d’Histoire de l’Église de France, lxxv, 1989, p. 278.

24 Pascal Collomb, « Les statuts du chapitre cathédral de Lyon (XIIe-XVe siècle)… », Bibliothèque de l’École des Chartes, 153, janv.-juin 1995, p. 19.

25 Catherine Arlaud et al., « Lyon », dans J.-C. Picard (dir.), Les Chanoines dans la ville, op. cit, p. 278.

26 Jean Beyssac, Les Chanoines de l’Eglise de Lyon [1914], réimp., Lyon, Éd. René Georges, 2000, p. VIII.

27 B. Galland, « Le rôle… », art. cité, p. 274 ; Y. Esquieu, Quartier cathédral. Une cité dans la ville, Paris, Desclée de Brouwer, 1994, p. 36 ; La Cathédrale de Lyon au XIIIe siècle, cat. exp., 1995, p. 13.

28 A. Legris, « L’exode des corps saints au diocèse de Rouen (IXe-XIe siècles) », Revue catholique de Normandie, XXVIII, 1919, p. 169.

29 ADSM, 14 H 156. Voir F. Pommeraye, Histoire de l’abbaye, op. cit., p. 399-401 ; J. Le Maho dans C. Fons (éd.), L’Abbaye Saint-Ouen de Rouen, cat. exp., Rouen, 1979, p. 7.

30 A. Masson, L’Abbaye Saint-Ouen, op. cit., p. 50.

31 BMR, Y. 41 (« Livre noir »), trad. Louis Violette dans J.-P. Chaline (dir.), La Cathédrale de Rouen, Rouen, Société de l’Histoire de Normandie, 1996, p. 57.

32 Ibid.

33 À cette époque, la cathédrale semble posséder peu de reliques. Voir L. Violette, L’Église métropolitaine de Rouen pendant la première période normande, Xe-XIe siècles, thèse, histoire, Paris X, 1994 (dactyl.), p. 96.

34 BMR, ms. Y. 27, p. 26-36 (trad. L. Violette, op. cit., p. 49-60).

35 La cathédrale est la seule église du diocèse à accorder à saint Mellon un culte plus important qu’à saint Nicaise. Voir L. Violette, op. cit., p. 397-399.

36 Dominique Gonthier et Claire Le Bras, « Analyse socio-économique de quelques recueils de miracles », Annales de Normandie, no 1, déc. 1974, p. 28 ; J. Le Maho, « Les lieux… », art. cité, p. 48.

37 P. Kurmann, « Filiation ou parallèle ?... », art. cité, p. 211.

38 P. Kurmann, « L’architecture du gothique tardif… », art. cité, p. 159.

39 V. Tabbagh, « Une cathédrale et ses fidèles : Notre-Dame de Rouen à la fin du Moyen Âge », dans Chapitres et cathédrales, op. cit., p. 215.

40 A. Blaise, « Programmes hagiographiques… », art. cité, p. 245-264.

41 V. Tabbagh (dir.), Répertoire, op. cit., p. 89-92 ; B. Haureau dans Histoire littéraire de la France, t. 27, Paris, 1877, p. 397-402.

42 V. Tabbagh, « Quelques figures du clergé de la cathédrale de Rouen dans la seconde moitié du XIIIe et au début du XIVe siècle », dans 396-1996. XVIe centenaire, op. cit., p. 61-63.

43 M. Schlicht, « Afin de relever… », art. cité, p. 560.

44 La datation de l’abandon du projet de cloître vers 1270-1280 est proposée par J. Le Maho, « Rouen », dans J.-C. Picard et al., Les Chanoines, op. cit., p. 337.

45 M. Schlicht, Un chantier, op. cit., p. 314 ; « Pour la grande gloire de l’archevêque : l’architecture de la cathédrale de Rouen sous Guillaume de Flavacourt », Revue de l’Art, no 138, 2002, p. 13.

46 J. Beyssac, Les Membres de la maison de Savoie au chapitre de Lyon, Lyon, E. Vitte, 1911, p. 90-91.

47 J. Beyssac, « Philippe et Pierre de Savoie, archevêques de Lyon », Bulletin historique du diocèse de Lyon, 64, juillet-août 1910, p. 112-113.

48 P. Bonnassieux, De la Réunion, op. cit., p. 110.

49 Archives nationales, J 267 (54) ; cité selon B. Galland, Deux archevêchés, op. cit., p. 601.

50 Le 2 mai 1322, le chapitre cède sa juridiction sur Lyon à l’archevêque en échange d’une rente annuelle de 500 livres viennois. Voir P. Bonnassieux, De la Réunion, op. cit., p. 214.

51 B. Galland, Deux archevêchés, op. cit., p. 610.

52 Bernard Guillemain, La Cour pontificale d’Avignon (1309-1376), Paris, EFR, 1962, p. 123.

53 G. Mollat, Les Papes, op. cit., p. 84-85.

54 Cité par B. Guillemain, La Cour, op. cit., p. 137.

55 L.-H. Labande, Le Palais, op. cit., t. 1, p. 72-73 ; D. Vingtain, Avignon, op. cit., p. 204-205. Pour le chantier du « palais neuf », voir F. Thénard-Duvivier, Au seuil, op. cit., t. 1, p. 180-185.

56 Fausto Piola Caseli, La Costruzione del Palazzo dei Papi di Avignone, Milan, A. Giuffre, 1981, p. 45 et 51 : le total des dépenses de construction atteindrait 198 022 florins sous Clément VI pour des recettes de 1 978 977 florins.

57 Yves Renouard, Les Relations des papes d’Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 à 1378, Paris, E. de Boccard, 1941, p. 32-33.

58 F. Joubert (dir.), L’Artiste et le clerc, op. cit., p. 8.

59 M. Schlicht, « Pour la plus grande gloire… », art. cité, p. 13 : « entendait-il ainsi afficher, par le biais de cette surenchère sur le plan artistique, une prétention de préséance sur son collègue parisien qui, dans la hiérarchie ecclésiastique officielle, tenait un rang inférieur au sien ? »

60 Lucien Musset, « Les sépultures des souverains normands : un aspect de l’idéologie du pouvoir », dans J.-M. Bouvris et J.-M. Maillefer, Autour du pouvoir ducal normand, Xe-XIIe siècles, Caen, PUC, 1985, p. 19-44.

61 V. Tabbagh, « Une cathédrale et ses fidèles… », art. cité, p. 216.

62 C. Arlaud et al., « Lyon », art. cité, p. 271-285 et fig. 134 ; C. Arlaud et J. Burnouf, « Les chanoines de la cathédrale de Lyon… », dans F. Bériac (dir.), Les Prélats, l’Église et la société, XIe-XVe siècles, Bordeaux, Presses universitaires, 1994, p. 246.

63 N. Reveyron, Chantiers lyonnais, op. cit., p. 59.

64 N. Reveyron, « À l’ouest, du nouveau », dans C. Sapin (dir.), Avant-nefs et espaces d’accueil dans l’église, Paris, CTHS, 2002, p. 205.

65 L. Bégule, Monographie, op. cit., p. 42.

66 J. Beyssac, Les Membres, op. cit., p. 70.

67 D. Vingtain, Avignon, op. cit., p. 99 et 182 ; V. G. Wetterlöf, Les Ymagiers, op. cit., p. 62 ; L.-H. Labande, Le Palais, op. cit., t. 1, p. 67.

68 D. Carru, « Le palais des papes, essai de morphogenèse », dans P. Boucheron et J. Chiffoleau (dir.), Les Palais dans la ville, Lyon, PUL, 2004, p. 212.

69 Selon l’expression, déjà citée, de Jérôme Baschet, Lieu sacré, lieu d’images, Paris-Rome, EFR, 1991.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search