Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Sainte-Geneviève-de-Batiscan, 15 avril 1899

Texte intégral

1[...] La montagne qui sépare Sainte-Geneviève et Saint-Prosper de Saint-Stanislas est toute en érables et ce flanc de montagne donnant sur le soleil de midi vaut pour le sucre dans nos pays ce que valent dans les vôtres les coteaux plantés de vignes pour la production du raisin. J’ai acheté ma provision de sirop et de sucre du père de M. Massicotte, ce jeune étudiant au Collège Canadien qui nous a visité l’an dernier. C’était aussi de lui que j’avais acheté les échantillons de sucre et de sirop que je vous avais apportés en 1896. Ce sirop avait perdu un peu de son arôme et de son goût par la traversée de la mer. Brassé sur tous les sens, il était devenu un peu aigre et mousseux, ce qu’il n’est pas quand on le conserve dans un endroit frais de nos maisons. Malgré toutes ces invitations, il est rare que j’aille à la cabane. (Nous appelons ainsi les maisonnettes construites dans les érablières ou sucreries pour l’habitation des sucriers et la confection des sucres). Il y a toujours un peu de dissipation dans ces réunions ; on profite de la présence du curé pour venir d’un bord et de l’autre : les jeux s’élèvent et bien qu’ils soient tous très honnêtes, ils n’en sont pas moins fatigants et avec mes 53 ans j’aime autant la tranquilité dans mon presbytère que le trémoussement dans la cabane [...]

  • 1 Charles Bellemare montre sa satisfaction devant l’entrée en religion de 7 filles de la paroisse au (...)

2Je ne veux pas terminer cette lettre sans vous dire un mot du mouvement qui se fait dans notre Sainte-Geneviève vers les communautés religieuses1. Nos jeunes filles n’aspirent qu’après la vie du cloître. Déjà depuis quatre ou cinq mois quatre sont parties, les unes pour l’Hôtel-Dieu du Précieux Sang de Québec, les autres pour la Congrégation de Notre-Dame de Montréal. D’autres demandent leur entrée à la Providence des Trois-Rivières. Demandons à Dieu qu’elles persévèrent et que leur exemple entraîne leurs compagnes ; leur dévouement sera l’appui de la société et leurs prières la sauvegarde de nos familles [...]

Notes

1 Charles Bellemare montre sa satisfaction devant l’entrée en religion de 7 filles de la paroisse au cours des années 1896 à 1899, dont 4 en cette dernière année.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search