Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Sainte-Geneviève-de-Batiscan, 25 juin 1898

Texte intégral

1[...] Si j’ai gardé rancune si profonde aux vins d’Europe, il n’en est pas de même pour les gens dont le bon souvenir est toujours là bien vivant dans la meilleure place de mon cœur. Et voici que bientôt je vais refaire, de mémoire et de cœur le voyage de 1896. Il n’y a plus qu’une quinzaine de jours pour ramener le 2e anniversaire de mon départ. Je venais de recevoir le dernier soupir de ce pauvre M. Lizée, ce jeune prêtre, si bon, qui depuis plusieurs mois languissait chez sa sœur, qu’un compagnon se présente pour m’offrir le voyage que le chauvin Cloutier avait abandonné. Je saisis cette nouvelle branche d’espoir, je l’arrose de mes plus ardents désirs et la présente à Monseigneur qui l’agrée et me souhaite bon voyage. Et me voilà parti et à Londres je vous écris que bientôt je serai à Paris où vous avez l’immense charité et condescendance de m’y relancer. Vous vous rappelez notre première entrevue, nos premiers bonjours ! Jamais, je ne les oublierai. Il y avait tant de douces émotions : je ne vous avais jamais vu et en vous voyant, il m’a semblé que je vous avais toujours connu. Heures délicieuses de la première soirée. Mes compagnons m’en parlaient encore avec ravissement dans la visite que je leur fis l’hiver dernier. Et deux jours plus tard j’arrive à Chambray : vous ne m’attendiez plus ; j’avais été assez gauche pour me tromper de train. Pourquoi ne vient-il pas, disent tous vos confrères réunis chez vous. Je n’en sais rien, c’est tout ce que vous pouvez leur répondre. Et tous ces messieurs désappointés, et le bon vieil oncle et la chère tante, et la bienveillante Alphonsine qui avaient tant de hâte de voir le Canadien ! Un coup de sonnette ! — Qui est là ? — dit-on de l’intérieur du presbytère. — Qui vient ouvrir, me disais-je, comprimant mon émotion. La porte s’ouvre [...] Le cousin du Canada ! Le curé de Sainte-Geneviève ! Alphonsine ! Pas besoin d’introduction ! Une poignée de main que je ressens encore et la bonne maman dont je sens encore le baiser tout chaud sur ma joue ! et le Papa ! et les autres ! Moments délicieux qui ne se ressentent qu’une fois dans la vie ! Ces bons amis que je reconnais les uns après les autres ; le premier repas ! La première causerie ! où je me croyais avec mes confrères du Canada, tant je trouvais naturel tout ce que je voyais [...] La visite au Château où je craignais d’être faussement gêné. Vous rappelez-vous comme j’avais les mains sales (J’avais oublié d’enlever la suie que les chars m’avaient donnée). Ensuite, le souper en famille avec les chers MM. de la Balle, Brunet et Cormier et enfin le départ de M. Brunet que nous avons reconduit jusque sur la côte. C’est donc beau toutes ces choses et que le Bon Dieu est bon de nous laisser au cœur de si doux souvenirs !

2[...] C’est toujours un bonheur pour nous de recevoir notre vénérable évêque qui touche à ses 80 ans, et qui gouverne notre diocèse depuis plus de 31 ans. Il est le doyen de l’épiscopat canadien et son nom est un drapeau. Son règne fut une lutte continuelle contre le libéralisme canadien. Pendant de longues années il eut à subir beaucoup d’humiliations à cause de ses revendications énergiques de la liberté catholique, mais aujourd’hui, il triomphe. Tous les évêques se sont rattachés à sa cause et Léon XIII dans son admirable encyclique au peuple canadien, l’hiver dernier, s’est servi, pour condamner le mouvement en faveur des écoles neutres, des mêmes paroles dont s’était servi Mgr Laflèche, et il donna l’approbation la plus ample à la direction des évêques canadiens. Je voyais dernièrement un Père franciscain, de haute futaie. Il accompagnait Monseigneur dans sa visite pastorale. (Ce père est lorrain, de la partie de la Lorraine conservée à la France). Monseigneur, me disait-il, parle comme un Père de l’Eglise ; Si nous avions un évêque comme lui en France !... Vous devez avoir des évêques en France, mais cette remarque suffit pour vous faire comprendre quel homme et quel saint nous avons à notre tête. Plaise à Dieu de nous le conserver longtemps !

3Nous devons faire, vendredi, le premier de juillet, un grand pèlerinage de Sainte-Geneviève et des paroisses voisines à Sainte-Anne-de-Beaupré : ce sanctuaire est pour le Canada ce qu’est Lourdes pour la France. Allez-vous à Lourdes cette année ? Ah ! si j’étais en France, je suivrais l’exemple de M. Cormier, j’irais à Lourdes tous les ans. Je me reprends au Canada et je vais à Sainte-Anne avec ma paroisse. Nous nous attendons de partir 4 à 500 cette année ; nous pouvons faire le voyage en deux jours. Nous laissons le quai de Batiscan vers 9 h. et le soir, à 5 h. quelquefois plus tôt, nous sommes à Sainte-Anne. Le retour se fait le lendemain pour que nous soyons chez nous au plus tard, à 9 heures du soir. Nos gens reviennent toujours enthousiasmés de ce qu’ils ont vu et entendu et se promettent d’y retourner une autre année [...]

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search