Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Sainte-Geneviève de Batiscan, 10 décembre 1897

Texte intégral

1[...] Voici déjà l’hiver arrivé et nous n’avons pas eu d’été, à part quelques jours de chaleurs tropicales. Pourtant la moisson est bonne, bien que certaines gens, jamais contents, viennent nous dire qu’elle aurait pu donner davantage. J’ai, pour ma part, récolté une centaine de minots d’avoine, autant de navets, une quinzaine de charges de fourrages verts et deux vicaires. A la maison, avec cette abondance d’auxiliaires, je n’ai qu’à me reposer sur mes lauriers et, à l’étable, cheval, vaches et cochons ne mourront pas de faim.

2Quand je vous ai écrit ma dernière lettre, je vous disais que j’avais l’espoir d’avoir M. Trudel pour vicaire ; or, Monseigneur a été assez bon pour me l’accorder ; et il va bien. Plein de bonne volonté et de zèle, notre ministère s’exerce facilement.

3Après que les peintures nouvelles du nouveau presbytère eurent perdu de leur âcreté, j’ai fait revenir M. Héroux de l’hôpital et il habite avec nous depuis un mois pour y être jusqu’à ce que sa santé soit assez bonne pour lui permettre le travail. La vie à trois est agréable ; ils ont, là-haut, chacun leur chambre. Dans le fumoir, il y a un beau billard que le vieil oncle de Montréal m’a donné. Avec ce billard, il y a dans la même salle, un jeu de bagatelles qui a le don d’amuser encore mieux que le billard ; il y a, en plus, leur bonne amitié ; ils n’ont qu’une couple d’années de différence pour leurs études faites dans le même séminaire. Comme ça, tout va bien. Mon ancien personnel m’est revenu, moins l’une des filles qui s’étant mariée pendant son congé m’a envoyé une de ses sœurs pour aider d’Ile Descôteaux.

4Charles est à son ouvrage. Mais, quel ouvrage que celui d’un déménagement ! Depuis deux mois que nous sommes à l’œuvre, il y a encore quelque chose à faire. Curieuse coïncidence ! Le printemps dernier Adélard venait à Sainte-Geneviève passer une couple de jours et sans qu’il l’ait prémédité, il a assisté au dernier repas que nous avons pris dans le vieux presbytère. A l’automne, il revient et il s’adonne à assister au premier repas pris dans le presbytère nouveau : un vrai repas de noces. J’avais invité l’entrepreneur, M. de la Chevrotière, avec ses ouvriers, Charles, sa femme et son petit Philémon et les deux ménagères, de sorte que, avec les trois prêtres présents, nous étions une quinzaine à table. Joyeuse inauguration !

5Pendant sa promenade Adélard m’a montré quelques vues de son Chemin de Croix de la montagne ; je m’en suis procuré des copies que je vous envoie pour vos étrennes ; j’y ajoute une vue du village de Sainte-Geneviève. Vous y verrez notre église, mais non le presbytère, qui, du côté gauche de l’église est caché sous le feuillage ; vous voyez la rivière Batiscan avec notre pont en fer, presqu’en face de l’église. Le photographe devra revenir pendant l’hiver pour prendre une vue de l’église et du presbytère seuls. [...]

6Ce pauvre Adélard, il va d’une épreuve à l’autre. Après avoir travaillé depuis deux ans au milieu de toutes sortes de difficultés et de croix à ce Chemin de Croix, voici que le Bon Dieu lui en pose une lourde sur les épaules. Son travail était terminé, agréé, autorisé, encouragé par l’autorité épiscopale ; les pèlerinages venaient de toutes les paroisses environnantes ; le Bon Dieu a voulu marquer cette œuvre de son sceau. Le temps de l’automne a été sec et remarquable pour les feux de forêt. Saint-Elie ne fut pas épargné et un jour, voici que sous l’impulsion d’un vent violent le feu fut transporté sur la montagne du Calvaire. Toute la paroisse s’y précipite afin de préserver le Chemin de Croix de la destruction. On a réussi, mais la montagne a perdu son cachet. Toute la verdure qui donnait à ces lieux une si belle apparence de vie est disparue. Il ne reste plus que la montagne dénudée, n’ayant, par-ci, par-là que des troncs d’arbres, noircis, carbonisés. Il faudra trois ou quatre ans, pour le moins pour que cette verdure se refasse. Adélard était découragé. Malgré que la Croix et le Calvaire aient été sauvés, il y a beaucoup de travail à refaire. Plusieurs endroits du chemin de la montagne étaient sur pilotis : tout est brûlé ! Il faut recommencer. Je l’ai encouragé et lui ai conseillé de refaire le travail. Je considère cette dernière épreuve comme une marque infaillible que ce Chemin de Croix est voulu du Bon Dieu et c’est parce qu’il doit s’y faire beaucoup de bien que le démon travaille à le détruire.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search