Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Sainte-Geneviève-de-Batiscan, 17 septembre 1897

Texte intégral

  • 1 Le calvaire de Saint-Elie devint par la suite un lieu de pèlerinage régional.
  • 2 D’inspiration spontanée ou tirée d’un formulaire, la considération est une méditation proclamée de (...)

1[...] J’ai profité de ce même M. Trudel que je m’attends d’avoir pour vicaire pour m’absenter pendant cinq ou six jours il y a quelques semaines. Je voulais me rendre à Saint-Elie pour voir le fameux Chemin de Croix1 qu’Adélard vient d’ériger sur une montagne à proximité de l’église. Cette montagne, détachée de ses voisines, au sommet dénudé, à l’aspect sauvage, a été plantée là par le Bon Dieu tout exprès pour en faire un lieu de prière et de méditation. Une belle avenue y conduit ; c’est le commencement de la Voie douloureuse pour laquelle on a mis les distances exactes entre chacune des stations, comme dans la Voie douloureuse de Jérusalem. Un beau chemin (assez large pour les voitures) contourne la montagne en faisant une spirale qui permet d’arriver au sommet sans trop de fatigues. Les stations sont échelonnées le long de ce chemin de la même manière que le chemin de la croix sur la montagne de Lourdes. Un beau calvaire (le Christ et 2 larrons ; statues de 6 pieds), un tombeau en maçonnerie de style oriental dans lequel le Christ, de grandeur naturelle, est couché sous une table sur laquelle Adélard espère pouvoir dire la messe, donnent à la montagne un si beau caractère de piété et de religion que déjà les foules se précipitent sur Saint-Elie pour y faire des pèlerinages. Pendant l’été, pas moins de 15 à 20,000 personnes y ont fait le Chemin de la Croix. J’étais donc là, en juillet, pendant que Monseigneur y faisait sa visite pastorale. Monseigneur voulut faire le Chemin de la Croix avec toute la paroisse. Je lisais la Considération2 et Mgr disait le Pater, etc. Pas moins, cette fois, de 2 à 3,000 personnes ont fait l’ascension de la montagne avec nous. Adélard est tout à son œuvre travaillant sans regarder aux difficultés de l’entreprise et il est surprenant qu’il ait pu réussir aussi bien dans un milieu aussi pauvre que l’est Saint-Elie. Sa paroisse l’a bien aidé. Répondant à ses demandes, chacun de ses paroissiens venait donner son coup de main à l’œuvre du curé. On a tracé les chemins, miné les rochers, entouré la voie de belles clôtures ; on a fait un escalier monumental à même le rocher (escalier de 98 marches) pour descendre du calvaire sans avoir à faire le tour de la montagne, et toutes ces choses gratuitement. Les visiteurs et les pieux pèlerins font des offrandes ; tout est terminé ou à peu près et c’est à peine si l’on peut dire qu’il reste des dettes à payer, et pourtant les statues, le tombeau, etc., ont coûté des sommes assez rondes.

2Dernièrement Adélard a pris une douzaine de vues photographiques de son Chemin de Croix. Il a passé ses plaques à un photographe des Trois-Rivières pour les terminer. Quand j’en aurai reçu, je vous en enverrai une copie de chacune [...]

Notes

1 Le calvaire de Saint-Elie devint par la suite un lieu de pèlerinage régional.

2 D’inspiration spontanée ou tirée d’un formulaire, la considération est une méditation proclamée devant chaque station du chemin de croix.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search