Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Sainte-Geneviève-de-Batiscan, 25 juin 1897

Texte intégral

1[...] Quand pourrai-je en retour vous donner notre hospitalité canadienne ? Savez-vous que j’inscris 1898 comme année heureuse ; pensez-y et faites qu’un de vos amis y pense avec vous !

2Vous allez bientôt faire le pélérinage de Lourdes. M. Cormier sera certainement l’un de vos compagnons car il aime tant la Bonne Mère de Lourdes. Ayez un souvenir pour le pèlerin canadien de 1896.

3Je suppose que vous ne subissez plus d’atteintes du vilain mal de dents. Je ne sais si le cidre fut la cause de ces souffrances que vous avez endurées ; ce qui est certain, c’est que je ne bois pas de cidre et que j’ai comme vous ces intolérables douleurs.

4Je voudrais bien avoir quelques photographies à vous envoyer en retour de ces aimables groupes reçus la veille de votre lettre (photographies entourant scientifiquement la bougie servant de rouleau). Cette bougie est de votre fabrication, je n’en doute pas ; elle est arrivée absolument intacte et je la conserve comme souvenir.

5Maintenant, vous me demandez pourquoi la nouvelle élection du Dr Marcotte ? C’est que la première, celle du 23 juin 1896, ayant été contestée pour cause d’influence indue du clergé et pour corruption électorale, Marcotte préféra résilier plutôt que de laisser tramer les prêtres du comté devant le tribunal. De là, nouvelle élection, la plus chaudement contestée dont les annales canadiennes fassent mention. Marcotte a gagné de nouveau et de nouveau il est contesté, encore pour influence indue du clergé. J’avais raison, n’est-ce pas, de vous dire que M. Gagné qui mettait tout couleur de rose en Canada, exagérait notre bonheur social. Je ne l’ai pas vu depuis notre retour, ce bon M. Gagné, tout ce que je sais et je vous le dis entre quatre-z-yeux, ses opinions libérales lui ont causé quelques déboires l’hiver dernier. Je m’attends à sa visite pendant l’été.

6Adélard est venu avant-hier ; il aime toujours à parler de Chambray et il me demande de le rappeler à votre souvenir. Faites en autant pour moi à vos bons amis. Un baiser à vos chers parents et à vous une cordiale et chaude poignée de main.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search