Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Sainte-Geneviève-de-Batiscan, 13 juin 1896

Texte intégral

1[...] Dites bien à vos parents et aux amis comme je regrette de ne pouvoir être avec vous, avec eux, au mois prochain. Nous aurions tant eu à nous dire, ce me semble, et quels jours agréables j’aurais passés à Chambray, à La Croix, à Houlbec, à Douains. Au lieu de tout cela, je reste ici, dans mon nouveau pays, où je subis les misères d’une lutte électorale des plus vives, avec un candidat, mon paroissien, mon maître chantre, mon ami même, que je suis obligé de combattre, vu qu’il soutient un parti hostile par ses chefs à la direction épiscopale. Quelles misères cet état de chose va-t-il m’attirer ? Je ne le sais ; mais je les prévois nombreuses et cuisantes. Ce candidat est venu me voir avant d’annoncer sa candidature et je lui ai dit bien franchement la ligne de conduite que je serais obligé de tenir à son égard : charité envers sa personne, opposition énergique à ses principes politiques. Ma franchise a paru lui plaire et il m’a garanti qu’il n’en aurait rancune ; il se peut et je le souhaite. Advienne que pourra !

2A Shawenegan, le Dr Fiset se présente comme libéral. Quelle gaucherie ! Je pourrais dire : quelle sottise, il fait là ! Il est perdu d’avance. Pourquoi n’est-il pas resté tranquille chez lui ?

3Mardi prochain, la nomination officielle des candidats : assemblée monstre, par conséquent à Sainte-Geneviève, chef-lieu de comté, où vont se rencontrer les candidats, leurs orateurs et une grande partie des électeurs. J’aurai probablement ce jour-là les deux tiers des curés du comté (15 ou 20). Huit jours plus tard, la votation, et après ce sera fini ; excepté la mauvaise humeur de ceux qui auront été battus.

4C’en est assez ! Je finis et vous prie d’agréer avec mes excuses toute mon amitié plus forte que jamais pour vous-même, vos bien-aimés parents et vos amis.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search