Version classiqueVersion mobile

Images sculptées au seuil des cathédrales

 | 
Franck Thénard-Duvivier

Chapitre 1. Les « modèles » rouennais et leurs filiations

Texte intégral

1L’ensemble de bas-reliefs du portail septentrional de la cathédrale de Rouen apparaît, à la fin du XIIIe siècle, comme l’aboutissement d’un procédé ornemental associant la forme du médaillon quadrilobé et le cadre architectonique des piliers saillants. La spécificité du « modèle » rouennais tient dans son déploiement sur la totalité du portail au point d’en faire un véritable « tapis ornemental » offrant un espace privilégié à l’iconographie. Quelques décennies plus tard, cette extension spatiale se poursuit au croisillon méridional dont les contreforts encadrant le portail se couvrent eux aussi de panneaux sculptés en bas-relief. L’image sculptée s’impose au regard par le nombre de bas-reliefs (189 au portail des Libraires et 272 au portail de la Calende) et par leur emplacement (le seuil du sanctuaire). Le soubassement du portail n’est plus réduit au simple rôle de « faire-valoir » de la statuaire monumentale.

2Par ailleurs, l’unité du modèle ornemental rouennais est liée à une même politique architecturale de prestige. Les chantiers des portails du transept s’intègrent dans un projet global visant à « rendre visible » la fonction religieuse et politique de la cathédrale normande. Il s’agit de réaffirmer une puissance en partie perdue – au profit de Notre-Dame de Paris – depuis le rattachement de la Normandie au domaine royal en 1204. Cette affirmation se traduit notamment par la reconstruction, sur le modèle des Saintes-Chapelles du XIIIe siècle, de la chapelle de la Vierge désormais conçue comme la nécropole des archevêques de Rouen tandis que la cathédrale abrite déjà un certain nombre de tombeaux et gisants des ducs de Normandie.

3Outre des adaptations de nature architecturale, ce sont les choix iconographiques et programmatiques qui permettent de concevoir deux « modèles » rouennais. Celui du portail des Libraires est repris aux portails occidentaux de la cathédrale de Lyon (entre 1308 et 1332), puis au portail de la Grande chapelle du palais des papes à Avignon (vers 1347-1351). Celui du portail de la Calende, plus structuré, se retrouve davantage au portail méridional de l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen (à la fin des années 1330) qui met en scène un cycle hagiographique faisant immédiatement écho à ceux de la cathédrale.

L’ÉLABORATION DU PROCÉDÉ ORNEMENTAL ROUENNAIS

  • 1 Voir F. Thénard-Duvivier, Au seuil, op. cit., chap. 3, p. 244-297.

4En marquant une rupture par rapport au style antérieur de la cathédrale de Rouen, les façades latérales s’inspirent de celles du transept de Notre-Dame de Paris, tout en créant des formes et des combinaisons nouvelles. Parmi ces dernières, les bas-reliefs des portails sont le fruit d’un processus ornemental qui associe deux procédés : celui des piliers en éperon qu’on retrouve à Senlis ou à Sens dès la deuxième moitié du XIIe siècle ; celui des bas-reliefs quadrilobés qui apparaissent à la Sainte-Chapelle de Paris au milieu du XIIIe siècle. Le portail des Libraires offre ainsi, à la fin du XIIIe siècle, un premier « modèle » architectural et iconographique. Il apparaît d’une part comme la transposition sculptée des médaillons historiés et quadrilobés dans les vitraux ou encore dans les miniatures des Bibles moralisées. D’autre part, il s’inscrit dans le mouvement général de déploiement de l’iconographie dans l’espace des portails au cours des XIIe et XIIIe siècles1.

5Le tympan est le principal bénéficiaire de cette évolution car il met en scène le thème majeur du portail, généralement articulé autour du Christ en majesté, du Jugement dernier (au portail des Libraires par exemple), du Triomphe de la Vierge ou encore du martyre du saint patron de l’église. La multiplication concentrique des voussures autour du tympan (jusqu’à huit au portail central d’Amiens) accentue cette polarisation. Par ailleurs, le pilier central crée deux baies mais il offre aussi une nouvelle surface à la sculpture – le trumeau – qui occupe ainsi un emplacement de première importance au seuil de l’édifice. Il abrite la statue du Christ, de la Vierge ou du saint patron, souvent en rapport avec le thème du tympan ou des ébrasements. En outre, le trumeau peut reprendre la forme architecturale et le thème iconographique des jambages, de part et d’autre de la porte (Paris, Reims), ou encore des piédroits (portails latéraux de la cathédrale de Rouen). Les ébrasements participent eux aussi au nouveau déploiement de l’iconographie au sein du portail gothique dans le sens de la valorisation des soubassements qui sont ornés de motifs géométriques ou végétaux, puis de scènes historiées en lien ou pas avec les statues qui les surmontent.

LES BAS-RELIEFS À LA CONQUÊTE DU PORTAIL

6La mise en œuvre des bas-reliefs quadrilobés sur des piliers saillants à l’échelle d’un portail tout entier résulte d’un choix ornemental permis par l’évolution du procédé depuis le milieu du XIIe siècle jusqu’au chantier du portail des Libraires à la fin du XIIIe siècle. En effet, la plupart des cathédrales gothiques accueillent au moins un ensemble de bas-reliefs mais certains sont purement ornementaux (à motifs végétaux) et d’autres ne sont pas pleinement intégrés dans la composition du portail. Au XIIe siècle, les premiers cycles de bas-reliefs sont organisés selon l’axe vertical des jambages, de part et d’autre de la porte et du pilier central (en position de trumeau), et ils privilégient les thèmes allégoriques : principalement le zodiaque et les travaux des mois à l’abbatiale de Saint-Denis (vers 1140) ou encore à Notre-Dame de Paris (portail nord, vers 1200-1210). Dans le dernier tiers du XIIe siècle, l’image sculptée prend position sur le socle en « éperon » des statues-colonnes, en suivant ainsi un axe horizontal. Mais les bas-reliefs historiés occupent une place encore limitée au sein du portail et leur rôle est largement subordonné à leur position de socle par rapport à la statuaire monumentale. Leurs thèmes iconographiques s’enrichissent : on retrouve le cycle du calendrier, par exemple à Senlis (vers 1160-1170), mais aussi des scènes bibliques ou hagiographiques à Rouen (aux portails latéraux de la façade occidentale, vers 1170-1180) ou encore des images du bestiaire et des arts libéraux à Sens (à la fin du XIIe siècle).

7En fait, l’évolution décisive est marquée par la prise d’autonomie des cycles de bas-reliefs par rapport au socle de la statuaire pour constituer une frise ou un panneau continu, occupant une place à part entière dans l’architecture des ébrasements. C’est le cas avec les cycles des vices et des vertus au portail central de Notre-Dame de Paris (vers 1200-1210) ou aux portails d’Amiens (années 1230-1240). Ces deux exemples reprennent le principe de la frise double superposant des « médaillons » quadrilobés sur deux rangées. La fin du XIIIe siècle offre ainsi deux types de panneaux de bas-reliefs historiés : ceux qui reprennent le cadre architectonique du pan plat, comme à Auxerre ou à Metz ; ceux qui l’associent à une série de piliers en éperon comme au portail des Libraires.

8Par ailleurs, les concepteurs du portail rouennais n’ont pas « inventé » le quadrilobe étoilé présent dans les vitraux ou l’enluminure : il évoque l’art décoratif de l’Orient antique et traduit certainement le goût renouvelé du Moyen Âge pour les formes géométriques. On retrouve des bas-reliefs quadrilobés à la Sainte-Chapelle (vers 1240-1248), à Notre-Dame de Paris (portail méridional, vers 1260) ou encore à Strasbourg (années 1280-1290). Mais le portail des Libraires met en œuvre pour la première fois ce procédé associant à travers une sorte de « tapis ornemental » les bas-reliefs quadrilobés et le cadre architectonique des piliers en éperon.

LA VARIÉTÉ DES CADRES

9L’image sculptée s’inscrit dans une surface dont la limite ne prend pas nécessairement la forme d’une bordure continue. Ainsi, à Senlis les bas-reliefs forment une frise continue délimitée par une bordure de feuillages (en haut) et par une moulure torsadée (en bas). Par ailleurs, à Sens ou à Paris (portail central), ce sont des colonnettes placées entre chaque scène qui délimitent ainsi le champ. On peut distinguer le « cadre » qui circonscrit le sujet sculpté et la « bordure » – généralement moulurée – qui encadre un panneau ou une frise de plusieurs bas-reliefs.

10Aux portails rouennais et lyonnais, la dernière rangée de bas-reliefs couronnant les piliers saillants reprend un motif de remplage gothique : un arc ogival encadre un arc intérieur tréflé ; l’ensemble est surmonté d’un petit gâble et il s’inscrit dans un petit édicule gothique (fig. 2). Cette forme d’encadrement est dérivée du trilobe ou du trèfle tel qu’il apparaît par exemple à Auxerre. Parmi les motifs ornementaux utilisés dans la sculpture gothique, on trouve la forme quadrangulaire dès le XIIe siècle (fig. 5) tandis que le « médaillon » circulaire est plus rare (fig. 6). La forme quadrilobée est fréquemment utilisée dans les bas-reliefs du soubassement mais aussi dans les sculptures des parties hautes du portail, à l’intérieur des gâbles par exemple.

11Un « quadrilobe » est formé de quatre arcs de cercle égaux tracés en prenant successivement pour centre les angles d’un carré : ces cercles sont le plus souvent tangents mais ils peuvent être également sécants. Si chaque lobe est formé par une portion d’arc en ogive, on parle de « quatre-feuilles ». Si les lobes sont séparés par des parties angulaires, on obtient un « quadrilobe étoilé » (fig. 9). C’est une forme fréquemment utilisée par les peintres pour équilibrer leur composition. Si les deux lobes et un angle du carré se trouvent en bas, on peut le qualifier de « quadrilobe couché ». Si un seul des lobes se trouve en bas, c’est un « quadrilobe redressé » (fig. 8). Les portails de Saint-Étienne d’Auxerre offrent le répertoire de formes le plus varié : des quatre-feuilles étoilés ou encore des quadrilobes étoilés dont les angles et les lobes sont de taille semblable et qui s’apparentent davantage à des polylobes (fig. 10).

12La forme la plus courante – qui est celle des bas-reliefs de notre corpus – est donc celle du « quadrilobe étoilé couché ». Ce motif étoilé connaît deux variantes principales : d’une part, les bas-reliefs des trumeaux sont davantage « resserrés » en largeur du fait de la plus grande étroitesse des faces du pilier central et le quadrilobe est étiré dans le sens de la hauteur ; d’autre part, les angles latéraux peuvent avoir tendance à s’arrondir (fig. 11).

Fig. 5. Le cadre de forme quadrangulaire

Fig. 5. Le cadre de forme quadrangulaire

Fig. 6. L’encadrement « à colonnettes » et les médaillons

Fig. 6. L’encadrement « à colonnettes » et les médaillons

Fig. 7. Les arcs trilobés ou tréflés

Fig. 7. Les arcs trilobés ou tréflés

Fig. 8. L’encadrement de type « quadrilobe redressé »

Fig. 8. L’encadrement de type « quadrilobe redressé »

Fig. 9. L’encadrement de type « quadrilobe étoilé » : la variété des formes

Fig. 9. L’encadrement de type « quadrilobe étoilé » : la variété des formes

Fig. 10. La grande variété des formes du portail central d’Auxerre

Fig. 10. La grande variété des formes du portail central d’Auxerre

Fig. 11. La forme « étirée » du cadre quadrilobé dans les trumeaux (Rouen)

Fig. 11. La forme « étirée » du cadre quadrilobé dans les trumeaux (Rouen)

QUELLE « LOI DU CADRE » ?

  • 2 J. Baltrušaitis, Réveils et prodiges. Le gothique fantastique, Paris, A. Colin, 1960, p. 160.
  • 3 Jurgis Baltrušaitis reprend ici l’idée avancée par Émile Mâle, L’Art religieux du XIIIe siècle en (...)

13Selon Jurgis Baltrušaitis, l’encadrement quadrilobé manifeste l’influence croisée de la sculpture romane, notamment de la « loi du cadre » et de son « horreur du vide », ainsi que des formes ornementales venues de l’Orient et transmises à l’Occident par le biais des tissus ou de l’orfèvrerie en provenance des pays d’Islam. L’auteur met en relation ce « réveil » des formes ornementales et des thèmes fantastiques avec l’intensification du processus ornemental dans l’art gothique à partir de la fin du XIIIe siècle. D’après lui, la « loi du cadre » permet d’expliquer un certain nombre de spécificités des bas-reliefs du portail des Libraires. Tout d’abord, la forme du cadre influencerait celle des figures dans le champ : « les silhouettes sont aspirées, en quelque sorte, par quatre lobes et se disloquent dans différentes directions. Elles entrent, en même temps, dans le domaine de la métamorphose2 ». Ensuite, cette déformation aurait favorisé la représentation des créatures hybrides qui, par essence, sont composées d’éléments hétéroclites faciles à déformer selon les besoins du cadre3. La « loi du cadre » favoriserait donc les disproportions et les déformations plutôt que l’harmonie des proportions.

  • 4 Jean-René Gaborit, « L’art au temps de Philippe le Bel et de ses fils », dans L’Art au temps des r (...)
  • 5 Jean Wirth, « Peinture et perception visuelle au XIIIe siècle », dans La Visione e lo sguardo nel (...)

14En fait, dans nos ensembles de bas-reliefs, la « loi du cadre » est surtout une question de choix au moment de la conception du programme iconographique. Elle n’est donc plus véritablement une « loi » avec les contraintes incompressibles que cela suppose. On peut distinguer deux types de compositions différentes. Soit « les personnages occupent la presque totalité du champ disponible et se soumettent parfois à une sorte de “loi du cadre”, quelque peu oubliée depuis l’époque romane4 » ; c’est le cas au portail des Libraires, à Lyon (portails latéraux) et à Avignon. Soit, au contraire, « le quadrilobe donne une limite à l’espace sans contraindre les acteurs de la scène qui conservent leur liberté d’action » ; c’est le parti adopté dans les cycles narratifs (Calende, Lyon et Saint-Ouen). Dès lors, la « loi du cadre » n’est pas réellement contraignante dans la mesure où le simple changement de focale permet au sculpteur de s’en « libérer ». De toute façon, cette « loi » permet d’être transgressée et, dans ce cas, elle devient encore plus signifiante5.

15Dans le cycle de la Genèse au portail des Libraires, les figures animales sculptées à l’intérieur des écoinçons, c’est-à-dire entre les bordures intérieure et extérieure, sont signifiantes : les espèces animales qui accompagnent les scènes de la Création (ébrasement ouest) font place aux dragons et aux hybrides à partir de l’épisode de l’expulsion d’Adam et Ève (ébrasement est). Par ailleurs, les sculpteurs utilisent tous les procédés possibles pour remplir le champ. Ainsi les figures ailées – notamment les anges – déploient leurs ailes dans le lobe supérieur. Les corps peuvent être déformés ou contorsionnés pour épouser la forme des lobes. Les personnages se penchent, le dos courbé ; leurs jambes sont repliées ou allongées à l’horizontale. À l’inverse, le sculpteur peut laisser un lobe « vide » (Ly A08), voire les deux, ou encore les remplir de motifs végétaux (Ly A09-10).

ORNEMENTALITÉ ET NARRATIVITÉ

16L’utilisation de l’encadrement quadrilobé s’inscrit également dans le contexte global d’évolution de la sculpture vers une plus grande narrativité et vers un plus grand cloisonnement des cycles qui se traduit par une fragmentation du récit en champs juxtaposés à l’instar du vitrail ou des miniatures des Bibles moralisées. Cette tendance se retrouve notamment dans les tympans des portails qui sont divisés en registres horizontaux de plus en plus nombreux.

17Dans son rapport avec la narrativité, la notion d’« ornementalité » apparaît fondamentale pour l’image médiévale. À la fois cadre, support et vecteur du récit iconographique, elle est un élément constitutif de l’image en tant que représentation dans l’espace de modes de pensée. L’image sculptée est un « ornement » au sens médiéval du terme ornamentum. Le terme est d’ailleurs employé pour faire référence aux objets précieux formant le trésor de l’église (ornamenta ecclesiae). Au sens mathématique, orner c’est « paver » ou couvrir, si possible exactement, une surface donnée avec un motif géométrique régulier : ici, des quadrilobes étoilés. Mais l’espace ainsi délimité peut être occupé par des motifs liés les uns aux autres, dans le cadre d’un cycle narratif ou figuratif, ou bien par des figures apparemment isolées. Ces dernières sont totalement indépendantes ou, le plus souvent, elles font écho à d’autres et constituent avec elles des réseaux iconographiques plus ou moins structurés et complexes.

18Dans le cas des panneaux de bas-reliefs quadrilobés, l’importance du cadre ne se limite pas à son rôle ornemental : il est aussi un élément structurant de l’image et du récit. Cette relation se manifeste à l’intérieur de l’image ainsi délimitée, mais aussi à l’échelle du cycle narratif, selon des sens de lecture variés. Le sculpteur a pris en compte cette dimension tant elle oriente la lecture du récit sculpté. D’ailleurs, les contraintes du cadre quadrilobé et notamment le cloisonnement qu’il entraîne ne semblent guère gêner la narrativité des cycles iconographiques.

  • 6 Voir au chapitre 3.

19On peut étudier cette fonction narrative des bas-reliefs à travers l’analyse du nombre et de la répartition des figures (personnages, animaux) dans chaque image. Un indicateur simple permet des comparaisons entre les différents cycles : l’« indice de narrativité » exprime ainsi le nombre de figures par image6. Les bas-reliefs quadrilobés sont plus adaptés à la narration que ceux des arcs tréflés au sommet des piliers. À l’instar des vitraux ou des miniatures, l’utilisation du motif quadrilobé permet la mise en image de récits sculptés malgré le cloisonnement supplémentaire entraîné par les piliers saillants. En outre, le choix des thèmes iconographiques détermine la plus ou moins grande narrativité des bas-reliefs : les cycles illustrant la vie de saint Ouen offrent un degré de narrativité nécessairement plus fort que ceux des travaux des mois par exemple.

LES « MODÈLES » DES PORTAILS DE LA CATHÉDRALE DE ROUEN

20Les travaux de construction de la cathédrale gothique de Rouen commencent aux environs de 1175, en deux campagnes successives : la façade dont subsistent les portails latéraux, puis les premières travées de la nef. Mais, en 1200, un important incendie détruit le chœur et le transept de la cathédrale romane qui avait été consacrée en 1063 ; des vestiges de sa crypte sont conservés sous le chœur actuel. Aussitôt, Jean sans Terre, duc de Normandie et roi d’Angleterre, alloue une somme importante pour la reconstruction du chœur, du déambulatoire et du transept. La cathédrale gothique est achevée dans ses grandes lignes vers le milieu du siècle.

  • 7 M. Schlicht, La Cathédrale, op. cit., p. 299.

21La deuxième moitié du XIIIe siècle connaît, sous l’archiépiscopat d’Eudes Rigaud (1248-1275), les premières transformations comme l’exécution des tympans des portails de la façade occidentale, l’ajout des chapelles latérales de la nef (vers 1265-1275) ou encore la réalisation d’édifices annexes destinés à la vie des chanoines comme le cloître ou les communs. Transformations et embellissements se succèdent ainsi durant plus de trois siècles. C’est précisément dans ce contexte de remaniements que sont érigées les deux façades du transept au tournant des XIIIe et XIVe siècles, en commençant par celle du croisillon nord à l’initiative conjointe des chanoines et du nouvel archevêque, Guillaume de Flavacourt (1278-1306). Force est de constater, avec Markus Schlicht, que la richesse architecturale et iconographique des nouveaux portails « marque une rupture par rapport au style antérieur de la cathédrale de Rouen, nettement plus sobre7 ». En outre, les ensembles de bas-reliefs offrent des « modèles » ornementaux qui sont repris à la cathédrale Saint-Jean de Lyon, à l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen, puis au palais des papes d’Avignon.

LE PORTAIL DES LIBRAIRES (FIN XIIIe SIÈCLE)

  • 8 Bibliothèque municipale de Rouen (BMR), ms. Y. 27 (« Livre d’ivoire » de la cathédrale), fol. 173 (...)
  • 9 Alain Tougard, « Les boutiques du portail des Libraires », Bulletin de la Commission des antiquité (...)

22Le portail septentrional de la cathédrale de Rouen est communément appelé « portail des Libraires » depuis la seconde moitié du XVe siècle. Pour la fin du XIIIe et pour le XIVe siècle, il faudrait lui préférer l’appellation de « portail de la Vierge » ou de « nouveau portail de la bienheureuse Marie » mentionnée dans un document de 13008. Par souci de clarté, nous utiliserons le nom, aujourd’hui usuel, rappelant que la cour a abrité des changeurs et autres « boursiers » dès le XIVe siècle, puis des « libratiers » auxquels les chanoines louent des emplacements au XVe siècle9. L’avant portail fermant résulte du projet de Guillaume Pontifs ; il est approuvé par le chapitre en 1481.

Fig. 12. Vue de la façade septentrionale de la cathédrale de Rouen depuis la cour « des Libraires »

Fig. 12. Vue de la façade septentrionale de la cathédrale de Rouen depuis la cour « des Libraires »

Façade septentrionale

  • 10 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), G 857 et BMR, ms. Y. 44 (cartulaire de la cathé (...)

23Deux chartes datées du jeudi après les Rameaux de l’année 1280 (c’est-à-dire du 18 avril 1281) fixent les modalités d’un échange de terrain entre l’archevêque et le chapitre pour permettre l’édification d’un portail sur le côté nord de la cathédrale10. L’archevêque Guillaume de Flavacourt (1278-1306) cède au doyen du chapitre, Philippe d’Umbleville, la partie de son domaine située entre la cathédrale et la rue Saint-Romain (au nord) et comprise entre la maison commune des chanoines (à l’ouest) et le mur du manoir épiscopal (à l’est). En contrepartie, le chapitre donne deux maisons canoniales en bordure du manoir : celles de Philippe de Flavacourt et de Simon (de la Marche). Le terrain cédé par l’archevêque correspond à l’actuelle cour des Libraires. En revanche, ce projet nécessite la destruction de la chapelle Sainte-Marie qui servait de salle capitulaire. Les chartes ne mentionnent pas la date de construction de ce portail ni leur maître d’œuvre, mais elles fournissent un élément de datation post quem.

  • 11 ADSM, G 4839.
  • 12 M. Schlicht, La Cathédrale, op. cit., p. 27-28.

24Se pose dès lors la question de la durée et de l’achèvement des travaux du portail et de la façade du croisillon nord. Outre l’acte de 1300 déjà mentionné, deux documents de 1305 confirment l’achèvement du nouveau portail septentrional : dans sa lettre de fondation du collège du Saint-Esprit, Guillaume de Flavacourt oblige ses chapelains à habiter une maison commune dans la rue Saint-Romain « devant la porte septentrionale de ladite église » ; le contrat de location indique que la maison est située « devant le nouveau portail de cette église du côté nord11 ». Ces sources écrites permettent ainsi d’établir solidement la fourchette de datation de l’édification du portail des Libraires voire de la façade septentrionale : entre 1281 et 1300. La seule incertitude réside dans l’étendue exacte de cet achèvement : la façade tout entière ou seulement sa partie basse, incluant le portail ? En effet, Markus Schlicht fait remarquer à juste titre que le terme « portalle » désigne souvent, dans les sources médiévales, l’ensemble de la façade et pas seulement le portail12.

  • 13 Emmanuelle Lefèbvre, « La cour... », dans Chapitres et cathédrales en Normandie, Caen, Musée de No (...)
  • 14 L. Pillion, Les Portails, op. cit., p. 5-6.
  • 15 J. Baltrušaitis, Le Moyen Âge, op. cit., p. 160-161.
  • 16 G. Lanfry, « La Cathédrale après la conquête normande et jusqu’à l’occupation anglaise », Cahiers (...)
  • 17 M. Schlicht, « Afin de relever le statut de notre église-mère : les façades de la cathédrale de Ro (...)
  • 18 G. Lanfry, « La Cathédrale... », art. cité, p. 30.
  • 19 Ce portail, aujourd’hui muré, était également appelé « portail des Machons ». Il ne faut pas le co (...)

25La tradition historiographique attribue la réalisation des portails latéraux de la cathédrale de Rouen au maître d’œuvre Jean Davy sans que les textes en fassent explicitement mention13. Les datations des portails ont d’abord été établies par Louise Pillion qui, faute d’archives, s’est appuyée sur des critères stylistiques prouvant l’« antériorité marquée [du] portail sud14 ». Jurgis Baltrušaitis reprend cette chronologie15 mais Georges Lanfry conçoit plutôt, à défaut de mieux, la simultanéité des deux chantiers16. La chronologie des façades latérales de la cathédrale a été récemment bouleversée par Markus Schlicht qui récuse l’antériorité du portail méridional sur celui du nord17. Il s’appuie principalement sur la charte de cession qui ne mentionne que le portail septentrional (car le côté sud est dégagé) et surtout il reformule le problème : quelles sont les raisons du renouvellement des façades latérales dès la fin du XIIIe siècle ? Ces transformations ont souvent été expliquées comme une demande des chanoines de disposer d’une entrée sur le flanc septentrional de la cathédrale18. Mais cela n’expliquerait pas le caractère fastueux du portail, ni l’édification d’une façade entière ; d’autant plus que le flanc méridional était déjà pourvu du petit portail Saint-Siméon avec porche au niveau de la huitième travée du bas-côté sud19.

  • 20 M. Schlicht, « Afin de relever... », art. cité, p. 559 ; La Cathédrale, op. cit., p. 260-269.

26En fait, les nouvelles façades du transept participent à la politique architecturale de prestige engagée par Guillaume de Flavacourt : elles « ne sont évidemment pas des constructions utilitaires, mais des produits du luxe20 ». D’ailleurs, dans la charte de 1281, l’archevêque se dit lui-même « préoccupé par le décor de la maison de Dieu ». Évidemment, cette formule peut apparaître quelque peu banale de la part d’un serviteur de Dieu occupant ce poste, mais elle traduit aussi l’implication de l’archevêque dans le projet monumental.

Bas-reliefs

27L’entrée du portail des Libraires est séparée en deux par un trumeau saillant à quatre faces ornées de bas-reliefs (fig. 13) et surmonté de la statue de saint Romain (XIXe siècle). Elle est encadrée par des ébrasements à trois ressauts formés par des piliers en éperon qui sont en position de socle des statues – aujourd’hui disparues – abritées dans des niches surmontées d’un « dais » et prolongeant les voussures. Ces piliers sont donc en position de piédroits. Chacune des deux faces des piliers et des quatre faces du trumeau est ornée de cinq quadrilobes étoilés de forme carrée d’environ 28 × 28 cm, ou de forme rectangulaire d’environ 28 × 33 cm, sur cinq rangées (B à F). Ces dernières sont surmontées par une rangée de bas-reliefs à l’intérieur d’un arc tréflé inséré dans un petit édicule de forme gothique (rangée A). Les piédroits et les ébrasements sont séparés par un pan coupé qui se prolonge jusqu’à la retombée de l’archivolte (« piles » 5 et 22). Une dernière rangée (G) de bas-reliefs s’intercale entre le dernier quadrilobe et la base des piédroits (fig. 14) : elle est constituée par un ensemble rectangulaire (28 × 12 cm) de petits quadrilobes jointifs dont la forme diffère de ceux des autres rangées. Mais la dernière est actuellement incomplète : seuls douze ensembles de trois quadrilobes sont encore visibles ; c’était déjà le cas dans l’entre-deux-guerres comme l’attestent les photographies d’époque.

Fig. 13. Le trumeau sculpté du portail des Libraires

Fig. 13. Le trumeau sculpté du portail des Libraires

Fig. 14. Petits quadrilobes en bas du soubassement du portail des Libraires

Fig. 14. Petits quadrilobes en bas du soubassement du portail des Libraires
  • 21 Voir le schéma et la présentation détaillée au chapitre 4.
  • 22 Anne-Marie Carment-Lanfry avance que le troisième registre n’a jamais été sculpté, « faute d’argen (...)
  • 23 M. Schlicht, La Cathédrale, op. cit., note 272 p. 133 ; repris dans Un chantier, op cit., p. 183.

28Le seul véritable cycle de bas-reliefs illustre la Genèse à travers 22 scènes évoquant la Création, l’histoire d’Adam et Ève puis celle d’Abel et Caïn21. Sans s’insérer parfaitement dans un programme iconographique conçu à l’échelle du portail voire de la façade, l’ensemble de bas-reliefs est peut-être plus ou moins directement lié à la sculpture et à la statuaire qui constituent son contexte monumental. Le tympan du portail est consacré au Jugement dernier (fig. 15) : au registre inférieur apparaît la résurrection des morts ; au-dessus la séparation des élus et des damnés ; le dernier registre a disparu22. La statue du trumeau représente actuellement saint Romain (fig. 16), mais il s’agit d’une restauration du milieu du XIXe siècle dont Markus Schlicht pense qu’elle résulte d’une erreur d’interprétation des sources23. À l’origine, elle représentait vraisemblablement une Vierge à l’Enfant dans la mesure où, nous l’avons déjà vu, un document de 1300 fait référence au « nouveau portail de la bienheureuse Marie ».

  • 24 Hartmut Krohm, « Die Sckulptur der Querhausfassaden an der Kathedrale von Rouen », Aachener Kunstb (...)

29Par ailleurs, certaines des statues, installées au début du XIVe siècle dans la cour, font écho à des motifs sculptés dans les bas-reliefs : côté est, sainte Apolline tient les tenailles et la dent (aujourd’hui disparues) qui rappellent son martyre (comme au trumeau, Lib B12), et sainte Geneviève porte un cierge qu’un petit diable éteint et qu’un ange rallume (Lib B15) ; côté ouest, on voit sainte Marguerite avec la croix et le dragon (Lib D12). Dans les parties hautes du contrefort est, le groupe sculpté du « jugement de Salomon » évoque la scène du trumeau (Lib B13-14). Au sommet du gâble, la statue de saint Michel terrassant le dragon fait indirectement écho à un bas-relief (Lib C18) mais elle est moderne. Les Vierges sages et les Vierges folles de l’archivolte de la rosace monumentale reprennent, sous une forme allégorique, le thème du Jugement dernier représenté au tympan24.

  • 25 Michael Camille, Images dans les marges. Aux limites de l’art médiéval [1992], Paris, Gallimard, 1 (...)

30Enfin, la statuaire du revers du portail peut apporter un éclairage intéressant car on trouve des échos au thème de la Chute représenté dans les bas-reliefs. Une sculpture à l’extrémité orientale, figure le démon tentateur sous la forme d’une créature hybride à buste de femme, dont la queue est enroulée autour de l’arbre de la connaissance. Le couple des premiers parents est également présent : Adam et Ève sont vêtus de tuniques en peau de bête, en signe de leur renvoi du paradis, donc de leur mortalité et de leur condamnation au labeur et à la douleur. On trouve également deux mères portant chacune un enfant (Vierge à l’Enfant à droite, Élisabeth avec Jean-Baptiste à gauche) que Michael Camille rapproche du quadrilobe Lib C19, sans que cela soit vraiment convaincant25. S’il ne faut pas rechercher à tout prix des liens thématiques entre la façade du croisillon nord et son revers (à l’intérieur du monument), leur confrontation avec celles du croisillon sud n’en est pas moins utile.

Fig. 15. Le tympan du portail des Libraires : le Jugement dernier

Fig. 15. Le tympan du portail des Libraires : le Jugement dernier

Fig. 16. La statue de saint Romain (XIXe s.) au trumeau du Portail des Libraires

Fig. 16. La statue de saint Romain (XIXe s.) au trumeau du Portail des Libraires

Fig. 17. Statues de sainte Apolline et sainte Geneviève dans la cour des Libraires

Fig. 17. Statues de sainte Apolline et sainte Geneviève dans la cour des Libraires

LE PORTAIL DE LA CALENDE (DÉBUT XIVe SIÈCLE)

  • 26 L. Pillion, Les Portails, op. cit., note 1, p. 25 ; H. Krohm, « Die Sckulptur… », art. cité, p. 54
  • 27 Charles de Beaurepaire, « Notes sur le parvis de la cathédrale de Rouen », Précis analytique des t (...)

31L’appellation « portail de la Calende » daterait du XVe siècle et elle évoquerait les assemblées ecclésiastiques qui se seraient tenu lors des Calendes (en début de mois) dans une maison située sur la place devant la façade méridionale de la cathédrale26. Au XIVe siècle, les textes indiquent le « noeuf portail », le « novissimum portale » ou encore le « portail aux degrés » en raison de la série de marches qui permettent son accès27. La datation et les raisons de l’édification de ce portail et de la façade du croisillon sud sont moins précisément connues que pour celui des Libraires.

Fig. 18. Vue de la façade méridionale de la cathédrale de Rouen

Fig. 18. Vue de la façade méridionale de la cathédrale de Rouen

Façade méridionale

  • 28 ADSM, G 2084, p. 35 : le nécrologue de la cathédrale mentionne, au 10 janvier 1260, l’obit du chan (...)
  • 29 BMR, ms. Y. 27 (Livre d’ivoire), p. 174 (RHGF, 23, p. 374-375) : le 28 juillet 1300, le chapelain (...)
  • 30 ADSM, G 4839. ADSM, G 4839.
  • 31 ADSM, G 3524. ADSM, G 3524.
  • 32 ADSM, G 3598 et G 2088. ADSM, G 3598 et G 2088.

32Un premier ensemble de documents fournit quelques indications pour dater la construction du portail méridional : au XIIIe siècle, on trouve la mention de la « porte méridionale de l’église28 » ou encore du « portail de la vieille tour29 ». En 1305, la lettre – déjà évoquée – de fondation du collège du Saint-Esprit par Guillaume de Flavacourt, reprend cette expression pour localiser la chapelle que desserviront les chapelains en la cathédrale : « à côté de la porte de cette église qui ouvre vers l’ancienne tour », vestige du château ducal30. Puis, dans les années 1340, on retrouve des indications concernant un nouveau portail : en 1340, le chapitre accepte les rentes assignées par le chanoine Geoffroi de Brienchon aux deux chapellenies fondées en la cathédrale près du « portail neuf31 » ; en 1341, Pierre de Brienchon se réserve le droit de nommer les desservants de ces chapelles « près portail le plus récent ». Ces documents fournissent un élément de datation qui ne permet pas d’affirmer pour autant que l’ensemble de façade méridionale est achevé à ce moment. En effet, en 1342, le pape Clément VI – ancien archevêque de Rouen (1300-1339) – accorde des indulgences en faveur de la fabrique et des ornements de la cathédrale mais sans préciser leur affectation32. Pourrait-il s’agir d’une aide pour l’achèvement du chantier du transept de la cathédrale ? Rien ne permet de l’affirmer. En tout cas, les textes permettent d’établir une fourchette de datation entre 1305 et 1340.

  • 33 ADSM, G 2488.
  • 34 ADSM, G 2492.

33Un second ensemble de sources du XVe siècle permet de connaître le donateur qui est probablement à l’origine de l’édification du portail méridional : un certain Jean Gorren, riche bourgeois originaire de Harfleur (un port important à l’époque). La plus ancienne mention connue de cet individu dans les comptes de la fabrique remonte à 1426-142733, c’est-à-dire environ un siècle après le chantier du portail. Puis son nom se retrouve régulièrement car des messes obituaires sont célébrées à sa mémoire. En 1463-1464, les comptes le désignent à nouveau comme celui « qui fist faire le portail de ladicte église vers midi » ; en 1479-1480, ils mentionnent « les terrasses du portail Gorren » et « la croisée de l’église du costé du portail Gorren, près la chapelle des Innocens34 ». En dépit de leur caractère tardif, ces sources paraissent fiables : Jean Gorren est le seul personnage à être associé à la construction du portail de la Calende et son nom figure dans tous les obituaires de la cathédrale depuis le XIVe. En outre, Léopold Delisle a publié un obituaire de la cathédrale de Rouen qui fait mention, au 20 février 1329, de l’obit de « Johannis Gorran de Harifluctu ». Son décès est donc antérieur à cette année et sa donation pour le portail méridional l’est probablement d’au moins quelques années. Mais rien ne permet de connaître précisément la date du début du chantier et encore moins son achèvement. Parvenu à ces conclusions, à la lumière des sources écrites disponibles, il convient de se tourner vers d’autres éléments de datation.

  • 35 ADSM, G 857 ; publié dans Léon Jouen, Comptes, devis et inventaires du manoir archiépiscopal de Ro (...)
  • 36 Charles de Beaurepaire, « Procès-verbal de la visite archiépiscopale des chapelles de la Métropole (...)
  • 37 M. Schlicht, Un chantier, op. cit., p. 132.

34Markus Schlicht s’est intéressé au chantier de la chapelle de la Vierge à partir de 1302, comme l’atteste un accord entre l’archevêque Guillaume de Flavacourt qui cède « une parcelle de terrain prise sur son manoir » et les chanoines acceptent de reconstruire la porte et tous les édifices qui ainsi seront détruits35. Les travaux de la chapelle semblent bien avancés en 1306 dans la mesure où l’archevêque y est inhumé, mais ils ne sont pas achevés en 1307 car le pape Clément V aurait accordé des indulgences à cette fin. Par contre, le chantier est terminé avant 1322 car le cartulaire de la cathédrale mentionne « l’euvre de la neufve chapelle de N.-D.36 ». Mais il convient de relativiser ces mentions de nouveauté car elles sont parfois utilisées pendant plusieurs décennies. La phase de travaux consacrés à l’agrandissement de la chapelle de la Vierge (entre 1305 et 1322) débute après celle du portail des Libraires (entre 1231 et 1300) et elle pourrait chevaucher celle du portail de la Calende (qui débute entre 1305 et 1329). Reste à savoir, si les chantiers de la chapelle et du portail méridional sont concomitants ou s’ils se sont succédés. Dans ce dernier cas, la fourchette de datation du début de l’édification du portail de la Calende serait décalée vers 1322-1329. À la lumière de son étude stylistique, Markus Schlicht propose une datation du portail septentrional vers 1320-134037.

Fig. 19. Vue du portail de la Calende

Fig. 19. Vue du portail de la Calende

Fig. 20. Bas-reliefs et statue du Christ (XIXe s.) au trumeau du portail de la Calende

Fig. 20. Bas-reliefs et statue du Christ (XIXe s.) au trumeau du portail de la Calende

Fig. 21. Le tympan du portail de la Calende : Crucifixion, Passion et Résurrection du Christ

Fig. 21. Le tympan du portail de la Calende : Crucifixion, Passion et Résurrection du Christ

Fig. 22. Sculptures quadrilobées dans les hauteurs du portail de la Calende

Fig. 22. Sculptures quadrilobées dans les hauteurs du portail de la Calende

Bas-reliefs

35La composition architecturale du portail reprend approximativement celle de son pendant nord. L’entrée comporte un trumeau saillant, « en proue de bateau » (fig. 20a), orné de bas-reliefs sur ses quatre faces que surmonte la statue du Christ refaite au XIXe siècle d’après le sujet d’origine mais en copiant le « Beau Dieu » de la cathédrale de Reims (fig. 20b). De part et d’autre, on retrouve des ébrasements à trois ressauts formés par des piliers saillants en position de piédroits formant le socle des statues (partiellement restaurées au XIXe siècle). Puis, de chaque côté, une arcade aveugle est séparée des piédroits par un pan de mur orné de quadrilobes. Comme au portail des Libraires, chaque pilier est orné de cinq quadrilobes étoilés, de forme globalement carrée (27 × 28 cm) ou rectangulaire (27 × 31 cm ou 27 × 24 cm) ; un édicule gothique couronne ses deux faces qui se terminent chacune par un bas-relief encadré par un arc tréflé (27 × 24 cm). À la différence du portail septentrional, le programme de bas-reliefs se déploie également en façade sur les deux contreforts latéraux. Au total, ce dispositif comprend dix-huit piliers saillants (à deux faces), un trumeau (à quatre faces) et deux pans de murs : soit 272 bas-reliefs dont 232 quadrilobés.

  • 38 Voir le schéma et la présentation détaillée au chapitre 5.

36Autre différence fondamentale avec le portail des Libraires, le programme iconographique du portail de la Calende est structuré en sept cycles bibliques et hagiographiques correspondant chacun à une unité architectonique : cinq cycles de vingt quadrilobes chacun (Judith et Holopherne, la parabole du Mauvais Riche et du pauvre Lazare, saint Romain, saint Ouen) dont un au trumeau (Job) ; deux cycles de 55 quadrilobes chacun (Jacob, Joseph)38.

37Le thème christologique est placé au cœur du portail. Le tympan (fig. 21) montre la Crucifixion, au registre supérieur, comme aboutissement de la Passion de Jésus dont les étapes sont déroulées dans le registre médian, à gauche, tandis que la partie droite figure sa mise au tombeau. Le registre inférieur représente sa Résurrection, sa rencontre avec Marie-Madeleine, sa descente aux Enfers et son Ascension. Le thème de la Passion est repris par les martyrs figurés dans les voussures et, dans les bas-reliefs du trumeau, par la figure typologique de Job montré souffrant dans sa chair et dans son âme avant d’être récompensé pour sa foi. Cet ensemble du trumeau et du tympan forme en quelque sorte « l’épine dorsale » du portail autour de laquelle s’articulent horizontalement les ébrasements et les contreforts.

38Les hauteurs de la façade mêlent des figures de prophètes et celles de saints (Nicolas, Jean-Baptiste, Barthélemy, Fiacre, Martin ?) ou de saintes (Apolline, Agnès, Catherine, Agathe) sans rapport direct avec les bas-reliefs. Seul un sacre et trois figures d’évêques évoquent les deux cycles de quadrilobes consacrés à Romain et à Ouen. La façade est dominée par le couronnement de la Vierge – figurant l’Église – abrité sous les rampants du gâble qui surmonte la rosace monumentale.

  • 39 Ces bas-reliefs n’entrent pas dans notre corpus pour deux raisons principales. D’une part, ils son (...)

39Notons également la présence de bas-reliefs quadrilobés en haut des contreforts (fig. 22). On aperçoit ainsi 64 bas-reliefs dont 48 en forme de « quadrilobe étoilé redressé », c’est-à-dire avec un lobe en bas et non deux comme pour les quadrilobes du soubassement39. Les figures et les thèmes représentés tranchent radicalement avec ceux des sept cycles narratifs et ils se rapprochent davantage du programme iconographique du portail des Libraires. On retrouve ainsi de nombreux hybrides : centaures et léocentaures, créatures mi-homme mi-oiseau ou mi-poisson, notamment une sirène tenant un peigne et un miroir, ou encore un évêque à queue de poisson (quadrilobe restauré). Outre quelques animaux réels et imaginaires, les autres bas-reliefs représentent des figures humaines, notamment des danseurs et des musiciens jouant de toutes sortes d’instruments (timbales, luth, vièle, flûte) ; on aperçoit également un fou qui tient sa marotte. C’est bien la profusion qui règne ici, comme au portail des Libraires.

  • 40 Louise Lefrançois-Pillion, « Quelques bas-reliefs récemment mis à jour à la cathédrale de Rouen »,(...)
  • 41 H. Krohm signale des traces de polychromie sur un fragment de la statue de Barnabé (« Die Skulptur (...)

40Comme au portail septentrional, le revers du portail de la Calende comporte huit bas-reliefs insérés dans des rosaces quadrilobées : on y voit le baptême du Christ et des scènes hagiographiques (Nicaise, Laurent, Eustache, Étienne et Martin40). Rappelons enfin qu’une campagne de restaurations a été effectuée sur cette façade méridionale en 1861-1868. Les bas-reliefs de la partie inférieure n’ont pas été épargnés par les intempéries et la pollution : leur lisibilité en est parfois rendue difficile. Par ailleurs, on peut s’interroger sur une éventuelle polychromie d’origine qui concernerait vraisemblablement les statues plutôt que les bas-reliefs41.

41La « filiation » entre les deux portails latéraux de la cathédrale de Rouen est évidente en raison de leur édification dans le même contexte de remaniements au tournant du XIIIe et du XIVe siècle, mais elle ne doit pas pour autant occulter les différences notables entre ces deux ensembles : le portail septentrional résulte du projet conjoint du chapitre et de Guillaume de Flavacourt ; celui du croisillon sud s’inscrit dans la même orientation mais son édification est postérieure à la disparition dudit archevêque et il est permis par la donation d’un riche laïc, Jean Gorren. Le portail des Libraires met en œuvre un nouveau procédé ornemental qui est repris et même amplifié à l’ensemble du soubassement de la façade méridionale, mais son programme iconographique est très différent, organisé en sept cycles narratifs illustrant exclusivement des thèmes bibliques ou hagiographiques. C’est pour cela qu’il est préférable de parler de deux « modèles » rouennais : celui du portail des Libraires qu’on retrouve en partie aux portails occidentaux de la cathédrale de Lyon et, plus modestement, au portail de la chapelle clémentine en Avignon ; celui du portail de la Calende qui est explicitement repris et même « concurrencé » au portail méridional de l’abbaye Saint-Ouen à Rouen.

LES PORTAILS DE LYON, AVIGNON ET SAINT-OUEN DE ROUEN : « FILIATION » OU « PARALLÈLE » ?

  • 42 P. Kurmann, « Filiation... », art. cité, p. 211-219.

42En s’inspirant des modèles franciliens, les chantiers rouennais développent de nouvelles formes architecturales et ornementales qui sont à leur tour reprises dans la conception d’autres portails et d’autres façades du XIVe siècle. Le procédé ornemental des bas-reliefs historiés sculptés sur des piliers saillants est ainsi repris à la cathédrale de Lyon, à l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen et au palais des papes d’Avignon. Dans quelle mesure ces nouvelles réalisations s’inscrivent-elles en « filiation » ou plutôt en « parallèle42 » des portails de la cathédrale rouennaise ?

LA CATHÉDRALE SAINT-JEAN DE LYON

43La cathédrale actuelle s’élève sur l’emplacement d’un premier édifice roman édifié à partir du XIe siècle, poursuivi par la construction de l’abside sous l’archiépiscopat de Gaucerand (1107-1117) tandis que le chantier est achevé au milieu du XIIe siècle. Elle fait partie d’un groupe cathédral depuis le Ve siècle avec deux églises, Sainte-Croix au nord et Saint-Jean au sud (la « maxima ecclesia »), entourant à l’origine un baptistère dédié à Saint-Étienne. Ce dernier est remplacé par une église réservée aux chanoines au IXe siècle. Mais en 1162, le comte Guy II de Forez envahit la ville, saccage le cloître, le palais archiépiscopal et l’église Saint-Jean.

  • 43 Marie-Claude Guigue, Obituaire de l’église primatiale de Lyon, Lyon, 1902, p. 75-76.
  • 44 N. Reveyron, « Un chantier dans la ville : la reconstruction de la cathédrale de Lyon (XIIe-XVe si (...)
  • 45 N. Reveyron, « La cathédrale de Lyon au moment du concile », dans 1245-1995. 750e anniversaire du (...)

44L’archevêque Guichard de Pontigny (1165-1182) lance le chantier de reconstruction vers 1170-1175, non sans avoir auparavant entrepris la construction d’un mur d’enceinte fortifié autour du quartier canonial. L’église Saint-Jean devient cathédrale. Il s’agit bien d’une nouvelle fondation et non d’une continuation de l’édifice antérieur43. L’archevêque Jean de Bellesmains (1182-1193) poursuit l’œuvre romane, tandis que le style gothique est adopté dans les années 1210-1220, sous l’archiépiscopat de son successeur, Renaud de Forez (1193-1226). Le nouveau chantier ne remet pas en cause l’existence du groupe cathédral. Par ailleurs, il procède par la destruction progressive de l’ancienne église grâce à la technique dite de l’enveloppement de l’ancien édifice par le nouveau en construction ; ce qui permet d’assurer la continuité des offices44. À l’occasion du premier concile de Lyon, le pape Innocent IV consacre le maître-autel en 1245. Lors du second concile de Lyon (1274), l’église Saint-Jean réunit près de 1500 prélats. Le chantier avance lentement à la fin du XIIIe siècle en raison du manque de ressources financières et des querelles internes entre l’archevêque et le chapitre45. Les travaux sont finalement relancés par l’archevêque Pierre de Savoie (1308-1332).

Fig. 23. Les portails de la façade occidentale de Saint-Jean de Lyon

Fig. 23. Les portails de la façade occidentale de Saint-Jean de Lyon

Façade occidentale

45La partie inférieure de la façade occidentale est élevée sous l’archiépiscopat de Pierre de Savoie sur des bases fondées à la fin du XIIe siècle. À l’occasion de son couronnement dans la cathédrale en 1316, le pape Jean XXII accorde aux donateurs des privilèges spirituels et de nouvelles indulgences. Pour la fête de la Saint-Jean, Clément VI accorde aux visiteurs les mêmes indulgences qu’à ceux de Saint-Jean-de-Latran ou de Saint-Pierre de Rome. Ces dons exceptionnels participent ainsi activement à la reconstruction de la cathédrale. Le chantier de la nef se termine en 1324, la grande rose occidentale est réalisée en 1392-1393 par Jacques de Beaujeu, mais la façade n’est complètement achevée qu’au XVe siècle, avec le couronnement des tours en 1480.

  • 46 L. Bégule, La Cathédrale, op. cit., p. 56 et 72.

46La façade occidentale se partage, dans le sens de la hauteur, en trois étages distincts. À l’origine, le portail central était divisé par un trumeau surmonté d’une statue de saint Jean-Baptiste en albâtre ; il a été détruit en 1756 par ordre des chanoines qui souhaitaient créer un passage plus vaste pour les cortèges religieux. Quant aux tympans et aux 32 statues des portails occidentaux, ils ont été détruits en 1562 par les protestants. Deux tympans figuraient probablement le Jugement dernier (portail central) et le Couronnement de la Vierge (portail sud), tandis que le dernier, était peut-être dédié à saint Pierre et saint Paul46.

Fig. 24. Petits quadrilobes en bas du soubassement des portails lyonnais

Fig. 24. Petits quadrilobes en bas du soubassement des portails lyonnais

Fig. 25. Vue sur l’ébrasement sud du portail central (Saint-Jean de Lyon)

Fig. 25. Vue sur l’ébrasement sud du portail central (Saint-Jean de Lyon)

Schéma 5. Les bas-reliefs des portails la cathédrale de Lyon

Schéma 5. Les bas-reliefs des portails la cathédrale de Lyon

Bas-reliefs des piliers

47Le portail central comporte des ébrasements à quatre ressauts formés par les piliers en éperon comme à Rouen. Ils constituent le socle des statues aujourd’hui disparues et sont en position de piédroits. Chacune des deux faces visibles de ces piliers est ornée de cinq quadrilobes étoilés (rangées B à F) de forme quasiment carrée (26 × 26,5 cm) que surmonte, comme à Rouen, un autre bas-relief inscrit dans un arc tréflé (rangée A) à l’intérieur d’un petit édicule gothique. Une dernière rangée de bas-reliefs est constituée de paires de quadrilobes étoilés, de forme carrée (11 × 11 cm) : ils représentent des visages face à face, des animaux (Ly G36, fig. 24) ou des combattants affrontés, des scènes de chasse (avec l’animal d’un côté et le chasseur de l’autre).

48Les deux portails latéraux comportent le même type de piliers et de bas-reliefs, mais sur trois ressauts et non quatre. À la différence des bas-reliefs rouennais, ceux de Lyon n’abritent pas d’animaux fantastiques ou de petits personnages dans les écoinçons situés entre le cadre intérieur (quadrilobé) et le cadre extérieur (quadrangulaire). Au total, la façade occidentale de la primatiale Saint-Jean rassemble 328 bas-reliefs : 280 sur les vingt piliers en éperon (40 faces) des trois portails et 48 sur les douze consoles.

49Seul le portail central semble s’articuler autour de cycles iconographiques dont le principal est consacré à la Genèse (fig. 25) : on voit d’abord deux scènes évoquant la Création (Ly E21-22), l’histoire d’Adam et Ève, puis celle d’Abel et Caïn qui se poursuit dans l’ébrasement nord, de l’intérieur vers l’extérieur. Ensuite, on retrouve l’épisode de Noé (Ly E17-13) et celui de la Tour de Babel (Ly D21-22). Enfin, c’est le long cycle d’Abraham (25 bas-reliefs) qui inclut l’histoire de Loth et la destruction de Sodome, celle d’Agar et d’Ismaël, celle de Rébecca et Éliezer. À ce cycle majeur, s’ajoute – en dessous – celui de saint Jean-Baptiste auquel est dédiée la cathédrale (seize quadrilobes). À la rangée inférieure (G), deux cycles de six paires de petits quadrilobes illustrent le zodiaque (dans l’ébrasement nord) et les travaux des mois (au sud). Ces cycles regroupent près des deux tiers des bas-reliefs du portail central, auxquels on pourrait ajouter des « réseaux de thèmes » liés à l’hagiographie (une dizaine de scènes), au pouvoir (une douzaine) ou encore à l’amour courtois (six à huit scènes). Ainsi, sur les 112 bas-reliefs que comporte le portail central, une centaine de bas-reliefs sont organisés autour de thèmes structurants voire de cycles narratifs ou allégoriques.

50Les deux portails latéraux ne répondent pas du tout à la même logique d’organisation spatiale et narrative. Ce qui donne une impression de « désordre » comme au portail des Libraires de Rouen. Le seul véritable cycle narratif, dans l’ébrasement sud du portail nord, illustre la vie de saint Pierre en six quadrilobes (Ly F07-12). Une série thématique, dans la rangée d’arcs tréflés, représente des anges portant des couronnes dans une douzaine de bas-reliefs auxquels s’ajoute un ange pesant les âmes (Ly A03). En outre, les scènes hagiographiques sont relativement nombreuses – plus d’une douzaine à chaque portail – mais elles sont tantôt isolées, tantôt groupées sans véritable logique d’organisation spatiale. Le reste des bas-reliefs fait la part belle au bestiaire réel ou imaginaire, à travers des figures animales représentées seules (lion, aigle, chien, rapace, sanglier) ou mises en scènes (éléphant portant une ville, chameau chevauché par un cavalier, scènes de chasse ou de combat). Certaines font directement référence à la littérature des bestiaires (ibis, foulque, corbeau), d’autres sont parfois liées à des figures allégoriques (Peur, Force, Charité, Résurrection). On trouve également des animaux fantastiques (essentiellement des dragons) et des créatures hybrides (notamment des sirènes, des centaures et des léocentaures). Ce bestiaire fantastique rappelle inévitablement celui du portail des Libraires, même s’il est ici moins riche et moins complexe.

Fig. 26. Console sculptée à Saint-Jean de Lyon (entre le portail nord et le portail central)

Fig. 26. Console sculptée à Saint-Jean de Lyon (entre le portail nord et le portail central)

Bas-reliefs des consoles

  • 47 L. Bégule précise que ces statues – aujourd’hui disparues – auraient été détruites par les calvini (...)

51À Lyon, un quatrième ensemble de bas-reliefs orne les consoles qui servent de socle aux statues placées dans les arcades aveugles en front de façade47. Certains des sujets sculptés sur leurs faces prendraient dès lors un sens moral plus affirmé : lai d’Aristote (Ly X01d), scènes courtoises (Ly X04d, X05d), chasse à la licorne (Ly X06d), ivresse de Noé (X11d).

52Chaque arcade abrite deux niches formées chacune par une console et un dais (par exemple Ly X05, fig. 26). Une arcade sépare chaque portail et deux autres sont placées de part et d’autre de la façade : soit six arcades et douze consoles en tout. Chaque console reprend la forme architectonique du couronnement des piliers en éperon, c’est-à-dire un petit édicule gothique dont – ici – les trois faces visibles sont ornées d’un bas-relief. La face du dessous est également sculptée, dans un relief légèrement plus saillant et surtout sans encadrement. Les représentations vont de la tête ou de l’animal au milieu des feuillages à la scène comportant deux ou trois personnages avec différentes variantes possibles. On trouve des têtes feuillagées (Ly X03) ; des personnages seuls au milieu des feuillages dont une musicienne (Ly X10d) ou Noé (Ly X11d) ; des scènes courtoises ; un chasseur menaçant la licorne réfugiée dans les bras d’une femme.

53Les thèmes sculptés sont globalement comparables à ceux des bas-reliefs insérés dans les arcs tréflés qui couronnent les piliers en éperon (sur le même niveau). Si les personnages bibliques ou hagiographiques sont davantage présents dans les arcs tréflés (53 %) que dans les consoles (40 %), le rapport s’inverse concernant les autres personnages humains (20 % et 28 %). La présence des figures animales est plus forte dans les consoles (21 % contre 9 %). La part du végétal est importante dans les deux ensembles : 16 % dans les arcs tréflés et 10 % dans les consoles. Un motif est repris à l’identique dans plus d’une vingtaine de bas-reliefs : celui de l’ange représenté à mi-corps et tenant une couronne dans chaque main. Cette représentation du « couronnement céleste » est explicitement associée au Jugement à travers une scène de « pesée des âmes » par un ange (Ly A03) suivie d’un diable qui empale un personnage et deux figures d’anges psychopompes.

54Par son ampleur, sa datation et ses thèmes, l’ensemble de bas-reliefs lyonnais s’inscrit dans la lignée du portail septentrional de la cathédrale de Rouen qui lui est antérieur de trois ou quatre décennies. Si la façade lyonnaise est probablement contemporaine de l’édification de celle de la Calende, les rapprochements thématiques sont limités et le programme de bas-reliefs est davantage structuré à Rouen qu’à Lyon.

L’ABBATIALE SAINT-OUEN DE ROUEN

  • 48 Dom F. Pommeraye, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Ouen, Rouen, 1662, p. 403-406, 425 et suiv.
  • 49 Maylis Baylé, « Rouen : abbatiale Saint-Ouen », dans L’Architecture normande, M. Baylé (dir.), PUC (...)

55Fondée à l’époque mérovingienne, l’abbaye est consacrée à saint Pierre et elle abrite la sépulture de Chilpéric. L’évêque de Rouen, saint Ouen (641-684), y est inhumé à sa demande et, dès le Xe siècle, son nom est associé au vocable de saint Pierre, avant de le supplanter à partir du XIe ou du XIIe siècle48. Depuis sa fondation, l’église abbatiale connaît des reconstructions partielles et des réparations à la suite des destructions causées par les invasions normandes (en 841) et par les grands incendies urbains (notamment en 1136 et 1248). Un nouvel édifice roman est entrepris par l’abbé Nicolas (1042-1092) et achevé avant la dédicace de 112649.

  • 50 En préambule, l’abbé Marc d’Argent expose sa volonté d’assurer la pérennité du chantier de la nouv (...)
  • 51 Jules Quicherat, « Documents inédits sur la construction de Saint-Ouen de Rouen », dans Mélanges d (...)

56Après l’écroulement du chevet roman, la construction d’une nouvelle église – en style gothique – commence en 1318, sous l’abbatiat de Jean Roussel (1303-1339), surnommé « Marc-d’Argent » en raison de son talent pour rassembler les fonds nécessaires au nouveau chantier. Natif de la région rouennaise, ce dernier occupe différentes fonctions au sein du monastère avant d’en devenir l’abbé en 1303. Afin d’assurer un financement durable, il décide d’y consacrer une partie des revenus de l’abbaye. L’acte capitulaire du 12 décembre 1321 précise ces dispositions : une partie des revenus est réservée à l’usage exclusif de la fabrique dont la gestion est confiée à un moine, nommé et révoqué par l’abbé, qui doit rendre des comptes au moins deux fois par an50. Ainsi, pendant la vingtaine d’années que dure la première campagne de reconstruction (1318-1339), l’abbé réussit à mobiliser environ 64 000 livres, somme très importante pour l’époque51. Mais les travaux sont très fortement ralentis par le début de la guerre de Cent Ans et ils ne peuvent reprendre qu’à partir du traité de Brétigny (1360), notamment grâce à une donation du roi Charles V (1364-1380) au moment de son accession au trône.

  • 52 François-Xavier Michel, Chronique des abbés de Saint-Ouen de Rouen, Rouen, 1840, p. 27.

57L’inscription figurant sur la plaque tombale de l’abbé indique l’état d’avancement du chantier à la mort de son commanditaire : le chœur et ses chapelles, les piliers de la tour et la majeure partie de la croisée du transept sont achevés52. Toutefois, la Chronique des abbés de Saint-Ouen précise que deux des quatre piliers de la tour ne sont pas encore montés sur toute leur hauteur. On considère généralement l’avancement « horizontal » du chantier de reconstruction : le chœur et son déambulatoire sont terminés, le transept et la première travée de la nef sont implantés voire bien avancés. Mais il faut également prendre en compte sa dimension « verticale », notamment dans le cas de la façade méridionale dont la partie basse est probablement en place à la fin des années 1330, avant d’être complétée à la fin du siècle par l’achèvement du mur de façade et par l’ajout du porche. C’est en tout cas l’hypothèse avancée par Peter Kurmann.

Fig. 27. La façade méridionale de l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen

Fig. 27. La façade méridionale de l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen

Fig. 28. Le portail des Marmousets (Saint-Ouen de Rouen)

Fig. 28. Le portail des Marmousets (Saint-Ouen de Rouen)

Portail des Marmousets

  • 53 A. Masson, L’Abbaye, op. cit., p. 20.
  • 54 Il l’est toujours en 1396 quand l’abbé et les moines passent un marché avec quatre maçons pour la (...)
  • 55 P. Kurmann, « Filiation... », art. cité, note 11, p. 218.

58En l’absence de sources textuelles, l’édification du portail des Marmousets a le plus souvent été rattachée à la phase d’achèvement de la façade méridionale dans les deux dernières décennies du XIVe siècle53. André Masson part du constat de l’inachèvement de la façade à la mort de l’abbé Jean Roussel et de la reprise manifeste du chantier entre 1378 et 1398 sous la direction d’un certain Jean de Bayeux qui est appelé « maître de l’œuvre de maçonnerie de l’église Saint-Ouen » dans les comptes de l’archevêché en 137854. À sa mort en 1398, c’est probablement son fils – également nommé Jean de Bayeux – qui lui succède à la maîtrise d’œuvre de Saint-Ouen. C’est cette hypothèse de datation qui a généralement été reprise dans les études sur l’abbaye. Mais force est de constater, avec Peter Kurmann, que « la chronologie du bras sud du transept reste plutôt l’affaire d’une extrapolation à l’aide de quelques dates connues55 ». Certes, l’écart d’une quarantaine d’années entre les deux chantiers témoigne des difficultés financières de l’abbaye et du contexte politique troublé. Concernant le cycle de bas-reliefs, comment expliquer une « réponse » si tardive des moines de Saint-Ouen au programme iconographique du portail de la Calende ?

  • 56 Ibid., p. 243.

59Peter Kurmann a récemment démontré que le mur de façade et le porche ont été insérés, après une interruption des travaux, entre les deux massifs angulaires de la façade méridionale qui datent pour leur part de la première phase de reconstruction (avant 1339). Selon l’auteur, « tout le décor du soubassement, exécuté avant 1339, fut mis en réserve avant d’être installé au portail lors de son montage qui date de 1420 environ56 ». Peter Kurmann prend notamment en compte l’écart stylistique qu’on observe entre les reliefs des parties basses (c’est-à-dire des quadrilobes) et ceux des parties hautes du portail, notamment du tympan et des voussures.

  • 57 Y. Bottineau-Fuchs, Haute-Normandie, op. cit., p. 333.
  • 58 P. Kurmann, « Filiation... », art. cité, p. 215 et note 22, p. 219.

60Le portail méridional de l’abbaye est appelé « portail des Marmousets » en raison des petits personnages contorsionnés qui sont sculptés sur les culs-de-lampe de la salle située au-dessus du porche. La fonction de cette vaste pièce demeure incertaine. L’hypothèse la plus fréquemment avancée est d’y voir une salle du trésor ou un chartrier57, mais Peter Kurmann fait remarquer que les fenêtres sont trop grandes pour ce type d’utilisation. En outre, l’escalier en vis ne faciliterait guère l’accès à la bibliothèque ainsi placée au premier étage et celle-ci serait trop éloignée des bâtiments conventuels – notamment du scriptorium – situés du côté nord de l’abbaye58. Certes, l’auteur reconnaît que la disposition de la salle évoque davantage un espace profane que sacré et il évoque la possibilité d’une utilisation comme tribunal ecclésiastique.

Bas-reliefs

61Le cycle consacré à saint Ouen se déploie sur cinq rangées de bas-reliefs et sur huit faces de piliers : vingt bas-reliefs de forme carrée (environ 26 × 26 cm) répartis de chaque côté des portes sur deux piliers saillants en position de piédroits (fig. 28) ; vingt bas-reliefs de même hauteur mais de forme rectangulaire (environ 26 × 16 cm) sur le pilier central à quatre faces en position de trumeau. La plupart des bas-reliefs sont en assez bon état de conservation car le portail est situé à l’intérieur d’un porche. Par contre, les statues des piédroits ont été détruites à la Révolution, sauf celle de saint Ouen, au trumeau, mais ses bras sont mutilés et sa tête est refaite. Le tympan est consacré à la Vierge avec trois registres illustrant la Dormition, les funérailles et l’Assomption, le Couronnement.

  • 59 Voir au chapitre 6.

62Le récit hagiographique se décompose en deux ensembles (schéma 6) : les seize bas-reliefs des deux rangées inférieures illustrent la vie du saint en mêlant légende et faits historiques ; les trois rangées suivantes sont consacrées à ses funérailles, aux miracles opérés lors de la translation de ses reliques59. L’organisation du récit – et donc sa lecture – se fait en boustrophédon à partir du premier quadrilobe de la rangée inférieure sur le piédroit oriental (en bas à droite).

63D’une ampleur monumentale plus modeste que les vastes programmes iconographiques des cathédrales de Rouen et de Lyon, l’ensemble de bas-reliefs du portail des Marmousets n’en est pas moins unique à plusieurs titres. Tout d’abord, il s’inscrit dans un contexte historique et religieux particulièrement précis, celui de la « concurrence » pluriséculaire entre deux sanctuaires de pèlerinage : la cathédrale Notre-Dame et l’abbaye Saint-Ouen. Ensuite, il met en œuvre des procédés narratifs et iconographiques au service d’une véritable propagande hagiographique. Enfin, ce cycle de bas-reliefs offre un indice supplémentaire pour confirmer la datation du portail méridional de l’abbatiale à la fin des années 1330.

Schéma 6. Les bas-reliefs du portail de Saint-Ouen de Rouen

Schéma 6. Les bas-reliefs du portail de Saint-Ouen de Rouen

LE PALAIS DES PAPES D’AVIGNON

  • 60 Léon-Honoré Labande, Le Palais des papes et les monuments d’Avignon au XIVe siècle, Marseille-Aix, (...)
  • 61 F. Ehrle, Historia bibliothecae Romanorum pontificum tum Bonifatianae tum Avinionensis, Rome, 1890 (...)

64En 1309, Clément V (1303-1314) est le premier pape à s’installer en Avignon. Son successeur, Jean XXII (1316-1334) agrandit le palais épiscopal, par la suite englobé dans celui de Benoît XII (1334-1342) qui inaugure la grande période de construction en Avignon jusque vers 1364. Le palais de ce dernier est jugé trop austère et étroit par son successeur qui décide de l’agrandir. Mais le projet du « palais neuf » semble avoir émergé progressivement dans l’esprit de Clément VI (1342-1352) et de ses conseillers : le nouveau pape fait d’abord achever la construction entreprise par son prédécesseur, notamment la tour de Trouillas60, puis il fait construire la tour de la Garde-Robe. Enfin, le chantier du « palais neuf » est lancé en août 1344 et confié à Jean de Louvres. En mai 1345, la Grande audience commence à s’élever et, dès le mois d’octobre 1346, le pape décide de faire bâtir, au-dessus de cette salle, une nouvelle Grande chapelle qui en reprend les dimensions au sol. La même année, débute la construction du grand escalier permettant d’accéder directement, depuis la cour d’honneur, à la loggia sur laquelle s’ouvre la chapelle. Les travaux de l’aile occidentale sont entrepris à partir de mai 1345 et terminés en décembre 134761.

Fig. 29. Le portail de la Grande chapelle au palais des papes d’Avignon

Fig. 29. Le portail de la Grande chapelle au palais des papes d’Avignon

Fig. 30. Les piliers en éperon du portail de la Grande chapelle (ébrasement est)

Fig. 30. Les piliers en éperon du portail de la Grande chapelle (ébrasement est)

Portail de la Grande chapelle

  • 62 L.-H. Labande, Le Palais, op. cit., p. 78.
  • 63 Robert André-Michel, « Le Palais des Papes d’Avignon. Documents inédits », Annales d’Avignon et du (...)
  • 64 L.-H. Labande, Le Palais, op. cit., p. 78.

65En 1347, alors que les travaux de la nouvelle chapelle commencent en 1347, sont livrées 22 grandes pierres destinées aux statues et aux bas-reliefs du portail62. La peste de 1348 ralentit fortement les travaux qui durent quatre années. En 1351, la voûte est terminée et les finitions sont effectuées63. Le 21 octobre, le maître d’œuvre, Jean de Louvres, reçoit sur ordre du pape, une gratification de 100 florins qu’il distribue à ses ouvriers pour la pose de la clef de voûte et l’achèvement de la chapelle64. La dédicace a lieu l’année suivante : en tant que chapelle du pontife romain, elle est dédiée aux apôtres saint Pierre et saint Paul. Clément VI peut y célébrer les fêtes de la Toussaint, un peu plus d’un mois avant de décéder, le 6 décembre 1352.

66La chapelle est constituée par un vaisseau unique de forme rectangulaire, avec 52 mètres en longueur sur 15 mètres en largeur. Elle est divisée en sept travées voûtées à près de 20 mètres de hauteur sur croisées d’ogives ; la dernière est moins large que les autres. Contrairement aux salles de l’Audience, celle de la chapelle ne comporte ni ogives octogones, ni culots historiés, mais son portail est encadré par des piliers en éperons ornés de bas-reliefs. Selon Gabriel Colombe, les auteurs de ses sculptures seraient Guichard et Siffrein de Lyon qui auraient été seulement engagés pour le portail.

  • 65 Sylvain Gagnière, Le Palais des papes d’Avignon, Avignon, Les Amis du palais, 1983, p. 112.

67Le portail de la chapelle clémentine – le seul portail sculpté du palais – s’ouvre au nord sur une sorte de loggia qui fait à la fois fonction de vestibule et de tribune. Il s’agit d’une pièce à peu près carrée, voûtée sur croisée d’ogives et bordée de bancs en pierre. Elle donne sur le grand escalier qui mène à la cour d’honneur (à l’est) tandis qu’une porte ouvre sur la galerie de l’aile des Grands dignitaires (à l’ouest). Elle est percée d’une très large baie donnant sur la cour d’honneur et appelée aujourd’hui « fenêtre de l’Indulgence65 ». Cette loggia a effectivement pu servir de tribune en permettant au pape de dominer la foule assemblée dans la cour lors de cérémonies de bénédiction ou de distribution d’indulgences. Si Clément VI (lors de la dernière année de son pontificat) et ses successeurs sont apparus à cette baie, cela implique qu’elle ne comportait pas à l’origine les meneaux qui lui ont été donnés lors des restaurations du XXe siècle. En effet, dans son état actuel, la fenêtre n’offrirait guère de visibilité ni de possibilité de mouvement au pape.

  • 66 Gabriel Colombe, « Au palais des papes d’Avignon. La réfection, au XIVe siècle, du portail de la G (...)

68Quant au portail de la chapelle, il connaît des faiblesses architecturales dans sa conception initiale au point d’être repris quelques années après sa construction car les pierres du linteau, du tympan et de l’archivolte se brisent sous la pression en 1359. Deux nouveaux architectes, Mathieu et Étienne de Lerne, sont chargés de reconstruire et de consolider le portail : ils élargissent le trumeau, reprennent les jambages, amortissent les deux baies de la porte par des arcs en anse de panier et ils installent un arc de décharge au sommet de la première voussure66. L’état du portail actuel est le fruit des restaurations qui ont suivi sa redécouverte au début du XIXe siècle, après le départ de la caserne militaire qui s’était installée dans le palais.

Bas-reliefs

69Le portail de la Grande chapelle comporte des ébrasements à deux ressauts formés par le même type de piliers saillants en position de piédroits comme à Rouen et à Lyon. Chacune des deux faces visibles de ces piliers est ornée de deux quadrilobes étoilés de forme carrée (environ 24 × 24 cm) que surmonte un autre bas-relief inscrit dans un arc tréflé à l’intérieur d’un petit édicule gothique. À la différence des portails rouennais, le trumeau avignonnais ne comporte pas de quadrilobes, mais celui d’origine a été remplacé en 1359 ; il supporte une statue aujourd’hui décapitée qui pouvait représenter saint Pierre auquel est dédiée la chapelle.

70Les motifs des bas-reliefs rappellent, à double titre, ceux du portail des Libraires à la cathédrale de Rouen et des portails latéraux de la façade occidentale de la cathédrale de Lyon. D’une part, en raison de l’importance des figures monstrueuses ou hybrides (environ la moitié) ; d’autre part, en raison du choix de représenter une seule figure par bas-relief (à l’exception du quadrilobe Av B03 montrant un chien et son chiot). Les bas-reliefs insérés dans des arcs tréflés montrent sept visages humains puis un ange assis déroulant un phylactère ; ce dernier constitue la seule figure religieuse sculptée. Les quinze autres quadrilobes illustrent des figures animales, dont sept sont issues du bestiaire fantastique et hybride : une sirène au miroir (Av C03), un singe au miroir (Av B04), des léocentaures, des masques phytomorphes et zoomorphes.

Schéma 7. Les bas-reliefs du portail de la Grande chapelle

Schéma 7. Les bas-reliefs du portail de la Grande chapelle

71Les sculptures des parties hautes du portail de la Grande chapelle ont été en large partie détruites par l’aménagement du palais en caserne après la Révolution (et jusqu’en 1906). Néanmoins, la partie droite du linteau montre les ressuscités sortant de leurs tombeaux brûlant dans les flammes de l’enfer et précipités dans la gueule du Léviathan. La moitié manquante devait certainement représenter les élus menés au paradis. Il ne reste que des fragments du tympan qui figurait probablement le Christ et la Vierge. Les voussures abritaient dix anges et douze prophètes. Aucun écho n’est donc visible avec les bas-reliefs des piliers.

  • 67 Voir les dessins de Viva G. Wetterlöf, Les Ymagiers à la cour des papes d’Avignon et à la cour des (...)
  • 68 Ibid., p. 133.
  • 69 Selon Dominique Vingtain, Avignon. Le palais des papes, La Pierre-qui-Vire, Zodiaque, 1998 p. 205.

72En revanche, on peut rapprocher les motifs des quadrilobes du portail de ceux des culots qui supportent les nervures : dragons, lions et chimères ; singes et lions ; un sanglier, un chien67. Si aucun de ces motifs ne correspond exactement à ceux du portail de la Grande chapelle, ils permettent d’établir quelques correspondances visuelles avec certaines figures animales ou fantastiques : visages humains à la longue barbe (Av A06-07), masques aux traits léonins (Av B01 ; Av C07) ou phytomorphes (Av C05). En tout cas, on peut remarquer, avec V. G. Wetterlöf, que « les plus belles sculptures sont placées aux endroits les plus visibles » : c’est le cas pour un certain nombre de culots historiés et pour les bas-reliefs du portail de la chapelle68. Notons également que tous les culots semblent avoir été peints et que certains portent encore des traces de polychromie69.

73S’ils offrent moins de variété que ceux de Rouen et de Lyon, les bas-reliefs du palais des papes permettent d’établir des liens avérés et potentiels avec ceux des cathédrales rouennaises et lyonnaises. Leur étude comparative apporte un éclairage pertinent sur la circulation des formes ornementales et iconographiques au XIVe siècle, ainsi que sur le rôle joué par les différents acteurs de la création artistique : le commanditaire (ici le pape Clément VI), le maître d’œuvre et les sculpteurs. La datation de ce « portail clémentin » permet de le situer dans la filiation directe de ceux de Rouen et de Lyon.

  • 70 R. Recht, Le Croire et le Voir, op. cit., p. 196.

74Le procédé ornemental rouennais de piliers en éperon, ornés de plusieurs rangées de bas-reliefs sur chaque face, se retrouve dans des proportions et des finalités différentes à la cathédrale de Lyon, à la Chapelle clémentine et à l’abbaye Saint-Ouen de Rouen. En Avignon, il s’agit d’une simple « citation architecturale » réutilisant le « style français » que connaissent à la fois le maître d’œuvre, Jean de Louvres, et le commanditaire, Clément VI. En fait, dans ce cas précis, l’expression de « référence intentionnelle » avancée par Roland Recht convient probablement mieux70. C’est bien de Rouen que ce « motif décoratif » a été exporté vers Avignon par l’ancien archevêque Pierre Roger mais sans aucune visée narrative. En revanche, à Lyon et à Saint-Ouen, la reprise du procédé participe peut-être d’une volonté de concurrencer voire de surpasser le « modèle » rouennais, d’où une plus grande adaptation dans le détail des formes et des motifs iconographiques. L’étude des enjeux politiques et religieux liés à chaque chantier monumental permet de comparer des contextes très proches en termes de politique architecturale et d’affirmation identitaire du clergé local.

Notes

1 Voir F. Thénard-Duvivier, Au seuil, op. cit., chap. 3, p. 244-297.

2 J. Baltrušaitis, Réveils et prodiges. Le gothique fantastique, Paris, A. Colin, 1960, p. 160.

3 Jurgis Baltrušaitis reprend ici l’idée avancée par Émile Mâle, L’Art religieux du XIIIe siècle en France, Paris, 1898, rééd. A. Colin, 1958, p. 124.

4 Jean-René Gaborit, « L’art au temps de Philippe le Bel et de ses fils », dans L’Art au temps des rois maudits, 1285-1328, cat. exp., Paris, RMN, 1998, p. 30

5 Jean Wirth, « Peinture et perception visuelle au XIIIe siècle », dans La Visione e lo sguardo nel Medio Evo, Turnhout, Brepols, 1998, vol. 2, p. 116 ; D. Rigaux, « Quand le cadre fait l’image : rôle et fonctions des bordures à traits dans la peinture murale alpine (XIIIe-XVIe siècles) », dans Le Rôle de l’ornement, op. cit., p. 187-196.

6 Voir au chapitre 3.

7 M. Schlicht, La Cathédrale, op. cit., p. 299.

8 Bibliothèque municipale de Rouen (BMR), ms. Y. 27 (« Livre d’ivoire » de la cathédrale), fol. 173 (RHGF, 23, p. 374).

9 Alain Tougard, « Les boutiques du portail des Libraires », Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure, 13, 1906, p. 393-394.

10 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), G 857 et BMR, ms. Y. 44 (cartulaire de la cathédrale), fol. 94-94v.

11 ADSM, G 4839.

12 M. Schlicht, La Cathédrale, op. cit., p. 27-28.

13 Emmanuelle Lefèbvre, « La cour... », dans Chapitres et cathédrales en Normandie, Caen, Musée de Normandie, 1997, p. 418.

14 L. Pillion, Les Portails, op. cit., p. 5-6.

15 J. Baltrušaitis, Le Moyen Âge, op. cit., p. 160-161.

16 G. Lanfry, « La Cathédrale après la conquête normande et jusqu’à l’occupation anglaise », Cahiers de Notre-Dame de Rouen, 4, 1960, p. 31.

17 M. Schlicht, « Afin de relever le statut de notre église-mère : les façades de la cathédrale de Rouen », Annales de Normandie, 5, décembre 1997, p. 538.

18 G. Lanfry, « La Cathédrale... », art. cité, p. 30.

19 Ce portail, aujourd’hui muré, était également appelé « portail des Machons ». Il ne faut pas le confondre avec le portail de la septième travée qu’il remplace après 1270.

20 M. Schlicht, « Afin de relever... », art. cité, p. 559 ; La Cathédrale, op. cit., p. 260-269.

21 Voir le schéma et la présentation détaillée au chapitre 4.

22 Anne-Marie Carment-Lanfry avance que le troisième registre n’a jamais été sculpté, « faute d’argent, sans doute » (La Cathédrale Notre-Dame de Rouen, Rouen, Lecerf, 1977, p. 206, rééd. PURH, 2010). Mais il paraît difficilement concevable que le tympan ait pu être durablement privé de la figure du Christ juge.

23 M. Schlicht, La Cathédrale, op. cit., note 272 p. 133 ; repris dans Un chantier, op cit., p. 183.

24 Hartmut Krohm, « Die Sckulptur der Querhausfassaden an der Kathedrale von Rouen », Aachener Kunstblätter, 40, 1971, p. 84 ; G. Lanfry, « La Cathédrale... », art. cité, p. 34-48 ; A.-M. Carment-Lanfry, La Cathédrale, op. cit., p. 205-221 ; M. Schlicht, Un chantier, op. cit., p. 183-186.

25 Michael Camille, Images dans les marges. Aux limites de l’art médiéval [1992], Paris, Gallimard, 1997, p. 126.

26 L. Pillion, Les Portails, op. cit., note 1, p. 25 ; H. Krohm, « Die Sckulptur… », art. cité, p. 54.

27 Charles de Beaurepaire, « Notes sur le parvis de la cathédrale de Rouen », Précis analytique des travaux de l’Académie, Rouen, 1876-1877, p. 282-284.

28 ADSM, G 2084, p. 35 : le nécrologue de la cathédrale mentionne, au 10 janvier 1260, l’obit du chanoine Étienne de Boulon qui lègue 40 sous à prendre sur « la maison de Nicolas Talleator devant la porte méridionale de l’église ».

29 BMR, ms. Y. 27 (Livre d’ivoire), p. 174 (RHGF, 23, p. 374-375) : le 28 juillet 1300, le chapelain Pierre de Gamaches résigne son titre et ses bénéfices à la cathédrale de Rouen « à l’autel du bienheureux Étienne près du portail de la vieille tour ».

30 ADSM, G 4839. ADSM, G 4839.

31 ADSM, G 3524. ADSM, G 3524.

32 ADSM, G 3598 et G 2088. ADSM, G 3598 et G 2088.

33 ADSM, G 2488.

34 ADSM, G 2492.

35 ADSM, G 857 ; publié dans Léon Jouen, Comptes, devis et inventaires du manoir archiépiscopal de Rouen…, Paris-Rouen, 1908, p. 621.

36 Charles de Beaurepaire, « Procès-verbal de la visite archiépiscopale des chapelles de la Métropole en 1609 », Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, 7, 1889, p. 243-267.

37 M. Schlicht, Un chantier, op. cit., p. 132.

38 Voir le schéma et la présentation détaillée au chapitre 5.

39 Ces bas-reliefs n’entrent pas dans notre corpus pour deux raisons principales. D’une part, ils sont exposées à une érosion plus importante à cette hauteur qu’au niveau inférieur du portail, ce qui rend incertaine voire impossible l’identification d’un trop grand nombre d’entre eux. Cette mauvaise lisibilité fausserait toute analyse de type statistique. D’autre part, leur emplacement les rend difficilement visibles à l’œil nu, ce qui modifie radicalement leur fonction au sein de l’édifice, notamment par rapport à leur perception par les fidèles.

40 Louise Lefrançois-Pillion, « Quelques bas-reliefs récemment mis à jour à la cathédrale de Rouen », Bulletin monumental, 112, 1954, p. 191-194.

41 H. Krohm signale des traces de polychromie sur un fragment de la statue de Barnabé (« Die Skulptur… », art. cité, p. 150). On ne dispose pas d’étude complète concernant la cathédrale de Rouen comme il en existe pour celles de Chartres ou encore d’Amiens.

42 P. Kurmann, « Filiation... », art. cité, p. 211-219.

43 Marie-Claude Guigue, Obituaire de l’église primatiale de Lyon, Lyon, 1902, p. 75-76.

44 N. Reveyron, « Un chantier dans la ville : la reconstruction de la cathédrale de Lyon (XIIe-XVe siècle) », Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, xxxiii, 2002, p. 70.

45 N. Reveyron, « La cathédrale de Lyon au moment du concile », dans 1245-1995. 750e anniversaire du premier concile de Lyon, Lyon, 1995, p. 4-19.

46 L. Bégule, La Cathédrale, op. cit., p. 56 et 72.

47 L. Bégule précise que ces statues – aujourd’hui disparues – auraient été détruites par les calvinistes et que la tradition en ferait des « allégories des vertus » (Monographie, op. cit., p. 202).

48 Dom F. Pommeraye, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Ouen, Rouen, 1662, p. 403-406, 425 et suiv.

49 Maylis Baylé, « Rouen : abbatiale Saint-Ouen », dans L’Architecture normande, M. Baylé (dir.), PUC, 1997, vol. 2, p. 192 ; Yves Bottineau-Fuchs, Haute-Normandie gothique, Paris, Picard, 2001, p. 323.

50 En préambule, l’abbé Marc d’Argent expose sa volonté d’assurer la pérennité du chantier de la nouvelle église : « Pour conduire cette église à son achèvement total, ne pourront suffire ni nos jours, qui passent comme l’ombre, ni les ressources que, de notre vivant, nous pourrons tirer des biens de notre monastère, même en nous privant, non pas du superflu, mais du nécessaire » (cité selon A. Masson, L’Abbaye Saint-Ouen, op. cit., p. 17).

51 Jules Quicherat, « Documents inédits sur la construction de Saint-Ouen de Rouen », dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, Paris, 1886, p. 217-223.

52 François-Xavier Michel, Chronique des abbés de Saint-Ouen de Rouen, Rouen, 1840, p. 27.

53 A. Masson, L’Abbaye, op. cit., p. 20.

54 Il l’est toujours en 1396 quand l’abbé et les moines passent un marché avec quatre maçons pour la construction de deux travées de voûtes du croisillon nord. Comme il est également le maître d’œuvre de la cathédrale depuis 1388 et celui de la ville de Rouen depuis 1389, on suppose qu’il reprend avec d’autant plus de facilités le modèle architectural du portail de la Calende pour achever celui de Saint-Ouen de Rouen. Voir C. de Beaurepaire, « Documents relatifs à la construction de l’église Saint-Ouen de Rouen », Bulletin de la Commission des Antiquités de Seine-Inférieure, t. iii, 1873, p. 446.

55 P. Kurmann, « Filiation... », art. cité, note 11, p. 218.

56 Ibid., p. 243.

57 Y. Bottineau-Fuchs, Haute-Normandie, op. cit., p. 333.

58 P. Kurmann, « Filiation... », art. cité, p. 215 et note 22, p. 219.

59 Voir au chapitre 6.

60 Léon-Honoré Labande, Le Palais des papes et les monuments d’Avignon au XIVe siècle, Marseille-Aix, Detaille et Dragon, 1925, t. 1, p. 70-71 et 76.

61 F. Ehrle, Historia bibliothecae Romanorum pontificum tum Bonifatianae tum Avinionensis, Rome, 1890, t. 1, p. 54-59.

62 L.-H. Labande, Le Palais, op. cit., p. 78.

63 Robert André-Michel, « Le Palais des Papes d’Avignon. Documents inédits », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 5, 1917, p. 113 ; et F. Ehrle, Historia, op. cit., t. 1, p. 64.

64 L.-H. Labande, Le Palais, op. cit., p. 78.

65 Sylvain Gagnière, Le Palais des papes d’Avignon, Avignon, Les Amis du palais, 1983, p. 112.

66 Gabriel Colombe, « Au palais des papes d’Avignon. La réfection, au XIVe siècle, du portail de la Grande chapelle », Revue du Midi, 46, 1913, p. 295.

67 Voir les dessins de Viva G. Wetterlöf, Les Ymagiers à la cour des papes d’Avignon et à la cour des rois de France, 1327-1365, Lund (Suède), 1975.

68 Ibid., p. 133.

69 Selon Dominique Vingtain, Avignon. Le palais des papes, La Pierre-qui-Vire, Zodiaque, 1998 p. 205.

70 R. Recht, Le Croire et le Voir, op. cit., p. 196.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search