Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Sainte-Geneviève-de-Batiscan, 23 avril 1896

Texte intégral

1Notre voyage d’Europe est remis à quelques semaines ; je m’en viens vous en avertir pour que vous ne nous attendiez pas inutilement. J’espère bien que vous approuverez les raisons qui nous font retarder ; il y en a plusieurs. Primo, M. Cloutier préfère suivre, avant de partir, un traitement hydrothérapique qui devra agir fortement sur son système nerveux passablement épuisé, et qui lui permettra de faire le voyage plus agréablement ; secundo, les prêtres qui ont déjà fait le voyage d’Europe nous disent que nous aurions tort de partir au mois de mai, parce que nous aurions à subir les grandes chaleurs en Italie et en Espagne ; tertio, Monseigneur doit faire sa visite pastorale à Sainte-Geneviève le 1er juin ; ce sera sa première visite depuis que je suis ici ; j’aimerais à le recevoir moi-même ; enfin, notre gouvernement fédéral vient de nous annoncer les élections fédérales pour le 11 juin. Dans ces époques tourmentées un pasteur doit être à son poste. C’est à cause de tout cela, mon cher ami, que nous ne partirons que dans la première quinzaine de juillet. Qu’en dites-vous ? Pour ma part, la seule crainte que j’ai, c’est que notre beau projet ne rencontre d’ici là des obstacles qui nous obligent à remettre encore à plus tard. Pourtant, tout va bien et je ne vois rien dans l’avenir ; mais cet avenir est si incertain. A la grâce de Dieu ! Je vous tiendrai au courant de nos espérances et de nos craintes.

2Pendant que je vous écris, toute la vallée du Saint-Laurent, celle de la rivière Batiscan et d’un grand nombre d’autres rivières tributaires du Saint-Laurent sont inondées ; la désolation est générale. Pour ne parler que de Sainte-Geneviève, une grande partie de notre village est couverte d’eau. En plusieurs endroits l’eau atteint dans les maisons des hauteurs de cinq et six pieds. Notre beau pont, de 5 à 600 pieds de longueur en face de l’église, a été, hier, emporté tout d’un pain par les glaces. L’eau ayant monté et monté encore, il fut soulevé par les glaces à pas moins de trois pieds au-dessus de ses assises et les glaces s’étant mises en mouvement l’ont emporté. Il git maintenant à une dizaine d’arpents en bas de l’église. C’est un désastre pour notre paroisse divisée maintenant en deux parties par la rivière. Ce pont avait coûté au-delà de $ 10,000. Quand pourrons-nous en refaire un autre ?

3Aux Trois-Rivières, près de 50 maisons ont été emportées par les glaces. Sainte-Anne-de-la-Pérade, notre paroisse voisine est sous l’eau. A Batiscan, il y a deux pieds d’eau dans l’église et c’est ainsi jusqu’à Montréal. A Yamachiche, Gaspard doit avoir de l’eau sur ses comptoirs. J’y suis allé la semaine dernière ; déjà l’eau entourait sa maison. Dégâts partout ! C’est la plus forte inondation de mémoire d’homme. Tout notre monde est découragé ; on pourrait l’être à moins.

4C’est tout pour aujourd’hui. Priez pour nous et pour nos pauvres inondés. L’inondation et les élections ! Ce ne sera pas trop d’un voyage en Europe pour nous remettre [...]

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search