Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Sainte-Geneviève-de-Batiscan, 24 décembre 1895

Texte intégral

1[...] Il est 10 h. Il y a deux heures encore avant l’office qui doit commencer à minuit précis, et déjà j’entends le bruit des voitures qui amènent les fidèles à l’église. La messe de minuit dans nos campagnes a un cachet particulier. Longtemps déjà les bonnes mères promettent à leurs petits enfants de les y amener s’ils sont bien sages et ces enfants font dans leurs petites têtes tous les efforts de volonté possibles pour être plus obéissants, moins tapageurs ; et l’une des grandes punitions serait de les obliger de garder la maison quand chacun s’achemine vers l’église pendant la nuit de Noël. Aussi, nos églises se remplissent-elles plus qu’à aucune autre fête de l’année. La piété de nos fidèles s’accentue aux approches de cette fête et le nombre de communiants à la messe de minuit est toujours considérable. Aujourd’hui, nous avons confessé deux heures pendant la matinée et pendant la relevée près de quatre heures. A deux confesseurs, vous pouvez compter nos communiants si vous multipliez le nombre d’heures par 25 ou 30. Avec des pénitents de huit jours, d’un mois, deux ou trois mois au plus, nous pouvons facilement arriver à ce montant.

2Je viens de voir M. Rivard, notre organiste ; il me dit que notre fanfare est à faire sa dernière répétition : je lui parle de la vôtre et des efforts de votre organiste ce brave M. Ridou, pour donner à vos fêtes tout l’éclat possible. Voici qu’il commence à se former des liens entre mes nouveaux paroissiens et les vôtres. Quand j’arrivai à Sainte-Geneviève et que je parlais de Chambray et de son aimable curé, je les voyais ouvrir les yeux bien grands, tant ils étaient surpris, étonnés de ces relations aussi fréquentes et aussi amicales entre un curé de la vieille France et un curé de la Nouvelle. A quelques-uns j’ai fait voir les nombreuses photographies venant de Chambray et de temps en temps, je prends plaisir à entretenir mes nouveaux amis des anciens du vieux pays et voici que maintenant l’on commence à demander des nouvelles de Chambray ; on veut savoir s’il y a longtemps que vous m’avez écrit ; on s’informe de vous-même, de vos bienaimés parents, de votre paroisse, des paroisses voisines et toutes ces belles choses que je leur dit vous concernant paraissent bien les intéresser. J’espère bien qu’avec le temps je pourrai me faire ici des amis comme je m’en étais fait à Shawenegan ; mais ceux-ci je ne les oublierai jamais ; ils ont pris la première place dans mon cœur et cette place je la leur garderai toujours.

3J’ai fait la visite de la paroisse une de ces dernières semaines (visite absolument dans le même genre que celles de Shawenegan, dont je vous ai entretenu autrefois) et j’ai été surpris de constater que je connaissais presque tous mes génovéfains. Nous avions alors (10 déc.) un temps superbe ; de la neige suffisamment pour de beaux chemins d’hiver et de bons froids de 20° à 23° Réaumur. Quel changement depuis lors ! le doux temps est commencé vers le 15 ou le 16 et se continue encore au grand découragement de nos cuisinières et des commerçants de viandes. Les boucheries se font d’ordinaire au commencement de décembre ; le froid est alors assez intense pour geler bien dures nos viandes de conserves et nous les gardons jusqu’au printemps, c’est-à-dire jusqu’en mars ou avril sans qu’elles perdent leur saveur du premier jour, et avec ce malencontreux Avent trop doux, les viandes après avoir gelé s’amollissent, saignent, noircissent et prennent un goût désagréable. Les commerçants de viandes sont dans la désolation. Quelques-uns avaient dans leurs hangars et dans leurs granges des morceaux de viandes gelées : porcs, moutons, bœufs, saignés, préparés pour le marché sans être coupés par morceaux, attendaient sur leurs gigots coupés la hausse de ce commerce, et les voilà qui s’affaissent, qu’ils se replient qu’ils perdent une partie du sang conservé dans leurs chairs ; ils n’ont plus de forme et perdent du coup la moitié certainement de leur valeur. Aussi nos bonnes gens se lamentent-ils et demandent à grands cris du froid et encore du froid, au risque de scandaliser les bons Normands de Chambray et d’ailleurs qui m’ont l’air de le redouter. D’autre part le doux temps a fait disparaître la neige peu à peu et nos commerçants de bois crient de leur côté pour qu’elle revienne ; ils en ont besoin dans la forêt pour leurs chemins de charroyage [...]

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search