Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Sainte-Geneviève-de-Batiscan, 15 avril 1895

Texte intégral

1[...] Je suis seul, vous le savez, dans mon nouveau poste ; une population de près de 1 800 âmes réclame tous mes instants. Avec cela, il m’a fallu pendant le carême aller ici et là dans les paroisses pour aider ces messieurs qui ont leurs Quarante-Heures à cette époque. De sorte que, à part les pâques de mes paroissiens, j’ai dû aider aux pâques de trois des paroisses du voisinage. Il est certain que dans Sainte-Geneviève seulement j’ai, depuis quatre semaines, entendu au moins 1 500 confessions ; les visites aux malades, les affaires de dîmes au presbytère et les offices du carême et de la semaine sainte ont pris le reste du temps. Aussi, je suis fatigué et cette pauvre lettre que je suis en train de vous écrire, va s’en ressentir.

2La neige disparaît tout doucement ; la glace couvre encore notre rivière Batiscan, mais l’eau monte et dans deux ou trois jours elle devra s’en aller rejoindre celle du grand fleuve. Tantôt, j’étais appelé pour une vieille malade à trois quarts de lieue de l’église, quels chemins ! ici des bancs de neige ; là de la boue ; ailleurs des torrents. Près de 3 heures pour ce trajet, aller et retour ; en temps ordinaire une heure et demie aurait été suffisante.

3Je ne fais que commencer cette lettre et je remets à plus tard pour continuer : les yeux me brûlent. Je vous demande bien pardon de tous ces retards. L’an prochain, si le Bon Dieu et Monseigneur le veulent j’aurai un vicaire. Alors je pourrai me reposer un peu. J’abandonne donc la partie ce soir. A demain, si ce n’est à plus tard. Bonsoir ! il est 9 heures et demie. Je fais ma prière et je me couche. Bonne nuit !

417 avril — Je reviens à vous un peu moins fatigué que l’autre soir, mais ressentant encore quelque chose du surmenage auquel oblige le temps pascal. Nous en sommes aux derniers jours. Bientôt le confessionnal va se reposer. Il ne reprendra son ouvrage qu’au mois de mai où les pénitents reviendront pour faire leur communion du Mois de Marie. En attendant, causons un peu avec le bon ami d’outremer ; cette causerie sera un repos et j’en ai tant de besoin de ce bon repos.

5Vous me dites que votre hiver a été dur et froid ; que diriez-vous du nôtre qui, pourtant, n’a eu que des rigueurs ordinaires ? Une seule fois la tempête fut terrible ; pendant toute une journée des tourbillons de neige passaient tellement denses en avant du presbytère qu’il était impossible de voir à un arpent ; avec cela, du froid intense. Depuis le commencement de mars le temps a été beau, trop beau même, ce qui nous fait craindre des pluies pour le temps des semailles. Notre jour de Pâques, splendide à l’église (fanfare, orgue, chant en partie, etc.) fut véritablement un vendredi saint à l’extérieur ; pluie torrentielle et glacée toute la journée ; les jours sont plus beaux depuis. Aujourd’hui, malgré le temps un peu froid, le soleil est beau et le travail de la végétation commencé. La neige est complètement disparue du jardin : les glaces de la rivière Batiscan sont refoulées en bas du village et une belle nappe d’eau s’étend en face de l’église et du village. La rivière a 600 pieds de largeur ; un grand pont, moitié en fer, moitié en bois relie les deux rives ; les chemins seront beaux dans une huitaine et après cela les communications faciles partout [...]

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search