Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 27 novembre 1893

Texte intégral

1Me voici, de nouveau, à ma table de travail pour vous donner les quelques impressions de voyage promises par ma dernière lettre, mais tout d’abord, je vous dois le bonjour [...]

  • 1 Il semble que la durée du deuil masculin soit semblable à celui des femmes qui, selon Horace Miner (...)

2Ici tout va bien, Charles, remarié depuis quelques semaines doit être à la veille de changer de lune. Il a fait, au complet, ses deux ans de veuvage1. Il en aurait peut-être fait trois ans et plus si la tante qui prenait soin de son petit Philémon avait pu le garder encore ; mais un accident l’ayant mis dans l’incapacité de marcher pour plusieurs mois, (en travaillant dans son jardin elle a pilé sur un clou qui traversa le pied de part en part) Charles préféra chercher une nouvelle mère à ses enfants que d’être à charge à ses autres parents et il entra en pourparlers avec cette Demoiselle Caron, ancienne institutrice de notre école du village, dont je vous ai déjà parlé dans mes lettres des années passées. La proposition fut de suite agréée et le 10 octobre ils se promettaient tous deux foi et hommage aux pieds des autels. Depuis, la lune n’a pas changé de phase, la mère et l’enfant sont contents l’un de l’autre et le ménage est parfait. La petite fille que Charles avait eu d’Hermine reste chez une de ses tantes qui préfère la garder. Et Charles est content et il continue toujours à remplir bien fidèlement et bien honnêtement ses devoirs de domestique.

3La charge se trouve un peu allégée par le départ de M. Poirier : maintenant que je suis seul et que Saint-Mathieu a son curé, nous n’avons à voir qu’à nos besoins de Shawenegan. Il est venu hier, M. Poirier, il se dit bien heureux dans son hermitage des Laurentides. Une de ses sœurs a consenti à rester avec lui comme ménagère et il a la mère de mon Charles qui, bien qu’un peu âgée, peut faire encore un bon devoir, et le plus jeune des frères de Charles, Napoléon, servira M. Poirier à la fois comme domestique, comme sacristain et comme bedeau. L’ouvrage du ministère ne l’accablera pas à Saint-Mathieu, notre cher M. Poirier. A la tête d’une population de 250 à 300 âmes ; n’ayant que 150 à 175 communiants, il ne moisira pas au confessionnal ; mais, d’un autre côté, les sollicitudes de la vie de défrichement d’une terre qu’il devra mettre en valeur, les longs voyages qu’il sera obligé de faire, lui donneront, avec l’ouvrage de bureau, de pouvoir dire au diable qu’il sera toujours occupé.

  • 2 Le diable au XIXe siècle ou les mystères du spiritisme. Paris, Delhomme et Briguet, 1894, 2 vol. 

4Le mot « diable » vient de tomber de ma plume : à ce sujet, lisez-vous les livraisons du Diable au XIXe siècle, par le Docteur Bataille2 ? Quelles révélations ! suivant d’autres, quel roman ! Ici, nous inclinons bien plus du côté vrai de la chose et Monseigneur Laflèche y croit sincèrement. Un prêtre des Etats-Unis, revenant de Chicago, que je voyais pendant mon voyage, m’a dit avoir visité avec un soin minutieux le temple des francs-maçons de Chicago et que tout s’accordait avec les descriptions qu’en donne le Dr Bataille. Le fait, me disait ce prêtre, d’entendre le Dr Bataille nous dire la vérité sur les francs-maçons de Chicago qui sont aussi loin de Paris que Paris l’est des Indes et de la Chine me donne la foi dans tout ce qu’il dit.

5Mais, pourtant, avec le Diable au XIXe siècle et le Dr Bataille, je n’en suis toujours pas à vous dire ce que j’ai fait pendant mon excursion aux Etats-Unis. Encore un mot et j’arrive. Nous avons eu, il y a deux semaines, dimanche, 12 novembre, une assemblée de paroisse bien importante que j’avais consacrée au sujet des réparations à faire à notre presbytère qui commence à se ressentir des misères de la vieillesse. Bâti en 1861, âgé, par conséquent de 32 ans, c’est plus que l’âge mis pour une maison en bois. A force de soins nous avons pu le faire durer jusqu’aujourd’hui obligé de faire de grosses réparations ; mais maintenant, il faut songer à la chose. Il est un peu froid pour l’hiver ; il n’a pas la quantité de chambres suffisantes pour les nombreuses visites que nous avons et surtout pour les temps de concours religieux comme Quarante-Heures, visites d’évêque, etc. J’aimerais à voir les paroissiens pour leur faire connaître cet état de choses et demander leur aide pour faire du presbytère une maison bien convenable et confortable. L’Assemblée se fit après la messe, à la sacristie et, j’aime à le dire à l’honneur de mes paroissiens, j’ai trouvé en eux les meilleures dispositions, tellement que, séance tenante, l’on vota à l’unanimité, un montant de $ 2,000 pour les dites réparations, la moitié de ce montant devant être fourni par notre fabrique et l’autre moitié par les paroissiens eux-mêmes qui, se cotisant, fourniront ce montant en deux paiements de $ 500 chacun. N’est-ce pas que c’est bien et qu’il y a de la bonne volonté chez nos gens. Je devrai, dans le cours de l’hiver, faire la répartition de ce que chaque propriétaire aura à donner et le premier paiement se fera en juillet 1894. Autre preuve de bonne volonté : notre fabrique doit au Conseil municipal de notre paroisse, à 5 %, la somme de $ 600. Or, l’assemblée a décidé de réduire le taux de l’intérêt au taux nominal de $ 1 par année pour tout le montant des $ 600 et ce pour une période de vingt ans. Par ce moyen la Fabrique pourra, sans être aucunement surchargée fournir ses $ 1,000 [...]

  • 3 Lettre délivrée par l’évêque accordant à un prêtre la permission de sortir de sa juridiction diocé (...)

6[...] Avant d’aller plus loin, je dois vous donner quelques renseignements sur le Révérend M. Tétreau qui nous donne une si cordiale hospitalité. Déjà vous le connaissez un peu, par mes lettres précédentes ; mais cela ne suffit pas. M. Tétreau, né en 1850 à Saint-Grégoire, paroisse voisine de Nicolet, fut remarqué parmi les enfants de son âge par sa pétulance, son esprit naturel et ses heureuses dispositions pour l’étude. M. Trahan, alors vicaire de Saint-Grégoire, comprit tout le bien qu’on pouvait espérer d’un enfant si bien doué et il s’entendit avec son curé, le Vénérable M. Harper, pour lui faire commencer un cours d’études à Nicolet où il arriva en 1862 ou 63. Il sut se faire aimer de ses maîtres et, pour l’aider davantage, les Messieurs du Séminaire, à la demande de M. Trahan, devenu curé de Saint-Sévère, lui donnèrent la charge de lecteur au réfectoire des prêtres, ce qui implique gratuité de la pension, et notre M. Tétreau arriva ainsi à la fin de ses études après avoir fait un cours brillant. Devenu séminariste, il enseigna à Nicolet pendant quelques années. A son ordination, en 1874, il fut nommé vicaire à Gentilly que je venais de quitter pour Saint-Louis et ensuite il fut nommé curé de Saint-Wenceslas où il bâtit la belle église et le splendide presbytère de cette paroisse. Le champ de Saint-Wenceslas n’étant pas assez vaste, il obtint son « Exeat »3 et s’en alla, à la demande de l’évêque de New York, alors le Cardinal Mc-Closkey, desservir les Canadiens répandus dans cette immense ville. Vous dire le travail que M. Tétreau s’imposa pendant les premières années de son séjour à New York, c’est impossible. Recruter les Canadiens dispersés et abandonnés, un grand nombre même ayant oublié leurs devoirs religieux depuis de nombreuses années, les ramener au bercail et les entretenir dans de bonnes dispositions, tant de choses que, seuls, les prêtres peuvent comprendre. Ayant, de plus, une pauvre église avec une dette d’au-delà de $ 30,000 il lui fallut en même temps organiser, acheter des terrains, construire une école des frères et un couvent. Il n’y a que dix ou douze ans que M. Tétreau est à la tête de ces œuvres à New York ; il a travaillé avec tant d’intelligence, d’énergie et d’activité que maintenant toutes ses œuvres sont prospères.

  • 4 Les rédemptoristes de Sainte-Anne-de-Beaupré désiraient obtenir une relique de sainte Anne. Ils s’ (...)

7Sainte Anne lui a donné un fier coup de main, l’année dernière. Mgr Marquis arrivait de Rome avec une relique insigne de sainte Anne4 destinée au Sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré. En passant à New York, il parle à M. Tétreau de ce précieux dépôt qu’il apporte au Canada : le curé demande comme faveur spéciale d’en faire profiter ses paroissiens et, sans avis préalable, il s’en va avec Mgr Marquis à son église, le dimanche à l’office des Vêpres, annonce que l’on va vénérer une relique de sainte Anne. Un épileptique se présente avec les autres et avant d’arriver à la Sainte Table, il tombe dans des convulsions épouvantables. M. Tétreau traverse la foule, lui applique la relique ; immédiatement cet homme se calme, il est guéri. La nouvelle s’en répand comme l’éclair dans tout New York ; Mgr Marquis doit rester 2 ou 3 semaines pour satisfaire la piété des chrétiens de cette ville qui remercièrent sainte Anne des faveurs obtenues par des dons à l’église des Canadiens. Ces dons, dans ce court espace de temps donnèrent une somme fabuleuse d’une vingtaine de mille dollars. Un autel fut élevé à sainte Anne et encore maintenant les pèlerins arrivent en foule demander à sainte Anne protection et guérison. Pendant que j’étais là, j’eus la faveur de vénérer et de faire vénérer la relique que M. Tétreau a obtenu et qui est continuellement exposée. Tous les jours, de 6h. du matin à 10h. du soir, un prêtre se tient constamment dans l’église pour satisfaire la dévotion des fidèles. M. Tétreau a quatre vicaires, parmi lesquels un de ses frères et M. le Chanoine Petit, autrefois du Chapitre de Saint-Denis de Paris, M. Chandonnet et M. Gravel.

Notes

1 Il semble que la durée du deuil masculin soit semblable à celui des femmes qui, selon Horace Miner, Saint-Denis, un village québécois, Montréal, HMH, 1985, p. 293, avait été de deux ans au XIXe siècle.

2 Le diable au XIXe siècle ou les mystères du spiritisme. Paris, Delhomme et Briguet, 1894, 2 vol. 

3 Lettre délivrée par l’évêque accordant à un prêtre la permission de sortir de sa juridiction diocésaine. Le prêtre remettra cette lettre à son nouvel évêque qui l’autorisera à exercer un ministère.

4 Les rédemptoristes de Sainte-Anne-de-Beaupré désiraient obtenir une relique de sainte Anne. Ils s’adressèrent à leur supérieur général qui acquiesça à leur demande et favorisa une rencontre entre le pape et Calixte Marquis, curé de Saint-Célestin (diocèse de Nicolet). Grâce à l’intercession du pape, Marquis obtint une relique insigne du bras de sainte Anne conservé dans la basilique Saint-Paul-hors-les-murs. Il s’embarqua ensuite pour New York où se déroulèrent les événements racontés par Charles Bellemare. Celui-ci a pu les lire dans la relation qu’en avait faite Mgr Bernard O’Reilly dans l’Univers, reprise dans les Annales de la Bonne sainte Anne en janvier 1893 (Cf. Jean-Pierre Asselin, op. cit., pp. 94-99). Cet exemple illustre l’extraordinaire quête des reliques effectuée à la fin du XIXe siècle. Dans la région trifluvienne, nul ne fut plus actif que Calixte Marquis qui amassa au cours de ses voyages en Europe plus de 6000 reliques qu’il offrit à la dévotion dans une chapelle qu’il nomma « la Tour des Martyrs ».

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search