Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, ce 10 juillet 1893

Texte intégral

1Je suis triste, triste ! et mes bons parents aussi pour moi ! Je n’irai pas vous voir à Shawenegan dans un mois ; et quand irai-je maintenant ? [...] Voici tout de suite l’explication. Ce n’est que le curé de Chambray qui a proposé et c’est l’évêque d’Evreux qui a disposé ! Quel échec ! [...] Et quelle tristesse s’ensuit au fond de mon âme trop blessée, au fond de mon cœur quasi révolté ! Que faire ? Je le sais bien ce qu’il faut faire présentement : me soumettre [...] Fiat ! Fiat ! [...] Avant (Mgr Hautin), comme évêque d’Evreux, on avait Mgr Grolleau qui [...] me connaissait et m’aimait bien [...] il était là depuis longtemps, ne procédait dès lors pas en aveugle. Avec ma lettre d’abord, une entrevue ensuite, tout aurait marché pour le mieux. Avec celui-ci qui n’arrive à Evreux et n’y reste que deux ans pour s’en aller à Chambéry, archevêque, c’est autre chose. Il connaît nécessairement peu les choses et encore moins les gens : entre parenthèses, la bonne princesse ne l’a jamais vu [...] Donc, je lui écris d’abord, sûr que j’étais qu’il n’y avait à ce petit voyage plus aucun obstacle réel : quelle déception ! Je lui écris touchant à ces trois points : mon desservice, la retraite pastorale, l’avis donné à l’administration civile [...] Il arrive d’abord à ce que je pouvais m’attendre, sans avoir à craindre les fâcheuses conséquences qui ont suivi. L’archidiacre me répond de venir à Evreux, trouver Mgr, un des jours de la semaine à mon choix. Et j’y suis allé jeudi dernier [...] avec ma chère sœur Alphonsine qui, elle, devait pourvoir chez les marchands, à l’achat des habits civils. Tout de suite je me rends à l’évêché [...] Le cérémonial n’est pas compliqué [...] mais on sent bien qu’on n’est pas chez soi dans ce palais. N’importe ! On m’introduit, et je suis en présence de Mgr l’évêque d’Evreux, archevêque élu de Chambéry. Il m’accueille fort aimablement d’ailleurs [...] et tout de suite il me dit : Mais oui, M. le curé, je voulais vous entretenir (je ne peux vous dire son ton ni vous photographier sa manière) au sujet de ce voyage si extraordinaire : car c’est extraordinaire, étrange, surprenant, un voyage par-delà l’océan, au Canada. Pendant dix ans, me continue-t-il [...], que j’ai été Grand Vicaire à Orléans, depuis deux ans que je suis à Evreux, jamais cas semblable ne s’est présenté. C’est un voyage extraordinaire ! ! Là-dessus, je lui demande fort poliment en quoi il trouve cela si extraordinaire et lui dis que la franche amitié que j’avais avec vous depuis six ans m’avait fait considérer la chose comme assez simple. Et je lui ajoute que cela tenait sans doute sa surprise, à ce que les curés de France, d’Orléans comme d’Evreux, n’étaient pas voyageurs, mais que sur les journaux que vous m’envoyiez, ceux de là-bas n’hésitent pas tant pour venir dans la mère-patrie ; et je lui parle de ce bon M. Baril qui est venu à Chambray, des trois autres qui devaient y venir, que sais-je ? Savez-vous ce qu’il répond ? « Ces Canadiens ! Ces Canadiens ! Ce sont des Anglais ! Ils voyagent comme des Anglais ! Mais nous ne sommes pas des Anglais ! » Et le plus dur pour moi qui étais astreint à rester digne et très respectueux, ne pouvant être filial, c’est quand il m’a témoigné, par des phrases quelque peu dédaigneuses, ou du moins ignorantes.., qu’il n’avait pas une considération illimitée pour la conduite, la manière d’être des curés canadiens [...] « Ces gens-là portent-ils même l’habit ecclésiastique ? » et ainsi de suite. Mais ce n’est pas tant le Canada que je veux voir que nos fidèles amis, les Canadiens ! lui disais-je à un moment où il continuait de se tromper et semblait me ranger gaillardement dans la phalange des curés voyageurs, coureurs... Et il m’a objecté, (comment disait-il cela ?) les difficultés fiscales, me prétextant que l’avis du maire ne suffisait pas, qu’il faudrait en aviser le ministère des Cultes, que c’était plus difficile que je l’imaginais [...] Et après trois quarts d’heure d’entretien il me dit qu’il lui fallait réfléchir [...] qu’il m’écrirait dans deux ou trois jours, ce qu’il a fait hier ! [...] Si j’avais pu, au lieu de voir tout si rose, penser à ce coup d’autorité, le révolté serait poussé à dire cet abus de pouvoir ! alors j’aurais commencé par là, par ce côté noir (ou violet) avant de bâtir [...] ce petit plan de voyage [...] J’offre au Bon Dieu cette peine, comme je lui ai offert ma vie ! [...]

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search