Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 16 février 1893

Texte intégral

1[...] Je vous disais que je m’en vais ce soir faire la veillée aux chantiers ; j’en avais fait une, la semaine dernière ; la pluie m’a empêché de faire la deuxième et je reprends ce soir cette veillée manquée. Il est bon de vous dire que nous avons, cet hiver, sur la paroisse deux établissements en pleine forêt pour la coupe du bois. Ce sont deux grandes maisons, basses, la couverture surbaissée, bâties en bois rond, calfeutrées avec de la mousse et des étoupes. L’intérieur est vaste, avec une table d’une quarantaine de pieds de longueur et une rangée de lits à deux étages. Une quarantaine d’hommes occupent chacun de ces chantiers. Un de mes paroissiens, M. Morel, en est le contremaître et les travaillants sont, pour la plupart de Shawenegan et de Saint-Etienne, ce qui fait qu’en arrivant dans ces chantiers, avec M. Poirier et Charles, nous arrivons en pays de connaissance, et nous sommes bien reçus. La journée choisie par le prêtre pour visiter le chantier est annoncée d’avance ; le travail cesse un peu plus tôt et quand nous arrivons, vers 6 heures et demie chaque homme a fait sa toilette et nous commençons de suite les amusements avec tous ces bons lurons. Des contes, des chansons, quelquefois des danses, du violon, nous aident à passer bien agréablement les quelques heures données par encouragement à ces hommes qui peinent toute la journée à travers les neiges et les froids. Ils sont pourtant contents de leur sort, ils sont robustes, nos jeunes Canadiens (ce sont, en partie des jeunes gens), et quand, au printemps vous les voyez revenir du chantier, il se présentent à vous, gros, gras, le teint plein de feu. S’ils travaillent fort, ils sont en général bien nourris, bien traités. Le lard, le bœuf, les pois, les haricots, la farine de première qualité pour le pain et les pâtisseries sont fournis par le bourgeois et s’il veut avoir des hommes il faut que sa cuisine soit chargée.

2J’ai laissé cette lettre hier pour le dîner, pris à 11 heures et demie. Nous sommes en carême : la soupe aux pois, la morue fraîche, l’escargot et quelques confitures avec une couple de verres de lait, nous remettent l’estomac fatigué du jeûne, et comme nous chargions les pipes voici qu’un visiteur nous arrive : M. Milot, le grand missionnaire des chantiers, résidant à la Grande-Anse sur la rivière Saint-Maurice. Il est en route pour Yamachiche où demeure sa vieille mère, tout près de chez nous. C’est un cousin que nous ne voyons pas souvent, il est vrai, mais qui, tout de même est très attaché à notre famille. Du même âge que Adélard, il a plus d’intimité avec lui qu’avec moi. Je suis trop vieux maintenant pour qu’il prenne devant moi ses ébats sans gêne. C’est un prêtre de grand mérite. Il y a quatre ans, Monseigneur le nomma au poste de la Grande-Anse avec mission de desservir tous les chantiers du Saint-Maurice, ce qui n’est pas peu dire. Résidant à treize lieues (54 ou 55 kilomètres) du prêtre le plus proche, il n’a, l’été, que son bateau pour venir dans le monde civilisé, et l’hiver il a le pont de glace sur le Saint-Maurice, mais le printemps et l’automne, pendant un mois et demi, même deux mois, impossibilité absolue de voir un confrère. Il y a deux ans, un accident le mit à deux doigts de la mort ; pendant sept à huit semaines on ne savait trop ce qu’il en adviendrait et pas moyen de faire venir un prêtre, à moins qu’il s’en rencontrât un assez courageux et avec des jambes assez solides pour franchir les montagnes et traverser les rivières et les ravins, ce qui aurait pris pour l’aller et le retour au moins dix à douze jours, nous dit-il. L’automne dernier, Monseigneur lui a donné un prêtre pour l’aider ; à deux maintenant la vie est plus facile.

3Or, M. Milot nous arrive avec toute son expérience des chantiers ; je lui annonce nos desseins pour le soir, de suite il est de la partie et nous voilà en route pour le chantier où nous arrivons vers 6 heures et demie. Après les salutations d’usage, quelques mots d’entretien avec le bourgeois, M. Ritchie, présent ce soir-là, et avec le contremaître, nous entrons dans la chambre des hommes où les bons chanteurs nous régalent des meilleurs morceaux de leur répertoire. Après les chansons, j’avise un mien cousin qui, comme moi, s’appelle Charles Bellemare, de nous conter quelques contes. Vous dire l’aspect du chantier quand je leur annonçai que Charles allait nous conter un conte, c’est un peu difficile. Nos Canadiens aiment les contes et l’on écoute le contenu comme à l’église l’on écoute le prêcheur. La renommée de Charles est bien connue, aussi dès que je leur annonçai qu’il avait donné son consentement, chacun de quitter sa place et de venir entourer mon homme, les uns s’asseyant sur les tables, les autres par terre, tous se plaçant de manière à avoir le conteur en vue, et Charles de commencer, avec son grand sérieux et son air de brigand ; mais le sérieux ne dura pas longtemps : Charles est un farceur et le cours de ses histoires nous amena bien des incidents où le chantier n’était pas assez grand pour contenir les immenses éclats de rire des auditeurs. Après un premier conte, il fit deux petits sermons ou petits discours décorés du nom de sermons qui nous amusèrent aussi beaucoup et en fin de compte après avoir donné aux amusements une grande part, il fallut aussi faire la part du Bon Dieu et la mienne. Je récitai le chapelet avec toutes ces bonnes gens, je fis la prière du soir et leur donnai en quelques mots les avis que me suggéraient leur état et les renseignements que j’avais reçus du contremaître, et nous leur disons : Au revoir, mes bons amis ! A 10 heures et quart, nous étions de retour à la maison ; M. Milot passa avec nous l’avant-midi et tantôt il nous disait adieu pour s’en aller voir sa vieille mère.

4J’ai écrit aux libraires de Montréal et l’on me répond qu’on ne connaît aucun Guide français pour les Etats ou le Canada. Je m’en doutais bien, mais je voulais m’en assurer. Nos pays neufs n’ont pas d’histoire : un Guide ne serait qu’un indicateur de localités assez insipide. A chaque station du chemin de fer nous pouvons avoir des cartes avec indications de toutes les stations sur les principales lignes et cela nous suffit amplement. Je m’informais dernièrement aux Messieurs du Séminaire, leur demandant s’ils ne connaissaient pas quelques-uns de ces guides. Non ! mais que M. Bellemare vienne et nous le guiderons, et moi-même, si le Bon Dieu le veut, je vous guiderai où il sera possible d’aller. Ainsi donc, venez sans inquiétude, il est facile de se rendre à Shawenegan et alors, nous aviserons pour bien passer le temps.

5M. Baril que je voyais, il y a quelques semaines, m’avait dit vous avoir écrit. Vous ne sauriez croire comme il aime à me dire qu’il vous a visité. Savez-vous qu’il est rumeur que nous l’aurons bientôt pour coadjuteur de Monseigneur l’évêque des Trois-Rivières ? Voici ce que Dame Rumeur nous apporte : Monseigneur étant parti pour Rome afin d’assister au Jubilé épiscopal de Sa Sainteté Léon XIII, il profiterait de son voyage pour supplier le Saint-Père de lui donner, vu son grand âge, un coadjuteur, et les noms qui nous sont mis de l’avant sont ceux de M. Caisse et de M. Baril, du Séminaire, de M. Cloutier, curé de la ville et de M. Caron, curé de Maskinongé. Maintenant, jusqu’à quel point cette rumeur est-elle fondée, je n’en sais rien ; je vous la donne pour ce qu’elle vaut : il paraît pourtant certain que l’été ne se passera pas sans que nous ayons de grandes choses aux Trois-Rivières. Que le Bon Dieu nous donne pour évêque un prêtre du diocèse, n’importe qui, mais, de grâce, pas un prêtre étranger ! Il faut tant de temps pour le connaître et se faire connaître [...]

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search