Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, le 9 décembre 1892

Texte intégral

1[...] Mise à la poste de Pacy-sur-Eure, le 20 novembre dernier, votre bonne lettre après avoir visité Londres, Montréal et Trois-Rivières débarquait à Shawenegan le 5 décembre au soir et s’en venait toute radieuse, malgré les nombreuses blessures reçues en route, souhaiter à votre ami, à vos amis de Shawenegan, les plus gais bonjours qu’un ami puisse envoyer à son ami. Un citoyen du village, M. Majorique Lesage, menuisier charpentier, était au presbytère ; il en eut avec M. Poirier, la primeur. Empressé d’en faire la lecture, j’arrêtai là la causerie, d’ailleurs assez insignifiante, qui nous aidait à tuer le temps ; je disposai gravement ma pipe sur mon bureau et après avoir ajusté mes lunettes sur mes vieux yeux, je parcourus ces vingt pages débordantes de bonne humeur, de joie et d’amitié. Le reste de la veillée, je n’aurais pas besoin de vous le mentionner, s’écoula entièrement sur Chambray et son digne curé. Elles sont toujours reçues avec une grande joie, vos lettres ; elles ont toujours remué bien profondément les puissances de mon âme et l’affection de mon cœur, mais permettez-moi de vous le dire, celle-ci l’emporte sur toutes les autres de la distance de Chambray à Shawenegan. — Et pourquoi donc, me direz-vous ? — Ah ! vous vous en doutez ! C’est que, changeant de ton, laissant de côté les vieilles notes qui disaient : « Plaise à Dieu qu’un jour il me soit donné de traverser l’Atlantique et d’aller à Shawenegan serrer la main de cet ami que j’ai là-bas » ! vous en frappez une autre qui a rendu un son si doux que j’en ressens encore les joyeuses émotions. — « J’irai, me dites-vous, j’irai moi-même porter l’antienne », et vous commencez vos préparatifs pour l’été. Ah ! oui, venez cher ami, venez me porter cette antienne que j’attends avec tant de hâte et je vous garantis de l’entonner de toute la force de mes poumons et, tant que nous aurons le plaisir de vous avoir avec nous, notre cœur chantera de la joie que vous nous aurez donnée. Je vous en prie, faites-en sorte que rien n’empêche un si beau projet ! J’ai déjà annoncé votre promenade à plusieurs amis et chacun me félicite de l’avantage que j’aurais. Je vois d’avance les belles et bonnes journées que nous passerons ensemble, les petits voyages et grandes excursions, les réunions aux amis et les belles veillées où nous parlerons de la Normandie et du Canada. La chute de Shawenegan aura beau faire du tapage elle ne l’emportera pas sur les gais at home que nous aurons au presbytère.

2[...] Dans le cours de l’été nous avons fait des recherches sérieuses sur nos familles. M. le chanoine Caron, des Trois-Rivières, maintenant curé de Maskinongé, et M. France Desaulniers, député de Saint-Maurice à Ottawa, publient une histoire de Yamachiche. France Desaulniers voulant y insérer quelques notes généalogiques sur les familles fondatrices de cette paroisse, nous demanda ce petit travail que vous pourrez lire à la fin de l’ouvrage : la généalogie des familles Gélinas et Bellemare qui, en réalité, ne sont qu’une seule et même famille sous deux noms différents. D’après ces recherches, je suis toujours sous l’impression que le nom de Bellemare a été donné à l’un des Gélinas en souvenir du lieu originaire : le petit village de Bellemare (qui n’existe plus) dans les environs de Saintes, comme je crois vous l’avoir dit déjà. Le premier Gélineau ou Gélinas arrivé au Canada venait des environs de cette ville de Saintes ; la coutume alors de donner aux enfants des noms rappelant le vieux clocher, tout me porte à croire que c’est bien là la cause de ce changement de nom.

3Maintenant, si le nom qui a prévalu pour notre famille est celui d’un village saintongeais, pourquoi votre famille ne serait-elle pas originaire du même lieu et n’aurait-elle pas adopté ce nom lors d’une émigration en Normandie ? Rien ne s’y oppose.

4[...] Je me propose d’aller passer une partie de la semaine prochaine en haut de Montréal, en compagnie de M. Caisse, du Séminaire des Trois-Rivières, et de M. Gérin, de Saint-Justin. Mardi et mercredi, le 13 et 14, doivent se tenir à Sainte-Thérèse-de Blainville, dans les salles du collège, les séances de la Société d’industrie laitière de la Province de Québec. Les réunions de cette société se font une fois l’année, tantôt dans un endroit, tantôt dans l’autre ; elles ont le grand avantage de faire connaître le travail et les découvertes opérées dans cette industrie depuis la dernière réunion. Toutes les nouvelles améliorations sont alors discutées et l’assistance étant généralement nombreuse, venant de tous les points de la Province, toute la population profite du travail des plus ardents, de ceux qui ont le feu sacré. Cette industrie (beurre et fromage) est d’une si grande importance que c’est en elle que nous comptons pour enrayer le courant de l’émigration aux Etats-Unis. Déjà certaines paroisses ont obtenu des résultats absolument extraordinaires. Le Syndicat de la Baie du Febvre, dans le diocèse de Nicolet, représentant une quarantaine de fromageries, a vendu et exporté, du 15 avril au 15 novembre, 1892, plus de deux millions de livres de fromage donnant une recette dépassant $ 250,000. A Shawenegan, notre fromagerie du village a fabriqué dans la même période pour $ 9,000. L’année prochaine, au lieu d’une fromagerie nous en aurons quatre (c’est une de trop). C’est un peu le défaut de nos Canadiens de se jalouser les uns les autres ; dès que l’on s’aperçoit qu’un homme fait son affaire dans une industrie ou une autre, vite chacun voudrait en faire autant. Le malheur en est que, tout homme n’ayant pas le même talent d’administration, il arrive souvent des résultats tout opposés à ceux que l’on s’attendait. De plus, une fabrique qui paie bien, si elle est seule, donnera une recette moindre, quelquefois nulle si deux ou trois autres de même nature travaillent à ses côtés ; c’est élémentaire.

5Tout en restant dans le sujet, je suis loin de Sainte-Thérèse : j’y reviens ou mieux, je voudrais y aller. MM. Gérin et Caisse, M. Gérin surtout, sont des lumières dans le firmament agricole, ils veulent absolument que j’aille avec eux pour être leur satellite ou la queue de leur comète. Je suis tenté de le faire. D’abord, je n’ai jamais vu Sainte-Thérèse ; de plus quand j’aurai entendu les discours des maîtres dans l’art de traire les vaches, peut-être pourrai-je être utile à mes paroissiens en quelque manière.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search