Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, le 7 octobre 1892

Texte intégral

  • 1 La Libre Parole fut lancée le 20 avril 1892 par Edouard Drumont connu alors par le succès de son l (...)
  • 2 Le marquis de Morès fut l’un des principaux disciples de Drumont. Cet ancien élève de Saint-Cyr, q (...)

1[...] Je reçois toujours bien régulièrement vos journaux auxquels vous ajoutez quelques numéros de la Libre Parole de Drumont1. Elle a de la vie cette Libre Parole ; elle est ardente comme les livres de Drumont ; rien de surprenant qu’il ne soulève l’opinion ; il paraît bien sincère cet homme que l’on persécute parce qu’il est trop franc et s’il arrive quelquefois qu’il trompe, c’est qu’il est lui-même le premier trompé. Son coopérateur dans l’œuvre antisémite, M. de Morès, connu déjà, l’a été davantage depuis son duel avec Mayer2. Il n’est pas regrettable de voir un juif tomber sur le carreau, mais je n’approuve pas qu’il y tombe par le duel que j’ai toujours eu en horreur. Le duel, ici, est absolument inconnu. Il y a par-ci, par-là des coups de fouet donnés dans un moment de mauvaise humeur, jamais de coups d’épée et nous ne nous en portons pas plus mal et l’honneur n’en est pas plus mal traité. Il est parent avec Madame de Croÿ, me dites-vous. Contez-moi cela tout au long dans votre prochaine lettre [...]

Notes

1 La Libre Parole fut lancée le 20 avril 1892 par Edouard Drumont connu alors par le succès de son livre La France juive paru en 1886. Le sous-titre du journal — « La France aux Français » — indique immédiatement sa tendance. « Le journal vivait de ses campagnes antisémites, des scandales financiers qu’il dénonçait et de ses attaques continuelles contre les gouvernements et les parlementaires » (Histoire générale de la presse, op. cit., T. III, p. 344).

2 Le marquis de Morès fut l’un des principaux disciples de Drumont. Cet ancien élève de Saint-Cyr, qui démissionna de l’armée, épousa une riche héritière américaine, dont il dilapida la fortune dans des opérations aventureuses. Découvrant le livre de Drumont, il rend les Juifs responsables de tous ses déboires financiers et se forge une ligne de conduite qui le fait classer par son biographe américain, Robert F. Byrnes, comme le premier « national-socialiste » (Michel Winock, Edouard Drumont et Cie. Antisémitisme et facisme en France, Le Seuil, 1982, p. 59). En juin 1892, le marquis de Morès tua en duel le capitaine Armand Mayer, polytechnicien et juif alsacien. Plusieurs autres duels opposèrent des officiers d’origine juive et des antisémites notoires, après la violente campagne menée par la Libre Parole à propos des « Juifs dans l’armée » (Patrice Boussel, L’affaire Dreyfus et la presse, Colin, 1960, pp. 19-20).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search