Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 12 août 1892

Texte intégral

  • 1 Le système des cantons (townships) est le mode de division des terres que les Britanniques substit (...)

1Je me proposais de commencer hier la réponse à votre bonne lettre du 23 juillet, reçue, lue et relue avec un plaisir toujours nouveau, mais voilà qu’un vieux cousin au troisième degré arrive pour me ressasser les histoires qu’il me ressasse depuis bientôt vingt ans. — Bonjour ! Monsieur le Curé. Vous ne me reprocherez pas de venir trop souvent ; il y a bientôt trois mois que je n’ai pas descendu. — Bonjour l’ami ! Asseyez-vous et dites-moi ce qui vous amène par ces temps de chaleur et de travail. Vos foins sont-ils déjà rentrés ? — Bien non, pourtant, mais, voyez-vous, ma santé n’est pas est radinaire et je vais faire un vœu à Machiche, à la bonne Sainte-Anne. — C’est bien ! allumez ! Il faut vous dire que le vieux André Lajoie qui reste à Saint-Mathieu, juste à l’endroit où les hommes et les lièvres se disputent le territoire, est un type dans notre district. Elevé dans une famille à l’aise d’Yamachiche, établi par son père à Shawenegan, aux premiers jets de colonisation de notre township1, ayant une des terres les plus riches de la paroisse, il en a dépensé tout ce qu’il avait sous pieds et, l’année qui précéda mon arrivée à Shawenegan il s’était enfoncé dans la forêt dans le but, disait-il, d’établir ses enfants. D’un caractère absolument jovial, il n’a pas fait mentir son nom de Lajoie ; visité par toutes les maladies possibles et impossibles, il a porté la croix comme son patron et vous le voyez, aujourd’hui, malgré ses soixante et quelques années, s’avancer à travers la montagne, le dos en arbalète et les jambes en doubles-croches faire à pied des trajets de cinq à six lieues, là où un jeune homme peinerait à en faire la moitié autant. André allume, avec sa seule main valide, sa pipe qu’il a bourrée de son mieux dans ma boite à tabac. (L’hiver dernier, la maladie appelée ici « la fourchette » après l’avoir martyrisé pendant trois mois l’a rendu infirme et pour toujours de la main droite) et le voilà qui commence le récit de ses joies et de ses misères. C’est quelquefois à rire à en être malade ; d’autre fois ennuyeux à pleurer. Mais que faire à moins que d’écouter et d’approuver ? un peu comme dans vos colloques avec votre fameux président de fabrique qui, paraît-il, allume d’autre chose que sa pipe. André, lui, allume souvent sa pipe, mais pas autre chose et s’il arrive quelque fois que votre président se présente chez vous un peu éméché je puis dire qu’André vient toujours sans la mèche, mais dans son état normal. Pas sa faute, à lui, si le Bon Dieu l’a éméché dès le sein de sa mère.

2[...] Et maintenant avec vos 38 ans comme moi avec mes 46 ans nous nous apercevons qu’il n’en va plus comme aux premiers jours du ministère. Je me rappelle que l’hiver dernier un de mes braves paroissiens commençant sa soixantième année disait après s’être informé de mon âge : — M. le Curé, vous souffrirez plus dans les quinze années qui vous restent pour arriver à soixante que vous n’avez souffert pendant les quarante-cinq années que vous avez maintenant, et... je le crois. Fiat Voluntas Dei ! Bien content encore que nous ayons le temps pour souffrir. Combien de nos confrères, de nos amis, nous ont quittés sur la route et nous ont devancés au ciel [...] De sorte que sur huit, quatre seulement travaillent encore pour le Ciel et nous sommes éparpillés à droite et à gauche : un au diocèse de Chicoutimi, un au diocèse de Nicolet et le bon Verville et moi. Il est bien vrai qu’il y en a un neuvième, mais celui-là nous le comptons pas ; il a été si peu de temps avec nous, un an ou deux. Entré dans notre classe en rhétorique, il s’en alla l’année suivante terminer je ne sais où. Il est curé maintenant au bout du monde dans l’Ouest américain. C’est chez les Yankees qu’il exhibe tous les jours l’immense venter dont la nature l’a gratifié. C’est une énormité. Il est aussi gros que le chantre et forgeron de Saint-Mathieu, le père Riopel. Figurez-vous ces bons hommes en plâtre servant de pots à tabac ; ils ont les jambes courtes ; une grosse tête avec une large bouche armée d’un bougon de pipe et vous avez là de quoi faire une de vos bonnes photos.

3[...] Pendant tous ces temps-ci je suis presque toujours seul : M. Poirier, tantôt à Saint-Mathieu, tantôt ici ou là pour l’œuvre de son presbytère ne vient à Shawenegan pour ainsi dire qu’en promenade. Aujourd’hui, il est aux Trois-Rivières, hier il était à Saint-Mathieu, avant-hier à Saint-Barnabé. Demain où sera-t-il ? Dieu le sait. Il se dévoue absolument à son œuvre ; son presbytère est passablement avancé ; c’est une jolie maison de 28 pieds par 32 à deux étages ; elle a une bonne apparence et donnera un logement bien confortable au curé à qui écherra la cure de Saint-Mathieu. Vous dire la joie qu’il a éprouvée quand je lui annonçai que vous vous réserviez quatre billets de sa loterie ! Qu’il en était fier ! et il en publie partout la nouvelle. Il a raison, en effet, ce n’est pas tous les jours que de braves Curés de France viennent s’unir à nous pour travailler dans la forêt. En son nom et au mien je vous remercie le plus cordialement possible de votre charité. A chaque lettre je vous tiendrai au courant de cette fondation.

4Pendant que M. Poirier fonde à Saint-Mathieu, nous transformons à Shawenegan. Notre fromagerie qui, cette année, va donner à la paroisse un revenu d’au moins $ 9,000 est à la veille de subir une métamorphose. $ 9,000 c’est bien beau mais nous voudrions plus et voici que M. Héroux, un de nos riches, ne sachant que faire de ses capitaux, va l’acheter pour en faire une beurrerie. Ce monsieur nous affirme qu’avec la même quantité de lait, le beurre donnera une recette bien supérieure ; nous l’avons cru et nous sommes tous décidés à vendre. Si aucun obstacle ne survient d’ici à une quinzaine de jours la vente est faite. Ainsi vont les affaires : ce qui valait beaucoup hier perd de sa valeur aujourd’hui. Cela n’empêche pas que notre fromagerie a fait son œuvre. Notre but était d’aider à l’amélioration de la culture, celle-ci était devenue plus que routinière, et dire à nos gens : vous ne savez pas cultiver ! De quoi se mêle-t-il celui-là ? Croit-il que c’est sur les bancs du collège que l’on apprend à manier la charrue et à promener sa faulx à travers les foins et les grains. Il fallait arriver de côté, comme l’on dit, et leur faire faire ce qu’il faut sans que ça paraisse. Et c’est par la fromagerie que nous avons réussi. Je dis réussi, et je ne crois pas me tromper. Il n’y a que cinq ans qu’elle donne de l’argent aux patrons et déjà la culture n’est plus la même. Quelle relation, me direz-vous, entre le fromage et la culture. La voici : le fromage payant bien, l’habitant élèvera des animaux ; ces animaux pour donner du profit seront bien nourris, toujours gras ; ils donneront une grande quantité d’engrais qui répandus sur les terres en doubleront la valeur en dix ans. De plus, la quantité d’animaux augmentant, il faudra plus de pacages ; la terre se reposant donnera un double revenu après deux ou trois ans même sans entrais et voilà comment nos gens commencent à comprendre que dans la culture comme dans toute chose l’intelligence vaut le travail et, je l’espère, notre paroisse va s’enrichir parce que l’on cultivera avec intelligence. La moisson encore verte donne de bonnes espérances ; les foins sont en partie rentrés. Les pluies de ces dernières semaines ont retardé beaucoup la fenaison et il y en a qui craignent de ne pouvoir tout serrer en ordre. J’en vois qui comptent sur une dizaine de milles bottes et qui n’en ont encore que 3 ou 4,000 d’entrées ; pendant ce temps-là le foin mûrit et trop mûr il ne vaut pas grand’chose [...]

Notes

1 Le système des cantons (townships) est le mode de division des terres que les Britanniques substituèrent à la seigneurie à compter de 1791.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search