Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, le 3 avril 1892

Texte intégral

1[...] Je recevais tantôt la visite d’adieu d’un de mes paroissiens, le père Lambert : il part demain avec toute sa famille pour s’en aller dans les plaines du Manitoba, à cinq ou six cents lieues d’ici, dans l’espoir de trouver là le confort et l’aisance qu’il ne peut espérer dans nos vieilles paroisses de 40 ans. A vrai dire, ce n’est pas lui, non plus que sa vieille, qui désire ce changement de demeure. Le père Lambert très attaché à Shawenegan, et sans trop dire à son curé, quitte le pays les larmes aux yeux et la mort dans l’âme. Il disait au notaire, tout-à-l’heure, qu’il préférait s’en aller en arrière de l’église, c’est-à-dire au cimetière, plutôt que de s’en aller au Manitoba ; mais il est amené là par son garçon qui gère le bien paternel. Celui-ci fera-t-il mieux là-bas qu’il n’a fait ici ? Je lui souhaite ; mais je crains beaucoup que pauvre administrateur à Shawenegan ne soit pauvre administrateur dans les prairies de l’Ouest. Il y a un courant, une fièvre, pour le Manitoba comme nous n’en avons pas encore vue. Le R.P. Blais, des Oblats de Marie Immaculée, missionnaire au Nord-Ouest canadien depuis une dizaine d’années est au pays depuis janvier, recrutant des colons pour ses vastes plaines. Les missionnaires craignent l’élément anglais d’Ontario qui envahit tout, et pour faire contrepoids à ces protestants, il font de la propagande dans la province de Québec. Le P. Blais a si bien réussi qu’il part, me dit-on, mardi, le 5, avec une couple de cents colons et qu’il se propose de revenir à l’été tendre de nouveau sa ligne dans les eaux canadiennes-françaises. Le Père Blais est une vieille connaissance. Natif d’Yamachiche, élevé à quelques arpents de chez nous, il fut à Nicolet en même temps que moi ; ses études terminées, il passa quelques années dans le monde et finit par entrer dans l’Ordre des Oblats où il se distingue maintenant. Il m’a promis une visite l’an prochain.

2Pour en revenir à mon père Lambert, je regrette réellement de le voir partir ; mais en fin de compte je préfère qu’il s’en aille au Nord-Ouest, sur le sol canadien, que dans les Etats de la Nouvelle-Angleterre qui engloutissent à chaque année tant de nos pauvres Canadiens.

3[...] Lundi, 4 avril. - M. Poirier, en mission à Saint-Mathieu, ne devait être de retour qu’aujourd’hui : une infirme qu’il devait faire communier ce matin a préféré remettre sa communion à la mission prochaine et M. le vicaire fut de retour hier soir. Il ne retourne qu’à Pâques, de sorte que, pour les fatigues de la Semaine Sainte, nous les essuierons à deux et ça n’y paraîtra pas. Il se taille de l’ouvrage pour l’été prochain, M. Poirier, mon vicaire. Il a entrepris la construction d’un presbytère pour recevoir aussitôt que faire se pourra, un curé résidant à Saint-Mathieu. C’est, ordinairement, construction facile que celle d’un presbytère ; mais il n’en va pas de même à Saint-Mathieu. Pays pauvre et n’ayant pas le sou, il faut que le missionnaire soit tout et pour ce qu’il ne peut faire, il s’adresse à la charité pour le faire faire. Déjà plusieurs personnes charitables lui ont ouvert la main : MM. Rousseau, Héroux, le docteur Fiset, le notaire De Varennes et quelques autres lui ont fait des dons généreux, mais cela ne suffit pas. M. Poirier a un projet que j’approuve très fort : nous avons-là, à Saint-Mathieu, une terre de 110 arpents de superficie appartenant à la fabrique. Cette terre, vu sa position, nous est absolument inutile, d’autant plus que nous en avons une autre de meilleure qualité, près de la chapelle. Nous avons obtenu de Monseigneur la permission de la vendre et M. le Secrétaire de l’évêché s’est adressé à Rome pour faire approuver le permis de l’Evêque et rendre à l’état civil ce lieu ecclésiastique. Du moment que Rome aura parlé affirmativement, nous commencerons une loterie et nous répandrons les billets dans les paroisses qui nous entourent et dans la ville des Trois-Rivières. Avec le revenu de cette loterie, j’ai l’espoir que nous pourrions facilement terminer cette construction nécessaire, et dans une année ou deux un curé ira résider au milieu de ces pauvres gens et encourager la colonisation [...]

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search