Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, 3 mars 1892

Texte intégral

  • 1 Par ordre de l’évêque, les prêtres ne peuvent admettre à la communion les enfants qui n’ont pas su (...)

1[...] Tout à l’heure, je viens de terminer mon catéchisme dans nos pays trop peu dévots [...] ça leur semble dur, au moins à quelques récalcitrants, d’envoyer leurs enfants au catéchisme pendant deux ans selon les ordonnances épiscopales1 ; mais ils s’y décident tout de même (quand on pense que nous autres, au pays natal, comme de vrais Canadiens bien religieux, nous apprenions à épeler le catéchisme comme à porter nos premières culottes ; que les temps ont changé !) [...] Je suis tout satisfait de leur application, à tous ces petits néophytes, et je le leur témoigne ; mais la séance est levée, je les renvoie par ce temps de soleil et de vent glacial où il fait bon courir, qui dans le village, qui à Fontaine, qui à Sainte-Colombe. J’ai là un petit régiment de 25 à 30 bonshommes et petites bonnes femmes qui, un an ou deux après leur première communion, sinon plutôt (et c’est la vérité crue, dure, âpre et triste !) se dépêcheront d’imiter leurs parents et, pour la plupart, n’apparaîtront à l’église qu’aux grandes fêtes. Je leur répète, je leur radote, je leur ressasse toujours, aux beaux jours de la première communion, qui se célèbre si solennellement, et avec une belle affluence de fidèles, je leur redis toujours la même exhortation : communion aux fêtes et assistance à la messe le dimanche [...] Chaque génération de ces bambins aimés me promet d’en tenir compte et les parents même s’y engagent, mais leur petit correctif : « autant que faire se pourra » vient gâter tout ; et le fait est que le nombre des fidèles aux offices n’augmente pas [...]

  • 2 Cette petite salle porte le nom de « chambre de charité » ; les frères y déposent leurs affaires ( (...)
  • 3 La dépopulation des campagnes gêne incontestablement le recrutement des charitons ; les jeunes par (...)

2La semaine dernière, c’était à mon tour de me rendre à l’église d’Ecardenville pour y célébrer un service funèbre, tandis que le curé en célébrait un autre ; et à la suite, vers midi, les frères de la Charité et nous deux nous revenions à Autheuil prendre là, dans une petite salle2 qui appartient à cette confrérie de charité, un repas qu’ils appellent leur dîner de Fête des Rois. Ç’aurait presque pu s’appeler déjeuner de Mardi Gras ; mais ils n’y regardent pas de si près, pourvu qu’on dîne. Elle est curieuse dans ses statuts, cette vieille confrérie de deux cents ans, statuts qu’on ne suit guère et qu’on ne peut guère suivre, dans ses habitudes, son costume et tout le reste. (Leur) tenue est presque toujours digne, surtout maintenant, pour ne plus parler des petits écarts qui se sont produits et des quelques frères qu’on a vus jadis, après un trop copieux festin, tituber le long des rues [...] La faute, alors, en était surtout à ce que ceux qui s’y étaient engagés, pour un an ou pour deux ans, ne pouvaient ou ne daignaient faire leur service eux-mêmes, mais envoyaient à leur place des commis qui ne voyaient dans ces réunions que des occasions de faire gueuleton [...] Maintenant, il est vrai qu’ils ne peuvent plus recruter autant de membres3 [...]

Notes

1 Par ordre de l’évêque, les prêtres ne peuvent admettre à la communion les enfants qui n’ont pas suivi deux années de catéchisme, gage de formation religieuse.

2 Cette petite salle porte le nom de « chambre de charité » ; les frères y déposent leurs affaires (chaperons, croix, drap funéraire, etc.), ils peuvent aussi s’y réunir.

3 La dépopulation des campagnes gêne incontestablement le recrutement des charitons ; les jeunes partant souvent pour la ville voisine ne sont plus disponibles, et un travail d’ouvrier n’autorise pas la même liberté d’organisation de son temps et rend difficile de se libérer pour assister aux obsèques.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search