Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 28 janvier 1892

Texte intégral

1[...] M. Poirier travaille hardiment aujourd’hui dans sa mission de Saint-Mathieu. Parti deux jours il est en tournée pastorale parmi ses gens. Sa visite paroissiale commencée à Noël n’a pu être terminée à cette époque : une pluie malencontreuse l’obligea de s’en revenir avant de l’avoir complétée et il voudrait cette fois ne revoir Shawenegan qu’après avoir visité chacune de ses ouailles de la montagne. Il est bien courageux et bien zélé mon nouveau vicaire ; il se donne à son œuvre avec une âme vraiment sacerdotale, apostolique ; il faut le retenir. Avec cela d’une aménité de caractère et d’un esprit de soumission vraiment aimable. Sa présence au presbytère loin d’être une gêne continuelle comme il arrive quelquefois avec certains vicaires, est un agrément. Toujours gai, toujours content, animé de l’esprit sacerdotal, je n’ai que des éloges à lui adresser et je remercie le Bon Dieu de m’avoir gratifié d’un aide aussi qualifié. Il est à Saint-Mathieu, vous ai-je dit ; il fait sa visite de paroisse et cela à travers une tempête de neige, non pas, il est vrai, accompagné de vent et de poudrerie ; mais une neige épaisse qui obstrue les chemins et qui, fondant sur les habits, rend le travail des plus incommodes.

2La visite de Shawenegan fut faite avant Noël, à l’exception du village que je n’ai visité qu’après le Jour de l’an. Je visite généralement la campagne un peu à bonne heure pour éviter les inconvénients de la neige et cette année j’ai pu éviter facilement ce dit inconvénient. Au 20 décembre, nous voyagions encore en voiture d’été et jusqu’après les Rois notre hiver était un hiver de Normandie : pas de froid, pas de neige. C’en était incommode tant c’était doux. Cette assertion vous prête à rire, pourtant elle est vraie dans toute son étendue. En effet nos habitants habitués à nos hivers précoces disposent tout leur travail sur les habitudes des années passées : charroyage de bois pour le chauffage des maisons, charroyage de foin et de paille pour les étables ; travail dans les chantiers pour le bois de commerce, etc.,etc., tout cela chôme tant que le froid n’a pas gelé les encombreuses savanes marécageuses de nos forêts et qu’il n’y a pas un pied de neige pour faire des chemins passables. Aussi, me dit-on, plusieurs de nos entrepreneurs de chantiers craignent de ne pas pouvoir livrer la quantité de bois promise dans leurs contrats. Depuis les Rois la neige est tombée assez abondante pour être utile ; nous avons eu quelques jours de froid, mais cela n’empêche pas que nous considérons notre hiver comme l’un des plus doux depuis nombre d’années. Le fleuve Saint-Laurent qui a coutume d’avoir son pont de glace à la mi-décembre a retardé d’un mois ; ce n’est que la semaine dernière qu’une traverse a été balisée entre Trois-Rivières et les paroisses du sud.

3[...] Après Noël, le Jour de l’an et celui-ci annoncé la veille au soir par les chantres de la Gygnolée. Nous avons cette année plusieurs pauvres au village et dans les concessions. A ces pauvres, il faut du bois, du pain et de la viande et de plus pour leur Jour de l’an quelques bonbons pour que leurs enfants jouissent un peu de la joie de tout le monde. Pour cet effet j’ai demandé de courir la Gygnolée dans les divers rangs de la paroisse pour les pauvres et c’est ce qui fut fait. Vingt à trente jeunes gens et avec eux trois ou quatre personnes âgées pour la sauvegarde du bon ordre parcourent les maisons de leur arrondissement. Celui qui marche en tête tient un bâton surmonté d’un cœur de bœuf, de mouton, et chante dès qu’il arrive à une maison, le traditionnel : « Bonjour le maître et la maîtresse. Et tous les gens de la maison ; nous avons fait une promesse de venir vous voir une fois l’an. » Il était 8 heures et demie du soir quand cette troupe chantante fit irruption au presbytère. Défense à eux de s’asseoir ; ils chantent en faisant le tour de l’appartement où ils sont reçus, le chef se tenant gravement au milieu de ce cercle ambulant. Je me fais répéter leur chanson pour m’assurer qu’ils la savent bien, leur donne la charité demandée et les voilà qu’ils partent en chantant : « Allons-nous-en, mes compagnons. Nous sommes ici chez de bons garçons. » Quand la charité leur est refusée les goguenards changent le « bons garçons » du dernier vers en « polissons » ou d’autres qualificatifs en « ons » plus ou moins caractéristiques. De là, souvent, mauvaise humeur quand il n’y a pas plus. Imaginez-vous donc que la semaine dernière sur un des derniers Patriote de Normandie (toujours les bienvenus) j’ai trouvé tout un article sur le chant de la Guillannée. La Gygnolée au Canada, les Eguilas dans le Perche, et les Aguignettes et la Guillannée dans la Normandie, c’est tout un. Le nom a un peu varié, mais la coutume est la même, puisque d’après le Patriote « toute la marmaille normande aussi bien que celle de Gascogne s’en va les répétant de ferme en ferme le soir de la Saint-Sylvestre en allant quérir ses étrennes. » Dans nos pays, nous en profitons pour exercer notre peuple à la charité et tant que cette procession se fait convenablement nous l’encourageons ; mais du moment qu’il s’y mêle quelque désordre, comme boisson, alors, défense de continuer et cette défense n’est levée qu’après un grand nombre d’années. C’est comme cela qu’il arrive que certaines de nos connaissances assez âgées n’ont jamais assisté à ces processions, ni entendu ces chants. Les collectes ont été abondantes et nos pauvres sont assurés contre la misère pour jusqu’à l’été prochain [...]

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search