Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 15 novembre 1891

Texte intégral

1[...] J’avais chez moi, ces jours derniers, deux Révérendes Sœurs de la Providence, directrices de l’Hôpital des Trois-Rivières : ces bonnes Sœurs venaient à Shawenegan pour y placer des billets d’une loterie qu’elles font pour liquider la dette de l’hôpital qui a coûté paraît-il $ 40,000 (250,000 F.). Elles peuvent loger deux cents malades, infirmes, pauvres, enfants trouvés et les miséreux et misérables de toutes catégories. Elles font là une œuvre splendide et Monseigneur Laflèche les protège autant que les moyens restreints de notre pauvre et petit diocèse le permettent. Elles venaient donc placer dans Saint-Etienne d’abord et dans Shawenegan ensuite leurs billets et leurs faveurs. Nos deux paroisses sont les premières visitées et, ma foi ! elles ont fait leur devoir : 250 billets à Saint-Etienne et près de 300 à Shawenegan ! Les Sœurs ne peuvent taire leur satisfaction et, contentes de ces prémices, elles retournent chez elles annoncer à leurs compagnes quelle ample moisson elles ont faite. C’est la deuxième fois, cette année, que les bonnes Sœurs viennent quêter à Shawenegan [...]

2Dans les jours où le Puer natus erat à Gaspard, un vicaire datus erat à Shawenegan dans la personne de M. l’abbé Joseph-Ernest Poirier, prêtre ordonné à l’Assomption dernière. Ce ne fut qu’à la fin de septembre et trop tard pour vous le dire dans ma dernière lettre que je reçus la nouvelle officielle de la nomination de ce Monsieur comme vicaire ici et comme desservant de la paroisse de Saint-Mathieu. Depuis la dernière visite de Monseigneur il était grandement question de ramener la desserte de Saint-Mathieu à Shawenegan. Il est plus facile pour ces exilés de traverser la montagne pour venir ici que pour aller à Saint-Elie et Monseigneur prenant leur requête en considération se décida enfin et me dit que M. Poirier serait chez nous au commencement d’octobre. Content d’avoir un vicaire (la vie à deux est toujours plus agréable) j’en avais fait une expérience si belle dans les sept années passées avec Adélard, je ne laissais pas que de craindre un peu. La vie à deux est bien agréable, c’est vrai ; mais il faut pour cela la sympathie de caractère, bonne volonté et grand désir de vivre dans l’union. Ces craintes se sont vite évnouies. Je ne connaissais M. Poirier que pour l’avoir vu une fois. De tous côtés on me faisait son éloge, mais enfin je ne le connaissais pas. Comment vivrons-nous ? Parfaitement ! M. Poirier est un homme d’esprit qui comprend très vite sa position et qui sait qu’un vicaire est un aide au curé et non un autre curé. Je l’ai installé dans la chambre d’Adélard où il travaille, où il fume, où il s’amuse avec un gentil petit oiseau qu’il s’est apporté des Trois-Rivières. Nous passons ensemble nos récréations et les temps libres et notre ciel est clair ; c’est un second Adélard.

3Il est absent aujourd’hui ; parti hier pour Saint-Mathieu où il doit diriger le travail de ses habitants dans le défrichement du terrain de la chapelle. Charles qui l’a conduit me rapporte le peu de zèle des publicains de Saint-Mathieu. Sur vingt-quatre qui avaient promis une journée de corvée six seulement ont répondu à l’appel. C’est toujours ce qui a fait défaut à cette paroisse : le manque de zèle, la crainte d’en faire toujours trop et l’espérance que la becquée leur sera toujours donnée sans qu’ils s’occupent de la chercher. Je vous ai déjà dit le travail d’Adélard dans ce canton, les collectes qu’il fut obligé de faire ici et là pour bâtir une chapelle et leur donner un temple où le Bon Dieu put loger convenablement. La chapelle fut construite, jolie, coquette, et pas un centin ne fut demandé à la bourse de ces bonnes gens qui n’eurent qu’à s’enfoncer bien avant les mains dans les poches pour critiquer plus à leur aise au lieu de remercier le prêtre de s’être dépensé pour eux. Certainement que parmi eux il y a de nobles exceptions, mais le nombre est grand de ceux qui aiment mieux avoir que faire. Et par ce que je connais de M. Poirier, par les quelques semaines de son séjour ici, il est animé du même zèle qu’Adélard. Déjà il leur a annoncé que lui-même ferait à chaque dimanche de mission — (la mission se fait à tous les deux dimanches) — l’école à leurs petits enfants ; qu’il leur enseignerait la lettre du catéchisme, etc. Hier il partait par un froid assez rigoureux — (le premier de la saison) — franchissant les trois lieues de montagnes et vilains chemins pour aller les encourager dans leur travail, espérant voir la masse de ses paroissiens la hache et la pioche en mains pour éloigner la forêt de la chapelle, éloigner par-là même le danger des feux du printemps et donner aux terrains de l’église un aspect plus agréable ; et il est presque seul ! Il doit revenir aujourd’hui ; j’ai hâte de connaître ses impressions [...]

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search