Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 4 septembre 1891

Texte intégral

  • 1 La culture populaire est sans égards pour l’orateur sacré Bourdaloue (1632-1704) en prêtant son nom (...)

1C’est au sortir de votre retraite que vous me décrivez si bien que vous commencez votre lettre ; c’est au sortir de la nôtre que je commence celle-ci. Il n’est pas nécessaire de vous dire l’intérêt que m’ont donné les détails sur votre semaine passée au Séminaire d’Evreux, loin du tumulte des hommes, près de Dieu. Et ces détails, je les ai aimés d’autant plus qu’ils sont une peinture fidèle de nos retraites ecclésiastiques, surtout de celles d’autrefois, avant la division du diocèse des Trois-Rivières. Alors nous nous réunissions 140 à 150 prêtres, tandis que maintenant nous sommes à peine 60. Quelle joie de revoir les anciens confrères, de se réunir aux amis de notre temps, des contemporains, comme nous disons ici ! Que de petits vols faits au Bon Dieu pendant les temps libres où, sans oublier les affaires de son âme, nous n’oublions pas non plus de faire revivre les jours heureux du collège et du séminaire ! Que de fois j’aime à me rappeler ces bons temps libres des retraites faites à Nicolet (avant la division, la retraite fut toujours à Nicolet, moins une couple de fois). On nous mettait, les jeunes, au dortoir des petits ou des moyens ; chacun de nos lits était séparé du voisin par un rideau en indienne, mince cloison facile à faire disparaître ; aussitôt nos offices terminés, nos examens de conscience consciencieusement faits, les rideaux se tiraient. Un, deux, trois amis se réunissaient ; la boite à tabac sur la table, la pipe au bec, le Bourdaloue1 servant de crachoir, nous faisions rapport de nos prouesses dans le ministère et qui avec une histoire, qui avec une autre, les heures s’écoulaient bien trop rapides et la retraite terminée nous retournions tranquilles, contents, heureux, nous remettre de nouveau à travailler dans le champ du Seigneur. Alors aucune préoccupation n’était là pour nous distraire ; c’était l’âge d’or.

212 septembre. Quelle semaine, mon cher ami, nous venons de passer ! Notre pauvre Hermine, la femme de Charles Carie, après une assez longue maladie, nous a quittés pour un monde meilleur ! Nous nous attendions à ce dénouement, mais il est arrivé bien plus tôt que nous le croyions. Elle avait quitté le presbytère il y a près de deux ans (je ne sais si je vous l’avais dit dans le temps) Le Bon Dieu lui avait donné la joie d’un petit garçon et elle s’en alla avec Charles dans le voisinage du presbytère sur un emplacement leur appartenant ; de là Charles venait tous les jours faire sa besogne chez moi et Hermine se livra à toutes les joies de sa maternité et aux obligations qui s’en suivent. Au mois d’avril dernier, une petite sœur fut donnée au premier garçon. Des relevailles difficiles et une imprudence déterminèrent une maladie que ni les soins du médecin, ni l’affection des siens ne purent contrôler. Un peu de froid contracté pendant qu’elle était encore trop faible amena une oppression fatigante à laquelle vient se joindre une enflure qui augmenta rapidement jusqu’à l’hydropisie. Peu souffrante elle eut tout le temps une confiance sans borne que sainte Anne allait la guérir. Notre grand pèlerinage à sainte Anne devait se faire le 18 août ; c’était pour elle une fête d’y aller, espérant revenir parfaitement guérie ; par des retardements imprévus, ce pèlerinage fut remis au 8 courant. Comprenant l’impossibilité d’attendre jusque là, elle me dit qu’elle irait à Sainte-Anne-d’Yamachiche demander sa guérison. Sept lieues à faire en voiture pour cette pauvre malade qui pouvait à peine se traîner dans la maison ! Mais elle avait tant d’espoir que nous consentîmes à la laisser partir. C’était vraiment à tirer les larmes quand elle s’embarqua pour Yamachiche. Quand son père la vit, rendue chez lui, à Yamachiche, il était convaincu qu’elle ne reviendrait à Shawenegan, tant elle était faible. Epuisée, étouffée par l’oppression, accablée par l’hydropisie, on la mit plus morte que vive dans un lit où elle put reposer suffisamment pour entreprendre le voyage à l’église d’Yamachiche. Là, elle était attendue par les parents qui communièrent avec elle et pour elle. Sa confiance en sainte Anne eut de suite sa récompense ; elle nous revint le même jour sans fatigue et si bien, que, véritablement, nous la croyions guérie ; ce n’était qu’un encouragement. Le surlendemain elle devint plus mal et passa toute la semaine dernière affaiblissant tous les jours. Pourtant rien ne nous faisait prévoir une mort prochaine quand samedi une assez grande faiblesse nous donna des craintes. Je l’avertis du danger ; elle demanda le Saint Viatique qui lui fut apporté immédiatement et qui fut suivi de l’Extrême-Onction et de l’indulgence plénière in articulo mortis. J’allais la voir plusieurs fois dans l’après-midi ; et le soir, avant de me coucher, j’y retournai de nouveau et m’en revins dans l’espoir que cette vie qui nous était si chère lui serait conservée quelques jours encore et m’endormis tranquille. A peine une heure s’était-elle écoulée que Charles arrive à la course au presbytère et me dit que la malade est au plus bas, j’y cours et, en effet, il n’y avait pas à se dissimuler la gravité de son état ; je lui fis faire son acte de résignation à la volonté du Bon Dieu, l’offrande de sa vie en union avec Jésus mort en croix pour nous et pendant une heure elle ne cessa de s’offrir à Dieu et de se recommander à la miséricorde du Sauveur. Pendant que nous récitions des prières elle parut s’endormir, ses lèvres ne pressaient plus comme à l’ordinaire le crucifix que je lui présentais et à 1 heure dimanche matin, le 6 septembre, elle s’éteignait doucement, après une agonie bien douce aussi, d’environ une heure.

3Je n’ai pas besoin de vous décrire la douleur de ce bon Charles ni la mienne. Ayant vécu ensemble pendant mes vacances d’écolier et de séminariste, j’avais commencé à apprécier ses vertus, sa bonté et son grand esprit d’ordre et d’administration. Pendant quatorze ans à mon service, son dévouement ne faiblit jamais. Tertiaire depuis la fondation du Tiers-Ordre dans la paroisse, elle mourut revêtue des livrées de saint François d’Assise et tenant allumé dans sa main le cierge de sa prise d’habit. Ses funérailles ont été bien consolantes ; malgré la moisson qui presse, l’église était remplie et au-delà de 130 tertiaires ont fait la Sainte communion à son intention [...]

4[...] Gaspard attend du nouveau sous peu et, paraît-il, le mois de septembre ne se passera pas sans qu’un premier-né ne vienne réjouir la famille. C’est une bénédiction du patriarche Jacob qui commence ; quand finira-t-elle ? C’est Gaspard qui est fier de se voir bientôt père de famille et qui brûle de voir le jour où il pourra se nommer papa. Pourtant sa joie n’est pas sans être mêlée d’un peu de crainte et d’inquiétude au sujet de sa femme. La joie de recevoir de Dieu son premier-né, ne sera-t-elle pas accompagnée de la peine de voir son épouse exposée à quelque maladie grave, terrible même ; et ce berceau n’aura-t-il pas pour compagnon un cercueil où reposera la mère victime de son premier enfant ? peut-être encore deux cercueils, un pour la mère et l’autre pour l’enfant ? [...]

Notes

1 La culture populaire est sans égards pour l’orateur sacré Bourdaloue (1632-1704) en prêtant son nom à un vase de nuit. Cf. N.-E. Dionne, Le parler populaire des Canadiens français, op. cit.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search