Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, le 9 juillet 1891

Texte intégral

1[...] Dans notre Canada si froid, le froid ne nous a pas été contraire. Beau mois d’avril, beau mois de mai, trop beau mois de juin. Des gelées, il est vrai, par-ci, par-là, en mai, mais nous en sommes coutumiers. Ce à quoi nous ne nous attendions pas, c’était la sécheresse. Pas de pluie ou mieux, peu de pluie depuis avril ; la récolte de foin sera plus que médiocre. Les graines ont mille peines à sortir de terre et pourtant nous avons encore l’espoir d’une bonne moisson. A la sécheresse s’est ajouté le fléau des feux de forêts. Vous ne connaissez pas, dans vos pays tout défrichés, où vous ne conservez les forêts que pour l’ornement, ces désastres que l’on appelle feux de forêts. A Shawenegan, je ne peux me plaindre trop, pourtant que de dégâts dans notre montagne au nord de notre paroisse. Pendant huit jours je fus appelé je ne sais combien de fois pour aller faire les prières de l’église aux endroits où le feu portait davantage. Vous ne connaissez peut-être pas cette coutume de nos Canadiens d’avoir le prêtre pour arrêter le feu, pour éteindre les incendies. Leur foi est si souvent récompensée qu’aussitôt le feu allumé quelque part devient-il à redouter, qu’il faut avoir le prêtre. Or, à chaque printemps, le feu étant mis aux abattis des terres neuves, s’il arrive une sécheresse, ces feux deviennent des calamités : le moindre vent pousse ces feux dans les forêts et bientôt le brasier devient général. Vite ! au curé ! et vous voilà partis à travers champs, savanes et forêts pour circonscrire par la Benedictio loci du Rituel et par l’eau bénite, ces feux dévastateurs.

2En plusieurs circonstances j’ai été témoin (et tous nos prêtres peuvent en dire autant) de faits absolument remarquables. Deux faits parmi nombre d’autres. Il y a quelques années l’on vient me quérir à bride abattue pour un feu de montagne qui menaçait tout le 4ème rang. Nous pénétrons dans la forêt, où la flamme s’avançait par rouleaux ; image frappante de l’enfer ; nous nous rendons pour la prière à quelques pieds seulement du feu qui arrivait sur nous avec furie. La prière terminée, je jette sur le feu quelques gouttes d’eau bénite. Vous dire l’émotion que j’éprouvai, c’est plus que je ne peux faire. A peine l’eau bénite eut-elle touché ce brasier ardent qu’il se produisit comme une explosion et de suite la flamme commença à se reverser sur elle-même, et, je le crois, pas une feuille, pas un brin d’herbe qui n’avait pas été touché par la flamme, le fut par la suite. Le feu s’arrêta là et le lendemain il n’y avait plus que de la fumée. Ce printemps je suis appelé pour empêcher le feu de brûler une grange située en pleine forêt et entourée de flammes. Quand j’arrivai le feu était rendu à six pieds environ d’un des côtés de cette grange ouverte à tous les vents et n’ayant pour pontage qu’une épaisse couche de paille. Le vent était violent et poussant sur la grange. Les bénédictions faites, mon habitant suspendit son scapulaire à l’un des poteaux de la dite grange et vite ! il nous fallut détaler ; le feu nous entourait si bien que nous dûmes passer en courant à travers une épaisse fumée un chemin d’une couple d’arpents. Encore cette foi le feu s’arrêta et ne dépassa pas la borne où l’eau bénite avait touché et la grange fut sauvée ! N’est-ce pas que le Bon Dieu récompense bien la foi de nos pauvres gens ? Aussi, comme ils y vont dans ces circonstances, c’est véritablement la foi qui n’hésite pas.

3Je viens de relire ces quelques pages ; c’est insipide ; mettez-y du sel pour leur donner de la saveur. Je continue. Hier soir j’avais chez moi le Dr Fiset, qui, après une partie de croquet, était resté pour faire la veillée au presbytère. Belle soirée ! [...]

4Votre fidèle Semaine religieuse nous a donné ces détails que vous complétez dans votre bonne lettre. En passant dites-moi donc quel est l’auteur de ce rapport de la visite pastorale de votre évêque ? Savez-vous qu’il est bien fait ce rapport ! Je l’ai lu par ligne, carte en main et je ne sais ce que je dois le plus admirer ou du travail de M.M. les Curés donnant à leur évêque l’histoire de leur paroisse (celui de M. Jeannin, entr’autres) ou la fidélité du rapporteur à analyser ces études et à décrire la pompe des cérémonies. Chez nous les choses se passent plus simplement. Comme je vous l’ai écrit déjà : grands préparatifs extérieurs, drapeaux, pavillons, inscriptions, de tout, pour donner de l’éclat à la fête ; mais à la maison, au presbytère, grande intimité avec l’évêque ; c’est le père visitant son enfant, c’est l’enfant recevant son père et Monseigneur que nous vénérons est l’homme du monde le plus facile à recevoir. Il était accompagné du R.P. Frédéric de Ghyvelde, franciscain dont je vous ai déjà parlé. Jusqu’au lendemain midi les offices furent les mêmes qu’aux visites ordinaires. Bien que ce fut dimanche, Monseigneur donna congé pour les vêpres et toute la paroisse de même que beaucoup des paroisses voisines se rendirent à la maison de la Baie de Shawenegan où Monseigneur devait donner l’instruction, avant de traverser pour aller bénir la croix élevée sur une des hauteurs environnant la chute [...]

5A la croix, Monseigneur donna un nouveau sermon, fit la bénédiction et à 5 heures et demie nous étions de nouveau à la maison de la Baie. Quelques minutes de repos encore et nous voilà en route pour le presbytère précédés comme à l’arrivée par nos volontaires à cheval. A 6 heures et demie au presbytère : souper et Mois de Marie. Je ne fus libre qu’à 8 h. Le lendemain, je conduisis Monseigneur à Saint-Mathieu où Adélard nous attendait. De là à Sainte-Flore, etc. c’est bien beau la visite de l’évêque, mais je vous avouerai franchement que tous les deux ans c’est un peu souvent, non pas que nous n’aimons pas à voir Monseigneur chez nous, mais à cause du travail préparatoire qu’il faut s’imposer.

6Je mentionnais tantôt nos compagnies de Volontaires : c’est du nouveau, n’est-ce pas ? Oui, en effet, c’est du nouveau et ce nouveau nous le devons au notaire De Varennes. Le notaire, fils et descendant de soldats, a toujours conservé un grand goût pour l’art militaire. Ses ancêtres (je crois vous en avoir parlé) se sont illustrés sur nos champs de bataille et leur petit-fils tient à suivre leur exemple. Donc, le voilà avec le projet en tête de former une compagnie à Shawenegan. Il s’abouche avec le colonel Dufresne d’Yamachiche, obtient tout d’abord le grade de capitaine, se choisit deux lieutenants. Je dis en chaire quelques mots d’encouragement pour l’aider au recrutement des soldats et voilà sa compagnie à peu près formée. C’était drôle, paraît-il, d’entendre les réflexions des femmes sur mon compte après que j’eus encouragé les jeunes à s’engager. C’était la guerre à courte échéance et l’on ne comprenait pas que le curé fut si maladroit pour tomber dans le panneau, etc. Déjà trois ou quatre fois le notaire a fait parader sa compagnie sur la place en avant de l’église ; il doit aller au camp au mois de septembre prochain ; toutes ses armes et ses capotes sont arrivées, son arsenal terminé, enfin le voilà vrai capitaine. Son habit de tenue est noir avec galon noir, bandouillère blanche et chaîne dorée tombante : deux étoiles d’or à l’épaulette. Les soldats portent l’habit rouge et le pantalon noir avec nervure rouge. Cette compagnie va donner un peu de relief à nos fêtes religieuses et civiles et s’il arrivait une guerre (ce qu’à Dieu ne plaise) nous aurions là des hommes tout préparés.

7[...] Je parcours de nouveau ma lettre. Je ne voudrais laisser aucune demande de renseignements sans donner une réponse. Vous voudriez savoir ce que nous faisons de notre fromagerie. J’en suis un peu, comme vous le dites, le grand directeur bien que je ne sois pas plus fort actionnaire que les autres (20 en tout). Nos actions réunies ont donné 5 à 6 000 F. et nous avons lancé l’entreprise, il y a quatre ans. J’ai su cependant les premières années que cette fromagerie qui payait si bien ses patrons serait toujours ingrate pour ses actionnaires. Je reconnaissais parfaitement que la gestion des affaires purement temporelles confiées à des mains ecclésiastiques était une anomalie ; mais cette année, je crois que le Bon Dieu est satisfait de la pureté de nos intentions et nous aurons un dividende remarquable. Aussi notre fromager en fabrique du fromage. Le seul mois de juin a donné au-delà de 12,000 lbs. Pour cela il faut 4,5,6 et 7000 lbs de lait par jour. Ce lait est réchauffé à la vapeur : une bouilloire est installée avec ses pistons et ses tuyaux près des bassins au lait pouvant contenir chacun 4 à 5,000 lbs de lait, et le fromager qui est un jeune homme bien entendu conduit sa besogne le thermomètre en mains. La présure, le coupage, le vidage, la cuisson, tout cela ne se fait qu’à un degré déterminé de chaleur et c’est en suivant exactement les directions que l’opération réussit. Notre marchandise est bonne après quinze jours de fermentation ; alors elle est expédiée à Montréal par chemin de fer. Nous sommes payés immédiatement et les marchands de Montréal vendent en Angleterre. J’ai vu quelques-uns des entrepôts de Montréal pour le fromage. C’est énorme la quantité que l’on voit là. Certaines maisons font des affaires pour plusieurs millions par année dans ce seul commerce. Aussi cette industrie est très répandue dans notre province. Dans la seule paroisse de Sainte-Ursule, voisine de Saint-Justin, il y a sept fromageries donnant un revenu annuel de plus de cent mille francs. Ici avec notre fromagerie unique, je m’attends à une vingtaine de mille francs pour cette année.

8[...] Vous me demandez aussi quelques éclaircissements au sujet de notre M. Mercier et de ses décorations. M. Mercier est un homme politique qui a fait ses premières armes dans le parti conservateur. Transfuge pour je ne sais plus quelle affaire, il s’est lancé dans le libéralisme catholique, le seul nom de libéral étant une mauvaise note, on profita de la question Riel pour blanchir les nègres et le parti national fut formé. L’habit de rechange ne changea pas l’homme. A des qualités supérieures il joint des défauts inhérents à l’humaine nature. On l’accuse d’être ambitieux, faute de n’y voir goutte dans ce qu’on appelle économie et ce qui est plus pernicieux, d’avoir au sujet de l’instruction publique, des idées tout-à-fait fausses. Un dominicain, admirateur de M. Mercier, me disait : quand il s’agira de l’éducation des enfants, défiez-vous en. Elève des Jésuites et leur grand ami, ses décorations sont dues à leur influence et plusieurs de nos évêques gémissent en voyant les bons Pères se faire le marche pied d’où cet homme les écrasera plus tard, s’il y trouve son intérêt. Quant à ce que disent les journaux, il faut en prendre et en laisser. Les amis de M. Mercier en font un demi-Dieu, ses adversaires un homme de rien. Ce n’est pas juste, M. Mercier a véritablement du talent. Qu’il bamboche, qu’il fasse le pacha, qu’il administre mal, la postérité le jugera.

9J’ai le plaisir de vous annoncer qu’un de nos écoliers du Collège des Trois-Rivières prend la soutane au mois de septembre. C’est un pauvre orphelin qui a perdu son père et sa mère dans le même mois, il y a cinq ou six ans. Nous avons pu lui faire terminer ses études et il veut être prêtre. Sur mes sept écoliers, trois se sont vraiment distingués par leur conduite et leur succès. J’aime à vous le dire, parce que j’aime ces jeunes gens. Je leur dirai que je vous ai parlé d’eux, ce sera de nature à les encourager. […]

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search