Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, ce 13 juin 1891

Texte intégral

  • 1 Notre-Dame de Bonsecours, dominant Rouen à l’est, est depuis le XVIe siècle un lieu de pèlerinage (...)

1(Ma sœur Alphonsine fut autrefois gravement malade et dut tenir les jambes allongées très longtemps). Elle a eu le très chrétien courage de subir tout cela, d’endurer jusqu’au bout, et le bout du bout, ça a été le rétablissement complet : des béquilles pendant longtemps, de longs mois, puis une seule, puis rien du tout, après un bon pèlerinage fait à Rouen, à Notre-Dame de Bonsecours1. Et tout le monde, des centaines et des milliers de personnes l’ont sue et vue malade pendant une longue année, tout le monde étonné, dans l’admiration de la voir, après cela, redevenue aussi ingambe qu’auparavant. Très bien, le miracle était fait ! Mais on n’est pas, dans la suite, sans se ressentir, dans l’ensemble de l’organisme, d’une pareille secousse ; et voilà pourquoi on va dorénavant redoubler de bons soins pour cette pauvre sœur [...]

2A l’époque où je vous écrivais ma dernière lettre, c’était l’ère des inhumations [...], j’en ai eu une demi-douzaine en quinze jours [...] C’était anormal en vérité ! Par bonheur, il y a eu une fin. Pour une moyenne de 15 à 20 par an pour mes deux paroisses, il y avait excès. La dépopulation de nos villages qui va croissant, aurait encore marché plus vite [...] Voici maintenant un mois et demi que je n’ai enterré personne [...]

  • 2 La chapelle-tombeau de la famille Pontet est la seule du cimetière de Fontaine. Mme Pontet, qui y (...)

3Je vais toujours chez la pauvre Madame Pontet, avec laquelle je regrette son malheureux fils Alphonse, mort depuis déjà quinze mois. Elle a fait élever, comme souvenir et hommage a ses chers défunts, une superbe petite chapelle dans le cimetière de Fontaine, où sont ensevelis son fils et son mari2, et où elle va prier le Bon Dieu des vivants et des morts pour lui demander courage et résignation, en attendant le jour de la grande et complète réunion.

Notes

1 Notre-Dame de Bonsecours, dominant Rouen à l’est, est depuis le XVIe siècle un lieu de pèlerinage très fréquenté. Cf. abbés Loth et Sauvage, Notre-Dame de Bonsecours, Rouen, 1891. C’est d’ailleurs pour faire face à l’afflux des pèlerins, particulièrement nombreux au mois de mai — mois de Marie — que l’abbé Godefroy fit élever, de 1840 à 1844, une nouvelle église de style néo-gothique. Cf. Nadine-Josette Chaline, « L’église normande et son décor au XIXe siècle », Connaître-Rouen, t. IV, 1981, pp. 9-10.

2 La chapelle-tombeau de la famille Pontet est la seule du cimetière de Fontaine. Mme Pontet, qui y sera inhumée à son tour en 1922, a souhaité construire ce monument pour honorer son fils et son époux. Sur la mode de ces chapelles, on se reportera au livre de Ariès cité dans la note précédente (p. 528) : « Ce monument... était comme une petite église,... une chapelle miniaturisée, aux dimensions normales d’une concession perpétuelle... (C’est) une petite cella avec un autel surmonté d’une croix, recouvert d’une nappe, de chandeliers et de vases en porcelaine. Devant l’autel, un ou deux prie-Dieu ; les noms des défunts sont sur les murs intérieurs de la cella, elle-même fermée d’une grille... (Le tombeau) est devenu un lieu de visite et de pèlerinage, organisé pour la prière et la méditation, avec de quoi s’asseoir ou au moins s’agenouiller ».

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search