Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, le 8 mai 1891

Texte intégral

  • 1 Le 17 septembre 1890, l’évêque universalisait le supplément du foin. Cf. Jean Roy et Daniel Robert, (...)

1[...] Qu’ai-je fait depuis ma dernière lettre ? Pas grand’chose, ce me semble : un coup-d’œil en arrière et voyons ! Je regarde, c’est bien peu ce que je trouve ; travail ordinaire, les pâques ! Le travail était un peu plus difficile cette année et voici pourquoi : vous avez remarqué peut-être sur le Journal des Trois-Rivières d’octobre ou novembre dernier, que Monseigneur avait imposé à tous les cultivateurs une nouvelle dîme à payer pour le soutien des pasteurs : la dîme du foin1. Depuis un certain nombre d’années nos habitants pouvant vendre à de bons profits, sur les marchés de la province et des Etats-Unis, tout le foin que leurs terres pouvaient pousser, ont négligé la culture des grains ; de là diminution extraordinaire, surtout dans quelques paroisses sur les revenus des curés. Or, les curés, comme les autres mortels, ne pouvant s’habituer à vivre rien qu’à pomper le vent, ils se plaignirent en assez grand nombre, et l’évêque, par un mandement, établit cette dîme du foin par tout le diocèse, c’est-à-dire, ordonna un paiement en argent de $0.75 par mille bottes. Inde irae chez un grand nombre. Heureusement, je n’étais pas un des plaignants ; il se récolte relativement peu de ce fourrage dans Shawenegan. Cela n’empêcha pas mes Canadiens de crier et, pendant quelques semaines après la lecture du mandement je craignis. Pendant ces quelques semaines, on me parlait que du foin au presbytère ; explications après explications, c’était devenu ennuyeux au parfait. — Je ne paierai pas, disait l’un. — Ce n’est pas juste, disait l’autre. — Il me fallait défendre l’évêque et son mandement et faire comprendre à ces pauvres gens toute la justice de la chose. Mais comme il fallait y aller doucement ! J’ai toujours entendu dire qu’on prenait bien mieux les mouches avec du miel qu’avec du vinaigre. Il fallut donc demander au Bon Dieu la patience et la patience encore. Et le temps s’écoulait ; et les élections vinrent changer un peu le cours des idées ; mais enfin arriva l’heure critique : le temps de Pâques ! Nous devions refuser les sacrements à quiconque refuserait la soumission à l’autorité. Deus, in adjutorium meum intende ! Oui, mon Dieu, venez à mon aide et hâtez-vous, le temps presse et ad adjuvendum me festina ! Et nous voici à l’œuvre.

  • 2 « Il est noble de faire connaître et témoigner de l’œuvre de Dieu ».

2Les esprits sont plus calmes, les pâques avancent, et tous les jours je reçois la visite de quelques paroissiens : ils viennent régler. C’est bien, mais attendons, c’est comme dans les ragoûts : au fond, les gros morceaux y sont. Pâques est célébré bien solennellement, nous n’avons plus que huit jours et j’aperçois, par-ci, par-là, des récalcitrants. Déjà quelques-uns m’avaient affirmé qu’ils ne se soumettraient point. Mon Dieu, dépêchez-vous ! Dieu est bon ! Au samedi de Pâques, (je n’avais plus qu’une journée ; nos pâques finissent à la Quasimodo) voici qu’un paroissien entre au presbytère et me dit : monsieur le curé, je viens faire ma soumission. — C’est bien, mon vieux, vous faites-là un acte de vrai bon chrétien et je n’attendais pas moins de vous ! et nous voilà discourant, etc. — Dites-moi donc, un tel et un autre dans votre voisinage, que font-ils ? Je ne les ai pas encore vus ? Ah. M. le curé, ils ne veulent pas se soumettre. — Voulez-vous leur emporter une petite lettre ? — Mais, oui, et je la leur remettrai tantôt. — Merci ! — En les attendant, je vais en voir une couple d’autres à domicile. Le Bon Dieu aidant, j’obtiens de ceux-ci une soumission pleine et entière. Merci, mon Dieu ! Mais comment ça va-t-il aller avec les autres : j’avais écrit à ceux-ci de venir le soir vers 6 heures et demie au presbytère (Ils demeurent à 1 lieue et demie de l’église). A 6 heures, 25 minutes, ils étaient arrivés deux sur trois. La discussion Se fait bien paisiblement, chacun fait son plaidoyer et en fin de compte ces deux braves chrétiens partent contents et soumis. Merci, encore mon Dieu ! Mais il en restait encore un, le gendre d’un de ces deux derniers. Le beau-père me dit qu’il ira de nouveau l’avertir et confions-nous dans la miséricorde du Bon Dieu. A la Quasimodo au matin, pendant que j’étais au confessionnal, voici que mon homme entre à la sacristie ; le cœur me bondit de joie et je demande de nouveau le secours du Bon Dieu. Je confesse mon monde et mon homme me fait signe qu’il veut me parler. Nous verrons ensemble au presbytère. — Je souffre, me dit-il, plus que vous ne sauriez. Je n’ai pas dormi de la nuit et je viens me soumettre, mais qu’il m’en coûte. Vous savez que je suis orgueilleux et entêté et j’ai dit tant de fois que je ne paierais pas. — Je l’encourage, le félicite et ne lui fais payer qu’une somme nominale, comme à un bon nombre d’ailleurs, dans le seul but d’accentuer l’acte de soumission et je retourne à la sacristie confesser ce bon chrétien, lui donner la sainte communion et remercier le Bon Dieu qui a tout fait. Pas un de mes paroissiens n’est resté en arrière. Le diable a été vaincu et comme je lui ai piétiné sur la tête, le maudit ! Il l’avait bien mérité ! N’est-ce pas, mon cher ami qu’il y a encore de la foi dans nos campagnes canadiennes ? et que nous devons remercier le Bon Dieu de nous avoir donné ce peuple aussi bien disposé ? Tant que nous pourrons le conserver, ce bon peuple, et que Dieu le veuille, Satan aura beau jouer de la queue, nous déjouerons ses complots. Il faudrait être ingrat pour ne pas chanter des actions de grâces pour de tels bienfaits : c’est pour cela que je vous écris toutes ces choses : opera Dei revelare et confiteri, honorificum est2. Les curés voisins m’annoncent que chez eux ils ont été témoins du même esprit de foi et de soumission. Encore une fois, merci mon Dieu ! [...]

  • 3 L’Angélus peut être décalé d’une heure afin de permettre le rassemblement pour la prière à une époq (...)

3Comme aux années dernières nous faisons chaque soir, bien solennellement, les exercices du Mois de Marie : chant, musique et lecture. Bien que les premiers jours de mai aient été rigoureux pour la saison et que nos poêles soient enlevés de l’église, cependant l’assistance est toujours considérable. Je ne crois pas qu’il y ait moins de deux cents personnes qui assistent chaque soir et bien des fois, il y en a plus. J’aime la piété de mes ouailles, elle est encourageante. L’exercice commence à 7 h. du soir à l’Angelus3, et dure environ quarante minutes.

4Ce soir, j’étais à peine revenu à mon office que l’on vient m’avertir que la pompe de la fromagerie était cassée. Quoi faire ! Les avis sont donnés pour commencer le fromage lundi, il n’y a pas de temps à perdre. Quelqu’un partira donc demain après les vêpres pour Trois-Rivières, où se feront les réparations nécessaires, et si nous ne pouvons commencer lundi, ce sera un autre jour ; quand on ne peut faire ce que l’on veut on fait ce que l’on peut, n’est-ce pas ? Savez-vous que les habitants sont fous de la fromagerie ? Les voilà qu’ils augmentent leur nombre de vaches à lait ; qu’ils sont décidés enfin d’améliorer leurs terres. En effet, c’est un revenu si bon et si net et dans un temps où l’argent est difficile à faire. L’an dernier, notre fromagerie a distribué à nos quarante ou cinquante patrons au-delà de $3,000. Ce n’est pas trop nul, comme vous le voyez, et je m’attends, cette année à un revenu d’au-delà de $4,000. Je n’aurai cette année que bien peu à faire avec la dite industrie. Répartitions d’argent et de fromage, surveillance de la boutique, vente du fromage, etc. tout cela est de l’histoire ancienne. Nous avons loué à un fromager d’expérience et nous n’aurons que l’occupation de recevoir nos pourcentages, ce qui n’est pas fatigant.

5Je vous disais, il y a une couple d’années, qu’ici le curé est l’homme de tout conseil. Plus ça va et plus les conseils abondent. Nos gens qui sont un peu normands, vous le savez, aiment bien le conseil, surtout quand il est donné gratuitement. Or, on sait que le curé ne tend jamais la main après le conseil donné et l’on en profite. Encore aujourd’hui, à travers les affaires ordinaires du ministère, deux pauvres habitants découragés arrivent au presbytère me demandant quel moyen prendre pour sauver leur cheval malade. Ma foi ! Je n’en sais trop rien. — Faites-le soigner par des hommes connaissants.- (Je ne parle pas des médecins vétérinaires, c’est le merle blanc pour nos paroisses, il n’y en a pas). Surtout adressez-vous à saint Benoit et je prête à chacun une médaille bénite de saint Benoit, leur recommandant une grande foi. Vous ne sauriez croire les nombreuses guérisons d’animaux malades opérées par cette médaille. Aussi, l’on a une confiance sans borne dans son efficacité. On ajoute pour une plus grande sûreté une promesse en argent aux âmes du purgatoire et neuf fois sur dix, il y a guérison. Le Bon Dieu récompense ainsi la foi de ces bonnes âmes.

Notes

1 Le 17 septembre 1890, l’évêque universalisait le supplément du foin. Cf. Jean Roy et Daniel Robert, « Les rapports annuels des curés et l’histoire des paroisses dans la seconde moitié du XIXe siècle », Archives, vol. 16, n° 1, juin 1984, pp. 31-53.

2 « Il est noble de faire connaître et témoigner de l’œuvre de Dieu ».

3 L’Angélus peut être décalé d’une heure afin de permettre le rassemblement pour la prière à une époque de l’année où les travaux des jours dispersent les fidèles.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search