Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 26 février 1891

Texte intégral

  • 1 François-Sévère L. Desaulniers (1850-1913) l’emporta. Avocat, il fut le député du comté à Québec de (...)

1Nous sommes pour la deuxième fois depuis huit mois appelés à la lutte. Nos chambres fédérales d’Ottawa sont dissoutes et une élection aura lieu le 5 mars prochain. Chaque fois que pareille nouvelle arrive aux oreilles des curés dans la Province de Québec, c’est toujours nouvelle alarme. Ces époques de luttes électorales, ces luttes elles-mêmes produisent sur notre peuple un effet tellement démoralisateur que nous le redoutons toujours à l’extrême. S’il n’y avait qu’à lutter, la chose serait toujours pénible, mais au moins, la lutte terminée, on n’y penserait plus. Il est loin d’en être de même ; la campagne de la lutte, c’est la division, c’est la médisance, c’est la calomnie, c’est la bête à sept têtes qui déverse sur nos paroisses son fiel empoisonné. Cette année surtout, la lutte a dans notre comté un caractère d’acrimonie plus prononcé que jamais : c’est que les deux candidats aux $ 1000 par session sont deux conservateurs, les libéraux toujours battus n’osant plus nous présenter un de leurs hommes. Quand j’entendis parler de cet état de chose, j’en riais de bon cœur. Entre deux conservateurs, la bataille sera facile, la bataille se faisant à armes égales sera plus courtoise. Dans quelle erreur j’étais. Rien de pire, mon cher ami, que des frères dépités ; rien de pire surtout pour le curé ; chacun comptant sur son suffrage travaille à l’amener à son sentiment. Des gageures ont été faites par les partisans des deux candidats réclamant mon appui, et à l’heure qu’il est, bien que mon opinion soit formée et inébranlable, aucun des deux partis ne le sait d’une manière exacte. Nos deux candidats sont les deux cousins ; l’un, l’ancien député, M. F.L. Désaulniers est un homme de 36 à 40 ans, il représente le comté soit à Québec, soit à Ottawa, depuis 1878. L’autre, M. le Dr Désaulniers, autrefois d’Yamachiche, aujourd’hui de Montréal a représenté, à différentes époques, le même comté depuis 1854. Tous les deux hommes d’action et toujours fidèles au parti conservateur, le premier a l’avantage d’avoir été choisi par le Gouvernement comme son candidat officiel ; le deuxième l’emporte sur son adversaire par ses talents, son âge et son expérience. Qui des deux l’emportera ? Au 5 mars nous le saurons. Aujourd’hui chaque parti réclame la victoire et je le crois, celui qui va perdre, va rester bien penaud1.

  • 2 Sur les mœurs électorales, cf. Jean Hamelin et Marcel Hamelin, Les mœurs électorales dans le Québec (...)

2Vous ai-je dit comment finit la lutte2 ? Je ne crois pas. Si je l’ai déjà fait, je m’en vais le faire encore et vous prendrez la dose pour ajouter à vos autres pénitences du Carême. Voici : quand la votation est terminée, chaque officier-rapporteur donne, cachetée et scellée, l’urne où sont réunis les bulletins de votation. On se rend en grande hâte à Saint-Barnabé, paroisse située au centre du comté. Là se réunissent les deux candidats et les électeurs en grand nombre. En attendant les rapports de chaque paroisse, il y a discours, amusements, chansons et, malheureusement, il y a presque toujours de la boisson. Le temps passe ; arrive le messager d’une des paroisses, vite on court chez l’officier-rapporteur et là on guette avec la plus vive anxiété le rapport tant désiré. L’officier-rapporteur sort et dit : dans telle paroisse le résultat de la votation donne tant de voix à monsieur un tel et tant de voix à monsieur un autre et à peine a-t-on le temps d’entendre ces chiffres que le parti vainqueur trépigne de joie et acclame son candidat par des « Hourrah ! » à n’en plus finir. Arrive un autre courrier et la même scène recommence. En fin de compte, quand le rapport de chaque paroisse est connu et que l’on sait d’une manière définitive quel est celui qui a remporté la victoire, les délégués viennent à course de cheval annoncer, chacun chez soi, le résultat de l’élection. Les électeurs sont là qui attendent ; un signal a été donné pour que, même avant l’arrivée du délégué on connaisse le résultat de la votation tantôt un flambeau rouge, tantôt un porte-voix à cri particulier, etc. Et dès qu’on a reconnu celui des courriers qui apportent la bonne nouvelle, ses amis sortent des maisons où, réunis, ils attendaient dans la plus grande impatience. Il est 11 heures P.M. environ. Alors, c’est un nouveau vacarme à faire trembler sur ses bases la pauvre planète qui nous porte. Si encore, on se contentait de crier des hourrah ! mais que de fois l’on en profite pour jeter l’injure à la face des adversaires qui se tiennent clos dans les maisons de leurs amis du village et profitent de la première éclaircie pour s’en retourner à la maison, plus honteux que le renard de la fable. Et ce n’est pas tout : le lendemain matin et pendant plusieurs jours les vaincus ont la joie de trouver à leur porte, en se levant, toutes sortes de malices qui leur sont faites pendant la nuit et dont la plus en vogue est une tinette remplie d’immondices parce qu’on dit qu’en perdant ils ont été dans l’obligation d’aller sur la tinette. Et ceux-ci de se fâcher et ceux-là de rire dans leurs barbes quand ils ne rient pas tout haut. N’est-ce pas que le peuple est un grand enfant ? et souvent un grand enfant terrible ? Vous dire ce que je souffre moralement pendant ces époques de folie furieuse, ce n’est pas nécessaire, vous le comprenez. Parler alors, c’est la moitié du temps, parler aux murs. Le temps est bien là pour apaiser, mais que de fois des haines se perpétuent des mois et des années.

3Vous êtes indigné, n’est-ce-pas de m’entendre vous raconter ces petites misères populaires, après m’avoir entendu si souvent chanter les louanges de ce même peuple ? Ce sont les deux côtés de la médaille que je vous présente, et je vous l’assure, l’un de ces côtés n’est pas amusant. C’est pendant ces époques agitées que l’on étudie facilement son monde ; mais je laisse là la politique [...]

4Notre hiver, malgré sa rigueur, est très sain, autrement sain que nos humides et brumeux automnes que nous n’aimons pas du tout. Malgré les rigueurs de l’hiver, malgré l’intempérie de la saison, malgré une température de 25 et même 30° Réaumur, nous conservons bien frais nos conserves pour l’hiver : pommes de terre, citrouilles, carottes etc, et il est très rare d’entendre dire que ces conserves ont été gelées ici ou là. Comment les conservons-nous donc, me direz-vous ? Rien de plus facile. Pour les pommes de terre, les navets, etc. nos habitants creusent dans le sol ce qu’ils appellent un cavotte (caveau). Ce caveau a une profondeur de sept, huit, neuf et dix pieds, et une dimension variant selon les besoins ; il est recouvert à l’extérieur d’une toiture suffisamment large pour que l’eau des pluies ne pénètre pas à l’intérieur. La porte d’entrée du souterrain est très étroite, guère plus qu’il ne faut pour qu’un homme y pénètre aisément. L’intérieur est divisé en compartiments ; on remplit, et le caveau reste ouvert ou à peu près, jusqu’à ce que les gelées s’accentuent ; alors on remplit l’orifice du caveau de bonne paille sèche que l’on foule afin que l’air extérieur ne passe pas. L’on couvre de planches ; encore un peu de paille par dessus ces planches et... au revoir les légumes qui attendent comme l’ours dans sa ouache (tanière) que les temps doux reviennent. Si quelquefois, pendant l’hiver, il est nécessaire d’aller aux provisions, tout simplement, on choisit une journée douce où il n’y a aucun danger d’ouvrir et on ferme avec les mêmes précautions que ci-devant. Pas n’est besoin de dire que ce caveau doit être creusé dans une terre très sèche, généralement sur un buton, parce que s’il y avait la moindre humidité les conserves moisiraient, se gâteraient et ce serait pis que la gelée [...]

5Pendant que je vous écris, nos savants électeurs sont réunis dans une des maisons du village et ils écoutent les Démosthènes que chaque candidat envoie dans nos cantons à tous les trois ou quatre jours pour empêcher les feux électoraux de se refroidir. Hier, dimanche, je me suis invité à faire un discours : ce n’est pas toujours à leur tour, à ces jeunes avocats de la ville ; mais il paraît que mon discours n’a pas plu à tout le monde ; j’ai flagellé de mon meilleur fouet ceux qui colportent les boissons enivrantes, ceux qui achètent les votes, etc. et vraiment, je n’ai pas choisi les expressions les plus sucrées pour leur dire ce que je pensais de leurs faits et gestes. Il en restera toujours quelque chose. Ça s’achève ; jeudi, le 5, a lieu la votation. Les partis sont assez mêlés qu’il est impossible de prévoir l’issue de la lutte. Que le Bon Dieu les bénisse avec son grand « bénissoi » et je ne vous en parle plus de cette vilaine politique.

Notes

1 François-Sévère L. Desaulniers (1850-1913) l’emporta. Avocat, il fut le député du comté à Québec de 1878 à 1886, puis à Ottawa de 1887 à 1896. Il fut ensuite nommé greffier du Conseil législatif et de la Chambre d’assemblée de Québec. Il publia 6 volumes de généalogies sous le titre Les vieilles familles d’Yamachiche.

2 Sur les mœurs électorales, cf. Jean Hamelin et Marcel Hamelin, Les mœurs électorales dans le Québec de 1791 à nos jours, Montréal, Les Editions du Jour, 1962, 125 p.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search