Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 31 décembre, 1890

Texte intégral

  • 1 Charles Bellemare utilise les premiers mots de l’hymne de prime : « A peine l’astre du jour s’était (...)

1[...] Venez au Canada, abordez au presbytère de Shawenegan et je vous garantis une avalanche de curés petits et gros. Je vous l’ai dit bien des fois, nous nous voyons souvent MM. Verville, Cloutier et les deux Bellemare, surtout M. Cloutier, qui, n’étant qu’à deux lieues de Shawenegan, peut plus facilement visiter et être visité ; mais nos visites, bien que des plus cordiales n’ont pas la fréquence des vôtres : pourquoi cela ? nous avons cheval et voitures ; il faut peu de temps au « Blond » pour dévorer deux ou trois lieues, tandis que chez vous, comptant sur vos tibias trempés du plus fin acier, je suppose, vous parcourez ces distances à pieds. Je ne vois pas d’autre cause pour le moment, que celle-ci. Vous avez plus de loisirs que nous n’en avons nous-mêmes. Souvent, très souvent occupés, soit à l’église, soit à la sacristie, soit au presbytère, le soleil se couche avant que le Jam lucis orto sidere1 ne soit murmuré pour chanter les louanges du Seigneur. La rubrique est blessée, c’est vrai, mais la charité l’emporte et nous espérons que quitter Dieu pour Dieu, ce n’est pas une grande faute. Pourtant, n’allez pas croire que c’est un travail toujours absorbant et toujours à la vapeur ? Loin de là : occupés sans cesse à l’œuvre du ministère, que de fois, si nos gens étaient plus raisonnables, nous laisseraient-ils plus de temps libre ! Mais ils arrivent, qui pour une affaire, qui pour une autre ; il faut fumer, parler de ci, conter ça ; on ne va pas chez M. le Curé rien que pour lui dire bonjour et s’en aller ; mais non ! après s’être rasé de frais, il faut quelques quarts d’heure pour se désennuyer et ennuyer. Malgré tout, nous trouvons le temps de les planter là assez souvent pour s’en aller chez un voisin lui faire part de nos peines et de nos joies.

2Rien ne me réjouit comme de voir arriver un confrère et maintenant, quand ce confrère est Adélard, c’est plus que de la joie, c’est... c’est... dites-le, vous ! Je l’attends demain ; demain, savez-vous, c’est le Jour de l’an et c’est au dernier jour de l’an de grâce 1890 que « j’ai mis la main à la plume pour vous donner de mes nouvelles qui sont très-bonnes, Dieu merci » ! (C’est le commencement inévitable de toutes les lettres de nos habitants.) et ils continuent : « et je souhaite que la présence de cette lettre vous trouve tel qu’elle me laisse ». C’est poétique, n’est-ce-pas ? C’est poétique aussi de voir partir 1890. Vraiment il a choisi la plus belle journée du monde pour nous faire ses adieux : soleil pas chaud, mais d’un clair, à rendre juillet jaloux.

3Depuis que décembre a commencé, ma fiole de thermomètre n’a eu qu’à se tenir : du froid, du froid et toujours du froid. Vos pays peu habitués à ces abaissements de température ont crié, ils ont gémi. J’ai plaint votre pauvre homme, pieds nus dans ses sabots ; mais aussi, pourquoi n’être pas plus prévoyant ? Ce n’est pas bon pour la santé de se mettre ainsi la plante des pieds sur la neige ou sur la glace. Si vous voyiez nos Canadiens, comme ils sont enveloppés ; deux ou trois paires de chaussons dans les bottes, caleçon et pantalons, chemises de laine à double épaisseur, gilets, capots et ce qu’on appelle : basse-côte, grand capot qui descend jusqu’au talon, casque, mitaines, foulard, crémones, etc. Avec tout cela peut-on craindre 20 ou 25 degrés de froid. Bagatelle ! I fait frette, mé y fait beau et c’est tout ce qu’on entend [...] Il paraît que l’hiver veut prendre de l’avance et mes Canadiens me disent : c’est bon Mecieu, l’hiver vient dans son temps, il sera plus court, et généralement c’est exact. Un hiver rigoureux à son exorde est moins long ; mais enfin l’hiver, c’est l’hiver et le 31 décembre c’est la veille du jour de l’an.

  • 2 Du verbe pintocher : bambocher, boire des liqueurs spiritueuses. Cf. N.-E. Dionne, Le parler popula (...)

4Demain, par conséquent, c’est la journée des vœux, des souhaits, des poignées de mains, des baisers, des étrennes et aussi, malheureusement, la journée des petits coups de whiskey et quelquefois des gros coups. A chaque année quand arrivent les fêtes, je donne une instruction spéciale afin de prévenir le désordre occasionné par ces liqueurs diaboliques. La grande majorité observe bien scrupuleusement la sobriété, mais il y a la jeunesse qui court, qui va, qui vient, qui se trotte et qui pintoche2. Quelle tristesse ! Heureusement qu’à cette époque de l’année, la plupart de nos jeunes gens sont aux chantiers ; le petit nombre qui reste a parfois de mauvais moments, bien que nous voyions ici, bien rarement de graves désordres, mais toujours on les redoute. Nous les voyons ces jeunes, deux, trois, quatre par voiture, bien habillés, endimanchés, ne s’occupant pas de savoir si la moisson a été bonne ou si la misère est au grenier. Le cheval a ses clochettes ou ses grelots, les fourrures couvrent la cariole, et c’est du plaisir, et l’on se trotte ainsi jusqu’aux Rois.

5La fête commence ce soir. Dans les divers rangs de la paroisse, on va courir la « Ignolée ». (Je vous ai dit, déjà, quelle est cette coutume). Le but est charitable : un cœur de bœuf au bout d’une pique, les gens parcourent les rangs implorant la charité pour les pauvres des environs. Tout cela, c’est magnifique ; mais il arrive quelquefois que, non au bout d’une pique, mais bien caché au fond d’une poche, il y a un flacon, une cruche et il fait froid. Comment alors ne pas demander à la dite poche un peu de la chaleur qu’elle recèle ? De plus, c’est demain le jour de l’an, un baiser à la fiole, et à force de baiser la dite fiole, il arrive qu’à la fin, l’on est obligé de baiser la terre. Le diable, voyez-vous, est toujours là faisant son office de gâte-métier. Et demain matin ! A peine minuit sera-t-il sonné que les plus pressés partent pour aller souhaiter la bonne année aux voisinages. Ainsi, à six heures, c’est un va-et-vient continuel ; j’en ai vu arriver au presbytère à 6 heures et demie. Je n’avais pas encore fini ma toilette. Bonjour, M. le curé comment ça va-t-i c’t’année ? J’vous la soite bonne et heureuse et l’paradis à la fin de vos jours. Voulez-vous m’donner vot-bénédiction ? Et ceux-ci, et ceux-là, et les enfants qui viennent chercher leurs étrennes. Il faut nous pourvoir de toute une provision de pommes, de bonbons, images, etc., pour plaire à ces petits oiseaux, bien gentils tant qu’ils sont petits oiseaux... laissez pousser les plumes ! Au moins, ils sont aimables encore et prenons les tels qu’ils sont sans penser à ce qu’ils seront. Tout le monde à la messe ; personne ou à-peu-près, aux vêpres ; les visites se continuent l’après-dîner. Au presbytère, les gros messieurs viennent après les vêpres, excepté les marguilliers qui viennent immédiatement après la messe, faire leur boniment au nom de la paroisse [...]

64 janvier 1891. J’ai bien employé mes journées depuis que 1890 est allé s’engouffrer dans l’abîme du passé. Au Jour de l’an, d’abord, les visites, les offices, et les visites encore ont occupé toute la journée. Vers 4 hres, Adélard ayant chanté ses vêpres immédiatement après la messe arrivait plein de gaieté et de santé. Le lendemain, à peine les messes célébrées et le déjeuner absorbé, nous nous sommes rendus à Saint-Etienne où noûs attendaient MM. Cloutier, frères. A peine revenu, un baptême, le premier de l’année, m’attendait à la sacristie. Les derniers mois de 1890 avaient été secs comme Sara (Réminiscence des années de Collège : un élève avait traduit : « Sara autem, uxor ejus, erat sterilis, » par Sara, son femme, était sec). Aucun baptême pendant novembre et décembre ; c’est un fait inouï dans nos annales de Shawenegan. Samedi, dès 7 hres, les marguilliers sont rendus au presbytère pour la visite du village. De 7 heures et demie à 11 heures et demie, et de 2 à 5, nous avons pressé la main de tous nos villageois, depuis le vieillard aux cheveux blancs jusqu’au petit enfant dans les bras de sa mère. La visite terminée, le bréviaire récité, je m’installe à ma table de travail et à 10 hres, j’avais onze lettres écrites, cachetées, adressées et timbrées. La matière au moins des vingt pages que je vous adresse. J’y avais été avec tant d’ardeur qu’à la fin la main se refusait à griffonner. Trop tard et trop fatigué pour continuer celle-ci, je me reprends ce soir, après avoir passé une bonne journée de travail : confessions, grand’messe, prône, vêpres, archiconfréries, assemblée des tertiaires et sermon. Quelques visites et une surtout qui vient de se terminer ne me permettent de recommencer mon épistole qu’à 9 heures et demie. Il n’y a pas grand temps pour le diable, comme vous voyez ; tant mieux !

7[...] Le Gouvernement vient de voter les subsides à notre chemin de fer : à peu près $ 8,000 par mille, c’est-à-dire un présent d’environ 1,300,000 F. C’est généreux, n’est-ce pas ? Eh bien, ces messieurs, pas encore satisfaits veulent avoir d’Ottawa encore 500,000 F. avant de commencer leurs travaux de nivellement. Qu’en dites-vous ? Les géants et les ogres des contes de fées, étaient-ils plus voraces ? Notre fromagerie a payé aux patrons environ 15,000 F. pour cinq mois. J’avais pour ma part à faire tous les calculs de répartition et de distribution à chaque vente ; ce n’est pas un mince travail, vous pouvez m’en croire. Je termine cette causerie ; le papier s’épuise Plaise à Dieu qu’elle vous soit agréable [...]

Notes

1 Charles Bellemare utilise les premiers mots de l’hymne de prime : « A peine l’astre du jour s’était levé », pour dire le retard qu’il accuse parfois sur la récitation de cette « petite heure » qui doit se faire autour de 6-7 heures.

2 Du verbe pintocher : bambocher, boire des liqueurs spiritueuses. Cf. N.-E. Dionne, Le parler populaire des Canadiens français, Québec, P.U.L., 1974 (1ère édition 1909).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search