Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 28 octobre 1890

Texte intégral

  • 1 Le comte de Paris, petit-fils du roi Louis-Philippe, est prétendant au trône de France, chef de la (...)

1Quelle belle fête nous avons eue aux Trois-Rivières ! Réception splendide, éclatante, enthousiaste de Mgr le comte de Paris1 et de son fils, le duc d’Orléans, le premier conscrit de France. Depuis plusieurs semaines, les journaux nous entretenaient de la visite de ces princes au Canada et nos populations attendaient avec hâte ces beaux jours où il nous serait donné de voir et de recevoir ces personnages illustres, descendants des fondateurs de l’ancienne colonie canadienne. Pendant un siècle et demi, notre Canada, sous le nom de Nouvelle-France, fut gouverné par les Bourbons, et pendant ce siècle et demi, il se développa, lentement, il est vrai, mais sûrement, grâce au choix judicieux que l’on fit des Français qui voulurent émigrer. Dans la direction presque immédiate du clergé et de quelques hommes de génie que la France d’alors nous envoya, ce petit peuple fit des prodiges de valeur, si bien qu’il fut acclamé plus d’une fois, même sur les marches du trône. D’une foi robuste, d’une énergie et d’un courage à toute épreuve, que de fois les Canadiens, pour me servir d’une expression de Charlevoix, l’un de nos premiers historiens, tenant l’épée d’une main, le manchon de la charrue ou la croix de l’autre, n’ont-ils pas fait l’impossible pour conserver à la France ce pays qui aurait été le plus beau joyau de sa couronne ? Mais Dieu, dans sa Providence, en avait décidé autrement. Voulant récompenser les vertus religieuses et civiles de ce petit peuple, il le détacha de la mère patrie pour le lier à la couronne d’Angleterre, afin de le protéger contre les horreurs de la Révolution et de tous les désastres qui s’en suivirent. Malgré cela notre peuple pleura en voyant s’éloigner le drapeau fleurdelisé et plus encore de se voir si vite oublié de la mère patrie. Nos Canadiens de la fin du siècle dernier espéraient toujours qu’une flotte française reviendrait pour chasser ces Anglais détestés. L’un de nos poètes, Crémazie, dans une de ses sublimes poésies, nous représente un de ces vieux Canadiens parlant à son fils de cet espoir qu’un jour la France redeviendrait maîtresse du Canada et ce bon vieux, plongeant son regard sur notre grand fleuve, s’adresse à son fils : « Dis-moi, mon fils, dis-moi, reviendront-ils ? » Ce vieux Canadien, s’il vivait encore, aurait pu dire dimanche : « Merci à Dieu, mon fils, ils sont revenus ».

2A 7 heures, le canon nous annonça que le train portant le comte de Paris, son fils et sa suite entrait en gare. Une foule immense, des acclamations accueillirent les illustres visiteurs quand ils descendirent du train pour prendre le carosse qui devait les conduire au « Platon » où une estrade magnifiquement décorée avait été élevée, à côté de la statue de Laviolette, le fondateur de Trois-Rivières, en 1637. C’était vraiment beau que de voir cette foule compacte, unie dans un même sentiment de joie et de bonheur, en voyant arriver ces Français, représentant à eux seuls toute une idée, tout un principe : la monarchie fondée sur le respect dû à la religion. Si Trois-Rivières n’avait pas les 150 000 Canadiens français de Montréal, elle avait avec 12 ou 15 000 le même sentiment, le même enthousiasme. Toutes les sociétés de la ville, les trois fanfares, les clubs avaient tenu à paraître en grand uniforme dans les rangs de la procession ; les élèves du séminaire, portant chacun un flambeau, précédaient le carosse du prince et du duc d’Orléans, accompagnés du maire des Trois-Rivières, les recevant en sa qualité officielle. Une très belle adresse leur fut présentée ; le comte de Paris répondit en peu de mots, puis on le reconduisit à son hôtel en chantant nos vieilles chansons canadiennes [...] Lundi, à 9 heures, réception officielle à l’évêché. Tous les prêtres qui avaient pu s’absenter entouraient Sa Grandeur Monseigneur [...] [qui] remercia l’illustre visiteur de l’honneur qu’il faisait au pays et à la ville des Trois-Rivières en particulier. Monseigneur profita de la circonstance pour dire la reconnaissance du peuple canadien à l’égard des rois de France, fondateurs de la colonie et que, malgré notre fidélité à la couronne anglaise, ils étaient bien puissants les liens qui nous rattachaient à la France : notre religion, notre cœur et notre langue. De l’évêché, le cortège se rendit chez les Ursulines, où une brillante petite fête dans leur salle, ornée avec le plus grand goût, parut faire le plus grand plaisir aux princes. Des Ursulines au Séminaire, du Séminaire à la Providence. Dans cette dernière institution, Monseigneur conduisit les princes à la chapelle et là je pus m’assurer de l’esprit de foi de Mgr le comte de Paris : agenouillé sur le prie-Dieu, en face du maître-autel, il se croisa les mains, baissant la tête devant le Dieu de nos tabernacles, il demeura quelques minutes profondément recueilli. Cet acte mit le comble à mon enthousiasme. Quand on voit ces grands hommes reconnaître la puissance de Dieu et s’humilier devant elle, alors il faut plus qu’espérer, on est assuré qu’un jour ce Dieu remettra entre leurs mains le pouvoir qui rendra de nouveau la France heureuse et prospère. Après la prière faite, Mgr le comte de Paris voulant laisser aux orphelins et aux vieillards un gage de sa bonté, leur fit le don généreux de 500 francs.

3A midi, ils reprenaient le train du chemin de fer pour Québec d’où ils repartiront mercredi pour Montréal, New York et l’Angleterre.

Notes

1 Le comte de Paris, petit-fils du roi Louis-Philippe, est prétendant au trône de France, chef de la branche Bourbon-Orléans. Né en 1841, il avait dû quitter la France en 1886, après le vote de la loi le contraignant à l’exil.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search