Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, 12 mai 1890

Texte intégral

  • 1 Le terme de « desservant » est celui utilisé dans tous les documents officiels depuis le concordat. (...)
  • 2 Le diocèse d’Evreux compte alors 546 succursales et seulement 37 cures. Sauf exception comme le cur (...)

1Desservant ! C’est le nom qu’officiellement on nous fait la gracieuseté de nous décerner1 : là-bas on vous appelle le Très Révérend Pasteur et Vénérable Curé ; là-bas vous êtes et on vous reconnaît Apôtres, fondateurs d’églises, défricheurs, colonisateurs, constructeurs de voies ferrées, députés à Ottawa, oracles qu’on écoute, parce que vous êtes plus instruits et clairvoyants que vos auditeurs et fidèles paroissiens ; ici on n’est rien de tout cela ; on parle tout de même, mais les auditeurs sont clairsemés et ils ont souvent des oreilles qui n’entendent point [...] C’est l’Etat, c’est l’administration qui nous appelle « Desservants ». On reçoit un mandat de paiement et ce petit adjutorium nous arrive à tous à chaque trimestre, 900 francs par an, règle générale ; par exception quelquefois 1000 francs et je jouis moi-même de ce petit privilège qui n’en est pas un. Ces messieurs de la Haute expédient le papier à M. le Desservant. En dehors de cette formalité on nous appelle toujours et partout « M. le Curé » ! Grand merci ! En fait de vrais curés, il n’y a guère que ce qu’on appelle dans notre diocèse et ailleurs les Doyens ; il y en a un autre seul curé inamovible, dans le diocèse d’Evreux, c’est, m’a-t-on dit, le curé de La Couture de Bernay2 [...] Je ne sais si je vous ai conté que pour le desservice d’une succursale comme Fontaine-sous-Jouy, l’Etat verse 200 francs [...]

  • 3 Lors de l’élection partielle consécutive à la mort de Bully est élu Edouard Isambard (1845-1904), m (...)

2(La) bonne mère que j’ai enterrée à Fontaine est morte dans de meilleures dispositions que ce malheureux Bully que la mort a étouffé presque sans crier gare ; c’est en rentrant dans sa chambre que sa femme l’a trouvé mort, elle venait de le quitter. Et voilà que Isambard, le médecin de Pacy qui soigne presque tous nos malades a tenté avec succès, et en y apportant les mêmes idées, le suffrage du populo3 ; mais ne prenez pas pour des aigles, même à distance, tous ces Jacobins que nous connaissons à fond. Quelle tourbe ignorante, hurlante et votante tout ça nous fera au Palais Bourbon ! Vox populi, vox Dei ?

Notes

1 Le terme de « desservant » est celui utilisé dans tous les documents officiels depuis le concordat. Le titre de « curé » est donné de façon habituelle mais il s’agit d’une erreur ; seul le responsable d’une « cure » y a droit. Cf. Marcel Launay, Le bon prêtre. Le clergé rural au XIXe siècle, Aubier, 1986, pp. 79-112.

2 Le diocèse d’Evreux compte alors 546 succursales et seulement 37 cures. Sauf exception comme le curé de la paroisse de La Couture, lieu d’un pèlerinage très fréquenté, les curés sont installés dans les chefs-lieux de canton ; ceux qui sont titulaires d’une paroisse de chef-lieu d’arrondissement sont « archiprêtres ». Cf. chanoine Bonnenfant, Histoire générale du diocèse d’Evreux, op. cit., t. II, p. 210.

3 Lors de l’élection partielle consécutive à la mort de Bully est élu Edouard Isambard (1845-1904), médecin à Pacy-sur-Eure. Fondateur en 1883 de l’association républicaine cantonale, il devint conseiller municipal de Pacy en 1878, conseiller général en 1880 puis maire en 1884 et député l’année suivante. Dans sa profession de foi de 1880, il proclamait : « Elevé dans les idées républicaines, il y a longtemps que mon esprit est dégagé de tout joug théologique... » ; il dit sa « profonde aversion pour le cléricalisme et les superstitions » et son souhait de « proscrire l’enseignement religieux de l’école et (de) préparer la suppression du budget des cultes ». Claude Cornu, Elections et vie politique..., op. cit., p. 276.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search