Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, mercredi des Cendres ce 19 février 1890

Texte intégral

  • 1 M. de Montyon a créé les prix de vertu de l’Académie française en faveur de familles méritantes. I (...)

1[...] Début de la Sainte Quarantaine [...] (Le mercredi des Cendres, les gens) se gardent généralement de tout excès [...] Ce n’est pas dans (la) première jeunesse que l’intempérance recrute des adhérents, à Chambray du moins : il ne faut pas en conclure que nos jeunes gens méritent pour cela le prix Montyon1 ; mais si vous teniez à faire une petite collection de francs-buveurs, soiffards et autres gourmands, c’est parmi les citoyens d’un âge plus avancé qu’il vous faudrait chercher çà...

2On les connaît les leveurs de coude et surtout les trois ou quatre boit sans soif qui titubent dans nos rues de temps à autre : puisqu’on les compte, c’est qu’ils ne sont qu’une faible minorité ; et le grand nombre qui les montre du doigt est plutôt économe, intéressé, peu donnant [...]

3(Que Dieu ait), si faire se peut, (l’âme) du bilieux, revêche, sectaire Bully, le maire d’Houlbec, notre député, qui vient de mourir... de l’influenza. On l’a rapporté de Paris à Houlbec, il y a une huitaine de jours ; le matin même où j’apprenais ce décès qu’on ne déplore guère et pour cause, je me rendais à l’église de Jouy pour y célébrer un des trois services funèbres qui devaient s’y faire. Je retrouvais là M. le curé de Vaux et le curé d’Houlbec ; à peine dans la sacristie, je lui annonçais la fatale nouvelle qui ne lui a pas, de prime abord, tiré des larmes. Oh ! le cœur dur !

  • 2 Le ménage Bully, un mari franc-maçon et une femme pratiquante, n’est en rien une exception.

4Après ces services, nous sommes allés tous les trois déjeuner à Vaux, à deux ou trois kilomètres de là. [...] M. Brunet revenait de chez Mme Bully, pieuse et dévote personne2, un télégramme demandant la cérémonie funèbre religieuse pour le lundi suivant, et c’est effectivement ce jour du lundi gras qu’on a inhumé ce petit député maigre, maigre de corps comme d’idées, racorni dans son petit fanatisme de radical et parfaitement inconnu à la Chambre, dont beaucoup ont appris... sa mort sans avoir jamais rien su sur sa vie : Requiescat in pace ! Quoique chef de la loge des francs-maçons de Pacy, il n’avait pas voulu signer cet engagement de se faire enterrer civilement, quand une poignée d’exaltés d’Houlbec s’étaient rendus chez lui à cet effet : pas d’enterrement civil ! Ce qu’ils avaient le nez cassé et la mine déconfite l’autre jour, ces quelques enragés là ! C’était un plaisir de voir ça ! [...]

Notes

1 M. de Montyon a créé les prix de vertu de l’Académie française en faveur de familles méritantes. Ils avaient été attribués pour la première fois en 1819. Cf. duc de Castries, La vieille Dame du quai Conti, librairie adadémique Perrin, 1978, p. 97.

2 Le ménage Bully, un mari franc-maçon et une femme pratiquante, n’est en rien une exception.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search