Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, ce lundi 7 octobre 1889

Texte intégral

  • 1 Allusion aux élections des 22 septembre-6 octobre 1889 qui virent le succès de la gauche avec 366 (...)
  • 2 Un candidat est en ballottage lorsque, n’ayant pas obtenu la majorité absolue au premier tour de s (...)
  • 3 Les opportunistes souhaitent effectuer des réformes, mais au moment « opportun ». Les radicaux veu (...)
  • 4 Sur ces modalités, cf. Jean-Marie Mayeur, La vie politique..., op. cit., p. 82.
  • 5 Ambroise Bully (1822-1890), ancien procureur de la République destitué pour avoir protesté contre (...)

1[...] La fièvre de l’urne et du bulletin de vote qui agitait tant de têtes dans notre malheureuse France va se calmer un peu1. La chasse au gibier à plumes et à poils va continuer, mais la chasse aux électeurs n’a plus lieu d’être. Mon Dieu ! Mon Dieu ! quelle époque que celle où nous vivons ! Quelles sinistres comédies et quelles tragiques aventures ça nous amène le suffrage du populo souverain qui vote blanc, qui vote rouge, tantôt l’un, tantôt l’autre, et sans trop savoir pourquoi [...] Certains candidats étaient ballottés2 (encore une belle expression en rapport avec la besogne faite) secoués, tourmentés, obligés de mendier à nouveau les voix des électeurs, risque à se rattraper après en arrogance et vanité des platitudes commises. Ils ont toutes sortes d’épithètes pour décorer leur nom : opportuniste, radical, révisionniste surtout. C’est le mot à la mode d’aujourd’hui, sinon de demain, intransigeant, socialiste, possibiliste, que sais-je3 ? Et tous ces bons votants prennent garde à l’étiquette sans trop connaître la valeur de la marchandise, et sans savoir un traître mot des principes ou idées du bonhomme candidat [...] Du scrutin de liste, qui consistait à faire élire les mêmes hommes par tout un département, on était revenu [...] (il faut bien changer un peu pour le plaisir) au scrutin d’arrondissement, ce qui nous donne qu’un nom à porter à l’urne au lieu d’en porter cinq ou six4. Comme l’arrondissement d’Evreux est passablement étendu, on le divise en deux circonscriptions, et nous,[...] on avait à choisir entre Bully, républicain très rouge, Ducy, républicain rouge simplement et Ledoux, républicain pâle5 [...] Ces bons ou vilains messieurs se diront pour ou contre la République, pour ou contre quelques questions à l’ordre du jour, pas un n’ose se poser candidat religieux catholique ; [...] (pourtant) les gens sauraient que, à son avis, sans les principes religieux, ce qui ne veut pas dire l’immixtion des curés dans le gouvernement temporel de la cité, on ne peut faire que de la politique mauvaise et changeante [...] L’autre jour donc, Maître Ducy, un avocat qui jase très bien, dit-on, mais qui, nommé maire d’Evreux, a débuté, pour flatter la gent antireligieuse, par supprimer les processions qui se faisaient si belles dans la ville, a dû se désister après le premier tour ; et c’est ce Bully [...] qu’on nous impose comme député.

  • 6 La franc-maçonnerie est active dans le sud-est de l’Eure, notamment dans les régions de Saint-Andr (...)
  • 7 Le prosélytisme en faveur des enterrements civils était l’une des activités de la franc-maçonnerie (...)
  • 8 Louis Pasteur (1822-1895) venait de mettre au point, en 1884, le vaccin contre la rage.

2Ce Bully, roulé au scrutin de liste en 1885 [...] c’est un voisin : il reste à Houlbec, et M. Brunet nous conte souvent qu’il n’a pas toujours avec lui des parties d’agrément. Il habite là, sur la côte, à deux ou trois kilomètres de Chambray, et avec tous les conseils qu’il donne et l’influence qu’il exerce, vous pensez bien que nous ne jugeons pas son voisinage très avantageux pour nos populations. C’est un chef d’une loge de francs-maçons à Pacy6, ça pousse les imbéciles paysans de la localité et d’ailleurs à faire des enterrements civils7 ; qu’est-ce que les curés ont donc pu lui faire, à celui-là ? Et où est le Pasteur8 qui pourrait guérir une rage pareille ? A Chambray il a ses amis (qui) ne salueront pas le Christ au passage, ils salueront tout de même le curé, mais ils se prosterneront devant Bully l’oracle [...]

  • 9 Résultats de la première circonscription d’Evreux : — 1er tour : Bully 38,9 % des suffrages, Ledou (...)
  • 10 Le 14 juillet avait été proclamé fête nationale le 6 juillet 1880. Cf. Rosemonde Sanson, Le 14 jui (...)

3Dès ce matin, on pouvait deviner le résultat de ces élections de ballottage9 [...] Les chauds d’Houlbec, pour dire aux échos le succès de leur Bully, ont fait chanter la poudre. On entendait les coups de canon qui ne fendaient pas les oreilles, parce que le canon n’est pas de fort calibre, mais agaçaient tout de même le tympan de ceux, et ils sont nombreux, qui ne sont pas les féaux de l’Homme des Bois, comme on l’appelle ici. Encore, je dis canon, sans trop savoir s’ils ont fait l’acquisition de cet engin depuis le 14 juillet dernier10 [...]

Notes

1 Allusion aux élections des 22 septembre-6 octobre 1889 qui virent le succès de la gauche avec 366 sièges ; la droite en obtenait 168 et les boulangistes 42. Jean-Marie Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, op. cit., pp. 133-144.

2 Un candidat est en ballottage lorsque, n’ayant pas obtenu la majorité absolue au premier tour de scrutin, il est appelé à se présenter au second.

3 Les opportunistes souhaitent effectuer des réformes, mais au moment « opportun ». Les radicaux veulent une révision de la constitution avec suppression du Sénat et de la présidence de la République et sont favorables à l’élection des juges. Les révisionnistes sont les boulangistes, partisans de la « Révision », terme certainement le plus employé dans la campagne électorale. Quant aux socialistes, s’ils connaissent dans ces années-là un essor certain, ils sont divisés en plusieurs tendances, dont les « possibilistes » regroupés autour de Paul Brousse.

4 Sur ces modalités, cf. Jean-Marie Mayeur, La vie politique..., op. cit., p. 82.

5 Ambroise Bully (1822-1890), ancien procureur de la République destitué pour avoir protesté contre le coup d’Etat du 2 décembre, s’est installé à Houlbec, dont il devint maire. Député de la première circonscription d’Evreux en 1882, à la mort de Lepouzé, il est battu en 1885 mais retrouve son siège en 1889. A la chambre, il est membre de la gauche radicale. Quant à Henri Ducy (1846-1930), maire d’Evreux où il exerce comme avocat, il fut candidat malheureux lors de ces élections. Claude Cornu, Elections et vie politique.,.., op. cit., pp. 537 et 541. Ledoux, républicain modéré fut soutenu par les conservateurs, ibidem, p. 344.

6 La franc-maçonnerie est active dans le sud-est de l’Eure, notamment dans les régions de Saint-André, Pacy et Nonancourt. La loge « Union et Progrès de Pacy » est fondée en 1866 (Archives départementales de l’Eure, 4 M 204-209).

7 Le prosélytisme en faveur des enterrements civils était l’une des activités de la franc-maçonnerie, comme en témoigne la lecture de la Vallée de l’Eure, journal de la libre-pensée de la région. La Semaine religieuse dénonce vigoureusement ces pratiques dans un article intitulé « Les voleurs de cadavres » à l’occasion précisément d’un enterrement civil à Houlbec-Cocherel (numéro du 11 août 1888). Les campagnes en faveur des enterrements civils eurent incontestablement des résultats dans le canton de Saint-André, où en 1900, le quart — voire le tiers dans certaines communes — des inhumations sont civiles ; à Ezy ou Bois-le-Roi le pourcentage est même de 50 %... Les francs-maçons font aussi campagne pour les baptêmes civils et placent volontiers leur banquet le jour du Vendredi saint !

8 Louis Pasteur (1822-1895) venait de mettre au point, en 1884, le vaccin contre la rage.

9 Résultats de la première circonscription d’Evreux : — 1er tour : Bully 38,9 % des suffrages, Ledoux 32,9 %, Ducy 25,7 %. — 2e tour : Bully 56,1 %, Ledoux 43,1 %. Claude Cornu, Elections et vie politique..., op. cit., p. 343.

10 Le 14 juillet avait été proclamé fête nationale le 6 juillet 1880. Cf. Rosemonde Sanson, Le 14 juillet, fête et conscience nationale, 1789-1975, Paris 1976, 220 p. ; et l’article de Christian Amalvi, « Le 14 juillet », Les lieux de mémoire, sous la direction de Pierre Nora, Paris, 1984, pp. 421-469.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search