Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, ce 3 août 1889

Texte intégral

  • 1 L’écrit de l’examen se passait à Evreux, mais les épreuves orales se déroulaient à Caen. Le baccal (...)
  • 2 L’exposition de 1889, coïncidant avec le premier centenaire de la Révolution, attire la foule à Pa (...)

1Je ne peux point, hélas ! commencer ma lettre comme vous commencez la vôtre en vous disant que je sors du confessionnal et que j’y ai passé la matinée ; il faudrait pour cela, chez nos gens qui sont si loin de ressembler à vos fidèles et dévots paroissiens, une dévotion et une foi qui leur manquent, heureux encore s’estime-t-on quand, à l’approche et au jour des grandes fêtes, quelques âmes [...] plus éclairées ou plus aimantes viennent communier [...] Les araignées auraient toute facilité de tisser leur toile dans le confessionnal, si on attendait, pour en chasser la poussière, que les dévots viennent y demander le sacrement de pénitence [...] Quel pays de cogagne là-bas ! [...] Quel pays de coquins ici ! [...] Bon pays ! Bonnes gens, mais laissant trop le ministère du curé s’accomplir sans fruit, par conséquent sans consolation [...] Depuis quelque temps, on est en pleine moisson ; mes chantres qui ne veulent point être payés et entendent rester libres, même de ne pas faire leur devoir, ne viennent pas toujours exactement chanter la messe [...] Grande joie l’autre jour au Castel ! Le jeune François, pas extrêmement travaillant, mais travaillant tout de même, a fini brillamment sa rhétorique en passant avec succès, à Evreux d’abord, à Caen ensuite, les épreuves du Baccalauréat-es-Lettres1. Et ce gamin-là n’a que seize ans [...] Vous ne viendrez donc pas à l’Exposition2, comme tant d’autres le font [...] Tout le monde s’y rend à cette Exposition, il faudra bien que j’y aille un jour ou l’autre... On monte à la Tour ; on va voir Buffalo Bill, le Shah de Perse, que sais-je ? [...]

Notes

1 L’écrit de l’examen se passait à Evreux, mais les épreuves orales se déroulaient à Caen. Le baccalauréat comportait deux parties : la première au terme de la classe de rhétorique, la seconde à la fin de la classe de philosophie. François de Croÿ obtiendra la seconde partie en juillet 1891. Parmi les autres élèves figuraient les jeunes Levis-Mirepoix, de Maistre, de la Barre de Nanteuil. Semaine religieuse, 8 août 1891.

2 L’exposition de 1889, coïncidant avec le premier centenaire de la Révolution, attire la foule à Paris. Badauds ou hôtes officiels de la République vont admirer la tour Eiffel ; parmi les souverains en visite dans la capitale, le shah de Perse remporta un vif succès de curiosité.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search