Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 26 avril, 1889

Texte intégral

1[...] Encore cette fois-ci, je suis seul à l’arrivée de cette charmante missive : Charles et sa femme sont allés faire la veillée chez quelques amis du village ; Adélard, parti dans la matinée, est rendu aux Trois-Rivières pour y quérir le Très Révérend Père Frédéric de Ghyvelde qui doit prêcher un Triduum à nos tertiaires ; je vous en reparlerai plus tard. J’aurai donc le temps voulu pour en savourer tout le plaisir [...] Depuis bientôt deux mois, ici, toujours la même chose : chemins affreux qui nous empêchent de visiter les voisins et les amis ; cotisations d’église à payer par nos gens qui, à tour de rôle, viennent me chanter la même chanson triste : « Les temps sont durs, monsieur, il est difficile de payer » [...]

227 avril. Les pâques sont presque finies ; demain la Quasimodo ; nous n’avons plus que les dernières miettes à gruger. Aurons-nous des négligents, des paresseux qui, pas disposés à venir, même à la onzième heure, attendent qu’on aille les secouer pour les faire sortir de leur engourdissement ? C’est bien probable ; il y en a partout de ces gens à sang épais qui ne remuent que sous l’aiguillon. Prions bien pour eux, pour que le bon Dieu leur donne le temps de se reconnaître avant de les appeler à la reddition des comptes. Avec la Quasimodo nous finissons nos pâques, [...]

3C’est aujourd’hui samedi ; je viens de réciter vêpres et complies, et pas assez courageux pour entreprendre de suite les matines de la Quasimodo, je me repose en continuant ma causerie avec mon cher cousin qui, je le crois comme vous, est un vrai cousin, bien que rien ne puisse nous renseigner sur nos communes origines. Que M. de la Balle veuille bien recevoir mes remerciements pour la peine qu’il s’est donné d’écrire à son ami de la Saintonge. Rien dans ce pays qui nous rappelle que vers 1660 un bon saintongeois laissait les bords de la Charente pour venir demander aux rives du Saint-Laurent dans la Nouvelle-France, asile et propriété pour lui et tous ses descendants. Ce vieux grand-père n’avait pas vu le jour sous des lambris dorés et son départ du vieux pays ne dut pas faire grande sensation ; mais s’il retournait aujourd’hui avec tous ses enfants et petits enfants, la vieille France croirait à une invasion de la Nouvelle. Ce vieux Gélinas qui devint Bellemare, habitait-il ce village dont j’ai retrouvé le nom sur une vieille carte du XVIIIe siècle ? venait-il d’un autre lieu ? Je ne sais. Nos papiers ne nous parlent que de la ville de Saintes. Mais pourquoi ses descendants, depuis les premiers au pays sont-ils devenus « Bellemare » ? J’ai toujours cru que c’était en souvenir du village natal ou encore en souvenir de la vieille grand-mère qui aurait pu s’appeler de ce nom. Les premiers colons de la Nouvelle-France avaient le don tout particulier de changer les noms. On gardait ordinairement le nom patronymique pour l’aîné de la famille et on couvrait les autres d’un nom qui rappelait les amours du vieux pays. Ainsi, le nom de la famille de Monseigneur l’évêque des Trois-Rivières était originairement « Richer ». Ce Richer, originaire de la ville de La Flèche, donna le nom de cette ville comme surnom à un de ses enfants qui fut « Richer-dit-La Flèche » ; ses descendants devinrent « Richer-La Flèche » ; et enfin « La Flèche » tout court [...]

  • 1 Arthur Turcotte, député de Trois-Rivières, fut procureur général dans le gouvernement Mercier. Le (...)

4Vous avez probablement remarqué sur les derniers numéros du Journal des Trois-Rivières la lutte dans laquelle Monseigneur Laflèche se trouve engagé. On en veut à ce pauvre évêque, défenseur énergique de nos droits, et on ne regarde pas aux moyens pour le combattre. La lettre de M. Turcotte à sa Grandeur est un prodige d’hypocrisie et de mensonge. Ce M. Turcotte, transfuge du parti conservateur, est une des idoles de nos bons libéraux depuis qu’il s’est vendu, en 1878, pour les trente deniers de Judas. Sur un plus grand théâtre, il serait mêlé aux têtes chaudes qui ne craignent pas d’asservir l’Eglise, ici, il ne peut se découvrir en plein jour ; les faux-fuyants, l’hypocrisie, la bassesse sont ses armes journalières et ce n’est que de temps à autre qu’un bout de l’oreille s’échappe ; encore le cache-t-il dès que le peuple, encore plein de foi, commence à murmurer. Il fait un tort considérable à la direction de Monseigneur, surtout sur la classe ouvrière ; les belles manières, les paroles insinuantes en imposent toujours aux badauds. Monseigneur est peiné, sérieusement peiné, de la conduite de ce pauvre sire, mais si l’âge rend notre évêque plus sensible, soyez-en certain, il n’a encore rien perdu de son énergie1. Il faut le voir alors ; ses yeux lancent des éclairs et sa parole éloquente écrase ces hommes qui, jamais, ne pourront lui résister en face. Toute la classe intelligente, sincère, catholique, sympathise avec Monseigneur qui est toujours aidé par deux des journaux de sa ville épiscopale Le Journal et Le Trifluvien [...]

5Je vous ai dit sur mes dernières lettres, les inquiétudes que me donnait la mauvaise récolte de l’an dernier. En effet nos gens ont peines et misères à se trouver le nécessaire, et imaginez que ce printemps (il n’y a pas plus que deux ou trois semaines) deux marchands de notre village, ne pouvant rencontrer leurs paiements, cèdent leurs biens à leurs créanciers et voici que ces messieurs s’abattent sur nos pauvres gens et les obligent à payer toutes leurs dettes contractées chez ces marchands et cela dans un délai de quelques jours. Si vous voyiez ces pauvres habitants venant, plusieurs du moins, me demander si je n’aurais pas quelques sous à leur prêter pour s’épargner des frais. Les premiers ont vu le fond de ma bourse et je suis obligé de renvoyer les autres en leur souhaitant meilleure chance ailleurs. Il est vraiment pénible de passer par de pareilles misères ; mais j’ai pris l’habitude de tout vous dire, le bon et le pas bon, l’agréable et le triste, je sais que votre charité agrée le tout [...]

61er Mai. Je croyais, l’autre jour, pouvoir finir ma lettre et vous l’envoyer de suite, mais voilà que l’on vient me distraire, je ne sais plus pourquoi et depuis trois jours je n’ai pas mis la main à la plume pour vous, mais pour bien d’autres [...] Au reste, temps maussade, froid, couvert. Les semailles commencées ici et là se font lentement et notre Mois de Marie, s’il augure mieux que l’an dernier, s’ouvre cependant sous un ciel passablement sombre. A 7 h, ce soir, notre premier exercice. Aussi solennel que les années dernières, j’espère y voir une assistance plus nombreuse, les chemins étant meilleurs. C’est beau, le Mois de Marie, surtout dans les premiers jours ! L’enthousiasme, s’en mêlant un peu, nous amène plus de monde ; la nuit venant encore assez à bonne heure, la demi-obscurité du lieu-saint donne à l’église un aspect mystérieux à ces belles cérémonies, illuminées seulement par les cent et quelques lumières de l’autel de la Sainte Vierge et par la piété des fidèles.

Notes

1 Arthur Turcotte, député de Trois-Rivières, fut procureur général dans le gouvernement Mercier. Le litige dont il est question ici portait sur la règlementation du commerce des boissons et la délivrance des permis. Alors que Mgr Laflèche désirait voir les villes conserver ces droits, le gouvernement Mercier centralisa. Comme l’évêque attachait une grande importance à cette question, il jeta tout son poids dans la lutte électorale de 1890, contribuant ainsi à la défaite de Turcotte mais non du gouvernement Mercier qui l’emporta.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search