Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 4 mars, 1889

Texte intégral

1[...] Que vous êtes heureux de pouvoir souvent vous réunir à vos confrères ! Vous êtes proche des voisins ; vous avez le chemin de fer ; vous avez de robustes jambes et à chaque semaine, tantôt chez l’un, tantôt chez l’autre, vous retrempez votre âme dans ces agapes fraternelles. Ici, nous sommes loin les uns des autres ; nous ne pouvons nous réunir souvent. Il n’y a qu’à Saint-Etienne où, toutes les quinzaines, nous allons rompre le pain de l’amitié. M. Cloutier, de son côté vient chez nous aussi souvent, de sorte que nous passons souvent plus de huit jours sans voir un confrère. Avant qu’Adélard fut vicaire chez moi (avant lui je n’avais pas de vicaire), j’étais un peu moins casanier qu’aujourd’hui. Quand la maison commençait à m’ennuyer, j’attelais « Chevreuil » et ni temps ni tempêtes ne m’empêchaient de partir. La compagnie d’Adélard et aussi l’âge qui fait blanchir la barbe qui me reste, me font aimer un peu plus la cabane.

2[...] 7 mars [...] Je vois dans l'Ordo que vous devez, au printemps, recevoir la visite pastorale de votre évêque. Mgr Grolleau visitera-t-il Chambray même ? Je voyais l’année dernière que, pendant sa visite, Monseigneur se rendait à une paroisse centrale où venaient pour être confirmés les enfants des paroisses voisines. La même chose doit se faire dans tous les cantons, je suppose. Avec nos trente paroisses, Mgr Laflèche n’a pas autant à faire que Mgr Grolleau avec ses 4 ou 500. Notre évêque vient dans chaque paroisse et il y séjourne pendant deux ou trois jours suivant l’importance de la localité ; les chemins sont alors travaillés, aplanis, balisés ; les maisons pavoisées, et généralement chaque paroisse a une cavalerie qui accompagne l’évêque jusqu’à la paroisse voisine où il est reçu au son des cloches... (ou de la cloche). Sur son parcours l’évêque bénit chaque famille agenouillée à la porte de la maison et l’on tient beaucoup à cette bénédiction. Les mêmes solennités et bénédictions ont-elles lieu chez vous ? Avez-vous des arcs de triomphe au village et banderoles à l’église ? On est sous l’impression au Canada que l’année de la visite de l’évêque est toujours une année d’abondance ; nous en aurions besoin, cette année.

3[...] J’ai remarqué que vous aviez enlevé les timbres-poste canadiens ; les enlevez-vous pour collection ou pour les passer aux sœurs qui, me dit-on, les envoient en Chine pour le rachat des enfants infidèles ? Je fais de même. Je décolle toujours ces timbres avec grand soin et je les donne à l’évêché des Trois-Rivières. De là ils passent aux mains des sœurs qui font disparaître les taches et s’en servent dans le but mentionné plus haut.

4[...] J’ai lu il y a quelques semaines, une nouvelle poésie de Fréchette sur la béatification du Bienheureux J.B. de la Salle. Fréchette a de belles strophes sur Rouen et il traite son sujet de main de maître et j’aime à ajouter : de maître chrétien. Ce sera une réparation pour l’injure que je lui ai faite l’année dernière en le représentant comme peu chrétien. Son séjour à Nicolet depuis quelques années lui a été très salutaire et malgré ses tendances libérales, il aime à pratiquer et surtout à écrire sur des sujets religieux qu’il ne traite pas toujours en théologien, mais, au moins, il prouve son bon vouloir.

  • 1 Charles Bellemare faisait remarquer en 1874 que les hommes et les femmes de sa paroisse alléguaient (...)

5[...] Nous n’y tiendrions pas à pareil régime. L’air vif de notre Canada nous commande une nourriture plus abondante et nos habitants ont mille misères à passer le carême même mitigé1 comme il l’est depuis nombre d’années. Mais s’il s’agit de repas en grand gala, comme celui que j’ai donné aux marguilliers lors de la visite de la paroisse, c’est tout simplement qu’il y a un peu plus d’apprêts pour la table, pour faire honneur aux dits marguilliers qui sont ce jour-là sur le trente-six, comme vous dites dans votre lettre. Nous n’avons ni équipage, ni habits à queue, comme bien vous vous en doutez. Ce qui, généralement, est le plus remarquable dans ces sortes de repas, c’est la gaucherie de ces messieurs. Bon nombre semblent croire que les curés ne mangent pas comme d’autre monde et ils sont là à examiner comment l’on prend ceci, comment l’on boit cela, et il s’ensuit des tours de force qui prêteraient fort à rire si l’amphitryon n’était pas obligé de conserver la gravité de son état. A ces repas avec les marguilliers, il n’est jamais servi d’autre boisson que le thé ou le café, rarement la bière, jamais de vin ou de liqueurs fortes.

Notes

1 Charles Bellemare faisait remarquer en 1874 que les hommes et les femmes de sa paroisse alléguaient leur pauvreté et la dureté des travaux pour ne point s’abstenir de viande grasse et de jeûne les jours de jeûne et de carême. Les évêques de Trois-Rivières intervinrent à plusieurs reprises généralement en raison des risques de maladies contagieuses, pour apporter des adoucissements au carême.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search