Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, Eure, ce 11 février 1889

Texte intégral

1[...] Voilà que j’ai dit la sainte messe de chaque jour, pas à 5 heures, pas à 6 heures ! C’est bon pour les braves et pieux Canadiens, ces heures matinales ! mais ici il n’en va pas de même, mes ouailles ne sont ni si pieuses, ni si courageuses, leur pasteur non plus d’ailleurs : pas même à 7 heures, la sainte messe, à moins de quelque circonstance exceptionnelle, mais à 8 heures seulement... De retour, au presbytère, on s’administre un petit déjeuner du matin. Mon père qui est debout avant tous les autres a déjà sifflé (voilà que je parle argot tout-à-l’heure) sa tasse de café noir, à moins que ce ne soit de la bonne soupe de la veille ; ma mère et ma sœur s’ingurgitent une bolée de café au lait, et votre serviteur, pour attendre patiemment midi, l’heure du dîner, prend dans le placard aux provisions ce qui s’y trouve : un peu de fromage ou une beurrée, ce qui traîne par exemple, ce matin, quelques fèves... Le bréviaire, je ne vous l’ai pas dit, se récite le matin, généralement, avant la messe, et après aussi. Je passe ensuite dans ma salle de travail. C’est ce dernier compartiment du vraiment trop vilain presbytère de Chambray, qu’une autre salle plus petite sépare de la cuisine ; c’est dans cette autre salle plus petite que j’ai installé ma bibliothèque (un millier de volumes, hélas ! je vous en reparlerai) ; je dis hélas ! parce que, gaspillant moins d’argent à l’achat de tant de bouquins, j’aurais dû songer à faire une réserve pour aller voir mes amis du Canada [...]

2Hier dimanche, j’ai déjeuné à Jouy, chez un bon paroissien de là-bas, monsieur Lion, le gendre de mon vieux chantre qui ne manque jamais, chaque dimanche, de venir avec moi rehausser la cérémonie [...] Monsieur Lion est gros marchand de bois ; il s’entend aux affaires, un peu moins à la religion, qu’il pourrait, il me semble, pratiquer davantage. Il a sa petite usine, sa machine à vapeur qui actionne sa scierie, sa grande cheminée qu’on voit de partout et 20 à 30 ouvriers qu’il dirige le mieux qu’il peut, ce qui ne doit pas toujours être besogne facile. Il achète son bois partout aux environs, l’exploite et le revend, débité et travaillé, soit à des commerçants particuliers, soit aux chemins de fer. Il est loin pourtant de rivaliser avec vos immenses chantiers de là-bas. Je lui ai bien suggéré l’idée d’acheter à bon marché son bois au Canada, que les bateaux lui apporteraient en quantité, ou de faire un coup de hardi pionnier et de s’en aller dans le haut Saint-Maurice [...] Mais, mon exhortation n’a pas un grand succès : on n’est pas Normand pour rien : on se défie, on se méfie, on aime mieux un petit « tiens » que deux grands « tu l’auras » [...]

3Dans cette veillée des morts ! Ici, non plus, on ne laisse pas tout seuls les défunts : s’ils sont regrettés vraiment, on les veille en nombre et on prie pour eux ; mais il arrive qu’ils ne le sont guère ou pas du tout, et alors je ne garantis pas la ferveur des prières de ceux qui les veillent : car en petit ou en grand nombre, on les veille toujours, les parents souvent, des voisins aussi. Parfois il arrive que quelques-uns de ces voisins, un peu prompts à offrir leurs funèbres services, ne se montrent si charitables qu’en songeant à la petite bouteille de réconfort qui leur tient compagnie dans la veillée mortuaire. Ils prient peut-être, j’aime à le supposer, mais ce que je ne suppose pas, parce que l’histoire en est certaine, c’est qu’à leur propre santé, le mort n’en ayant plus besoin, ils sifflent une bonne goutte de temps à autre. Mais je ne devrais pas donner l’exemple d’une mauvaise langue, et faire croire que de rares exceptions sont presque une règle ; puisqu’il s’agit d’une exception, passons outre, si vous le voulez bien, car généralement, on aime ses morts chez nous aussi : le glas funèbre fait toujours tressaillir et ravive de plus belle la foi qui n’est pas, sans cela, très agissante. Nos gens n’accompagnent pas que les leurs dans la funèbre cérémonie : ils viennent, en bon nombre et toujours revêtus de l’habit noir [...] ils accompagnent le défunt à l’église, assistent à la cérémonie religieuse sérieusement ou même dévotement, et vont au cimetière, où une fois rendus, il arrive souvent qu’ils s’éparpillent pour aller prier sur les tombes de leurs propres défunts [...] Vous ai-je dit, qu’au jour des inhumations, la famille fournit un luminaire plus ou moins riche : 15 ou 20 cierges, ou plus ou moins, que souvent de la maison mortuaire à l’église quelques assistants portent à la main ; ils brûlent les cierges pendant l’office, et le reste revient au curé : assez maigre bénéfice, et si on suivait toutes les règles tombées en désuétude, la moitié du luminaire retournerait à la fabrique. Assez maigre bénéfice, dans nos campagnes s’entend, car le doyen de Vernon, Monsieur Grieu, me contait, il y a quelque temps, que c’était là le plus beau côté de son casuel. Je veux bien le croire ; une assez forte population et des enterrements riches ! Pendant le chant de la prose Dies irae, à la messe, il y a adoration de la Croix ; les assistants défilent et laissent, comme offerte, dans le plateau que leur tend, de précaution, un des enfants de chœur, un sou, deux sous rarement, de gros centimes quelquefois, des pièces blanches plus que rarement : et voilà leur dîme payée !

  • 1 Sur cette question des enterrements civils, cf. Nadine-Josette Chaline, « Pratique et vie religieu (...)

4Pour un enterrement comme celui de demain, et je me suis fixé à suivre toujours presque le même tarif, je dirai aux gens qui demanderont à me solder leur petite dette : c’est 10 F. pour le célébrant ; 20 sous pour enfants, 2 F. pour chaque chantre ; 3 F. pour la sonnerie ; je ne les écorche pas, comme vous le voyez, car ils seraient capables, parfois, quelques entêtés au moins, et dans ce pays où nous vivons, ces Normands rapaces et à pattes croches, de préférer, pour éviter les frais, un enterrement civil à l’inhumation religieuse1. C’est arrivé par ici, donc le fait pourrait se renouveler. Il y a quelques années, on nous a expédié de l’Evêché, un tarif qui détermine différentes classes, d’où plus ou moins de cérémonies, et partant, plus ou moins à payer par les gens. Il peut s’appliquer dans les villes et les gros bourgs ; parfois certains curés de simples campagnes essaient, à leur profit, de l’appliquer chez eux. Ils courent les chances de leur sainte audace ; mais comme je n’aime point manger de ce pain-là, je me borne au minimum et beaucoup font de même, sachant bien que si le tarif indique ce qu’on peut réclamer, il ne défend pas de réclamer moins [...] il vaut mieux, à mon avis, éviter les trop grands froissements, et faire de la bonne pratique ; que vous en semble, heureux Crésus du Canada ?

5[...] Voilà que je ne fais pas de l’allemand qu’avec ce jeune malade dont je vous ai parlé ; M. Cormier, qui connaît quelques bribes de cette langue, veut bien s’y raccrocher et nous allons, la semaine prochaine, corriger ensemble à Douains quelques thèmes et quelques versions. Mais on ne fait pas que de l’allemand ; on a entamé, attaqué, abordé l’italien avec M. de la Balle qui va piano mais sano... Les Peaux Rouges ont-ils une langue, un idiome à eux ? Si oui, il faut l’indiquer à ce trop entreprenant curé de Chambray : il est capable de le mettre à l’étude pour le jour où il ira au nord des Grands Lacs !

Notes

1 Sur cette question des enterrements civils, cf. Nadine-Josette Chaline, « Pratique et vie religieuse en Haute-Normandie aux XIXe et XXe siècles », Cahier des Annales de Normandie, no 8, 1976, p. 86.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search