Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 5 janvier, 1889

Texte intégral

1[...] Depuis plus de huit jours j’ai lu et relu (votre lettre) aux amis et depuis plus de huit jours aussi j’ai été constamment pris par toutes sortes d’occupations : visite de paroisse et règlement des comptes pour les bancs de notre église. Ceux qui, au dernier samedi de l’année ne sont pas payés pour l’année suivante, sont vendus à l’enchère, le lendemain, dernier dimanche de l’année pour que les nouveaux acquéreurs puissent les occuper au Jour de l’an. Cette année dix ont été mis à l’enchère sur nos 202 bancs. Le prix de ces bancs varie de $ 0.50 (2 F.50) à $ 7.75 (39 F.) Visite aussi des paroissiens au presbytère à l’occasion de la nouvelle année [...]

  • 1 Cette coutume de nommer « dîner » le repas du midi s’est continuée jusqu’à aujourd’hui, et dans tou (...)

2Je vous disais en commençant que la visite de la paroisse était l’une des causes du retard apporté à cette réponse. Avez-vous chez vous l’habitude de faire annuellement cette visite ? Au Canada, quand arrive la fin de l’année, avant que les neiges ne gaspillent les chemins, le curé accompagné d’un ou plusieurs marguilliers pénètre dans chacune des familles de sa paroisse et la visite régulièrement comme pasteur. Voici comment la chose se fait à Shawenegan et, ce qui se fait à Shawenegan n’est que la répétition de ce qui se fait ailleurs. Quand arrive la mi-décembre ou Noël, le curé annonce en chaire qu’il visitera à tel et tel jour, tel rang. Ici, le premier jour, nous visitons dans l’avant-midi, les paroissiens du haut du 7e rang et de tout le 8e rang. Au midi, nous sommes revenus au 7e rang, chez M. François Gélinas, marguillier de l’arrondissement, Adélard vient m’y trouver, nous dînons ensemble et vers 2 heures, nous recommençons nos visites pour les paroissiens du 7e rang en commençant la visite par le bas du rang. Le lendemain avant midi, je visite avec M. Chainé, aussi marguillier de l’arrondissement, les paroissiens du 4e rang en commençant par le haut du rang. Nous dînons, Adelard avec nous, chez M. Chainé, et pendant l’après-midi, nous visitons les paroissiens échelonnés sur le Chemin des Piles. Au troisième jour, avec M. Laperrière, notre marguillier élu le 3e dimanche de l’Avent pour remplacer celui du 6e Rang qui finissait son temps, je visite pendant l’avant-midi les paroissiens du 6e rang en commençant par le bas du rang. Nous terminons au bord du village, dinons chez Laperrière et l’après-midi est occupé à la visite des paroissiens du haut du 6e rang. Aujourd’hui même, avec les trois marguilliers susnommés, je visitai les paroissiens du village. Ça nous a pris une partie de la journée. 47 familles à visiter. Au midi, le dîner1 .Le dîner s’est pris en grand gala au presbytère. J’oubliais de vous dire que, en même temps que la visite de paroisse le curé fait la quête de l'Enfant-Jésus. Chaque famille donne au curé quelques sous qui, réunis à la fin de la visite, donnent généralement ici une couple de cents francs. Cette quête est ordinairement pour la fabrique ou bien encore pour des œuvres diocésaines. Ainsi, cette année, Monseigneur a ordonné la quête pour les Sœurs de la Providence des Trois-Rivières qui viennent de s’y construire un hôpital de la valeur de $ 50,000. Il est probable qu’il leur faudra encore d’autres quêtes, car elles sont pauvres. Mais quel bien ne font pas ces bonnes sœurs. Avec leur hôpital elles ont un orphelinat où elles élèvent et donnent l’instruction aux enfants trouvés ou abandonnés et ces enfants deviennent de bons citoyens. La mauvaise récolte tarit un peu la charité des fidèles et les sœurs vont avoir une recette moindre [...]

3Le temps de nos visites à chaque famille varie de cinq à dix minutes. Ce n’est pas long ; c’est suffisant pourtant. Je prends les notes qui me paraissent nécessaires sur un calepin qui me suit partout. Je fais le recensement par communiants et non communiants. Je donne les avis et conseils autant que la discrétion le permet devant le marguillier et je donne en entrant et en sortant la main à tout le monde depuis le vieillard jusqu’à l’enfant, et à ceux trop jeunes nous faisons une caresse. Rien ne plaît tant à nos mères canadiennes (comme à toutes les mères d’ailleurs) que ces démonstrations d’amitié, et comme la grande généralité de ces femmes sont de très bonnes chrétiennes, c’est un moyen de les conserver dans leurs bonnes dispositions et de nous faire aider par elles à la bonne éducation de l’enfant. Nous laissons le presbytère, le matin, à l’Angelus sonnant, 6 heures. Le marguillier choisit son meilleur cheval et c’est lui qui nous sert de cocher. Il conduit le curé d’une maison à l’autre, y entre avec nous et prend avec nous part à la conversation. Chacun a fait son grand ménage ; tout reluit de propreté, les enfants sont endimanchés de même que les parents et l’on cause des affaires de la famille. Autrefois, chaque famille faisait des politesses au curé et aux marguilliers en leur offrant des liqueurs parfois trop réchauffantes. Cette façon est maintenant abolie presque partout à cause des inconvénients qui en résultaient nécessairement. II arrivait dans certains lieux, qu’à la fin de la journée le curé était obligé de guider lui-même son cheval, son marguillier, un peu trop pénétré de son sujet et gagné par l’émotion, roulait au fond de la voiture. En défendant à nos gens d’offrir quoi que ce soit, nous prévenons des scènes un peu désolantes. Il y a 17 ans que je fais ces visites et pas une fois encore, j’ai eu à me plaindre de mes marguilliers. Mais tout de même, c’est une corvée fatigante que cette visite annuelle et nous chantons un beau « Deo gratias » quand nous la voyons terminée. Ici, encore, c’est passable ; elle ne dure que quatre jours (2 de 6 heures du matin à 6 heures du soir et les deux autres de 8 à 6) ; mais dans les paroisses à population un peu dense, c’est une corvée de 6, 7 et 8 jours. C’est la seule visite officielle que je fais à mes paroissiens dans le cours de l’année. Je vais bien rarement chez un paroissien sans affaire ou sans y être appelé par les besoins du ministère. Nos gens sont un peu jaloux les uns des autres, je vous l’ai déjà dit, et visiter les uns sans visiter les autres amènerait des critiques et des misères qui rejailliraient sur nos fonctions sacrées. D’ailleurs, chacun a l’accès le plus libre possible au presbytère et cela suffit. Notre monde s’en contente et pour ma part, j’aime mieux, quand il ne vient personne, m’amuser avec mes livres, c’est plus profitable.

4Mes livres ! vous ai-je dit déjà combien j’en avais ? Je ne me le rappelle pas. Ma bibliothèque n’est pas capable de rivaliser avec la vôtre. Vous, vous avez des livres partout, en haut, en bas, dans votre chambre à coucher, etc., cela suppose au moins un millier de volumes. Ma salle d’étude (mon office) est fière de ses 5 ou 600 volumes, et nos habitants ouvrent de grands yeux et sont étonnés de voir tant de science... sur les rayons de la bibliothèque. J’ai comme bons ouvrages : Darras, Grande histoire de l’Eglise ; Bossuet, édition in-12 ; Billuart ; Conférences d’Angers ; Chefs-d’œuvre classiques (110 petits volumes) ; Dictionnaire de théologie de Bergier, 14 volumes ; Gousset ; les Œuvres de saint François de Sales, différents sermonnaires, catéchismes. Avec cela, il y a de quoi répondre à presque toutes les questions, si on veut bien se donner la peine de les étudier. Adélard a un bon choix de livres, 150 à 200 volumes. Nous n’avons pas de bibliothèque paroissiale. J’ai essayé, il y a cinq ou six ans, d’en fonder une. Les souscriptions sont arrivées peu nombreuses ; nous n’avons pu avoir un choix de livres assez varié et au bout d’un an nous avons été dans l’obligation de fermer boutique. En général, nos gens ne sont pas de grands liseurs ; ils préfèrent une bonne veillée à jouer aux cartes qu’une heure ou deux à entendre des lectures qui les font bailler et dormir debout. A cela, je ne trouve rien à redire. Il y a maintenant, au Canada, comme dans presque tous les pays, tant de livres immoraux, impies, que nous n’avons pas à y gagner à encourager la lecture des romans honnêtes, les déshonnêtes pourraient les suivre et quelle misère !

5Noël est passé ! Comme toujours il a été accueilli avec l’enthousiasme des âges de foi : communions, assistance des plus nombreuses aux messes de minuit et du jour, mais surtout à la messe de minuit. Cette année, nous avons été favorisés d’une température printanière et les enfants en ont profité pour venir entendre les bergers chanter avec les anges le Gloria in excelsis Deo. Nos petits bergers au nombre de neuf se sont acquittés à merveille de leurs fonctions. Pendant les quelques semaines précédentes, Adélard les exerça et ces jeunes enfants de 11 à 13 ou 14 ans ont chanté avec un enthousiasme vraiment admirable. A la messe de l’aurore nous avons eu la Pastorale de Lambillotte, avec l’accompagnement de l’harmonium, du cornet et du violoncelle. L’office a duré au-delà de deux heures. Commencé à minuit juste, sonné sur notre gros timbre d’autel, par le chant de Minuit chrétiens, il se termina par le joyeux cantique Il est né le Divin enfant. A la messe du jour, le chant fut plus grave et, à part les cantiques (en trois parties) le chant grégorien se fit seul entendre.

6[...] Comment vos bonnes gens ont-ils accueilli votre Noël ? Sans doute, vous avez eu chant et musique qui ont laissé toutes ces âmes dans l’admiration. Avez-vous des bergers ? Les enfants parcourent-ils les rues du village quelques heures avant la minuit en chantant des cantiques. La Semaine religieuse de l’année dernière nous parle de cette coutume pour quelques localités de votre diocèse. Et votre jour de l’an ? Quelles sont les coutumes chez vous, au commencement de la nouvelle année ? Avez-vous à faire des visites obligatoires, au maire, etc. ? Quels sont les usages dans les familles ? Des liqueurs sont-elles offertes ? Ici, à chaque année, je prêche contre cet usage qui diminue tout doucement, mais qui présente encore des abus. En général, notre Jour de l’an est religieusement observé, dans une joie chrétienne, où l’union et la fraternité a le plus grand rôle, mais il arrive parfois que la joie est un peu chaude et que les visites réitérées chez les parents, chez les amis amènent des ébullitions de cervelle un peu regrettables. Vous le comprenez, c’est le petit nombre, mais ce petit nombre est toujours trop grand. Espérons qu’avec le temps et la grâce du bon Dieu, il diminuera d’année en année et qu’à la fin, rien ne nuise au bon ordre. Nos villageois donnent un bon exemple et cet exemple, parti du village a toujours un bon effet sur la population des rangs éloignés.

7[...] Je viens de terminer le recensement dont je vous parle plus haut. Voici quelques notes. Notre population totale s’élève à 1161 âmes habitant 190 feux. Ces 1161 âmes sont divisées en 789 communiants et 372 enfants qui n’ont pas encore communié ; nous avons un aveugle, un sourd-muet et je n’ai trouvé dans toute la paroisse que trois ou quatre malades. Nous en avions eu assez, de ces derniers, depuis quelques semaines, surtout au village où la mort nous en a moissonné trois en quinze jours et dont l’un est le fils du brave M. Rousseau, jeune homme de 17 ans, miné depuis assez longtemps par la phtisie pulmonaire. Ce jeune homme, bien préparé, a fait une mort des plus douces et des plus consolantes pour des parents chrétiens. Il avait communié le matin même et il s’éteignait, sans agonie, à une heure de relevée, le 17 décembre. Comment vos Normands font-ils, surtout le soir, pour faire des prières près de la dépouille mortelle ? Ici et dans bon nombre de nos paroisses, nos veilles des morts sont bien consolantes pour les parents. Du moment que l’ensevelissement est fini jusqu’à la sépulture, les voisins se remplacent auprès du corps et à chaque heure, la nuit comme le jour, tous ceux qui, alors sont présents, récitent le chapelet et les litanies de la Sainte Vierge. Ainsi chez M. Rousseau, il y eut des soirées où quarante ou cinquante personnes étaient présentes ; alors, que de prières pour le repos de l’âme du défunt ! Toute la nuit, quatre ou cinq au moins font la garde et récitent des prières. Le service est ordinairement chanté le surlendemain de la mort et quand le défunt est un tertiaire de saint François d’Assise, tous les frères et sœurs doivent communier au service et le corps est porté par des frères revêtus de la tunique, du capuce et de la corde. Nous avons environ quatre-vingts tertiaires.

8[...] 11 janvier [...] Je voudrais pourtant bien répondre aux questions de votre dernière lettre. La nouvelle donnée par Le Patriote, toujours bien intéressant, à propos des nombreux enfants canadiens et de la dîme du 26e quand une famille en arrive là, ce qui est assez rare, vous pouvez bien croire, est exacte. Ainsi, il y a de cela déjà quelques années, dans la paroisse de Maskinongé, un père de famille nommé Roy apporte son 26e à l’église pour le baptême ; aussitôt que l’enfant fut baptisé, le père l’offre au curé comme dîme. « C’est bien, répondit celui-ci, mais comme je n’ai pas mission pour élever les enfants remportez-le à la maison, et tant que je serai votre curé, je vous décharge de l’obligation de payer votre dîme de grains ; ce sera ma part pour élever l’enfant. » Il est bon de vous dire que cet homme étant riche, sa dîme pouvait s’élever chaque année à 40 ou 50 piastres. Et c’est toujours de cette manière que le curé s’en retire quand on lui offre semblable dîme.

Notes

1 Cette coutume de nommer « dîner » le repas du midi s’est continuée jusqu’à aujourd’hui, et dans toutes les couches sociales.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search