Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 9 novembre, 1888

Texte intégral

1[...] Il pleut à verse, et ce pauvre Adélard est en route pour me revenir des Trois-Rivières. Sept lieues par un temps pareil ! il est 2 h. après-midi et il ne peut arriver avant 6 heures. Automne maussade après l’été le plus triste que j’aie jamais vu. Du mauvais temps, du mauvais temps encore et toujours du mauvais temps. Aussi quelle pauvre récolte ! plus pauvre que je ne le croyais quand je vous ai envoyé ma dernière lettre. Nos habitants sont découragés ; plusieurs déjà sont partis pour les manufactures américaines ; d’autres parlent de les suivre. En deux engagements, au-delà de cinquante jeunes gens ont pris la route des chantiers du Haut-Canada (province d’Ontario). Un paroissien m’apporte sa dîme, l’autre jour ; il avait récolté 200 minots d’une semence de 112 et encore le grain récolté ne pèse guère plus de la moitié de celui qui avait été ensemencé. Chez d’autres, c’est encore plus triste. Il n’y a en réalité que nos habitants du 4e rang et d’en haut de l’église, qui ont une récolte passable. Comment allons-nous faire pour passer l’hiver ? Mon Dieu ! je n’en sais trop rien, bien que je ne craigne pas trop pourtant. Pour moi, j’aurai moins, cela se comprend ; mais je suis assuré que chacun m’apportera ce qu’il doit, comme à l’ordinaire. L’expérience des années passées qui n’ont pas toutes été bonnes, me le garantit : j’en aurai moins pour aider les autres, voilà tout. Mais, ces pauvres gens, en dettes déjà pour un bon nombre ! Dieu y pourvoira. C’est dans ces moments de disette que la charité a des secrets inconnus jusqu’alors. Nous n’avons pas, comme chez vous et dans nos villes, de charité organisée : bureau de bienfaisance, Société de Saint-Vincent-de-Paul, etc., il n’y a que le cœur et la pauvre bourse d’un chacun et généralement ça suffit : nous faisons des tournées (collectes à domicile) une semaine pour un, une autre semaine pour un autre et tout va bien. Un premier hiver après une mauvaise récolte se passe toujours assez bien ; ce n’est qu’après une deuxième mauvaise récolte que la misère arrive. Ainsi donc, en nous confiant à la Providence espérons que tout ira bien !

2Quant au chauffage, nous avons le bois à notre porte. La montagne en arrière de la paroisse peut nous fournir de quoi nous chauffer pendant cinquante ans et encore. Ce mode de chauffage ne nous coûte qu’une bagatelle. Je paie le bois que Charles débite dans la cour 50 et 60 centins (2 F. 50 à 3 F.) la corde de huit pieds par deux et demi d’épaisseur et quatre de hauteur ; si nous l’achetons tout bûché, seulement une piastre ou une et vingt-cinq centins (5 à 6 F.) J’en ai dans mon hangar une trentaine de cordes. Ce bois est transporté à nos demeures sur des voitures que nous appelons du nom anglais : sleigh (traîne à lisses d’acier.) Le charbon nous coûterait trois et quatre fois plus.[...]

3J’avance, j’avance toujours et je ne réponds pas aux questions que vous me posez. M’y voici. Par où commencer ? par les bougies ? J’admire votre industrie et votre succès, mais je n’y entends rien et ne suis pas de force, par conséquent, à vous donner des leçons sur ce sujet. Bien que j’aime les cierges de cire qui sont fournis aux enterrements (et qui, ici comme chez vous, reviennent de droit au curé) par ce qu’ils me rapportent un profit qu’il est important de ne pas négliger, je ne change pas leur nature et les revends à la fabrique aussitôt après les services chantés. Ils servent pour les messes basses, les saluts et quelquefois aussi aux grand’messes sur semaine. Nous avons pour ces messes (basses) un honoraire de vingt-cinq centins et une piastre pour les grand’messes. L’année dernière, les paroissiens nous ont donné en honoraires de messes basses, pour les défunts, en l’honneur de la sainte Vierge, de sainte Anne, etc., un montant de $ 325 (1675 F.) et cette année nous allons certainement dépasser $ 450 (2250 F.) Nous ne manquerons pas d’honoraires, comme vous le voyez, et cela à part ce que nous recevons pour les grand’messes, environ $ 200 (1000 F.) par année. Nous acquittons autant d’honoraires que nous le pouvons et nous transmettons le reste au procureur de l’évêché qui le distribue aux missions du Nord-Ouest canadien, de la Terre Sainte et de l’Océanie. Nos Canadiens ont une très grande dévotion aux âmes du purgatoire, et pour la moindre affaire qui les intéresse ils promettent une, deux et jusqu’à dix messes pour les âmes et s’acquittent (en général) scrupuleusement de telles promesses. Nous n’avons pas, dans nos paroisses nouvelles, de messes fondées. En été, c’est-à-dire depuis Pâques à la Saint-Michel, je dis la messe à 6 heures, Adélard à 6 et demi et 7. Les services avec enterrements sont à 7 et demie et 8 suivant la saison, mais je vous l’ai déjà dit. Nos gens aiment ces heures matinales : ceux qui viennent à la messe tous les jours peuvent s’en retourner prendre leur déjeuner encore à bonne heure et faire une bonne journée ; ceux qui viennent à confesse partent à 4 heures, 5 heures de chez eux et peuvent retourner plus tôt. De cette manière chacun y trouve son compte. Nous, nous jeûnons moins longtemps. Quelquefois, cependant, et surtout en hiver, il en coûte de laisser un lit bien chaud pour s’en aller à la sacristie où le poële vient d’être allumé et se jeter au confessionnal... A bas la paresse ! Que la lampe serve de soleil et la méditation de fournaise ! Debout ! et face à l’ennemi ! C’est le premier pas qui coûte ! On ne s’est pas plongé deux fois la tête dans un bassin d’eau glacée que les yeux s’ouvrent d’eux-même et que les membres se dégourdissent.

  • 1 Né à Ghyvelde (près de Dunkerque) le 19 novembre 1838, franciscain et missionnaire de Terre Sainte, (...)

4[...] Grande visite dernièrement ! Le R.P. Frédéric de Guyvelde1, commissaire de Terre-Sainte pour le Canada. Il vient s’établir aux Trois-Rivières [...]

Notes

1 Né à Ghyvelde (près de Dunkerque) le 19 novembre 1838, franciscain et missionnaire de Terre Sainte, il vint au Canada en 1881 afin de recueillir des aumônes pour les Lieux Saints. Il revint en 1888 et s’installa à Trois-Rivières, s’adonnant en particulier à la prédication. Il mourut le 4 août 1916 et fut inhumé sous la chapelle conventuelle des pères franciscains qu’il contribua à ériger sur le terrain que lui avait cédé Mgr Laflèche. Sa cause de béatification fut introduite à Rome en 1940. Jalons. Paroisse de l’Immaculée-Conception Trois-Rivières, Trois-Rivières, 1978, 106 p.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search