Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, Eure, ce 25 octobre 1888

Texte intégral

1Tous les ans, jusqu’à présent du moins, le Bon Dieu lui ayant accordé assez de force pour cela, c’est papa qui nous fait notre bois en grande partie, il trouve à abattre des arbres qui menacent ruine dans le parc de notre bonne châtelaine : le parc ne fait qu’y gagner et, nous, nous n’y perdons pas (voilà du vrai jargon de Normand qui sait toujours, c’est connu, tirer son épingle du jeu !). Quant au reste de ce bois qui nous est nécessaire, je l’achète au château, et le paie au régisseur moitié prix environ : c’était, paraît-il, une convention bienfaisante du bon prince défunt vis-à-vis du curé de la paroisse et, en conséquence, j’ai hérité du petit bénéfice [...] Ma messe dite à 7 heures et demi, un petit-déjeuner pris sur le pouce, j’ai fait le catéchisme à ma trentaine d’enfants, ce n’est pas toujours une mince occupation que de tenir et régenter tous ces petits Normands, leur faire rendre gorge ou compte de leur travail de mémoire et leur ingurgiter quelques notions ou explications qu’ils ne digèrent pas toujours. Je fais venir là, réunis à l’église de Chambray, puisqu’il fait encore assez beau temps, les enfants du village qui se préparent à la première communion, et aussi ceux de Fontaine et quelquefois des villages voisins.

  • 1 L’abbé René-François Rohrbacher (1789-1856), ordonné en 1815, substitua une histoire ultramontaine (...)

2Je vous parlais de messe, tout à l’heure : à quelle heure, la dites-vous tous les matins ? Après la Toussaint, je vais la dire à 8 h, seulement. Et pour qui la dîtes-vous d’ordinaire ? et quelle sorte d’honoraires touchez-vous à cette occasion ? Ici, jusqu’à présent, je n’ai point manqué de ce côté ; ce sont, en général, des messes demandées pour les défunts, un annuel, c’est-à-dire une messe à dire chaque semaine de l’année. En va-t-il de même dans vos régions ? Hier, mercredi, je la disais dans la chapelle du château, j’irai encore demain. Mardi qui était avant-hier, je devais rester chez moi et M. de la Balle devait venir m’y demander à déjeuner ; mais voilà qu’il eut à la fois un service funèbre et une inhumation ; d’où deux services ; il m’en avertit par un mot la veille, et mardi matin, j’ai pris le train de 7 heures et demie à Chambray pour m’en aller lui rendre ce service en célébrant ce service, et nous avons passé ensemble la journée assez gaiement comme d’ordinaire, entremêlant de quelques recherches faites dans une grande histoire de l’Eglise (auctore Rohrbacher)1 nos conversations plus ou moins facétieuses [...]

  • 2 En accord avec la fabrique la partie non consumée des cierges fournis par les familles lors des inh (...)

3Je vous dis là que je vais m’éclairer d’une bougie ou deux ; j’en prendrais bien trois et quatre à la veillée du soir, car hélas ! elles sont commencées ; les veillées des soirs d’hiver, on se sert de la lampe à huile : la lumière est douce, et bonne et très suffisante. Dans les apartés, on prend une bougie, une de mes bougies, car me voilà (il faut que je vous dise tout) quant à nos besoins domestiques, fabricant de bougies, ou plus simplement, je tâche d’utiliser tous ces cierges, cire et stéarine plus ou moins défectueuses que nos gens fournissent comme luminaire aux inhumations, et qui restent ensuite au curé2 [...] Auparavant, je vendais tous ces débris ; mais comme maintenant le prix de ces produits a considérablement baissé, j’ai changé de tactique et je fournis moi-même à l’église l’éclairage nécessaire. J’ai, pour ce faire, quelques jolis petits moules qui s’ouvrent à la façon d’un livre ; c’est commode et pratique. Mais vous dire ce que j’ai fait de recherches et de tâtonnements pour essayer d’arriver à faire de grosses bougies un peu blanches, prendrait bien les vingt pages de ma lettre [...]

Notes

1 L’abbé René-François Rohrbacher (1789-1856), ordonné en 1815, substitua une histoire ultramontaine de l’Eglise à la vieille histoire gallicane de Fleury. Le premier volume de l’Essai sur l’Indifférence le remplit d’admiration pour La Mennais, avec qui il entra en relations. En 1827 il fut appelé en Bretagne pour Jean de La Mennais, frère aîné de Félicité ; c’est là qu’il prépara son Histoire universelle de l’Eglise catholique, qui devint un classique.

2 En accord avec la fabrique la partie non consumée des cierges fournis par les familles lors des inhumations revient au desservant. Il s’agissait d’un complément — modeste — de revenu.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search