Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 15 septembre, 1888

Texte intégral

1[...] Nous avons eu un pauvre été ; je vous le disais dans ma lettre de la semaine dernière : les sauterelles, la grêle, la gelée, les pluies ont dévasté nos champs et l’hiver se présente sous les couleurs des plus tristes. Nous craignons la misère, par conséquent nous ne devons pas faire de dépenses inutiles, et tout de même la tentation est si forte que je crains de succomber et qu’avant longtemps je ne me paie le luxe d’un bon instrument. Si l’hiver est trop rude et la farine trop chère, nous nous frotterons contre le poêle et nous bouclerons nos ceintures. Le dimanche 26 août, nous a donné une grêle si abondante et si grosse que mon ami de Saint-Justin vit 164 vitres de son église joncher le sol et d’après une estimation approximative, une perte de 30 à 40,000 sur la moisson. A Sainte-Monique, chez mon oncle, un jeune homme fut tué, une vingtaine de maisons et granges renversées et la récolte abîmée. Ici, le dommage n’est pas aussi général, cependant pour une moitié la récolte perdue, Saint-Etienne et Saint-Elie perdent les trois-quarts. Je ne me rappelle pas été aussi triste que celui de 88, et vous me dites que chez vous c’est la même chose ! La Semaine religieuse faisait la même remarque dans le magnifique rapport publié sur votre fête ; et le Patriote nous dit qu’en France, la moisson va donner un rendement bien au-dessous de la moyenne. A propos du Patriote il a donné, il y quelque temps, une nouvelle au sujet d’une noyade dans le haut Saint-Maurice, qu’il a dû pêcher dans quelques journaux américains. C’étaient, disait-il, des voyageurs qui, pris de boisson et de querelle, chavirèrent et se noyèrent au nombre d’une dizaine dans la Mattawin. Dans ces contrées, pris de boisson, se querellant, la chose est assez commune, mais pour une noyade au mois de juillet 1888, il n’y en a pas eu du tout [...]

2Mais enfin il faut que j’en arrive à notre célèbre excursion dans les montagnes des Laurentides. Vous savez que les Américains et je crois aussi les Français, aiment le sport, chasse et pêche, etc., jusqu’à la passion. Or nous sommes voisins des Américains et nous descendons des Français. Bien naturel alors que de temps à autre nous aimions cette distraction [...] Or, samedi le 15, je recevais de M. le curé de Sainte-Flore, une lettre m’annonçant que M. le chanoine Prince, de Saint-Maurice et un compagnon devaient être au presbytère de cette paroisse, mardi le 18, pour une excursion dans les montagnes et que Adélard et moi nous étions invités à les rejoindre. Bonne affaire ! Lundi, nous nous rendons chez M. Beaudet où nous passons une agréable veillée. Mardi, après nos messes, tous quatre, c’est-à-dire MM. Baudet, Gouin (son vicaire), Adélard et moi, nous nous rendons au poste de la Grand-Mère, sur le Saint-Maurice distance de une lieue et demie, au-devant de M. Prince et de son compagnon. En les attendant nous visitons les gigantesques travaux de la Compagnie de pulpe des Laurentides, qui va dépenser un million de piastres pour asseoir ses usines et qui aura pour pouvoir moteur la chute de la Grand-Mère, détournée dans un canal creusé de 75 pieds dans le roc vif, et qui donnera, nous dit-on, une force de 150 000 chevaux. C’est respectable, comme vous le voyez, et à peine avions-nous fait le tour de ces bâtisses que le téléphone nous annonce M. Prince et M. Marchand, curé de Champlain. Vite, à leur rencontre ! De chaleureuses poignées de mains, des projets pour trois jours et de la joie plein le cœur [...] On dîne, on fume, on cause et à 3 heures nous nous mettons en route pour la gloire [...]

3Aux limites de la paroisse de Sainte-Flore, M. le curé nous conduit chez un brave Canadien, M. Juneau, chantre remarquable, qui n’a, à son avoir, que dix-neuf enfants. Chevaux et voitures sont mis à l’abri en attendant le retour. Nous faisons connaissance avec les Juneau et commençons les préparatifs. Les soutanes sont retroussées, attachées à la ceinture ; aux pieds des bottes sauvages, et en avant ! A peine avions-nous laissé la maison qu’arrive une voiture à fond de train. Il est certain qu’on vient quérir l’un de nous : c’est un de mes paroissiens, malade qui nous demande. Je m’apprête à laisser amis, sport, montagnes, lacs et cætera, quand M. Prince insiste pour que je reste. Il faudra donc sacrifier Adélard qui ne se fait pas prier et qui s’en va porter secours au pauvre malade qui dans le fait avait bien plus besoin du cathéter que du prêtre.

4Nous nous apitoyons sur le sort d’Adélard et nous voilà arrivés au bord du « lac de la Perchaude », d’une circonférence de trois milles. Les canots sont prêts, le père Juneau et trois de ses enfants nous pilotent ; soyons sans crainte M. Prince entonne l’Ave maris Stella, et les échos des montagnes redisent à l’envie notre chant religieux. Après, commencent les chansons : « En roulant ma boule roulant » ; « Par derrière chez ma tante, il y a-t-un étang » etc. Nous abordons. A peine M. Marchand a-t-il mis le pied à terre qu’une belle perdrix se lève, et s’en va bêtement se percher à une centaine de pieds ; aussi, le temps de la viser et il la déperche du premier coup.

5Nous avons trente arpents (1 km et demi) à faire a pied, pour rejoindre le « lac de la Pêche » ; c’est ce que nos gens appellent faire un portage [...] et nous voilà, vers 5 heures et demi sur les bords du joli et grand lac de la Pêche, d’une longueur de deux milles [...] Au détour d’une pointe, nous voyons, dans le lointain, la romanesque résidence d’été de M. Parker, riche Anglais canadien, de Saint-Elie, et secrétaire du « Laurentian Club » à qui appartiennent ces lacs. M. Parker reçoit là, les amis canadiens et américains.

6M. Parker et sept à huit New Yorkais sont là pour nous recevoir. Le premier parle français, les autres non. Les bonjours, les poignées de mains, les félicitations à M. Parker pour avoir choisi un aussi beau site, puis on nous conduit à une gentille maisonnette qui, pendant deux jours sera exclusivement cléricale. Nous remercions M. Parker de sa délicate attention ; après un copieux repas à la truite, nous préparons le travail du lendemain : choix des lignes ; choix des hommes pour conduire les canots ; choix des lacs les plus poissonneux ; nous chantons comme de vrais Canadiens que nous sommes, puis enfin, la prière en commun [...] et bientôt l’on entendit plus j’en suis certain, que l’harmonieux ronflement de M. Prince [...]

7A cinq heures, nous n’avons pas l’Angelus pour nous réveiller : les uns après les autres après s’être mollement étirés, nous faisons la toilette du jour, prière, bréviaire, déjeuner, puis regard triste sur le lac qu’une douce pluie, venue celle-là sans être invitée, inonde en ce moment. Non découragés, nous visitons de nouveau lignes et hameçons. M. Parker veut bien être des nôtres, puis à 9 heures nous partons pour le « lac à la Truite ». Nous avons un portage d’une trentaine d’arpents ; mais quel portage ! C’est une montagne de 7 à 800 pieds qu’il nous faut gravir [...] N’importe ! En avant ! Les sueurs commencent à perler sur nos sacerdotales figures. Les langues perdent de leur souplesse, on entend geindre par-ci, par-là, mais enfin la montagne est passée et devant nous, la nappe argentée [...] Ma ligne traînante réveille le poisson, excite sa curiosité, le charme et voilà un coup sur la ligne, ça mord ! Vite un coup en réponse, pour que l’hameçon entre bien, et voyons !... Une belle truite d’une livre et demie : quel beau coup d’essai et quelle gloire : l’orgueil commence-à gonfler mes voiles : La chance est avec moi. Un autre coup ! et jusqu’au midi, je prends ainsi trois belles truites. Au midi, nous lunchons sur une belle pointe, nos compagnons arrivent ; chacun rapporte ses prouesses et nous commençons de nouveau nos opérations. M. Parker nous laisse pour aller souhaiter la bienvenue à un millionnaire de New York, et nous faisons un petit portage pour visiter le « lac Grant » et là y pêcher à la mouche. Le poisson répond à nos désirs : dans l’espace d’une heure, 60 belles truites viennent expirer sous nos yeux. C’est suffisant ! La journée a été bonne ! Allons dormir sur nos lauriers ! [...]

8Le retour se fait heureusement. Nous étalons nos richesses, souhaitons la bienvenue aux nouveaux arrivés et après un fameux souper, encore à la truite ; mais cette fois de la nôtre, nous continuons nos chants joyeux.

9Jeudi matin, préparatifs du départ. M. Parker ne veut pas recevoir un centime, se disant bien payé par l’honneur que nous lui avons fait (hum !) ; nous le remercions, présentons nos hommages à madame Parker ; un photographe est là qui nous tire sans danger et à 10 h. nous lançons trois hourrah ! pour M. Parker, trois pour les membres présents du Club Laurentien, et retournons !

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search